Accueil  >  Cours  >  Théologie mystique

 

Arnaud Dumouch
Cours de théologie catholique

Cours de théologie mystique

Tableau de Jésus miséricordieux.

 

Une série de cours de théologie mystique à l’école de sainte Thérèse d’Avila et de saint Jean de la Croix.

 

Ces cours sont gratuitement accessibles ici en vidéos. Si vous désirez les obtenir en MP3 (audio), écrire à a.dumouch@hotmail.com.

 

Leçon 1 — Qu’est-ce que la théologie mystique ? (29 mn)
Epistémologie. Les quatre grandes parties de la théologie, toutes finalises par la connaissance de Dieu en vue de l’union à Dieu et au prochain (la vie mystique) : 1° Théologie symbolique, 2° théologie mystique, 3° théologie biblique, 4° théologie scientifique.
Les quatre grande parties de la théologie mystique: ce qu’est la charité, le devenir de la charité, l’amour à travers l’Ecriture, l’amour exprimé à travers le langage symbolique.

Leçon 2 — But de la vie : la vision béatifique (38 mn)
Comprendre le début et la fin de la vie humaine, au plan de la Révélation chrétienne, est essentiel. Sans cette compréhension théologique, on ne peut comprendre le but de la théologie mystique qui indique la croissance de l’amour et de la kénose en vue de l’entrée dans la vision béatifique.

Leçon 3 — La nécessaire connaissance de soi (33 mn)
A partir de la philosophie et de la Révélation, nécessité d’une connaissance réaliste de soi, au service de la théologie mystique.
Les deux degrés corporels en l’homme et les deux degrés spirituels.

Leçon 4 — La place du démon et de l’ennemi (1h13)
Sur le chemin qui mène à la Vision béatifique, il est nécessaire de comprendre l’existence d’obstacles. Certains viennent de nous, des autres ou des anges révoltés.
Qui sont les démons et quelle est l’extension de leur action et leur but. Discerner leur présence sans la minimiser ni l’exagérer.

Leçon 5 — Qu’est-ce que la charité ? (38 mn)
La charité est l’objet de la théologie mystique. La première partie de cette discipline vise à comprendre ce qu’est la charité.
L’analogie de l’amour d’amitié (analogie propre prise par saint Thomas d’Aquin, IIa IIae 23) et de l’amour conjugal (analogie propre et métaphorique prise saint Paul Eph 5, 32).
Comment cette analogie exprime tout et permet de comprendre :
La nature de la charité : un amour d’amitié différent de l’amour du serviteur (Jean 15, 15).
Les propriétés de la charité : Amour fondé sur l’honnêteté impliquant une réciprocité.
Les conditions de la charité : une certaine égalité des amis, proximité de nature (par la grâce), communication intime, fécondité commune (par opposition à la position de Luther).

Leçon 6 — L’ordre de la charité (35 mn)
La charité est une vertu de la volonté éclairée par l’intelligence. Elle met donc un ordre dans les priorités de l’amour.
La place de l’amour de soi. Pourquoi Dieu, aimé en premier, met l’amour du prochain en première place ? Quelques exemples de l’ordre entre les prochains. Comment la charité rejette le péché mortel en soi-même et dans le prochain à cause de Dieu. Elle met à leur juste place les moyens (plaisirs, argent, gloires, carrières etc.).

Leçon 7 — La présence d’immensité et présence d’amour (29 mn)
Dieu est présent dans l’âme par sa présence d’immensité et par sa présence d’amour. Localisation de la présence d’amour dans l’âme.
La vie mystique est une intériorisation progressive. Son terme sur terre est l’union transformante et au Ciel la vision béatifique.

Leçon 8 — Les préparations à la charité (40 mn)
Il existe deux préparations au salut pour les hommes qui ne connaissent pas la charité : une préparation par mode d’humiliation à l’image du mauvais larron (religions imposant la servitude) et une préparation par mode d’humilité à l’image du bon larron (religions prêchant l’humilité).
Parcours de ces préparations à travers l’Ancien Testament.

Leçon 9 — Le devenir de la charité (45 mn)
A travers la pensée de sainte Thérèse d’Avila et de saint Jean de la croix.
La charité se développe et progresse, comme l’amour naturel, à travers le temps et des épreuves (nuit des sens, nuit de l’esprit).
La psychologie féminine et masculine a un grand rôle dans ce devenir.

I° La vie ascétique ou les trois premieres demeures de la vie chrétienne

Leçon 10 — Comment choisir son Père spirituel ? (40 mn)
Qu’est-ce que la direction spirituelle : Son objet spécifique, différent du médecin, du psychologue ou du conseiller conjugal.
Il aide à établir la relation intime entre Dieu et l’âme.
Diverses questions pratiques pour le choisir : Vaut-il mieux un saint (qui regarde le but ultime), un pasteur (qui est attentif à la croissance progressive de la relation), un théologien (qui sait rationnellement discerner les causes et les effets), un charismatique (qui reçoit des paroles de science venant de Dieu) ?

Leçon 11 — Les trois premières demeures ou la vie ascétique (14 mn)
Elles sont comparables à l’amour d’un mariage de raison, choisi par volonté et sans passions. Elles décrivent la vie d’amour fervent mais ascétique d’un chrétien de naissance qui veut aimer Dieu.

Leçon 12 — LA PREMIÈRE DEMEURE et les exercices spirituels (26 mn)
Ce qu’est la première demeure dans la naissance et la prise de conscience d’un amour essentiel.
Cette conversion volontaire, fréquente chez les chrétiens de naissance, passe par l’intelligence du caractère essentiel de la vie chrétienne. Elle est distincte de la quatrième demeure qui passe par une expérience sensible et mystique (le baptême de l’Esprit Saint). La personne chrétienne se met alors en marche à la façon de cet homme : Mt 21, 28 « Un homme avait deux enfants. S’adressant au premier, il dit : Mon enfant, va-t’en aujourd’hui travailler à la vigne. Je ne veux pas, répondit-il ; ensuite pris de remords, il y alla. »
La liste des exercices spirituels : l’oraison, les sacrements, la lectio divina, la formation intellectuelle et la méditation, la musique et la liturgie.

Leçon 13 — La place des signes, des miracles et de l’apologétique pour la première demeure (24 mn)
La première demeure possède un côté non connaturel à l’homme puisque la sensibilité et la passion ne sont pas directement impactées, mais d’abord la raison.
D’où l’importance de l’apologétique chrétienne à son origine.
Mais la personne, vivant un désert sensible, aura naturellement tendance à chercher des signes, des miracles, des lieux d’apparitions privées pour obtenir une présence de Dieu.
Le rôle du conseiller spirituel modérateur dans cette demeure. Attention à l’excès ou au mépris des éléments indiqués.

Leçon 14 — L’oraison de raison (25 mn)
Qu’est que l’oraison de raison, par comparaison avec l’oraison du cœur ? C’est l’exercice spirituel fondamental et indispensable de la première demeure (sans lui, pas de vie chrétienne). Tous les autres exercices sont à son service car il est la fréquentation même de Dieu.
L’oraison de raison intervient aussi dans la cinquième demeure après la nuit des sens.
Le rôle central de l’intelligence : la connaissance de Dieu et de son Evangile. Le rôle de la volonté qui se porte vers ce Dieu. Le rôle du conseiller et Père spirituel.
Concrètement, comment pratiquer l’oraison de raison ?

Leçon 15 — Les sacrements (31 mn)
Pourquoi les sacrements (y compris l’eucharistie) sont au service de l’oraison ? Pourquoi l’eucharistie et la Présence réelle, le sacrement de pénitence et l’absolution du prêtre sont essentiels.
Un excès (spiritualité sacerdotale) et un manque (Luthérien) dans la théologie mystique des sacrements.
Leur vraie place d’après Marthe Robin : « Dans la communion eucharistique, Dieu se donne dans un acte extérieur qui est en lui-même un plaisir, une consolation, une joie pour l’âme... La communion ne suppose pas toujours la vertu. On peut communier et se rendre coupable du corps et du sang du Christ. Quelqu’un a dit : ‘On trouve des chrétiens qui communient tous les jours et sont en état de péché mortel... Mais on ne trouvera jamais une âme qui fasse oraison tous les jours et demeure dans le péché’. Si on me proposait de choisir la rencontre avec le Christ dans l’eucharistie ou dans l’oraison, je choisirais sans hésiter l’oraison car c’est elle qui donne tout son sens à la communion. L’adoration est le but de la communion et c’est elle qui lui donne sa valeur. »

Leçon 16 — La lectio divina (22 mn)
La lectio divina est une lecture de l’Ecriture au service directe de la connaissance amoureuse de Dieu et de la croissance de la charité. Est-il utile de lire la Bible sans guide préalable ? La pastorale de l’Eglise de jadis, avantages et inconvénients. Pourquoi la théologie scientifique peut être utile pour les débutants. La Lectio divina avec l’aide des Pères et Docteurs de l’Eglise.
L’utilité et le danger de l’exégèse rationaliste (historico-critique).

Leçon 17 — La formation intellectuelle et la méditation (34 mn)
L’importance d’une formation de l’intelligence solide. Car l’amour se nourrit de la connaissance de l’ami.
Deux sortes de formations : 1° L’une qui ne fait pas grandir l’amour mais juste l’impression d’être cultivé. Cette science qui enfle conduisait saint François d’Assise à la méfiance (ex : théologie centrée sur l’admiration de sa capacité à manier les concepts, étude de l’histoire des idéologies). 2° Une science qui nourrit la relation à Dieu : théologie sous toutes ses formes, mais aussi philosophie réaliste.
Deux textes complémentaires : 1 Co 8, 1 Pour ce qui est des viandes immolées aux idoles, nous avons tous la science, c’est entendu. Mais la science enfle ; c’est la charité qui édifie.
Histoire d’une âme, Sainte Thérèse de l4Enfant Jésus : « C’est seulement au Ciel que nous verrons la vérité sur toute chose. Sur la terre, c’est impossible. Ainsi, même pour la Sainte Écriture, n’est-ce pas triste de voir toutes les différences de traduction. Si j’avais été prêtre, j’aurais appris l’hébreu et le grec, je ne me serais pas contentée du latin, comme cela j’aurais connu le vrai texte dicté par l’Esprit Saint. »

Leçon 18 — LA DEUXIÈME DEMEURE et l’épreuve des sécheresses (21 mn)
Les distractions et sécheresses.
Leur cause : Caractéristiques des vérités surnaturelles.
Mais surtout : Instabilité des facultés humaines qui passent de l’enthousiasme au découragement. Le caractère fragile de la volonté et son besoin des plaisirs. Le démon. Dieu permet cela pour nous éviter l’orgueil.
Leurs remèdes : Discrétion, persévérance, humilité. Les amitiés spirituelles, la musique et la beauté, le rosaire.

Leçon 19 — La modération dans les exercices spirituels et intellectuels (19 mn)
Peut-on lever le pied sur la quantité de la pratique sacramentelle, de l’oraison, des lectures et méditations ?
L’expérience des moines d’Egypte : l’analogie du chasseur de saint Cassien.
Comment cette modération est l’expérience spirituelle de tous les hommes, car elle est fondée sur la nature : Aristote : La vertu est dans le juste milieu. L’anecdote du musicien de Bouddha.
Comment l’insistance dans l’excès peut conduire à une catastrophe : le péché capital d’Acédie.
La nécessité de choisir des plaisirs simples.

Leçon 20 — Les amitiés spirituelles (13 mn)
Choisir des amitiés spirituelles. Le rôle essentiel du conseil et de l’expérience pour éviter le découragement. L’analogie avec le couple : « L’ami de l’époux » (voir Jean 3, 29 « Qui a l’épouse est l’époux ; mais l’ami de l’époux qui se tient là et qui l’entend, est ravi de joie à la voix de l’époux. Telle est ma joie, et elle est complète. » Expliquer ce qui est en train de se passer et l’arrivée proche de la troisième demeure et du calme.
La confession des péchés véniels.

Leçon 21 — La musique sacrée et la liturgie (22 mn)
Beaucoup ont découvert Dieu par la médiation de la musique sacrée. Son avantage dans la première demeure : donner un sentiment fort, esthétique, qui ressemble de loin à la sensation de Dieu dans la quatrième demeure (attention, il y a ressemblance, pas identité). Idem pour les autres formes de beauté (paysages, peintures etc.). Sur ce pouvoir de la musique, Voir 1 Samuel 10, 5 : « (…) précédés de la harpe, du tambourin, de la flûte et de la cithare, et ils seront en extase. Alors l’esprit de Yahvé fondra sur toi, tu entreras en extase avec eux et tu seras changé en un autre homme. »
Y a-t-il une musique sacrée privilégiée ? Grande liberté là-dessus : les goûts et les couleurs sont propres à chacun.
Cependant, certaines musiques agitent et d’autres intériorisent. On peut donc passer d’un style à l’autre au cours de la vie mystique. Quelques excès ou manque dans l’usage de la beauté et de ses plaisirs. La liturgie : comment un Pasteur doit s’avoir s’adapter à son public (voir les prières eucharistiques pour enfants). L’exemple de saint Louis-Marie Grignon de Montfort.

Leçon 22 — Le rosaire et son utilité tout au long de cette évolution (29 mn)
Pourquoi le Christ aime-t-il cette prière ? Pourquoi la Vierge Marie la demande dans toutes ses apparitions ?
Comment il peut faire évoluer efficacement la vie spirituelle chrétienne ?
Les étapes du développement spirituel qu’il permet, faisant passer l’âme d’étape en étape, vers une relation de plus en plus contemplative avec Dieu.

Leçon 23 — LA TROISIÈME DEMEURE et l’oraison de quiétude (24 mn)
Au bout de quelques années, acquisition d’une vertu qui stabilise la vie chrétienne. L’ascétisme disparaît au profit d’une fréquentation calme et habituelle du Seigneur. Le signe de cette demeure : Le caractère aisé de l’oraison et de la vie chrétienne. Le mécanisme de l’acquisition d’une vertu humaine.
L’oraison de quiétude et sa simplicité, son calme, sa paix. La gestion plus aisée des distractions et de l’ennui. Caractéristiques de cet état de latence.
Mise en garde : La fragilité de cet état : il peut sombrer dans la mollesse et la tiédeur. La vertu est fraîchement acquise.
 

Leçon 24 — L’état de simplicité de la troisième demeure (24 mn)
La stabilité et la prudence acquises par une certaine maturité accompagnée de l’expérience de sa propre faiblesse lors de la deuxième demeure.
Les trois sagesses. La connaissance de Dieu, mais une connaissance acquise, qui n’a pas encore été éprouvée par la souffrance : la purification et la formation du cœur ne sont pas terminées. La 6° demeure et la nuit de l’esprit viendront à l’heure du Seigneur.
L’imperfection et l’inachèvement de cet état, aussi humble soit-il.

II° Les quatrième et cinquième demeures ou la vie chrétienne mystique et sensible

Leçon 25 — LA QUATRIÈME DEMEURE et le baptême de l’Esprit (38 mn)
Le baptême de l’Esprit Saint à la lumière du récit de la Pentecôte. Qu’est-ce que cette « sensation » de présence de Dieu ? Attention à un contresens : le Saint Esprit est là dès la première demeure : Comparaison avec les quatre présence de l’Esprit Saint (présence d’immensité, prémotion divine, Présence par la grâce sanctifiante de la première demeure et Présence par la grâce sanctifiante de la quatrième demeure).
Avantages et inconvénients de commencer la vie chrétienne par ce baptême sensible. Comparaison avec les avantages et inconvénients du mariage de raison et du mariage de passion.

Leçon 26 — L’oraison de ferveur sensible de la quatrième demeure (33 mn)
Description : Comment distinguer la sensation de la présence de Dieu d’une sensation liée à la beauté, ou à l’imaginaire sacré ?
La ferveur venant de l’Esprit Saint est portée par un plaisir sensible.
La cause : Dieu qui veut commencer une nouvelle aventure de vie.
Comparaison de la ferveur sensible et parfois aveuglée de la quatrième demeure avec le silence et la contemplation méditative de la troisième demeure
A étudier : la place des signes et des locutions intérieures.

Leçon 27 — La place des phénomènes mystiques extraordinaires (21 mn)
Qu’est qu’un phénomène mystique extraordinaire ? L’exemple de la Pentecôte et des langues de feu (Actes 2, 2).
Leur arrivée lors de la quatrième demeure : ses avantages et ses risques.
Avantage de ces signes (L’Esprit Saint montre son amour) et inconvénient (la personne, pas encore purifiée, peut se croire au-dessus des autres, privilégiée pour ses propres mérites).

Leçon 28 — La place des signes de Dieu dans la vie chrétienne ? (21 mn)
Qu’est qu’un signe au plan de la théologie mystique ?
Les signes dans les âges divers de la vie chrétienne.
Comment Dieu, pour nous rendre adultes, efface peu à peu ses signes.

Leçon 29 — La place et les risques des charismes dans cette quatrième demeure (18 mn)
Qu’est qu’un charisme ? L’exemple de la Pentecôte et des langues de feu (voir Actes 2, 6).
Le but des charismes : faire connaître Jésus et son Evangile aux autres.
Les trois espèces des charismes : 1° Ceux donnent la connaissance profonde et miraculeuse du message (charisme du docteur, prophétie, parole de connaissance et de science) ; 2° Ceux qui manifeste la splendeur et la crédibilité du message (charisme de foi, des miracles, des guérisons), 3° Ceux qui permettent de communiquer e message (don des langues, don de bilocation).
Leur arrivée lors de la quatrième demeure est fréquente car, dans sa ferveur, la personne rêve de faire partager sa joie.
Avantages et risques de ces charismes à ce moment de la vie chrétienne, lorsqu’elle n’est pas encore purifiée.

Leçon 30 — Le prophétisme et les locutions intérieures (22 mn)
Qu’est qu’une locution intérieure ? Comment distinguer une locution intérieure et sa propre imagination ?
L’exemple de la Pentecôte et la première prédication de Pierre (Actes 2, 14).
Leur arrivée lors de la quatrième demeure : ses avantages et ses risques.
Comment éviter ses risques : la prudence et l’humilité de celui qui croit recevoir de telles locutions intérieures.

Leçon 31 — L’arrivée de la nuit des sens dans la quatrième demeure (32 mn)
Les trois phases normales de cette étape mystique (4° et 5° demeures) : 1° Le commencement et son plaisir (4° demeures) : 2° Le progressant et son désert (nuit des sens) ; 3° Le parfait et sa pacification (5° demeures). A la lumière de saint Jean de la Croix.
Nécessité de la nuit des sens : détacher l’âme de son égoïsme de jouissance. L’âme est-elle en état de péché mortel dans son goût pour les plaisirs de la quatrième demeure ? Y a-t-il un risque de péché capital (addiction à ce plaisir) ?
Le but : s’attacher à Dieu au Dieu des trésors plutôt qu’aux trésors de Dieu.
Origine de la nuit des sens : Dieu par l’intermédiaire des lois de notre nature sensible.
La nuit passive des sens et la nuit active des sens.

Leçon 32 — La nuit passive des sens et ses effets (22 mn)
Description de la nuit passive des sens. Sa difficulté est augmentée si on ignore sa cause et sa nécessité car elle devient une forme de nuit de l’esprit avant l’heure.
Rôle essentiel du conseiller spirituel.
Ses effets dévastateurs et purificateurs pour l’âme portée aux plaisirs sensibles.

Leçon 33 — La nuit active des sens (26 mn)
Elle est l’ascèse que l’âme doit entreprendre résolument pour que la nuit des sens produise ses effets positifs. Elle ressemble à l’ascèse présente dans l’ascèse des trois premières demeures. Dans la quatrième demeure, l’âme est en partie démunie, fragilisée, faible, et en partie capable d’accompagner les choses si elle en connait le but et le chemin.
1° Importance de la connaissance. 2° Savoir accompagner les douleurs de cette nuit par des plaisirs, afin de ne pas briser la volonté. Mais à tension à l’excès des plaisirs qui pourraient devenir une stratégie de contournement de la nuit des sens, l’empêchant de produire ses effets.

Leçon 34 — LA CINQUIÈME DEMEURE ou la pacification des sentiments (22 mn)
La pacification de l’âme dans son état de sécheresse à travers l’augmentation de la foi en la présence de Dieu qui vient se substituer à la sensation de la présence de Dieu. Ce passage se fera d’autant plus vite qu’on en comprendra la nécessité et le but.
L’oraison s’intériorise : on rejoint Dieu présent au fond de l’âme et on se détache des sensations de Dieu.
Le signe de l’entrée dans cette cinquième demeure est la joie paisible dans la sécheresse. A la rigueur, éprouver ou non des grâces sensibles n’a plus d’importance. On ne regrette pas le temps jadis.
Un risque d’excès dans ce détachement : l’oublie de l’espérance de la Venue du Christ. Comparaison avec l’état d’une épouse pacifiée mais toujours romantique au fond d’elle-même.
Les qualités acquises par l’épreuve : intériorisation, contemplation, prudence, patience, discrétion, obéissance, paix.
Apostolat débarrassé du risque d’activisme agité (recherche paisible d’efficacité).
État imparfait : Ne pas oublier l’ascèse à cette période sous peine de tomber dans l’endormissement. (JVVD p. 600).

Leçon 35 — L’oraison de quiétude du cœur dans la cinquième demeure (16 mn)
Comparaison avec l’oraison de simplicité de l’intelligence de la troisième demeure : ressemblances et différences.
Sécheresse contemplative (saint Jean de la Croix) et quiétude affective (sainte Thérèse d’Avila).
L’aspiration amoureuse au milieu d’une oraison emprunte de distractions.
Aspiration au silence, aux cérémonies courtes et simples, aux messes basses. Le rapport à l’eucharistie et au désert (Père Marie-Eugène, Je veux voir Dieu », p. 594).
L’union de volonté (JVVD p. 637). La grâce mystique d’union qui rend facile l’oraison (JVVD p. 643). État imparfait : ne pas oublier l’ascèse à cette période sous peine de tomber dans l’endormissement. (JVVD p. 600).

III° Les sixième et septième demeures ou la vie chrétienne mystique et unifiante

Leçon 36 — LA SIXIÈME DEMEURE et le but de la nuit de l’esprit : la vision béatifique (40 mn)
Qu’est-ce que la kénose ? Pourquoi est-elle nécessaire pour tout homme afin de voir Dieu face à face, selon ce texte : Exode 33, 20 "Mais, dit-il, tu ne peux pas voir ma face, car l’homme ne peut me voir et vivre." ? La kénose intra-trinitaire.
Pourquoi, si l’amour seul était nécessaire pour voir Dieu, la « kénose » (un cœur qui s’abaisse en dessous de soi-même) est indispensable pour voir Dieu ?
Pourquoi la nuit de l’esprit est le chemin de la kénose.

Leçon 37 — Le Christ, modèle de la nuit de l’esprit (22 mn)
Matthieu 27, 46 Et vers la neuvième heure, Jésus clama en un grand cri : "Eli, Eli, lema sabachtani", c’est-à-dire : "Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné?"
Voir Psaume 22, 2 Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné? Loin de me sauver, les paroles que je rugis! Mon Dieu, le jour j’appelle et tu ne réponds pas, la nuit, point de silence pour moi. En toi nos pères avaient confiance, confiance, et tu les délivrais (…) ».
Voir Hébreux 5, 7 « C’est lui Jésus qui, aux jours de sa chair, ayant présenté, avec une violente clameur et des larmes, des implorations et des supplications à celui qui pouvait le sauver de la mort, et ayant été exaucé en raison de sa piété, tout Fils qu’il était, apprit, de ce qu’il souffrit, l’obéissance ; après avoir été rendu parfait, il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent principe de salut éternel. »

Leçon 38 — Qu’est-ce que la nuit de l’esprit ? (27 mn)
Les nuits de l’esprit en dehors de la vie chrétienne : Mt 6, 21 : « Car où est ton trésor, là sera aussi ton cœur ». Dt 28, 65 : « Parmi ces nations, tu n’auras pas de tranquillité et il n’y aura pas de repos pour la plante de tes pieds, mais là Yahvé te donnera un cœur tremblant, des yeux éteints, un souffle court ».
En théologie mystique catholique, le nom de « nuit de l’esprit » désigne une épreuve de désespoir qui atteint un amoureux de Dieu : « Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? »
Le modèle de cette nuit de l’esprit chez le Christ à la croix.

Leçon 39 — Dieu est-il la cause de la nuit de l’esprit ? (23 mn)
En vue de la kénose, les épreuves et la tentation peuvent-elles venir de Dieu ? Cette traduction du "Notre Père" : « Ne nous soumets pas à la tentation » pose problème à certains. Comment la nuit de l’esprit, au sens mystique du terme (privation de Dieu jusqu’à perdre la lumière) ne peut venir que de Dieu.

Leçon 40 — La nuit de l’esprit par les mains de la Vierge Marie (18 mn)
Les deux échelles de saint Alphonse de Liguori : « On lit dans les Chroniques franciscaines que le Frère Léon vit un jour deux échelles : une rouge, sur laquelle se tenait Jésus-Christ ; l’autre blanche où était Marie. Il aperçut ensuite des âmes qui prenaient l’échelle rouge. Elles montaient quelques échelons, puis tombaient ; elles essayaient encore et finissaient toujours par retomber. Alors on les engagea à prendre l’échelle blanche, et le Frère Léon les vit monter heureusement, parce que la sainte Vierge leur tendait la main. Ainsi arrivèrent-elles sans difficulté en paradis. » St Alphonse de Liguori, Les Gloires de Marie - St Paul 1997 - P 168).
La compassion sincère dans un cœur sensible et la peur de la nuit de l’esprit peut-elle remplacer la nuit de l’esprit et produire le même effet ?

Leçon 41 — Les effets de la nuit de l’esprit (24 mn)
Dt 28, 65 : « mais là Yahvé te donnera un cœur tremblant, des yeux éteints, un souffle court ».
Plus que l’humilité, la kénose : l’exemple de la dirigée du père Jésuite.
Le détachement de tout, la relativisation des anciennes luttes.
L’absence d’illusion sur soi, sur sa propre sainteté.
La vérité à nu sur soi : l’exemple de la vanité et tout humble Père Emmanuel de Floris.
La compassion et la disparition des désirs de vengeance.

Leçon 42 — LA SEPTIÈME DEMEURE et l’union transformante (23 mn)
L’union transformante est la transformation de notre âme qui devient conforme à l’âme du Christ après son perfectionnement (Hb 5, 7). . On devient comme lui car, ayant souffert, on comprend depuis sa chair ce qu’il est et son Evangile.
Toutes les vanités et joie de cette terre étant relativisées, Dt 28, 65 : « mais là Yahvé te donnera un cœur tremblant, des yeux éteints, un souffle court », de manière simple, les commandements les plus fous du Christ deviennent comme naturels (l’amour des ennemis etc.). Lecture de Matthieu 5, 17ss).
L’erreur de croire que cette septième demeure se définit par de grands phénomènes mystiques. Elle se définit par une conformité au cœur du Christ après sa passion : « Hb 5, 9 après avoir été rendu parfait, il est devenu pour tous ceux qui lui obéissent principe de salut éternel. »
Les conséquences de cette transformation : l’aisance dans l’application de la Loi nouvelle décrite en Matthieu 5, 17 ss.

Leçon 43 — Les fiançailles mystiques dans les septièmes demeures (13 mn)
Pourquoi parle-t-on des « fiançailles mystiques » (Osée 2, 21 Je te fiancerai à moi pour toujours).et non du « mariage mystique » ? L’entrée dans la « Principauté sacerdotale » en vue de la royauté éternelle : Exode 19, 6 : « Je ferai de vous un royaume de prêtres, une nation sainte. Voilà les paroles que tu diras à mon peuple, Israël. », Comment Dieu se fait obéissant à notre âme puisque nous lui sommes totalement obéissants. La royauté de Marie, image de ces épousailles mystiques. Comment les saints obtiennent tout de Dieu, y compris les miracles, car Dieu ne résiste pas à une âme humble et aimante.

Leçon 44 — L’apostolat libre paisible et douloureux, un effet de la nuit de l’esprit (38 mn)
Les diverses approches de l’apostolat durant la vie chrétienne : Volonté d’efficacité dans la troisième demeure (Voir saint Ignace de Loyola), 
agité et passionné dans la quatrième demeure (Ex : L’apostolat de Marie, Luc 2, 48), 
paisible et patient et mystique dans la cinquième demeure (Ex : L’apostolat de Marie en Jean 2, 5 Sa mère dit aux servants : "Tout ce qu’il vous dira, faites-le."). 
4° L’apostolat des sixièmes demeures : L’apostolat des martyrs, dans l’exemple de la douleur. Ex : L’apostolat de Marie en Jean 19, 27 Puis il dit au disciple : "Voici ta mère." Dès cette heure-là, le disciple l’accueillit comme sienne). L’exemple d’Asia Bibi 
5° L’apostolat des septièmes demeures : Ici, l’apostolat devient une joie simple, mais compatissante et aimante de faire connaître le Seigneur, par bonté pure, et dans la confiance paisible aux temps de Dieu (Ex : L’apostolat de Marie avant et après la Pentecôte). Comparaison avec l’apostolat éternel du Ciel qui se fait dans la béatitude parfaite (connaissance et vision de Dieu).

Leçon 45 — Les charismes et les phénomènes mystiques extraordinaires de la septième demeure (36 mn)
Pourquoi les phénomènes mystiques extraordinaires ne sont plus un danger pour le salut de l’âme à cette étape de la vie mystique.
Pourquoi Dieu met-il à disposition des saints tous ses charismes : ceux de la connaissance de Dieu, ceux de la preuve et ceux de la communication). L’exemple des saints. Comparaison avec le danger des quatrièmes demeures.

Leçon 46 — Purgatoire : Cette purification se fait en ce monde ou dans l’autre (59 mn)
Peut-on éviter le purgatoire ? Vaut-il mieux les vivre sur terre ? Sont-ils plus terribles dans l’autre monde selon l’opinion de certains mystiques ? Pourquoi faut-il prier la vierge Marie, la reine et la mère des âmes du purgatoire.
Les trois purgatoires qui précèdent le jugement particulier.
Les trois purgatoires mystiques, après le jugement particulier, tels que les voit saint Catherine de Gênes (Traité du purgatoire).
Les trois étapes : 1° Les commençants (enthousiasme), 2° les progressants (nuit et durée), 3° les parfaits (attente paisible et douloureuse).
Les trois états d’âme : 1° Amour et fierté, 2° angoisses et désespoirs, 3° Cœur brisé et esprit humilié. Dans ces purgatoires, pas de croissance de l’amour, une croissance de l’humilité jusqu’à la kénose.

Aider à traduire    |    Collaborateurs    |    Contact    |    Liens