Saint Thomas d’Aquin

Docteur de l’Eglise catholique

 

EXPLICATION DU PROPHÈTE JÉRÉMIE

 

© et traduction par Jacques Ménard, 2005-2006

 

 

suivie de

 

L’EXPLICATION DES LAMENTATIONS DE JÉRÉMIE

 

© et traduction par madame Dominique Pillet, 2005

 

 

Troisième édition numérique http://docteurangelique.free.fr  2008

(Les œuvres complètes de saint Thomas d’Aquin)

 

 

 

TABLES

AVERTISSEMENT_ 9

NOTE CRITIQUE_ 10

EXPLICATION DU PROPHÈTE JÉRÉMIE, traduction par Jacques Ménard, 2005-2006_ 11

PROLOGUE DE SAINT THOMAS — [LE LIVRE DE JÉRÉMIE] 11

CHAPITRE 1 — [JÉRÉMIE ET SA MISSION] 18

Leçon 1 — [Jr 1, 1] 18

Leçon 2 — [Jr 1, 2-3] 19

Leçon 3 — [Jr 1, 4‑10] 20

Leçon 4 — [Jr 1, 11‑12] 27

Leçon 5 — [Jr 1, 13‑19] 28

CHAPITRE 2 — [LES TROIS PARTIES DE SA PROPHÉTIE] 33

Leçon 1 — [Jr 2, 1‑3] 33

Leçon 2 — [Jr 2, 4‑8] 36

Leçon 3 — [Jr 2, 9‑13] 38

Leçon 4 — [Jr 2, 14‑19] 39

Leçon 5 — [Jr 2, 20] 41

Leçon 6 — [Jr 2, 21‑28] 42

Leçon 7 — [Jr 2, 29‑30] 45

Leçon 8 — [Jr 2, 31‑32] 45

Leçon 9 — [Jr 2, 33‑36] 46

Leçon 10 — [Jr 3, 36‑37] 47

CHAPITRE 3 — [L’APPEL À LA PÉ NITENCE] 48

Leçon 1 — [Jr 3, 1‑5] 48

Leçon 2 — [Jr 3, 5] 51

Leçon 3 — [Jr 3, 6‑10] 51

Leçon 4 — [Jr 3, 12‑14] 53

Leçon 5 — [Jr 3, 14‑18] 53

Leçon 6 — [Jr 3, 19] 55

Leçon 7 — [Jr 3, 20‑25] 56

CHAPITRE 4 — [APPEL AU RETOUR À DIEU] 58

Leçon 1 — [Jr 4, 1‑2] 58

Leçon 2 — [Jr 4, 3‑6] 59

Leçon 3 — [Jr 4, 7‑10] 61

Leçon 4 — [Jr 4, 11‑12] 62

Leçon 5 — [Jr 4, 13‑14] 63

Leçon 6 — [Jr 4, 15‑18] 63

Leçon 7 — [Jr 4, 19‑22] 64

Leçon 8 — [Jr 4, 23‑28] 66

Leçon 9 — [Jr 4, 29‑31] 67

CHAPITRE 5 — [NE PAS S’APPUYER SUR DES CRÉATURES] 70

Leçon 1 — [Jr 5, 1‑3] 70

Leçon 2 — [Jr 5, 4‑5] 72

Leçon 3 — [Jr 5, 6] 73

Leçon 4 — [Jr 5, 7‑19] 74

Leçon 5 — [Jr 5, 20‑25] 77

Leçon 6 — [Jr 5, 26‑29] 78

Leçon 7 — [Jr 5, 29] 79

Leçon 8 — [Jr 5, 30‑31] 79

CHAPITRE 6 — [NE PAS S’APPUYER SUR LA FORCE DES REMPARTS] 81

Leçon 1 — [Jr 6, 1‑3] 81

Leçon 2 — [Jr 6, 4‑6] 83

Leçon 3 — [Jr 6, 6‑7] 84

Leçon 4 — [Jr 6, 8‑9] 85

Leçon 5 — [Jr 6, 10‑12] 86

Leçon 6 — [Jr 6, 11-12] 87

Leçon 7 — [Jr 6, 13‑15] 88

Leçon 8 — [Jr 6, 16‑19] 89

Leçon 9 — [Jr 6, 20‑21] 90

Leçon 10 — [Jr 6, 22‑26] 91

Leçon 11 — [Jr 6, 27‑30] 92

CHAPITRE 7 — [MÊME LA RELIGION NE LES SAUVERA PAS] 94

Leçon 1 — [Jr 7, 1‑15] 94

Leçon 2 — [Jr 7, 16‑20] 97

Leçon 3 — [Jr 7, 21‑28] 99

Leçon 4 — [Jr 7, 29‑34] 101

CHAPITRE 8 — [LES CADAVRES SERONT RETIRÉS DE LEUR TOMBE] 104

Leçon 1 — [Jr 8, 1‑2] 104

Leçon 2 — [Jr 8, 3] 105

Leçon 3 — [Jr 8, 4‑7] 105

Leçon 4 — [Jr 8, 8‑9] 107

Leçon 5 — [Jr 8, 10‑11] 108

Leçon 6 — [Jr 8, 12] 109

Leçon 7 — [Jr 8, 13‑22] 109

CHAPITRE 9 — [LES PÉCHÉS CONTRE LE PROCHAIN] 113

Leçon 1 — [Jr 8, 23‑9, 4] 113

Leçon 2 — [Jr 9, 6‑8] 116

Leçon 3 — [Jr 9, 9‑13] 117

Leçon 4 — [Jr 9, 14‑20] 119

Leçon 5 — [Jr 9, 21] 120

Leçon 6 — [Jr 9, 22‑24] 121

CHAPITRE 10 — [C’EST UNE GRANDE NATION QUI VA TOMBER] 123

Leçon 1 — [Jr 10, 1‑5] 123

Leçon 2 — [Jr 10, 6‑8] 126

Leçon 3 — [Jr 10, 8‑10] 127

Leçon 4 — [Jr 10, 11‑13] 128

Leçon 5 — [Jr 10, 14‑16] 129

Leçon 6 — [Jr 10, 17‑20] 130

Leçon 7 — [Jr 10, 21] 131

Leçon 8 — [Jr 10, 22] 132

Leçon 9 — [Jr 10, 23‑25] 132

CHAPITRE 11 — [LE PEUPLE DE L’ALLIANCE VA TOMBER] 134

Leçon 1 — [Jr 11, 1‑5] 134

Leçon 2 — [Jr 11, 7‑10] 136

Leçon 3 — [Jr 11, 11‑17] 138

Leçon 4 — [Jr 11, 18‑23] 140

CHAPITRE 12 — [DIEU AGIRA AVEC JUSTICE EN FRAPPANT CE PEUPLE] 144

Leçon 1 — [Jr 12, 1‑6] 144

Leçon 2 — [Jr 12, 7‑9] 147

Leçon 3 — [Jr 12, 9‑12] 150

Leçon 4 — [Jr 12, 13] 152

Leçon 5 — [Jr 12, 14‑16] 152

CHAPITRE 13 — [UN PEUPLE ATTACHÉ À DIEU VA TOMBER] 154

Leçon 1 — [Jr 13, 1‑7] 154

Leçon 2 — [Jr 13, 8‑27] 156

CHAPITRE 14 — [INTERCESSION DE JÉRÉMIE POUR CE PEUPLE] 164

Leçon 1 — [Jr 14, 1‑6] 164

Leçon 2 — [Jr 14, 7‑12] 166

Leçon 3 — [Jr 14, 13‑18] 168

Leçon 4 — [Jr 14, 19‑22] 170

CHAPITRE 15 — [MAIS DIEU REJETTE CETTE PRIÈRE] 173

Leçon 1 — [Jr 15, 1‑4] 173

Leçon 2 — [Jr 15, 5‑9] 176

Leçon 3 — [Jr 15, 10‑14] 178

Leçon 4 — [Jr 15, 15‑18] 180

Leçon 5 — [Jr 15, 19‑21] 182

CHAPITRE 16 — [JÉRÉMIE DOIT QUITTER CE PEUPLE] 184

Leçon 1 — [Jr 16, 1‑9] 184

Leçon 2 — [Jr 16, 10‑21] 187

CHAPITRE 17 — [L’ENTÊTEMENT DU PEUPLE JUIF] 191

Leçon 1 — [Jr 17, 1‑10] 191

Leçon 2 — [Jr 17, 11‑14] 197

Leçon 3 — [Jr 17, 15‑18] 198

Leçon 4 — [Jr 17, 19‑27] 200

CHAPITRE 18 — [SON MÉPRIS POUR LES PROPHÉTIES] 203

Leçon 1 — [Jr 18, 1‑6] 203

Leçon 2 — [Jr 18, 7‑11] 205

Leçon 3 — [Jr 18, 12‑17] 207

Leçon 4 — [Jr 18, 19‑23] 209

CHAPITRE 19 — [L’IMMINENCE DU CHÂTIMENT] 213

Leçon 1 — [Jr 19, 1‑9] 213

Leçon 2 — [Jr 19, 10‑13] 216

Leçon 3 — [Jr 19, 14‑15] 216

CHAPITRE 20 — [PROPHÉTIE CONTRE LES DIRIGEANTS DU PEUPLE JUIF] 217

Leçon 1 — [Jr 20, 1‑6] 217

Leçon 2 — [Jr 20, 7‑13] 220

Leçon 3 — [Jr 20, 14‑18] 223

CHAPITRE 21 — [PROPHÉTIE CONTRE LES ROIS DE CE PEUPLE] 226

Leçon 1 — [Jr 21, 1‑5] 226

Leçon 2 — [Jr 21, 6‑14] 227

CHAPITRE 22 — [CES ROIS JUIFS SERONT PUNIS] 229

Leçon 1 — [Jr 22, 1‑12] 229

Leçon 2 — [Jr 22, 13‑23] 233

Leçon 3 — [Jr 22, 24‑28] 237

Leçon 4 — [Jr 22, 29‑30] 238

CHAPITRE 23 — [PROPHÉTIE CONTRE LES DIRIGEANTS - SUITE] 240

Leçon 1 — [Jr 23, 1‑3] 240

Leçon 2 — [Jr 23, 3-6] 241

Leçon 3 — [Jr 23, 7-8] 244

Leçon 4 — [Jr 23, 9-14] 244

Leçon 5 — [Jr 23, 11-15] 246

Leçon 6 — [Jr 23, 16-21] 247

Leçon 7 — [Jr 23, 23-29] 250

Leçon 8 — [Jr 23, 30-32] 252

Leçon 9 — [Jr 23, 33-39] 253

CHAPITRE 24 — [PROPHÉTIE CONTRE LES DIRIGEANTS DE TOUTES LES NATIONS] 255

Leçon unique — [Jr 24, 1-10] 255

CHAPITRE 25 — [PROPHÉTIE CONTRE LES DIRIGEANTS DE BABYLONE] 258

Leçon 1 — [Jr 25, 8-14] 258

Leçon 2 — [Jr 25, 8-14] 260

Leçon 3 — [Jr 25, 15-26] 261

Leçon 4 — [Jr 25, 27-29) 263

Leçon 5 — [Jr 25, 30-33] 264

Leçon 6 — [Jr 25, 34-38] 266

CHAPITRE 26 — [CONSPIRATION DES DIRIGEANTS CONTRE JÉRÉMIE] 267

Leçon 1 — [Jr 26, 1] 268

Leçon 2 — [Jr 26, 2‑6] 268

Leçon 3 — [Jr 26, 7‑9] 269

Leçon 4 — [Jr 26, 10‑16] 270

Leçon 5 — [Jr 26, 17‑24] 271

CHAPITRE 27 — [LES FAUSSES CONSOLATIONS DES FAUX PROPHÈTES] 273

Leçon 1 — [Jr 27, 1-11] 273

Leçon 2 — [Jr 27, 12-15] 276

Leçon 3 — [Jr 27, 16-22] 277

CHAPITRE 28 — [LES DIVERS FAUX PROPHÈTES] 279

Leçon 1 — [Jr 28, 1-4] 279

Leçon 2 — [Jr 28, 5‑9] 280

Leçon 3 — [Jr 28, 10-11] 281

Leçon 4 — [Jr 28, 12‑17] 282

CHAPITRE 29 — [LES FAUX CONSOLATEURS DES CAPTIFS DE BABYLONE] 283

Leçon 1 — [Jr 29, 1‑15] 283

Leçon 2 — [Jr 29, 16‑20] 287

Leçon 3 — [Jr 29, 21-22] 288

Leçon 4 — [Jr 29, 23] 289

Leçon 5_ 289

Leçon 6 — [Jr 29, 24‑28] 290

Leçon 7 — [Jr 29, 31‑32] 291

CHAPITRE 30 — [MAIS LA CONSOLATION VIENDRA] 292

Leçon 1 — [Jr 30, 1‑3] 292

Leçon 2 — [Jr 30, 4‑11] 294

Leçon 3 — [Jr 30, 12‑22] 297

Leçon 4 — [Jr 30, 23‑24] 301

CHAPITRE 31 — [LA PROSPÉRITÉ REVIENDRA] 302

Leçon 1 — [Jr 31, 1-6] 302

Leçon 2 — [Jr 31, 7‑9] 305

Leçon 3 — [Jr 31, 10‑14] 306

Leçon 4 — [Jr 31, 15‑17] 308

Leçon 5 — [Jr 31, 18‑19] 309

Leçon 6 — [Jr 31, 20] 311

Leçon 7 — [Jr 31, 21] 312

Leçon 8 — [Jr 31, 21‑22] 312

Leçon 9 — [Jr 31, 23‑26] 313

Leçon 10 — [Jr 31, 27‑34] 314

Leçon 11 — [Jr 31, 35‑37] 316

Leçon 12 — [Jr 31, 38‑40] 317

CHAPITRE 32 — [L’ÉPOQUE DE LA CONSOLATION] 319

Leçon 1 — [Jr 32, 1‑11] 319

Leçon 2 — [Jr 32, 12‑15] 321

Leçon 3 — [Jr 32, 16‑19] 322

Leçon 4 — [Jr 32, 20‑24] 324

Leçon 5 — [Jr 32, 25] 325

Leçon 6 — [Jr 32, 26‑41] 325

Leçon 7 — [Jr 32, 41-44] 328

CHAPITRE 33 — [LA CONSOLATION PARTICULIÈRE DES DEUX TRIBUS DE JUDAS] 329

Leçon 1 — [Jr 33, 1‑9] 329

Leçon 2 — [Jr 33, 10‑11] 332

Leçon 3 — [Jr 33, 12‑13] 333

Leçon 4 — [Jr 33, 14‑17] 333

Leçon 5 — [Jr 33, 18] 335

Leçon 6 — [Jr 33, 19‑22] 335

Leçon 7 — [Jr 33, 23‑26] 336

CHAPITRE 34 — [CERTITUDE DE LA MENACE] 336

Leçon 1 — [Jr 34, 1‑7] 336

Leçon 2 — [Jr 34, 8‑11] 338

Leçon 3 — [Jr 34, 12‑22] 339

CHAPITRE 35 — [INVITATION À L’OBÉISSANCE] 341

Leçon 1 — [Jr 35, 1‑11] 341

Leçon 2 — [Jr 35, 12-19] 343

CHAPITRE 36 — [LE DESTIN DES ÉCRITS] 344

Leçon 1 — [Jr 36, 1‑4] 344

Leçon 2 — [Jr 36, 5‑10] 345

Leçon 3 — [Jr 36, 11-16] 347

Leçon 4 — [Jr 36, 16-21] 348

Leçon 5 — [Jr 36, 22‑25] 349

Leçon 6 — [Jr 36, 26] 350

Leçon 7 — [Jr 36, 27‑32] 351

CHAPITRE 37 — [LES RAISONS DE LA PERSÉCUTION DU PROPHÈTE] 352

Leçon 1 — [Jr 37, 1‑5] 352

Leçon 2 — [Jr 37, 6‑10] 353

Leçon 3 — [Jr 37, 11‑12] 354

Leçon 4 — [Jr 37, 13] 354

Leçon 5 — [Jr 37, 14‑21] 354

CHAPITRE 38 — [LE REJET DE SA PRÉDICATION] 356

Leçon 1 — [Jr 38, 1‑13] 356

Leçon 2 — [Jr 38, 14‑27] 359

Leçon 3 — [Jr 38, 28] 362

CHAPITRE 39 — [ENSEIGNEMENT POUR L’AVENIR DU PEUPLE] 362

Leçon 1 — [Jr 39, 1‑9] 362

Leçon 2 — [Jr 39, 10‑18] 365

CHAPITRE 40 — [UN RESTE DU PEUPLE SERA SAUVÉ] 366

Leçon 1 — [Jr 40, 1‑6] 366

Leçon 2 — [Jr 40, 7‑13] 368

Leçon 3 — [Jr 40, 14‑16] 368

CHAPITRE 41 — [UN MASSACRE VENANT DES TRIBUS D’ISMAËL] 369

Leçon 1 — [Jr 41, 1‑3] 369

Leçon 2 — [Jr 41, 4‑8] 370

Leçon 3 — [Jr 41, 9] 371

Leçon 4 — [Jr 41, 10‑18] 371

CHAPITRE 42 — [DERNIÈRE INSTRUCTION AU PEUPLE ET À BARUCH] 372

Leçon 1 — [Jr 42, 1‑6] 373

Leçon 2 — [Jr 42, 7‑11] 374

EXPLICATION DES LAMENTATIONS DE JÉRÉMIE, traduction par madame Dominique Pillet, 2005  375

PROLOGUE DE SAINT THOMAS_ 376

CHAPITRE 1 — [PRÉSENTATION DU LIVRE] 381

Leçon 1 — [Lam 1, 1] 381

Leçon 2 — [Lam 1, 2] 384

Leçon 3 — [Lam 1, 3] 385

Leçon 4 — [Lam 1, 4] 388

Leçon 5 — [Lam 1, 5] 389

Leçon 6 — [Lam 1, 6] 391

Leçon 7 — [Lam 1, 7] 392

Leçon 8 — [Lam 1, 8] 393

Leçon 9 — [Lam 1, 9] 394

Leçon 10 — [Lam 1, 10] 395

Leçon 11 — [Lam 1, 11] 396

Leçon 12 — [Lam 1, 12] 397

Leçon 13 — [Lam 1, 13] 398

Leçon 14 — [Lam 1, 14] 399

Leçon 15 — [Lam 1, 15] 400

Leçon 16 — [Lam 1, 16] 401

Leçon 17 — [Lam 1, 17] 402

Leçon 18 — [Lam 1, 18] 403

Leçon 19 — [Lam 1, 19] 403

Leçon 20 — [Lam 1, 20] 404

Leçon 21 — [Lam 1, 21] 405

Leçon 22 — [Lam 1, 22] 406

CHAPITRE 2 — [PLEURS SUR LA DESTRUCTION DE LA CITÉ ET DU PEUPLE] 406

Leçon 1 — [Lam 2, 1] 406

Leçon 2 — [Lam 2, 2] 408

Leçon 3 — [Lam 2, 3] 409

Leçon 4 — [Lam 2, 4] 410

Leçon 5 — [Lam 2, 5] 411

Leçon 6 — [Lam 2, 6] 411

Leçon 7 — [Lam 2, 7] 412

Leçon 8 — [Lam 2, 8] 413

Leçon 9 — [Lam 2, 9] 414

Leçon 10 — [Lam 2, 10] 415

Leçon 11 — [Lam 2, 11] 416

Leçon 12 — [Lam 2, 12] 417

Leçon 13 — [Lam 2, 13] 418

Leçon 14 — [Lam 2, 14] 419

Leçon 15 — [Lam 2, 15] 421

Leçon 16 — [Lam 2, 16] 421

Leçon 17 — [Lam 2, 17] 422

Leçon 18 — [Lam 2, 18] 423

Leçon 19 — [Lam 2, 19] 424

Leçon 20 — [Lam 2, 20] 425

Leçon 21 — [Lam 2, 21] 426

CHAPITRE 3 — [LE DÉSESPOIR DU PEUPLE] 428

Leçon 1 — [Lam 3, 1] 428

Leçon 2 — [Lam 3, 4-6] 430

Leçon 3 — [Lam 3, 7-9] 431

Leçon 4 — [Lam 3, 10-12] 431

Leçon 5 — [Lam 3, 13-15] 432

Leçon 6 — [Lam 3, 16-18] 433

Leçon 7 — [Lam 3, 19-21] 434

Leçon 8 — [Lam 3, 22-24] 435

Leçon 9 — [Lam 3, 25-27] 436

Leçon 10 — [Lam 3, 28-30] 437

Leçon 11 — [Lam 3, 31-33] 438

Leçon 12 — [Lam 3, 34-36] 439

Leçon 13 — [Lam 3, 37-39] 440

Leçon 14 — [Lam 3, 40-42] 441

Leçon 15 — [Lam 3, 43-45] 443

Leçon 16 — [Lam 3, 46-48] 443

Leçon 17 — [Lam 3, 49-51] 444

Leçon 18 — [Lam 3, 52-54] 445

Leçon 19 — [Lam 3, 55-57] 446

Leçon 20 — [Lam 3, 58-60] 447

Leçon 21 — [Lam 3, 61-63] 448

Leçon 22 — [Lam 3, 64-66] 448

CHAPITRE 4 — [PLEURS SUR LES MALHEURS DU SIÈGE] 449

Leçon 1 — [Lam 4, 1] 450

Leçon 2 — [Lam 4, 2] 451

Leçon 3 — [Lam 4, 3] 451

Leçon 4 — [Lam 4, 4] 453

Leçon 5 — [Lam 4, 5] 453

Leçon 6 — [Lam 4, 6] 454

Leçon 7 — [Lam 4, 7] 455

Leçon 8 — [Lam 4, 8] 456

Leçon 9 — [Lam 4, 9] 456

Leçon 10 — [Lam 4, 10] 456

Leçon 11 — [Lam 4, 11] 457

Leçon 12 — [Lam 4, 12] 457

Leçon 13 — [Lam 4, 13] 458

Leçon 14 — [Lam 4, 14] 458

Leçon 15 — [Lam 4, 15] 459

Leçon 16 — [Lam 4, 16] 460

Leçon 17 — [Lam 4, 17] 460

Leçon 18 — [Lam 4, 18] 461

Leçon 19 — [Lam 4, 19] 461

Leçon 20 — [Lam 4, 20] 461

Leçon 21 — [Lam 4, 21] 462

Leçon 22 — [Lam 4, 22] 463

CHAPITRE 5 — [LE REMÈDE DE LA PRIÈRE] 463

TABLE DES CITATIONS BIBLIQUES 471

INDEX THEMATIQUE_ 488

 

 

 

AVERTISSEMENT

 

            1. En l’absence d’une édition critique du commentaire de Jérémie et des Lamentations par saint Thomas d’Aquin, la présente traduction française se fonde sur l’édition électronique des Opera omnia de Thomas d’Aquin, réalisée par Enrique Alarcón, dans le cadre du Corpus thomisticum (Université de Navarre, 2006) : http://www.corpusthomisticum.org/. On retiendra que le commentaire de Jérémie nous est parvenu sous la forme d’une reportatio (notes prises par un auditeur, sans doute revues par Thomas d’Aquin lui-même), assez proche du style oral. On notera enfin que le commentaire est resté inachevé.

            2. Dans le texte latin du commentaire, seules les références aux chapitres de la Bible sont indiquées, puisque que tel était l’usage au XIIIe siècle. Toutefois, pour la commodité du lecteur, les références aux versets ont été ajoutées dans la présente traduction, chaque fois que ceux-ci ont pu être identifiés. De même, les références exactes ont été rétablies en cas d’erreur. Les abréviations des livres bibliques sont celles de La Bible de Jérusalem, Paris, 1998. En cas de différence de numérotation des versets entre la version latine de la Bible et La Bible de Jérusalem, la numérotation de La Bible de Jérusalem a été retenue. La traduction française des textes bibliques suit d’aussi près que possible la version latine de la Bible utilisée par Thomas d’Aquin. On ne s’étonnera donc pas de certains écarts par rapport à la version latine de la Bible reçue depuis le XVIe siècle ou par rapport à une traduction moderne de la Bible.

            3. Les passages bibliques commentés par Thomas d’Aquin sont cités en majuscules dans le corps du texte. Nous indiquons aussi en majuscules et entre crochets le contexte des mots commentés par Thomas d’Aquin, lorsque cela semble nécessaire pour la compréhension du commentaire. Les autres citations bibliques sont données en italiques. Afin de faciliter le repérage des passages commentés, la référence au chapitre et au verset est donnée en caractères gras entre crochets à l’endroit où débute le commentaire de Thomas d’Aquin sur chaque verset. Les citations autres que les citations bibliques sont placées entre guillemets.

            4. La traduction de Jérémie a été réalisée par Jacques Ménard à la fin de 2005 et en 2006. La traduction des Lamentation par madame Dominique Pillet, en 2005, ainsi que les index. La coordination des travaux et la mise en forme de l’édition électronique ont été assurés par Arnaud Dumouch, pour le site http ://docteurangelique.free.fr

 

NOTE CRITIQUE

 

Le Commentaire sur Jérémie a certainement été enseigné après celui sur Isaïe, donc au début du premier enseignement de Thomas d’Aquin à Paris comme bachelier biblique, à savoir dans l'année scolaire 1251-1252 ou 1252-1253.  Mais à la différence du Commentaire sur Isaïe qui a bénéficié d'une assez large diffusion, celui sur Jérémie ne nous a été transmis que par cinq manuscrits dont trois sont tardifs. Un autre, également tardif mais probablement important, est inaccessible actuellement. On sait qu'il a été vendu aux enchères en Australie en 1945, mais l'acquéreur est inconnu. Le seul manuscrit ancien est malheureusement très fautif. Ce commentaire est incomplet, finissant au ch. 22 alors qu'il y en a 52. On peut se demander si la fin est perdue ou si Thomas n'a pas eu le temps de terminer. Dans cette dernière hypothèse, il faut remarquer que dans les 23 premiers chapitres, comme dans Isaie, le commentaire est complété par des remarques théologiques (voir aussi la note 3 de l’Explication de Jérémie) et que plus on avance vers la fin, plus le commentaire tend à se limiter à la divisio textus. Quant au Commentaire sur les Lamentations de Jérémie, il est encore plus mal attesté. En dehors de la première édition imprimée, source de toutes les suivantes, on n'en connait qu'un manuscrit qui attribue le texte non à saint Thomas mais à Augustin d'Ancone. Ce commentaire est très rudimentaire, assez analogue sous ce rapport à la fin de celui sur Jérémie. S'il est authentique, il faudrait le dater de la même année, mais l'attribution reste discutée. Arnaud Dumouch http ://docteurangelique.free.fr

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Textum Parmae 1863 editum
ac automato translatum a Roberto Busa SJ in taenias magneticas
denuo recognovit Enrique
Alarcón atque instruxit

EXPLICATION DU PROPHÈTE JÉRÉMIE, traduction par Jacques Ménard, 2005-2006

 

 

Prooemium

 

PROLOGUE DE SAINT THOMAS[1] — [LE LIVRE DE JÉRÉMIE]

[85027] In Jeremiam, pr. Hic est fratrum amator, et populi Israel; hic est qui multum orat pro populo et universa sancta civitate, Jeremias propheta Dei. 2 Mach. ult. Verba ista sunt Oniae summi sacerdotis ad Judam Machabaeum, in visione Jeremiam commendantis. Ex quibus quatuor possunt accipi circa praesens opus quod prae manibus habetur; scilicet auctor, materia, modus, et utilitas. Circa auctorem tria designat praesens auctoritas; scilicet officium, affectum et actum. In officio ostenditur prophetalis dignitas : unde dicit : Jeremias propheta domini. In affectu fraterna caritas : unde dicit : hic est fratrum amator. In actu compassionis pietas : unde dicit : hic est qui multum orat pro populo, et universa sancta civitate. Dicitur autem propheta Dei ad differentiam aliorum qui non sunt prophetae Dei. Sunt enim quidam prophetae caeli, quidam prophetae Diaboli, quidam prophetae Dei. Prophetae caeli sunt qui ex figuris caeli in motibus siderum futura conjicere student; et de istis dicitur Isa. 47 : stent, et salvent te augures caeli, qui contemplabantur sidera, et supputabant menses, ut ex eis annuntiarent ventura tibi. Et ad hunc modum prophetiae reducitur omnis divinatio, quae fit per aliquas causas vel signa in rebus naturalibus inventa. Prophetae Diaboli sunt qui ex revelatione Daemonum aliqua futura cognoscunt, quae quidem, ut dicit Augustinus, ipsi Daemones cognoscunt experientia longi temporis, vel perspicacitate naturae, vel revelatione supernorum spirituum. Et de istis dicitur infra 2 : prophetae prophetaverunt in Baal, et idola secuti sunt. Prophetae autem Dei sunt qui mediantibus Angelis, ut dicit Dionysius, de futuris a Deo illuminationem accipiunt. Unde Cassiodorus dicit, quod prophetia est divina inspiratio rerum eventus immobili veritate denuntians. Et ideo dicitur Luc. 1 : tu puer propheta altissimi vocaberis, et cetera. Prima prophetia contemnenda est, quia vana : non enim habet immobilem veritatem. Effectus enim recipiunt contingentiam a causis proximis, non necessitatem a causis primis. Et ideo dicitur infra 10 : a signis caeli nolite metuere. Secunda est fugienda omnino, quia deceptoria et perniciosa. Zach. 13 : pseudoprophetas, et spiritum immundum auferam de terra. Tertia est sequenda et tenenda, quia illuminativa. 2 Petr. 1 : habemus firmiorem propheticum sermonem, cui bene facitis attendentes, quasi lucernae lucenti in caliginoso loco. Dicuntur autem isti sancti prophetae, prophetae Dei propter tria. Primo quia a Deo inspirati. Joel. 2 : effundam de spiritu meo super omnem carnem, et prophetabunt filii vestri, et filiae vestrae. E contrario de falsis prophetis, qui per spiritum suum loquuntur, dicitur Ezech. 13 : vae prophetis insipientibus qui sequuntur spiritum suum, et nihil vident. Secundo quia a Deo missi. Matth. 23 : ecce ego mitto ad vos prophetas, et sapientes, et Scribas. Isa. 29 : et nunc misit me dominus, et spiritus ejus. E contrario de falsis prophetis infra 23 : non mittebam eos, et ipsi currebant; non loquebar ad eos, et ipsi prophetabant. Tertio quia Deum testificati (Act. 10) : huic omnes prophetae testimonium perhibent, et cetera. Isa. 44 : vos estis testes mei. Affectus autem ostenditur fervens fraterna caritate : unde dicit : hic est fratrum amator. Affectus autem prophetarum tripliciter variatur. Quidam enim sunt amatores lucri. Isa. 56 : dormientes, et amantes somnia : et canes impudentissimi nescierunt saturitatem, et cetera. Quidam amatores favoris humani, de quibus Matth. 23 : amant primos recubitus in caenis. Sed tertii sunt amatores populi, implentes illud apostoli ad Heb. ult. : caritas fraternitatis maneat in vobis, et hospitalitatem nolite oblivisci. Primi spoliabant divitiis. Michaeae 3 : haec dicit dominus super prophetas qui seducunt populum meum, qui mordent dentibus, et praedicant pacem. Ezech. 13 : violabant me ad populum meum propter pugillum hordei et fragmen panis, ut interficerent animas quae non moriuntur, et vivificarent animas quae non vivunt, mentientes populo meo credenti mendaciis. Secundi decipiebant blanditiis. Ezech. 22 : prophetae ejus liniebant eos absque temperamento, videntes vana et divinantes eis mendacium. Sed tertii instruebant veris doctrinis. Infra 3 : dabo vobis pastores juxta cor meum, et pascent vos scientia et doctrina. In actu autem ipsius, ostenditur pia compassio ejus ad populum suum, ibi, hic est qui multum orat. Est oratio ejus multa, sive magna tripliciter. Primo altitudine contemplationis. Infra 18 : recordare quod steterim in conspectu tuo, ut loquerer pro eis bonum, et averterem indignationem tuam ab eis. In conspectu ejus astare est per contemplationem praesto esse. Secundo fuit magna ex magnitudine compassionis. Thren. 2 : conturbata sunt viscera mea, effusum est in terra jecur meum. Tertio fuit magna assiduitate temporis, quia ante captionem, et post. Unde Jacobi ult. : multum valet deprecatio justi assidua. Et haec tria, scilicet prophetalis dignitas, fraternalis caritas, et compassionis pietas, necessaria sunt prophetae. Cum ergo propheta constituatur quasi medius inter Deum et populum, sicut dicitur Deut. 5 : ego sequester et medius fui inter Deum et vos : oportet quod per donum prophetiae conjungatur Deo, sicut dicitur Sapien. 7 : per nationes in animas sanctas se transfert; et per caritatis vinculum jungatur populo. Ephes. 4 : soliciti servare unitatem spiritus in vinculo pacis. Et sic orando causam populi referant ad Deum, et praedicando causam Dei ad populum. Ex his autem tribus statim apparent alia tria. Ex officio enim patet modus : procedit enim per similitudines et figuras, qui proprius modus prophetarum est. Num. 12 : si quis fuerit inter vos propheta domini, in visione apparebo ei, et per somnium loquar ad illum. Ex affectu patet utilitas : sicut enim dicitur Eccli. 6 : amicus fidelis medicamentum vitae et immortalitatis. Est enim finis bene vivere, et ad immortalitatis gloriam pervenire. Sed materia apparet ex actu : est enim materia secundum sensum historicum captivitas populi, quae compassionis orationem excitabat. Unde dicitur Baruch 3 : anima in angustiis et spiritus anxius clamant ad te. Hic autem libro Jeremiae, qui librum de Hebraeo in Latinum transtulit, praemittit prooemium in quo more theorico tria facit. Primo reddit attentos; secundo dociles facit, ibi, hic vaticinari exorsus est puer; tertio benevolos, ibi, quod nos mensurae metri versibusque reddidimus. Reddit autem attentos dupliciter. Primo ex Scripturae profunditate; secundo ex scribentis auctoritate, ibi, sacerdos ex sacerdotibus. Circa primum duo facit. Primo commendat profunditatem mysterii, in quo aequat ipsum aliis prophetis, ibi, sed sensibus par. Et causam ostendit, unitatem spiritus inspirantis, ibi, quippe qui eodem spiritu prophetaverit. 1 Corinth. 14 : spiritus est qui loquitur mysteria. Job 32 : inspiratio omnipotentis dat intelligentiam. Secundo excusat rusticitatem eloquii, ibi, porro simplicitas eloquii, de loco ei in quo natus est, accidit. Et ideo ipse dicit infra 1 : nescio loqui, quia puer ego sum. Auctoritatem autem scribentis ostendit ex tribus. Primo ex genere simul et dignitate, ibi, sacerdos ex sacerdotibus : unde suum erat docere legem. Malach. 2 : labia sacerdotis custodiunt scientiam, et legem requirunt ex ore ejus. Secundo ex privilegiata sanctitate : et in matris utero sanctificatus. Unde dicitur cap. 1 : antequam exires de vulva, sanctificavi te. Tertio ex carnis integritate, virginitate, quae probatur ex hoc quod dicitur infra 16 : non accipies uxorem in loco isto, et non erunt tibi filii. Hic vaticinari exorsus est puer. Hic reddit dociles, determinans tempus : captivitatem urbis non solum spiritu, futuram, sed et oculis carnis intuitus est, praesentem : et determinans materiam, quia scilicet non decem tribubus, sed tantum duabus prophetavit. Jam decem tribus Israel, Assyrii in Medos transtulerant. 4 enim Reg. 17, patet, quod decem tribus captivatae sunt a rege Assyriorum tempore Achaz regis Juda. Coloniae, idest alienigenae ad incolendam terram adducti. Planxit, in threnis. Quod nos mensurae metri, versibusque reddidimus. Hic reddit benevolos ex persona sua, tribus locis. Primo de bonis a se factis sine arrogantia, dicens : quod nos mensurae, singulis scilicet versibus litteras ordinatim praescribentes, quantum ad threnos; per ordinem, quantum ad ipsum librum Jeremiae. Secundo crimen illatum diluit, excusans se de Baruch, quam praetermisit. Librum autem Baruch notarii ejus, qui apud Hebraeos nec legitur nec habetur, praetermisimus. Tertio ostendit quae sibi difficultates instent ex contradictione aemulorum : unde primo ponit eorum invidiam, pro his omnibus : secundo ponit assumpti laboris causam, et haec patior, quia vos cogitis. Ceterum; quasi dicat : nisi essent preces vestrae, poteram eorum rabiem nihil transferendo evadere.

 

1.         CELUI-CI EST L’AMI DE SES FRÈRES, QUI PRIE BEAUCOUP POUR LE PEUPLE ET POUR LA VILLE SAINTE TOUT ENTIÈRE, JÉRÉMIE, LE PROPHÈTE DE DIEU (2 M 15, 14). Ces paroles sont celles d’Onias, le grand prêtre, adressées à Judas Macchabée, alors qu’il faisait l’éloge de Jérémie au cours d’une vision. On peut tirer quatre choses de ces [paroles] à propos de l’ouvrage présent qu’on a en main : son auteur, son objet, son mode et son utilité.

2.         À propos de l’auteur, la présente autorité indique trois choses : sa fonction, son sentiment et son comportement. Pour ce qui est de la fonction, sa dignité prophétique est montrée. [Onias] dit ainsi : JÉRÉMIE, LE PROPHÈTE DU SEIGNEUR. Pour ce qui est du sentiment, [il parle] de charité fraternelle. Il dit ainsi : CELUI-CI EST L’AMI DE SES FRÈRES. [Il parle] de ce qu’il a fait [en indiquant] la tendresse de sa compassion. Il dit ainsi : CELUI QUI PRIE BEAUCOUP POUR LE PEUPLE ET POUR LA VILLE SAINTE TOUT ENTIÈRE.

3.         Il est appelé PROPHÈTE DE DIEU, à la différence des autres, qui ne sont pas prophètes de Dieu. En effet, certains sont prophètes du ciel, certains, prophètes du Diable, certains, prophètes de Dieu. Les prophètes du ciel sont ceux qui s’efforcent de conjecturer l’avenir à partir des figures du ciel selon le mouvement des astres. Il est dit d’eux en Is 47, 13 : Qu’ils se lèvent et qu’ils te sauvent, les augures du ciel, qui contemplaient les astres et supputaient les mois afin d’annoncer à partir d’eux ce qu’il t’adviendra. Et toute divination se ramène à ce mode de prophétie : elle est faite à partir de certaines causes ou de signes trouvés dans les choses naturelles. Les prophètes du Diable sont ceux qui, à partir de la révélation des démons, connaissent certaines choses à venir, que «les démons eux-mêmes, comme le dit Augustin, connaissent depuis longtemps par expérience ou par la perspicacité de leur nature, ou par une révélation des esprits d’en haut». D’eux, il est dit plus loin : Les prophètes ont prophétisé pour Baal, et ils ont suivi une idole (Jr 2, 8). Mais les prophètes de Dieu sont ceux qui, «par l’intermédiaire des anges, comme le dit Denys, reçoivent de Dieu une illumination à propos du futur». C’est ainsi que Cassiodore dit que «la prophétie est une inspiration divine annonçant des choses à venir selon une vérité immuable». C’est pourquoi il est dit en Lc 1, 76 : Et toi, petit enfant, tu seras appelé prophète du Très-Haut, etc.

4.         La première prophétie doit être méprisée parce qu’elle est vaine. En effet, elle ne possède pas une vérité immuable, car les effets reçoivent une contingence de leurs causes prochaines, et non une nécessité [fondée] sur les causes premières. C’est pourquoi il est dit plus loin : Ne craignez pas les signes dans le ciel (Jr 10, 2). La deuxième [prophétie] doit être fuie par tous, car elle est trompeuse et pernicieuse. Za 13, 2 : J’enlèverai de la terre les faux prophètes et l’esprit impur. La troisième doit être suivie et retenue, car elle éclaire. 2 P 1, 19 : Nous avons un esprit prophétique plus ferme auquel vous faites bien de porter attention, comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur. Ceux-ci sont appelés les saints prophètes, les prophètes de Dieu, pour trois raisons. Premièrement, parce qu’ils ont été inspirés par Dieu. Jl 3, 1 : Je répandrai de mon Esprit sur toute chair, et vos fils et vos filles prophétiseront. Au contraire, des faux prophètes qui parlent par leur esprit, Ez 13, 3 dit : Malheur aux prophètes insensés qui suivent leur propre esprit et ne voient rien. Deuxièmement, parce qu’ils sont envoyés par Dieu. Mt 23, 34 : Voici que je vous envoie des prophètes, des sages et des scribes. Is 36, 12 : Et maintenant, le Seigneur m’a envoyé ainsi que son Esprit. Au contraire, il est dit plus loin des faux prophètes : Je ne les envoyais pas, et ils couraient ; je ne leur parlais pas, et ils prophétisaient (Jr 23, 21). Troisièmement, parce qu’ils ont témoigné de Dieu : Tous les prophètes lui rendent témoignage, etc. (Ac 10, 43). Is 44, 8 : Vous êtes mes témoins.

5.         Le sentiment [de Jérémie] est brûlant de charité fraternelle. Aussi [Onias] dit-il : CELUI-CI EST L’AMI DE SES FRÈRES. Or, le sentiment des prophètes se différencie de trois manières. En effet, certains aiment le gain. Is 56, 10 : Ils dorment et ils aiment les songes, et comme les chiens les plus effrontés, ils n’ont pas connu la satiété, etc. Certains aiment la faveur humaine. D’eux, Mt 23, 6 [dit] : Ils aiment les premières places lors des banquets. Mais les troisièmes aiment le peuple, en accomplissant ce que dit l’Apôtre, He 13, 2 : Que la charité fraternelle demeure en vous et n’oubliez pas l’hospitalité. Les premiers dépouillaient [le peuple] de ses richesses. Mi 3, 5 : Voici ce que dit le Seigneur à propos des prophètes qui séduisent mon peuple, qui le mordent à pleines dents et annoncent la paix. Ez 13, 19 : Vous me déshonorez devant mon peuple pour une poignée d’orge et un morceau de pain, en faisant mourir des gens qui ne doivent pas mourir, en épargnant ceux qui ne doivent pas vivre, en mentant à mon peuple qui croit aux mensonges. Les deuxièmes [le] trompaient par leurs flatteries. Ez 22, 28 : Ses prophètes le flattaient sans modération, par leurs visions vaines et par leurs divinations mensongères. Mais les troisièmes l’instruisaient de leurs enseignements vrais. Jr 3, 15 : Je vous donnerai des pasteurs selon mon cœur, et ils vous paîtront par leur science et leur enseignement.

6.         Dans son comportement, est montrée sa tendre compassion envers son peuple, en cet endroit : [CELUI] QUI PRIE BEAUCOUP. Sa prière est fréquente ou grande de trois manières. Premièrement, par l’élévation de sa contemplation. Jr 18, 20 : Rappelle-toi que je me tenais sous ton regard, afin de parler en leur faveur et de détourner d’eux ton indignation. Se tenir sous son regard, c’est en être tout proche par la contemplation. Deuxièmement, [sa prière] était grande par la grandeur de sa compassion. Lm 2, 11 : Mes entrailles sont bouleversées, mon foie s’est déversé par terre. Troisièmement, [sa prière] était grande par sa persistance dans le temps, car elle eut lieu avant et après la captivité. Ainsi, en Jc 5, 16 : La supplication persistante du juste a une grande valeur.

7.         Et ces trois choses : la dignité de prophète, la charité fraternelle et la tendresse de la compassion, sont nécessaires aux prophètes. Puisque le prophète est établi comme un intermédiaire entre Dieu et le peuple, comme il est dit en Dt 5, 5 : Moi, je me tenais entre Dieu et vous, il faut qu’il soit uni à Dieu par le don de prophétie, comme il est dit en Sg 7, 27 : [La Sagesse] passe en des âmes saintes parmi les nations, et qu’il soit uni au peuple par le lien de la charité, Ep 4, 3 : Soucieux de maintenir l’unité de l’esprit par le lien de la paix. En priant ainsi, ils présentent à Dieu la cause du peuple, et en prêchant, la cause de Dieu au peuple.

8.         Or, à partir de ces trois choses, en apparaissent aussitôt trois autres. En effet, le mode se révèle à partir de la fonction. Car [le prophète] recourt à des similitudes et à des figures, ce qui est le mode propre des prophètes. Nb 12, 6 : S’il y a parmi vous un prophète du Seigneur, je lui apparaîtrai dans des visions et je lui parlerai en songes. À partir du sentiment, se manifeste l’utilité. En effet, la fin est de bien vivre et de parvenir à l’immortalité de la gloire. Mais l’objet se manifeste par le comportement, car, selon le sens historique, l’objet est la captivité du peuple, qui suscitait une prière de compassion. Ainsi est-il dit en Ba 3, 1 : C’est un esprit angoissé et un esprit inquiet qui crient vers toi.

9.         Ici, dans le livre de Jérémie, celui qui a traduit le livre de l’hébreu en latin présente d’abord un avant-propos dans lequel il fait trois choses selon l’usage théorique. Premièrement, il les rend attentifs ; deuxièmement, il les rend dociles, en cet endroit : ALORS UN ENFANT SE MIT À PROPHÉTISER ; troisièmement, [il les rend] bienveillants, en cet endroit : CE QUE NOUS AVONS RENDU SELON LE RYTHME DE MÈTRES ET DE VERSETS.

10.       Il les rend attentifs de deux manières. Premièrement, à partir de la profondeur de l’Écriture ; deuxièmement, à partir de l’autorité de celui qui écrit, en cet endroit : UN PRÊTRE PARMI LES PRÊTRES. À propos du premier point, il fait deux choses. En premier lieu, il fait l’éloge de la profondeur du mystère, ce par quoi il s’égale aux autres prophètes, en cet endroit : MAIS ÉGAL PAR LES SENS. Et il en montre la cause, l’unité de l’Esprit qui inspire, en cet endroit : QUI A PROPHÉTISÉ PAR LE MÊME ESPRIT. 1 Co 14, 2 : C’est l’Esprit qui dit des choses mystérieuses. Jb 32, 8 : L’inspiration du Tout-Puissant donne l’intelligence. En deuxième lieu, il excuse la rugosité du discours, en cet endroit : EN OUTRE, LA SIMPLICITÉ DU DISCOURS VIENT DE L’ENDROIT OÙ IL EST NÉ. C’est pourquoi [le prophète] lui-même dit plus loin : Je ne sais pas parler, car je suis un enfant (Jr 1, 6).

11.       Il montre l’autorité de celui qui écrit par trois choses. Premièrement, par le genre en même temps que par la dignité, en cet endroit : PRÊTRE PARMI LES PRÊTRES. Il lui revenait donc d’enseigner la loi. Ml 2, 7 : Les lèvres du prêtre gardent la science et on cherche la loi dans sa bouche. Deuxièmement, par sa sainteté privilégiée : ET SANCTIFIÉ DANS LE SEIN DE SA MÈRE. C’est ainsi qu’il est dit au chapitre premier : Avant que tu ne sois sorti du sein, je t’ai sanctifié (Jr 1, 5). Troisièmement, par l’intégrité de sa chair : PAR LA VIRGINITÉ, qui est démontrée par ce qui est dit plus loin : Tu ne prendras pas de femme en cet endroit, et tu n’auras pas de fils (Jr 16, 2).

12.       CET ENFANT SE MIT DONC À PROPHÉTISER. Ici, il les rend dociles, en précisant le temps : IL A VU LA CAPTIVITÉ DE LA VILLE NON SEULEMENT EN ESPRIT, [la captivité] à venir, MAIS DE SES YEUX DE CHAIR, [la captivité] présente. En précisant aussi l’objet, car il n’a pas prophétisé pour dix tribus, mais seulement pour deux : DÉJÀ, LES ASSYRIENS AVAIENT DÉPORTÉ LES TRIBUS D’ISRAËL CHEZ LES MÈDES. Selon 2 R 17, il est clair que les dix tribus avaient été faites captives par le roi des Assyriens au temps du roi Achaz, roi de Juda. IL PLEURA, dans les Lamentations, SUR LES COLONS, c’est-à-dire les étrangers amenés pour cultiver la terre.

13.       CE QUE NOUS AVONS RENDU SELON LE RYTHME DE MÈTRES ET DE VERSETS. Ici, il les rend bienveillants envers sa propre personne pour trois raisons. Premièrement, pour le bien qu’il a fait sans arrogance, lorsqu’il dit : CE QUE NOUS AVONS RENDU SELON LE RYTHME, à savoir, en écrivant dans l'ordre alphabétique pour chacun des versets, pour ce qui est des Lamentations ; de manière ordonnée, pour ce qui est du livre même de Jérémie. En second lieu, il atténue la faute commise en se disculpant à propos de Baruch, qu’il a omis : NOUS AVONS OMIS LE LIVRE DE BARUCH, SON SECRÉTAIRE, QUI N’EST PAS LU ET NE SE TROUVE PAS CHEZ LES HÉBREUX. En troisième lieu, il montre les difficultés auxquelles il est confronté par l’opposition de ses émules. Premièrement, il expose donc leur envie : POUR TOUS CEUX-LÀ ; deuxièmement, il expose la raison du travail entrepris : ET JE SUPPORTE CELA, CAR VOUS PENSEZ..., comme s’il disait : «Si ce n’était de vos prières, j’aurais pu échapper à leur fureur en ne transmettant rien.»

 

 

Caput 1

CHAPITRE 1 — [JÉRÉMIE ET SA MISSION]

Lectio 1

Leçon 1 — [Jr 1, 1]

 [85028] In Jeremiam, cap. 1 l. 1 Iste liber more aliorum prophetarum in duas partes dividitur : scilicet in titulum, et tractatum, qui incipit ibi, et factum est verbum domini ad me, dicens. In titulo duo facit. Primo describit auctorem; secundo prophetiae tempus, ibi, quod factum est. Describitur autem auctor tripliciter. Primo ex nomine, verba Jeremiae : supple, haec sunt. Et interpretatur excelsus domino, quod competit eminentiae contemplationis. Secundo ex genere prophetali, filii Helciae : secundum regulam enim Hieronymi ubicumque prophetae pater in titulo ponitur, ipse etiam propheta fuit. Et sacerdotali, de sacerdotibus, quorum erat scire legem. Haggaei 2 : interroga sacerdotem legem. Tertio describitur ex habitatione propria : qui fuerunt in Anatoth. Acceperunt enim Levitae in singulis tribubus aliquas villas in quibus morarentur, sicut dicitur Num. 35 : de istis verbis dicitur Isa. 59 : verba mea non deficient. Sciendum est autem quod quidam prophetae intitulantur ab actu interiori : unde dicitur : visio Isaiae (vel) visio Abdiae : quidam ab actu exteriori, et isti intitulantur per verbum : sicut hic : quidam a materia comminationis, et sic intitulantur per onus, sicut Habacuc et Nahum.

 

14.       Selon l’usage des autres prophètes, ce livre se divise en deux parties : le titre et le traité, qui commence en cet endroit : ET LA PAROLE DE DIEU ME FUT ADRESSÉE EN CES TERMES (Jr 1, 4).

15.       Dans le titre, il fait deux choses. Premièrement, il décrit l’auteur ; deuxièmement, le moment de la prophétie, en cet endroit : [LA PAROLE DU SEIGNEUR] FUT ADRESSÉE (Jr 1, 2).

16.       Or, l’auteur est décrit de trois manières. Premièrement, par son nom : PAROLES DE JÉRÉMIE (Jr 1, 1), qui veut dire «élevé devant le Seigneur», ce qui convient à l’éminence de sa contemplation. Deuxièmement, par son ascendance prophétique : FILS DE HILCIAS ; en effet, selon la règle donnée par Jérôme, partout où le père d’un prophète est mis dans le titre, celui-ci était aussi prophète. Et [par son ascendance] sacerdotale : L’UN DES PRÊTRES, à qui il appartenait de connaître la loi. Ag 2, 11 : Interroge le prêtre au sujet de la loi. Troisièmement, il est décrit par son propre lieu de résidence : RÉSIDANT À ANATOT. En effet, dans chaque tribu, les lévites avaient reçu des maisons où ils pouvaient demeurer, comme il est dit en Nb 35. À propos de ces paroles, il est dit en Is 59, 21 : Mes paroles ne feront pas défaut. Or, il faut savoir que certains prophètes tirent leur titre d’un acte intérieur ; ainsi est-il dit : Vision d’Isaïe ou vision d’Abdias. Certains, d’un acte extérieur, et ceux-ci reçoivent leur titre par une parole, comme ici. Certains, de l’objet de la menace, et ainsi ils reçoivent leur titre par une charge, comme Habacuc et Nahum.

 

Lectio 2

Leçon 2 — [Jr 1, 2-3]

[85029] In Jeremiam, cap. 1 l. 2 Hic describit prophetiae tempus, quia sub tribus regibus prophetavit, de quibus habetur 4 Reg. 20, et deinceps. Sed cum supra dixerit, verba, quare hic singulariter dicit, verbum? Ad quod dicendum, quod verba prophetalia sunt quidem multa in se, sed sunt unum in sua origine, quia a verbo increato originantur. Sed cum illud verbum sit aeternum, ut dicitur Joan. 1, quomodo dicitur factum? Et dicendum, quod non dicitur factum simpliciter, sed ad aliquem; non quidem mutatione facta in verbo, sed in eo cui per verbum fit revelatio : secundum quem modum dicitur Deus factus refugium nostrum. Item quaeritur, quare non fit mentio de aliis duobus regibus, scilicet Joathan filio Josiae, et de Joachim filio Joakim, qui et alio nomine Jechonias dictus est. Et dicendum, quod uterque istorum regnavit tantum tribus mensibus, ut dicitur 4 Reg. 24. Et quia sacra Scriptura non curat minutias, computantur cum temporibus aliorum regum. Mense quinto, quo fuit destructus, licet mense quarto capta, ut dicitur infra 39.

 

17.       Ici, il décrit le moment de la prophétie, car il a prophétisé sous trois rois, dont il est question dans 2 R 20 et par la suite. Mais, puisqu’il avait dit auparavant : PAROLES, pourquoi parle-t-il ici au singulier : PAROLE (Jr 1, 2) ? Il faut dire à ce sujet que les paroles prophétiques sont multiples en elles-mêmes, mais une seule chose par leur origine, parce qu’elles tirent leur origine de la Parole incréée [le Verbe]. Mais, puisque cette Parole est éternelle, comme il est dit en Jn 1, comment est-elle dite FAITE[2] ? Il faut dire qu’elle n’est pas faite purement et simplement, mais qu’elle est faite pour quelqu’un, non pas par un changement survenu dans la Parole [le Verbe], mais en celui à qui la révélation est faite. De cette manière, on dit que Dieu devient notre refuge. De même, on demande pourquoi il n’est pas fait mention de deux autres rois, à savoir Joathan, fils de Josias, et Joachim, fils de Joakim, qui porte aussi un autre nom, Jéchonias. Et il faut dire que ces deux-là n’ont régné que trois mois, comme on le dit en 2 R 24. Et parce que la Sainte Écriture ne s’occupe pas de choses insignifiantes, ils sont inclus dans le temps des autres rois. AU CINQUIÈME MOIS (Jr 1, 3), après la destruction, bien qu’il s’agisse du quatrième mois de la captivité, comme on le dit plus loin (Jr 39, 2).

 

Lectio 3

Leçon 3 — [Jr 1, 4‑10]

[85030] In Jeremiam, cap. 1 l. 3 Hic incipit tractatus ipsius libri et primo injungitur Jeremiae prophetandi officium; secundo ponitur prophetae jam constituti vaticinium, ibi, et factum est, cap. 2. Prima in duas. In prima injungit officium; in secunda ostendit executionis modum, ibi, tu ergo accinge. Prima in duas. In prima constituitur in prophetali officio; in secunda designatur sibi prophetiae suae materia, ibi, et factum est verbum domini ad me. Prima in duas. In prima narratur prophetae praeparatio; in secunda doni prophetalis collatio, ibi, et misit dominus manum suam. Prima in tres. In prima ponitur praeparatio ex parte domini; in secunda ponitur contradictio prophetae, ibi, et dixi, a, a, a; in tertia contradictionis repulsio, ibi, et dixit dominus. Circa primum tria. Primo ponitur prophetae praeparatio : factum est verbum, vel exterius per subjectam creaturam, vel interius per inspirationem. Psal. 84 : audiam quid loquatur in me dominus Deus. Te formarem : in ipsa enim natura formante Deus operatur formam, scilicet sicut causa prima in secunda. Job 10 : pelle et carnibus vestisti me. Novi, notitia approbationis. Isa. 49 : dominus ab utero vocavit me, de ventre matris meae recordatus est nominis mei. Secundo ponitur privilegiata sanctificatio, et antequam. Eccl. 49 : male tractaverunt illum qui a ventre matris consecratus est propheta, et cetera. Tertio ponitur officii praeordinatio. Et prophetam dedi, scilicet in mea ordinatione. Isa. 44 : dedi te in lucem gentium, ut sis salus mea usque ad extremum terrae. Circa sanctificationem in utero quatuor videamus. Primo tempus. Et videtur quod ante infusionem animae possit esse hujusmodi sanctificatio, per illud quod dicit Glossa Ambrosii Luc. 1 : nondum inerat spiritus vitae, et jam inerat spiritus gratiae. Praeterea hic dicitur : priusquam te formarem in utero novi : et intelligitur de spirituali notitia, quae est approbationis : ergo ante formationem gratiam habuit. E contra videtur, quod non, antequam ex utero nascatur, quia dicit Augustinus : non potest renasci nisi jam natus : nullus autem habet gratiam nisi renatus, quia per gratiam fit quis filius Dei : ergo nec gratiam sanctificationis. Ad hoc dicendum, quod sanctificatio de qua loquimur, fit per gratiam, cujus subjectum est anima; et ideo ante infusionem animae non potest esse; sed post infusionem, ante nativitatem ex utero, fit ex speciali privilegio. Ad primum dicendum, quod spiritus vitae dicitur ibi aer exterius, libere respiratus. Vel dicitur inesse spiritus vitae, si de anima accipiatur, quando innotescit. Ad aliud dicendum, quod intelligitur de notitia approbationis, quae est secundum praedestinationem ad gratiam, et non dicitur secundum praesentem justitiam. Ad aliud dicendum, quod nullus potest renasci lege communi, regeneratione quae est per sacramenta, antequam sit natus, quia nondum subjacere potest operationibus ministrorum Ecclesiae, per quos hujusmodi gratia dispensatur. Sed Deus potentiam suam non alligavit sacramentis; et ideo ipse potest speciali privilegio aliquem in utero sanctificare. Secundo quaeritur, quibus conveniat sanctificatio ista. Et videtur quod Christo, de quo dicitur in Glossa, quod antequam de vulva exiret, sanctificatus est in utero. Sed contra. Sanctificari est de non sancto fieri sanctum : sed ipse nunquam fuit non sanctus : ergo et cetera. Item videtur quod conveniat rebus inanimatis, per id quod dicitur in Psal. 45 : sanctificavit tabernaculum suum altissimus. In contrarium est quod hujusmodi non sunt susceptiva gratiae. Et dicendum ad primum, quod non sanctum dicitur dupliciter. Vel privative, et tunc requiritur existentia subjecti; et sic Christo non convenit : aut negative; et sic convenit Christo de non sancto fieri sanctum, quia antequam esset homo, non erat sanctus sanctitate creata. Ad aliud dicendum, quod sanctum dicitur uno modo cultui divino dicatum; et sic res animatae et inanimatae sanctificari possunt : aliquando autem sanctum dicitur firmum, vel mundum vel a peccato, vel a carnali actu; et talis sanctificatio est per gratiam, et tantum in hominibus possibilis. Cum autem omnis sanctificatio ordinetur ad illam sanctissimam filii Dei conceptionem, convenienter mater, in cujus utero celebrata est illa conceptio, sanctificata fuit, et Joannes Baptista, qui adhuc clausus utero, clausum in utero ostendit, et Jeremias, qui inter alios expressus modum illius sanctissimae conceptionis disseruit. Infra 21 : creavit dominus novum super terram : femina circumdabit virum. Quaeritur tertio de effectu sanctificationis. Et sciendum est, quod sanctificatio ordinatur contra immunditiam peccati originalis, in quo est considerare reatum carentiae divinae visionis ex carentia debitae justitiae; et hunc totaliter amovit, quantum pertinet ad impedimentum personae, licet nondum esset solutum pretium quo amoveretur impedimentum naturae. Est etiam considerare fomitem, qui est pronitas ad omne malum; et hic quidem manet, sicut habitus impeditus non inclinans ad id ad quod est : sed in aliis inclinabat ad veniale, quamvis non ad mortale; in beata autem virgine ad neutrum horum. Quarto quaeritur de comparatione gratiae sanctificationis ad gratiam sacramentalem. Et dicendum, quod simpliciter praevalet gratia sanctificationis, quia post gratiam sacramentalem manet inclinatio ad peccatum mortale. Sed secundum quid praevalet gratia sacramentalis, scilicet quo ad impressionem characteris et hujusmodi. Et dixi. Hic ponitur prophetae contradictio : et primo ponit suum stuporem, a, propter defectum vitae, a, propter defectum scientiae, a, propter defectum eloquentiae. Ezech. 4 : et dixi, a, a, a. Secundo ponit stuporis rationem : et allegat defectum eloquentiae : ecce nescio loqui. Exodi 4 : non sum eloquens ab heri et nudius tertius. Et aetatem pueritiae : quia puer ego sum, unde non convenit aetas mea praedicationis officio. Job 32 : sperabam, quod aetas prolixior loqueretur, et annorum multitudo doceret sapientiam. Eccl. 32 : loquere major natu, docet enim te. Quare autem hic recusavit officium praedicationis, ad quod Isaias se obtulit, Isa. 6 : ostendit Gregorius in Glossa illa : officium (inquit) praedicationis alii laudabiliter appetunt, ad quod alii laudabiliter coguntur, et cetera. Quia hic ex amore quo ferebatur in Deum, damna contemplationis timebat, et ille per dilectionem proximi, salutem proximorum cupiebat. Nec tamen ille ante purgationem se obtulit, nec iste pertinaciter recusavit. Et dixit dominus. Repellit hanc contradictionem. Et quia ille allegabat pueritiam, promittit tria contra tres defectus puerorum. Pueri enim sunt inconstantes; et contra hoc promittit constantiam : noli dicere, te excusando, ad omnia, exequendum. Infra 10 : non est hominis via ejus, nec viri est ut ambulet, et dirigat gressus suos. Pr. 3 : in omnibus viis tuis cogita illum, et ipse diriget gressus tuos. Item promittit eloquentiam contra hoc quod pueri sunt elingues, et universa. Sap. 10 : sapientia aperuit os mutorum, et linguas infantium fecit disertas. Promittit audaciam contra timiditatem puerorum : ne timeas quia tecum sum, ut eruam te, non quod angustiis careas, sed quod omnia patienter feras. Psal. 12 : non timebo mala, quoniam tu mecum es. Et misit dominus. Hic offert prophetiae donum per modum sacramenti. Unde primo ponitur actio : misit dominus, imaginaria visione, ut humana membra videns puer non expavesceret : per quam signatur liberalitas divinae bonitatis. Psalm. 103 : aperiente te manum tuam, omnia implebuntur bonitate. Non autem purgatur ante ignito calculo, ut Isaias : quia propter pueritiam et sanctificationis gratiam peccata nulla habebat. Secundo ponuntur verba : et dixit ad me : quae tria continent. Primo exprimit donum, ecce dedi. Psalm. 67 : dominus dabit verbum evangelizantibus, virtute multa. Secundo ostendit gradum. Ecce constitui te super gentes, diversas, quibus praedicavit, quasi mediator inter ipsas et Deum. Exod. 7 : ecce constitui te Deum Pharaonis. Psalm. 17 : constitues me in caput gentium. Tertio exponit officium : ut evellas, mala quantum ad radicem, destruas, quantum ad malae ordinationis machinationem, disperdas, malorum adunationem, dissipes, mali defensionem, aedifices bona quantum ad ordinem, plantes, quantum ad radicem. Non enim indigent exteriori munimine quasi sepe. Eccl. 49 : consecratus est propheta, evertere, eruere et perdere, et iterum aedificare et renovare.

 

18.       Ici commence le traité de ce livre. Premièrement, la fonction de prophétiser de Jérémie lui est assignée ; deuxièmement, l’annonce du prophète déjà établi est présentée, en cet endroit : LA PAROLE DE DIEU ME FUT ADRESSÉE (Jr 2, 1).

19.       La première partie se divise en deux [parties]. Dans la première, [le Seigneur] assigne la fonction ; dans la seconde, il lui montre la manière de l’exécuter, en cet endroit : CEINS-TOI DONC LES REINS (Jr 1, 17).

20.       La première partie est divisée en deux [parties]. Dans la première, [Jérémie] est établi dans la fonction prophétique ; dans la seconde, l’objet de sa prophétie lui est assigné, en cet endroit : LA PAROLE DE DIEU ME FUT ADRESSÉE (Jr 1, 11).

21.       La première [partie] est divisée en deux [parties]. Dans la première, la préparation du prophète est racontée ; dans la seconde, l’octroi du don de prophétie, en cet endroit : ALORS, LE SEIGNEUR ÉTENDIT LA MAIN (Jr 1, 9).

22.       La première [partie] est divisée en trois [parties]. Dans la première, la préparation est présentée du point de vue du Seigneur ; dans la deuxième, l’objection du prophète est présentée, en cet endroit : ET JE DIS : «A, A, A» (Jr 1, 6) ; dans la troisième, le rejet de l’objection, en cet endroit : ET LE SEIGNEUR DIT (Jr 1, 7).

23.       Sur le premier point, [il fait] trois choses. Premièrement, la préparation du prophète est présentée : LA PAROLE DE DIEU ME FUT ADRESSÉE (Jr 1, 4), soit de l’extérieur par une créature soumise, soit de l’intérieur par l’inspiration. Ps 85[84], 9 : J’écouterai ce que le Seigneur dit en moi. AVANT DE TE FORMER (Jr 1, 5) : en effet, dans la nature même qui forme, Dieu réalise la forme, comme la cause première dans une cause seconde. Jb 10, 11 : Tu m’as revêtu de peau et de chair. JE T’AI CONNU : d’une connaissance d’approbation. Is 49, 49 : Le Seigneur m’a appelé depuis le sein, depuis le ventre de ma mère, il s’est rappelé mon nom. Deuxièmement, la sanctification privilégiée [de Jérémie] est présentée : AVANT MÊME. Si 49, 7 : Ils ont maltraité celui qui a été consacré comme prophète depuis le ventre de sa mère, etc. Troisièmement, la prédestination à la fonction est présentée : JE T’AI ÉTABLI COMME PROPHÈTE, à savoir, comme j’en ai disposé. Is 42, 6 (et 49, 6) : J’ai fait de toi la lumière des nations, afin que tu sois mon salut jusqu’au bout de la terre.

24.       À propos de la sanctification dans le sein, voyons quatre choses. Premièrement, le moment. Il semble qu’avant l’infusion de l’âme, une telle sanctification puisse exister, du fait de ce que dit une glose d’Ambroise sur Lc 1 : «L’esprit de vie n’y était pas encore, et déjà s’y trouvait l’esprit de grâce.» De plus, il est dit : AVANT DE TE FORMER DANS LE SEIN DE TA MÈRE, JE T’AI CONNU, et cela s’entend d’une connaissance spirituelle, qui est celle de l’approbation. Avant [sa] formation, il avait donc la grâce. En sens contraire, il semble que ce ne fut pas le cas avant qu’il ne naquît, car Augustin dit : «Ne peut renaître que celui qui est déjà né.» Or, personne n’a la grâce s’il n’est pas rené, car, par la grâce, on est fait fils de Dieu. [Jérémie] n’a donc pas eu la grâce de la sanctification. Sur ce point, il faut dire que la sanctification dont nous parlons est réalisée par la grâce, dont le sujet est l’âme. C’est pourquoi, avant l’infusion de l’âme, elle ne peut exister ; mais, après l’infusion [de l’âme] et avant la naissance depuis le sein, elle se réalise par un privilège spécial. À propos du premier argument, il faut dire que c’est l’air extérieur, librement respiré, qui est appelé là l’esprit de vie. Ou bien, on dit que l’esprit est présent si on l’entend de l’âme, lorsqu’elle devient connue. À propos de l’autre [argument], il faut dire que cela s’entend de la connaissance d’approbation, qui se réalise selon la prédestination à la grâce, et dont on ne parle pas selon la justice présente. À l’autre [argument], il faut dire que, selon la loi commune, personne, avant d'être né, ne peut renaître par la régénération qui se réalise par les sacrements, car il ne peut encore être soumis aux opérations des ministres de l’Église, par lesquels cette grâce est dispensée. Mais Dieu n’a pas lié sa puissance aux sacrements. C’est pourquoi lui-même peut sanctifier quelqu’un dans le sein par un privilège spécial.

25.       Deuxièmement, on se demande à qui convient cette sanctification. Et il semble qu’elle [convienne] au Christ, dont il est dit dans la Glose, qu’«avant de sortir du sein, il a été sanctifié dès le sein». En sens contraire : être sanctifié consiste à rendre saint celui qui n’était pas saint. Or, jamais [le Christ] ne fut non saint. Donc, etc. De même, il semble que cela convienne aux choses inanimées, selon ce qui est dit dans Ps 47[46], 5 : Le Très-Haut a sanctifié son tabernacle. Mais à cela s’oppose que les choses de ce genre ne sont pas susceptibles de recevoir la grâce. Et il faut dire, à propos du premier argument, que ne pas être saint se dit de deux manières : de manière privative, et alors l’existence du sujet est requise, et cela ne convient pas ainsi au Christ ; soit de manière négative, et ainsi il convient au Christ de devenir saint après avoir été non saint, car, avant d’être un homme, il n’était pas saint d’une sainteté créée. À l’autre argument, il faut répondre qu’on appelle saint ce qui est consacré uniquement au culte divin ; et ainsi, les choses animées et inanimées peuvent être sanctifiées. Mais parfois on appelle saint ce qui est solide ou pur, soit du péché, soit de l’acte charnel ; et une telle sanctification se réalise par la grâce et n’est possible que chez les hommes. Puisque toute sanctification est ordonnée à cette conception très sainte du Fils de Dieu, sa mère, dans le sein de laquelle fut célébrée cette conception, a été sanctifiée, ainsi que Jean-Baptiste qui, encore enfermé dans le sein, indiqua celui qui était enfermé dans le sein [de Marie], et Jérémie, qui, parmi tous, a exprimé plus loin le mode de cette très sainte conception. Jr 31, 22 : Le Seigneur a fait du nouveau sur terre : la femme entourera l’homme !

26.       En troisième lieu, on s’interroge sur l’effet de la sanctification. Et il faut savoir que la sanctification est ordonnée à contrer l’impureté du péché originel, dans lequel il fait considérer la faute, qui consiste à être privé de la vision divine par manque de la justice appropriée ; et [la sanctification] enlève totalement cette [faute], pour ce qui est de l’empêchement de la personne, bien que n’ait pas été payé le prix par lequel serait enlevé l’empêchement de nature. Il faut aussi considérer l’incitation, qui est une inclination à tout mal ; et celle-ci demeure, comme un habitus entravé qui n’incline pas à ce pour quoi il existe. Mais, chez les autres, elle inclinait au [péché] véniel, et non au [péché] mortel ; chez la bienheureuse Vierge, cependant, [elle n’incline] à aucun de ceux-ci.

27.       En quatrième lieu, on s’interroge sur la comparaison de la grâce de la sanctification par rapport à la grâce sacramentelle. Et il faut dire que la grâce de la sanctification l’emporte purement et simplement, car, après la grâce sacramentelle, l’inclination au péché mortel demeure. Mais la grâce sacramentelle l’emporte sur un point, à savoir, pour ce qui est de l’impression d’un caractère et de choses de ce genre.

28.       ET J’AI DIT (Jr 1, 6). Ici est présentée l’objection du prophète. Premièrement, il présente sa stupeur : A, en raison de l’inadéquation de sa vie ; A, en raison de son manque de science ; A, en raison de son manque d’éloquence. JE NE SAIS PAS PARLER. Ex 4, 10 : Je ne suis pas doué pour la parole, ni d’hier, ni d’avant-hier. [Il fait ensuite valoir] qu’il est dans l’enfance : CAR JE SUIS UN ENFANT, de sorte que mon âge ne convient pas à la fonction de la prédication. Jb 32, 7 : J’espérais qu’avec l’âge, je parlerais davantage et que le nombre des années m’enseignerait la sagesse. Si 32, 3 : Parle, vieillard, cela te sied ! Pourquoi celui-ci refusa la fonction de la prédication, pour laquelle Isaïe se proposa, Is 6, 8, Grégoire le montre dans cette glose : «Certains, dit-il, désirent louablement la fonction de la prédication, à laquelle d’autres sont louablement contraints, etc. Car celui-ci, en raison de l’amour par lequel il était porté vers Dieu, craignait des dommages à sa contemplation, et celui-là, par amour du prochain, désirait le salut de ses proches. Toutefois, celui-ci ne se proposa pas avant d’être purifié, et celui-là ne refusa pas avec entêtement.»

29.       ET LE SEIGNEUR DIT (Jr 1, 7). [Le Seigneur] repousse cette objection. Et parce qu’il alléguait sa condition d’enfant, [le Seigneur lui] promet trois choses contre les trois déficiences des enfants. En effet, les enfants sont inconstants ; contre cela, il [lui] promet la constance : NE DIS PAS, pour t’excuser, POUR TOUT accomplir. Plus loin : Le chemin de l’homme n’est pas en son pouvoir, et il n’est pas donné à l’homme qui marche de diriger ses pas (Jr 10, 23). Pr 3, 6 : En toutes tes démarches, pense à lui ; lui-même dirigera tes pas. De même, [le Seigneur lui] promet l’éloquence, contre le fait que les enfants ne parlent pas. Sg 10, 21 : La sagesse a ouvert la bouche des muets et a délié les langues des enfants. De même, il lui promet l’audace, à l’encontre de la timidité des enfants : NE CRAINS PAS, CAR JE SUIS AVEC TOI POUR TE DÉLIVRER (Jr 1, 8), non pas que tu n’auras pas de difficultés, mais tu les supporteras toutes patiemment. Ps 24[23], 4 : Je ne craindrai pas le mal, car tu es avec moi.

30.       ET LE SEIGNEUR ENVOYA (Jr 1, 9). Ici, [le Seigneur] offre le don de prophétie par mode de sacrement. Ainsi, en premier lieu, l’action est présentée : LE SEIGNEUR ENVOYA, dans une vision imaginaire, pour que l’enfant ne soit pas effrayé en voyant des membres humains, par laquelle la libéralité de la bonté divine est signifiée. Ps 105[104], 28 : Ouvrant ta main, tu les combleras de bonté. Mais il n’est pas purifié par une roche en feu, comme Isaïe, car il n’avait aucun péché en raison de son enfance et de la grâce de sanctification.

31.       Deuxièmement, les paroles sont présentées : ET IL ME DIT. [Ces paroles] contiennent trois choses. Premièrement, [le Seigneur] exprime le don : VOICI QUE JE T’AI DONNÉ. Ps 69[68], 12 : Le Seigneur donnera la parole à ses hérauts avec grande puissance. Deuxièmement, il montre le niveau [du prophète] : JE T’AI ÉTABLI SUR LES diverses NATIONS (Jr 1, 10), auxquelles [le prophète] a prêché, comme un médiateur entre elles et Dieu. Ex 7, 1 : Voici que je t’ai établi comme Dieu pour Pharaon. Ps 18[17], 44 : Tu m’établiras comme chef des nations. Troisièmement, [le Seigneur] expose la fonction [de Jérémie] : POUR ARRACHER les maux par leur racine, POUR DÉTRUIRE l’organisation d’un ordre mauvais, POUR EXTERMINER le rassemblement des méchants, POUR DÉMOLIR la défense du mal, POUR CONSTRUIRE un ordre bon, POUR en PLANTER la racine. En effet, ils n’ont pas besoin d’une protection extérieure comme clôture. Si 49, 7 : Il a été consacré prophète pour renverser, détruire et démolir, puis pour construire et rétablir.

 

Lectio 4

Leçon 4 — [Jr 1, 11‑12]

[85031] In Jeremiam, cap. 1 l. 4 Hic determinat materiam ad quam specialiter prophetandam constituitur : scilicet destructionem Jerusalem, et captivitatem populi. Et primo ostendit prophetiae certitudinem; secundo ostendit ipsam captivitatem ibi (cap. 32), et factum est. Circa primum tria. Primo ponitur prophetae excitatio ad videndum. Quid tu vides? Quasi dicat : ex quo propheta es, tuum est videre. 1 Reg. 9 : qui nunc dicitur propheta, olim dicebatur videns. Secundo ponitur visio : et dixi, virgam, quasi virgam in manu domini paratam ad percutiendum, video, imaginaria visione. Thren. 1 : vigilavit jugum iniquitatum mearum; in manu ejus convolutae sunt, et impositae collo meo. Quidam intelligunt virgam vigilantem, virgam latronum ad attrahenda spolia de domibus per fenestras, dum ipsi vigilant aliis dormientibus; sed primum melius. Tertio ponitur expositio : et dixit, bene; quasi dicat : congruunt veritati. Vigilabo, solicitus ero. Isa. 55 : verbum quod egredietur de ore meo.

 

32.       Ici, [le Seigneur] précise l’objet de la prophétie pour laquelle [Jérémie] est établi d’une manière spéciale, à savoir, la destruction de Jérusalem et la captivité du peuple. Premièrement, il montre la certitude de la prophétie ; deuxièmement, il montre la captivité elle-même, en cet endroit : ET IL ARRIVA (Jr 32).

33. À propos du premier point, il fait trois choses. Premièrement, l’invitation à regarder est présentée au prophète : QUE VOIS-TU ? (Jr 1, 11). Comme s’il disait : «Par le fait que tu es prophète, il t’appartient de voir.» 1 Sm 9, 9 : Celui qu’on appelle maintenant «prophète», on l’appelait autrefois «voyant». Deuxièmement, la vision est présentée : ET JE DIS : «JE VOIS, d’une vision imaginaire, UN BÂTON [DE VEILLEUR]», comme un bâton que le Seigneur portait à la main en vue de frapper. Lm 1, 14 : Le joug de mes iniquités est prêt ; elles sont entrelacées dans sa main et elles sont placées sur mon cou. Certains interprètent «une verge de veilleur» du bâton des voleurs qui sert à tirer les dépouilles des maisons à travers les fenêtres, alors qu’eux-mêmes veillent pendant que les autres dorment, mais la première [interprétation] est meilleure. Troisièmement, l’explication est présentée : ALORS, LE SEIGNEUR DIT : «TU AS BIEN VU» (Jr 1, 12), comme s’il disait : «Cela est conforme à la vérité.» CAR JE VEILLERAI, je prendrai soin. Is 55, 11 : La parole qui sortira de ma bouche.

 

Lectio 5

Leçon 5 — [Jr 1, 13‑19]

[85032] In Jeremiam, cap. 1 l. 5 Hic ponit ipsam destructionem civitatis : et primo ponitur excitatio ad videndum : quid tu vides? Ut supra. Secundo visio : et dixi : ollam succensam, quod signat combustionem civitatis, et faciem, fundum, Aquilonis, unde ignis accendebatur. Ezech. 24 : pone ollam super prunas vacuam, ut incalescat, et liquefiat aes ejus, et confletur in medio ejus inquinamentum ejus, et consumatur rubigo ejus. Tertio ponitur expositio : et dixit dominus, et primo exponitur in generali : ab Aquilone, idest a rege Babylonis, qui ad Aquilonem erat respectu terrae sanctae, habitatores terrae, Jerusalem, vel aliarum adjacentium, quae per ipsum vastatae sunt. Infra 10 : ecce veniet commotio magna de terra Aquilonis, ut ponat civitates Juda solitudines et habitacula draconum. Secundo prosequitur totum rei ordinem. Et primo ponitur exercitus convocatio : quia ecce ego convocabo, inspirando, regnorum, subjectorum Nabuchodonosor. Isaiae 5 : levabit signum in nationibus procul. Secundo ponitur civitatis obsidio : et veniet (...) solium, tentorium, in introitu portarum, quasi usque ad muros obsidebunt. Isa. 22 : equites ponent sedes suas in porta, et revelabitur operimentum Judae. Vel ponit ipsam captivitatem urbis : et tangitur id quod habetur infra 39 : ingressi sunt omnes principes regis Babylonis, et sederunt in porta media. Tertio ponitur habitantium punitio : et loquar judicio, non verbis, sed poenis. Ezech. 16 : judicabunt te judiciis adulterarum, et effundentium sanguinem. Tu ergo accinge. Hic docet exercendi modum : et primo ut prompte exequatur : accinge lumbos tuos, quasi qui parat se ad velociter eundum. Job 40 : accinge sicut vir lumbos tuos. Secundo quod secure : et circa hoc primo excludit timorem. Ne formides. Ezech. 3 : ne timeas eos, neque metuas a facie eorum, quia domus exasperans est. Isaiae 51 : quis tu ut timeas ab homine mortali, et a filio hominis, qui quasi fenum ita arescet, et oblitus es domini factoris tui, qui tetendit caelos, et fundavit terram; et formidasti tota die a facie furoris ejus qui te tribulabat, et paraverat ad perdendum? Ubi est nunc furor tribulantis? Secundo promittit fortitudinem ad resistendum : ego quippe dedi te hodie in civitatem, ad alios sustentandum, in columnam. Isa. 50 : dominus dedit mihi linguam eruditam, ut sciam sustentare eum qui lapsus est, verbo, et ut in se non deficiat. Et in murum aereum. Ezech. 3 : ut adamantem et ut silicem dedi faciem tuam. Tertio promittit hostium frustrationem : et bellabunt, et non praevalebunt, non poterunt te a veritate avertere. Infra 15 : dabo te populo huic in murum aereum fortem; et bellabunt adversum te, et non praevalebunt, quia ego tecum sum, ut salvem te et eruam te : dicit dominus. Circa praedicta sciendum primo, quod alicujus Deus potest habere notitiam approbationis, ut dictum est. Praevisionis. Eccl. 23 : domino Deo antequam crearentur, omnia sunt agnita; sic et post perfectum respicit omnia. Praedestinationis. 2 Tim. 2 : novit dominus qui sunt ejus. Gratiae infusionis. Joan. 10 : cognosco oves meas et cognoscunt me meae. Specialis familiaritatis. Exod. 33 : et teipsum novi ex nomine. Glorificationis. Eccl. 44 : cognovit illum in benedictionibus suis, et dedit illi hereditatem. Item notandum, quod aliquos tangit dominus corripiendo. Job 19 : miseremini mei, miseremini mei saltem vos amici mei, quia manus domini tetigit me. A peccatis mundando. Matth. 8 : et Jesus tetigit eum, dicens : volo mundare. Gratiam infundendo. Cant. 5 : dilectus meus misit manum suam per foramen, et venter meus intremuit ad tactum ejus. In gratia confortando. Dan. 10 : et ecce manus tetigit me, et erexit me super genua mea, et super articulos manuum mearum. Fervorem excitando. Psal. 143 : tange montes, et fumigabunt. Item notandum, quod anima peccatrix dicitur olla propter concupiscentiae fervorem. Job 41 : fervescere faciet quasi ollam profundum maris, et ponet quasi cum unguenta bulliunt. Propter operis carnalitatem. Mich. 3 : ossa eorum confregerunt, et conciderunt sicut in lebete, et quasi carnem in medio ollae. Propter maculae nigredinem. Nahum 2 : facies omnium sicut nigredo ollae. Item notandum, quod praedicta olla succenditur igne inordinati amoris. Psal. 79 : incensa igne, et suffossa ab increpatione vultus tui peribunt. Irae, et contentionis. Isa. 50 : ecce omnes vos accendentes ignem accincti flammis. Aeternae damnationis. Deuter. 32 : ignis succensus est in furore meo, et ardebit usque ad Inferni novissima. Item notandum, quod Diabolus dicitur Aquilo propter tentationis impetum. Eccl. 43 : vox tonitrui ejus verberavit terram, tempestas Aquilonis, et congregatio spiritus. Quia impedit boni operis fructum. Cant. 4 : surge Aquilo, et veni Auster, perfla hortum meum, et fluent aromata illius. Quia siccat lacrymarum fluvium. Prover. 25 : ventus Aquilo dissipat pluvias, et facies tristis linguam detrahentem. Item notandum, quod munitur Ecclesia, vel anima, divino auxilio. Zach. 2 : ego ero eis ignis in circuitu, et in gloria ero in medio ejus. Angelorum praesidio. Isa. 33 : munimenta saxorum sublimitas ejus. Sanctorum patrum exemplo. Cant. 4 : turris David collum tuum, quae aedificata est cum propugnaculis. Fratrum subsidio. Prov. 18 : frater qui adjuvatur a fratre quasi civitas firma. Sacramentorum remedio. Cant. 8 : ego murus, et ubera mea sicut turris, ex quo facta sum coram eo quasi pacem reperiens.

 

34.       Ici, [le Seigneur] présente la destruction même de la ville. Premièrement, il présente l’incitation à regarder : QUE VOIS-TU ? (Jr 1, 13). Comme ci-dessus.

35.       Seconde vision : ET JE DIS : «UNE MARMITE SUR LE FEU», ce qui indique la ville qui brûle ; SA FACE, le fond, EST TOURNÉE VERS LE NORD, d’où venait le feu. Ez 24, 11 : Mets la marmite vide sur les charbons afin qu’elle chauffe ; que le bronze rougisse et que fonde la souillure qui s’y trouve, et que soit consommée sa rouille.

36.       Troisièmement, l’explication est présentée : ET LE SEIGNEUR DIT (Jr 1, 14). Premièrement, une explication générale est donnée : C’EST DU NORD, c’est-à-dire du roi de Babylone, qui se trouvait au nord par rapport à la Terre sainte, [QUE VA DÉBORDER LE MALHEUR] SUR LES HABITANTS DE LA TERRE, Jérusalem ou les régions avoisinantes, qui ont été dévastées par lui. Plus loin : Voici qu’un grand bouleversement vient du Nord, qui transformera les villes de Juda en déserts et en demeures de dragons (Jr 10, 22). Deuxièmement, il poursuit [en présentant] tout l’ordre des choses. Premièrement, la convocation de l’armée est présentée : CAR VOICI QUE JE CONVOQUERAI, en les inspirant, [TOUTES LES FAMILLES] DES ROYAUMES (Jr 1, 15), sujets de Nabuchodonosor. Is 5, 26 : Il dressera un signal pour les peuples lointains. Deuxièmement, le siège de la ville est présenté : ET [CHACUN] S’ASSOIRA SUR LE SEUIL de la tente, À L’ENTRÉE DES PORTES, comme s’ils assiégeaient jusqu’aux murs [de la ville]. Is 22, 7‑8 : Les cavaliers prendront position aux portes, et la protection de Juda tombera. Ou bien il présente la capture même de la ville et aborde ce qu’on trouve plus loin : Tous les princes du roi de Babylone sont entrés et se sont assis à la porte du milieu (Jr 39, 3). Troisièmement, la punition des habitants est présentée : ET JE PRONONCERAI MON JUGEMENT (Jr 1, 16), non par des paroles, mais par des peines. Ez 16, 38 : Ils te jugeront du jugement contre les adultères et contre ceux qui versent le sang.

37.       TOI DONC, CEINS-TOI (Jr 1, 17). Ici, [le Seigneur] enseigne la manière de se mettre en branle. Premièrement, partir rapidement : CEINS TES REINS, comme celui qui se prépare à partir rapidement. Jb 40, 2 : Ceins tes reins comme un homme. Deuxièmement, [à partir] calmement. À ce sujet, [le Seigneur] écarte en premier lieu la crainte : NE CRAINS PAS. Ez 3, 9 : Ne les crains pas et ne redoute pas leurs visages, car c’est une maison qui m’exaspère. Is 51, 12‑13 : Qu’es-tu pour craindre un homme mortel et un fils d’homme, qui se dessèche comme un fétu ? As-tu oublié le Seigneur, ton créateur, qui a déployé les cieux et a établi la terre ? Et tu crains pendant tout le jour le visage enragé de celui qui te tourmentait et préparait ta perdition ? Où est maintenant la fureur de celui qui te tourmentait ?

38.       Deuxièmement, il promet la force pour résister : VOICI QUE JE T’AI ÉTABLI AUJOURD’HUI COMME UNE VILLE FORTIFIÉE (Jr 1, 18), pour soutenir les autres, COMME UNE COLONNE. Is 50, 4 : Le Seigneur m’a donné une langue instruite pour que je sache soutenir par la parole celui qui est tombé, afin qu’il ne défaille pas. ET COMME UN REMPART D’AIRAIN. Ez 3, 9 : Pour rendre mon visage plus dur que le diamant et que le roc.

39.       Troisièmement, [le Seigneur] promet que les ennemis seront désillusionnés : ILS COMBATTRONT CONTRE TOI, MAIS NE L’EMPORTERONT PAS (Jr 1, 19), ils ne pourront te détourner de la vérité. Plus loin : Je te donnerai à ce peuple comme un mur d’airain résistant, et ils combattront contre toi et ne l’emporteront pas, car je suis avec toi pour te sauver et te délivrer, dit le Seigneur (Jr 15, 20).

40.       À propos de ce qui a été dit[3], il faut savoir, en premier lieu, que Dieu peut avoir de quelque chose une connaissance d’approbation, comme on l’a dit. [Il peut aussi avoir une connaissance] de prévision. Si 23, 20 : Toutes choses étaient connues de Dieu avant qu’elles ne soient créées ; et de même, après qu’elles l’ont été, il observe tout. [Une connaissance] de prédestination. 2 Tm 2, 19 : Le Seigneur connaît les siens. [La connaissance] de l’infusion de la grâce. Jn 10, 14 : Je connais mes brebis et mes brebis me connaissent. [La connaissance] d’une familiarité particulière. Ex 33, 12 : Je t’ai connu par ton nom. [La connaissance] de la glorification. Si 44, 23 : Il l’a connu par ses bénédictions et lui a donné l’héritage.

41.       Il faut aussi noter que le Seigneur en touche certains en les corrigeant. Jb 19, 21 : Ayez pitié de moi, ayez pitié de moi, au moins vous, mes amis, car la main du Seigneur m’a atteint. En purifiant des péchés. Mt 8, 3 : Et Jésus le toucha en disant : «Je veux que tu sois purifié.» En infusant la grâce. Ct 5, 4 : Mon bien-aimé a passé la main par la fente, et mon ventre a frémi à son contact. En renforçant par la grâce. Dn 10, 10 : Et voici qu’une main me toucha et me remit sur mes genoux et sur les paumes de mes mains. En stimulant la ferveur. Ps 144[143], 5 : Touche les montagnes, et elles fumeront.

42.       Il faut aussi noter que l’âme pécheresse est appelée «marmite» en raison de l’ardeur de la concupiscence. Jb 41, 23 : Il fera bouillonner le fond de la mer comme une marmite, et ce sera comme lorsque des parfums brûlent. En raison du caractère charnel de l’action. Mi 3, 3 : Ils ont brisé leurs os, et ils les ont découpés comme dans un bassin et comme viande dans une marmite. En raison de la noirceur de la souillure. Na 2, 10 : Le visage de tous est noir comme une marmite. Il faut encore noter que cette marmite est réchauffée par le feu d’un amour désordonné. Ps 80[79], 17 : Ils l’ont brûlée comme une ordure, et ils périront au reproche de ton visage. [Par le feu] de la colère et de la dispute. Is 50, 11 : Vous tous qui allumez un feu, vous brûlez dans les flammes. [Par le feu] de la damnation éternelle. Dt 32, 22 : Un feu a jailli de ma colère, et il brûlera jusqu’aux derniers recoins de l’enfer.

43.       De même, il faut noter que le Diable est appelé aquilon [vent du nord] en raison de la poussée de la tentation. Si 43, 16‑17 :