Original, 09 août

LECTURE DE L’ÉVANGILE DE SAINT MATTHIEU

par saint Thomas d’Aquin

 

© Copyright Dominique Pillet (Chapitre 3 à 5, table), Jacques Ménard (Prologue 1, 2 et Chapitres 6 jusqu’à la fin), et Sœur Marie-Hélène Deloffre, o.s.b. (Extraits des chapitres 26, 27, 28).

2004-2005

Première édition numérique http://docteurangelique.free.fr mars 2005

 

 

TABLE DES MATIÈRES

NOTES POUR LA TRADUCTION_ 4

AVANT-PROPOS_ 5

CHAPITRE I 7

Leçon 1 – Mt 1, 1, n°11_ 8

Leçon 2 – Mt 1, 2‑6, n° 24_ 10

Leçon 3 – Mt 1, 6-11, n° 53_ 16

Leçon 4 – Mt 1, 12‑20, n° 74_ 21

Leçon 5 – Mt 1, 21-23, n° 134_ 32

Leçon 6 – Mt 1, 24-25, n° 150_ 36

CHAPITRE II 37

Leçon 1 – Mt 2, 1‑2, n° 163_ 38

Leçon 2 – Mt 2, 3-9, n° 190_ 42

Leçon 3 – Mt 2, 10‑12, n° 210_ 46

Leçon 4 – Mt 2, 13‑23, n° 225_ 49

CHAPITRE III 55

Leçon 1 – Mt 3, 1‑12, n° 267_ 56

Leçon 2 – Mt 3, 13‑17. n° 349_ 67

CHAPITRE IV_ 71

Leçon 1 – Mt 4, 1-25, n° 381_ 72

Leçon 2 – Mt 4, 12‑22, n° 442_ 81

Leçon 3 – Mt 4, 23‑25, n° 489_ 89

CHAPITRE V_ 91

Leçon 1 – Mt 5, 1‑2, n° 507_ 93

Leçon 2 – Mt 5, 3‑22, n° 521_ 95

Leçon 3 – Mt 5, 11-12, n° 698_ 119

Leçon 4 – Mt 5, 13‑14a [Commentaire suppléé par Pierre de Scala] n° 710_ 121

Leçon 5 – Mt 5, 14b‑16, n° 733_ 124

Leçon 6 – Mt 5, 17‑19, n° 743_ 125

Leçon 7 – Mt 5, 23‑26, n° 753_ 127

Leçon 8 – Mt 5, 27‑37, n° 765_ 129

Leçon 9 – Mt 5, 38‑48, n° 825_ 137

CHAPITRE VI 143

Leçon 1 – Mt 6, 1‑4 [Commentaire de Pierre de Scala] n° 859_ 144

Leçon 2 – Mt 6, 5‑8 [Commentaire de Pierre de Scala] n° 880_ 146

Leçon 3 – Mt 6, 9‑12 [Commentaire de Pierre de Scala] n° 893_ 149

Leçon 4 – Mt 6, 13‑18 [Commentaire de Pierre de Scala] n° 928_ 157

Leçon 5 – Mt 6, 19‑34 [Commentaire de Pierre de Scala] n° 935_ 158

CHAPITRE VII 164

Leçon 1 – Mt 7, 1‑16 [Commentaire de Pierre de Scala] n° 961_ 165

Leçon 2 – Mt 7, 17‑29 [Commentaire de Pierre de Scala] n° 989_ 170

CHAPITRE VIII 176

Leçon 1 – Mt 8, 1‑4, n° 1019_ 178

Leçon 2 – Mt 8, 5‑13 ; n° 1037_ 180

Leçon 3 – Mt 8, 14‑27 ; n° 1055_ 184

Leçon 4 – Mt 8, 28‑34 ; n° 1080_ 188

CHAPITRE IX_ 191

Leçon 1 – Mt 9, 1‑8 ; n° 1092_ 192

Leçon 2 – Mt 9, 9‑13 ; n° 1111_ 195

Leçon 3 – Mt 9, 14‑17 ; n° 1125_ 198

Leçon 5 – Mt 9, 27‑34 ; n° 1154_ 203

CHAPITRE X_ 207

Leçon 1 – Mt 10, 1-15 ; n° 1181_ 209

Leçon 2 – Mt 10, 16-37 ; n° 1220_ 217

Leçon 3 – Mt 10, 38‑42 ; n° 1280_ 229

CHAPITRE XI 231

Leçon 1 – Mt 11, 1-15 ; n° 1288_ 232

Leçon 2 – Mt 11, 16-19 ; n° 1325_ 238

Leçon 3 – Mt 11, 20-30 ; n° 1337_ 240

CHAPITRE XII 247

Leçon 1 – Mt 12, 1-22 ; n° 1370_ 249

Leçon 2 – Mt 12, 22-37 ; n° 1419_ 256

Leçon 3 – Mt 12, 38‑45 ; n° 1468_ 266

Leçon 4 – Mt 12, 46-50 ; n° 1493_ 271

CHAPITRE XIII 273

Leçon 1 – Mt 13, 1-23 ; n° 1506_ 275

Leçon 2 – Mt 13, 24-30 ; n° 1563_ 286

Leçon 3 – Mt 13, 31-43 ; n° 1595_ 292

Leçon 4 – Mt 13, 44-58 ; n° 1624_ 297

CHAPITRE XIV_ 304

Leçon 1 – Mt 14, 1-14 ; n° 1651_ 305

Leçon 2 – Mt 14, 15-34 ; n° 1681_ 309

CHAPITRE XV_ 317

Leçon 1 – Mt 15, 1-20_ 318

Leçon 2 – Mt 15, 21–28_ 326

Leçon 3 – Mt 15, 29‑38_ 329

CHAPITRE XVI 333

Leçon 1 – Mt 15, 39‑16, 12_ 334

Leçon 2 – Mt 16, 13‑19_ 338

Leçon 3 – Mt 16, 20‑28_ 344

CHAPITRE XVII 349

Leçon 1 – Mt 17, 1‑13_ 350

Leçon 2 – Mt 17, 14‑27_ 357

CHAPITRE XVIII 364

Leçon 1 – Mt 18, 1‑11_ 366

Leçon 2 – Mt 18, 12‑22_ 371

Leçon 3 – Mt 18, 23‑35_ 376

CHAPITRE XIX_ 380

Leçon 1 – Mt 19, 1‑19_ 381

Leçon 2 – Mt 19, 20‑30_ 390

CHAPITRE XX_ 399

Leçon 1 – Mt 20, 1‑16_ 400

Leçon 2 – Mt 20, 17‑34_ 406

CHAPITRE XXI 414

Leçon 1 – Mt 21, 1‑22_ 415

Leçon 2 – Mt 21, 23‑46_ 425

CHAPITRE XXII 432

Leçon 1 – Mt 22, 1–14_ 433

Leçon 2 – Mt 22, 15‑22_ 438

Leçon 3 – Mt 22, 23‑33_ 441

Leçon 4 – Mt 22, 34‑46_ 444

CHAPITRE XXIII 449

Leçon 1 – Mt 23, 1‑12_ 451

Leçon 2 – Mt 23, 13‑33_ 456

Leçon 3 – Mt 23, 34‑39_ 466

CHAPITRE XXIV_ 469

Leçon 1 – Mt 24, 1‑14_ 470

Leçon 2 – Mt 24, 15‑22_ 476

Leçon 3 – Mt 24, 23–41_ 479

Leçon 4 – Mt 24, 42‑51_ 491

CHAPITRE XXV_ 495

Leçon 1 – Mt 25, 1–13_ 497

Leçon 2 – Mt 25, 14‑30_ 502

Leçon 3 – Mt 25, 31‑46_ 512

CHAPITRE XXVI 520

Leçon 1 – Mt 26, 1‑16_ 522

Leçon 2 – Mt 26, 17‑25_ 529

Leçon 3 – Mt 26, 26_ 533

Leçon 4 – Mt 26, 27‑29_ 538

Leçon 5 – Mt 26, 30‑46_ 542

Leçon 6 – Mt 26, 47‑56_ 551

Leçon 7 – Mt 26, 57‑75_ 556

CHAPITRE XXVII 563

Leçon 1 – Mt 27, 1‑26_ 565

Leçon 2 – Mt 27, 27‑56_ 574

Leçon 3 – Mt 27, 57‑66_ 586

CHAPITRE XXVIII 588

Leçon unique – Mt 28, 1‑20_ 589

INDEX DES AUTEURS CITÉS_ 601

INDEX DES CITATIONS BIBLIQUES_ 604

INDEX DES PRINCIPAUX LIEUX THÉOLOGIQUES_ 617

 

 

NOTES POUR LA TRADUCTION

 

1. Sauf quelques passages qui sont de la main même de Thomas d’Aquin et ceux qui sont de la main de Pierre de Scala (commentaire de Mt 5, 11-7, 29), le texte de la Lecture sur l’évangile de saint Matthieu nous est parvenu principalement sous la forme d’une reportatio, c’est-à-dire d’une reconstitution de l’exposé de Thomas d’Aquin à partir de notes prises par un auditeur (Pierre de Andrea). En l’absence d’une édition critique, la présente traduction française se fonde sur l’édition électronique des Opera omnia de Thomas d’Aquin, réalisée par Enrique Alarcón, dans le cadre du Corpus thomisticum (Université de Navarre, 2004).  http://www.corpusthomisticum.org/. Tout changement au texte de l’édition du Corpus thomisticum (explicitations, ajouts de références, etc.) est signalé par des crochets.

 

2. Les abréviations des livres bibliques sont celles de La Bible de Jérusalem, Paris, 1998. Les différences de numérotation entre la version latine de la Bible et celle de La Bible de Jérusalem sont signalées entre crochets. Pour faciliter la lecture, les références aux chapitres de la Bible, qui seules apparaissent dans le texte de la reportatio, ont été complétées par les références aux versets, chaque fois que ceux-ci ont pu être identifiés. La traduction française des textes bibliques suit d’aussi près que possible la version latine de la Bible utilisée par Thomas d’Aquin.

 

4. Les passages du prologue de saint Jérôme et de l’évangile de saint Matthieu commentés par Thomas d’Aquin sont mis en majuscules dans le corps du texte. Afin de faciliter le repérage des passages commentés, la référence au chapitre et au verset est donnée en caractères gras entre crochets à l’endroit où débute le commentaire de Thomas d’Aquin sur ce passage.

 

5. L’introduction a été rédigée par Carolyn Muessig. Le prologue et les chapitres 1 à 2, 6 à 25 ont été traduits par Jacques Ménard. Les chapitres 3 à 5 ont été traduits par Dominique Pillet. Sœur Marie-Hélène Deloffre, o.s.b., a collaboré à la traduction des chapitres 26 à 28. Jacques Ménard a assuré la révision générale de la traduction, Dominique Pillet la dernière relecture et l’index thématique. L’index des citations, la coordination et la mise en forme de l’édition électronique ont été effectués par Arnaud Dumouch, pour le site http ://docteurangelique.free.fr

 

 

AVANT-PROPOS

 

[Prologue]

1. Prologue sur Mathieu : MATTHIEU VENU DE JUDÉE, etc. Jérôme a fait précéder l’évangile de Matthieu d’un prologue, dans lequel il fait trois choses : en premier lieu, il décrit l’auteur lui-même ; en deuxième lieu, il dévoile les mystères de l’évangile, en cet endroit : EN SUPPOSANT LES PRINCIPES DE DEUX RÉALITÉS DANS LA GÉNÉRATION DU CHRIST ; en troisième lieu, il manifeste son intention, en cet endroit : TEL A ÉTÉ NOTRE PROPOS DANS L’ÉTUDE DU SUJET.

 

[Description de l’auteur]

2. Il décrit l’auteur sous quatre aspects : premièrement, par son nom, lorsqu’il dit : MATTHIEU ; deuxièmement, par son origine, lorsqu’il dit : VENU DE JUDÉE ; troisièmement, par l’ordre dans lequel il a écrit, en cet endroit : DE MÊME QU’IL EST PREMIER PAR L’ORDRE ; quatrièmement, par son appel, en cet endroit : DONT L’APPEL AU SEIGNEUR, c’est-à-dire, au Christ, etc. Sur ce point, Mt 11, 9 et Lc 5, 27. À noter que la Glose interlinéaire, qui dit : Le premier, c’est-à-dire, avant qui aucun, etc., semble vouloir dire que les autres qui ont suivi Matthieu ont écrit en Judée, ce qui n’est pas vrai : en effet, seul Matthieu a écrit en Judée ; Marc a écrit en Italie, Luc, en Achaïe, Jean, en Asie.

 

[Dévoilement des mystères]

3. Ensuite, [Jérôme] dévoile les mystères de l’évangile lui-même. Et d’abord, il dévoile les mystères entourant le début de l’évangile ; en second lieu, il montre que ces mêmes mystères doivent être recherchés tant au milieu qu’à la fin, en cet endroit : DANS CET ÉVANGILE, IL EST UTILE, etc.

4. En ce qui concerne le début de l’évangile, deux points sont abordés. D’abord, [Matthieu] donne comme un titre, là où il dit : LIVRE DE LA GÉNÉRATION [Mt 1, 1] ; en second lieu, la suite des générations est décrite, lorsqu’il dit : ABRAHAM ENGENDRA ISAAC, etc. [Mt 1, 2s]. [Jérôme] présente donc d’abord les mystères du titre ou de ce qui est abordé dans le titre ; en second lieu, les mystères de la génération, en cet endroit : ET AINSI, EN QUATORZIÈME LIEU [Mt 1, 17-18].

5. Ainsi, le titre se lit : LIVRE DE LA GÉNÉRATION DE JÉSUS, LE CHRIST. Là sont mentionnés deux principes, à savoir David et Abraham. Et cela, parce que le commandement au sujet de la circoncision a d’abord été donné à Abraham, Rm 4, 11 : Il reçut le signe de la circoncision, le sceau de la justice par la foi dans le prépuce, afin d’être le père de tous les croyants. Mais David fut choisi par le Seigneur, 1 R [1 S]  13, 14 : J’ai trouvé un homme selon mon cœur. Pour cette raison, les deux sont mentionnés, afin de signaler que le Christ tire son origine de pères circoncis et [de pères] élus ; c’est ce que signifie DEUX hommes ou deux principes, c’est-à-dire deux principes, à savoir David et Abraham.

6. Ensuite, il présente les mystères qui sont abordés dans la généalogie. En premier lieu, il aborde les mystères de l’évangile même ou de l’évangéliste ; en second lieu, du Christ lui-même : DE TOUTES CES CHOSES, etc. Et c’est un mystère que l’évangéliste ait réparti la généalogie du Christ en trois groupes de quatorze, dont le premier va d’Abraham à David, le second, de David jusqu’à la déportation [à Babylone], et le troisième, jusqu’au Christ, afin de montrer que le Christ est issu de circoncis, d’élus et de déportés. Et cela est INDIQUÉ SOUS TROIS FORMES, c’est-à-dire répété trois fois : plus haut, dans la généalogie, PAR LA FOI EN CE QU’IL FAUT CROIRE, c’est-à-dire, par Abraham lui-même, qui fut le premier modèle de la foi, EN ALLANT JUSQU’À L’ÉPOQUE DE L’ÉLECTION, c’est-à-dire jusqu’à David lui-même ; ET DEPUIS L’ÉLECTION, c’est-à-dire depuis David lui-même, JUSQU’AU JOUR DE LA DÉPORTATION ; ET DU JOUR DE LA DÉPORTATION POUR TERMINER PAR LE CHRIST. Cela est clair. RAPIDE, c’est-à-dire [que la généalogie] est abordée brièvement et succinctement. IL MONTRE LA GÉNÉRATION DU SEIGNEUR ET COMMENT ELLE EST ADÉQUATE PAR LE NOMBRE ET PAR LE TEMPS. Cela est clair.

7. DE TOUTES CES CHOSES, etc. On peut remarquer que, dans le déroulement de cette génération, quatre points sont abordés : le temps, le nombre, l’ordre et la disposition ou raison. CAR D’ABRAHAM JUSQU’À DAVID, etc. Tout cela ne montre rien d’autre que le fait que le Christ est Dieu : en effet, cela signifie, selon la disposition et l’explication allégorique, que le Christ est Dieu. CE QU’IL EST NÉCESSAIRE DE CROIRE, c’est-à-dire, que LE CHRIST EST DIEU, à savoir qu’en tout cela, il n’y rien de plus à croire que le fait que le Christ est Dieu. QUI EST NÉ D’UNE FEMME, etc. Il faut remarquer, expliquer et noter les subdivisions. ET IL FIXA TOUT À LA CROIX, à savoir, les péchés, du fait qu’il a supprimé la condamnation portée contre nous [Col 2, 14]. Mieux encore : le Christ, qui, étant Dieu et homme, est tout, selon Jn 12, 32 : Et moi, une fois élevé de terre, j’attirerai tout à moi, et Ph 2, 10 : Afin qu’au nom du Seigneur, tout fléchisse le genou, au ciel, sur la terre et dans les enfers. AFIN QUE TRIOMPHANT DE TOUT EN LUI-MÊME, car par le trophée de la croix, il s’est soumis toutes choses et a triomphé de tout.

8. ET LE NOM DE PÈRE [A ÉTÉ DONNÉ] AU FILS CHEZ LES PÈRES. Pour éclairer ce point, il faut remarquer que, dans le déroulement de la génération, certains sont mentionnés qui sont pères, et certains qui sont fils, comme cela est clair. De même, il y est mentionné un père qui n’a pas de père, tel Adam, et un fils qui n’a pas de fils, tel Jésus. De même, sont mentionnés certains qui sont pères et fils, comme c’est le cas de tous les intermédiaires. Or, cela indique mystiquement que, dans la Trinité, il y a le Père et le Fils, comme dans cette généalogie certains sont pères et certains sont fils. De même, par le fait que le premier père n’a pas de père dans ce déroulement et que le dernier fils n’a pas de fils, il est montré que ceux-ci existent éternellement. Aussi, par le fait que [celui qui est à la fois] père et fils est une seule et même [réalité] par rapport aux autres, on signale que [le Père et le Fils] sont une seule réalité, non pas par la personne, mais par la nature. Et c’est cela qu’il dit : transmettant LE NOM DE PÈRE AU FILS CHEZ LES PÈRES, à savoir que le fils a un père ; CHEZ LES PÈRES, à savoir que certains présentés ici sont pères. ET TRANSMETTANT LE NOM DE PÈRE, à savoir que le père a un fils, et [ce nom] AUX FILS, à savoir, par le fait qu’y sont mentionnés certains qui sont fils sans principe et sans fin, car le premier père n’a pas de père, et le dernier fils n’a pas de fils. MONTRANT QU’IL NE FAIT QU’UN AVEC LE PÈRE, à savoir, un par la nature, PAR LE FAIT D’ÊTRE UN par la personne, à savoir qu’il est [en même temps] père et fils par rapport aux autres dans ladite généalogie. Il faut remarquer la [Glose] interlinéaire qui dit : UN SEUL CHRIST, dont on ne dit rien.

9. Ensuite, il montre qu’il faut chercher des mystères similaires dans ledit évangile, non seulement au début, mais aussi en son milieu et en sa fin. Et c’est cela [qu’il veut dire] par DANS CET ÉVANGILE, à savoir, celui de Matthieu. IL EST UTILE POUR CEUX QUI RECHERCHENT DIEU, à savoir de la même manière que nous avons dite, DE CONNAÎTRE LES PREMIÈRES CHOSES, c’est-à-dire, le début, LES CHOSES DU MILIEU OU LES DERNIÈRES, la fin et la consommation. AFIN QUE LA VOCATION DE L’APÔTRE, etc. Il est écrit dans Ph 3, 12 : Je poursuis donc afin de comprendre, car, pour nous. Ici, il dévoile son intention, à savoir qu’il entend que ce qui est dit ici est vrai selon l’histoire, mais doit cependant être compris spirituellement.

 

[Intention de l’auteur]

10. TEL A ÉTÉ NOTRE PROPOS, c’est-à-dire [notre] intention, DANS L’ÉTUDE DU SUJET, à savoir, du prologue.

 

CHAPITRE I

 

Leçon 1 [Mt 1, 1] 1, 1 Telle fut la génération du Christ, fils de David, fils d’Abraham :

 

Leçon 2 [Mt 1, 2-6] 1, 2 Abraham engendra Isaac, Isaac engendra Jacob, Jacob engendra Juda et ses frères, 1, 3 Juda engendra Pharès et Zara, de Thamar, Pharès engendra Esrom, Esrom engendra Aram, 1, 4 Aram engendra Aminadab, Aminadab engendra Naasson, Naasson engendra Salmon, 1, 5 Salmon engendra Booz, de Rahab, Booz engendra Jobed, de Ruth, Jobed engendra Jessé,

 

Leçon 3 [Mt 1, 6-11] 1, 6 Jessé engendra le roi David. David engendra Salomon, de la femme d’Urie, 1, 7 Salomon engendra Roboam, Roboam engendra Abia, Abia engendra Asa, 1, 8 Asa engendra Josaphat, Josaphat engendra Joram, Joram engendra Ozias, 1, 9 Ozias engendra Joatham, Joatham engendra Achaz, Achaz engendra Ezéchias, 1, 10 Ezéchias engendra Manassé, Manassé engendra Amon, Amon engendra Josias, 1, 11 Josias engendra Jéchonias et ses frères ; ce fut alors la déportation à Babylone.

 

Leçon 4 [Mt 1, 12-20] 1, 12 Après la déportation à Babylone, Jéchonias engendra Salathiel, Salathiel engendra Zorobabel, 1, 13 Zorobabel engendra Abioud, Abioud engendra Eliakim, Eliakim engendra Azor, 1, 14 Azor engendra Sadok, Sadok engendra Akhim, Akhim engendra Elioud, 1, 15 Elioud engendra Eléazar, Eléazar engendra Matthan, Matthan engendra Jacob, 1, 16 Jacob engendra Joseph, l’époux de Marie, de laquelle naquit Jésus, que l’on appelle Christ. 1, 17 Toutes les générations : d’Abraham à David, quatorze générations : de David à la déportation de Babylone, quatorze générations : de la déportation de Babylone au Christ, quatorze générations.

1, 18 Or, telle fut la genèse de Jésus, le Christ. Sa mère, Marie, était fiancée à Joseph : or, avant qu’ils eussent cohabité, elle fut trouvée enceinte par le fait de l’Esprit Saint. 1, 19 Comme Joseph, son mari, était un homme juste et ne voulait pas la dénoncer publiquement, il résolut de la répudier sans bruit. 1, 20 Alors qu’il avait pensé à cela, voici que l’Ange du Seigneur apparut en songe et lui dit : «Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ta femme : car ce qui est né en elle vient de l’Esprit Saint ;

 

Leçon 5 [Mt 1, 21-23] 1, 21 elle enfantera un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus : car il sauvera son peuple de ses péchés.» 1, 22 Tout ceci arriva afin que s’accomplît ce que dit le Seigneur par le prophète : 1, 23 Voici qu’une vierge concevra, elle enfantera un fils, et il sera appelé Emmanuel, ce qui signifie : «Dieu avec nous.»

 

Leçon 6 [Mt 1, 24-25] 1, 24 Une fois réveillé, Joseph fit comme l’Ange lui avait ordonné : et il prit chez lui sa femme ; 1, 25 et il ne la connut pas jusqu’au jour où elle enfanta son fils premier-né. Il l’appela du nom de Jésus.

Leçon 1 – Mt 1, 1, n°11

11. Parmi les évangélistes, Matthieu est celui qui s’attache le plus à l’humanité du Christ. C’est pourquoi, selon Grégoire, il est représenté par l’homme dans la figure des quatre vivants [Ap 4, 7]. Ainsi, c’est par son humanité que le Christ est entré dans le monde, y a grandi et en est sorti. C’est pourquoi l’ensemble de cet évangile est divisé en trois parties. L’évangéliste traite d’abord de l’entrée de l’humanité du Christ dans le monde ; en second lieu, de son parcours ; en troisième lieu, de sa sortie [du monde]. La seconde partie commence en 3, 1, en cet endroit : en ces jours, survint Jean-Baptiste, prêchant dans le déseRT DE JUDÉE ; la troisième, en 21, 1 : ET comme ils approchaient de Jérusalem et étaient arrivés à Bethphagé, au Mont des Oliviers.

12. Dans la première partie, [Matthieu] fait deux choses : d’abord, la généalogie du Christ est décrite [1, 1s] ; en second lieu, vient la manifestation de cette même généalogie, au chapitre 2, en cet endroit [2, 1] : JÉSUS ÉTANT NÉ À BETHLÉEM DE JUDÉE, AU TEMPS DU ROI HÉRODE.

13. Dans la première partie, [Matthieu] fait trois choses. D’abord, il place en tête une sorte de titre pour l’ensemble du livre, lorsqu’il est dit [1, 1] : livre de la génération du ChriST ; puis la suite des pères est élaborée [1, 2s] : Abraham engendra Isaac… ; en troisième lieu, lorsqu’il est dit [1, 18] : OR, TELLE FUT la génération de Jésus, c’est la génération de Jésus qui est décrite d’une manière particulière.

[1, 1]

14. Le titre qui est placé en tête est celui-ci : LIVRE DE LA GÉNÉRATION DE JÉSUS, LE CHRIST [1, 1]. Et cela semble être une phrase incomplète, car il y a là un nominatif sans verbe. Mais il n’en est rien. En effet, Matthieu a écrit son évangile pour des Hébreux ; c’est pourquoi il a conservé l’usage des Juifs en écrivant. C’est la coutume, chez les Hébreux, de s’exprimer ainsi, par exemple, quand il est dit : Vision d’Isaïe, fils d’Amos [Is 1, 1], on sous-entend : Ceci est…, et il ne faut rien ajouter. De même, ici, quand il est dit : livre de la génération, on sous-entend : Ceci est…Il s’agit d’ailleurs d’une façon de parler qui nous est coutumière : si, en effet, nous voulons donner un titre à un livre, nous disons : Priscien majeur ou mineur, et il n’y a pas lieu d’ajouter : Ceci est ou Ici commence.

15. On se demande aussi pourquoi, alors qu’une petite partie de ce livre porte sur la génération du Christ, [Matthieu] a intitulé son livre de cette manière. La réponse est que Matthieu, qui a écrit pour des Hébreux, a conservé en écrivant l’usage des Hébreux. Or, les Hébreux avaient l’habitude d’intituler leurs livres par le début de ceux-ci, comme on dit : Genèse, parce qu’il y est question de génération ; d’où Gn 5, 1 : Voici le livre de la génération d’Adam ; et aussi, Livre de l’Exode, parce que, dans la première partie, il s’agit de la sortie d’Égypte des fils d’Israël.

16. Mais on se demande pourquoi il a ajouté : DE JÉSUS, LE CHRIST. La réponse est que, selon l’Apôtre, 1 Co 15, 22, de même qu’en Adam tous meurent, de même tous revivront dans le Christ. Matthieu avait vu le premier livre de l’Ancien Testament où il est question de génération, dans lequel il était dit en 5, 1 : Voici le livre de la génération d’Adam. Ainsi, pour que le Nouveau Testament, où il est question de régénération et de renouvellement, lui réponde par son contraire, il dit : LIVRE DE LA GÉNÉRATION DE JÉSUS, LE CHRIST, afin de montrer que tous deux ont le même auteur.

17. Mais on s’interroge sur le fait qu’on dise ici : LIVRE DE LA GÉNÉRATION DE JÉSUS, LE CHRIST. En effet, on a le contraire en Is 53, 8, où il est dit : Qui racontera sa génération ? Mais, selon Jérôme, le sens est que, dans le Christ, il y a une double génération, à savoir, la divine, qui ne peut être racontée, car, même si nous disons que le Fils est d’une certaine manière engendré, ni l’homme ni l’ange ne peuvent comprendre la façon dont il est engendré ; l’autre [génération] est humaine : c’est de celle-ci qu’il traite. Toutefois, même à propos de celle-ci, il existe plusieurs difficultés. C’est pourquoi, selon Rémi, ceux qui peuvent la raconter sont très peu nombreux. On se demande à ce sujet pourquoi il dit : GÉNÉRATION, puisque plusieurs générations sont ici élaborées. La réponse est que, même si plusieurs générations sont énumérées, toutes sont présentées en vue d’une seule, à savoir, en vue de la génération du Christ, dont il est question plus loin [1, 18] : TELLE FUT LA GÉNÉRATION DU CHRIST.

18. Or, celui dont la génération est élaborée est décrit d’abord par son nom, lorsqu’il est dit : JÉSUS ; ensuite, par sa fonction, lorsqu’il est dit : LE CHRIST ; en troisième lieu, par son origine, lorsqu’il est dit : FILS DE DAVID, FILS D’ABRAHAM.

19. Bien que d’autres se soient appelés Jésus, comme Jésus, fils de Navé, en Si 46, 1 : Fort au combat, Jésus, [fils de] Navé, successeur de Moïse parmi les prophètes, et un autre, à l’occasion de la construction du temple, dont il est question en Za 3, 1, ceux-ci ne furent Jésus que par le nom et comme des figures, à savoir, pour autant qu’ils étaient la figure de celui-ci. Ce Jésus-là fit entrer le peuple d’Israël dans la terre de la promesse ; ce Jésus-ci, à savoir, notre Sauveur, ne nous fit pas entrer dans une terre charnelle, mais céleste, He 12, 2 : Nous avons en lui celui qui, par son sang, a été l’auteur et le réalisateur, etc. Et c’est à juste titre qu’il est appelé JÉSUS, ce nom lui convenant selon les deux natures, à savoir la divine et l’humaine. Car, selon la nature humaine, il a souffert dans sa chair et a accompli le mystère de notre rédemption ; et puisque cette passion n’aurait pas eu d’efficacité si la nature divine ne lui avait pas été unie, pour cette raison il est dit plus loin [1, 21] : Son nom sera Jésus ; en effet, il sauvera son peuple de ses péchés.

20. Mais on se demande pourquoi [Matthieu] dit : LE CHRIST. JÉSUS n’aurait-il pas suffi ? Je réponds que cela a été fait parce que, comme on l’a dit, d’autres aussi ont été appelés Jésus. Lorsqu’il dit : LE CHRIST, c’est-à-dire : «Oint», il le décrit par sa fonction. Il faut remarquer qu’il existe trois onctions dans la loi ancienne. Aaron a été oint pour devenir prêtre, Lv 8, 11. Saül a été oint pour devenir roi, 1 R [1 S]  10, 1, ainsi que David, 1 R [1 S]  16, 13. Et Élisée a été oint pour devenir prophète, 1 R 19, 16. Parce que le Christ a été le véritable prêtre, selon Ps 109[110], 4 : Tu es prêtre pour l’éternité selon l’ordre de Melchisédech, etc., roi et prophète, il est donc appelé à juste titre CHRIST, en raison des trois fonctions qu’il a lui-même exercées.

21. FILS DE DAVID, FILS D’ABRAHAM. Ici se pose une double question, à savoir, sur le nombre et sur l’ordre. Et d’abord, pourquoi a-t-il nommé ces deux-là ? Pour la raison qui a été donnée dans le prologue, à savoir qu’Abraham fut un prophète : en Gn 20, 7, le Seigneur dit à Abimélech, roi de Gérar : Rends sa femme à cet homme, car c’est un prophète. Il fut aussi prêtre, Gn 15, 9, lorsqu’il accomplit la fonction de prêtre en offrant la victime au Seigneur : Prends, dit-il, ma vache de trois ans, etc. David aussi fut prophète, comme il apparaît en Ac 2, 30. Il fut aussi roi, comme il apparaît en 2 R [2 S]  2, 4. Ainsi, puisque le Christ fut roi, prophète et prêtre, c’est donc à juste titre qu’il est appelé fils de ceux-ci. Si [Matthieu] n’avait nommé qu’Abraham, il n’aurait pas été indiqué que le Christ était roi. De même, [s’il n’avait nommé] que David, la dignité sacerdotale du Christ n’aurait pas été soulignée. C’est pourquoi il a mentionné les deux.

22. À propos du second point [l’ordre], la réponse est que, selon Jérôme, David est placé en premier et que l’ordre est changé pour les besoins de l’élaboration de la généalogie. En effet, s’il avait dit en premier lieu : FILS D’ABRAHAM, et en second lieu : FILS DE DAVID, il lui aurait fallu répéter : ABRAHAM, pour poursuivre l’ordre de la généalogie. Mais, selon Ambroise, la réponse est que David est placé en premier en raison de sa dignité : en effet, c’est à David qu’a été faite la promesse dont il est question dans ce chapitre, Ps 131[132], 11 : C’est le fruit de tes entrailles que je placerai sur ton trône. Mais, dans le cas d’Abraham, c’est en raison de ses membres [qu’il vient en second], à savoir, de l’Église ; d’où, en Gn 22, 18 : En ta descendance seront bénies toutes les nations de la terre.

23. Il faut aussi noter qu’on a fait beaucoup d’erreurs [corr. : terreurs/erreurs] au sujet du Christ. En effet, certains se sont trompés à propos de sa divinité, comme Paul de Samosate, Photin et Sabellius, certains, à propos de son humanité, et certains à propos des deux. Mais d’autres se sont trompés à propos de sa personne. À propos de son humanité, le premier à se tromper fut Mani, qui disait que [le Christ] n’avait pas reçu un corps véritable, mais apparent. À cela s’oppose ce que dit le Seigneur en Lc 4, 39 : Touchez et voyez, car un esprit n’a pas de chair et d’os, comme vous voyez que j’en ai. En second lieu, après lui, Valentin s’est trompé : il disait que, de même que [le Christ] avait pris un corps céleste, mais ne l’avait pas reçu d’une vierge, de même [ce corps] avait-il plutôt traversé celle-ci comme l’eau un canal. Mais à cela s’oppose ce qui est dit en Rm 1, 3 : Lui qui est issu de la lignée de David selon la chair. La troisième erreur fut celle d’Apollinaire, qui dit de lui qu’il n’avait reçu qu’un corps, et non une âme, mais que la divinité occupait la place de l’âme. À cela s’oppose ce qui est souvent dit : Maintenant, mon âme est troublée [Jn 13, 21]. Mais, pour cette raison, lui-même changea par la suite d’opinion et dit que le Christ avait une âme végétative et sensible, mais non rationnelle, et qu’à la place de celle-ci, il avait la divinité. Mais alors, il en découlerait quelque chose qui ne convient pas, à savoir que [le Christ] ne serait pas plus un homme que ne l’est un des animaux [sans raison]. Or, les évangélistes se sont réparti ces erreurs pour ainsi dire au sort. En effet, Marc et Jean ont anéanti les erreurs concernant sa divinité. Ainsi, dès le début, Jean dit : Au commencement était le Verbe. Et le début de Marc se lit ainsi : Commencement de l’évangile de Jésus, le Christ, Fils de Dieu ; il ne dit pas : Fils d’Abraham. Mais Matthieu et Luc anéantissent dès le départ les erreurs qui concernent son humanité. Ainsi, notez que lorsqu’il est dit : FILS DE DAVID, FILS D’ABRAHAM, ils écartent toutes les erreurs qui concernaient l’humanité du Christ. Car on ne dit de quelqu’un qu’il est le fils d’un autre qu’en raison d’une génération univoque, c’est-à-dire qui convient à l’espèce. En effet, chaque fois que quelque chose est engendré par un homme, si cela ne participe pas à la même nature selon l’espèce, jamais on ne dit que c’est un fils, comme cela est manifeste dans le cas des poux et des choses de ce genre. Si donc le Christ est le fils de David et d’Abraham, il faut qu’il ait la même nature selon la même espèce : il n’aurait pas la même nature selon l’espèce s’il n’avait pas un corps véritable et naturel, ni s’il avait reçu celui-ci du ciel ; pas davantage s’il n’avait pas d’âme sensible ou rationnelle. Ainsi apparaît l’exclusion de toute erreur.

Leçon 2 – Mt 1, 2‑6, n° 24

[1, 2]

24. Une fois présenté le titre, la suite de la généalogie est ici élaborée, et elle se divise en trois parties, d’après les trois groupes de quatorze selon lesquels cette généalogie est distribuée. Le premier groupe de quatorze va d’Abraham jusqu’à David et passe par les patriarches [1, 2-6]. Le second va de David jusqu’à la déportation de Babylone et passe par les rois. Le troisième va de la déportation de Babylone jusqu’au Christ : il commence par les dirigeants, puis se poursuit par les personnes privées. La deuxième partie [commence] en cet endroit : ET LE ROI DAVID ENGENDRA SALOMON [1, 6-11]. La troisième [commence] à cet endroit : ET APRÈS LA DÉPORTATION DE BABYLONE, etc. [1, 11-17].

25. La première [partie] est divisée en trois. En effet, en premier lieu, sont présentés les pères qui vécurent avant l’entrée en Égypte. En deuxième lieu, sont présentés ceux qui vécurent pendant la sortie [d’Égypte] même et l’entrée dans la terre promise. En troisième lieu, [sont présentés] ceux qui vécurent après l’entrée dans la terre promise.

26. [Matthieu] dit donc d’abord : ABRAHAM ENGENDRA ISAAC. Ici, il faut observer, avant d’aller plus loin, que deux évangélistes traitent de la génération du Christ selon la chair, à savoir, Luc et Matthieu, mais de manière différente. Et cette différence porte sur cinq points. En effet, ils diffèrent d’abord par l’endroit ; deuxièmement, par l’ordre ; troisièmement, par le mode ; quatrièmement, par le terme ; cinquièmement, par les personnes énumérées.

27. En premier, je dis qu’ils diffèrent par l’endroit, car Matthieu commence à élaborer la génération du Christ au début de l’évangile, alors que Luc ne [le fait] pas au début, mais après le baptême [de Jésus]. Et la raison en est, selon Augustin, que Matthieu a entrepris de décrire la génération charnelle du Christ, et ainsi devait la situer dès le début. Mais l’intention principale de Luc était de mettre en relief dans le Christ la personne sacerdotale, car c’est du prêtre que relève l’expiation des péchés. Et ainsi la génération du Christ est convenablement placée par Luc après le baptême, par lequel se réalise l’expiation des péchés.

28. Deuxièmement, Luc et Matthieu diffèrent par l’ordre de composition de la généalogie du Christ, car Matthieu a établi la généalogie du Christ en commençant par Abraham et en descendant jusqu’au Christ ; mais Luc a commencé par le Christ pour remonter jusqu’à Abraham, et même au-delà. Et la raison en est, selon l’Apôtre, en Rm 4, 25, qu’il y avait deux choses dans le Christ, à savoir, l’humilité par laquelle il a pris la déchéance de notre nature, et la puissance de la divinité et de la grâce, par laquelle il a expié pour nous la déchéance de celle-ci, Rm 8, 3 : Dieu a envoyé son Fils avec une chair semblable à celle du péché, pour la première, et, à partir du péché, a condamné le péché dans la chair, pour la seconde. Ainsi, Matthieu, qui a en vue la génération charnelle du Christ, par laquelle il s’abaisse jusqu’à prendre notre infirmité, décrit convenablement sa génération en descendant. Mais Luc, qui met chez lui en relief la dignité sacerdotale par laquelle nous sommes réconciliés avec Dieu et sommes nous-mêmes unis au Christ, l’a convenablement présentée en remontant.

29. Troisièmement, [Matthieu et Luc] diffèrent par le mode, car dans la description de la généalogie, Matthieu emploie le mot ENGENDRA, mais Luc, le mot fut [le fils de…]. La raison en est que Matthieu, dans toute sa description, ne présente que les pères selon la chair ; mais Luc présente plusieurs pères selon la loi ou par adoption. C’était en effet un précepte de la loi [Dt 25, 5-10] que, si quelqu’un mourait sans laisser de fils, son frère prenait son épouse et lui donnait des fils ; ainsi, ces fils n’étaient pas ceux de celui qui engendrait, mais étaient attribués au premier en vertu d’une certaine adoption. Pour cette raison, Luc, qui présente plusieurs fils engendrés par adoption, ne dit pas engendra, mais fut [le fils de…], car même s’ils ne les avaient pas eux-mêmes engendrés, [ces fils] leur appartenaient cependant en vertu d’une certaine adoption. Mais Matthieu, qui ne présente que les pères charnels, dit ENGENDRA. La raison en est que, comme on l’a dit, Matthieu s’attache surtout à l’humanité du Christ. Et parce que, selon la chair, [le Christ] est né de pères charnels, personne n’est présenté dans la généalogie de Matthieu qui n’ait été un père charnel. Mais Luc met surtout en relief dans le Christ la dignité sacerdotale, par laquelle nous sommes adoptés comme fils de Dieu ; ainsi, il n’a pas présenté seulement les pères charnels, mais aussi les [pères] selon la loi.

30. Quatrièmement, [Matthieu et Luc] diffèrent par le terme, car Matthieu fait débuter sa génération par Abraham et la poursuit jusqu’au Christ ; mais Luc, en commençant par le Christ, [remonte] non seulement jusqu’à Abraham, mais même jusqu’à Dieu. On peut en trouver la raison dans le fait que Matthieu écrivait pour des Hébreux. Or, les Hébreux se glorifiaient par-dessus tout d’Abraham, Jn 8, 33 : Nous sommes la descendance d’Abraham, qui fut à la toute première origine de la foi ; et ainsi, Matthieu a commencé par Abraham. Mais Luc a écrit pour des Grecs, qui ne connaissaient rien d’Abraham qu’à travers le Christ : si le Christ n’avait pas existé, ils n’auraient jamais rien su d’Abraham. C’est pourquoi Luc a commencé par le Christ et a fini non seulement par Abraham, mais par Dieu.

31. Cinquièmement, [Matthieu et Luc] diffèrent par les personnes énumérées, car, dans toute la suite de la généalogie de Luc, il n’est fait aucune mention d’une femme ; mais, en Matthieu, certaines femmes apparaissent. La raison en est, selon Ambroise, que Luc, comme on l’a dit, met surtout en relief la dignité sacerdotale. Or, pour un prêtre, la plus grande pureté est requise. Mais Matthieu a élaboré une génération charnelle ; c’est pourquoi y apparaissent quelques femmes. Il faut cependant noter que, dans toute la généalogie de Matthieu, n’apparaissent que des femmes pécheresses, ou qui s’étaient fait connaître par un péché particulier, comme Thamar, qui avait forniqué, Gn 38, 24, et Ruth, qui fut idolâtre puisque païenne, et l’épouse d’Urie, qui fut adultère, 2 R [2 S]  11, 2s. Selon Jérôme, le but de cela est de montrer que celui dont la généalogie est élaborée est venu pour racheter les pécheurs. Une autre raison est mentionnée par Ambroise, à savoir que la honte de l’Église soit enlevée. En effet, si le Christ a voulu naître de pécheresses, les infidèles ne doivent pas s’en moquer, à condition que ceux qui ont péché viennent vers l’Église. Une autre raison peut être donnée (je pense qu’elle l’est par Chrysostome) : que soit montrée l’imperfection de la loi et que le Christ est venu accomplir la loi. En effet, par le fait que sont mentionnées certaines femmes pécheresses, il est montré que ceux qui étaient les plus grands sous la loi étaient pécheurs, comme David et Juda. Et par cela, il montre l’imperfection des autres. En effet, si ceux-ci furent pécheurs, les autres le furent encore bien davantage, Rm 3, 23 : Tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu. C’est la raison pour laquelle ceux-là sont placés dans la génération du Christ, afin de montrer que celui-ci avait accompli la loi. À noter cependant que ces femmes, même si elles étaient toutes pécheresses, ne l’étaient pas au moment où leur généalogie a été élaborée, mais avaient déjà été purifiées par la pénitence.

32. [Matthieu] dit donc : ABRAHAM ENGENDRA ISAAC. À noter tout d’abord qu’ici deux choses doivent être prises en considération selon la lettre ou le sens littéral. En premier lieu, le Christ est désigné par les pères mentionnés ; en second lieu, même ces choses se rapportent et peuvent se rapporter à notre enseignement.

33. Il dit donc en premier lieu : ABRAHAM ENGENDRA ISAAC. Et on trouve ceci en Gn 21 : Et Isaac engendra Jacob, et en Gn 25 : Et Jacob engendra Juda et ses frères. Ici, on peut se demander, puisque Abraham a eu un autre fils qu’Isaac, à savoir Ismaël, et de même Isaac, pourquoi on ne les mentionne pas, comme il est dit ici : Juda et ses frères. De même, pourquoi Juda est-il nommément mentionné plutôt que les autres. La raison en est que Juda et ses frères demeurèrent dans le culte du Dieu unique ; c’est pourquoi on les mentionne dans la génération du Christ, mais non Isaac et Ismaël, ni Jacob et Ésaü. En second lieu, cela s’est produit afin que soit montré l’accomplissement dans le Christ de la prophétie de Jacob, Gn 49, 10 : Le sceptre ne sera pas enlevé à Juda et un chef sortira de sa cuisse jusqu’à ce que vienne celui qui doit être envoyé. Et c’est lui qu’attendront les nations. En effet, il est manifeste que le Seigneur est issu de Juda, comme il est dit en He 7, 14. Ainsi, il est plutôt fait mention de lui que des autres.

[1, 3]

34. Ici on se demande, puisque le Seigneur n’est pas né de Zara mais de Pharès, pourquoi on le mentionne. De même, pourquoi est-il nommément désigné ? En effet, il avait dit auparavant : et ses frères. Pourquoi donc [Matthieu] a-t-il mentionné le nom de Zara ? Selon Ambroise, il faut répondre que cela a été fait en mystère. Pour le montrer, remarquez l’histoire qui se trouve en Gn 38, 27s, à savoir que, lors de l’accouchement de Thamar, Zara se présenta le premier, et l’accoucheuse lui attacha un fil écarlate en disant : «Celui-ci est sorti le premier», et elle lui donna ainsi le nom de Zara. Par la suite, comme celui-ci avait retiré sa main, l’autre est sorti, et l’accoucheuse dit : «Pourquoi as-tu ouvert le mur ?» Or, Zara, qui était apparu le premier, signifie «peuple des Juifs», à la main de qui l’accoucheuse a attaché un fil écarlate, c’est-à-dire la circoncision, qui se réalisait par effusion de sang. Mais comme celui-ci avait retiré sa main, etc., l’autre est sorti ; car une partie d’Israël a été frappée de cécité [Rm 11, 25]. En effet, c’est ainsi que le peuple païen écarté a eu accès à la lumière de la foi, en sortant du sein de l’ignorance et de l’infidélité.

35. En second lieu, il faut remarquer que, par les pères mentionnés dans la génération du Christ, le Christ est désigné en raison du nom, de la réalité ou de quelque chose d’autre, comme il est de soi évident. En effet, Abraham signifie «père d’une multitude de nations», et signifie le Christ, dont il est dit en He 2, 10 : …qui a conduit de nombreux fils à la gloire. De même, Abraham quitta son pays sur ordre du Seigneur, Gn 12, 4, et il s’agit du Christ qui disait en Jr 12, 17 : J’ai quitté ma demeure, j’ai abandonné mon héritage, etc. De même, Abraham, qui rit en disant : Maintenant, le Seigneur m’a fait rire, Gn 21, 6, et il s’agit du Christ, à la naissance de qui la joie a été annoncée non seulement à une seule personne, mais au monde entier, Lc 1, 10 : Voici que je vous annonce une grande joie, qui sera celle de tout le peuple, car il vous est né aujourd’hui un sauveur, qui est le Christ Seigneur. De même, [le Christ est-il désigné] par Jacob, en raison de l’interprétation comme en raison de la réalité, comme il apparaît par le fait qu’il plaça une pierre, à savoir, la dureté de la croix, sous sa tête. De même [le Christ est-il indiqué] par Juda et Pharès, qui signifie «séparation»: en effet, c’est lui qui séparera les brebis des boucs, plus loin, 25, 32.

36. Selon le sens moral, l’état de notre justification est désigné par ces générations eu égard aux six éléments nécessaires à la justification. La foi, par Abraham justifié par la justice de la foi ; en effet, ailleurs, il est lui-même appelé l’origine de la foi, Rm 4, 11 : Afin qu’il soit le père de tous les croyants par le prépuce. L’espérance, en Isaac, parce qu’il signifie «rire», Rm 12, 12 : [Nous] réjouissant dans l’espérance. La charité, en Jacob, qui eut deux épouses : Lia, qui signifie «celle qui travaille», et Rachel ; ce sont les deux vies qui existent dans la charité selon les deux préceptes de celle-ci : en effet, la vie contemplative se complaît en Dieu ; mais la vie active est celle par laquelle on vient au secours du prochain. La confession, en Juda, qui existe sous deux formes : celle de la foi, Rm 10, 10 : C’est par le cœur qu’on croit en vue de la justice, et par la bouche qu’on confesse en vue du salut ; et celle des péchés : Confessez vos péchés les uns aux autres, Jc 5, 16. Or, de cela découle un double effet, à savoir, la destruction des vices, qui est désignée par Pharès, et la source des vertus, qui est signifiée par Zara. Et cela vient de Thamar, qui signifie «amertume», Is 38, 15 : Je placerai sous ton regard toutes mes années dans l’amertume de mon âme.

37. PHARÈS ENGENDRA ESRON. Ici est présentée la suite de la généalogie des pères qui sont nés en Égypte ou lors de la sortie [d’Égypte]. En effet, de même que par Pharès, qui signifie «séparation», le Christ est signifié, plus loin, 25, 32 : Il séparera les agneaux des boucs, de même par Esron, qui signifie «flèche» ou «salle». En effet, il est appelé «flèche» en raison de l’efficacité de la prédication, par laquelle il a pénétré le cœur de ceux qui écoutaient, Ps 44[45], 6 : Tes flèches sont aiguisées, les peuples se soumettront à toi ; les ennemis du roi [perdent] cœur. Mais [il est appelé] «salle» en raison de l’étendue de la charité, car celle-ci aime non seulement les amis, mais aussi les ennemis, Rm 5, 10 : Alors que nous étions ennemis, nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils ; Is 53, 12 : Lui-même a prié pour les ennemis ; et de même Lc 23, 34 : Père, pardonnez-leur, car ils ne savent pas ce qu’ils font.

38. ESRON ENGENDRA ARAM. Aram signifie «élu» ou «très grand», Is 42, 1 : Voici mon fils, et il est exalté au-dessus de tous ; Ep 1, 21 : Il l’a placé au-dessus de toute principauté.

[1, 4]

39. ARAM ENGENDRA AMINADAB, qui signifie «spontané». C’est en sa personne que le Psalmiste dit, 53[54], 8 : Je m’offrirai volontairement à toi en sacrifice et je confesserai ton nom, car cela est bon, Seigneur ; et Is 53, 7 : Il fut offert parce qu’il le voulait, et il n’ouvrit pas la bouche, etc. ; Jn 6, 38 : Je ne suis pas venu pour faire ma volonté, mais celle de celui qui m’a envoyé.

40. AMINADAB ENGENDRA NAASSON, qui signifie «augure» ou «serpent», car le Christ a connu non seulement le présent, mais aussi le passé et l’avenir, He 4, 13 Tout est à nu sous ton regard. De même, [il signifie] «serpent» en raison de sa prudence : en effet, la prudence est attribuée au serpent, plus loin, 10, 16 : Soyez prudents comme des serpents ; Jb 12, 16 : Il connaissait celui qui trompait et celui qui est trompé. Il faut remarquer que ce Naasson vécut au temps de Moïse et sortit d’Égypte avec lui, et fut un des chefs de la tribu de Juda au désert, comme on le trouve dans Nb 1, 7. Mais il faut prendre garde que, en Ex 13, 18, où notre texte se lit : Les fils d’Israël montèrent d’Égypte en armes, le mot «aigle» traduit «informés» en raison d’une équivoque. Le texte des Septante est meilleur : Les fils d’Israël sortirent d’Égypte à la cinquième génération. Mais, en sens inverse, [on peut invoquer] que ce Naasson ne fut pas le cinquième après Jacob, mais le septième, comme on le voit lorsqu’on relève Jacob, Juda, etc., jusqu’à Naasson. Il ne s’agit donc pas de la cinquième, mais de la septième génération. Mais on doit dire qu’il ne faut pas calculer selon la tribu de Juda, mais selon la tribu de Lévi, sous la conduite de qui les fils d’Israël sortirent d’Égypte, Ps 76[77], 21 : Tu guidas ton peuple comme un troupeau par la main de Moïse et d’Aaron. Et il est clair qu’il n’y a que cinq générations. En effet, Jacob engendra Lévi, Lévi engendra Caath, Caath engendra Amram, Amram engendra Moïse et Aaron, comme il est clair dans Ex 2 ; et ils sortirent d’Égypte sous la direction de Moïse.

41. À ce point, il faut remarquer que, de toutes les tribus, c’est la tribu de Juda qui se multipliait le plus, et cela parce qu’étaient issus d’elle les rois à venir, qui devaient combattre. Parmi toutes, c’est la tribu de Lévi qui se multipliait le moins, et cela parce qu’elle était prédestinée à l’office divin et au sacerdoce, pour lesquels un nombre moindre suffisait. Et ainsi, [Matthieu] entend que, même en comptant selon la tribu de Juda, soit vrai ce qui est dit en Gn 25, 16 : À la cinquième génération, ils en reviendront.

Jérôme affirme donc que ce qui est dit là doit s’entendre en comptant selon la tribu de Lévi, mais ce qui est dit ici, selon la tribu de Juda. En effet, Pharès lui-même pénétra avec Jacob et Juda, son père, en Égypte. Et c’est pourquoi ces générations ne doivent pas être comptées à partir de Jacob, mais à partir de Pharès, qui lui-même entra en Égypte. Et il est clair que Naasson est le cinquième à partir de Pharès. De même, Lévi lui-même entra en Égypte avec son père Jacob. Ainsi, les générations doivent être comptées à partir de Lévi, et non de Jacob. Or, il est clair que Moïse fut le quatrième à partir de Lévi.

42. NAASSON ENGENDRA SALMON. Salmon veut dire «sensible» et signifie le Christ, en qui se trouvent tous les trésors de la sagesse et de la science [Col 2, 3].

43. Au sens moral, il faut noter que, de même que, dans la première génération, est signifié l’ordre de notre justification pour ce qui est de l’état des débutants, de même, dans cette seconde génération, qui comporte aussi cinq points, est signifié l’avancement de ceux qui progressent. En effet, le premier point, qui découle du fait que l’homme est justifié du péché, est que lui-même a le zèle des âmes. Et c’est pourquoi Pharès a à juste titre engendré Esron, qui signifie «flèche», en raison de l’efficacité de la prédication par laquelle sont pénétrés les cœurs des auditeurs, Is 49, 2 : Il a fait de moi sa flèche préférée. Et il faut adapter les autres points de la même façon.

[1, 5]

44. SALMON ENGENDRA BOOZ, etc. Ici sont présentés les pères qui sont nés après l’entrée dans la Terre promise. En effet, Salmon fut engendré dans le désert et entra avec Josué dans la terre promise ; il prit comme épouse la prostituée Rahab, de laquelle il engendra Booz. Booz signifie «fort», Jr 16, 19 : Le Seigneur est ma force et mon abri. Mais Rahab signifie «faim» ou «étendue», et elle symbolise l’Église, car c’est à elle que revient cette béatitude, Mt 5, 6 : Bienheureux les affamés et les assoiffés de justice, car ils seront rassasiés, etc. L’interprétation d’ «étendue» est que l’Église est répandue par toute la terre, Is 54, 2 : Élargis l’espace de ta tente et déploie les toiles de tes tentes, etc. Elle signifie aussi «élan», car, par l’élan de la prédication, elle convertit les rois et les philosophes. De même, elle signifie l’Église en raison de la réalité [qu’elle désigne]. Rahab plaça un cordon écarlate à la fenêtre, grâce auquel elle fut sauvée du bouleversement de Jéricho, Jos 2, 21. Notre fenêtre est la bouche ; le cordon à la fenêtre est donc la confession de la passion du Christ, par laquelle l’Église est libérée de la mort. De même, en raison de son mariage, car, de même que Rahab a été unie par mariage à Salmon, qui était un prince de la tribu de Juda, de même le Christ s’est-il donné l’Église comme épouse, 1 Co 11, 2 : En effet, je vous ai fiancés à un seul homme, comme une vierge pure à présenter au Christ.

45. Mais, ici, puisque Rahab était une prostituée, on se demande, selon la lettre, comment elle a été mariée à un tel prince, qui était le plus grand de tous. La réponse est que Rahab a fait quelque chose de très grand, du fait que, en méprisant son peuple et la religion paternelle, elle choisit le culte du Dieu d’Israël. C’est pourquoi elle fut donnée au prince le plus noble pour l’honorer au plus haut point.

46. BOOZ ENGENDRA OBED, DE RUTH. Ceci se trouve au dernier chapitre de Ruth [Rt 4, 21]. Obed veut dire «esclave» ou «esclavage», et signifie le Christ, dont le prophète [dit] : Par vos péchés, vous avez fait de moi un esclave, Is 43, 24. Mais Ruth signifie l’Église issue des Gentils en raison du lieu : en effet, elle était une Moabite. Moab signifie «venu du père», Jn 8, 44 : Vous venez de votre père, le Diable. Aussi, en raison de son mariage, comme il apparaît dans la Glose.

47. Mais on se demande pourquoi ces femmes sont nommées ici, puisqu’elles étaient des pécheresses. Jérôme donne pour Ruth la raison qu’elle accomplissait la prophétie de Is 16, 1 : Seigneur, envoyez l’agneau, le maître du pays de la pierre, en direction du désert. La pierre est celle du désert, c’est-à-dire du mal, et c’est elle que signifie Ruth, la Moabite. Mais Ambroise donne une explication en disant qu’en effet l’Église serait dans l’avenir rassemblée de toutes les nations infidèles, et qu’elle aurait pu ainsi rougir et être confuse si on ne voyait pas que même le Christ est né de pécheresses. Ainsi, pour que soient écartées leur honte et leur confusion, elles devaient être nommées.

48. Mais une question se pose : en Dt 23, 3, il est dit : Les Moabites et les Ammonites n’entreront pas dans l’assemblée. Ainsi donc, puisque Ruth était moabite, pourquoi fut-elle accueillie dans l’Église ? Il faut dire avec l’Apôtre, Ga 5, 18, que ceux qui sont conduits par l’Esprit ne sont pas sous la loi. En effet, dans la loi, l’intention du législateur doit toujours être observée plutôt que les mots de la loi. Or, quelle avait été la raison pour laquelle le Seigneur avait interdit qu’elles entrent dans l’Église ? Parce qu’Il avait trouvé en elles de l’idolâtrie, afin qu’elles n’entraînent pas les Juifs à l’idolâtrie. Ainsi, celle qui était déjà convertie n’était pas idolâtre, et, dès lors, elle n’était pas soumise à l’interdiction.

49. OBED ENGENDRA JESSÉ, dernier [chapitre] de Ruth [Rt 4, 22]. Or, Jessé veut dire «sacrifice» ou «feu», et signifie celui qui s’est offert en sacrifice à Dieu avec une odeur suave. Mais une question se pose : puisque celui-ci porte un autre nom, celui d’Isaïe, comme il apparaît en 1 R [1 S]  en de nombreux endroits, et que ce nom est plus solennel, pourquoi l’évangéliste ne lui a-t-il pas donné ce nom ? Il faut dire que cela s’est produit pour montrer que, dans le Christ, s’est accompli ce qui est dit par le prophète Isaïe, 11, 1 : Un rejeton sortira de la souche de Jessé.

[1, 6]

50. JESSÉ ENGENDRA LE ROI DAVID. David veut dire «bras fort» et «désirable au regard», toutes choses qui conviennent au Christ, comme cela est clair. En effet, celui-là est fort qui l’emporte sur le Diable, Lc 11, 22 : Mais si un plus fort survient et l’emporte sur lui, il lui enlèvera toutes ses armes, dans lesquelles il avait confiance, et distribuera ses dépouilles. De même, il est lui-même plus beau que tous les fils des hommes, Ps 44[45], 3.

51. Mais une question se pose ici : puisque plusieurs autres ont été rois, pourquoi seul [David] est-il appelé roi ? La réponse est que ce premier roi appartenait à la tribu de Juda, dont est issu le Seigneur. Bien que Saül ait été roi, il était toutefois de la tribu de Benjamin. La deuxième raison est que les autres ont régné en raison du mérite de David lui-même, Ps 88[89], 30 : J’établirai pour toujours sa lignée, et son trône comme les jours des cieux. Troisième raison, afin de montrer l’accomplissement de la prophétie, Jr 23, 5 : Je susciterai en David une descendance juste et un roi régnera : il sera sage, il exercera le droit et la justice dans le pays ; Is 9, 7 : Sur le trône de David et sur son royaume, siégera, etc.

52. Selon le sens moral, par cette génération est désigné le fruit des parfaits, comme par les autres, le fruit des débutants et de ceux qui progressent. En effet, ce qui est requis en premier lieu dans l’homme parfait, c’est qu’il soit fort pour s’attaquer à l’adversité, c’est-à-dire qu’il ne ralentisse pas en raison d’une difficulté ; et cela est signifié par Booz, qui veut en effet dire «fort», Is 40, 31 : Ceux qui espèrent dans le Seigneur renouvelleront leur force, ils déploieront leurs ailes comme des aigles, ils courront sans s’épuiser, ils marcheront sans se fatiguer ; dernier chapitre de Pr 9, 10 : Une femme forte, qui la trouvera, etc. ? En second lieu, [est requise] l’humilité du serviteur, de sorte que plus il est grand, plus il s’humilie en toutes choses  ; et cela est signifié par Obed, qui veut lui-même dire «esclave» ou «servitude», Lc 22, 26 : Que celui qui est le plus grand parmi vous se fasse serviteur. En troisième lieu, [est requise] la ferveur de la charité signifiée par Jessé, qui veut dire «encens» ou «feu», Ps 140[141], 2 : Que monte ma prière comme l’encens devant ta face, etc. Et par cela, on parvient au royaume et à la gloire, car Jessé a engendré David, 1 P 2, 9 : Vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis.

 

Leçon 3 – Mt 1, 6-11, n° 53

[1, 6]

53. Une fois présentée la suite de la généalogie des pères qui parcourt les patriarches, [Matthieu] présente ici [1, 6-11] la suite des pères selon la lignée des rois, et elle se divise en deux. D’abord, sont présentés les rois qui sont nés en Israël sans mélange avec une semence étrangère [1, 6-8] ; ensuite, sont présentés les rois qui sont issus de rapports avec des étrangers, à cet endroit : JORAM ENGENDRA OZIAS [1, 8-11].

54. Ici se pose une double question. Luc, en comptant la génération du Christ, remonte en passant par l’intermédiaire de Nathan. Mais Matthieu, en descendant, passe de David au Christ par l’intermédiaire de Salomon. Il semble ainsi y avoir une contradiction. Mais, comme on l’a dit, il faut dire que Luc, dans la généalogie du Christ, présente plusieurs pères qui ne furent pas pères par reproduction selon une origine charnelle, mais selon une adoption légale ; mais Matthieu n’en présente aucun qui ne soit un père charnel. Et il est vrai que, selon la chair, le Seigneur descend de David par l’intermédiaire de Salomon, et non pas de Nathan ; cependant, selon Augustin, ne laisse pas d’être mystérieux le fait que Matthieu descende jusqu’au Christ à partir de David par l’intermédiaire de Salomon, et que Luc remonte depuis le Christ jusqu’à David par l’intermédiaire de Nathan. En effet, Matthieu avait entrepris d’écrire la génération charnelle du Christ selon laquelle le Christ s’abaissa jusqu’à ressembler à la chair de péché [Rm 8, 3] ; c’est donc à juste titre que, dans sa génération, il descend de David par l’intermédiaire de Salomon, avec la mère duquel David lui-même a péché. Mais Luc, qui veut surtout mettre en relief dans le Christ la dignité sacerdotale, par laquelle se réalisa l’expiation des péchés, remonte à juste titre, en passant par Nathan, jusqu’à David, qui fut un homme juste. À noter cependant que, selon le même Augustin, dans le livre des Rétractations, il ne faut pas comprendre que Nathan le prophète, qui fit des reproches [à David], était le même que le fils qu’il engendra : ils ne se ressemblaient que par le nom.

55. En second lieu, on se demande pourquoi Bersabée n’est pas désignée par son nom, comme Thamar, Rahab et Ruth. Et il faut dire que les autres, bien qu’elles aient été pécheresses pendant un certain temps, se convertirent toutefois par la suite et firent pénitence ; mais celle-ci commit d’une manière honteuse le crime d’adultère et consentit à un homicide. C’est pourquoi son nom est passé sous silence par pudeur. À noter cependant que, dans l’Écriture, les péchés des grands sont racontés, comme c’est le cas pour David et pour d’autres, et cela, parce que le Diable n’a pas terrassé que les petits et les inférieurs, mais aussi les grands. Il est en effet notre adversaire. Et c’est par précaution que [les péchés des grands] sont racontés, afin que celui qui est debout prenne garde de tomber [1 Co 10, 12]. Une autre raison est qu’on ne doit pas penser que [les grands] sont plus que des hommes. En effet, si l’on ne voyait en eux que la perfection, on pourrait s’égarer par idolâtrie ; mais lorsqu’on les voit tomber par le péché, on ne croit pas qu’il y a en eux plus que de l’homme. À noter aussi, selon Grégoire, que parfois ce qui est fait au sens littéral est mal et ce qui est signifié est bon ; mais parfois, ce qui est fait est bon et ce qui est signifié est mal. En effet, Urie était un homme bon et juste, et personne dans l’Écriture ne lui fait de reproches ; cependant, il signifie le Diable. Mais Bersabée fut une pécheresse, et cependant elle signifie une réalité bonne, à savoir, l’Église, comme le note la Glose sur 2 R [2 S]  12, et aussi la Glose dont on dit qu’elle explique la figure selon le sens allégorique. En effet, Urie veut dire «Dieu est ma lumière», et signifie le Diable, qui a désiré la lumière de Dieu, Is 14, 14 : Je serai semblable au Très-Haut. Bersabée veut dire «sept puits» ou «puits de la communauté», et elle signifie l’Église des Gentils en raison de la grâce baptismale septiforme. Le Diable l’avait d’abord épousée, mais David, c’est-à-dire le Christ, la lui enleva, s’unit à elle et tua le Diable lui-même. Autre [interprétation] : Bersabée signifie la loi, sur les chemins de laquelle a été entraîné le peuple qui ne veut pas entrer dans la maison par l’intelligence spirituelle ; ainsi, il emporte les lettres qui le condamnent à mort, car la lettre tue, 2 Co 3, 6. Mais David, c’est-à-dire le Christ, enleva la loi aux Juifs, lorsqu’il enseigna qu’elle devait être interprétée spirituellement.

[1, 7]

56. SALOMON ENGENDRA ROBOAM. De même que David veut dire «bras fort» ou «désirable au regard», de même Salomon veut dire «pacifique». Et ceci est correct, car la paix de la conscience vient de la force d’une bonne action, Ps 118[119], 165 : Grande paix pour ceux qui aiment ta loi. Or, il arrive que, pour la paix de sa conscience, un homme veuille que d’autres fassent le bien. Ainsi, SALOMON ENGENDRA ROBOAM, qui veut dire «élan», car il est mû par l’élan de la prédication, en possédant la paix de la conscience en vue de diffuser le nom du Christ, comme on lit à propos des apôtres, Is 27, 6 : Ils rejoindront Jacob par leur élan, Israël fleurira et germera, et ils rempliront la surface de la terre. Or, les deux signifient le Christ, car lui-même est la paix. De même, Roboam qui convertit le peuple par l’élan de la prédication.

57. ROBOAM ENGENDRA ABIA, qui veut dire «Dieu père», car, par le fait qu’un homme s’applique au progrès spirituel des autres ou à leur [progrès] corporel par les œuvres de miséricorde, il est rendu digne de la paternité de Dieu, comme [on le voit] plus loin, 5, 44 : Faites du bien à ceux qui vous haïssent, afin d’être les fils de votre Père qui est au ciel, etc. Et Lc 6, 36 : Soyez miséricordieux. Cela convient aussi au Christ, à qui il est dit : Je serai pour lui un Père, et il sera pour moi un Fils [He 1, 5].

58. ABIA ENGENDRA ASA, qui veut dire «s’élevant», car parfois l’homme, du fait qu’il devient père et supérieur à d’autres, encourt une certaine négligence de sa sécurité. Ainsi, ABIA ENGENDRA ASA, à savoir, afin que l’homme soit en progrès continuel et s’élève toujours vers des réalités plus grandes. Cela aussi convient au Christ, dont on dit qu’il «s’élève», c’est-à-dire, «croît», Lc 2, 40 : Or, l’enfant croissait. Ou encore, [on dit qu’il] «enlève», parce qu’il a enlevé les péchés du monde.

[1, 8]

59. ASA ENGENDRA JOSAPHAT, qui veut dire «judicieux», car, par le fait que grandit continuellement l’homme spirituel, il devient judicieux, 1 Co 2, 15 : L’homme spirituel juge de tout. Et cela convient au Christ, car le Père a confié tout jugement au Fils [Jn 5, 22].

60. JOSAPHAT ENGENDRA JORAM, qui veut dire «habitant dans les hauteurs», car celui qui est établi comme juge doit habiter dans les hauteurs, Is 33, 16 : Celui-ci habitera dans les hauteurs. Comment cela se réalise, l’Apôtre le dit : Notre demeure est dans les cieux [Ph 3, 20]. Et ceci convient au Christ, car le Seigneur règne sur toutes les nations, Ps 112[113], 4.

61. JORAM ENGENDRA OZIAS. Ici se pose une question à propos de la lettre. Car, en 1 Ch 3, 11, on dit que Joram engendra Ochozias. Or, Ochozias engendra Joram, et Joram engendra Amasias, qui porte aussi le nom d’Azarias. Et Amasias engendra Ozias. Ainsi donc, l’évangéliste semble avoir erré sur deux points dans la suite de la généalogie : premièrement, parce que Joram n’a pas engendré Ozias, mais Amasias ; deuxièmement, parce qu’il a omis trois générations.

62. Sur le premier point, il faut dire qu’on peut comprendre de deux façons le fait d’engendrer quelqu’un : de manière médiate ou immédiate. De manière immédiate, comme lorsque le père charnel engendre un fils sans intermédiaire, et ainsi Joram n’a pas engendré Ozias. D’une autre façon, comme lorsque nous sommes appelés les fils d’Adam, et ainsi on peut dire d’un fils qu’il est engendré par un grand-père ou un arrière-grand-père, parce qu’il descend de lui d’une manière médiate.

63. Pourquoi [Matthieu] a omis trois rois, on en donne trois raisons. La première [est donnée] par Jérôme, qui dit, comme il est écrit en Ex 20, 5 : Le Seigneur visite les fautes des pères jusqu’à la troisième et à la quatrième génération pour ceux qui imitent les fautes de leurs pères. Or, Joram a pris comme épouse la fille de Jézabel, c’est-à-dire Athalie, qui l’entraîna vers l’idolâtrie. Ochozias aussi s’adonna à l’idolâtrie plus que son père. Et de même Joram, qui, en plus du péché d’idolâtrie, tua aussi Zacharie, fils de Ioiadas. Ainsi, ces trois sont écartés de la génération du Christ parce qu’ils étaient indignes. Chrysostome donne une autre raison. En effet, le Seigneur a ordonné à Jéhu, fils de Nansi, en 4[2] R 9, d’extirper lui-même la maison d’Achab ; il se montra empressé à accomplir ce précepte, et cependant il ne s’écarta pas du culte des dieux, puisqu’il adora des veaux en métal. Et parce qu’il accomplit avec empressement l’ordre du Seigneur en détruisant la maison d’Achab, il lui fut dit que ses fils siégeraient sur le trône de la maison d’Israël jusqu’à la quatrième génération. Ainsi, de même que Jéhu mérita le royaume d’Israël jusqu’à la troisième ou quatrième génération, de même, en sens contraire, Joram, qui s’unit à des femmes de Gentils et transmit l’iniquité de la maison d’Israël à la maison de Juda, dut-il perdre le nom de sa postérité dans la généalogie du Christ jusqu’à la quatrième génération pour expier son péché. Augustin, dans ses Questions sur le Nouveau et l’Ancien Testament, donne une autre raison. Il dit en effet que certains furent bons et eurent des pères bons, comme Isaac et Jacob ; mais certains furent mauvais et eurent cependant des pères bons, comme Salomon, qui fut pécheur, mais eut cependant comme père David, un homme juste et bon. Mais certains ne furent pas bons et n’eurent pas non plus des pères bons, tels ces trois, comme il est clair par ce qui a déjà été dit. Joram pécha et son péché se poursuivit jusqu’en Ozias, qui ne fit presque rien de mal, si ce n’est de faire brûler de l’encens. Or, la continuation de la faute est la cause ou la raison de la destruction. Et c’est pourquoi ces trois, qui demeurèrent dans l’idolâtrie, sont exclus de la généalogie du Christ.

64. Au sens mystique, la raison est donnée par rapport aux trois groupes de quatorze selon lesquels Matthieu entend décrire la généalogie du Christ. Car Ozias veut dire «le fort du Seigneur», et signifie le Christ, dont il est dit en Ps 117[118], 14 : Ma force et ma louange, c’est le Seigneur ; il fut pour moi le salut, etc. Au sens mystique, JORAM ENGENDRA OZIAS, parce que ceux qui habitent dans les hauteurs doivent agir avec force. À noter que c’est sous cet Ozias qu’Isaïe a prophétisé, Is 1, 1. En effet, en raison du péché des dirigeants, des rois et même du peuple, Dieu avait fait disparaître la prophétie et l’enseignement ; c’est pourquoi, sous un roi bon, la prophétie a commencé à nouveau à se manifester.

[1, 9]

65. OZIAS ENGENDRA JOATHAM, qui veut dire «celui qui progresse», et signifie le Christ, par lequel l’Église progresse chaque jour. Et ainsi, Joatham a à juste titre engendré Joatham, parce que ceux qui agissent avec force progressent continuellement, Ps 83[84], 8 : Ils iront de vertu en vertu.

66. JOATHAM ENGENDRA ACHAZ, qui signifie «celui qui comprend» ; car, en progressant continuellement dans les vertus, l’homme parvient à la connaissance de Dieu, Ps 108[109], 104 : Par tes commandements, j’ai compris ; pour cette raison, j’ai haï tout ce qui mène à l’injustice ; Ps 63[64], 10 : Ils ont annoncé les œuvres du Seigneur, et ses actions, ils les ont comprises. Pour cette raison, Paul dit aux Philippiens, 3, 12 : Je poursuis ma course pour tâcher de comprendre, ayant été moi-même saisi par le Christ Jésus. Et cela convient au Christ, qui seul comprend parfaitement la divinité, Lc 10, 22 : Personne ne connaît le Père sinon le Fils.

67. ACHAZ ENGENDRA ÉZÉCHIAS, c’est-à-dire, «le Seigneur fort», car celui-ci tient sa force du Seigneur, 2 R [2 S]  22, 2 : Le Seigneur est ma force et ma forteresse. Et cela convient au Christ, qui est fort au combat.

[1, 10]

68. ÉZÉCHIAS ENGENDRA MANASSÉ, qui veut dire «oubli», car, celui qui connaît déjà Dieu parfaitement oublie les réalités temporelles, Ps 44[45], 11 : Oublie ton peuple et la maison de ton père ; Gn 41, 51 : Dieu m’a fait oublier toutes mes souffrances. Et cela convient au Christ, dont il est dit en Ez 18, 21 : Si l’impie se repent de tous les péchés qu’il a faits, de toutes les iniquités qu’il a faites, je ne me souviendrai plus.

69. MANASSÉ ENGENDRA AMON, qui veut dire «fidèle» et «nourrissant», car celui-là est vraiment fidèle qui méprise les réalités temporelles. En effet, selon Grégoire, la mauvaise foi est fille de l’avarice ; c’est pourquoi celui qui méprise totalement les réalités temporelles ne porte déjà plus attention à l’infidélité. Ainsi, Manassé a à juste titre engendré Amon. Cela peut aussi signifier «nourrissant», car celui qui méprise les réalités temporelles doit en conséquence nourrir les pauvres par miséricorde, plus loin, 19, 21 : Si tu veux être parfait, va et vends tout ce que tu possèdes, voilà le mépris [des réalités temporelles], et donne-le aux pauvres, voilà la nourriture. Or, cela convient au Christ qui est vraiment fidèle, Ps 144[145], 13 : Le Seigneur est fidèle en toutes ses œuvres ; [il est] aussi nourricier, Os 11, 3 : Moi qui ai nourri Éphraïm, je les portais dans mes bras, et ils n’ont pas reconnu que je prenais soin d’eux ; plus loin [Mt] 23, 37 : Combien de fois ai-je voulu rassembler tes fils comme les poules rassemblent leurs poussins sous leurs ailes, et tu n’as pas voulu ?

70. AMON ENGENDRA JOSIAS, qui veut dire «salut du Seigneur» ou «encens», car l’homme obtient le salut par le fait qu’il oublie aussi les choses temporelles et les dispense ou distribue. Ou bien, «encens». Cela convient au Christ, Ps 73[74], 12 : Celui qui a réalisé le salut au milieu de la terre, et s’est offert à Dieu en sacrifice d’agréable odeur, Ep 5, 2.

[1, 11]

71. JOSIAS ENGENDRA JÉCHONIAS ET SES FRÈRES, qui veut dire «préparation du Seigneur» ou «résurrection» ; et il signifie le Christ, qui nous a préparé un endroit, Jn 14, 2, et qui dit en Jn 11, 25 : Je suis la résurrection et la vie, et par celle-ci nous parvenons à la résurrection.

72. Ici se pose une triple question à propos de la lettre. Premièrement, on se demande comment on peut dire que Josias a engendré Jéchonias, et pourtant ce n’est pas lui qu’il a engendré, mais son père, Joachim. À cela il y a une double réponse. En effet, selon Chrysostome, avec qui Augustin est d’accord, le nom de Joachim est complètement laissé de côté, et cela parce qu’il n’a pas régné sur l’ordre de Dieu, mais par la puissance de Pharaon, qui l’imposa comme roi, après avoir incarcéré son frère premier-né, Joathan, qui avait régné avant lui. À ce sujet, [il faut] remarquer l’histoire en 4[2] R 22 et 2 Ch 36, 1s. Or, Josias eut trois fils : Joathan, Joachim, qui est aussi appelé Éliacin, et Sédéchias. Si, comme le dit Augustin, ces trois rois sont écartés de la généalogie parce qu’ils ont été corrompus par l’idolâtrie, à bien plus forte raison celui qui a été établi roi, non pas par Dieu ou par une prophétie, mais par la décision d’un païen, [n’aurait-il pas dû être écarté] ? La réponse est non, selon ce que dit Jérôme et ce qu’entend Ambroise, qui est d’accord avec cela : les deux sont appelés Joachim, celui qui est placé à la fin du [deuxième] groupe de quatorze et celui qui est placé au début du troisième groupe de quatorze, et les deux Jéchonias et Joachim sont le même personnage. Aussi faut-il remarquer que Josias a eu trois fils : Joachim, qui est aussi Éliacin, Joathan et Sédécias. Lorsque Josias mourut, Joathan régna à sa place, à titre de fils intermédiaire ; lorsque celui-ci fut capturé par Pharaon, le roi d’Égypte, [celui-ci] établit comme roi son frère premier-né, Joachim, en lui imposant un tribut. Par la suite, Nabuchodonosor, le roi de Babylone, l’ayant emporté sur le roi d’Égypte, assiégea Jérusalem et captura Joachim, qu’il renvoya à Jérusalem en échange d’un tribut. Par la suite, lorsque Joachim voulut se rebeller contre le roi de Babylone, en comptant sur l’aide du roi d’Égypte, Nabuchodonosor monta à Jérusalem, le captura et le tua, et le remplaça par son fils, Joachim, qu’il appela Jéchonias, du nom de son père. Cela fait, Nabuchodonosor, craignant que celui-ci, se rappelant la mort de son père, ne s’allie au roi d’Égypte, revint à Jérusalem et l’assiégea ; et Jéchonias, ou ce Joachim, le fils de l’autre, se livra au roi Nabuchodonosor, ainsi que son épouse et ses fils, sur le conseil de Jérémie. Et c’est de ceux-ci dont on dit qu’ils ont à proprement parler été déportés lors de la déportation. Mais Nabuchodonosor établit comme roi Sédécias, le frère de son père, et amena Joachim lui-même à Babylone. Et c’est de lui dont il est dit plus loin : Et après la déportation [Mt 1, 12]. Mais pourquoi a-t-il été appelé Jéchonias, alors que son nom était Joachim ? Il faut dire que ce nom lui avait été donné par le prophète, à savoir, Jérémie, Jr 22, 24 : Voici ce que dit le Seigneur : Si Jéchonias, fils de Joachim, roi de Juda, était un anneau dans ma main droite, je l’arracherais ; et plus loin [Jr 22, 28] : Est-ce que ce Jéchonias n’est pas un vase d’argile brisé ? C’est pourquoi l’évangéliste lui donne plutôt ce nom, afin de montrer que l’évangéliste est d’accord avec le prophète. Il faut remarquer aussi que, bien que le nom soit le même, il est écrit différemment. Le nom du premier Joachim est écrit avec un k, et on semble le prononcer Joakim ; mais le nom du second est écrit avec un ghimel, de sorte qu’il est prononcé Joachim. Ils ont ainsi une interprétation différente. Le premier veut dire «résurrection», mais le second [veut dire] «préparation du Seigneur».

73. En second lieu, on se demande pourquoi on dit : JÉCHONIAS ET SES FRÈRES. En effet, nombreux ont été les rois qui ont eu des frères, mais on ne dit jamais ou on ne mentionne jamais qu’ils avaient des frères. Il faut dire, selon Ambroise, que partout où l’on mentionne des frères, comme lorsqu’on dit : Juda et ses frères, et : Pharès et Zara, fils de Thamar, cela signifie qu’ils étaient égaux en sainteté ou en malice. Or, ces trois sont mauvais. Ou l’on peut dire que parce que l’un de ces frères a régné, comme il est clair par ce qui a été dit, il n’en fut pas ainsi des frères des autres rois.

74. En troisième lieu, on se pose une question sur le fait qu’on dise : LORS DE LA DÉPORTATION. Cela semble faux, car Josias n’a pas été déporté. Il faut dire que ceci est considéré du point de vue de la prescience divine, selon laquelle il avait été ordonné que ceux qu’il engendrait alors devaient être déportés. Ou bien on peut dire que LORS DE LA DÉPORTATION est la même chose que près de la déportation, c’est-à-dire, alors que la déportation était imminente.

 

Leçon 4 – Mt 1, 12‑20, n° 74

[1, 12]

75. Ici est présenté le troisième groupe de quatorze de la généalogie du Christ, qui se déroule selon les personnes privées. À propos de ce Jéchonias, comme on l’a dit plus haut, deux opinions ont été exprimées. En effet, Jérôme et Ambroise veulent que le second ait été celui qui est présenté à la fin du deuxième groupe de quatorze et ait été appelé Joakim, l’autre, celui qui est appelé Joachim. Mais, pour Augustin, [on verra] ce qui a été dit plus haut. En effet, cette déportation des fils d’Israël signifie le passage de la foi aux Gentils, Ac 13, 46 : Il fallait que la parole de Dieu fût d’abord adressée à vous. Dans cette déportation, les Juifs se reflètent d’une certaine manière dans les Gentils. De sorte qu’apparaît une sorte d’angle. Et c’est pourquoi ce Jéchonias signifie le Christ, qui est devenu la pierre d’angle [Ep 2, 20 ; 1 P 2, 6], en unissant en lui-même les deux peuples, les Juifs et les Gentils, Ps 117[118], 22 : La pierre que les constructeurs avaient écartée est devenue la pierre d’angle.

76. Mais ici on se pose une question. En Jr 22, 30, il est dit : Écris que cet homme est un homme stérile, qui ne se multipliera pas au cours de sa vie ; en effet, personne parmi sa descendance ne siégera sur le trône de David. Comment donc peut-on dire que le Christ est issu de David par l’intermédiaire de Sédécias, puisque Isaïe a écrit au sujet du Christ, Is 9, 2 : Il s’assoira sur le trône de David et régnera sur son royaume ? Selon Ambroise, il faut dire que lorsqu’on dit que le Christ s’assoit sur le trône, il faut l’entendre d’un royaume spirituel, et non pas corporel, sinon dans la mesure où le royaume corporel de David signifie le [royaume] spirituel.

77. SALATHIEL ENGENDRA ZOROBABEL. À l’encontre de [cette affirmation], on dit en 1 Ch 3, 17 que les fils de Jéchonias furent Asir, Salathiel, Melchiram et Phadaia. Or, Phadaia eut comme fils Zarobabel et Semel ; par la suite, il n’y est fait aucune mention d’Abioud [Mt 1, 13]. Il semble donc que l’évangéliste dit à tort que Salathiel engendra Zarobabel, et que Zorobabel engendra Abioud. À cela, la Glose apporte une triple réponse. Une réponse est que, dans le livre des Chroniques, beaucoup de passages ont été corrompus en raison de la défaillance des scribes, principalement lorsqu’il s’agit des nombres et des noms. De sorte que l’Apôtre interdit de trop s’arrêter à ces générations corrompues, qui soulèvent davantage de questions qu’elles ne sont utiles, 1 Tm 1, 4. Une autre réponse est que Salathiel a porté deux noms : en effet, il était appelé Salathiel et Caphadra. C’est pourquoi le livre des Chroniques dit que Zorobabel est le fils de Capha, alors que l’évangéliste dit qu’il était le fils de Salathiel [Lc 3, 27]. Il n’y a donc pas d’opposition. Une troisième réponse, et la plus vraie, est que Salathiel et Caphadra étaient des frères, comme le dit le livre des Chroniques. Or, Caphadra engendra un fils à qui il donna le même nom, à savoir, Zorobabel, et celui-ci engendra Abioud. Il faut dire aussi que le livre des Chroniques raconte la généalogie de Capha lui-même, et l’évangéliste, la génération de Salathiel, parce que de lui devait naître le Christ.

78. Or, il faut noter que, de ceux qui vécurent depuis Abioud jusqu’à Joseph [Mt 1, 13‑16], aucune mention n’est faite dans la Sainte Écriture, mais qu’ils ont été tirés des annales des Hébreux, qu’Hérode a fait brûler pour une grande part afin de cacher la bassesse de sa naissance.

79. Le sens de la lettre est clair. Recherchons le sens mystique. À noter donc que, dans cette partie de la généalogie, sont présentés trois ordres. Le premier est l’ordre des docteurs, et il comporte quatre générations. En effet, avant la prière, une préparation est nécessaire, selon Si 18, 23 : Avant de prier, prépare ton âme. C’est pourquoi de Jéchonias, qui veut dire «préparation du Seigneur», est issu Salathiel, qui veut dire «ma demande» ; et ils désignent le Christ, qui a en tout été écouté en raison de sa piété, He 5, 7. Or, la prière doit précéder l’enseignement, selon Ep 6, 19 : Priez afin qu’il me soit donné d’ouvrir la bouche pour parler ; et ainsi, Salathiel suit Zorobabel, qui veut dire «maître de Babel», c’est-à-dire de la confusion. Car, par l’enseignement et la prédication des apôtres, les nations ont été rappelées au vrai Dieu, et cela, pour la confusion de l’idolâtrie. Et cela convient principalement au Christ, qui dit : Vous m’appelez Maître et Seigneur, et vous avez raison, Jn 13, 13. Or, par l’enseignement et la prédication, l’homme acquiert la dignité de père. C’est ainsi que [les prédicateurs] sont appelés les pères de ceux qu’ils instruisent spirituellement, 1 Co 4, 15 : Auriez-vous en effet des milliers de pédagogues dans le Christ, vous n’auriez pas plusieurs pères : en effet, c’est par l’évangile que nous sommes fils dans le Christ Jésus. Et c’est ainsi que suit : ZOROBABEL ENGENDRA ABIOUD, qui veut dire «celui-ci est mon père» ; et cela convient au Christ, Ps 88[89], 27 : Celui-ci m’invoquera : «Tu es mon père.»

[1, 13-16]

80. ABIOUD ENGENDRA ÉLIACIN. Ici est désigné l’ordre des débutants, c’est-à-dire des auditeurs. En premier lieu, ce qui est réalisé par la prédication chez l’auditeur et ce que doit viser le prédicateur, c’est qu’il sorte des vices [pour se diriger] vers les vertus, selon Ep 5, 4 : Réveille-toi, toi qui dors ; et c’est pourquoi ABIOUD ENGENDRA ÉLIACIN, qui veut dire «résurrection». Et cela convient au Christ, qui dit, Jn 11, 26 : Tous ceux qui croient en moi ont la vie éternelle. Or, celui qui se réveille ne peut parvenir à l’état de justice que par l’aide de Dieu ; et ainsi, après qu’il est ressuscité, l’homme a besoin de l’aide de Dieu, selon Ps 120[121], 2 : Le Seigneur me vient en aide. On poursuit alors : ÉLIACIN ENGENDRA AZOR, qui veut dire «aidé». Et ceci convient au Christ, dont il est dit en Ps 26[27], 9 : Viens à mon aide, Seigneur.

 

[1, 14]

81. Et par cette aide, on parvient à la justice, d’où : AZOR ENGENDRA SADOCH, qui veut dire «juste», Rm 3, 22 : La justice de Dieu par la foi destinée à tous et pour tous ceux qui croient en lui. Or, la consommation de la justice ou sa fin est la charité : La fin de la justice, c’est le Christ ; la fin de la loi est la charité, 1 Tm 1, 5. Il n’y a que deux préceptes, à savoir, l’amour de Dieu et du prochain, 1 Jn 4, 21 : Et nous tenons ce commandement de Dieu, que celui qui aime Dieu doit aussi aimer son frère.

82. Et c’est pourquoi SADOCH suit ACHIM, et ACHIM, ÉLIOUD. Achim veut dire «mon frère» ; il désigne donc l’amour du prochain, Ps 132, 1 : Comme il est bon, comme il est agréable d’habiter ensemble comme des frères. Cela convient au Christ, qui est notre chair et notre frère. Et parce qu’il ne peut pas y avoir d’amour du prochain sans amour de Dieu, il en découle que Achim a engendré Élioud. Élioud veut dire «mon Dieu», Ps 17[18], 2 : Je t’aimerai, Seigneur. Et cela convient au Christ, Ps 30[31], 15 : Tu es mon Dieu.

[1, 15]

83. ÉLIOUD [corr. : Achim/Élioud] ENGENDRA ÉLÉAZAR. Ici est désigné l’ordre de ceux qui progressent. On ne peut en effet progresser sans l’aide divine. Ainsi, ce qui est d’abord requis pour progresser est l’aide divine ; c’est pourquoi Éléazar suit à juste titre Élioud, qui veut dire «Dieu est mon secours», Ps 83[84], 6 : Bienheureux l’homme dont le secours vient de toi. Mais, alors que Dieu peut aider au salut de plusieurs manières, comme par l’enlèvement des empêchements et en donnant des occasions, son aide la plus puissante se fait par le don de sa grâce, 1 Co 15, 10 : C’est par la grâce de Dieu que je suis ce que je suis. Et ainsi, ÉLÉAZAR ENTRAÎNE MATHAN, qui veut dire «don», à savoir, de la grâce de Dieu. Et cela convient au Christ, qui est aussi le donateur, Jn 3, 16 : Dieu a tellement aimé le monde qu’il lui a donné son Fils unique ; Ep 4, 8 : Il a donné des dons aux hommes. Mais parce que l’homme pourrait s’en remettre seulement au don de la grâce au point de tomber dans la négligence en ne coopérant pas à la grâce par son libre arbitre, c’est pourquoi suit Jacob, qui veut dire «lutteur» ; pour cette raison, [on trouve] en 1 Co 15, 10 : C’est par la grâce de Dieu que je suis ce que je suis, et on poursuit : Et la grâce n’a pas été vaine en moi ; 2 Co 6, 1 : Nous vous exhortons à ne pas recevoir en vain la grâce de Dieu.

[1, 16]

84. Et maintenant vient Joseph, c’est-à-dire «accroissement», car par la grâce et l’effort du libre arbitre, l’homme en vient à la croissance, Pr 4, 8 : Le sentier des justes se déroule comme une lumière resplendissante et monte jusqu’au plein jour. Ainsi, JACOB ENGENDRA JOSEPH, L’ÉPOUX DE MARIE.

85. Mais ici se pose une double question. Premièrement, on s’interroge en effet sur la divergence qui semble exister entre Luc et Matthieu. Car, Luc dit que Joseph était le fils d’Héli, le fils de Mathat ; mais Matthieu dit qu’il était le fils de Jacob. Il semble donc y avoir une divergence entre eux. Mais, sur ce point, il faut dire que les deux étaient de la même lignée, mais non de la même famille, à savoir, Mathan et Mathat. En effet, ils étaient de la lignée de David, mais l’un descendait de la lignée de David par Salomon, à savoir, Mathan ; l’autre, par Nathan, à savoir, Mathat. Mathan prit donc une épouse qui portait le nom de Hesta, de laquelle il engendra Jacob ; mais après la mort de Mathan, comme la loi n’interdisait pas d’épouser une veuve, elle épousa le frère de celui-ci, Mathat, qui engendra d’elle Héli. Ainsi, Jacob et Héli étaient frères par la même mère, mais non par le même père. Héli prit une épouse et mourut sans enfants, de sorte que Jacob, afin de donner une descendance à son frère, la prit comme épouse et engendra Joseph. Ainsi Joseph était fils de Jacob selon la chair, mais fils d’Héli par adoption. Et c’est pourquoi Matthieu, qui ne présente dans la généalogie du Christ que les pères charnels, dit que Joseph était le fils de Jacob ; mais Luc, qui en présente plusieurs qui n’étaient pas des pères charnels, dit qu’il était le fils d’Héli. La raison de cette différence a été donnée plus haut. Mais il faut remarquer que lorsqu’un frère prenait l’épouse de son frère afin de lui donner une descendance, il ne faut pas comprendre que le fils qui était engendré était nommé du nom du défunt : en effet, Booz, qui a pris Ruth afin de donner une descendance à Élimélech, engendra un fils, qu’il n’appela pas Élimélech, mais Obed. Mais on dit qu’il donne une descendance à son frère dans la mesure où ce fils lui était imputé selon la loi. Et ceci n’est pas inconvenant, car, comme il est dit dans l’histoire ecclésiastique, les apôtres et les évangélistes eux-mêmes ont été instruits de la généalogie du Christ par les proches parents du Christ, qui la conservaient en partie dans leur cœur par la mémoire et en partie par ce qui est écrit dans les livres des Chroniques.

86. La seconde question est [la suivante] : Matthieu voulait écrire la généalogie du Christ. Or, comme le Christ n’était pas le fils de Joseph, mais [celui] de Marie seulement, pourquoi était-il nécessaire d’étendre la généalogie du Christ depuis Abraham jusqu’à Joseph ? Sur ce point, il faut dire que c’était la coutume, chez les Juifs, et ce l’est encore jusqu’à aujourd’hui, de prendre une épouse à l’intérieur de sa tribu ; ainsi, en Nb 36, 6s, il est dit que chacun prenne une épouse de sa tribu et de son clan. Et bien que ceci n’ait pas été nécessairement respecté, cela était respecté de manière coutumière. Ainsi, Joseph prit Marie comme épouse parce qu’elle lui était la plus proche. Et parce qu’ils étaient de la même lignée, afin que soit montré que Joseph descendait de David, il est aussi montré que Marie et le Christ étaient de la descendance de David.

87. Mais d’où peut-on tirer que Joseph et Marie étaient de la même tribu ? Cela s’éclaire par ce qui est dit en Lc 2, 4, car, lorsqu’on dut faire un recensement, Joseph lui-même et Marie montèrent vers la ville de David, qui est Bethléem. Ainsi, par le fait qu’il l’amena avec lui, il est clair qu’ils étaient de la même famille. Mais on se demande pourquoi il ne montre pas que le Christ descend de David à travers Marie. Il faut dire que ce n’est pas la coutume chez les Hébreux, pas davantage que chez les Gentils, de décrire une généalogie par les femmes. De sorte que le Christ, qui venait pour le salut des hommes, voulut imiter ou respecter sur ce point les habitudes des hommes. Et ainsi, sa généalogie n’est pas décrite selon les femmes, surtout que sa généalogie pouvait être connue selon les hommes sans risque pour la vérité.

88. L’ÉPOUX DE MARIE. Jérôme [commente] : «Lorsque tu entends “ époux ”, ne mets pas en doute qu’il s’agisse d’un mariage.» En sens contraire, ne s’agissait-il pas d’un vrai mariage ? Il faut dire qu’il en était bien ainsi, car là se trouvent les trois biens du mariage : la descendance, Dieu lui-même ; la fidélité, car il n’y a pas adultère ; et le sacrement, car existe l’indivisible union des âmes. Que faut-il donc dire ? [La question qui se pose] concerne l’accomplissement du mariage, qui se réalise par l’union charnelle. Ainsi donc, comme le dit Augustin, [Joseph] est appelé «époux» de Marie afin qu’il soit montré que le mariage existe entre deux [personnes] continentes, qui veulent également l’être. Mais comment cela fut-il un mariage ? Car un vœu empêche de contracter mariage et annule celui qui a été contracté. Or, comme la bienheureuse Vierge avait fait vœu de virginité, il ne semble avoir existé aucun mariage. De plus, s’il y eut mariage, elle a consenti à l’union charnelle. Mais il faut dire que la bienheureuse Vierge était préoccupée par deux choses : d’une part, elle était préoccupée par la malédiction de la loi à laquelle était soumise la femme stérile ; d’autre part, elle était préoccupée par son propos de conserver la chasteté. C’est pourquoi elle se proposait de demeurer vierge, à moins que le Seigneur n’en dispose autrement ; elle s’en remit donc à la décision divine. À propos de ce qui est dit, à savoir qu’elle a consenti à l’union charnelle, [il faut dire] que non ; mais [elle a consenti] de manière directe au mariage, et à l’union charnelle de manière implicite, si Dieu le voulait.

89. DE LAQUELLE EST NÉ JÉSUS, QUE L’ON APPELLE CHRIST. Ici, une double erreur est écartée. L’une qui dit que le Christ était le fils de Joseph, et cela est exclu par le fait qu’on dise : DE LAQUELLE. En effet, s’il avait été le fils de Joseph, [Matthieu] aurait dit : duquel, ou tout au moins : desquels. Une autre erreur est exclue, à savoir celle de Valentin, qui dit que le Christ ne tient pas son corps de la bienheureuse Vierge, mais l’a apporté du ciel, et que celui-ci est passé par la bienheureuse Vierge comme par un canal. À cela s’oppose le fait que [Matthieu] dise : DE LAQUELLE. En effet, s’il en était comme [Valentin] le dit, l’évangéliste aurait dit non pas : de laquelle, mais : par l’intermédiaire de laquelle, ou : par l’action de laquelle, ou : à partir de laquelle, ou quelque chose du genre. Car cette préposition «de» [de] indique toujours la consubstantialité, mais non la préposition «à partir de» [ex]. Ainsi, on peut dire : «Le jour vient du matin», et «L’arche vient de l’artisan», mais on ne dit jamais : «[L’arche est faite de] l’artisan.» Ainsi, par le fait que [Matthieu] dise DE [LAQUELLE], il indique que le corps du Christ a été formé à même le corps de la bienheureuse Vierge, Ga 4, 4 : Dieu a envoyé son Fils, né d’une femme, placé sous la loi.

90. Ici, il faut éviter l’erreur de Nestorius, qui affirmait qu’il y avait deux personnes dans le Christ ; il ne reconnaissait donc pas que Dieu était né ou avait souffert, et il n’attribuait pas à l’homme [qu’était le Christ] les autres choses qui appartiennent à Dieu, comme d’être éternel ou d’avoir créé les étoiles. Ainsi, dans une de ses lettres, il cite ce texte pour appuyer son erreur : «De laquelle est né Jésus. [L’évangéliste] ne dit pas : Dieu, mais : Jésus, qui est un nom d’homme, et le Christ.» Mais, si l’on suivait cela, il n’y aurait pas d’union dans le Christ, et on ne dirait pas que le Christ est un. Il faut remarquer, donc, que, dans le Christ, parce que se réalise l’union de deux natures en une seule personne, se fait la communication des idiomes, de sorte que ce qui appartient à Dieu est attribué à l’homme, et inversement. Et on peut donner comme un certain exemple deux accidents dans un sujet, comme lorsqu’on dit d’un fruit qu’il est blanc et savoureux : on peut dire que ce qui est savoureux est blanc, en raison de quoi le fruit est blanc, et inversement.

91. QU’ON APPELLE CHRIST. Il faut remarquer qu’on dit simplement «Christ», sans ajout, pour montrer qu’il était oint d’une huile invisible, et non matérielle, comme les rois ou les prophètes sous la loi, Ps 44[45], 8 : Dieu t’a oint, ton Dieu, d’une huile de joie, plus que tous tes parents.

[1, 17]

92. Après avoir présenté la généalogie du Christ, [Matthieu] conclut ainsi le nombre des générations, et il les divise en trois groupes de quatorze. Le premier groupe de quatorze va d’Abraham à David inclusivement, à savoir que David est compté dans ce premier groupe de quatorze. Ainsi : TOUTES LES GÉNÉRATIONS. Le deuxième groupe de quatorze se déploie à partir de David exclusivement, à savoir que David n’est pas compté, mais qu’on débute par Salomon, et il se termine à la déportation à Babylone. Ainsi : DE DAVID À LA DÉPORTATION DE BABYLONE. Le troisième débute par la déportation de Babylone et se termine au Christ, de sorte que le Christ est le quatorzième.

93. Mais on se demande pourquoi l’évangéliste a réparti avec autant de soin et d’attention la généalogie du Christ en trois groupes de quatorze. Chrysostome en donne une raison : parce que, dans ces trois groupes de quatorze, s’est toujours produit un certain changement dans le peuple d’Israël. En effet, dans le premier groupe de quatorze, il était sous la direction de chefs ; dans le second, sous la direction de rois ; dans le troisième, sous celle de prêtres. Et le Christ lui-même est chef, roi et prêtre, Is 33, 22 : Le Seigneur est notre juge, le Seigneur est notre législateur, le Seigneur est notre roi. À propos de son sacerdoce, il est dit en Ps 109, 4 : Tu es prêtre pour l’éternité selon l’ordre de Melchisédech.

94. Le même [Chrysostome] donne une autre raison, à savoir que soit montrée la nécessité de la venue du Christ. En effet, dans le premier groupe de quatorze, [le peuple] demanda des rois contre la volonté de Dieu, et il a transgressé la loi. Dans le second, ils ont été emmenés en exil en raison de leurs péchés. Mais, dans le troisième, nous sommes libérés de toute faute, de la misère et de la servitude spirituelle du péché.

95. Jérôme donne une troisième raison, à savoir que par ces [groupes] sont indiquées trois époques que traverse la vie de tous les hommes. En effet, par le premier, est indiqué le temps avant la loi, parce que, dans celui-ci, sont présentés certains pères antérieurs à la loi ; par le deuxième, le temps sous la loi, parce que tous ceux qui y sont présentés vécurent sous la loi ; mais, par le troisième, le temps de la grâce, car il se termine par le Christ, par lequel la grâce et la vérité sont apparues, Jn 1, 17.

96. Cette distinction est aussi conforme au mystère, car le groupe de quatorze est un nombre composé de quatre et de dix. Par dix s’entend donc l’Ancien Testament, qui a été donné dans les dix commandements. Mais par quatre, l’évangile, qui est réparti en quatre livres. Par ailleurs, les trois groupes de quatorze désignent la foi en la Trinité. De sorte que par le fait que Matthieu divise la généalogie en trois groupes de quatorze, est indiqué le fait que l’on parvient au Christ par le Nouveau et l’Ancien Testaments dans la foi en la Trinité.

97. Cependant, au sujet des générations, il existe une double opinion. En effet, selon Jérôme, qui dit que le Jéchonias de la fin du premier groupe de quatorze est différent de celui du début du deuxième groupe, il existe quarante-deux générations : tel est, en effet, la somme de trois groupes de quatorze. Mais, selon Augustin, il n’y a que quarante et une générations, et le Christ compte pour une. Et ceci est conforme au mystère. En effet, le nombre quarante vient de la multiplication de quatre par dix, et inversement. Or, selon les platoniciens, quatre est le nombre des corps, car le corps est composé de quatre éléments. Mais dix est le nombre qui vient de l’addition de nombres en série : en effet, un, deux, trois et quatre donnent dix. Et parce que Matthieu entend manifester comment le Christ est descendu jusqu’à nous par une lignée, le Christ est ainsi venu jusqu’à nous par quarante générations. Mais Luc, qui veut mettre en relief la dignité sacerdotale dans le Christ, à qui revient l’expiation des péchés, plus loin, 18, 22 : Je ne te dis pas sept fois, mais soixante dix-sept fois sept fois, etc., présente soixante-dix-sept générations : en effet, ce nombre provient de la multiplication de sept par onze, car sept fois onze donnent soixante-dix-sept. Par onze, s’entend donc la transgression du décalogue ; par sept, la grâce septiforme, par laquelle se réalise la rémission des péchés. Mais que, selon Jérôme, il y ait quarante-deux générations n’est pas non plus dépourvu de mystère, parce que, par ces deux, s’entendent les deux préceptes de la charité, ou les deux testaments, le Nouveau et l’Ancien.

[1, 18]

98. Une fois présentée la généalogie du Christ d’une manière générale, ici est décrite sa génération d’une manière particulière ; et elle se divise en trois parties : premièrement, [Matthieu] donne un titre [1, 18] ; deuxièmement, l’évangéliste décrit le mode de la génération, en cet endroit : ALORS QUE SA MÈRE, MARIE, ÉTAIT FIANCÉE À JOSEPH [1, 18] ; troisièmement, il démontre le mode de la génération, en cet endroit : OR, JOSEPH, SON ÉPOUX [1, 19].

99. [Matthieu] dit donc : OR, TELLE FUT LA GÉNÉRATION DU CHRIST [1, 18]. Ceci se lit de deux façons. En effet, selon Chrysostome, il s’agit pour ainsi dire d’un prologue à ce qui va être dit ; mais, selon Rémi, il s’agit pour ainsi dire d’un épilogue à ce qui a été dit. Selon la première manière, on lit donc : «On a ainsi dit à propos de la génération du Christ comment Abraham engendra Isaac, etc. par l’union charnelle, mais la génération du Christ s’est faite ainsi», en ajoutant : «comme il est dit dans ce qui suit». Selon la seconde façon, on y lit l’épilogue de ce qui précède : «Ainsi, Abraham, etc., jusqu’au Christ : Telle fut la génération du Christ», en ajoutant : «comme, depuis Abraham en passant par David et les autres, elle s’étend jusqu’au Christ».

100. Ensuite, [Matthieu] décrit le mode de la génération. En premier lieu, il décrit la personne qui engendre, lorsqu’il dit : ALORS QU’ELLE ÉTAIT FIANCÉE ; en second lieu, la génération même du Christ, lorsqu’il dit : AVANT QU’ILS EUSSENT COHABITÉ, ELLE SE TROUVA ENCEINTE ; troisièmement, l’auteur de la génération : DU SAINT-ESPRIT.

101. [Matthieu] décrit la personne qui engendre par trois points : en premier lieu, par sa condition, lorsqu’il dit : FIANCÉE… JOSEPH ; deuxièmement, par sa dignité : SA MÈRE ; troisièmement, par son nom propre : MARIE.

102. [Matthieu] dit donc : ALORS QUE SA MÈRE, MARIE, ÉTAIT FIANCÉE À JOSEPH [1, 18]. Mais aussitôt surgit une question. Puisque le Christ a voulu naître d’une vierge, pourquoi a-t-il voulu que sa mère soit fiancée ? Une triple raison est donnée par Jérôme. La première, pour que le témoignage rendu à sa virginité apparaisse plus crédible. En effet, si elle n’avait pas été fiancée et avait dit qu’elle était vierge, alors qu’elle était enceinte, elle n’aurait pas semblé faire autre chose que cacher une faute d’adultère. Mais, comme elle était fiancée, il ne lui était pas nécessaire de mentir. Ainsi, il serait plus facile qu’on la croie, Ps 92[93], 5 : Tes témoignages sont rendus plus crédibles. Une autre raison était qu’elle eût la protection d’un homme, lorsqu’elle s’enfuirait en Égypte ou lorsqu’elle en reviendrait. Une troisième, pour que son enfantement soit caché au Diable, de crainte que, si celui-ci le connaissait, il empêche la passion [de Jésus] et le fruit de notre rédemption, 1 Co 2, 8 : S’ils l’avaient su, jamais ils n’auraient crucifié le Seigneur de gloire. [Ce passage] est expliqué comme s’appliquant au Démon, à savoir qu’il n’aurait pas permis qu’il soit crucifié.

103. Mais, en sens contraire, est-ce que celui-ci ne savait pas qu’elle était vierge ? En effet, sa virginité consistait en ce que sa chair n’était pas corrompue. Le Diable pouvait donc savoir qu’elle était vierge. Mais il faut dire, selon Ambroise, qui donne aussi cette raison, que les diables peuvent agir par une certaine subtilité de nature, mais non pas cependant sans une permission divine. Ainsi, le Diable aura connu la virginité [de Marie], à moins que, par un dessein divin attentif, il n’en ait été empêché par Dieu.

104. Selon Ambroise, une triple raison est donnée. Le Seigneur ne voulait pas que les hommes doutent de sa naissance, pas plus que de la chasteté de sa mère. Aussi voulut-il qu’elle soit fiancée afin que soit écarté le soupçon d’adultère : en effet, il était venu accomplir la loi, et non l’abolir, Mt 5, 17 : Je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. Il est dit en Ex 20, 2 : Honore ton père et ta mère. Autre raison : afin que, pour les vierges reconnues, l’excuse de l’adultère soit écartée. En effet, si la mère du Seigneur n’avait pas été fiancée et était pourtant enceinte, [celles-ci] pourraient de cette manière prendre excuse sur elle, Ps 140[141], 4 : N’incline pas ton cœur à des paroles malicieuses pour te justifier de tes péchés. Troisième raison : parce que le Christ a pris l’Église comme fiancée, car elle est vierge, 2 Co 11, 2 : Je vous ai fiancés. C’est pourquoi il a voulu naître d’une vierge fiancée en signe qu’il avait épousé l’Église.

105. ALORS QU’ELLE ÉTAIT FIANCÉE. Mais à qui ? À Joseph. Selon Chrysostome, Joseph était menuisier, et il désigne le Christ, qui par le bois de la croix a tout rétabli, les choses célestes et les terrestres, etc. [Ep 1, 10].

106. SA MÈRE. Ici est montrée la dignité [de celle-ci] : en effet, à aucune autre créature, ni à un homme ni à un ange, n’a été accordé d’être le père ou la mère de Dieu, mais ceci fut le privilège d’une grâce singulière qu’elle devienne mère non seulement d’un homme, mais de Dieu. C’est pourquoi, en Ap 12, 1, il est dit : Une femme revêtue du soleil, comme si elle était remplie de la divinité. Ce que Nestorius niait, et cela, parce que la divinité n’avait pas été accueillie par une vierge. Contre lui, le martyr Ignace emploie un bel exemple pour montrer qu’elle était la mère de Dieu. «Il est clair, dit-il, que, dans la génération des hommes ordinaires, une femme est appelée mère, et cependant cette femme ne donne pas l’âme raisonnable, qui vient de Dieu, mais fournit la substance pour la formation du corps. Pour cette raison, la femme est appelée mère de tout l’homme, parce que ce qui vient d’elle est uni à l’âme raisonnable. De même, puisque l’humanité du Christ provient de la bienheureuse Vierge, en raison de l’union à la divinité, la bienheureuse Vierge est appelée non seulement mère d’un homme, mais aussi mère de Dieu, bien que la divinité ne vienne pas d’elle, comme chez les autres, l’âme raisonnable ne vient pas de la mère.»

107. MARIE, un nom propre. Il veut dire «étoile de la mer» ou «illuminatrice» et, dans sa langue, «maîtresse». Ainsi, en Ap 12, 1, elle est décrite avec la lune sous ses pieds.

108. AVANT QU’ILS EUSSENT COHABITÉ, etc. Ici, Elvidius fait une objection : si [cela se passa] avant qu’ils eussent cohabité, ils cohabitèrent donc à un certain moment. Il concluait en niant la virginité de la mère du Christ : elle fut connue par un homme, non pas avant la naissance, ni durant la naissance, mais après la naissance. Et Jérôme répond que, sans aucun doute, le fait de dire «avant» se rapporte toujours au futur. Mais ceci peut se faire de deux façons : soit en raison du motif, soit selon la perception par l’intelligence. En effet, si on dit : «Avant de manger dans le port de Rome, j’ai navigué vers l’Afrique», cela ne veut pas dire qu’après avoir navigué vers l’Afrique, j’ai mangé, mais que, alors que je me proposais de manger, empêché par la navigation, je n’ai pas mangé. Il en est de même ici. Il ne faut donc pas entendre que, par la suite, ils ont effectivement cohabité, comme le dit cet impie ; mais, par le fait même qu’elle lui était fiancée selon l’opinion commune, il leur était permis de cohabiter à un certain moment, bien qu’ils n’aient jamais cohabité. Rémi donne une autre explication : que ceci s’entende de la célébration solennelle des noces. En effet, les fiançailles existaient et se faisaient quelques jours avant et, entre-temps, la fiancée n’était pas sous la garde de l’homme ; la célébration solennelle des noces avait lieu après, et [la fiancée] était alors conduite à la maison de son mari. Ici, l’évangéliste parle de ces noces. Et, de ce fait, l’objection d’Elvidius ne tient pas.

109. Il faut remarquer la justesse du mot : en effet, on dit à proprement parler que quelque chose a été «trouvé» lorsque cela n’était pas attendu ou qu’on n’y pensait pas ; et cependant, Joseph avait une si grande opinion de la chasteté de Marie, qu’il fut dépassé de la trouver enceinte.

110. ENCEINTE. Il faut ajouter : Joseph [la trouva enceinte], lui qui, comme le dit Jérôme, «en raison de ce qu’autorisait le mariage, connaissait presque tous ses secrets».

111. PAR LE FAIT DE L’ESPRIT SAINT. Ici est mentionné l’auteur de la conception. Mais il faut lire cela séparément de ce qui précède. En effet, il ne faut pas entendre que Joseph trouva qu’elle était enceinte de l’Esprit Saint, mais seulement qu’il la trouva enceinte. Et pour que ne surgisse pas entre-temps chez les auditeurs un soupçon d’adultère, il ajoute : PAR LE FAIT DE L’ESPRIT SAINT, c’est-à-dire par la puissance du Saint-Esprit, et non de la substance [de celui-ci], afin qu’on ne croie pas que [l’enfant] était le fils du Saint-Esprit, Lc 1, 35 : L’Esprit Saint se posera sur toi et l’ombre du Très-Haut t’a recouverte. Or, bien que, selon Augustin, les opérations de la Trinité soient indivisibles, et donc que non seulement le Saint-Esprit, mais aussi le Père et le Fils aient réalisé la conception, cependant, en vertu d’une certaine appropriation, elle est attribuée à l’Esprit Saint. Et cela, pour trois raisons. La première raison est que le Saint-Esprit est amour. Or, cela fut le signe de l’amour le plus grand que Dieu veuille que son Fils s’incarne, Jn 3, 16 : Dieu a tellement aimé le monde qu’il lui a donné son Fils unique. La deuxième [raison est] que la grâce est attribuée au Saint-Esprit, 1 Co 12, 4 : Les grâces sont réparties, mais l’Esprit est le même ; et cela fut la plus grande grâce. La troisième raison est donnée dans les actes du concile de Nicée. Elle consiste en ce qu’en nous, il y a un double verbe : le verbe du cœur et le verbe de la parole. Le verbe du cœur est la conception même de l’intelligence, qui est cachée aux hommes, à moins qu’elle ne soit exprimée par la parole ou par le verbe de la parole. Or, le Verbe éternel avant l’incarnation se compare au verbe du cœur, alors qu’Il était auprès du Père [Jn 1, 1] et nous était caché ; mais le Verbe incarné, qui est apparu parmi nous, se compare au verbe de la parole. Puis, il est exprimé. Mais le verbe du cœur n’est uni à la parole que par l’intermédiaire de l’esprit ; et ainsi, c’est à juste titre que l’incarnation du Verbe, par laquelle celui-ci nous est apparu visiblement, s’est réalisée par l’intervention du Saint-Esprit.

112. Il faut remarquer ici les quatre raisons pour lesquelles le Christ a voulu naître d’une vierge.

113. La première de celles-ci est que la descendance contracte le péché originel par le fait de l’union de l’homme et de la femme ; de sorte que, si le Christ était né d’une union conjugale, il aurait contracté le péché originel. Mais cela aurait été inconvenant, puisqu’il était venu dans le monde afin d’enlever nos péchés. Il ne devait donc pas être atteint par la contagion du péché. La deuxième [raison] est que le Christ a été le principal docteur de la chasteté, plus loin, 19, 12 : Il y a des eunuques qui se sont castrés en vue du royaume des cieux. Troisième [raison], en raison de la pureté et de la clarté : La sagesse ne pénètrera pas une âme mal disposée, Sg 1, 4. Il convenait donc que le ventre de sa mère n’ait été atteint d’aucune corruption. Quatrième [raison], en raison de la propriété du verbe : car, de même que le verbe émane du cœur sans corruption, de même le Christ a voulu naître d’une vierge, et il fallait que ce fût sans corruption.

[1, 19]

114. Après avoir présenté le mode de la génération, [Matthieu] le confirme ici par un témoignage. En effet, comme l’évangéliste avait dit plus haut que la mère de Jésus fut trouvée enceinte et que cela était le fait de l’Esprit Saint, on pourrait croire que l’évangéliste avait ajouté cela pour plaire au maître. C’est pourquoi, ici, l’évangéliste confirme le mode de la génération déjà mentionné. En premier lieu, [il le confirme] par l’annonce prophétique : CECI ADVINT [1, 22] ; en second lieu, par la révélation angélique, en cet endroit : SE LEVANT, JOSEPH [1, 24].

115. Dans la première partie, on trouve trois choses. D’abord, est présentée la personne à qui la révélation a été faite [1, 19] ; en deuxième lieu, la personne qui révèle, en cet endroit : ALORS QU’IL PENSAIT À CELA, VOICI QUE L’ANGE DU SEIGNEUR APPARUT [1, 20] ; en troisième lieu, les paroles de la révélation, en cet endroit : JOSEPH, FILS DE DAVID [1, 20s].

116. La personne à qui la révélation est faite est mise en évidence sous deux aspects, à savoir, d’abord, par le fait que [Joseph] était juste, et donc ne mentait pas ; ensuite, par le fait qu’il était l’époux, ou l’homme, et pour cette raison ne supporterait pas de faute chez elle, Pr 6, 34 : La jalousie et la colère frapperont sans merci au jour de la vengeance. [Matthieu] dit donc : ELLE FUT TROUVÉE par Joseph ENCEINTE, mais COMME JOSEPH, SON ÉPOUX, ÉTAIT UN HOMME JUSTE ET NE VOULAIT PAS LA DÉNONCER [1, 19].

117. Sur ce point, il y a deux opinions chez les saints, à savoir, Ambroise et Augustin. En effet, Augustin veut que Joseph, qui n’était pas présent lorsque fut faite l’annonce angélique, la trouvant enceinte à son retour, soupçonna un adultère. Mais alors, la question surgit aussitôt : comment était-il juste, s’il ne voulait pas dénoncer celle qu’il soupçonnait d’adultère, c’est-à-dire rendre sa faute publique ? En effet, il semblait par cela consentir à son péché, et en Rm 1, 32, on dit : Non seulement ceux qui agissent, mais aussi ceux qui sont de mèche avec ceux qui agissent sont dignes de mort.

118. Mais à cela, il y a une triple réponse. La première est que, selon Chrysostome, il y a une double justice. En effet, il existe une justice qui est une vertu cardinale, et qui est appelée spéciale ; l’autre justice est [la justice] selon la loi, qui inclut toutes les vertus, y compris la piété, la clémence, et les choses de ce genre. Ainsi, lorsqu’on dit que Joseph était un homme juste, il faut l’entendre de la justice générale, de sorte que la justice s’entende de la piété. Ainsi, parce qu’il était juste, et d’autant plus [qu’il l’était], il ne voulut pas la dénoncer.

119. Une deuxième réponse est celle d’Augustin, qui dit qu’il existe un double péché : le péché occulte et le péché manifeste. En effet, le péché occulte ne doit pas être discuté en public, mais il faut lui apporter un autre remède. Ainsi donc, le soupçon d’adultère qu’eut Joseph était le soupçon d’un péché occulte, et non pas manifeste, parce qu’il était le seul à le connaître ; de plus, si d’autres savaient qu’elle était enceinte, ils ne pourraient penser autrement que c’était de son fait. C’est pourquoi il ne devait pas rendre sa faute publique.

120. La troisième réponse est celle de Raban : que Joseph était juste et pieux. En effet, parce qu’il était pieux, il ne voulait pas rendre la faute publique ; mais du fait qu’il voulait la renvoyer, il paraissait juste : il savait en effet que celui dont la femme est adultère est stupide et insensé, Pr 18, 22. Mais, selon Jérôme et Origène, il ne soupçonna pas l’adultère. Joseph connaissait en réalité la chasteté de Marie ; il avait lu dans l’Écriture qu’une vierge concevrait, Is 7, 14 et 11, 1 : Un rejeton sortira de la souche de Jessé, et un surgeon poussera de ses racines, etc. Il savait aussi que Marie descendait de la lignée de David. Il lui était donc plus facile de croire que cela s’accomplissait en elle que [de croire] qu’elle avait forniqué. Et ainsi, s’estimant indigne de cohabiter avec une telle sainteté, il voulut la renvoyer secrètement, comme Pierre dit : Loin de moi, Seigneur, parce que je suis un pécheur, Lc 5, 8. Il ne voulait donc pas la traduire [en justice], c’est-à-dire [selon l’étymologie de traducere] l’attirer à lui et la prendre comme épouse, s’en estimant indigne. Ou, selon l’opinion de certains autres, ignorant la fin, [il ne voulait pas] être considéré comme coupable s’il la cachait et la prenait avec lui.

[1, 20]

121. ALORS QU’IL PENSAIT À CELA. Ici est présentée la personne qui révèle. Trois points sont abordés : en effet, on aborde en premier lieu le temps ; en second lieu, la personne qui révèle est présentée : VOICI QUE L’ANGE ; en troisième lieu, le mode de la révélation est exprimé : APPARUT EN SONGE.

122. [Matthieu] dit donc : ALORS QU’IL PENSAIT À CELA, c’est-à-dire, alors qu’il retournait cela dans son esprit, VOICI QUE L’ANGE DU SEIGNEUR APPARUT. Il faut remarquer que deux choses sont mises en évidence à propos de Joseph, à savoir, sa sagesse et sa clémence. La sagesse, par le fait qu’avant d’agir, il délibéra, Pr 4, 25 : Que ton regard précède tes pas, c’est-à-dire, ne fais rien sans le jugement et la délibération de la raison. Et la clémence ou la piété, par le fait qu’il ne rendit pas la condition [de Marie] publique, à l’opposé de ceux, nombreux, qui veulent publier aussitôt à l’extérieur ce qu’ils ont dans le cœur, Pr 25, 28 : Comme une ville puissante qui n’est pas entourée de murailles, ainsi l’homme qui ne peut maîtriser son esprit en parlant. C’est pourquoi, il mérita d’être renseigné et consolé. D’où ce qui suit : VOICI QUE L’ANGE DU SEIGNEUR APPARUT, comme si l’aide de Dieu survenait promptement, Ps 9, 10 : Mon secours dans les difficultés et dans la détresse ; Ps 53[54], 6 : Voici que Dieu vint à mon aide et que le Seigneur accueillit mon âme.

123. L’ANGE DU SEIGNEUR. En effet, personne ne peut mieux disculper que celui qui est conscient de la préservation de la virginité. On croit donc que le même ange qui a été envoyé à Marie, Lc 1, 6, a été envoyé à Joseph, Ps 33[34], 8 : L’ange du Seigneur viendra autour de ceux qui le craignent, c’est-à-dire Marie et Joseph, afin de la libérer de l’infamie et de ne pas abandonner Joseph à son trouble.

124. Mais ici on se demande pourquoi la révélation ne fut pas faite dès le début à Joseph, avant qu’il ne soit ainsi troublé. De plus, pourquoi Marie ne lui révéla-t-elle pas l’annonce angélique qui lui avait été faite. Sur le premier point, il faut dire que cela arriva afin que le témoignage [de Joseph] soit plus crédible. En effet, de même que le Seigneur permit que l’apôtre Thomas doute de sa résurrection, afin qu’il touche en doutant et croie en touchant [Jn 20, 24‑29], et en croyant enlève en nous la blessure de l’incroyance, de même le Seigneur permit que Joseph doute de la chasteté de Marie, afin qu’en doutant, il reçoive la révélation de l’ange et, en la recevant, croie plus fermement.

125. [L’ANGE] APPARUT EN SONGE. Voilà le mode de la révélation. Il faut remarquer qu’apparaître est de la nature de ce qui est par nature invisible, mais qui a le pouvoir d’être vu, comme Dieu et l’ange. En effet, on ne dit pas des choses qui par leur nature peuvent être vues qu’elles apparaissent. C’est pourquoi on parle d’une apparition divine ou angélique. [Matthieu] dit donc à juste titre : [L’ANGE] APPARUT EN SONGE.

126. Mais on se demande ici pourquoi en songe. La raison en est donnée dans la Glose : Joseph était d’une certaine façon dans le doute, de sorte que, pour ainsi dire, il dormait ; et c’est pourquoi on dit que l’ange lui apparut en songe. Une autre raison, meilleure, peut être donnée : comme le dit en effet l’Apôtre, 1 Co 14, 22 : La prophétie a été donnée pour ceux qui croient, mais les signes pour ceux qui ne croient pas. Car, au sens propre, la révélation qu’on appelle prophétique a lieu en songe, Nb 12, 6 : S’il y a parmi vous un prophète du Seigneur, je lui apparaîtrai ou je lui parlerai en songe. Et c’est pourquoi, parce que Joseph était juste et fidèle, une apparition devait lui être faite qui convienne à un croyant, à savoir, une révélation en quelque sorte prophétique. Or, comme l’apparition corporelle est miraculeuse, une telle apparition ne lui convenait pas, puisqu’il avait la foi et était croyant. Mais alors, on se demande pourquoi une apparition visible s’est produite pour Marie, alors qu’elle était la plus croyante. Il faut dire que le mystère de l’incarnation a été révélé au départ à la Vierge Marie, alors qu’il était plus difficile d’y croire ; c’est pourquoi, il fallait qu’une apparition visible lui advienne. Mais, à Joseph, [le mystère de l’incarnation] ne fut pas révélé dès le départ, mais plutôt alors qu’il était pour une grande part déjà accompli, puisqu’il voyait déjà le ventre [de Marie] se gonfler, afin qu’il pût croire plus facilement. C’est pourquoi il lui suffit d’une apparition qui eut lieu comme en songe.

127. JOSEPH, FILS DE DAVID. Ici sont présentées les paroles de la révélation. Elles se divisent en trois parties, en fonction des trois choses que l’ange fait. En effet, il interdit d’abord le divorce à Marie et à Joseph. En second lieu, il dévoile le mystère de l’incarnation, lorsqu’il dit : CE QUI EST NÉ EN ELLE VIENT DE L’ESPRIT SAINT. En troisième lieu, il annonce à l’avance le service que Joseph allait rendre, c’est-à-dire qu’il rendait à l’enfant : ELLE ENFANTERA UN FILS [1, 21].

128. [L’ange] dit donc : JOSEPH. Il l’appelle afin de le rendre attentif à écouter et pour le rappeler à lui-même. Ceci est courant dans l’Écriture, à savoir que, lorsqu’une apparition est présentée comme venant d’en haut, elle exige de la part de l’auditeur une certaine élévation et attention de l’esprit, Ez 2, 1 : Fils d’homme, lève-toi et je te parlerai, et plus loin : Fils d’homme, écoute comme je t’ai parlé et ne sois pas exaspérant ; Ha 2, 1 : Je me tiendrai sur mes gardes.

129. FILS DE DAVID. Ainsi, il précise la lignée afin d’éviter ce qui est dit en Is 7, 13 : Écoutez, maison de David : est-ce trop peu pour vous de lasser les hommes que vous lassiez aussi mon Dieu, etc. ? En effet, un signe a été donné non pas à une seule personne, mais à toute la tribu ou maison. Ainsi, parce que [l’ange] devait l’informer à ce sujet, il est ordonné [à Joseph], par la mention de sa lignée, de se remémorer l’annonce du prophète.

130. NE CRAINS PAS. Toute apparition, que ce soit celle d’un ange bon ou d’un ange mauvais, provoque une certaine crainte, et cela, parce qu’une telle apparition est inhabituelle et pour ainsi dire étrangère à la nature de l’homme. Elle met ainsi l’homme comme hors de lui-même. Mais il y a une différence sur ce point, car l’apparition d’un ange mauvais frappe de terreur et laisse l’homme dans la terreur, à savoir qu’elle entraîne plus facilement au péché l’homme pour ainsi dire mis hors de lui-même. Mais l’apparition d’un ange bon, bien qu’elle frappe de terreur, est aussitôt menée à sa conclusion et à la consolation qu’elle entraîne, à savoir que l’homme revienne à lui et porte attention à ce qui lui est dit. D’où Lc 1, [11‑13], où il est dit que l’ange apparut à Zacharie, poursuit aussitôt : Ne crains pas, Zacharie, et de même : Ne crains pas, Marie. Ainsi, après l’apparition à Joseph, la consolation suit aussitôt. Celui-ci avait une double crainte, à savoir, de Dieu et aussi du péché, c’est-à-dire de pécher en cohabitant avec Marie parce qu’il était conscient d’un péché. C’est pourquoi NE CRAINS PAS suit, à savoir : ne crains pas de pécher, DE PRENDRE MARIE COMME ÉPOUSE. Il faut remarquer qu’elle est appelée «épouse», non en raison du mariage, mais en raison des fiançailles C’était en effet la coutume, dans l’Écriture, d’appeler les fiancées épouses, et les épouses, fiancées. Mais on se demande comment il ordonne de la prendre, alors qu’il ne l’a pas encore renvoyée. Et il faut dire que, bien qu’il ne l’eût pas renvoyée corporellement, cependant, dans son âme, il l’avait renvoyée. C’est pourquoi il lui est ordonné de la prendre. Ou bien : NE CRAINS PAS DE LA PRENDRE, pour ce qui est de la solennité et de la célébration des noces.

131. CE QUI EST NÉ EN ELLE VIENT DE L’ESPRIT SAINT. Ici, [Matthieu] dévoile le mystère de l’incarnation. Et remarquez que, alors qu’il y avait trois choses : la Vierge même qui conçoit, le Fils de Dieu conçu et la puissance active de l’Esprit Saint, l’ange exprime bien deux choses, à savoir, celle qui conçoit et l’auteur de la conception, mais n’exprime que de manière imprécise la troisième, le Fils même de Dieu conçu : CE QUI EST NÉ EN ELLE, dit-il. C’était afin de signaler que cela même est ineffable et incompréhensible, non seulement pour l’homme, mais aussi pour les anges eux-mêmes. EN EFFET, il dit : CE QUI EST NÉ EN ELLE (il ne dit pas d’elle, parce que naître d’une mère, c’est venir à la lumière ; mais naître en elle est le fait même d’être conçu), VIENT DE L’ESPRIT SAINT.

132. Tel est le témoignage angélique, qui conduit l’évangéliste à prouver ce qu’il avait dit plus haut : ELLE SE TROUVA ENCEINTE DE L’ESPRIT SAINT. Il faut remarquer que, dans la conception des autres femmes, la puissance formative se trouve dans la semence de l’homme, dont le sujet est la semence, et par cette puissance le fœtus est formé et se développe dans le corps de la femme. Le Saint-Esprit a donc remplacé [cette puissance formative]. C’est pourquoi on trouve parfois que les saints disent que l’Esprit Saint joua là le rôle de la semence, mais parfois il est dit qu’il n’y eut pas de semence. Et la raison en est que, dans la semence de l’homme, il y a deux choses, à savoir la substance corrompue elle-même qui provient du corps de l’homme, et la puissance formative. Il faut donc dire que l’Esprit Saint a joué le rôle de la semence pour ce qui était de la puissance formative ; mais il n’y intervint pas en tant que substance corporelle, parce que la chair du Christ, ou sa conception, ne fut pas produite à partir de la substance de l’Esprit Saint. Et ainsi, il est clair que l’Esprit Saint ne peut pas être appelé le père du Christ parce qu’[Il ne l’est] ni selon la nature divine, ni selon la nature humaine. Selon la nature divine, car même si le Christ possède la même gloire que le Saint-Esprit, le Fils, pour ce qui est de la nature divine, ne reçoit rien du Saint-Esprit. C’est pourquoi il ne peut pas être appelé le Fils [de l’Esprit Saint] : en effet, le Fils reçoit quelque chose du Père. De même [ne l’est-il] pas selon [la nature] humaine, parce que le père et le fils doivent se rejoindre par la substance ; or, le Christ, bien qu’il ait été conçu par la puissance du Saint-Esprit, ne [l’a pas été] cependant à partir de la substance du Saint-Esprit.

133. Or, ce qui est dit en Pr 9, 1 : La sagesse construira sa demeure, est contraire à cela. Il semble donc que la Sagesse divine elle-même, à savoir, le Fils de Dieu, s’est unie à la nature humaine, et ainsi n’a pas été produite par la puissance du Saint-Esprit. Mais à cela il y a une double réponse selon Augustin. La première est que cette parole, qui est écrite en Pr 9, 1, s’entend de l’Église, que le Christ a fondée par son sang. L’autre [réponse] est que les œuvres de la Trinité sont indivises. Et ainsi, ce que fait le Fils, le Saint-Esprit le fait aussi, mais cela est cependant attribué par une certaine appropriation à l’Esprit Saint. Et la raison en a été donnée plus haut.

 

Leçon 5 – Mt 1, 21-23, n° 134

[1, 21]

134. ELLE ENFANTERA UN FILS. [L’ange] annonce ici le service que Joseph rendra à l’enfant lorsqu’il sera né, et il fait trois choses : en effet, il annonce en premier lieu l’enfantement de la Vierge ; en second lieu, il prédit le service qui doit être rendu à l’enfant par Joseph même, lorsqu’il dit : ET TU LUI DONNERAS LE NOM ; en troisième lieu, il dévoile le nom donné à l’enfant lui-même, lorsqu’il dit : JÉSUS.

135. [L’ange] dit donc : ELLE ENFANTERA. Ainsi, elle conçut d’abord du Saint-Esprit, mais elle enfantera un fils. Il ne dit pas : pour toi, car [Joseph] lui-même n’a pas engendré l’enfant. En Lc 1, 13, il est dit à Zacharie : Ton épouse te donnera un fils, parce que Zacharie a engendré celui-ci. Ou bien [l’ange] ne dit pas : pour toi, [afin de montrer] qu’il est né pour tous : elle n’enfantera pas un fils pour lui seul, mais pour l’ensemble du monde, Lc 2, 10 : Voici que je vous annonce une grande joie, car il vous est né aujourd’hui un sauveur, qui est le Christ Seigneur, dans la ville de David, etc.

136. Mais Joseph pourrait dire : «Ainsi, elle a conçu du Saint-Esprit et elle enfantera un fils. Qu’advient-il de moi ? Je ne suis en rien nécessaire.» C’est pourquoi [l’ange] ajoute le service : TU LUI DONNERAS LE NOM. C’était la coutume chez les Hébreux, et ce l’est encore aujourd’hui, qu’on circoncise l’enfant le huitième jour et lui donne alors un nom, et ceci a été fait par Joseph. Ainsi, il agit comme serviteur pour cet acte. C’est pourquoi il est dit : ET TU L’APPELLERAS ; il n’est pas dit : TU DONNERAS, car [le nom] lui est déjà imposé, Is 42, 2 : Tu porteras le nom nouveau que t’a donné la bouche du Seigneur.

137. JÉSUS : c’est le nom donné par Dieu. Et [l’ange] en donne l’explication : CAR IL SAUVERA SON PEUPLE, qu’il s’est acquis par son sang, qui est donc son peuple. En Dn 9, 26, il est dit : Il ne sera pas son peuple, celui qui le rejettera. Ainsi, c’est par la foi [qu’existe] le peuple du Seigneur, 1 P 2, 9 : Vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis.

138. DE SES PÉCHÉS. Dans le livre des Juges, on dit souvent que tel ou tel a sauvé Israël, mais de qui ? De ses ennemis charnels. Mais ici, [ce sera] de ses péchés, en remettant les péchés, ce qui appartient à Dieu seul, Lc 5, 24 : Afin que vous sachiez que le Fils de l’homme a le pouvoir sur terre de remettre les péchés. Il faut remarquer que Nestorius est ici confondu, lui qui disait que ce qui appartenait en propre à Dieu, comme exister éternellement, être tout-puissant, et les choses de ce genre, ne convenait pas à cet homme. Voici que ce même homme, qui est né d’une vierge et qui est appelé Jésus, SAUVERA SON PEUPLE DE SES PÉCHÉS. Ainsi, puisque remettre les péchés ne peut être attribué qu’à Dieu seul, il faut dire que cet homme est Dieu et que les choses qui appartiennent à Dieu lui conviennent.

[1, 22]

139. L’évangéliste avait dit plus haut que la mère de Dieu avait été trouvée enceinte de l’Esprit Saint, et il avait prouvé cela par la révélation angélique. Ici, il [le] prouve par l’annonce prophétique. Il dit donc : TOUT CECI ARRIVA AFIN QUE S’ACCOMPLÎT CE QUE DIT LE SEIGNEUR PAR LE PROPHÈTE. Et il faut savoir que cette particule peut être utilisée ici de deux façons. En effet, Chrysostome veut que l’ange ait dit : TOUT CECI, et l’ait introduit par la prophétie. Et la raison en est que, pour que ce qu’il annonçait ne parût pas nouveau, il voulut tout de suite montrer que cela avait été annoncé depuis longtemps, Is 43, 3 : Qui a fait ce qui sera, selon une autre traduction. D’autres disent, et, je crois, à plus juste titre, que «TOUT CECI ARRIVA, etc.» sont les mots de l’évangéliste. Car les paroles de l’ange se terminent à : Et il sauvera son peuple, etc. Et l’évangéliste les introduit pour trois raisons : premièrement, afin de montrer que l’Ancien Testament parle du Christ, Ac 10, 43 : Toutes les prophéties lui rendent témoignage que tous ceux qui croient en lui reçoivent la rémission de leurs péchés en son nom ; deuxièmement, afin qu’ils croient plus facilement au Christ, Jn 5, 46 : Si vous croyez à Moïse, vous croirez aussi en moi : c’est en effet à mon sujet qu’il a écrit ; troisièmement, pour montrer la conformité entre l’Ancien et le Nouveau Testament, Col 2, 17 : Ce qui est l’ombre des choses à venir, le corps du Christ.

[1, 23]

140. Mais pour connaître le contenu de cette prophétie, il faut savoir que l’ange annonce trois choses. En effet, il a d’abord dit : EN ELLE EST NÉ, etc. ; deuxièmement : ELLE ENFANTERA ; troisièmement : IL PORTERA LE NOM DE JÉSUS. Ces trois choses sont présentes selon l’ordre dans la prophétie.

Et [l’ange] prouve en premier lieu ce qu’il dit : VOICI QU’UNE VIERGE ; deuxièmement : ELLE ENFANTERA ; troisièmement : IL SERA APPELÉ.

141. Ainsi, ce qu’elle a conçu dans la virginité venait du Saint-Esprit. C’est cela qui est dit dans la prophétie [Is 7, 14] : Voici qu’une vierge enfantera ; Is 35, 2 : Elle se couvre de fleurs, elle exulte de joie et pousse des cris, etc. De plus, une vierge enfantera un fils, car en enfantant, sa virginité n’a en rien été atteinte, Is 11, 1 : Un rejeton sortira de la souche de Jessé, et une fleur poussera de son tronc, etc. En effet, le Christ est une fleur. La virginité [de Marie] n’a en rien été affectée.

142. Vient ensuite : IL SERA APPELÉ EMMANUEL. Mais on se demande pourquoi cela ne concorde pas avec les paroles de l’ange : ET IL SERA APPELÉ JÉSUS ? Il faut dire que cette promesse a été faite aux Juifs, qui allaient obtenir le salut par la venue du Christ. Et Jésus veut dire «sauveur», ce qui est la même chose que Emmanuel, «Dieu avec nous». En effet, Dieu est avec nous de quatre façons : en prenant [notre] nature, Jn 1, 14 : Le Verbe s’est fait chair ; en se conformant à [notre] nature, car il [nous] est semblable en toutes choses, Ph 2, 7 : Devenu semblable aux hommes et reconnu à son aspect comme un homme ; par le comportement corporel, Ba 3, 38 : Après cela, il est apparu sur terre et il se mêlait aux hommes ; par le comportement spirituel, plus loin, 28, 20 : Voici que je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du siècle.

143. Mais, à propos de la lettre, on se demande pourquoi l’évangéliste n’emploie pas les mêmes mots que le prophète, mais emploie le nom de Jésus. Il faut dire qu’il parlait par le même Esprit. Toutefois, Jérôme dit que l’évangéliste a dit : IL AURA, car il parlait d’un fait qui avait déjà eu lieu. De même, il faut se demander pourquoi il est dit dans Isaïe : Et il sera appelé, alors qu’ici il est dit : ET ON L’APPELLERA. Mais Jérôme dit qu’ici on dit : ON L’APPELLERA, parce que ce que les anges l’ont d’abord nommé en l’annonçant, Lc 2, 21, les apôtres l’ont par la suite nommé en prêchant et en glorifiant : Afin qu’au nom de Jésus, tout genou fléchisse, PH 2, 10.

144. CE QUI SIGNIFIE : «DIEU AVEC NOUS.» Mais on se demande qui a donné cette interprétation de la prophétie, «DIEU AVEC NOUS» : le prophète ou l’évangéliste ? Il semble que ce ne soit pas l’évangéliste, car il n’en avait pas besoin puisqu’il écrivait en hébreu. Mais il faut dire que, d’une certaine façon, [c’est l’évangéliste], car Emmanuel est un nom composé, et donc l’évangéliste l’a interprété même en hébreu. Ou bien il faut dire que c’est celui qui le premier l’a traduit de l’hébreu qui l’a interprété.

145. Il faut remarquer que, dans la Glose, on dit qu’il existe un triple genre de prophétie, à savoir, de prédestination, de prescience et de menace, et qu’elles diffèrent entre elles. En effet, est appelée prophétie l’annonce de ce qui est en avant, c’est-à-dire, des choses à venir. Mais, parmi les choses à venir, il y en a certaines que seul Dieu fait. Par contre, il y en a certaines qui, même si Dieu les fait, sont faites par nous et aussi par d’autres créatures. Il y en a enfin certaines qui ne sont d’aucune façon faites par Dieu, comme les choses qui sont mauvaises. L’annonce des choses que seul Dieu fait est appelée prophétie de prédestination, comme la conception par une vierge, d’où Is 7, 14 : Voici qu’une vierge concevra, est une prophétie de prédestination. Mais les choses qui sont faites par les causes secondes peuvent être envisagées de deux manières. En premier lieu, selon qu’elles existent dans la prescience de Dieu : c’est le cas, par exemple, de Lazare. En effet, si quelqu’un considère les causes secondes, il dira que jamais il ne ressuscitera ; et il dirait vrai, alors qu’il devrait cependant être ressuscité selon l’ordre de la prescience divine. Ainsi, lorsqu’une prophétie est l’annonce de ce qui existe dans la prescience divine, elle s’accomplit toujours ; lorsqu’une [prophétie est l’annonce] selon l’ordre des causes inférieures, elle ne s’accomplit pas toujours, comme il apparaît en Is 38, 1, lorsque Isaïe dit à Ézéchiel : Mets ta maison en ordre, car tu vas mourir et tu ne vivras pas, etc. Mais est-ce que la prophétie impose une nécessité à la prescience ? Il faut dire que non, car la prophétie est un signe de la prescience divine, qui n’impose pas de nécessité aux choses connues par anticipation, puisqu’elle considère les choses à venir dans son propre état présent. En effet, tout ce qui est fait est présent à Dieu, car son regard s’étend à la totalité du temps : ainsi, si je vois quelque chose de présent, mon regard n’impose pas de nécessité, comme lorsque je vois quelqu’un s’asseoir. Et nous avons compris de cette manière les prophéties qui sont présentées dans ce livre.

146. En effet, il faut considérer que trois erreurs ont existé. L’une est celle des manichéens, qui disent que, dans tout l’Ancien Testament, on ne trouve aucune prophétie au sujet du Christ, et que tout ce qui est emprunté à l’Ancien Testament dans le Nouveau vient en totalité d’une corruption. S’oppose à cela Rm 1, 1 : Paul, serviteur du Christ, appelé apôtre, mis à part pour l’évangile de Dieu, afin que ce qu’il avait auparavant promis par les prophètes, etc. Et qu’il parle des prophètes des Juifs, cela est clair plus loin, 9, 5 : Dont les pères, de qui vient le Christ selon la chair, etc.

147. Une autre [erreur] fut celle de Théodoret, qui dit que rien de ce qui est tiré de l’Ancien Testament ne s’applique au Christ selon la lettre, mais est adapté, comme ce qui est parfois tiré de Virgile : En se rappelant ces choses, il était en suspens et demeurait immobile, est en effet adapté au Christ. Et ainsi, AFIN QUE S’ACCOMPLISSE doit être expliqué comme si l’évangéliste disait : «Et ceci peut être adapté.» À cela s’oppose Lc 24, 44 : Il faut que s’accomplisse tout ce qui a été écrit à mon sujet dans la loi de Moïse, dans les prophètes et dans les psaumes. Il faut savoir que, dans l’Ancien Testament, certaines choses se rapportent au Christ et ne sont dites que de lui, comme : Voici qu’une vierge concevra, et elle enfantera un fils, Is 7, 14, et Ps 21[22], 2 : Mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné, etc. ? Et si quelqu’un donnait un autre sens littéral, il serait hérétique, et l’hérésie a été condamnée. Mais parce que, non seulement les paroles de l’Ancien Testament, mais les faits [de l’Ancien Testament] parlent du Christ, parfois certaines [choses] sont dites d’autres personnes selon la lettre, mais se rapportent au Christ pour autant qu’elles sont une figure du Christ, comme il est dit de Salomon : Et il régnera de la mer à la mer, etc. [Ps 71[72], 8]. En effet, cela ne se réalisa pas en lui.

148. La troisième erreur fut celle des Juifs. Car il faut savoir que les Juifs s’opposent d’une manière particulière à ce texte, parce que, en hébreu, il n’est pas question de «vierge», mais de «jeune fille», ce qui est la même chose que «adolescente». Ainsi, selon la lettre, [ces paroles] n’ont pas été dites du Christ, mais de l’Emmanuel, ou du fils d’Isaïe, selon d’autres. Mais Jérôme leur objecte que cela n’a pas pu être dit du fils d’Isaïe, parce que celui-ci était déjà né lorsque cela fut dit. De plus, on ne trouve aucun personnage célèbre de cette époque qui se serait appelé Emmanuel. De même, le fait qu’une jeune fille enfante n’est pas un signe. Jérôme dit donc que «jeune fille» est équivoque et désigne parfois l’âge, parfois «cachée», et alors signifie une vierge préservée avec soin. Et tel est le sens ici. De plus, les Juifs objectent que cela a été donné comme signe, Is 7, 3 : Deux rois s’élèveront contre Achaz, etc., et que cela promettait qu’ils seraient libérés par eux en donnant ce signe à Achaz. Mais il faut dire qu’il donna ce signe non seulement à Achaz, mais aussi à la maison de David, car il dit : Écoute, maison de David, comme si le prophète disait : «Le Seigneur te viendra en aide contre ce roi, car Il fera Lui-même de bien plus grandes choses ; il libérera non seulement lui, mais le monde entier.»

149. Mais revenons à la lettre : OR, TOUT CELA S’ACCOMPLIT. À ceci s’oppose que l’ange avait indiqué plusieurs choses, à savoir, QU’ÉTAIT NÉ EN ELLE, etc., QU’ELLE CONCEVRAIT, etc., et aussi QU’IL SERAIT APPELÉ, etc. Or, tout cela ne s’était pas accompli. Mais, d’une première façon, il faut dire, selon Raban, que TOUT CELA S’ACCOMPLIT se rapporte à des faits passés : que l’ange était apparu à une vierge, qu’il avait dit ces paroles. ET TOUT CELA S’ACCOMPLIT, pour préserver cette vierge, de sorte que l’expression soit interprétée de manière causale. Ou bien cela se rapporte à ce qu’il avait annoncé, et on peut dire que tout cela s’accomplit en raison d’une prédestination. Ou bien il faut dire que l’évangéliste écrivait alors que tout s’était accompli, et que c’est à cela qu’il se réfère. La formule est ainsi interprétée de manière consécutive, parce que Dieu n’a pas voulu s’incarner pour que s’accomplît la prophétie, comme si l’Ancien Testament était plus digne que le Nouveau, mais le fait que le Christ s’est incarné a suivi la prophétie.

 

Leçon 6 – Mt 1, 24-25, n° 150

[1, 24]

150. Plus haut, l’évangéliste a démontré à partir de deux faits que la mère de Dieu a engendré [par l’intervention] du Saint-Esprit : la révélation de l’ange et l’annonce du prophète ; il veut démontrer la même chose par l’obéissance de Joseph, qui n’aurait pas acquiescé aux paroles de l’ange de prendre Marie comme épouse, s’il n’avait appris qu’elle était devenue enceinte [par l’intervention] du Saint-Esprit. À ce sujet, [Matthieu] fait deux choses : premièrement, il présente l’obéissance de l’époux lui-même à l’ange [1, 24] ; deuxièmement, le mode de l’obéissance est décrit, à cet endroit : ET IL LA PRIT [1, 24].

151. Il faut remarquer que, par la désobéissance du premier homme, nous sommes tombés dans le péché, Rm 5, 19 : Par la désobéissance d’un seul homme, nous avons été livrés au péché. C’est pourquoi l’obéissance est placée au début de notre rétablissement.

152. Et nous pouvons noter quatre choses qui sont nécessaires à l’obéissance. Premièrement, il faut qu’elle soit ordonnée. Je dis ordonnée, parce que, d’abord, il faut renoncer aux vices. Ensuite, il faut obéir pour mettre en œuvre les vertus, Jr 4, 3 : Défrichez ce qui est en friche, et ne semez rien parmi les épines, etc. C’est pourquoi il est dit ici : UNE FOIS RÉVEILLÉ, à savoir, de la paresse et du doute, JOSEPH. De ce songe, il est dit en Ep 5, 14 : Réveille-toi, toi qui dors, lève-toi d’entre les morts !

153. Deuxièmement, [l’obéissance] doit être prompte. C’est ce qui est dit en Si 5, 8[7] : Ne remets pas de jour en jour, ne tarde pas à te convertir au Seigneur, car sa colère s’abattra tout d’un coup. C’est pourquoi il est dit qu’aussitôt [JOSEPH] FIT COMME [L’ANGE] LUI AVAIT ORDONNÉ. Glose : «Que celui qui est averti par Dieu élimine les retards, s’arrache au sommeil et fasse ce qui est ordonné.»

154. Troisièmement, [l’obéissance] doit être parfaite, de sorte que soit accompli non seulement ce qui est ordonné, mais de la manière dont cela est ordonné et par ceux à qui cela est enjoint. C’est pourquoi il est dit : COMME IL L’AVAIT ORDONNÉ. Glose : «L’obéissance parfaite», Col 3, 20 : Enfants, obéissez à vos parents en toutes choses.

155. Quatrièmement, [l’obéissance] doit être discrète, de sorte qu’on obéisse à ceux à qui il faut obéir et en quoi [il le faut], et qu’ainsi rien ne soit fait contre Dieu. C’est pourquoi il dit : IL FIT COMME L’ANGE LUI AVAIT ORDONNÉ, non pas [un ange] mauvais, mais l’ange de Dieu, 1 Jn 4, 1 : N’accordez pas foi à tout esprit, mais éprouvez les esprits pour voir s’ils viennent de Dieu, car beaucoup de faux prophètes sont venus dans le monde.

156. ET IL PRIT. Ici est montré en quoi [Joseph] obéit, et trois points sont abordés : premièrement, l’obéissance qu’il manifesta envers l’ange ; deuxièmement, le respect qu’il manifesta envers la mère ; troisièmement, le service qu’il rendit au Christ né.

157. L’ange ordonna à Joseph : NE CRAINS PAS DE PRENDRE MARIE COMME TON ÉPOUSE [1, 20]. Et Joseph FIT COMME IL LUI AVAIT PRESCRIT, etc. [1, 24]. Il est donc clair qu’il trouva une femme bonne. Mais ne cohabitait-elle pas avec lui ? Pourquoi donc dit-il : UNE FOIS RÉVEILLÉ..., IL LA PRIT ? Chrysostome répond qu’il ne l’avait pas repoussée de sa maison, mais de son cœur. Ou bien parce qu’elle était d’abord fiancée, mais que, par la suite, les noces devaient être célébrées, et alors elle peut être appelée et elle est épouse.

[1, 25]

158. Et pour que personne ne soupçonne que surviendrait une union charnelle, il ajoute : ET IL NE LA CONNUT PAS. À ce sujet, il faut savoir que le verbe «connaître» s’entend de deux manières dans la Sainte Écriture : parfois, de la connaissance, Jn 14, 7 : Et dès à présent, vous l’avez connu et vous l’avez vu ; parfois, de l’union charnelle, Gn 4, 1 : Adam connut son épouse, Ève, etc., à savoir, charnellement.

159. Mais on objecte que [Matthieu] ne dit pas tout simplement : IL NE LA CONNUT PAS, etc., mais : JUSQU’À CE QU’ELLE ENFANTE SON FILS. Donc, par la suite, il [la] connut. C’est ainsi qu’Elvidius dit : «Bien qu’elle ait enfanté le Christ alors qu’elle était vierge, elle eut toutefois par la suite d’autres fils de Joseph.» Et c’est pourquoi Jérôme dit que parfois «jusqu’à ce que» signifie quelque chose de précis et de déterminé, comme si je dis : «Je ne viendrai pas jusqu’à ce que j’aie mangé», parce que je veux dire qu’après, je viendrai ; parfois, [«jusqu’à ce que»] a un sens illimité et indéterminé, par exemple, 1 Co 15, 23 : Il faut que le Fils règne jusqu’à ce qu’il place tous ses ennemis sous ses pieds. Est-ce qu’il ne régnera pas par la suite ? Bien plus, l’Écriture emploie cette façon de parler parce qu’elle veut écarter ce qui peut être douteux. Il pourrait être douteux qu’il régnait alors qu’il n’avait pas placé ses ennemis sous ses pieds. De même, il pouvait être douteux, alors que la bienheureuse Vierge avait conçu, qu’elle ait été connue par Joseph avant l’enfantement, parce que le premier point ne devait pas être mis en doute, à savoir, la raison pour laquelle les anges chantèrent : Gloire à Dieu au plus haut des cieux, et paix sur la terre aux hommes qu’il aime, etc., Lc 2, 14. C’est pourquoi telle était l’intention de l’évangéliste. Et la réplique de Jérôme à Elvidius est excellente : «Tu dis, Elvidius, qu’avant elle ne connut pas Joseph, parce qu’il fut averti en songe par un ange. Si donc l’avertissement en songe n’avait concerné que le fait qu’il ne s’est pas uni à Marie, [n’est-ce pas le cas] à bien plus forte raison de la connaissance des anges et de l’adoration des bergers et des mages ?»

160. Mais Chrysostome entend «connaissance» de la perception intellectuelle. Il ne connut pas, à savoir, quelle était la dignité [de Marie] ; mais après qu’elle eut enfanté, il [la] connut. D’autres disent que [la connaissance] s’entend de la connaissance sensible, et leur opinion est ainsi assez probable. En effet, ils disent que Moïse, lorsque le Seigneur lui parla, en eut le visage tellement éclairé, que les fils d’Israël ne pouvaient regarder son visage, 2 Co 3, 7. Ainsi donc, si cela arriva à Moïse du fait de la présence de Dieu, à bien plus forte raison le visage de cette bienheureuse Vierge, qui l’a porté dans son sein, en fut-il tellement éclairé que Joseph ne la reconnut pas. Mais la première interprétation est plus fidèle à la lettre.

161. De plus, Elvidius affirme que la lettre dit : JUSQU’À CE QU’ELLE ENFANTE SON FILS PREMIER-NÉ. «Premier» se dit par rapport aux suivants. Elle en eut donc d’autres. Jérôme répond que c’est l’usage de l’Écriture que soient appelés premiers-nés ceux que d’autres ne précèdent pas : en Ex 13, 12, il est dit que les premiers-nés des Juifs seront offerts au Seigneur. Jérôme demande : «Est-ce qu’il fallait s’attendre à ce qu’ils ne soient pas offerts jusqu’à ce qu’un second naquît ?» Ainsi, sont appelés premiers-nés ceux que d’autres ne précèdent pas. Et c’est ainsi qu’il faut le comprendre ici.

162. Suit le service [rendu par Joseph]. Lc 2, 21 le décrit plus en détail, mais Matthieu l’aborde brièvement. En effet, le Saint-Esprit a ainsi voulu que ce que l’un disait, l’autre le passe sous silence. IL L’APPELA DU NOM DE JÉSUS [1, 25]. Ce nom ne fut pas peu célèbre et désiré chez les anciens, Gn 49, 18 : J’attendrai ton salut, Seigneur ; et Ha 3, 18 : Je me réjouirai donc dans le Seigneur et j’exulterai en mon Jésus.

 

 

 

CHAPITRE II

 

 

Leçon 1 [Matthieu 2, 1-2] 2, 1 Lorsque Jésus fut né à Bethléem de Juda, au temps du roi Hérode, voici que des mages vinrent d’Orient. Ils arrivèrent à Jérusalem 2, 2 Voici que l’étoile qu’ils avaient vue à l’orient les précédait. Ils dirent : «Où est [le roi des Juifs] qui vient de naître ? Nous avons vu son étoile et sommes venus l’adorer.»

 

Leçon 2 [Matthieu 2, 3-9] 2, 3 L’ayant appris, le roi Hérode s’émut, et tout Jérusalem avec lui. 2, 4 Ayant réuni les grands prêtres et les scribes, il s’enquit du lieu où devait naître le Christ. 2, 5 «À Bethléem de Juda», lui dirent-ils ; ainsi, en effet, est-il écrit par le prophète : 2, 6 Et toi, Bethléem, terre de Juda, tu n’es nullement le moindre des clans de Juda ; de toi sortira un chef qui conduira mon peuple, Israël.

2, 7 Alors Hérode après avoir immédiatement fait appeler les mages, s’enquit soigneusement auprès d’eux du moment où l’étoile leur était apparue, 2 8 et les envoya à Bethléem en disant : «Allez vous renseigner soigneusement sur l’enfant ; lorsque vous l’aurez trouvé, informez-moi, afin que je vienne, moi aussi, lui rendre hommage.» 2, 9 Sur ces paroles du roi, ils partirent ; et voici que l’étoile qu’ils avaient vue à l’orient les précédait, jusqu’à ce qu’elle vînt s’arrêter au-dessus de l’endroit où était l’enfant.

 

Leçon 3 [Matthieu 2, 10-12] 2, 10 En voyant l’étoile, ils se réjouirent d’une très grande joie. 2, 11 Entrant alors dans la maison, ils trouvèrent l’enfant avec Marie sa mère, et, se prosternant, ils l’adorèrent ; ouvrant leurs cassettes, ils lui offrirent en présents de l’or, de l’encens et de la myrrhe. 2, 12 Après avoir appris en songe qu’ils ne devaient pas retourner chez Hérode, ils prirent une autre route pour retourner dans leur pays.

 

Leçon 4 [Matthieu 2, 13-23] 2, 13 Après leur départ, voici que l’Ange apparut en songe à Joseph et lui dit : «Prends l’enfant et sa mère, et fuis en Égypte ; et reste-là jusqu’à ce que je te dise. Car Hérode va rechercher l’enfant pour le faire périr.» 2, 14 Se levant, il prit avec lui l’enfant et sa mère, de nuit, et se rendit en Égypte ; 2, 15 et il resta là jusqu’à la mort d’Hérode, afin que s’accomplît ce que le Seigneur avait dit par le prophète : «D’Égypte j’ai appelé mon fils.»

2, 16 Alors Hérode, voyant qu’il avait été joué par les mages, se mit dans une forte colère. Et il envoya mettre à mort tous les enfants âgés de [moins de] deux ans, selon le temps dont il s’était enquis auprès des mages, dans Bethléem et tout son territoire. 2, 17 Alors s’accomplit l’oracle du prophète Jérémie : 2, 18 Une voix se fait entendre dans Rama, un grand cri : c’est Rachel pleurant ses enfants ; elle ne veut pas être consolée parce qu’ils ne sont plus.

2, 19 Quand Hérode fut mort, voici que l’Ange du Seigneur apparut en songe à Joseph, en Égypte, 2, 20 et lui dit : «Lève-toi, prends l’enfant et sa mère, et mets-toi en route pour la terre d’Israël ; ceux qui en voulaient à la vie de l’enfant sont morts.» 2, 21 Se levant, il prit avec lui l’enfant et sa mère, et rentra dans la terre d’Israël. 2, 22 Mais, apprenant qu’Archélaüs régnait sur la Judée à la place d’Hérode son père, il craignit de s’y rendre ; et averti en songe, il se retira dans la région de Galilée 2, 23 et vint s’établir dans une ville appelée Nazareth, afin que s’accomplît ce qui avait été dit par le prophète : Il sera appelé Nazaréen.

 

Leçon 1 – Mt 2, 1‑2, n° 163

163. Plus haut, l’évangéliste a traité de la génération du Christ. Ici, il entend manifester sa naissance. Et en premier lieu, par la témoignage des mages [2, 1s] ; en second lieu, par le témoignage des innocents, à cet endroit : APRÈS LEUR DÉPART [2, 13s].

164. Sur le premier point, trois aspects sont abordés : en effet, en premier lieu, la naissance du Christ est annoncée [2, 1] ; deuxièmement, on s’enquiert du lieu [de sa naissance] ; troisièmement, on s’enquiert de sa personne. Le second aspect [est abordé] en cet endroit : L’AYANT APPRIS, LE ROI HÉRODE [2, 3] ; le troisième, en cet endroit : ALORS, HÉRODE [2, 4s].

165. À propos du premier aspect, [Matthieu] fait trois choses : d’abord est présentée la naissance du Christ, à qui est rendu témoignage [2, 1] ; en deuxième lieu, les témoins sont présentés ; en troisième lieu, le témoignage est présenté. Le deuxième élément [se trouve] en cet endroit : VOICI QUE DES MAGES [2, 1] ; le troisième, en cet endroit : OÙ EST CELUI QUI VIENT DE NAÎTRE ? [2, 2].

[2, 1]

166. À propos du premier point, quatre aspects sont abordés : la naissance, le nom de celui qui est né, le lieu et le temps.

167. Le premier point [est abordé] en cet endroit : LORSQUE FUT NÉ. Et il faut remarquer que Luc décrit la naissance de manière plus détaillée, alors qu’en sens inverse, Matthieu décrit plus en détail que Luc l’adoration des mages. Le nom est abordé en cet endroit : JÉSUS [2, 1]. Le lieu, en cet endroit : À BETHLÉEM DE JUDA, et non de Judée, car on appelle Judée toute la région [où habitait] le peuple d’Israël, mais Juda était la terre qui était revenue en partage à Juda. Il est précisé : BETHLÉEM DE JUDA, pour la différencier d’une autre Bethléem, qui se trouve dans la tribu de Juda, dont il est question en Jos 9, 10. Il faut remarquer que ces trois mots : LORSQUE JÉSUS FUT NÉ À BETHLÉEM DE JUDA AU TEMPS DU ROI HÉRODE, sont utilisés de manière appropriée. En effet, Bethléem signifie l’Église, dans laquelle est né Jésus, qui est le pain véritable dont parle Jn 4, 51 : Je suis le pain de vie descendu du ciel. À personne donc n’est donné le salut, si ce n’est dans la maison du Seigneur. Là le sauveur, le Christ, est né, Is 60, 18 : Le salut résidera entre tes murs, et la louange à tes portes, etc.

168. Et [Matthieu] ajoute : LE ROI, pour le différencier d’un autre Hérode. En effet, celui-ci, [Hérode] d’Ascalon, est celui sous lequel le Christ est né ; mais l’autre, qui tua Jean, était le fils de cet Hérode, et il n’était pas roi.

169. Mais on se demande pourquoi l’Écriture fait mention de cette époque. Et il faut dire que c’est pour trois raisons. Premièrement, afin de montrer qu’était accomplie la prophétie de Jacob, dernier chapitre de Gn 49, 10 : Le sceptre ne sera pas enlevé à Juda, et un chef sortira de sa cuisse ; jusqu’à ce qu’apparaisse celui qui doit venir, il sera l’espérance des nations. En effet, Hérode fut le premier étranger à régner en Judée. La deuxième raison est qu’une maladie plus grave requiert un médecin plus grand et meilleur. Or, le peuple d’Israël était alors dans la plus grande affliction sous une domination étrangère, et ainsi il avait besoin du plus grand consolateur. Dans ses autres afflictions, des prophètes lui avaient été envoyés, mais maintenant, en raison de l’ampleur de l’affliction, le Seigneur des prophètes lui était envoyé, Ps 93[94], 19 : Dans la multitude de mes peines, les consolations que tu as données à mon cœur ont réjoui mon âme.

170. Ensuite, les témoins sont présentés, en cet endroit : VOICI QUE DES MAGES. Et ils sont décrits de trois manières : par leur profession, par leur région et par le lieu où ils ont porté témoignage.

171. Sur le premier point, [Matthieu] dit : VOICI QUE DES MAGES, qui, selon la manière commune de parler, sont appelés des magiciens. Mais la langue perse appelle «mages» les philosophes et les sages. Ceux-ci vinrent donc à Jésus, parce qu’ils reconnurent dans le Christ la gloire de la sagesse qu’ils possédaient. Et ils sont les prémices des nations, parce qu’ils ont été les premiers à venir vers le Christ. Selon Augustin, s’est accompli dans leur venue ce que dit Is 8, 4 : Avant que l’enfant ne sache dire père et mère, la puissance de Damas et les dépouilles de Samarie seront enlevées devant le roi des Assyriens, etc.. En effet, avant que le Christ ne parlât, il a arraché la puissance de Damas ainsi que les richesses et les offrandes de Samarie, c’est-à-dire l’idolâtrie. Car ceux-là ont repoussé l’idolâtrie et ont offert des dons. De plus, il faut noter que certains qui sont issus des Juifs sont venus au Christ, à savoir, les bergers ; certains, des nations, à savoir, les mages. En effet, le Christ est la pierre angulaire qui a réuni les deux [Ep 2, 20 ; 1 P 2, 6]. Et pourquoi des mages et des bergers ? Parce que les bergers étaient plus ingénus, et les autres, davantage pécheurs, afin de montrer que le Christ les a accueillis tous les deux. Quel était le nombre de ces mages, l’évangéliste ne le dit pas. Mais, selon les offrandes, il semble qu’ils aient été au nombre de trois, bien que beaucoup d’autres aient été représentés par eux, Is 60, 3 : Les nations marcheront dans la lumière.

172. À propos du second point, à savoir, la région, [Matthieu] dit : D’ORIENT. Et il faut remarquer que certains disent que l’Orient signifie les confins de l’Orient. Mais alors, comment seraient-il venus en si peu de jours ? Comme certains le disent, on répond qu’ils sont venus miraculeusement ; d’autres, qu’ils avaient des dromadaires. Toutefois, Chrysostome dit que l’étoile leur était apparue deux ans avant la naissance, et qu’ainsi ils s’étaient préparés et sont venus à Jérusalem en deux ans et treize jours. Mais on peut l’expliquer autrement en disant que D’ORIENT signifie une région qui était proche de Jérusalem, du côté de l’Orient : on dit en effet que ceux-ci étaient de la secte de Balaam, qui dit en Nb 24, 17 : Une étoile se lèvera de Jacob. Ce Balaam demeurait près de la terre promise, du côté de l’Orient.

173. Suit à propos du lieu : ILS VINRENT À JÉRUSALEM. Mais pourquoi sont-ils venus à Jérusalem ? La raison est double. L’une est que c’était la cité royale. Ainsi, ils cherchaient le roi des Juifs dans une cité royale. De plus, cela s’accomplit par une disposition divine, afin que soit d’abord rendu témoignage au Christ à Jérusalem, pour que s’accomplît la prophétie, Is 2, 3 : De Sion sortira la loi, et la parole du Seigneur de Jérusalem.

[2, 2]

174. Ensuite, le témoignage est présenté, en cet endroit : OÙ EST [LE ROI DES JUIFS] QUI VIENT DE NAÎTRE ? Par quoi, ils disent trois choses : premièrement, ils annoncent la naissance d’un roi ; deuxièmement, ils présentent le signe de la naissance en cet endroit : NOUS AVONS VU SON ÉTOILE ; troisièmement, ils professent leur intention pieuse, en cet endroit : ET NOUS SOMMES VENUS L’ADORER.

175. Ils disent donc : OÙ EST ? Il faut remarquer que ces mages sont les prémices des nations et préfigurent en eux-mêmes notre état. En effet, ceux-ci supposent quelque chose, à savoir, la naissance du Christ, et cherchent quelque chose, à savoir, l’endroit. De même, nous possédons le Christ par la foi, mais nous cherchons quelque chose, à savoir, par l’espérance : en effet, nous le verrons face à face [1 Co 13, 12]. 2 Co 5, 7 : Nous avançons dans la foi, et non dans la claire vision.

176. Mais une question se pose. Puisqu’ils avaient entendu dire que le roi était à Jérusalem, pourquoi disaient-ils cela ? En effet, tous ceux qui affirment qu’un autre roi se trouve dans la cité royale s’exposent à un danger. Mais ils faisaient certainement cela par le zèle de la foi. Ainsi, en eux, était annoncée une foi intrépide, plus loin, 10, 28 : Ne craignez pas ceux qui tuent le corps.

177. Ensuite, ils présentent le signe de cette naissance : NOUS AVONS VU. À noter que ces mots ont été l’occasion de deux erreurs. Certains, comme les priscillianistes, ont dit que tous les actes des hommes sont posés et régis par le destin. Et ils le confirment par cela : EN EFFET, NOUS AVONS VU SON ÉTOILE. Il était donc né sous une certaine étoile. L’autre erreur est celle des manichéens, qui rejettent le destin et, par conséquent, cet évangile, car ils disaient que Matthieu avait fait appel au destin. Or, ces deux erreurs sont exclues.

178. Mais, avant d’aller plus loin dans l’explication de la lettre, il faut d’abord voir ce qu’est le destin, et comment on peut croire les choses de ce genre et comment on ne doit pas les croire. Il faut remarquer donc que nous voyons que beaucoup de choses se produisent par accident et de manière fortuite dans les choses humaines. Or, il arrive que quelque chose d’accidentel et de fortuit se rapporte à une cause inférieure, qui, si on le met en rapport avec une cause supérieure, n’est pas fortuit. Par exemple, si un maître envoie trois personnes à la recherche de quelqu’un, sans qu’une ne connaisse l’autre, si elles se rencontrent, cela est à leurs yeux accidentel ; mais si on met cela en rapport avec l’intention du maître, cela n’est pas accidentel.

179. Suite à cela, il y a eu deux opinions au sujet du destin. Certains ont dit que les choses accidentelles n’ont pas de rapport avec une autre cause supérieure qui les ordonne, et ceux-ci ont supprimé le destin et, au-delà, toute providence divine. Selon Augustin, telle fut l’opinion de Tullius [Cicéron].

180. Mais nous disons que ces choses accidentelles se ramènent à une cause supérieure qui les ordonne. Cependant, puisque l’étymologie de «destin» [fatum] vient de for, faris [je dis, je révèle], comme si quelque chose était prononcé et exprimé, il existe une différence au sujet de la cause dont vient cet ordonnancement. En effet, certains ont dit qu’il provient de la puissance des corps célestes supérieurs. Ainsi, ils disent que le destin n’est rien d’autre que la disposition des astres. D’autres ramènent ces choses contingentes à une providence divine.

181. Mais, dans le premier cas, le destin doit être nié. En effet, les actes humains ne sont pas régis selon la disposition des corps célestes, ce qui est clair dans le cas présent, puisqu’il y a plusieurs raisons efficientes. D’abord, il est impossible qu’une énergie corporelle agisse sur une énergie incorporelle, parce que rien d’inférieur dans l’ordre de la nature n’agit sur une nature supérieure. Ainsi, il existe dans l’âme certaines puissances plus élevées que le corps, [alors que] certaines puissances sont liées aux organes, à savoir, les puissances sensitives et nutritives. Les corps célestes, bien qu’ils agissent directement sur les corps inférieurs et les changent par eux-mêmes, agissent cependant par accident sur les puissances liées aux organes. Mais, sur les puissances qui ne sont pas liées à des organes, ils n’agissent d’aucune manière en les forçant, mais seulement en les inclinant. Nous disons en effet que tel homme est irascible, c’est-à-dire enclin à la colère, et cela en vertu de causes célestes ; mais, de manière directe, le choix en tant que tel réside dans la volonté. De sorte que ne peut jamais apparaître dans le corps humain une disposition si grande que le jugement du libre arbitre ne la dépasse. Ainsi, celui qui affirmerait que le libre arbitre est soumis aux corps célestes, affirmerait nécessairement que le sens ne diffère pas de l’intellect.

182. Deuxièmement, par cela serait exclu tout culte divin, car tout existerait de manière nécessaire. Et ainsi, même le gouvernement de la société serait démoli, car il ne faudrait ni délibérer, ni prévoir quelque chose, et ainsi de suite.

183. Troisièmement, nous attribuerions de la sorte à Dieu la malice des hommes, ce qui serait déshonorer Celui qui est le créateur des étoiles.

184. Il est donc clair que dire cela est tout à fait contraire à la foi. C’est pourquoi Grégoire dit : «Que le cœur des croyants ne dise pas que le destin est une réalité.» Car si tu veux appeler destin la providence divine, alors il est une réalité. Mais, comme le dit Augustin, puisque nous ne devons rien avoir en commun avec les infidèles, nous ne devons pas utiliser ce mot. Il dit donc : «Corrige ta langue, prends garde à ce que tu penses.»

185. On ne peut donc pas dire : NOUS AVONS VU [SON] ÉTOILE, comme si d’elle dépendait toute la vie [de Jésus], car, selon Augustin, l’étoile ne suivrait pas alors ce qui avait été engendré : on dirait plutôt que le Christ est le destin de l’étoile, que le contraire. Et il faut noter que cette étoile ne faisait pas partie des premières choses causées, ce qui est évident par trois points. D’abord, par le mouvement, car aucune étoile ne se déplace du nord vers le sud. Or, le pays des Perses, d’où venaient ces mages, est situé au nord. De plus, les autres [étoiles] ne se couchent jamais. Or, celle-ci ne se déplaçait pas de manière continue. Troisièmement, par le temps, car, durant le jour, aucune ne brille. Or, celle-ci éclairait les mages pendant le jour. Quatrièmement, par l’endroit, car celle-ci n’est pas [située] au firmament, ce qui est clair puisque, à cause d’elle, [les mages] identifièrent de manière précise une maison. Il faut donc dire que celle-ci fut créée spécialement pour servir le Christ.

186. C’est pourquoi, [Matthieu] dit : NOUS AVONS VU SON ÉTOILE [2, 2], à savoir, créée pour son service. Mais certains disent que cette étoile était le Saint-Esprit, qui, de même qu’il apparut au-dessus de [Jésus lors de son baptême] sous l’aspect d’une colombe, le faisait maintenant sous l’aspect d’une étoile. D’autres disent que c’était un ange. Mais il faut dire que c’était une véritable étoile. Et [Matthieu] a voulu que soit en premier lieu manifesté par le signe d’une étoile que celle-ci convenait [au Christ]. En effet, il est le roi des cieux. C’est pourquoi il a voulu être manifesté par un signe céleste, Ps 18[19], 1 : Les cieux racontent la gloire de Dieu et le firmament, les œuvres de ses mains. Aux Juifs, [il a voulu être manifesté] par des anges, par qui ils ont reçu la loi, Ga 3, 19 : La loi a été donnée par des anges ; aux Gentils, par une étoile, parce qu’ils sont venus à la connaissance de Dieu par les créatures, Rm 1, 20 : Ce qui est invisible de Dieu se laisse voir à l’intelligence par ce qu’Il a créé.

187. Deuxièmement, parce que [l’étoile] convenait à ceux à qui elle était montrée, à savoir, des Gentils, dont l’appel fut promis à Abraham par la ressemblance avec les étoiles, Gn 15, 5 : Regarde le ciel et compte les étoiles si tu le peux, etc. Ainsi, aussi bien lors de la naissance [de Jésus] que de [sa] passion, un signe apparut dans le ciel, qui fit connaître le Christ à tous les Gentils. De même, elle convenait à tous, parce que [le Christ] est le sauveur de tous. Mais, [Matthieu] dit : EN ORIENT, ce qui s’explique de deux façons. Selon Raban, de la manière suivante : «L’étoile qui était en Judée apparut aux Gentils en orient.» Ou bien : «Nous avons vu l’étoile à l’orient.» Ceci est une meilleure version. Ainsi, VOICI QUE L’ÉTOILE QU’ILS AVAIENT VUE À L’ORIENT LES PRÉCÉDAIT [2, 9]. De même, il est clair d’après cela que cette [étoile] n’était pas située proche de la terre, car autrement ils n’auraient pas identifié l’endroit. Donc, elle n’a pas pu être vue d’une région aussi éloignée.

188. Ensuite, est présentée l’intention pieuse : NOUS SOMMES VENUS L’ADORER. Ici se pose une double question. En effet, Augustin dit : est-ce que ceux-ci n’étaient pas curieux, qui, du simple fait qu’un certain signe leur était donné par une étoile, se sont mis à la recherche d’un roi ? Cela aurait été stupide. Mais il faut dire qu’ils ne rendaient pas hommage à un roi terrestre, mais céleste, en qui il est montré que se trouvait la puissance divine. Car, autrement, s’ils avaient cherché un roi terrestre, ils auraient perdu toute dévotion lorsqu’ils le trouvèrent enveloppé de viles étoffes. Mais Augustin se demande encore comment ils ont pu apprendre par une étoile que l’homme-Dieu était né ? Et il répond que cela est dû à la révélation par un ange. En effet, Celui qui leur envoya une étoile, leur envoya un ange qui le leur révélerait. Le pape Léon dit que, de même que leurs yeux étaient remplis à l’extérieur de la lumière de cette étoile, de même un rayon divin leur faisait une révélation intérieure.

189. Troisième raison : parce que ceux-ci étaient de la lignée de Balaam, qui dit : Une étoile se lèvera de Jacob. Ainsi, ils connurent sa prophétie. Voyant donc que l’étoile était tellement brillante, ils se doutèrent que le roi céleste était né et se mirent donc à le chercher. Et c’est cela [que veut dire] : ET NOUS SOMMES VENUS L’ADORER. Et par ceci s’accomplit le Ps 71[72], 11 : Tous les rois l’adoreront, toutes les nations le serviront.

 

Leçon 2 – Mt 2, 3-9, n° 190

190. Une fois annoncée la naissance du Christ par les mages, [Hérode] s’enquiert de l’endroit de la naissance, et trois choses sont présentées : premièrement, est présentée la raison de la recherche ; deuxièmement, la recherche est présentée ; troisièmement, la découverte de la vérité.

191. Le second point se trouve en cet endroit : AYANT RÉUNI [2, 4]. Le troisième, en cet endroit : ILS LUI DIRENT : «À BETHLÉEM DE JUDA»[2, 5].

 

[2, 3]

192. La raison [de la recherche] est le trouble d’Hérode, d’où : L’AYANT APPRIS. Et il appelle soigneusement Hérode roi afin de montrer que c’était un autre que le roi qu’ils cherchaient. Or, celui-ci avait une triple raison d’être troublé. La première venait de l’ambition que [Hérode] avait pour le maintien de son règne, parce qu’il était étranger. En effet, il connaissait ou il avait entendu parler de ce que disait Daniel, 2, 44 : Aux jours du règne d’Israël, Dieu fera surgir un règne du ciel, qui ne disparaîtra pas pour l’éternité, et son royaume ne sera pas livré à un autre peuple, etc. Mais, sur ce point, il se trompait, car ce règne était spirituel, Jn 18, 36 : Mon royaume n’est pas de ce monde. Ainsi, Hérode était-il troublé par la crainte de perdre son royaume, mais le Diable était encore plus troublé par la crainte de la destruction totale de son règne, Jn 12, 31 : Maintenant le prince de ce monde sera jeté dehors. Il faut remarquer, comme le dit Chrysostome, que ceux qui ont une situation élevée sont troublés par une simple parole prononcée contre eux, Ps 87[88], 16 : Alors que j’étais élevé, j’ai été humilié et troublé. Mais les humbles ne craignent jamais.

193. La deuxième [raison] venait de la crainte de l’Empire romain. En effet, l’Empire romain avait décidé que personne ne serait appelé dieu ou roi sans son consentement. En conséquence, il craignait. Mais cette peur appartenait au monde et elle était interdite, Is 51, 12 : Qui es-tu pour craindre l’homme mortel et le fils d’homme qui se dessèche comme l’herbe ?

194. La troisième raison vient de la confusion provoquée par la honte. En effet, [Hérode] rougissait sous le regard du peuple qu’un autre soit appelé roi, semblable en cela à Saül qui disait : J’ai péché, mais maintenant rends-moi hommage devant les anciens du peuple et devant Israël, etc., 1 R [1 S]  15, 30.

195. Mais ce qui suit est étonnant : ET TOUT JÉRUSALEM AVEC LUI. En effet, il semble qu’ils auraient dû se réjouir. Mais il faut savoir qu’ils avaient une triple raison d’être troublés. La première était leur iniquité. En effet, ils étaient iniques ceux pour qui le comportement des justes était regrettable, Pr 13, 19 : Les sots détestent ceux qui fuient le mal. La deuxième [raison] est qu’ils voulaient plaire à Hérode, Si 10, 2 : Tel est le juge du peuple, tels sont ses serviteurs. La troisième [raison] est qu’ils craignaient qu’Hérode, après avoir entendu cela, ne sévisse encore davantage contre la nation des Juifs.

196. Au sens mystique, on veut dire par là qu’[Hérode] était [un roi] terrestre. Grégoire [écrit] : «Le roi de la terre fut troublé par la naissance du roi du ciel, parce que l’élévation terrestre est d’autant plus abaissée que l’élévation céleste est dévoilée» ; Is 24, 23 : La lune rougira et le soleil aura honte, car le Seigneur des armées régnera sur la montagne de Sion et sur Jérusalem. Et il faut remarquer, comme le dit Augustin : «Qu’en sera-t-il du tribunal du juge, alors que le berceau d’un enfant effrayait les rois superbes ? Que les rois craignent celui qui est assis à la droite du Père, et qu’un roi impie a craint alors qu’il tétait le sein de sa mère.»

[2, 4]

197. AYANT RÉUNI. Ici est présentée la recherche. Comme il a été dit, Hérode était soucieux de s’enquérir tant en raison de son règne qu’en raison de la crainte des Romains. Il rechercha donc la vérité. Mais pour avoir une certitude au sujet de quelque chose, trois choses sont nécessaires de la part de ceux qui cherchent. En effet, on accorde foi à un grand nombre [de personnes], à l’autorité et aux gens instruits. C’est ainsi qu’il réunit un grand nombre [de personnes], des gens qui avaient une autorité et des sages. C’est ce que [Matthieu] dit : AYANT RÉUNI TOUS, pour le premier point, Sg 4, 26 : Le grand nombre des sages est la santé de toute la terre. LES GRANDS-PRÊTRES, pour le second point, Ml 2, 7 : Les lèvres des prêtres gardent la connaissance, et on cherche la loi qui vient de leur bouche…ET LES SCRIBES, pour le troisième point : on ne parle pas d’eux seulement parce qu’ils écrivent, mais parce qu’ils interprètent l’écriture de la loi. Par eux, en effet, il voulait chercher la vérité, Si 22, 13 : Ne présume pas de parler au milieu des grands, et là où il y a des anciens, ne parle pas beaucoup.

198. IL S’ENQUIT DU LIEU OÙ DEVAIT NAÎTRE LE CHRIST. Les mages l’avaient appelé roi, mais ils cherchaient le Christ. En effet, ils savaient, pour avoir parlé avec les Juifs, que le roi légitime des Juifs était oint. Mais se pose la question : ou bien [Hérode] croyait à la prophétie, ou bien il n’y croyait pas. S’il y croyait, il savait qu’on ne pouvait empêcher que [le Christ] règne : pourquoi donc tua-t-il les enfants ? S’il n’y croyait pas, pourquoi cherchait-il ? Mais il faut dire qu’il ne croyait pas parfaitement, parce qu’il était ambitieux et que l’ambition des hommes rend aveugle.

[2, 5]

199. Ici se trouve la vérité. Et d’abord, la vérité est présentée ; en deuxième lieu, la prophétie [à son sujet] est confirmée, en cet endroit : ET TOI, TERRE DE JUDA [2, 6].

200. Il faut savoir que le Christ a voulu naître à Bethléem pour trois raisons. Premièrement, afin d’éviter la gloire. En effet, pour cette raison, il a choisi deux endroits : l’un où il a voulu naître, à savoir, Bethléem ; l’autre où il a souffert, à savoir, Jérusalem. Et cela va à l’encontre de ceux qui recherchent la gloire, qui veulent naître dans des endroits nobles et ne veulent pas souffrir là où ils sont honorés, Jn 8, 50 : Moi, je ne recherche pas ma gloire. Deuxièmement, afin de confirmer sa doctrine et de montrer sa vérité. En effet, s’il était né dans une grande ville, la puissance de sa doctrine aurait pu être attribuée à une puissance humaine, 2 Co 8, 9 : Vous connaissez la grâce de notre Seigneur Jésus, le Christ. Troisièmement, afin de montrer qu’il était de la descendance de David, Lc 2, 3 : Joseph et Marie se rendirent à Jérusalem afin de montrer qu’ils étaient de la maison et de la famille de David. Cela est aussi conforme au mystère, car Bethléem veut dire «maison du pain», et le Christ est ce pain vivant descendu du ciel, Jn 6, 51.

[2, 6]

201. Ensuite, la vérité est confirmée. On a ainsi : ET TOI, BETHLÉEM, etc. Dans cette prophétie, on pourrait relever deux choses : en effet, les mages avaient annoncé quelque chose, et ils cherchaient quelque chose. Et par cette prophétie, les deux choses sont indiquées, car, pour le premier point, [Matthieu] dit : ET TOI, BETHLÉEM ; pour le second, il dit : DE TOI EN EFFET SORTIRA UN CHEF.

202. Et ainsi, la naissance du Christ est confirmée par un double témoignage, à savoir, celui de l’étoile et celui de la prophétie, car la vérité sort de la bouche de deux ou trois témoins, Dt 19, 15 : Tout ce qu’on dira reposera sur deux ou trois témoins. Il faut remarquer que, lorsque tous étaient des incroyants, des signes corporels ont été donnés ; lorsqu’ils étaient déjà des croyants, une prophétie a été donnée, 1 Co 14, 22 : Ainsi, les langues sont données comme signe non pas aux croyants, mais aux incroyants ; mais les prophéties [sont données] non pas aux incroyants, mais aux croyants. Et il faut savoir que les Juifs ont manqué sur deux points en formulant la prophétie. Car il est dit en cet endroit : Et toi, Bethléem d’Éphrata [Mi 5, 1], mais ne s’y trouve pas : Tu n’es pas la moindre [Mi 5, 1]. On peut donner deux raisons pour lesquelles ils l’ont modifiée. D’abord, on peut dire qu’ils l’ont fait par ignorance. Ensuite, on peut dire qu’ils ont sciemment utilisé d’autres mots. Ils donnent ainsi leur opinion, car, Hérode étant étranger, il n’aurait pas compris l’autorité de la prophétie. C’est pourquoi ils ont dit ce qui était connu d’Hérode. Ils disent donc : Terre de Juda, et : Tu n’es pas la moindre, c’est-à-dire : «Tu n’es pas la plus petite parmi les milliers d’hommes de Juda», ou : «parmi les princes de Juda», c’est-à-dire parmi les principales villes de Juda.

203. DE TOI SORTIRA UN CHEF QUI CONDUIRA MON PEUPLE, ISRAËL. C’est de ce chef dont il est question en Dn 9, 25 : Jusqu’à ce que le chef oint, et Ps 30[31], 5 : Tu seras mon chef. En effet, il conduit le peuple d’Israël, non seulement de manière charnelle, mais aussi de manière spirituelle, Rm 11, 1 : Est-ce que Dieu a repoussé son peuple, etc. ? Ps 79[80], 2 : Toi qui conduis Israël, écoute, toi qui conduis Joseph comme une brebis. Il faut remarquer qu’on coupe la fin de la citation, à savoir : Et son origine remonte au début, aux jours les plus anciens. Par quoi est insinué qu’il ne devait pas être un roi terrestre, mais céleste. Si Hérode l’avait su, il n’aurait pas été impie. Ainsi, ils sont responsables de l’avoir tué. De plus, par cette fin [de la citation], il est clair que l’interprétation des Juifs est fausse, lorsqu’ils disent qu’elle s’applique à Zorobabel, car : Et son origine remonte au début, aux jours les plus anciens ne convient pas à celui-ci. De plus, [Zorobabel] n’était pas né en Judée, mais à Babylone.

[2, 7]

204. Ensuite, on s’enquiert de la personne de celui qui est né, lorsque [Matthieu] dit : ALORS HÉRODE, APRÈS AVOIR IMMÉDIATEMENT FAIT APPELER LES MAGES, S’ENQUIT SOIGNEUSEMENT AUPRÈS D’EUX DU MOMENT OÙ L’ÉTOILE LEUR ÉTAIT APPARUE. D’abord, la recherche est présentée [2, 7s] ; en second lieu, la découverte de ce qui était recherché, en cet endroit : ILS LE TROUVÈRENT, etc. [2, 11] ; troisièmement, l’hommage rendu à celui qui avait été trouvé, en cet endroit : ET, SE PROSTERNANT, ILS LUI EN RENDIRENT HOMMAGE [2, 11].

205. [Les mages] avaient été mus par deux choses dans la recherche de la personne : parce qu’ils furent persuadés par Hérode, et parce qu’ils furent conduits par l’étoile. Ainsi, à propos du premier point, est présentée l’exhortation ; en second lieu, [est présentée] l’attention portée par les mages au changement de l’étoile, en cet endroit : SUR CES PAROLES DU ROI, ILS PARTIRENT [2, 9].

206. Sur le premier point, trois choses sont indiquées : premièrement, en effet, [Hérode] s’enquiert du moment ; deuxièmement, il annonce le lieu, en cet endroit : ET LES ENVOYANT À BETHLÉEM [2, 8] ; troisièmement, il confère [aux mages] la charge de rechercher, en cet endroit : ALLEZ VOUS RENSEIGNER SOIGNEUSEMENT SUR L’ENFANT [2, 8].

207. [Matthieu] dit donc : ALORS HÉRODE [2, 7]. Il faut remarquer ici que les Juifs connaissaient l’endroit, mais non le moment. Ainsi, ils sont réprimandés par le Seigneur : Car vous n’avez pas connu le moment de ma visite, et Is 1, 3 : Le bœuf connaît son maître et l’âne la mangeoire de son maître ; mais Israël ne m’a pas connu, et mon peuple ne m’a pas compris. C’est donc sur le moment qu’on s’interroge. Et Chrysostome dit que l’étoile leur était apparue deux ans auparavant. Mais d’autres [disent qu’elle leur était apparue] le jour même de la naissance.

[2, 8]

208. [Hérode] leur indique le lieu, en cet endroit : ET EN LES ENVOYANT. Il leur confère la charge de rechercher, en cet endroit : ALLEZ VOUS RENSEIGNER, etc. Puis, il leur donne deux avertissements et, pour qu’ils les suivent, un troisième. Dans le premier, il dit : ALLEZ, etc. [Hérode] cherche de manière insidieuse dans le but de tuer, comme ceux à qui il est dit en Jn 7, 34 : Vous me cherchez, mais vous ne me trouverez pas. Dans le deuxième [avertissement], il dit : LORSQUE VOUS L’AUREZ TROUVÉ, INFORMEZ-MOI. Il disait cela dans une mauvaise intention, Si 13, 14[11] : Par son verbiage, il te mettra à l’épreuve. Dans le troisième, il dit : AFIN QUE JE VIENNE MOI AUSSI LUI RENDRE HOMMAGE, et ainsi il promit par ruse de rendre hommage à Dieu, Jr 9, 8 : Comme une flèche acérée, leur langue a exprimé une ruse ; Ps 27, 3 : Ils parlent de paix avec leur prochain, mais ils entretiennent de mauvais desseins dans leur cœur. Il faut noter que, alors que les mages avaient parlé d’un roi, lui l’appelle ENFANT, car la bouche parle de l’abondance du cœur [Mt 12, 34]. Il faut noter aussi qu’il demande aux Juifs où doit naître le Christ, en voulant se rendre compte et vérifier s’ils s’en réjouissaient.

[2, 9]

209. Ensuite, l’effort des mages est présenté. [Hérode] avait enjoint deux choses : qu’ils cherchent et qu’ils reviennent, mais les mages n’en firent qu’une. Ainsi, SUR CES PAROLES DU ROI, ILS PARTIRENT. Mais ils n’exécutèrent pas l’autre chose. Car les auditeurs doivent être tels qu’ils apprennent ce qui est bon et écartent ce qui est mal, plus loin, 23, 3 : Faites ce qu’ils disent, mais ne faites pas ce qu’ils font, etc.

 

Leçon 3 – Mt 2, 10‑12, n° 210

210. Plus haut, l’évangéliste a indiqué un des motifs des mages : la persuasion par Hérode. Ici, il indique l’autre motif qui a poussé les mages à chercher le Christ, à savoir, la conduite par l’étoile, et, à ce sujet, il fait deux choses : en effet, il indique d’abord la conduite par l’étoile [2, 9] ; deuxièmement, la joie produite par cette conduite, en cet endroit : EN VOYANT L’ÉTOILE, ILS SE RÉJOUIRENT D’UNE TRÈS GRANDE JOIE [2, 10].

211. Il faut remarquer que l’étoile poursuit d’abord son mouvement parce qu’elle conduisait directement les mages au Christ ; de plus, elle manifeste par son état le lieu où se trouve l’enfant, en cet endroit : JUSQU’À CE QU’ELLE VÎNT S’ARRÊTER AU-DESSUS DE L’ENDROIT OÙ ÉTAIT L’ENFANT [2, 9].

212. Ainsi, à propos du premier point, [Matthieu] a dit : ELLE LES PRÉCÉDAIT [2, 9]. Mais par le fait qu’il dit : VOICI QUE L’ÉTOILE QU’ILS AVAIENT VUE À L’ORIENT LES PRÉCÉDAIT [2, 9], il est donné à entendre que, lorsque les mages se sont rapprochés de Jérusalem, l’étoile disparut ; mais lorsqu’ils s’éloignèrent d’Hérode, elle apparut. Or, elle disparut pour trois raisons. Premièrement, en raison de la honte des Juifs, qui, alors qu’ils avaient été instruits par la loi de rechercher le Christ et que les Gentils n’en avaient pas été instruits, néanmoins les Gentils le cherchent et les Juifs le méprisent. Ainsi s’accomplit Is 55, 5 : Les nations qui ne t’ont pas connu accourront vers toi. Deuxièmement, pour instruire les mages : en effet, non seulement le Seigneur voulut-il se manifester à eux par l’étoile, mais aussi par la loi, afin que s’ajoute ainsi à la connaissance des créatures la connaissance de la loi : Tout ce qu’on dira reposera sur deux ou trois témoins, Dt 19, 5 ; Is 8, 20 : Pour la loi et pour le témoignage. Troisièmement, pour notre instruction, et nous sommes instruits de deux choses, selon la Glose. Premièrement, que ceux qui recherchent l’aide des hommes négligent [l’aide] divine. En effet, il n’est pas permis de rechercher l’aide des hommes sans rechercher [l’aide] divine, Is 31, 1 : Malheur à ceux qui se tournent vers l’Égypte pour une aide, en mettant leur espoir dans les chevaux, en donnant leur confiance aux chars parce qu’ils sont nombreux et aux cavaliers parce qu’ils sont très robustes, et qui ne mettent pas leur confiance dans le Saint d’Israël et n’ont pas recherché le Seigneur. Deuxièmement, nous sommes instruits de ce que nous, qui sommes croyants, ne devons pas rechercher des signes comme eux, qui, voyant l’étoile, se sont réjouis, etc.; mais nous devons nous contenter des enseignements des prophètes, parce que les signes ont été donnés aux incroyants [1 Co 14, 22].

213. En cela, il y a un double mystère. En effet, l’étoile signifie le Christ, Ap 22, 16 : Je suis la souche de David, l’étoile brillante du matin. Ainsi, par cette étoile, nous pouvons entendre la grâce de Dieu, que nous perdons lorsque nous nous approchons d’Hérode, c’est-à-dire du Diable, Ep 5, 8 : Vous étiez autrefois ténèbres, mais maintenant vous êtes lumière dans le Seigneur. De plus, lorsque nous nous éloignons d’Hérode, c’est-à-dire du Diable, nous trouvons l’étoile, c’est-à-dire la grâce du Christ, comme en Ex 13, 21, où il est dit que le Seigneur précédait Israël, lorsque celui-ci sortait d’Égypte, sous l’apparence du feu, etc. Mais ici, il précédait sous l’aspect d’une étoile.

214. JUSQU’À CE QU’ELLE VÎNT S’ARRÊTER AU-DESSUS DE L’ENDROIT OÙ ÉTAIT L’ENFANT. Ici, nous comprenons deux choses. L’une, que cette étoile n’était pas très élevée, autrement elle n’aurait pas mis en évidence la maison de l’enfant. L’autre, qu’une fois achevé son rôle, l’étoile est retournée à sa matière. OÙ ÉTAIT L’ENFANT. Plusieurs fois, [Matthieu] parle de L’ENFANT afin que tu saches que c’est de lui qu’il a été dit, Is 9, 6 : Un enfant nous est né.

[2, 10]

215. Ensuite, est indiqué l’effet de la conduite par [l’étoile] pour ce qui concerne les mages. Ainsi, EN VOYANT L’ÉTOILE, ILS SE RÉJOUIRENT D’UNE TRÈS GRANDE JOIE, etc. Ils se sont réjouis en raison de l’espérance qu’ils avaient retrouvée. En effet, ils craignaient, parce qu’ils étaient venus de loin, de perdre ce en quoi ils espéraient, Rm 12, 12 : Réjouissez-vous dans l’espérance. De plus, [Matthieu] ajoute : D’UNE JOIE. En effet, certains se réjouissent, mais ne se réjouissent pas, parce que l’allégresse humaine n’est pas une joie parfaite, Pr 14, 13 : La peine habite la plus grande joie. Car, la joie véritable et parfaite vient de Dieu, Is 61, 10 : Je me réjouirai de tout cœur dans le Seigneur et mon âme exultera en mon Dieu. Troisièmement, il ajoute : GRANDE, parce que [les mages] connaissaient déjà de grandes choses sur Dieu, Dieu incarné et très miséricordieux, Is 12, 6 : Exulte et loue, maison de Sion, car le Saint d’Israël est grand au milieu de toi. Quatrièmement, il ajoute : TRÈS, parce qu’ils se réjouissaient intensément : en effet, ils avaient retrouvé ce qu’ils avaient perdu, Lc 15, 10 : Ce sera une joie pour les anges de Dieu, etc.

[2, 11]

216. ENTRANT DANS LA MAISON, ILS TROUVÈRENT L’ENFANT. [Matthieu] aborde trois choses. LA MAISON, qui, si on se demande ce qu’elle était, est décrite en Lc 2, 7. De plus, si on se demande comment était l’enfant, il ne différait en rien des autres, comme le disent les saints. Pour ce qui était de l’apparence, il ne parlait pas, il paraissait faible, et ainsi de suite. De même, si on se demande comment était la mère, on répond : comme est l’épouse d’un charpentier. Et je dis cela, parce que, s’ils avaient cherché un roi terrestre, ils auraient été scandalisés en voyant ces choses ; mais en voyant des réalités humbles et en contemplant les réalités les plus élevées, ils ont été incités à l’admiration et ils l’ont adoré. C’est ce qui [est dit] : ET, SE PROSTERNANT, ILS LUI RENDIRENT HOMMAGE. Mais pourquoi Joseph n’est-il pas mentionné ? Il faut dire que, par une disposition divine, il arriva qu’il n’était pas présent afin qu’à ceux qui étaient les prémices des nations ne soit donnée aucune raison de penser à mal.

217. Ensuite est abordé le respect qu’ils manifestèrent à l’enfant, en cet endroit : SE PROSTERNANT. Et il se produisit trois choses : ils adorèrent, ils offrirent et ils obéirent. [Matthieu] dit donc : ET, SE PROSTERNANT, ILS L’ADORÈRENT, comme Dieu se trouvant dans un homme, Ps 71[72], 9 : Les Éthiopiens se prosterneront devant celui-là. De même, par leur offrande, ils manifestèrent leur respect, d’où : OUVRANT LEURS CASSETTES. C’était en effet la coutume, chez les Perses, de toujours rendre hommage par des présents ; c’est cela [que signifie] : OUVRANT LEURS CASSETTES, ILS LUI OFFRIRENT EN PRÉSENTS DE L’OR, DE L’ENCENS ET DE LA MYRRHE, Ps 71[72], 10 : Les rois de Tarsis et des îles offriront des présents, les rois d’Arabie et de Saba apporteront des dons ; Is 60, 6 : Tous viendront de Saba, apportant de l’or et de l’encens, et annonçant les louanges du Seigneur.

218. Au sens mystique, il faut penser que ceux-ci n’ont pas ouvert leur trésor en cours de route, mais lorsqu’ils s’approchèrent du Christ. De même, nous ne devons pas montrer nos biens en cours de route. Ainsi, cela est blâmé plus loin, [25, 1-13] à propos des vierges, et en 13, 44, il est dit : Le royaume des cieux est semblable à un trésor caché dans un champ ; celui qui le découvre le cache et, rempli de joie, il s’en va et vend tout ce qu’il possède et achète ce champ.

219. ILS LUI OFFRIRENT EN PRÉSENTS, etc. Certains donnent à ces présents un sens littéral et disent que [les mages] trouvèrent trois choses : une maison sordide, un faible enfant et une mère pauvre. Et ainsi, ils offrirent de l’or pour aider la mère, de la myrrhe pour aider l’enfant et de l’encens pour enlever les mauvaises odeurs.

220. Mais il faut dire que quelque chose de mystique est ici suggéré, et ces trois choses se rapportent plutôt à trois choses que nous devons offrir à Dieu, à savoir, la foi, l’action et la contemplation. Pour ce qui est de la foi, de deux manières : d’abord, pour les choses qui se retrouvent dans le Christ, à savoir, la dignité royale, Jr 23, 5 : Le roi régnera et il sera sage, etc. Ils lui offrirent donc de l’OR ; la grandeur du sacerdoce, et ainsi [ils lui offrirent] de l’ENCENS en sacrifice ; la mortalité de l’homme, et ainsi [ils lui offrirent] de la MYRRHE. De même, pour ce qui est de la foi en la Trinité, car les personnes de la Trinité nous sont indiquées.

221. En second lieu, [les trois présents] peuvent se rapporter à notre action. En effet, par l’or, peut être signifiée la sagesse, Pr 2, 4 : Si tu la dispenses comme un trésor, tu comprendras alors la crainte de Dieu. Par l’encens, [peut être signifiée] la prière dévote, Ps 140[141], 2 : Que ma prière s’élève, Seigneur, comme l’encens sous ton regard, etc. Par la myrrhe, [peut être signifiée] la mortification de la chair, Col 3, 5 : Mortifiez vos membres qui sont sur terre ; Ct 5, 5 : Mes mains ont répandu la myrrhe.

222. En ce qui concerne la contemplation, par ces trois [présents] peuvent être signifiés les trois sens de la Sainte Écriture, à savoir, [le sens] littéral, qui englobe [le sens] allégorique, anagogique et moral ; ou bien les trois parties de la philosophie, à savoir, la philosophie morale, la logique et la [philosophie] naturelle. En effet, nous devons utiliser toutes ces choses pour le service de Dieu.

[2, 12]

223. Ensuite, est indiqué comment ils manifestèrent leur respect par l’obéissance. Ainsi : APRÈS AVOIR APPRIS EN SONGE QU’ILS NE DEVAIENT PAS RETOURNER CHEZ HÉRODE, ILS PRIRENT UNE AUTRE ROUTE POUR RETOURNER DANS LEUR PAYS. Mais comment reçurent-ils une réponse, eux qui n’avaient pas posé de question ? Il faut dire que le Seigneur répond parfois à une interrogation mentale, et ceux-ci se demandaient intérieurement ce qui plairait à Dieu lors de leur retour, Ex 14, 15 : Pourquoi cries-tu vers moi ? Mais est-ce que les révélations ne viennent pas immédiatement de Dieu ? Denys démontre que non, mais [qu’elles viennent] par la médiation d’anges. Pourquoi donc ne nomme-t-il pas l’ange ? Il faut dire que lorsque l’Écriture mentionne Dieu, et non un ange, cela se produit en raison d’une certaine excellence de cette manifestation, Ga 3, 19 : La loi a été promulguée par un ange par l’intermédiaire d’un médiateur ; Ac 7, 37 : Voici Moïse, qui dit aux fils d’Israël : «Dieu suscitera pour vous un prophète parmi vos frères ; vous l’écouterez comme si c’était moi, etc.» C’est pourquoi, lorsque la Glose dit que cela fut produit immédiatement par Dieu, cela se rapporte à la façon de parler de l’Écriture.

224. ILS PRIRENT UNE AUTRE ROUTE POUR RETOURNER DANS LEUR PAYS. Par cela est montré que nous parvenons par l’obéissance à notre pays, le Paradis, dont nous avons été expulsés par le péché, Pr 4, 27 : Le Seigneur connaît les chemins qui mènent à droite ; les chemins qui mènent à gauche sont mauvais. Chrysostome dit ici que [les mages], une fois retournés, menèrent une vie sainte et, par la suite, devinrent les collaborateurs de l’apôtre saint Thomas. Toutefois, on ne trouve rien à leur sujet dans la Sainte Écriture après leur retour chez eux.

 

Leçon 4 – Mt 2, 13‑23, n° 225

225. Plus haut, on a vu comment les mages ont rendu témoignage au Christ naissant ; maintenant, il s’agit de la façon dont les innocents rendent témoignage, non pas en parlant, mais en mourant. À ce propos, l’évangéliste fait trois choses : premièrement, la dissimulation du Christ est indiquée [2, 13s] ; deuxièmement, le meurtre des enfants, en cet endroit : ALORS, HÉRODE [2, 16s] ; troisièmement, le retour du Christ est indiqué, en cet endroit : APRÈS LA MORT D’HÉRODE [2, 19s].

226. En premier lieu, donc, est indiqué l’avertissement de l’ange ; deuxièmement, l’obéissance de Joseph est montrée ; troisièmement, l’accomplissement de la prophétie, selon ce qui est dit en cet endroit : POUR QUE S’ACCOMPLÎT [2, 15].

[2, 13]

227. À propos du premier point, trois choses sont abordées. D’abord, le moment de l’apparition est indiqué ; deuxièmement, l’apparition elle-même est décrite ainsi que le mode de l’apparition, en cet endroit : VOICI QUE L’ANGE ; troisièmement, est indiqué l’avertissement même donné par l’ange, en cet endroit : LÈVE-TOI, PRENDS L’ENFANT.

228. Le moment est décrit en cet endroit : APRÈS LEUR DÉPART. Il faut comprendre que l’apparition n’a pas eu lieu immédiatement après le départ des mages, car il faut insérer [ici] tout ce qui est dit en Lc 2, 6 au sujet de la purification : Après que le temps fut accompli, etc. En effet, Hérode n’envisagea pas immédiatement le meurtre des enfants. Ainsi, lorsque [Matthieu] dit : Après leur départ, tout le récit de la purification doit être inséré.

229. Ensuite, est indiquée l’apparition elle-même, d’où : VOICI QUE L’ANGE APPARUT EN SONGE, etc. On dit [de l’ange] qu’il apparut en songe parce qu’alors les hommes suspendent leurs actes extérieurs et que la révélation par des anges est faite à de tels hommes, Ps 4, 9 : Je dormirai en paix en lui et me reposerai ; Pr 3, 24 : Tu te reposeras et ton sommeil sera doux.

230. Dans cet avertissement, trois choses sont indiquées. Premièrement, en effet, l’ange les convainc de fuir ; deuxièmement, il précise la durée [de leur éloignement] ; troisièmement, il détermine la cause.

231. Il dit donc : LÈVE-TOI. Il faut remarquer, comme le dit Hilaire, que la bienheureuse Vierge est appelée épouse par l’ange avant la naissance, plus haut, 1, 5, mais pas après la naissance. Et cela, pour deux raisons. Premièrement, en hommage à la Vierge : en effet, de même qu’elle conçut alors qu’elle était vierge, de même enfanta-t-elle vierge. Deuxièmement, en raison de sa dignité : en effet, elle était la mère de Dieu, dignité à laquelle nulle autre n’est supérieure et à laquelle on ne peut donner un nom plus digne. De plus, comme le dit Chrysostome, l’enfant n’était pas venu pour la mère, mais c’était plutôt l’inverse. C’est pourquoi il dit : PRENDS L’ENFANT ET SA MÈRE, etc.

232. Mais pourquoi : FUIS EN ÉGYPTE ? Est-ce que le Ps 18[19], 15 ne dit pas : Le Seigneur est mon soutien et mon rédempteur ? Mais il faut savoir qu’il fuit pour trois raisons. Premièrement, pour manifester son humanité : en effet, de même que la divinité s’est manifestée par l’étoile, de même l’humanité [s’est-elle manifestée] par la fuite, Ph 2, 7 : Devenu semblable aux hommes. Deuxièmement, pour l’exemple : en effet, il montre par l’exemple ce qu’il a enseigné par la parole, plus loin, 10, 23 : Lorsqu’on vous persécutera dans une ville, fuyez dans une autre. Troisièmement, en raison du mystère : en effet, de même qu’il a voulu mourir afin de nous ramener à la vie, de même a-t-il voulu fuir afin de ramener ceux qui fuient son visage à cause du péché, Ps 138[139], 7 : Où irai-je loin de ton esprit ? Tu seras là.

233. Mais pourquoi de préférence en Égypte, plutôt que dans un autre pays ? Il faut dire que c’est pour deux raisons. La première est qu’il est propre à Dieu de se souvenir de sa miséricorde au milieu de la colère, Ha 3, 8. En effet, le Seigneur était en colère contre les Égyptiens qui poursuivaient les fils d’Israël, parce que les fils d’Israël étaient le premier-né de Dieu. C’est pourquoi il lui fut accordé de rendre hommage au premier-né, Is 19, 1 : Voici que le Seigneur montera sur une nuée légère et entrera en Égypte, etc. ; [dans le même livre], 9, 2 : Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu une grande lumière ; la lumière s’est levée sur ceux qui habitaient la région où s’étendait l’ombre de la mort ; Jn 1, 14 : Nous avons vu sa gloire, la gloire du Fils unique du Père, plein de grâce et de vérité.

234. La deuxième raison est qu’Il avait lui-même fait entrer les ténèbres en Égypte. Il voulait donc l’éclairer la première. C’est pourquoi [Joseph] fit bien d’y fuir, Is 9, 2 : Le peuple qui marchait dans les ténèbres a vu une grande lumière ; la lumière s’est levée sur ceux qui habitaient la région où s’étendait l’ombre de la mort. Il faut remarquer que lorsque quelqu’un veut fuir le péché, il doit d’abord secouer sa paresse, Ep 5, 14 : Réveille-toi, toi qui dors et lève-toi d’entre les morts, et le Christ t’illuminera. En deuxième lieu, il doit recevoir la confiance de la mère et du fils, c’est-à-dire le Christ, Si 24, 25 : En moi se trouve tout espoir de vie et de vertu. Troisièmement, il doit fuir le péché avec l’aide de la mère et de l’enfant, Ps 54[55], 8 : Voici que je me suis éloigné en fuyant et je suis demeuré dans le désert.

235. [L’ange] indique plus loin la cause de cette fuite : CAR HÉRODE VA RECHERCHER L’ENFANT POUR LE FAIRE PÉRIR. Hérode fut trompé parce qu’il voulut perdre celui qui était venu disposer de son royaume, Lc 22, 29 : Et moi, je dispose pour vous du royaume comme mon Père en a disposé pour moi. Deuxièmement, parce que [Hérode] voulut perdre] celui qui ne cherchait pas la gloire du monde, He 12, 2 : Lui qui, au lieu de la joie qui lui était proposée, a enduré la croix.

[2, 14]

236. SE LEVANT. Ici est indiquée l’exécution de l’ordre de l’ange, et [Matthieu] l’indique quant à la fuite et quant au délai. Ainsi, SE LEVANT, IL PRIT L’ENFANT ET SA MÈRE. Et [Matthieu] mentionne le moment. Il dit donc : DE NUIT, à cause de la crainte et des tribulations, conformément à ce passage d’Is 26, 9 : Mon âme t’a désiré pendant la nuit, c’est-à-dire pendant les tribulations ; en effet, pendant les tribulations, il faut recourir à Dieu, Os 6, 1 : Dans leurs tribulations, ils se tourneront de bon matin vers moi. SE LEVANT. S’accomplit ainsi ce que dit Is 19, 1 : Voici que le Seigneur montera sur une nuée légère et entrera en Égypte. Ce qui s’est accompli selon la lettre.

[2, 15]

237. ET IL RESTA LÀ. On dit qu’il resta là pendant sept ans et qu’il demeura dans la ville d’Héliopolis.

238. Pour ce qui est du mystère, par Joseph sont indiqués les prédicateurs, c’est-à-dire les apôtres, qui sont envoyés pour enlever les ténèbres par leur enseignement, et qui, en s’éloignant des Juifs, se sont tournés vers les nations, Ac 13, 16 : Il fallait que la parole de Dieu vous soit d’abord adressée ; mais, parce que vous l’avez rejetée et que vous vous êtes jugés indignes de la vie éternelle, nous nous tournons vers les nations.

239. ET RESTE LÀ JUSQU’À CE QUE JE TE LE DISE, c’est-à-dire jusqu’à ce que l’incroyance des Juifs cesse, Rm 11, 25 : Une partie d’Israël a été frappée de cécité.

240. Ensuite, [Matthieu] présente le témoignage de la prophétie. Il dit ainsi : AFIN QUE S’ACCOMPLÎT CE QUE LE SEIGNEUR AVAIT DIT PAR LE PROPHÈTE. Cela, selon la traduction de Jérôme, Os 11, 1. Mais, dans la traduction de la Septante, il n’en est pas ainsi, mais : D’ÉGYPTE, J’AI APPELÉ MON FILS. Il semble se poser ici une question, car il ne paraît pas faire cela dans cette intention, puisque, plus haut, il est dit en cet endroit : Fils d’Israël, etc. [Os 11, 1]. Ainsi, on semble parler du rappel d’Israël de l’Égypte. Mais il faut dire que, dans toutes les autorités qui sont appliquées au Christ dans les évangiles et les épîtres, il faut faire une distinction : car certaines sont dites spécialement du Christ, comme Is 53, 7 : Comme une brebis, il sera conduit à l’abattoir ; mais certaines sont dites de certaines choses pour autant qu’elles ont conduit à une figure du Christ. Tel est le cas de cette autorité : en effet, il ne s’agissait pas des fils d’Israël, si ce n’est dans la mesure où ils étaient la ressemblance du véritable Fils unique. Ainsi donc : D’ÉGYPTE, J’AI APPELÉ MON FILS, à savoir, le Fils en un sens spécial.

[2, 16]

241. ALORS HÉRODE. Ici, il est question du meurtre des enfants. Et, à ce sujet, [Matthieu] fait deux [corr. : trois] choses. Premièrement, l’occasion du meurtre est indiquée ; deuxièmement, le meurtre est indiqué, en cet endroit : ET IL ENVOYA METTRE À MORT TOUS LES ENFANTS ; en troisième lieu, sont signalées des prophéties, en cet endroit : AINSI S’ACCOMPLIT [2, 17].

242. La circonstance fut la colère d’Hérode : ALORS HÉRODE SE MIT DANS UNE FORTE COLÈRE, Jc 1, 20 : La colère de l’homme n’accomplit pas la justice de Dieu. Et il faut remarquer que, lorsqu’un roi soupçonne qu’il va perdre son royaume, il se met aussitôt en colère et s’enflamme.

243. VOYANT QU’IL AVAIT ÉTÉ JOUÉ PAR LES MAGES, IL SE MIT DANS UNE FORTE COLÈRE [2, 16]. On dit qu’il se mit dans une forte colère pour deux raisons : parce que, lorsque quelqu’un se fâche, il s’enflamme fortement pour une petite occasion. Ainsi, comme il soupçonnait la perte de son royaume et avait été joué par les mages, IL SE MIT DANS UNE FORTE COLÈRE, Si 11, 34[32] : Une étincelle allume un grand brasier.

244. ET IL ENVOYA. Dans cette colère, il y eut de la cruauté sur trois points : quant au lieu, quant au nombre et quant au temps. Quant au nombre, parce que, pour en chercher un, il les a tous tués, d’où : IL ENVOYA METTRE À MORT TOUS LES ENFANTS. Il faut remarquer qu’Augustin dit qu’ «il n’aurait jamais été servi à la mesure de sa haine».

245. Mais on se demande, puisqu’ils n’avaient pas de libre arbitre, comment on peut dire que [les enfants] sont morts pour le Christ. Mais, comme il est dit en Jn 3, 17 : Dieu n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour juger le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. En effet, Dieu n’aurait jamais permis qu’ils soient tués si cela ne leur avait été utile. Ainsi, Augustin dit que cela revient au même de douter que ce meurtre leur fut utile, que de douter que le baptême est utile aux enfants. En effet, ils ont souffert comme des martyrs et ont confessé le Christ en mourant, bien que cela ne fût pas par la parole, Ap 6, 9 : Je vis sous l’autel les âmes de ceux qui ont été mis à mort pour la parole de Dieu.

246. La deuxième cruauté est qu’il les tua SUR TOUT LE TERRITOIRE. En effet, il craignait que [l’enfant] ne s’enfuie, par exemple, dans une autre ville. Et il arriva [à Hérode] ce qui arrive à une bête blessée, qui ne fait pas attention à celui qu’elle va blesser, Pr 28, 15 : Comme un lion rugissant et un ours affamé, le prince impie s’impose au pauvre peuple.

247. La troisième [cruauté] se rapporte au temps. Ainsi, ÂGÉS DE DEUX ANS. Il faut remarquer que Augustin dit que les innocents ont été tués l’année où le Christ est né. Mais pourquoi [Matthieu] dit-il : ÂGÉS DE MOINS DE DEUX ANS ? Certains disent que l’étoile était apparue deux ans plus tôt, de sorte qu’Hérode se demandait s’il était né au moment où l’étoile [était apparue]. C’est pourquoi [Matthieu] dit : SELON LE TEMPS DONT IL S’ÉTAIT ENQUIS AUPRÈS DES MAGES. D’autres disent que [les innocents] n’ont pas été tués la même année, mais deux ans plus tard. Mais pourquoi [Hérode] a-t-il autant tardé ? Une triple raison est donnée par divers [commentateurs]. La première était qu’au départ, [Hérode] pensait que les mages s’étaient trompés et n’avaient rien trouvé, mais, après avoir entendu les multiples déclarations de Zacharie, de Siméon et d’Anne, il fut alors poussé à chercher. D’autres disent qu’il fit cela par précaution : en effet, il craignait que les parents ne cachent l’enfant qu’il cherchait. Il voulut donc d’abord s’assurer d’eux. D’autres disent qu’il en fut empêché par l’occupation, car il a poursuivi les mages jusqu’à Tarse, en Cilicie, et a fait incendier leurs navires. De même, il fut occupé, car, accusé par ses fils, il fut convoqué à Rome,. Et ainsi, après son retour, il commença à sévir. Et [Matthieu] dit : DE MOINS DE, etc., parce que [Hérode] pensait que [l’enfant] avait une telle puissance qu’il pouvait changer son visage. Par ce meurtre est signifié le meurtre des martyrs, car les enfants [représentent] l’humilité et l’innocence, plus loin, 1, 14 : Laissez les petits enfants et ne les empêchez pas de venir à moi ; de même, plus loin, 18, 3 : Si vous ne vous convertissez pas et ne devenez comme des petits enfants, vous n’entrerez pas dans le royaume des cieux.

248. DANS BETHLÉEM ET DANS TOUT SON TERRITOIRE, car [les enfants] furent tués dans le monde entier, Ac 1, 8 : Vous serez mes témoins, à savoir, en mourant.

249. Les deux années sont la double charité, celle envers Dieu et celle envers le prochain, car la foi sans les œuvres est une foi morte, Jc 2, 20. Il faut remarquer qu’après la naissance du Christ, la persécution éclata immédiatement, parce que, dès que quelqu’un se convertit au Christ, il commence à être tenté, Si 2, 1 : Mon fils, si tu t’offres au service du Seigneur, prépare-toi a l’épreuve.

[2, 17-18]

250. Une fois présenté le meurtre des enfants, ici, à son habitude, l’évangéliste présente la prophétie qui l’annonçait, Jr 31, 5 : UNE VOIX S’EST FAIT ENTENDRE DANS RAMA, PLAINTE, AFFLICTION ET PLEURS : C’EST RACHEL QUI PLEURE SES FILS ET NE VEUT PAS ÊTRE CONSOLÉE À LEUR SUJET, CAR ILS NE SONT PLUS. Comme le dit Jérôme, il faut noter que, partout où est produite par les apôtres et les évangélistes une autorité de l’Ancien Testament, il ne faut pas toujours la présenter mot à mot, mais comme le leur accorda l’Esprit Saint, et parfois selon le sens en fonction de nos besoins. Ainsi avons-nous Jr 31, 15 : UNE VOIX S’EST FAIT ENTENDRE DANS LES HAUTEURS, LAMENTATIONS, AFFLICTIONS ET PLEURS : C’EST RACHEL QUI PLEURE SES FILS ET NE VEUT PAS ÊTRE CONSOLÉE À LEUR SUJET, CAR ILS NE SONT PLUS. Le sens est le même.

251. Et il faut considérer que, pour ce qui est de cette autorité, elle compte comme l’une de celles qui sont présentées dans l’évangile. Elle a toutefois un sens littéral, qui est la figure de ce qui est arrivé dans le Nouveau Testament. Ainsi, pour la comprendre, il faut tenir compte d’une histoire qu’on lit en Jg 19, où il est raconté qu’en raison d’une faute commise envers l’épouse d’un lévite, toute la tribu de Benjamin fut anéantie. Et on dit qu’il s’y produisit la plus grande des lamentations, au point où elle fut entendue de Gabaa jusqu’à Rama, qui se trouve à douze milles de Bethléem. C’est pour cette raison qu’on dit que Rachel a pleuré, parce qu’elle était la mère de Benjamin, et l’expression a un sens figuré, à savoir qu’elle exprime l’ampleur de la douleur.

252. Mais cette prophétie porte sur le passé. Elle porte aussi d’une autre façon sur l’avenir d’une double manière. D’une manière, elle peut se rapporter à la captivité d’Israël, dont on dit que, alors qu’il était mené en captivité, il pleura en route sur Bethléem. De cette manière, il est dit que Rachel a pleuré parce qu’elle y est enterrée, Gn 35, 19. Cela est dit de la même manière dont on s’exprime lorsqu’on dit qu’un endroit pleure les maux qui y surviennent. Le prophète veut donc dire que, de même que furent très grandes la douleur et l’affliction lorsque fut anéantie la tribu de Benjamin, de même en sera-t-il de celles de l’époque de la captivité.

253. Une troisième explication est [aussi] donnée. L’évangéliste reconnaît le fait du meurtre des innocents et indique l’ampleur de cette douleur de quatre manières : par l’étendue de la douleur, par l’ampleur de la douleur, par son objet et par son caractère inconsolable. Il dit donc : UNE VOIX SE FAIT ENTENDRE DANS RAMA. Il s’agit d’une ville de la tribu de Benjamin, Jos 18, 25, et elle peut être considérée comme la ville de Lia. Ici, [celle-ci] est entendue au sens de «élevée», et peut s’expliquer de deux façons. Premièrement, de cette manière : UNE VOIX, lancée dans les hauteurs, S’EST FAIT ENTENDRE, car une voix qui se fait entendre dans un endroit élevé se répand en long et en large, Is 40, 9 : Monte sur une montagne élevée ; toi qui annonces à Sion, hausse la voix. Ou bien ELLE A ÉTÉ ENTENDUE dans les hauteurs, c’est-à-dire au ciel, auprès de Dieu, Si 35, 21 : La prière de l’humble pénétrera les nuées ; tant qu’elle ne sera pas arrivée, il ne sera pas consolé, et il ne cessera pas avant que le Seigneur ne jette les yeux sur lui. Et encore : Les larmes de la veuve ne coulent-elles pas sur ses joues et son cri ne s’adresse-t-il pas à ceux qui les provoquent ? PLEURS : cela peut se rapporter aux pleurs des enfants tués. UN GRAND CRI : cela peut se rapporter aux pleurs des mères. Ou bien les deux [peuvent se rapporter] aux enfants : DES PLEURS, lorsqu’ils furent soulevés par les soldats ; DES CRIS, lorsqu’ils furent égorgés. La douleur des mères est plus grande que celle des fils. De même, la douleur des mères était durable, celle des enfants fut brève, en raison de ce que dit Za 12, 10 : Ils se lamenteront sur lui comme sur un fils unique et ils le pleureront comme on pleure un premier-né.

254. De même, [l’évangéliste indique l’ampleur] par l’objet de la douleur, car elle provient de la mort de fils. C’est la raison pour laquelle Rachel pleure. Mais on objecte que Bethléem n’était pas dans la tribu de Benjamin, mais dans la tribu de Juda, qui était le fils de Lia. Il y a une triple solution [à cette objection]. D’abord, Rachel fut ensevelie près de Bethléem, Gn 35, 19. Et ainsi, elle pleura ses enfants à la manière dont on dit d’un endroit qu’il pleure, Jr 2, 12 : Cieux, étonnez-vous de cela ; portes des cieux, soyez-en fortement désolés, dit le Seigneur. Ou bien, autre [interprétation] : on a dit plus haut que Hérode tua les enfants de Bethléem et sur tout son territoire, etc. Or, Bethléem était aux confins de deux tribus, à savoir celles de Juda et de Benjamin. Les enfants tués appartenaient donc à Benjamin, et ainsi tombe l’objection, comme l’explique Jérôme. Mais Augustin donne une autre explication et il dit qu’il est coutumier, lorsque que quelque chose de favorable arrive à quelqu’un, que celui-ci ne s’en plaigne que davantage lorsque survient l’adversité. Lia et Rachel étaient des sœurs, et ceux qui furent tués étaient des fils de Lia. Ainsi, ils furent tués dans leurs corps pour ne pas être punis éternellement, comme ce fut le cas de Gabaa. On dit donc qu’elle pleure en voyant ses fils être tués et condamnés. Ou bien par Rachel, l’Église est signifiée, parce que [Rachel] veut dire «voyant Dieu», et que l’Église voit par la foi : elle pleure ses fils tués, non pas parce qu’ils ont été tués, mais parce qu’elle pouvait en avoir d’autres d’eux. Ou bien elle pleure, non pas en raison de ceux qui sont tués, mais de ceux qui tuent.

255. Ensuite, [l’évangéliste indique l’ampleur] par le caractère inconsolable de la douleur : ELLE NE VEUT PAS. Et cela est expliqué de plusieurs façons. Premièrement, on le met en rapport avec le peuple, tel qu’il était alors. En effet, la consolation n’a de raison qu’aussi longtemps qu’on espère un remède ; mais, lorsqu’on n’espère pas, il n’y a pas de consolation, comme cela est clair chez le malade désespéré. C’est pourquoi il dit, comme si cela se rapportait à l’opinion des mères : CAR ILS NE SONT PLUS, à savoir, parce qu’ils ne sont plus visibles, Gn 37, 30 : L’enfant n’est plus là. Ou bien : ELLE NE VEUT PAS ÊTRE CONSOLÉE PARCE QU’ILS NE SONT PLUS, c’est-à-dire, comme s’ils n’étaient plus. En effet, la consolation n’a de raison d’être que lorsqu’il s’agit de maux. De sorte que, selon [cette explication], cela se rapporte à l’opinion de l’Église qui estime qu’ils règnent [auprès de Dieu]. Ainsi, comme c’est le cas pour ceux qui règnent, elle se réjouit à leur sujet, 1 Th 4, 13 : Nous ne voulons pas que vous soyez ignorants au sujet de ceux qui sont morts ; il ne faut pas que vous vous désoliez comme ceux qui n’ont pas d’espérance. Ou bien : ELLE NE VEUT PAS ÊTRE CONSOLÉE dans le présent, mais elle attend une consolation dans l’avenir, plus loin, 5, 5 : Bienheureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés.

 

[2, 19]

256. Ensuite, il est question du retour du Christ : QUAND HÉRODE FUT MORT, VOICI QUE L’ANGE DU SEIGNEUR APPARUT EN SONGE À JOSEPH. En premier lieu, l’apparition de l’ange est présentée ; en second lieu, l’ordre donné par l’ange ; en troisième lieu, l’exécution de l’ordre de l’ange.

257. À propos du premier point, trois choses sont indiquées : premièrement, le moment est présenté ; deuxièmement, la personne ; troisièmement, le mode de l’apparition.

258. [Matthieu] dit donc : QUAND HÉRODE FUT MORT. Il ne s’agit pas de celui qui était là à la mort de Jésus, car celui-ci était le fils de celui-là.

259. VOICI QUE L’ANGE APPARUT. Il faut remarquer que tout bouleversement de l’Église, selon le sens mystique, se termine par la mort des persécuteurs, car la perte des méchants est un cri de joie, Pr 11, 10. De plus, remarque que, une fois terminée l’infidélité des Juifs, le Christ reviendra vers eux, Rm 11, 26 : Et alors, tout Israël sera sauvé. VOICI… APPARUT. Il faut remarquer que l’ordre des anges et des hommes est tel que les illuminations divines ne nous parviennent que par l’intermédiaire des anges, He 1, 14 : Est-ce que tous ne sont pas des esprits chargés d’un ministère, envoyés en service pour ceux qui doivent hériter du salut ? De sorte que même le Christ, en tant qu’il est homme, a voulu être annoncé par les anges.

260. Le mode [est indiqué] en cet endroit : EN SONGE, À JOSEPH, EN ÉGYPTE.

[2, 20]

261. L’ordre est indiqué] en cet endroit : LÈVE-TOI, PRENDS L’ENFANT. [L’ange] ne dit pas «[ton] fils», ni «ton épouse», mais l’enfant, afin que soit montrée la dignité de l’enfant et la pureté de la mère. Par cela est signifié que Joseph ne fut pas donné [à celle-ci] en vue de l’union charnelle, mais pour la servir et la protéger.

262. Ensuite, [l’ange] donne la raison : CEUX QUI EN VOULAIENT À LA VIE DE L’ENFANT SONT MORTS. Mais on se demande pourquoi il dit : SONT. En effet, seul Hérode était mort. À cela, il y a une double solution. Premièrement, celui-ci avait fait tant de mal que les Juifs se réjouissaient de sa mort, lui qui, alors qu’il était présent, avait ordonné à sa sœur de son vivant de tuer les nobles parmi les Juifs lorsqu’il mourrait ; et ceux-ci en avaient voulu à la vie de l’enfant avec Hérode. C’est ce que veut dire : CEUX QUI EN VOULAIENT À LA VIE DE L’ENFANT. Ou bien, autre explication, c’est l’usage de la Sainte Écriture de rendre le pluriel pour le singulier, d’où : ILS SONT MORTS, c’est-à-dire, il est mort, etc. De sorte que par le fait qu’il dit : CEUX QUI EN VOULAIENT À LA VIE DE L’ENFANT, l’erreur d’Apollinaire est détruite. Il disait en effet que la divinité occupait dans le Christ la place de l’âme.

[2, 21]

263. L’exécution de cet ordre est indiquée par : SE LEVANT, IL PRIT L’ENFANT ET SA MÈRE. Et, à ce sujet, [Matthieu] fait deux [corr. : trois] choses : d’abord, il montre comment [Joseph] est revenu en Israël ; deuxièmement, quelle région il évita ; troisièmement, vers quelle région il se dirigea, en cet endroit : ET, AVERTI EN SONGE, IL SE RETIRA DANS LA RÉGION DE GALILÉE [2, 22-23].

264. [Matthieu] dit donc : SE LEVANT. À noter que l’ange ne dit pas : «Va dans la terre de Juda ou à Jérusalem», mais, d’une manière générale : DANS LA TERRE D’ISRAËL, par laquelle on peut aussi entendre la Galilée. De sorte qu’on peut dire que Joseph franchit les frontières de la terre que Juda habitait. Ensuite, est indiquée la région qu’il évita, en cet endroit : APPRENANT QU’ARCHELAÜS RÉGNAIT SUR LA JUDÉE. Il faut remarquer ici l’histoire d’Hérode. Cet Hérode eut six fils et, avant sa mort, il tua Alexandre et Aristobule. À sa mort, il ordonna qu’Antipater soit tué. Il en restait donc trois, parmi lesquels Archélaüs était l’aîné et usurpa le royaume. Mais, finalement, il fut accusé par les Juifs devant César Auguste, fut écarté, et son royaume fut divisé en quatre parties : Archélaüs en reçut deux ; les autres se répartirent les deux autres, de sorte qu’Hérode eut une tétrarchie et Philippe eut l’autre, comme on le lit en Lc 3, 1. Cet Archélaüs fut exilé après neuf ans de règne.

[2, 22-23]

265. ET, AVERTI EN SONGE, IL SE RETIRA DANS LA RÉGION DE GALILÉE. Or, l’ange lui avait d’abord dit d’aller dans la terre d’Israël. Mais parce que Joseph n’avait pas encore compris, l’ange, qui avait d’abord fait une révélation imprécise, précise maintenant : ET, AVERTI…, IL SE RETIRA DANS LA RÉGION DE GALILÉE. Argument en sens contraire : comme Archélaüs régnait en Judée, ainsi Hérode régnait en Galilée. Mais il faut dire que cela se produisit aussitôt après la mort d’Hérode, alors qu’Archélaüs régnait sur l’ensemble, car, par la suite, une division se produisit. Mais alors on se demande de nouveau pourquoi [Joseph] ne craignait pas Archélaüs. Il faut dire que le siège du royaume se trouvait à Jérusalem, de sorte qu’ [Archélaüs] y résidait presque toujours. Mais on se demande pourquoi en Lc 2, 41, on dit que, chaque année, [ses parents] conduisaient l’enfant à Jérusalem. Augustin donne la solution : ils le conduisaient d’une manière sûre au milieu de la grande foule qui s’y rendait ; mais il aurait été dangereux qu’il y demeurât longtemps. De même, on se demande pourquoi l’évangéliste insinue que Joseph est venu à Nazareth comme par accident, mais, en Lc 2, 39, on dit qu’il avait son propre domicile à Nazareth. Mais il faut dire que l’ange lui avait dit d’aller dans la terre d’Israël, qui, à parler rigoureusement, n’incluait pas la Galilée ni Nazareth. Et c’est ainsi que le comprit Joseph. C’est pourquoi il n’avait pas l’intention d’aller à Nazareth.

266. AFIN QUE S’ACCOMPLÎT CE QUI AVAIT ÉTÉ DIT PAR LE PROPHÈTE : «IL SERA APPELÉ NAZARÉEN.» On ne trouve pas ceci dans l’Écriture, mais on peut dire qu’on le conclut à partir de plusieurs endroits. Car «nazaréen» veut dire «saint», et parce que le Christ est appelé saint, Dn 9, 24 : Jusqu’à ce que le saint soit oint, on dit à juste titre : PAR LE PROPHÈTE. Ou bien on peut dire que «nazaréen» veut dire «fleuri» ; ceci se trouve dans Is 9, 1 : Une pousse sortira de la souche de Jessé, et une fleur montera de sa souche, etc. Lui convient donc ce qui est dit en Ct 2, 1 : Je suis une fleur des champs et un lis des vallées.

 

CHAPITRE III

 

 

Leçon 1 [Matthieu 3, 1‑12] Matthieu 3, 1 En ces jours-là, arrive Jean le Baptiste, prêchant le baptême dans le désert de Judée 3, 2 et disant : «Faites pénitence, car le Royaume des Cieux va s’approcher. 3, 3 C’est lui dont il a été dit par le prophète Isaïe : Voix qui crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers.» 3, 4 Jean lui-même était vêtu de poils de chameau et avait un pagne de peau autour de ses reins ; sa nourriture était de sauterelles et de miel sauvage. 3, 5 Alors ils sortaient vers lui de Jérusalem, et de toute la Judée, et de toute la région du Jourdain, 3, 6 et ils étaient baptisés par lui dans le Jourdain, en confessant leurs péchés. 3, 7 Voyant beaucoup de Pharisiens et de Sadducéens venir au baptême, il leur dit : «Engeance de vipères, qui vous a montré à fuir la colère qui vient ? 3, 8 Produisez donc un fruit digne de la pénitence 3, 9 et ne dites pas en vous-mêmes : “Nous avons Abraham comme père.” Moi, je vous le dis, Dieu est capable, de ces pierres, de susciter des enfants à Abraham. 3, 10 Déjà la hache est mise à la racine des arbres ; tout arbre donc qui ne produit pas de bon fruit sera coupé et mis au feu. 3, 11 Moi, je vous baptise dans de l’eau en vue du repentir ; mais celui qui vient après moi est plus fort que moi, et je ne suis pas digne de porter ses sandales. Lui-même vous baptisera dans l’Esprit Saint et le feu. 3, 12 Il tient en sa main son van et va nettoyer son aire ; il recueillera son blé dans le grenier ; il brûlera les balles, dans le feu inextinguible.»

 

Leçon 2 [Matthieu 3, 13-17] 3, 13 Alors Jésus vint de la Galilée au Jourdain vers Jean, pour être baptisé par lui. 3, 14 Jean voulait l’en empêcher, en disant : «C’est moi qui dois être baptisé par toi, et c’est toi qui viens à moi !» 3, 15 Mais Jésus répondant lui dit : «Laisse faire pour l’instant : c’est ainsi qu’il nous faut accomplir toute justice.» Alors il le laissa faire. 3, 16 Aussitôt baptisé, Jésus remonta de l’eau ; et voici que pour lui les cieux s’ouvrirent. Et il vit l’Esprit de Dieu descendant comme une colombe et venant au-dessus de lui. 3, 17 Et voici une voix du ciel disant : «Lui, c’est mon Fils bien-aimé, en qui je me suis complu.»

 

Leçon 1 – Mt 3, 1‑12, n° 267

[3,1]

267. Plus haut, l’évangéliste a traité de l’entrée du Christ dans le monde ; maintenant il traite de son parcours, à laquelle il faut porter attention selon la progression de son enseignement, car c’est pour cela qu’il est venu, Jn 18, 37.

268. À propos de son enseignement, deux choses sont considérées : d’abord est présentée la préparation à l’enseignement [Mt 3] ; deuxièmement, l’enseignement lui-même est présenté, au chapitre 5. Or, du docteur de l’enseignement évangélique, deux choses sont requises : premièrement, qu’il soit enveloppé dans les saints mystères ; deuxièmement, qu’il soit de vertu éprouvée. Et ainsi deux choses sont mises avant l’enseignement [du Christ] : son baptême et sa tentation, chapitre 4.

269. À propos du premier point, [Matthieu] fait deux choses : d’abord est introduit le baptême de Jean, en cet endroit : JÉRUSALEM SORTAIT VERS LUI [3, 5] ; deuxièmement, l’instruction des baptisés, en cet endroit : VOYANT BEAUCOUP DE GENS [3, 7]. Ils sont invités par Jean de deux façons : par la parole et par l’exemple. Le second point [se trouve] en cet endroit : JEAN LUI-MÊME AVAIT UN VÊTEMENT EN POILS DE CHAMEAU etc [3, 4].

270. À propos de l’enseignement de Jean, [Matthieu] fait trois choses. D’abord, la personne du docteur est introduite ; deuxièmement, est abordé l’enseignement ; troisièmement, la confirmation. Le deuxième point [se trouve] en cet endroit : FAITES PÉNITENCE [3, 2] ; le troisième, en cet endroit : C’EST DE LUI QU’IL A ÉTÉ DIT [3, 3].

271. À propos de la personne, cinq choses sont abordées : premièrement, le temps ; deuxièmement, la personne ; troisièmement, la fonction ; quatrièmement, l’application, et, cinquièmement, le lieu.

272. Le premier point [se trouve] en cet endroit : EN CES JOURS-LÀ etc. [3, 1] Et il faut noter que Luc décrit l’époque de la prédication à partir des gouvernants de l’État et des Juifs. Donc, ce que dit Luc est exprimé ici quand [Matthieu] dit : EN CES JOURS-LÀ. Et cela ne doit pas se rapporter aux jours dont il a été fait mention, c’est-à-dire au temps de l’enfance du Christ, car il ne faut pas comprendre que cela s’est passé en ces jours-là où le Christ est revenu d’Egypte. Mais cela est exprimé ainsi parce que le Christ a habité d’une manière continue à Nazareth, Lc 2, 40 : L’enfant grandissait et se fortifiait, plein de sagesse, et la grâce de Dieu était en lui.

273. En deuxième lieu, est mise la personne, en cet endroit : JEAN VINT. Il vint, c’est-à-dire il apparut, lui qui d’abord avait été caché. C’est de lui que parle Jn 1, 7 : Il est venu pour le témoignage, pour témoigner de la lumière. Mais pourquoi le Christ voulut-il son témoignage, alors qu’il avait le témoignage de [ses] œuvres ?

274. Il faut dire que c’est pour trois raisons. D’abord, à cause de nous, qui sommes conduits à la connaissance des choses spirituelles par ce qui est semblable à nous. Jn 1, 7 : Il est venu pour témoigner de la lumière. Et pourquoi ? Pour que par lui tous croient. Deuxièmement, à cause de la méchanceté des Juifs, parce que non seulement le Christ se rend témoignage selon ce qu’eux-mêmes disaient, Jn 8, 13 : Tu te rends témoignage à toi-même, mais un autre aussi [lui rend témoignage], Jn 5, 33 : Vous avez envoyé à Jean des messagers et il a rendu témoignage à la vérité. Troisièmement, pour montrer l’égalité du Christ envers son Père, parce que de même que son Père a eu des messagers avant-coureurs, à savoir les prophètes, de même le Christ, Lc 1, 76 : Toi, enfant, tu seras appelé prophète du Très-Haut, tu iras devant le visage du Seigneur pour préparer ses voies.

275. En troisième lieu, est mise la fonction de baptiser. Ce fut la fonction spéciale [de Jean] parce qu’il fut le premier à baptiser. Il fut celui qui mit au point ce baptême en vue du baptême du Christ, parce que si le Christ avait ajouté un nouveau rite, les hommes auraient pu aussitôt être scandalisés. C’est pourquoi Jean vint en précurseur, pour préparer les hommes au baptême, Jn 1, 31 : Pour qu’il soit manifesté en Israël.

276. En quatrième lieu, est mise l’application, parce qu’il est venu pour prêcher consciencieusement. Et c’est EN PRÊCHANT LE BAPTÊME. Le Christ, dans l’intention de baptiser, ajouta ceci, plus loin, 28, 19 : Allez, enseignez toutes les nations, les baptisant au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit. Jean dans les deux cas a préparé la voie. Et il est à noter que Jean a fait cela dans sa trentième année, à l’âge où David devint roi et où Joseph prit les rênes du pouvoir en Égypte, Gn 41, 46. Par quoi est donné à entendre que personne ne doit être mis dans une fonction avant l’âge mûr.

277. Cinquièmement, est indiqué le lieu : DANS LE DÉSERT. Il a prêché dans le désert pour quatre raisons. D’abord, pour qu’ils entendent avec plus de calme : en ville, de nombreux curieux gênants se rassemblaient, mais dans le désert, il ne venait que les gens appliqués, Qo 12, 11 : Les paroles des sages sont comme des aiguillons et comme des piquets fixés profond, qui ont été donnés par un seul pasteur par le conseil des maîtres. Deuxièmement, parce que [le désert] convenait à sa prédication, puisque lui-même prêchait la pénitence. C’est ainsi que doit être un lieu de pénitence, qu’elle soit physique ou morale, Ps 54, 8 : Voici, je me suis enfui au loin, et je suis resté dans la solitude. Troisièmement,  pour désigner la condition de l’Église qui est signifiée par le désert : il est donné à entendre que la prédication du salut n’est pas dans la synagogue mais dans l’Église, Is 54, 1 : Réjouis-toi, stérile qui n’enfantes pas, chante sans cesse des louanges, pousse des cris, toi qui n’enfantais pas, car l’abandonnée aura de plus nombreux fils que celle qui a un mari, dit le Seigneur. Quatrièmement, pour désigner la condition de la Judée, qui était déjà délaissée par Dieu, plus loin, 23, 38 : Voici que votre maison sera laissée déserte.

 

[3, 2]

278. Vient ensuite : FAITES PÉNITENCE etc. Jean annonce une nouvelle vie, comme dit Augustin dans son livre Sur la pénitence : «Nul homme qui est établi arbitre de sa volonté ne peut commencer une nouvelle vie s’il ne se repent de son ancienne vie.» Regarde dans la Glose. C’est pourquoi il exhorte d’abord à la pénitence ; deuxièmement, il annonce le salut, en cet endroit : LE ROYAUME DES CIEUX VA S’APPROCHER. De même, FAITES PÉNITENCE, par laquelle est [donnée] la rémission des péchés.

279. Chrysostome [écrit] : «À la naissance du Fils de Dieu, Dieu envoya un crieur public dans le monde ». Et il faut noter que faire pénitence est autre chose que se repentir. Celui qui se repent pleure ses péchés et ne commet pas d’actes qui méritent d’être pleurés. Et il faut savoir que tout se rapporte à une décision de l’esprit, de sorte qu’on dise qu’il ne commet pas d’actes méritant d’être pleurés, c’est-à-dire qu’il se propose de ne pas en commettre : c’est ce que réclame le repentir. Faire pénitence, par contre, c’est donner satisfaction pour ses péchés, Lc 3, 8 : Produisez des fruits dignes de la pénitence.

280. Ici se pose une question : alors que tous les péchés sont remis dans le baptême, pourquoi Jean, annonçant le baptême du Christ, commence-t-il par la pénitence ? Et il est répondu dans la Glose qu’il y a une triple pénitence : avant le baptême, parce qu’il faut qu’on regrette ses péchés quand on s’approche ; après le baptême, [parce qu’il faut qu’on regrette] ses péchés mortels ; [la pénitence pour] ses péchés véniels. Il s’agit ici de la pénitence qui se situe après le baptême. C’est pourquoi Pierre a dit en Ac 2, 38 : Faites pénitence, c’est-à-dire pour être prêts à poursuivre le salut.

281. VA S’APPROCHER. Notez que jamais dans l’Écriture de l’Ancien Testament on ne trouve la promesse du royaume des cieux. Jean est le premier à l’annoncer, ce qui convient à sa dignité.

282. Dans l’Écriture, le royaume des cieux se comprend de quatre façons. Parfois le Christ lui-même est dit habiter en nous par grâce, Lc 17, 21 : Le royaume de Dieu est à l’intérieur de vous. Et on l’appelle royaume des cieux parce que c’est par la grâce qui habite en nous que commence pour nous la voie du royaume céleste. Deuxièmement, [on appelle royaume des cieux] la Sainte Écriture, plus loin, 21, 43 : Le royaume de Dieu sera enlevé de vous, c’est-à-dire la Sainte Écriture. Et on l’appelle royaume parce que sa loi conduit vers le royaume. Troisièmement, on appelle ainsi l’Église militante présente, Mt 13, 47 : Le royaume des cieux est semblable à un filet jeté dans la mer, et rassemblant toutes sortes de poissons etc. Et on l’appelle royaume des cieux parce qu’elle a été instituée à la manière de l’Eglise céleste. Quatrièmement, on appelle royaume des cieux l’assemblée céleste, Mt 8, 11 : Ils viendront d’orient et d’occident, et ils se coucheront avec Abraham, Isaac et Jacob dans le royaume des cieux.

283. Avant l’époque de Jean, il n’en était pas fait mention, si ce n’est du royaume des Jébuséens, Ex 3, 8, mais désormais le royaume des cieux est promis à son Église.

[3, 3]

284. Ensuite il y a confirmation de cette prédiction : c’est lui dont il a été dit par le prophète Isaïe etc. Et comme dit Augustin, cela peut être expliqué de deux façons : d’abord le fait que cela, C’EST LUI DONT IL A été ÉCRIT, ce sont les paroles de l’évangéliste, et alors le sens est assez facile. Deuxièmement, cela est introduit par Matthieu, comme si c’étaient les paroles de Jean faisant pénitence. D’où C’EST LUI, c’est-à-dire «C’est moi », et il parle de lui-même comme de quelqu’un d’autre, comme Jn 1 parle d’un autre comme si c’était lui-même. Mais peu importe de qui sont ces paroles, puisqu’elles ont le même sens.

285. Il est donc celui de qui il est écrit, Is 40, 3 : La voix de celui qui crie dans le désert : «Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits les sentiers de notre Dieu dans la solitude.»

286. Il y a trois choses par lesquelles sont confirmées trois prédictions. D’abord est annoncé le lieu de la prédication de Jean, parce que c’est LA VOIX DE CELUI QUI CRIE DANS LE DÉSERT. Deuxièmement, l’arrivée du royaume des cieux, d’où PRÉPAREZ LE CHEMIN. Troisièmement, la pénitence, en cet endroit : RENDEZ DROITS SES SENTIERS.

287. Il dit donc : LA VOIX DE CELUI QUI CRIE DANS LE DÉSERT. Et il dit LA VOIX pour trois raisons. D’abord parce que, comme dit Grégoire, la voix précède la parole, et Jean [précède] le Christ, Lc 1, 17 : Il marchera devant lui avec l’esprit et la puissance d’Elie. Deuxièmement, parce que c’est par la voix qu’on connaît la parole, car la voix fait connaître la parole, de même que Jean [fait connaître] le Christ, Jn 1, 31 : Pour qu’il soit manifesté en Israël, je suis venu baptiser dans l’eau. Troisièmement, parce que la voix sans parole ne donne pas de certitude sur le sentiment, 1 Co 14, 8 : Si la trompette donne un son incertain, qui se préparera à la guerre ? Et la révélation des divins mystères n’a pas été faite par Jean, sauf dans la mesure où il a annoncé le Christ, mais par le Christ Verbe, Jn 1, 18 : Le Fils unique qui est dans le sein du Père a expliqué lui-même.

288. Donc, LA VOIX DE CELUI QUI CRIE, et on peut l’entendre de deux façons. D’abord, [la voix] du Christ qui crie, qui parlait en Jean, 2 Co 13, 3 : Cherchez-vous une preuve que le Christ parle en moi ? C’est ainsi qu’il a aussi crié dans tous les prophètes. C’est pourquoi on dit toujours : La parole du Seigneur s’adressa à Jérémie, ou Isaïe, etc. Et pourtant aucun n’est appelé «voix», parce qu’ils n’ont pas immédiatement précédé le Christ, Ma 3, 1 : Voici que j’envoie mon ange qui préparera le chemin devant ma face. Et aussitôt il viendra à son temple saint, le souverain que vous cherchez, et l’ange témoin que vous voulez.

289. Ou LA VOIX DE CELUI QUI CRIE, c’est Jean qui crie. Il faut savoir qu’on crie d’abord [en s’adressant] aux sourds, et tels étaient les Juifs, Is 42, 18 : Sourds, écoutez ! Aveugles, regardez attentivement pour voir ! Qui [est] aveugle, sinon mon serviteur, et qui[est] sourd sinon celui vers qui j’ai envoyé mes messagers ? Deuxièmement, [on crie] d’indignation, Ps 105, 40 : Le Seigneur fut enflammé de colère contre son peuple, il eut en horreur son héritage. Troisièmement, [on crie en s’adressant] aux gens qui sont loin, et eux étaient éloignés de Dieu.

290. PRÉPAREZ LE CHEMIN DU SEIGNEUR. Il semble qu’il eût été plus convenable qu’il dise : «Préparez votre chemin pour accueillir le Seigneur.» Et il faut savoir que nous étions si faibles que nous ne pouvions aller vers le Seigneur s’il ne venait lui-même à nous. C’est pourquoi plus haut Jean a dit : LE ROYAUME DES CIEUX VA S’APPROCHER. Et c’est PRÉPAREZ [LE CHEMIN DU SEIGNEUR]. Mais quel est ce chemin ? La foi, qui vient par ce qu’on écoute, Ep 3, 17 : Que le Christ habite en vos cœurs par la foi. Grégoire [écrit] : «Le chemin de la foi est une pieuse écoute Am 4, 12 : Prépare-toi à la rencontre de ton Dieu, Israël.

291. RENDEZ DROITS [SES SENTIERS]. La foi est commune, elle est une, mais elle [nous] dirige dans des œuvres diverses. Et c’est pourquoi RENDEZ DROITS [SES SENTIERS]. Ils sont droits, ces chemins des œuvres, quand ils ne sont pas en discordance avec la loi divine qui est la règle des actes humains, de même que pour les vases d’argile, la règle de ce qui est bien est selon la volonté du potier, comme on peut le constater en Jr 18, 4.

292. Ou bien cette [expression] PRÉPAREZ [LE CHEMIN DU SEIGNEUR] a pour but la charité, qui est nécessaire au salut, Is 30, 21 : Ceci est le chemin, marchez-y, et ne vous détournez ni à droite ni à gauche. Donc le chemin est compris comme tout ce qui tend au salut commun, 1 Co 12, 31 : Je vais vous montrer un chemin encore plus excellent. Quant aux sentiers, c’est l’observance des résolutions : on dit que ces sentiers sont droits parce qu’ils ne doivent pas être suivis pour la vaine gloire, Mt 6, 1 : Ne pratiquez pas la justice devant les hommes, pour être vus par eux, et Pr 3, 17 : Ses chemins [sont] de beaux chemins, et tous ses sentiers sont [des sentiers] de paix.

[3, 4]

293. Ensuite il est montré comment Jean a rendu témoignage au Christ dans sa vie, en cet endroit : JEAN LUI-MÊME.

294. Mais qui a rendu témoignage à Jean, qui rendait témoignage au Christ ? Il faut dire que c’est sa vie, parce que, comme dit Chrysostome, «nul n’est capable de témoigner pour autrui s’il n’est témoin de lui-même, et cela par une vie de bien», Si 19, 30 : L’habit d’un homme, son rire, sa démarche, révèlent ce qu’il est.

295. C’est pourquoi ici est décrite son austérité dans la vie et dans la nourriture, et c’est : LUI-MÊME ÉTAIT VÊTU DE POILS DE CHAMEAU, etc. D’autres [sont vêtus] de laine, Jean de poils, car il trouvait au vêtement de laine une mollesse qui ne convient pas à un prédicateur. En outre, [il était vêtu] d’un pagne en peau. Cela s’explique de deux façons. Jérôme dit qu’en ce temps-là les Juifs avaient un pagne de laine, mais Jean, songeant à la mollesse [de la laine], en prit un de peau, imitant Élie, comme il est dit en 2 R 1, 8. Raban donne cette explication : il dit que Jean prenait des peaux brutes, non tannées, et les utilisait pour réfréner sa concupiscence, et c’est [ce qu’il dit] : ET UN PAGNE [DE PEAU]. Mais qu’on l’explique d’une façon ou de l’autre, dans les deux cas on comprend qu’il menait une vie austère.

296. SA NOURRITURE ÉTAIT DE SAUTERELLES ET DE MIEL SAUVAGE. C’est une nourriture non préparée que la nature lui servait, car les sauterelles sont des animaux comestibles.

297. ET DE MIEL SAUVAGE : cela peut se comprendre de deux façons. Au sens propre, ce miel est dit sauvage [silvestre] parce qu’il n’est pas caché dans des ruches fabriquées, mais trouvé dans les arbres des forêts [silva]. D’autres disent que c’est de la canne à sucre, quelque chose de très sucré qu’on trouve dans des roseaux. Cependant, dans tout cela, ce qui est sûr c’est qu’il se contentait de choses simples, 1 Tm 6, 8 : Nous nous contentons d’avoir à manger et de quoi nous couvrir.

[3, 5]

298. Ensuite il est question du baptême. C’est pourquoi il est dit : ALORS ILS SORTAIENT, et [Matthieu] aborde trois choses. D’abord, comment les foules allaient voir [Jean] ; deuxièmement, comment les foules étaient baptisées ; et troisièmement, comment ils confessaient leurs péchés.

299. À propos du premier point, il faut savoir qu’il y avait trois choses qui incitaient les gens à aller vers Jean. D’abord une prédication nouvelle. Jamais ils n’avaient entendu parler du royaume des cieux, et c’est pourquoi ils étaient émerveillés. Jb 38, 33 : Connais-tu les lois du ciel, appliques-tu son organisation sur terre ? Jean a été le premier à enseigner que l’organisation du royaume des cieux n’est pas à appliquer sur terre. Deuxièmement, à cause de sa vie. [Matthieu] dit : ALORS ILS SORTAIENT, à savoir, parce qu’ils voyaient sa vie. Jc 2, 18 : Montre-moi ta foi sans les œuvres ; moi c’est par mes œuvres que je te montrerai ma foi, etc. Troisièmement, parce que la Judée était privée d’enseignement prophétique, Ps 73, 9 : Nous ne voyons pas nos signes, il n’y a plus de prophète. Et c’est pourquoi ils sortaient de Judée pour le voir. ALORS ILS SORTAIENT.

[3, 6]

300. ET (…) ILS ÉTAIENT BAPTISÉS PAR LUI DANS LE JOURDAIN. Mais pourquoi dans le Jourdain ? Parce que c’est dans le Jourdain que fut d’abord préfiguré le baptême. En 2 R 2, 8-11, il est dit qu’Élisée traversa le Jourdain et qu’Élie fut enlevé au ciel. De plus, c’est là que fut purifié Naaman le lépreux, qui représente l’homme purifié du péché dans le baptême. C’était aussi parce que la traduction elle-même [du nom «Jourdain»] convient au baptême : en effet, il se traduit par «descente», et il représente l’humilité que l’homme doit avoir dans le baptême, 1 P 2, 2 : Comme des bébés, désirez le lait raisonnable et non frelaté.

 

301. Le troisième point est abordé en cet endroit : CONFESSANT LEURS PÉCHÉS. La raison pour laquelle la confession a été introduite a été montrée plus haut : elle est nécessaire au salut, Jc 5, 16 : Confessez vos péchés les uns aux autres. Et la Glose dit qu’elle a été introduite pour que l’homme ait honte. Mais il faut savoir que la honte est une cause secondaire, la principale étant le pouvoir des clés, car nul ne pourrait lier ni délier s’il ne savait ce qui est à lier ou à délier. Donc, de même que nul ne peut abolir la nécessité des clés, de même nul ne pourrait abolir la confession vocale.

Mais on se demande si celui qui accède au baptême est tenu de se confesser. Il semble qu’il n’y ait pas besoin du pouvoir des clés, puisque tous les péchés sont remis dans le baptême. Mais il faut dire qu’il est tenu [de le faire], au moins en général, et il le fait quand il renonce à Satan et à toutes ses pompes : en cela il confesse ouvertement qu’il est lié à Satan.

 

302. VOYANT BEAUCOUP DE GENS. Après avoir montré que beaucoup de gens étaient baptisés par Jean, [Matthieu] traite ici de leur instruction, et sur ce sujet, il fait deux choses. D’abord sont présentés les gens qui reçoivent cette instruction ; deuxièmement est abordée leur instruction, en cet endroit : QUI VOUS A MONTRÉ À FUIR LA COLÈRE QUI VIENT ?