Accueil  >  Cours  >  Le saint Concile Vatican II

 

Arnaud Dumouch
Cours de théologie catholique

Le saint Concile Vatican II

 

 

Le saint Concile Vatican II et ses apports par rapport à la théologie scolastique traditionnelle.

« Je suis un théologien conciliaire. Et j’affirme la grandeur et la sainteté du grand concile Vatican II. Je pointe du doigt la pensée de ceux qui caricaturent ou déforment ce saint Concile. Avec le Pape Paul VI, Le saint pape Jean-Paul le grand, le pape Benoît XVI, osez l’aventure de l’interprétation authentique du saint concile Vatican II ! » (Arnaud Dumouch)

 

Ces cours sont gratuitement accessibles ici en vidéos. Si vous désirez les obtenir en MP3 (audio), écrire à a.dumouch@hotmail.com.

 

Leçon 1 — Un concile qui définit la foi (1h02)
Il n’est pas qu’un Concile pastoral ! L’Esprit saint est allé plus loin que ce que voulait le bienheureux pape Jean XXIII.
Huit avancées dogmatiques prises parmi beaucoup d’autres :
1° L’homme est par nature un être libre et la liberté religieuse est une condition de sa nature.
2° L’Ordre des évêques est un ordre indépendant, radicalement non réductible à l’Ordre des prêtres, quoiqu’en dise saint Thomas d’Aquin.
3° Le mariage est ordonné 1° à l’amour réciproque des époux et 2° au don de la vie (et non à la procréation et à l’assouvissement du désir, comme l’enseignait saint Thomas d’Aquin).
4° Les religions autres que le christianisme possèdent en elles des « semences de l’Esprit Saint » qui disposent les âmes des non-chrétiens au salut.
5° Nous devons tenir que Dieu proposera à tous, sans exception, la possibilité d’être sauvé. (C’est le seul dogme à forme solennelle, voir GS 22, 5).
6° Le sacrement de l’eucharistie a pour but l’union par la charité de Dieu et de l’homme (et non seulement la glorification de Dieu).
7° L’infaillibilité pontificale s’exerce de manière extraordinaire, solennelle ou ordinaire (voir définitions du Concile).
8° L’Ecriture sainte n’est pas dictée par Dieu mais inspirée par Dieu à de vrais auteurs humains qui ont écrit avec leurs mots et leur faillibilité. L’Ecriture est infaillible sur la doctrine du salut et sa révélation progressive, pas sur le reste.

Leçon 2 — La doctrine du salut (52 mn)
Ce saint Concile bouleverse la théologie scolastique : Dieu proposera à tous son salut (Gaudium et Spes 22, 5), ce qui ne veut pas dire que tous l’accepteront.

Leçon 3 — Le but du Christ et de son Eglise : alliance entre Dieu et l’âme (18 mn)
La gloire de Dieu, c’est de s’unir à l’homme dans une Alliance réciproque d’amour et d’humilité.
Deux interprétations erronées du message du Christ : Celle qui exalterait Dieu seul (intégrisme) et celle qui exalterait l’homme seul (progressisme).

Leçon 4 — La liturgie nouvelle (26 mn)
Elle recentre tout sur le but de Jésus : l’union de l’homme à Dieu par la charité. Car la gloire de Dieu, c’est de s’unir à l’âme ! La forme de la liturgie est changée pour mieux signifier cela.

Leçon 5 — La liberté religieuse (35 mn)
Le saint Concile définit la personne humaine que Dieu a voulu libre.
Pourquoi il n’entre pas en contradiction avec les rejets pastoraux du XIX° s. de la liberté religieuse.

Leçon 6 — Le sacrement de l’Ordre et sa finalité (13 mn)
Dieu a voulu ses prêtres comme serviteurs de l’alliance nouvelle, par la charité, entre Dieu et l’homme, par l’eucharistie.
Le saint concile change l’ancienne conception scolastique (où le sacerdoce ministériel se définit par le seul rapport à l’eucharistie).

Leçon 7 — Le mariage et ses deux finalités (17 mn)
Comment le saint Concile bouleverse la théologie scolastique et finalise le mariage par l’amour des époux et le don de la vie.
Le saint concile change l’ancienne conception scolastique qui centrait me mariage sur la seule question de la fécondité.
On voit cette précision dans la comparaison du Code du droit canonique :
Code de Droit canonique de 1917 : Can. 1013 § 1 : La fin première du mariage est la procréation et l’éducation des enfants; la fin secondaire est l’aide mutuelle et le remède à la concupiscence.
Code de Droit canonique de 1983 : C.1055 § 1 : L’alliance matrimoniale, par laquelle un homme et une femme constituent entre eux une communauté de toute la vie, ordonnée par son caractère naturel au bien des conjoints ainsi qu’à la génération et à l’éducation des enfants, a été élevée entre baptisés par le Christ Seigneur à la dignité de sacrement.

Leçon 8 — L’infaillibilité pontificale (54 mn)
Le saint Concile élargit l’infaillibilité pontificale au Magistère ordinaire universel.

Leçon 9 — Les degrés d’autorité dans l’Eglise et leur acceptation par les frères séparés en vue du retour à la pleine communion (55 mn)
Les trois fonctions de l’Eglise : Prêtre (culte), prophète (enseignement doctrinal) et roi (pastorale).
Leur autorité respective.
Ce qui sera très probablement demandé aux orthodoxes et à la FSSPX pour le retour à l’unité.

Leçon 10 — Les autres religions (18 mn)
Elles ne donnent pas le salut. Mais elles ont reçu des semences de l’Esprit saint pour préparer le salut par Jésus Christ (Nostra Aetate).

Leçon 11 — L’œcuménisme (28 mn)
Comment l’humilité et l’amour envers les frères chrétiens séparés s’accompagnent de l’affirmation de toute la foi catholique, dans la fidélité totale.
Comment l’unité se fera dans un repentir pour les fautes du passé. L’œcuménisme ne consiste pas à brader le contenu de la foi catholique.

Leçon 12 — La réunion œcuménique d’Assise (15 mn)
Que penser de la réunion d’Assise organisée par le pape Benoît XVI en octobre 2011 à la suite des réunions du pape Jean-Paul II ?
Ce qui est en jeu :
- Les semences de l’Esprit Saint présentes dans ces religions.
- La prière pour la paix spirituelle face à un monde de plus en plus matérialiste.
- L’annonce eschatologique de la lutte finale du dernier Antéchrist contre « tout ce qui porte le nom de Dieu » (Voir 2 Thess 2).

Leçon 13 — L’Écriture Sainte (38 mn)
La constitution Dei Verbum est une constitution dogmatique. Elle manifeste de manière simple et claire le rapport entre les auteurs humains de l’Ecriture, qui ont vraiment écrit avec leurs mots, leur mentalité, et l’Auteur divin qui les a inspirés infailliblement pour que peu à peu et jusqu’à Jésus Christ, le salut soit révélé.

Leçon 14 — Vatican II et son bouleversement pastoral (35 mn)
Si Vatican II est, au plan dogmatique, dans la continuité des autres Conciles, par contre, au plan pastoral, ce saint Concile marque une rupture et fait passer l’Eglise de l’époque de sa puissance et séparation des autres à l’époque de son humilité et ouverture aux autres.
Nouveau rapport aux autres religions, aux chrétiens séparés et même au monde profane.
Ce changement est un puissant signe des temps.

Leçon 15 — Vatican II et l’apostolat des laïcs (42 mn)
L’histoire de l’apostolat des laïcs depuis l’Evangile au Saint Concile Vatican II.
Ce qui est réservé au sacrement de l’Ordre et ce qui est fondé sur le sacerdoce royal de tous les fidèles.
La nécessité de développer le doctorat et le rôle missionnaire des laïcs. Les autres domaines d’apostolat.

Leçon 16 — Vatican II est-il la cause de l’apostasie en Europe ? (33 mn)
Ne pas confondre cause et phénomène concomitant.
Les causes profondes de l’apostasie en Europe : elle s’est donnée depuis le XVI° s. à plusieurs idoles successives.
Le rôle important du clergé « progressiste » et de sa théologie de la rupture.
Les fruits de Vatican II arrivent, et seront visibles dès que l’Esprit Saint le décidera.

Leçon 17 — Un concile signe des temps, signe du retour du Christ (15 mn)
Le Saint concile marque un tournant dans la vie de l’Eglise qui s’est mise en marche, résolument, dans les pas de Jésus montant vers Jérusalem et son Heure.

Leçon 18 — Conclusion : Le principe d’unité du Saint Concile Vatican II (33 mn)
Tout dans ce concile est recentré sur la notion d’alliance d’amour entre Dieu et l’homme selon cette parole : « Genèse 17, 21 Mais mon alliance, je l’établirai avec Isaac (le fils de la femme libre, image du Christianisme), que va t’enfanter Sara, l’an prochain à cette saison. »
Tout prend sa cohérence la dessus, et vient en décalage par rapport à l’habitude prise durant des siècles de tout centrer sur la gloire de Dieu seul, exalté sur les autels et dans les cœurs, la place de l’homme étant relativisée.
Evidemment, les Progressistes, dans leur Concile parallèle, ont dit : « C’est l’homme qui est exalté » (et Dieu est mis à sa place à savoir secondaire). Les intégristes ont répondu : « Vous voyez ! Le concile est FM ! Il exalte l’homme contre Dieu. »

Leçon 19 — Épilogue : Réponse aux objections d’un prêtre de la Fraternité Sacerdotale saint Pie X (Monseigneur Lefebvre) (48 mn)
Le 26 juin 2012, l’Abbé Hervé Belmont a donné une causerie d’une heure trente à Saint-Maixant sur le processus de réunification entre Rome et la FSSPX (Fraternité Sacerdotale Saint Pie X, de Mgr Marcel Lefebvre) : « Les catholiques de tradition à la croisée des chemins ». Il y a manifesté son ouverture et ses doutes profonds, d’abord théologiques.
Cette vidéo est une réponse théologique par un théologien conciliaire.
Introduction : les remarques et les doutes principaux de l’Abbé Belmont sur Vatican II.
1° Quelques réponses théologiques sur la foi définie durant le saint Concile Vatican II.
2° Ce qui sera probablement demandé à la FSSPX en vue de l’unité au plan doctrinal, pastoral et liturgique.
Conclusion : « Le signe de Pierre » donné au plan eschatologique par la FSSPX depuis Vatican II.

Aider à traduire    |    Collaborateurs    |    Contact    |    Liens