Commentaire de l’épître de saint Paul aux Galates

 

PAR SAINT THOMAS D’AQUIN

Docteur de l’Eglise catholique

Edition Louis Vivès, 1870,

Traduction par l’Abbé Bralé

Revue entièrement par Charles Duyck, décembre 2009

Deuxième édition numérique, 2004, http://docteurangelique.free.fr, 2010

Les œuvres complètes de saint Thomas d’Aquin

 

Commentaire de l’épître de saint Paul aux Galates 1

PROLOGUE_ 3

CHAPITRE I ── PAUL 4

Leçon 1 : Galates I, 1-5  L’origine du ministère de Paul 4

Leçon 2 : Galates I, 6-10 La légèreté des Galates face à l’Evangile_ 11

Leçon 3 : Galates I, 11-14 L’Evangile divin prêché par l’ancien persécuteur 19

Leçon 4 : Galates I, 15-17 L’origine divine de l’Evangile_ 24

Leçon 5 : Galates I, 18-24 Paul approuvé par les Apôtres 28

CHAPITRE II L’ÉVANGILE DE PAUL 33

Leçon 1 : Galates II, 1-5 Comparaison de la doctrine de Paul avec celle des Apôtres 33

Leçon 2 : Galates II, 6-10 Apôtre des Gentils, par la vocation de Dieu_ 41

Leçon 3 : Galates II, 11-14 Paul corrige Pierre_ 47

Leçon 4 : Galates II, 15-16 Justification par la foi en Jésus Christ 55

Leçon 5 : Galates II, 17-18 Jésus n’est pas ministre du péché_ 59

Leçon 6 : Galates II, 19-21 Mourir pour vivre en Jésus Christ 62

CHAPITRE III LA LOI DE MOÏSE ET LA FOI DE JÉSUS 68

Leçon 1 : Galates III, 1 La folie des Galates 68

Leçon 2 : Galates III, 2-5 Insuffisance de la Loi et vertu de la foi 74

Leçon 3 : Galates III, 6-9 L’efficacité de la foi dans la justice_ 80

Leçon 4 : Galates III, 10-12 L’insuffisance de la Loi 83

Leçon 5 : Galates III, 13-14 La puissance de Jésus pour le salut 90

Leçon 6 : Galates III, 15-18 L’inutilité de la loi pour la justice_ 95

Leçon 7 : Galates III, 19-20 L’utilité de la Loi : révéler le péché_ 101

Leçon 8 : Galates III, 21-25 La loi comme guide vers le Christ 106

Leçon 9 : Galates III, 26-29 Enfants de Dieu sous la foi 110

CHAPITRE IV LA GRÂCE ET SA LIBERTÉ_ 115

Leçon 1 : Galates IV, 1-3 L’enfant et le serviteur 115

Leçon 2 : Galates IV, 4-5 La grâce : adoption (enfant) 119

Leçon 3 : Galates IV, 6-7 Dieu adopte aussi les gentils 125

Leçon 4 : Galates IV, 8-12 Ne pas mépriser cette grâce_ 129

Leçon 5 : Galates IV, 12-18 La réprimande vient de l’amour 135

Leçon 6 : Galates IV, 19-20 Tendresse de Paul pour les Galates 141

Leçon 7 : Galates IV, 21-24 Isaac (libre), Ismaël (serviteur) : Les 4 sens de l’Ecriture_ 144

Leçon 8 : Galates IV, 24-27 Le symbole de Sara et Agar 148

Leçon 9 : Galates IV, 28-31 Les enfants de la promesse_ 156

CHAPITRE V LES ŒUVRES DE LA CHAIR ET DE L’ESPRIT_ 159

Leçon 1 : Galates V, 1-4 rester fidèle à la liberté de la grâce_ 159

Leçon 2 : Galates V, 5-12 La loi de Moïse est périmée_ 165

Leçon 3 : Galates V, 13-15 La liberté et son abus ; l’amour de charité_ 173

Leçon 4 : Galates V, 16-17 Désirs de la chair et de l’esprit 177

Leçon 5 : Galates V, 18-21 Les œuvres de la chair 182

Leçon 6 : Galates V, 22-23 Les œuvres de l’Esprit 188

Leçon 7 : Galates V, 23-26 Attacher à la croix tout ce qui est charnel 195

CHAPITRE VI RECOMMANDATIONS PRATIQUES 199

Leçon 1 : Galates VI, 1-5 La conduite face aux supérieurs 199

Leçon 2 : Galates VI, 6-10 Recommandations morales 205

Leçon 3 : Galates VI, 11-13 Conduite à l’égard des hérétiques 212

Leçon 4 : Galates VI, 14-15 La vraie gloire, la croix du Christ 216

Leçon 5 : Galates VI, 16-18 Imiter Paul 219

 

 

Textum Taurini 1953 editum
ac automato translatum a Roberto Busa SJ in taenias magneticas
denuo recognovit Enrique Alarcón atque instruxit

Revue entièrement par Charles Duyck, décembre 2009

 

 

 

SOMMAIRE : L’Apôtre expose l’origine de son Apostolat. Il fait connaître quels biens il souhaite aux Galates de la part de Dieu le Père et de Notre Seigneur Jésus-Christ, qui s’est offert à la mort pour nos péchés.

[1] Paulus apostolus non ab hominibus neque per hominem sed per Iesum Christum et Deum Patrem qui suscitavit eum a mortuis

[2] et qui mecum sunt omnes fratres ecclesiis Galatiae

 

 

[3] gratia vobis et pax a Deo Patre et Domino nostro Iesu Christo

 

 

[4] qui dedit semet ipsum pro peccatis nostris ut eriperet nos de praesenti saeculo nequam secundum voluntatem Dei et Patris nostri

 

 

[5] cui est gloria in saecula saeculorum amen

1. Paul Apôtre non par la grâce des hommes, ni par un homme, mais par Jésus-Christ et Dieu son Père qui l’a ressuscité des morts,

2. Et tous les frères qui sont avec moi, aux Eglises de Galatie.

3. Que la grâce et ici paix vous soient données par Dieu le Père et par notre Seigneur Jésus-Christ,

4. Qui s’est livré lui-même pour nos péchés, et pour nous retirer de la corruption du siècle présent, selon la volonté de Dieu notre Père,

5. A qui soit gloire dans tous les siècles des siècles. Amen.

 

 

Prooemium

PROLOGUE

 

 

 [87744] Super Gal., pr. Vetera, novis supervenientibus, proiicietis, Lev. XXVI, 10.

Haec verba competunt praesenti epistolae, in qua apostolus redarguit Galatas, qui intantum seducti fuerant a pseudo, ut simul servarent legalia et Evangelium, quod apostolus improperat eis in verbis praemissis, dicens vetera, novis supervenientibus, proiicietis.

 

 

In quibus verbis innuit dominus quadruplicem vetustatem. Prima vetustas est erroris, de qua Is. XXVI, 3 : vetus error abiit, et haec remota est per novitatem doctrinae Christi. Mc. I, 27 : quae est haec nova doctrina? Secunda vetustas est figurae, de qua Hebr. c. VIII, 8 : consummabo super domum David, et super Iuda testamentum novum, non secundum testamentum quod feci patribus eorum. Ubi primo ostendit primum testamentum esse vetustum, et hoc renovari per novitatem gratiae, seu veritatis praesentiae Christi. Ier. XXXI, 22 : novum faciet dominus super terram, et cetera. Tertia est vetustas culpae, de qua Ps. XXXI, v. 3 : quoniam tacui (confitendo scilicet peccata mea), inveteraverunt, et cetera. Et haec renovatur per novitatem iustitiae. Rom. VI, 4 : in novitate vitae ambulemus, et cetera. Quarta est vetustas poenae. Thren. III, 4 : vetustam feci pellem meam. Et haec renovabitur per novitatem gloriae, de qua novitate Is. ult. : ecce ego creo caelum novum, etc.; Apoc. XXI, 21 : dixit, qui sedebat in throno : ecce nova facio omnia.

 

 « Vous rejetterez les anciens fruits, lorsque les nouveaux arriveront. »

Ces paroles du Lévitique (XXVI, 10) conviennent à la présente épître, dans laquelle l’Apôtre reprend les Galates de s’être laissés séduire à tel point par les faux-apôtres, qu’ils observaient simultanément les prescriptions légales et l’Evangile. Saint Paul le leur reproche, dans ces paroles que nous avons citées, en disant : « Vous rejetterez les anciens fruits, lorsque viendront les nouveaux. »

Dans ce passage, le Seigneur insinue qu’il y a une quadruple vétusté. La première est celle de l’erreur, dont il est dit (Isaïe XXVI, 3) : « L’erreur ancienne a disparu. » Cette erreur a été chassée par la nouveauté de la doctrine de Jésus-Christ (Marc I, 27) : « Quelle est cette nouvelle doctrine ? » La seconde vétusté est celle des figures, au sujet desquelles il est dit (Hébreux VIII, 8) : « Je ferai avec la maison de David et celle de Juda une alliance nouvelle, non selon l’alliance que j’ai faite avec leurs pères », paroles où l’on voit que la première alliance est tombée en vétusté, et qu’elle a fait place à la nouveauté de la grâce, ou de la vérité de la présence de Jésus-Christ (Jérémie, XXXI, 22) : « Le Seigneur à créé sur la terre un prodige nouveau, etc. » La troisième est la vétusté de la faute, dont il est dit (Ps., XXXI, 3) : « Parce que je me suis tu, » c’est-à-dire que je n’ai pas avoué mon péché, « mes os ont vieilli, etc. » ; celle-ci disparaît devant la nouveauté de la justice (Rom., VI, 4) : « Nous marchions dans une vie nouvelle, etc. » Enfin la quatrième est la vétusté du châtiment (Lamentat., III, 3) : « Il a fait vieillir ma peau « elle fera place à la nouveauté de la gloire dont Isaïe dit (LXVI, 22) : « Je m’en vais créer de nouveaux cieux, etc. » et (Apoc., XXI, 5) : « Celui qui était assis sur le trône, dit : je vais faire toutes choses nouvelles. »

 

 

Caput 1

CHAPITRE I ── PAUL

Lectio 1

Leçon 1 : Galates I, 1-5 ─ L’origine du ministère de Paul

 

 

[87745] Super Gal., cap. 1 l. 1 Scribit ergo apostolus Galatis hanc epistolam, in qua ostendit, quod, veniente gratia novi testamenti, debet proiici vetus testamentum, ut impleta veritate deseratur figura, quibus duabus, scilicet gratia et veritate, adeptis, perveniatur ad veritatem iustitiae et gloriae. Acquiruntur autem illa duo, si observantia legalium dimissa, observantiae Evangelii Christi ferventer insistamus.

 

Ordo autem huius epistolae congruus est, ut post duas epistolas ad Corinthios, in quarum prima agitur de sacramentis Ecclesiae, in secunda de ministris horum sacramentorum, necessarie sequatur epistola ad Galatas, in qua agitur de cessatione sacramentorum veteris testamenti. Dividitur autem haec epistola in duas partes, in salutationem, et epistolarem narrationem, ibi miror quod, et cetera. In salutatione autem primo ponitur persona salutantis; secundo ponuntur personae salutatae, ibi Ecclesiis Galatiae, etc.; tertio bonum optatum, ibi gratia vobis, et cetera.

 

 

Circa primum, primo, ponitur persona salutans principaliter, quae describitur ex nomine et ex auctoritate.

Ex nomine quidem cum dicit Paulus, quod congruit humilitati suae, quia interpretatur humilis. Unde dicitur I Cor. XV, 9 : ego sum minimus apostolorum, et cetera. Item congruit officio suo, quia secundum alium modum interpretatur os tubae, in quo specialiter est officium praedicationis significatum. Is. LVIII, 1 : quasi tuba exalta vocem tuam, et cetera.

 

Ex auctoritate autem describitur, cum dicitur apostolus. Ubi duo ponuntur, scilicet eius auctoritas, et auctoritatis origo.

Auctoritas, quia apostolus, qui idem est quod missus. Sciendum est autem, quod apostolus in quibusdam epistolis scribit se servum, ostendens nomen humilitatis, ut in epistola ad Romanos; in quibusdam vero scribit se apostolum, ostendens auctoritatem suam. Cuius ratio est, quia Romani superbi erant, et ideo apostolus, ut inducat eos ad humilitatem, scribit se servum, in exemplum humilitatis. Galatis vero, quia stulti erant et superbi, ut frangat eos, nominat se apostolum; et ideo hic ponit auctoritatem suam.

Originem autem auctoritatis suae describit, cum dicit non ab hominibus, et cetera. Et primo removet originem aestimatam; secundo assignat veram, ibi sed per Iesum Christum, et cetera.

Origo autem aestimata erat, quia intantum Galatae seducti erant a pseudo, quod crederent apostolum non esse eiusdem auctoritatis qua alii apostoli erant, quia non fuit doctus a Christo vel conversatus cum eo, sed esset missus ab eis, quasi minister eorum. Opinionem ergo istam removet, cum dicit non ab hominibus, et cetera. Quidam enim mittebantur a toto collegio apostolorum et discipulorum. Et ideo ostendens se non esse ab eis missum, dicit non ab hominibus. Quidam enim mittebantur ab aliquo apostolorum speciali, sicut Paulus aliquando mittebat Lucam et Titum. Et ideo ostendens, quod nec sic missus sit, dicit neque per hominem, id est, per aliquem apostolorum in speciali, sed per spiritum sanctum, qui dicit, Act. XIII, 2 : segregate mihi, et cetera.

 

Causa autem originis huius auctoritatis vera est Christus Iesus, et ideo dicit sed per Iesum Christum, et Deum patrem. Haec autem distinctio, cum dicit per Iesum Christum et Deum patrem, potest accipi, vel quantum ad personam patris, et personam filii, et tunc alius est in persona Deus pater, et alius Iesus Christus. Ab utroque autem missus est beatus apostolus Paulus ad praedicandum, et a tota Trinitate, quia inseparabilia sunt opera Trinitatis. Non fit autem mentio de persona spiritus sancti, quia cum sit unio et nexus duorum, positis personis duabus, scilicet patris et filii, intelligitur etiam spiritus sanctus.

 

Vel potest sumi distinctio praedicta quantum ad naturam assumptam, scilicet humanam, quia secundum naturam divinam non est distinctio inter Deum patrem et Iesum Christum. Et tunc missus est Paulus per Deum patrem, sicut per auctorem, et per Iesum Christum, sicut per ministrum. Rom. c. XV, 8 : dico Iesum Christum ministrum fuisse, et cetera. Quia vero Galatae derogabant apostolo, quod non fuisset conversatus cum Christo sicut alii, nec missus ab eo, ideo in hoc specialiter magnificat se, quia illi fuerunt missi per Christum adhuc viventem in carne mortali, ipse vero a Christo iam glorificato missus est, ideo dicit qui, scilicet Deus pater, suscitavit eum, scilicet Iesum Christum, inquantum hominem, a mortuis.

 

Quasi dicat : apostolus sum, non ab hominibus, scilicet collegio apostolorum, nec per hominem, scilicet Christum in mortali carne viventem, sed sum apostolus per Christum iam suscitatum et glorificatum. Rom. VI, 9 : Christus resurgens a mortuis, et cetera. Et quia praesens vita significatur per sinistram, futura vero per dexteram, inquantum ista est caelestis et spiritualis, illa vero temporalis, ideo Petrus, qui vocatus fuit a Christo adhuc in carne mortali posito, ponitur in bulla Papae in sinistra parte; Paulus vero, qui vocatus fuit a Christo iam glorificato, ponitur in parte dextera.

 

Consequenter cum dicit et qui mecum sunt, etc., ponuntur personae adiunctae salutantes, quas describit a dulci familiaritate, quia mecum sunt, scilicet ad solatium et adiutorium. Prov. XVIII, 19 : frater qui iuvatur a fratre, et cetera. Ps. CXXXII, 1 : ecce quam bonum, et cetera. Item ab inseparabili charitate, cum dicit fratres, Io. XIII, 35 : in hoc cognoscent omnes, et cetera. Item ab universalitate, cum dicit omnes; quod ideo addit, quia isti forte erant intantum seducti, quod dictum Pauli non reputarent. Et ideo dicit omnes qui mecum sunt, ut ostendat eos testes esse veritatis suae, et facile intelligant se errare, dum ab omnibus reprehenduntur. II Cor. II, 6 : sufficit illi qui eiusmodi est obiurgatio haec, quae fit a pluribus, et cetera.

 

 

 

 

 

 

Personas autem salutatas ponit, cum dicit Ecclesiis Galatiae, et cetera. Ubi sciendum quod sicut in Glossa tangitur, Brennus dux Senonum olim congregato exercitu intravit Italiam, qua pertransita, venit in Graeciam ante tempus Alexandri magni, ubi cum essent aliqui de gente sua remanentes, in una parte Graeciae miscuerunt se Graecis; unde illa provincia Gallograecia dicta est; deinde illi Galatae sunt appellati, quasi albi. Et licet Graeci sint acuti ingenii, tamen illi Galatae stulti erant et instabiles et ad intelligendum tardiores, sicut et indociles Galli, unde originem traxerunt. Et ideo infra dicit eis : o insensati Galatae, et cetera. Istis ergo scribit epistolam hanc et isti sunt personae salutatae.

 

 

Consequenter cum dicit gratia vobis, etc., ponit bona quae eis optat. Et primo ponit ipsa bona optata; secundo ipsorum bonorum auctorem, ibi a Deo patre, et cetera.

 

Bona autem quae eis optat sunt duo, in quibus omnia spiritualia includuntur. Primum est gratia, quae est principium vitae spiritualis, cui in Glossa adscribitur remissio peccatorum, quae est primum in vita spirituali. Nullus enim potest esse in vera vita spirituali, nisi prius moriatur peccato. Secundum est pax, quae est quietatio mentis in fine, quae in Glossa dicitur esse reconciliatio ad Deum. Et sic, dum optat principium et finem omnium bonorum spiritualium, includit apostolus tamquam inter duo extrema desiderium omnis boni eis proveniendum. Ps. LXXXIII, v. 12 : gratiam et gloriam dabit dominus. II Cor. ult. : gratia domini nostri, et cetera.

 

 

Bonorum autem ipsorum auctor est Deus pater, et ideo dicit a Deo patre, et cetera. Ubi primo ponitur bonorum causa; secundo causandi modus, ibi qui dedit; tertio gratiarum actio pro ipsis bonis, ibi cui est honor, et cetera.

 

Causa autem et auctoritas bonorum est Deus pater tamquam auctor, inquantum Deus, et tota Trinitas, quae dicitur Deus omnium per creationem. Sap. XIV, 3 : tu autem, pater, gubernas, et cetera. Et ideo dicit a Deo patre, et cetera. Item auctor est dominus Iesus Christus, sicut minister, et hoc inquantum homo. Rom. c. XV, 8 : dico Iesum Christum ministrum, et cetera. Et quod per Christum sit nobis gratia, patet Io. I, 17 : gratia et veritas per Iesum Christum facta est, et cetera. Rom. III, 24 : iustificati gratis, et cetera. Pax etiam est nobis per ipsum. Io. XIV, 27 : pacem meam do vobis, et cetera.

 

Modus autem causandi huiusmodi bona ponitur, cum dicit qui tradidit, et cetera. Ubi primo ponitur causa efficiens, quae est mors Christi. Et quantum ad hoc dicit qui dedit semetipsum, etc., quasi dicat : ideo Christus est auctor gratiae et pacis, quia ipse morti dedit se et sustinuit crucem. Unde ipsa mors Christi est causa efficiens gratiae. Rom. c. III, 24 : iustificati gratis, etc., et Col. c. I, 20 : pacificans quae in caelis, et cetera. Et dicit primo qui dedit, etc., id est, sponte se obtulit. Eph. V, 2 : dilexit nos Christus, et tradidit, et cetera. Hebr. II, 9 : ut pro omnibus nobis gustaret mortem. Tit. II, 14 : qui dedit semetipsum, et cetera.

 

 

 

Ex quo manifeste apostolus arguit contra eos, quod si mors Christi est sufficiens causa salutis nostrae, et in sacramentis novi testamenti, quae efficaciam habent ex passione Christi, confertur gratia, quod sit superfluum simul cum novo testamento servari legalia, in quibus gratia non confertur, nec salus acquiritur, quia neminem ad perfectum adduxit lex, ut habetur Hebr. VII, 19.

Secundo ponitur finis et utilitas ipsorum bonorum quae est causa finalis. Et est duplex : unus est ut liberemur a peccatis praeteritis, et quantum ad hoc dicit pro peccatis nostris, scilicet praeteritis delendis et expiandis, quod est initium nostrae salvationis. Apoc. I, 5 : dilexit nos, et cetera. Alius finis est, ut liberaret nos a potestate mortis, et quantum ad hoc dicit ut eriperet nos de praesenti, et cetera. Col. I, 13 : eripuit nos a potestate, et cetera. Et ponit tria, scilicet ut eriperet, inquit, de praesenti, et saeculo, et nequam. Ut eriperet de praesenti, trahendo nos ad aeterna, per desiderium et spem. De saeculo, id est, de conformitate huius mundi qui nos allicit, ut non ei conformemur. Rom. XII, 2 : nolite conformari huic saeculo, et cetera. Nequam, reducens nos ad veritatem iustitiae. Et dicitur saeculum nequam, non propter sui naturam, cum bonum sit creatum a Deo, sed propter mala quae in eo fiunt, sicut illud Ephes. V, 16 : dies mali sunt, et cetera. Gen. c. XLVII, 9, dixit Iacob : dies peregrinationis vitae meae centum triginta annorum sunt, parvi et mali, et cetera. Et licet haec sint nobis per Christum, non tamen excluditur Deus pater.

 

 

 

 

Et ideo ponitur, tertio, acceptatio divinae voluntatis. Unde dicit secundum voluntatem Dei, et patris. Patris, inquam, Christi per naturam, qua ab aeterno procedit, ut verbum. Ps. II, 7 : ego hodie genui te. Io. I, 1 : in principio erat verbum, et cetera. Item patris nostri per adoptionem. Io. I, 12 : dedit eis potestatem, et cetera. Primo modo ly Deus pater, accipitur pro sola persona patris; secundo modo pro tota Trinitate.

 

Et quia a Deo patre nostro, scilicet a tota Trinitate, haec omnia proveniunt nobis per Christum, ideo ipsi, scilicet toti Trinitati, gloria, in se honor aliis sit vel est, in saecula saeculorum, id est semper. Amen, est nota confirmationis. Habes ergo, in summa, in salutatione praedicta auctoritatem apostoli, qua eorum superbiam frangit; virtutem gratiae, qua eos ad observantiam Evangelii provocat; et insufficientiam legalium, ut ab eis eos revocet.

I° La personne qui salue est

 

Saint Paul écrit donc aux Galates cette lettre, dans laquelle il établit que la grâce de l’alliance nouvelle nous ayant été donnée, l’ancienne alliance doit être rejetée, la figure être abandonnée, puisque la vérité est accomplie, et que par ce double don qui nous est fait, à savoir la grâce et la vérité, on parvient à la vérité de la justice et de la gloire. Or, on possède la grâce et la vérité, quand, laissant de côté les observances légales, on s’applique avec ferveur à la pratique de l’Evangile de Jésus-Christ.

Cette Epître est convenablement placée; car après les deux aux Corinthiens, où l’Apôtre a traité, dans la première des sacrements de l’Eglise, dans la seconde des ministres qui les confèrent, l’Epître aux Galates devient le complément nécessaire des précédentes, puisque saint Paul y montre que les sacrements de l’ancienne alliance ont fait leur temps. L’Epître aux Galates se divise en deux parties; la première renferme les salutations; la seconde la narration épistolaire (verset 6) : Je m’étonne qu’abandonnant, etc. Dans les salutations, l’Apôtre désigne I° la personne qui salue; II° les personnes saluées (verset 2) : Aux Eglises de Galatie; III° les biens spirituels qu’il souhaite (verset 5) : Que la grâce et la paix vous soient données, etc.

 

Tout d’abord, il présente la personne qui salue,

I. désignée principalement par son nom et II. par son autorité ;

Par son nom, quand l’Apôtre dit (verset 4) : Paul, ce qui convient d’abord à son humilité, parce que Paul veut dire « humble » (I Corinth., XV, 9) : « Je suis le moindre des apôtres, etc. » ; ensuite à son ministère, car suivant une autre interprétation, le nom de Paul correspond à celui qui exprime l’embouchure d’une trompette, ce qui figure spécialement l’office de la prédication (Isaïe, LVI, I) : « Faites retentir votre voix comme une trompette, etc. »

Par son autorité (verset 4) : Apôtre. Ici on trouve deux choses : son autorité et l’origine de son autorité.

A) Son autorité d’abord, parce qu’Apôtre veut dire envoyé. Or il faut se rappeler que saint Paul, dans certaines Epîtres, par exemple dans l’Epître au Romains, se dit serviteur, employant ce nom par humilité, dans d’autres, il s’appelle Apôtre, désignant son autorité : la raison en est que les Romains étaient pleins d’orgueil; pour les porter à l’humilité et pour leur en donner l’exemple, saint Paul se dit donc serviteur. Les Galates de leur côté, étaient sots et orgueilleux; afin de les abattre, saint Paul se nomme apôtre; et établit ici son autorité.

B) Il expose l’origine de cette autorité, lorsqu’il dit (verset 1) : non par les hommes, etc., repoussant ainsi d’abord l’origine qu’on lui supposait; ensuite assignant la véritable (verset 4) : mais par Jésus-Christ.

 a) Sur l’origine qu’on supposait à son ministère, il faut savoir que les Galates, séduits parles faux-apôtres, en étaient venus à croire que Paul n’avait pas la même autorité que les autres apôtres, sur ce prétexte qu’il n’avait pas été instruit par Jésus-Christ, et qu’il n’avait pas conversé avec lui, mais qu’il était envoyé par les apôtres et comme leur ministre. Saint Paul renverse donc cette opinion, lorsqu’il dit (verset 1) : non par les hommes, etc. C’est qu’en effet certains ministres étaient envoyés par tout le collège des apôtres et des disciples. Montrant donc qu’il n’a pas été envoyé ainsi, il dit : non par les hommes. D’autres étaient envoyés par l’un des apôtres en particulier, comme Paul lui-même avait envoyé Luc et Tite. Montrant qu’il n’a pas non plus été envoyé de cette manière, il dit (verset 1) : non par un homme, c’est-à-dire par un apôtre en particulier, mais par l’Esprit Saint, qui dit (Act., XIII, 2) : « Séparez-moi Saul et Barnabé, etc. » b) En second lieu, la source véritable de l’autorité de l’Apôtre, c’est Jésus-Christ. Et voilà pourquoi il dit (verset 4) : mais par Jésus-Christ, et par Dieu le Père. Or cette distinction, qui fait dire à Saint Paul par Jésus-Christ et par Dieu le Père, peut être entendue de la personne du Père et de celle du Fils; mais alors autre est la personne Dieu le Père, autre celle Jésus-Christ, et le bienheureux apôtre Paul a reçu, de l’une et de l’autre, sa mission apostolique. Il l’a même reçue de toute la Trinité, parce que les oeuvres de la Trinité sont indivisibles. Que s’il n’est pas fait mention de la personne du Saint Esprit, c’est qu’étant l’union et le noeud des deux autres, quand on parle de celles-ci, c’est-à-dire du Père et du Fils, on comprend aussi la troisième : le Saint Esprit. On peut encore entendre cette distinction de la nature que Jésus Christ a assumée, c’est-à-dire de la nature humaine; car quant à la nature divine, il n’y a pas de distinction entre Dieu le Père et Jésus-Christ; et alors Paul a reçu sa mission de Dieu le Père en sa qualité d’Auteur, et de Jésus-Christ en sa qualité de ministre (Rom., XV, 8) : « Je vous déclare que Jésus-Christ a été ministre, etc. » Mais comme les Galates avaient moins d’estime qu’ils ne devaient pour Saint Paul, parce qu’il n’avait pas vécu avec Jésus-Christ comme les autres apôtres, et qu’il n’avait pas été envoyé par lui-même, Paul à son tour relève spécialement son apostolat, en disant que les autres avaient été envoyés par Jésus-Christ vivant encore dans sa chair mortelle, tandis que lui-même l’avait été par Jésus Christ déjà glorifié. Voila pourquoi il dit (verset 1) : qui, c’est-à-dire Dieu le Père, l’a ressuscité, Jésus-Christ s’entend, en tant qu’homme, d’entre les morts. Comme s’il disait : Je suis apôtre, non par l’autorité des hommes, c’est-à-dire celle du collège des apôtres, ni par celle d’un homme, c’est-à-dire de Jésus-Christ vivant dans sa chair mortelle, mais : je suis apôtre par Jésus-Christ déjà ressuscité et glorifié (Rom., VI, 9) : « Jésus-Christ ressuscité d’entre les morts, etc. » Et comme la vie présente est figurée par la partie gauche, la vie future par la partie droite, en tant que celle-ci est céleste et spirituelle, celle-là temporelle, Pierre qui fut appelé par Jésus-Christ encore vivant dans sa chair mortelle, est placé, dans la bulle du Pape, du côté gauche, Paul qui a été appelé par Jésus-Christ déjà glorifié, est placé à droite.

II. Quand l’Apôtre ajoute (verset 2) : et tous les frères qui sont avec moi, etc., il désigne les personnes qui se joignent à lui pour saluer.

Il les dépeint par un terme de douce familiarité : ceux qui sont avec moi, c’est-à-dire pour me consoler et pour travailler avec moi (Prov., XV, 49) : « Le frère qui est aidé par son frère est, etc. » et (Ps., CXXXII, 1) : « Que c’est une chose bonne, etc. »

Par la charité qui les rend inséparables par la charité : les frères (Jean, XIII, 35 : « On connaîtra à cette marque que vous êtes, etc. »

Par leur universalité : tous. Il s’exprime ainsi parce que les Galates s’étaient peut-être laissés séduire, au point de regarder comme peu de chose la parole de Paul. C’est ce qui lui fait dire (verset 2) : tous les frères qui sont avec moi, pour montrer que tous ces frères sont témoins de la vérité qu’il enseigne, et leur faire comprendre facilement qu’ils sont dans l’erreur, en se voyant repris par tous (II Corinth., II, 6) : « Quant à celui qui a commis le crime, c’est assez pour lui de cette correction, qui lui est faite par plusieurs, etc. »

 

II° En ajoutant (verset 2) : Aux Eglises de la Galatie, etc…, Saint Paul désigne les personnes saluées. Il faut se rappeler ici que, comme on l’a insinué dans la Glose, Brennus, chef des Gaulois Sénonais, ayant rassemblé une armée, pénétra en Italie et, l’ayant traversée, vint en Grèce, avant le temps d’Alexandre le Grand. Quelques-uns de ses hommes, y étant restés, se mêlèrent aux Grecs, dans une partie de ce pays, ce qui fit donner à cette province le nom de Gallo-Grèce, et dans la suite ces Gaulois furent appelés Galates, nom pris en quelque sorte de la blancheur de leur teint. Or, bien que les Grecs soient d’un esprit vif, cependant ces Galates étaient peu intelligents, inconstants et lents à comprendre, comme ces Gaulois indépendants dont ils tiraient leur origine; ce qui fera dire plus loin à Saint Paul : O Galates insensés ! etc. C’est donc à ce peuple que Saint Paul écrit cette lettre, et ce sont ces Galates qu’il salue.

III° Quand Saint Paul dit (verset 5) : Que la grâce et la paix vous, etc., il exprime les biens qu’il leur souhaite. I. Il énonce d’abord ces biens eux-mêmes qu’il souhaite; II. l’auteur de ces biens mêmes (verset 5) : par Dieu le Père, etc.

 I. Les biens que l’Apôtre désire pour les Galates sont au nombre de deux, et tous les dons spirituels y sont renfermés. Le premier de ces biens est la grâce, principe de la vie spirituelle, à laquelle est attribuée, dans la Glose, la rémission des péchés, qui est comme la base de cette vie. Car nul ne peut entrer dans cette véritable vie spirituelle, si d’abord il ne meurt au péché. Le second de ces biens est la paix, qui est le repos de l’âme dans sa fin, et qui, dans la Glose, est appelée la réconciliation avec Dieu. Saint Paul donc, en souhaitant aux Galates le commencement et la fin de tous les biens spirituels, semble renfermer entre ces deux extrêmes le désir de tous les biens qui peuvent leur arriver (Ps., LXXXIII, 12) : « Le Seigneur donnera sa grâce et la gloire » ; (II Corinth., XIII, 45) : « Que la grâce de notre Seigneur Jésus-Christ, etc. »

II. L’auteur de ces biens est Dieu le Père : c’est pourquoi l’Apôtre dit (verset 2) : par Dieu le Père, etc…, exprimant ainsi le principe de ces biens; la manière par laquelle ils nous sont produits (verset 4) : qui s’est livré lui-même ; l’action de grâces pour ces biens mêmes (verset 5) : qui est la gloire, etc.

La cause et la valeur de ces biens est Dieu le Père, comme leur auteur, en tant que Dieu, et la Trinité tout entière qui est appelée le Dieu de tous, en raison de la création (Sag., XIV, 3) : « C’est votre Providence, ô Père, qui gouverne, etc. » C’est ce qui fait dire à Saint Paul (verset 5) : par Dieu le Père. Le Seigneur Jésus-Christ en est aussi l’auteur, comme ministre, en tant qu’homme (Rom., XV, 8) : « Je dis que Jésus-Christ a été ministre, etc. » Que la grâce nous vienne par Jésus-Christ, cela est évident (Jean., I, 17) : « La grâce et la vérité nous sont venues par Jésus-Christ, etc. » et (Rom., III, 24) : « Justifiés donc gratuitement par sa grâce, etc. » La paix nous vient également de lui (Jean, XIV, 27) : « Je vous donne ma paix, etc. »

Quant au mode de causalité par lequel nous avons reçu ces biens, l’Apôtre l’exprime en disant (verset 4) : qui s’est livré lui-même, etc., paroles où il énonce

A) la cause efficiente, qui est la mort de Jésus-Christ. Quant à cette cause il dit (verset 4) : qui s’est livré lui-même, etc.; en d’autres termes : Jésus-Christ est l’auteur de la grâce et de la paix, parce qu’il s’est livré lui-même à la mort et parce qu’il a souffert le supplice de la croix. La mort même de Jésus-Christ est donc la cause efficiente de la grâce (Rom., III, 24) : « Justifiés gratuitement, etc. » et (Coloss., I, 20) : « Ayant pacifié par le sang qu’il a répandu (…)ce qui est dans le ciel. » L’Apôtre dit d’abord (verset 4) : qui s’est livré, c’est-à-dire qui s’est offert volontairement (Ephés., V, 2) : « Jésus-Christ nous a aimés, et il s’est livré, etc. « ; (Hébr., II, 9) : « [Dieu ayant voulu] qu’il goûtât la mort pour nous » ; (Tite II, 14) : « Il s’est livré lui-même pour nous, etc. » En s’exprimant ainsi, Saint Paul conclut manifestement contre les novateurs, car si la mort de Jésus-Christ est la cause suffisante de notre salut, et si les sacrements de la Loi nouvelle qui tirent leur efficacité de la mort de Jésus-Christ confèrent la grâce, il est superflu de garder simultanément avec le nouveau Testament les observances légales, par lesquelles on ne reçoit pas la grâce, et l’on n’obtient pas le salut, « puisque la Loi n’a conduit personne à la perfection, » ainsi qu’il dit (Hébr., VII, 19).

B) L’Apôtre indique la fin et l’utilité de ces biens mêmes, c’est-à-dire leur cause finale. Cette fin est de deux sortes. La première est de nous délivrer de nos péchés passés; quant à cette fin, Saint Paul dit (verset 4) : pour nous racheter de nos péchés, c’est-à-dire détruire et expier ces péchés passés, ce qui est le commencement de notre salut (Apoc., I, 5) : « Il nous a aimés, etc. » La seconde fin est de nous délivrer de la puissance de la mort; quant à celle-ci l’Apôtre dit (verset 4) : et pour nous délivrer de la corruption du siècle présent ; (Coloss., I, 13) : « Il nous a arrachés à la puissance des ténèbres, etc. » Il assigne ici trois effets : à savoir : nous arracher, dit-il, du siècle présent, et du siècle méchant. Pour nous arracher du siècle présent, en nous attirant aux choses éternelles, par le désir et l’espérance; du siècle, c’est-à-dire de la conformité avec ce monde qui nous séduit, afin que nous ne nous rendions pas semblables à lui ; (Rom., XII, 2) : « Et ne vous conformez pas au siècle présent, etc. » et du siècle méchant, en nous ramenant à la justice véritable. Ce siècle est appelé « méchant », non pas à cause de sa nature, puisqu’il est bon, ayant été créé par Dieu, mais à cause du mal qui s’y commet, comme il est dit (Ephés., V, 16) : « Les jours sont mauvais, etc. » ; et (Genès., XLVII, 9) où Jacob dit : « Il y a cent trente ans que je suis voyageur, et ce petit nombre d’années a été traversé de beaucoup de maux, etc. » Et bien que ces dons nous viennent de Jésus-Christ, toutefois Dieu le Père n’en est pas exclu. Voila pourquoi, en troisième lieu, l’Apôtre indique l’acceptation de la volonté divine, ce qui lui fait dire (verset 4) : selon la volonté de Dieu le Père, le Père, dis je, de Jésus-Christ, par nature, car il l’engendre de toute éternité, comme son Verbe (Ps., II, 7) : « je vous ai engendré aujourd’hui » ; et (Jean., I, 4) : « Au commencement était le Verbe, etc. « ; de plus, notre Père, par adoption (Jean I, 12) : « Il a donné le pouvoir de, etc. » Dans le premier sens, l’expression « Dieu le Père, » est prise pour la seule personne du Père; dans le second, pour toute la Trinité.

Mais parce que c’est de Dieu le Père, c’est-à-dire de toute la Trinité que procèdent pour nous tous ces biens par Jésus-Christ, (verset 5) : à lui donc, c’est-à-dire, à la Trinité toute entière, à lui gloire en soi, et dans les autres dans les siècles des siècles, c’est-à-dire toujours. Amen, c’est le signe de l’accomplissement. Nous trouvons donc en abrégé dans ces salutations ce qui tient à l’autorité de l’Apôtre, de quoi réprimer l’orgueil des Galates, l’efficacité de la grâce, par laquelle il les porte à observer l’Evangile et l’insuffisance des observances légales, dont il veut les détourner.

 

 

Lectio 2

 

Leçon 2 : Galates I, 6-10 ─ La légèreté des Galates face à l’Evangile

 

 

SOMMAIRE : L’Apôtre s’étonne de la légèreté des Galates; il fait ressortir la grièveté de leur faute, et la vertu de l’Evangile prêché par lui, Evangile qu’il élève au-dessus même d’un Evangile qui serait annoncé par les anges.

 

 

[6] miror quod sic tam cito transferimini ab eo qui vos vocavit in gratiam Christi in aliud evangelium

[7] quod non est aliud nisi sunt aliqui qui vos conturbant et volunt convertere evangelium Christi

 

[8] sed licet nos aut angelus de caelo evangelizet vobis praeterquam quod evangelizavimus vobis anathema sit

 

 

[9] sicut praediximus et nunc iterum dico si quis vobis evangelizaverit praeter id quod accepistis anathema sit

 

[10] modo enim hominibus suadeo aut Deo aut quaero hominibus placere si adhuc hominibus placerem Christi servus non essem

 

[87746] Super Gal., cap. 1 l. 2 In superioribus praecessit salutatio, sequitur in sequentibus epistolaris narratio, in qua arguit apostolus eorum errorem; secundo eos monet ad correctionem, V, 1, ibi state ergo, et cetera. Errorem autem eorum arguit dupliciter, et per auctoritatem evangelici documenti, et per rationem veteris testamenti, III, 4 , ibi o insensati, et cetera. Arguit autem errorem ipsorum, ostendendo auctoritatem evangelicae doctrinae. Primo ostendendo ipsorum levitatem quantum ad levem dimissionem evangelicae doctrinae; secundo commendando auctoritatem ipsius doctrinae evangelicae : ut sic quanto dignius est quod dimittunt, tanto eorum error appareat maior, ibi notum enim vobis facio, et cetera. Circa primum duo facit. Primo enim exaggerat culpam; secundo infligit poenam, ibi sed licet nos, et cetera.

 

 

Culpam autem exaggerat et seductorum et seducentium, ibi nisi sunt, et cetera. Circa primum tria facit. Primo enim aggravat culpam seductorum ex animi levitate. Unde dicit miror, quasi dicat : cum sciatis tot bona quae dicta sunt provenire vobis per Christum, et quod cum fueritis ita bene instructi per me, tamen sic, id est, intantum et tam vehementer, ut videamini iam obliti, tam cito, id est, in tam brevi tempore, transferimini, ut alludat nomini. Galatia enim translatio dicitur. Quasi dicat : vos estis Galatae, quia tam cito transferimini. Eccli. XIX, 4 : qui cito credit, levis est corde.

 

 

 

 

Secundo aggravat eorum culpam ex eo quod dimiserunt. Si enim ratio recedit et transfertur a malo, commendabilis est et bene facit, sed quando recedit a bono, tunc est culpabilis. Et sic isti a bono translati erant. Et ideo dicit eis : et si mirandum sit quod tam cito et sic transferimini, addit tamen materiam admirationis, quod scilicet transferimini ab eo, scilicet a Deo, et fide eius, qui vos vocavit in gratiam Christi, id est, in participationem aeterni boni, quam habemus per Christum. I Petr. II, v. 9 : gratias agentes Deo, qui vos vocavit in admirabile lumen suum. Item II Petr. II, 21 : melius erat eis viam veritatis non agnoscere, quam, et cetera.

 

 

Tertio aggravat eorum culpam ex eo ad quod conversi sunt, quia non sunt conversi ad bonum, sed ad malum. Unde dicit in aliud Evangelium, id est, veteris legis, quae Annuntiatio bona est inquantum annuntiat quaedam bona, scilicet temporalia et carnalia. Is. I, 9 : si volueritis et audieritis me, et cetera. Sed tamen non est perfecta et simpliciter, sicut Evangelium; quia non annuntiat perfecta et maxima bona, sed parva et minima. Sed lex nova est perfecte et simpliciter Evangelium, id est, bona Annuntiatio, quia annuntiat maxima bona, scilicet caelestia, spiritualia et aeterna. Et licet sit aliud Evangelium secundum traditionem pseudo, tamen secundum meam praedicationem non. Est enim aliud in promissis, sed non est aliud in figura, quia idem continetur in veteri testamento et in novo : in veteri quidem ut in figura, in novo vero ut in re et expresse. Et sic est aliud Evangelium quantum ad ea quae exterius apparent, sed quantum ad ea quae interius sunt et continentur, non est aliud.

 

 

 

Licet autem non sit aliud in se, tamen potest esse aliud ex culpa aliorum, scilicet seducentium. Et ideo eorum culpam exaggerans, dicit nisi sunt aliqui, scilicet seductores, qui vos conturbant, id est, puritatem sensus vestri, qua imbuti fuistis per fidei veritatem, obfuscant. Quia, licet idem contineatur quantum ad interiorem intellectum per vetus et novum testamentum, ut dictum est, tamen si post susceptionem novi testamenti reiteratur vetus, videtur ostendi quod novum non sit perfectum, et quod illud sit aliud ab isto. Et ideo dicit quod non est aliud, nisi sunt, etc., quia isti pseudo post fidei evangelicae susceptionem cogebant eos circumcidi, ostendendo per hoc, quod circumcisio est aliquid aliud quam Baptismus et efficit aliquid quod Baptismus non potest efficere, et ideo isti conturbant vos. Infra V, 12 : utinam abscindantur qui vos conturbant, et cetera. Et vere conturbant, quia volunt convertere Evangelium Christi, id est, veritatem evangelicae doctrinae in figuram legis, quod est absurdum et turbatio maxima.

 

 

 

 

In illud enim debet aliquid converti ad quod ordinatur; novum autem testamentum et Evangelium Christi non ordinatur ad vetus, sed potius e contrario lex vetus ordinatur ad legem novam, sicut figura ad veritatem; et ideo figura converti debet ad veritatem, et lex vetus in Evangelium Christi, non autem veritas in figuram, neque Evangelium Christi in legem veterem : quod patet ex ipso usu loquendi. Non enim dicimus quod homo sit similis imagini hominis, sed potius e converso, imago est similis homini. Ier. XV, 9 : ipsi convertentur ad te, etc.; et Lev. XXVI, 10 : novis supervenientibus, et cetera.

 

 

 

Consequenter post exaggerationem culpae ponitur inflictio poenae, cum dicit sed licet, et cetera. Et circa hoc duo facit. Primo promulgat sententiam; secundo rationem sententiae assignat, ibi modo enim hominibus, et cetera.

Circa primum duo facit. Primo ostendit auctoritatem suae sententiae; secundo profert eam, ibi sicut praedixi, et cetera. Ostendit autem auctoritatem suae sententiae multam esse, eo quod non solum in perversores et in seductores subditos, sed etiam in pares, sicut sunt alii apostoli, et etiam in superiores, sicut sunt Angeli, si huius criminis, scilicet conversionis Evangelii in veterem legem, rei essent, efficaciam haberet. Et ideo dicit : quia nostrae sententiae auctoritas quam ego promulgo (quae est excommunicatio), non solum in illos qui talia intendunt, efficaciam habet, sed licet nos, scilicet apostoli, aut Angelus, bonus vel malus, de caelo veniens evangelizet, praeter quam quod evangelizatum est a nobis, anathema sit, id est, reus erit huius sententiae, quam promulgamus.

 

 

 

Ad evidentiam autem dictorum tria inquirere oportet. Primo quid significat hoc nomen, anathema. Circa quod sciendum est, quod anathema est nomen Graecum, et componitur ab ana, quod est sursum, et thesis, positio, quasi sursum positio. Et est ortum ex quadam antiqua consuetudine. Antiqui enim quando pugnabant, capiebant aliquando aliquam praedam ab hostibus, quam nolebant convertere in usum proprium, sed suspendebant illam in templis, vel in aliquo loco publico civitatis, quasi separatam a communi usu hominum, et omne tale sic suspensum nominabant Graeci anathema; et ex hoc inolevit consuetudo, quod omne illud quod excludebatur ab usu communi, diceretur anathematizatum. Unde dicitur Iosue VI, 17 de Iericho et omnibus quae in ea sunt, quod Iosue mox anathematizavit ea. Et ideo etiam hoc in Ecclesia inolevit, ut illi qui excluduntur a communi societate Ecclesiae, et a participatione sacramentorum Ecclesiae, dicantur anathematizati.

 

 

Secundo inquirenda est ratio eorum, quae dicit licet nos aut Angelus, et cetera. Ubi sciendum est, quod est triplex doctrina. Prima est philosophorum, qui ex ductu rationis propriae in cognitionem suae doctrinae devenerunt. Quaedam alia doctrina est, quae est tradita per Angelos, sicut lex vetus. Lex enim non est allata voluntate humana (sicut dicitur ad Gal. III, 19), sed per Angelos in manu mediatoris, ut dicitur infra III, v. 19. Quaedam vero doctrina tradita est a Deo immediate, sicut doctrina Evangelii. Io. c. I, 18 : Deum nemo vidit unquam, et cetera. Ad Hebr. I, 2 : novissime diebus istis locutus est nobis in filio. Et post : quae cum initium accepisset, et cetera.

 

 

Doctrina ergo quae traditur per hominem potest mutari et revocari per alium hominem qui melius novit, sicut unus philosophus reprobat dicta alterius; item per Angelum qui perspicacius videt veritatem. Doctrina etiam quae traditur per Angelum posset forte removeri per alium Angelum superiorem, seu per Deum. Sed contra doctrina quae immediate a Deo traditur, non potest neque per hominem, neque per Angelum irritari. Et ideo si contingat quod homo vel Angelus diceret contrarium illi quae per Deum tradita est, dictum suum non est contra doctrinam, ut per hoc irritetur et repellatur, sed potius doctrina est contra eum, quia ipse qui dicit, debet excludi et repelli a communione illius doctrinae. Et ideo dicit apostolus quod dignitas doctrinae evangelicae, quae est immediate a Deo tradita, est tantae dignitatis, quod sive homo, sive Angelus evangelizet aliud praeter id, quod in ea evangelizatum est, est anathema, id est, abiiciendus et repellendus est.

 

 

Tertio solvere oportet obiectiones quae circa hoc occurrunt.

Quarum una est, cum par in parem non habeat imperium, et multo magis non habeat in superiorem, videtur quod apostolus non potuit excommunicare apostolos qui erant sibi pares, et minus Angelos qui sunt superiores. Matth. XI, v. 11 : qui minor est in regno caelorum, maior est illo. Non est ergo anathema per hoc.

 

Ad hoc dicendum est, quod apostolus hanc protulit sententiam, non propria auctoritate, sed auctoritate evangelicae doctrinae, cuius minister erat, cuius doctrinae auctoritas habet, ut quicumque contra illam dicunt, excludendi et repellendi sint. Io. XII, 48 : sermo quem locutus sum, ille iudicabit eum in novissimo die, et cetera.

Alia quaestio est, quia ipse dicit, praeterquam quod evangelizatum est. Ergo non debet aliquis docere, neque praedicare, nisi quod scribitur in epistolis et in Evangelio. Sed hoc est falsum, quia I Thess. III, 10 dicitur : ut compleamus ea quae desunt fidei nostrae, et cetera. Respondeo. Dicendum quod nihil aliud evangelizandum est, quam illud quod continetur in Evangeliis, et in epistolis, et in sacra Scriptura implicite vel explicite. Nam sacra Scriptura et Evangelium evangelizat esse credendum Christo explicite. Unde quidquid continetur in eis implicite, quod facit ad doctrinam eius, et ad fidem Christi, evangelizari et doceri potest. Et ideo cum dicit praeter id, etc., id est, omnino alienum addendo. Apoc. ult. : si quis apposuerit ad haec, aut addiderit, scilicet omnino alienum, apponat Deus super illum plagas scriptas in libro isto. Et Deut. IV : non addetis quidquam, etc., scilicet contrarium seu alienum, nec minuetis, et cetera.

 

Consequenter cum dicit sicut praedixi, etc., sententiam suam profert in malo, dicens : sicut praedixi de Angelis et apostolis, idem dico de seductoribus. Si quis seductor evangelizaverit praeter id quod accepistis a me, anathema sit, id est, excommunicatus. Et haec est sententia quam profert.

 

Sed numquid ex hoc sunt excommunicati omnes haeretici? Videtur quod non, quia dicitur Tit. III, 10 : haereticum hominem post primam et secundam correctionem devita, et cetera. Respondeo. Dicendum est, quod haereticus potest dici aliquis, vel quia simpliciter errat ex ignorantia, et ex hoc non est excommunicatus; vel quia errat ex pertinacia et alios nititur pervertere, et tunc incurrit in canonem latae sententiae. Utrum autem ex tunc his verbis sententiam in haereticos protulerit, dubium est. Cum tamen sententia iam lata sit contra haereticos in Conciliis. Potest tamen dici quod forte hic ostenduntur excommunicatione digni.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Consequenter cum dicit modo enim hominibus, etc., ostendit rationem sententiae. Ubi primo ponit rationem ipsius sententiae; secundo manifestat hic propositum, ibi an quaero, et cetera.

Posset enim aliquis dicere : quare sic excommunicas? Forte aliqui sunt amici, vel alicuius auctoritatis, non ergo sic faciendum est. Ideo respondens apostolus, dicit : immo sic faciendum est, quia ea quae modo dico, non sunt ad favorem hominum, sed ut placeam Deo, et hoc est quod dicit modo enim, id est, post conversionem, vel in ista epistola, suadeo hominibus, id est, tendit ad hoc appetitus meus, ut placeam hominibus, an Deo? Quasi dicat : haec quae facio, ideo facio, ut complaceam soli Deo. I Thess. II, 4 : loquimur non quasi hominibus placentes, sed Deo, et cetera. Nec etiam loquimur auctoritate hominum, sed divina.

 

 

Quod autem non intendam placere hominibus, patet ex intentione et ex proposito meo. Nam ego non quaero hominibus placere, id est, non est intentionis meae homines convertere, ut placeam hominibus tantum, sed propter honorem Dei. Et hoc patet, quia si adhuc intenderem placere hominibus, ut olim placui, non essem servus Christi. Cuius ratio est, quia haec sunt contraria. Ita dumtaxat, ut scilicet velim placere hominibus propter homines, non referendo illud in Deum. Si enim ideo intendam aliquando placere hominibus, ut eos traham ad Deum, non pecco. Sed si primo modo, non sum servus Christi. Is. XXVIII, 20 : coangustatum est stratum, ita ut alter decidat, et cetera. Matth. VI, 24 : nemo potest duobus dominis servire, et cetera. Ps. LII, 6 : confusi sunt qui hominibus placent.

 

6. Je m’étonne qu’abandonnant celui qui vous a appelés à la grâce du Christ, vous passiez sitôt à un autre évangile.

7. Ce n’est pas qu’il y en ait un autre; mais c’est qu’il y a des gens qui vous troublent et qui veulent renverser l’Evangile du Christ.

8. Mais quand nous vous annoncerions nous-mêmes, ou quand un Ange du ciel vous annoncerait un évangile différent de celui que nous vous avons annoncé, qu’il soit anathème.

9. Je vous l’ai dit et je vous le dis encore une fois : si quelqu’un vous annonce un évangile différent de celui que vous avez reçu, qu’il soit anathème.

10. Car enfin est-ce des hommes ou de Dieu que je désire maintenant être approuvé? ou ai-je pour but de plaire aux hommes? Si je voulais encore plaire aux hommes, je ne serais pas serviteur du Christ.

 

Ce qui précède renferme les salutations, ce qui suit commence la narration épistolaire, dans laquelle l’Apôtre renverse l’erreur des Galates, et les avertit de se corriger (ci-dessous, verset 1) : Demeurez donc fermes, etc. Or l’Apôtre s’en prend à cette erreur de deux manières, par l’autorité de l’enseignement Evangélique, et par un raisonnement déduit de l’ancien Testament (ci-dessous, III, 4) : O Galates insensés, etc.! D’abord donc, il s’attaque à leur erreur en établissant l’autorité de la doctrine de l’Evangile; à cet effet premièrement il fait ressortir la légèreté des Galates qui ont abandonné d’une manière très irréfléchie cette doctrine; secondement il recommande l’autorité de cette doctrine elle-même, en sorte que, plus ce qu’ils abandonnent est recommandable, plus leur erreur paraît plus grave ; (verset 11) : car je vous déclare que, etc. Sur le premier de ces points : il démontre la grandeur de leur faute; II° il inflige un châtiment (verset 8) : mais quand nous vous annoncerions nous-mêmes, etc.

 

I° Il établit la grandeur de la faute, et de ceux qui ont été séduits, et de ceux qui les ont séduits ; (verset 7) : C’est qu’il y a, etc. A ce propos il fait trois choses :

I. La grandeur de la faute de ceux qui ont été séduits se déduit

de la légèreté de leur esprit, ce qui lui fait dire (verset 6) : Je m’étonne, en d’autres termes : Puisque vous savez que tant de biens, que je viens d’énumérer, vous viennent par Jésus-Christ, après avoir été bien instruits par moi, comme vous l’avez été, je m’étonne que ainsi, c’est-à-dire d’une manière aussi inexplicable et avec tant d’ardeur, vous paraissiez avoir oublié si vite, c’est-à-dire dans un si court espace de temps, et que vous ayez été emportés, faisant allusion à leur nom. Car Galatie veut dire translation. Comme s’il disait : Vous méritez le nom de Galates, puisque vous vous laissez si promptement entraîner ; (Ecclésiastique XIX, 4) : « Celui qui est trop facile à croire, est léger de coeur. »

L’Apôtre déduit la grandeur de leur faute, de ce qu’ils ont abandonné. Car si la raison se retire du mal et l’abandonne, elle est digne d’éloges parce qu’elle agit bien; mais quand elle se retire du bien, elle est alors coupable. C’est dans ce sens que les Galates avaient été éloignés du bien, et voila pourquoi Saint Paul leur dit : Tout étonnant qu’il soit que si vite et dans de telles conditions vous soyez ainsi emportés d’une doctrine à une autre, voici le sujet de son étonnement : vous soyez, dis-je, entraînés loin de celui, c’est-à-dire de Dieu et de sa foi, qui vous a appelés à la grâce de Jésus-Christ, c’est-à-dire à la participation du bien éternel que nous obtenons par Jésus-Christ (I Pierre, II, 9) : « rendant grâces à Dieu qui vous a appelés [des ténèbres] à son admirable lumière » ; (II Pierre II, 21) : « Il leur eût été meilleur de n’avoir pas connu la voie de la justice, que, etc. »

Il déduit la grandeur de leur faute de ce vers quoi ils se sont tournés, car ce n’est pas au bien qu’ils se sont convertis, mais au mal; c’est ce qui lui fait dire (verset 6) : à un autre Evangile, c’est-à-dire à l’Evangile de l’ancienne loi, dont la promulgation est bonne en tant qu’elle annonçait certains biens, mais passagers et charnels ; (Isaïe, I, 9) : « Si donc vous voulez m’écouter, etc. » Cependant cette loi n’est pas parfaite dans un sens absolu, comme l’Evangile, parce qu’elle n’annonce pas des biens parfaits et excellents, mais des biens de peu de valeur et du dernier rang. La loi nouvelle au contraire est parfaite et dans un sens absolu, c’est l’Evangile, c’est-à-dire la bonne nouvelle, parce qu’elle annonce les biens du premier ordre, c’est-à-dire les biens célestes, spirituels et éternels. Bien que ce soit un Evangile différent, entendu dans le sens des faux-apôtres, cependant comme je l’enseigne, il n’en est pas ainsi. A la vérité, il est autre quant aux promesses; mais il ne l’est pas quant aux figures, parce que l’ancien comme le nouveau Testament ne renferment qu’un seul et même objet. Il est dans l’ancien comme en figure, mais il est dans le nouveau expressément et en réalité. Il est donc autre quant à ce qui paraît de l’extérieur, mais il ne l’est pas quant à ce qui est à l’intérieur ou dans ce qu’il renferme.

II. Cependant, bien qu’il ne soit pas autre en soi, il peut l’être par la faute de quelques-uns, c’est-à-dire des séducteurs. Voilà pourquoi, faisant ressortir la grandeur de leur faute, il dit (verset 7) : C’est qu’il y a des gens, c’est-à-dire des séducteurs, qui vous troublent, c’est-à-dire qui obscurcissent la pureté des sentiments dont vous avez été pénétrés par la vérité de la foi. En effet, bien que le même objet soit contenu quant à l’intelligence intérieure, dans l’ancien et dans le nouveau Testament, ainsi qu’il a été dit, toutefois, si après avoir reçu le Nouveau, on reprend l’Ancien, on paraît donner à entendre que ce nouveau Testament manque de perfection, et que l’un est différent de l’autre. C’est ce qui fait dire à Saint Paul (verset 7) : Ce n’est pas qu’il y en ait un autre, mais c’est qu’il y a des gens, etc. C’est que ces faux-apôtres, après avoir reçu la foi de l’Evangile, contraignaient les Galates à se faire circoncire, montrant par là que la circoncision est quelque chose de différent du baptême et produit des effets que le baptême ne saurait produire. Voilà comment ces faux-apôtres vous troublent (ci-après verset 12) : Plût à Dieu que ceux qui vous troublent, fussent plus que circoncis. Et véritablement ils vous troublent, car ils veulent transformer l’Evangile de Jésus-Christ, » c’est-à-dire la vérité de la doctrine de l’Evangile, en la ramenant aux figures de la Loi, ce qui est une absurdité et un grand sujet de troubles. Si, en effet, une chose subit une modification, ce doit être pour arriver à la fin vers laquelle elle est ordonnée; or le nouveau Testament et l’Evangile de Jésus-Christ ne sont pas ordonnés relativement à l’ancien Testament. C’est tout le contraire : la loi ancienne se rapporte à la loi nouvelle, comme la figure à la vérité; par conséquent la figure doit se transformer en la vérité, et la loi ancienne en l’Evangile de Jésus-Christ, et non pas la vérité en figure, ni l’Evangile de Jésus-Christ retourner à la loi ancienne. Ceci est évident par sa seule énonciation. En effet, on ne dit pas : voilà un homme qui ressemble à son image, mais, tout au contraire, voilà une image qui ressemble à cet homme ; (Jérémie, XV, 9) : « Ce sera ce peuple qui se tournera vers vous, etc. » ; et (Lév., XXVI, 10) : « Quand les fruits nouveaux, etc. »

 

II° Après avoir montré la grandeur de la faute, l’Apôtre annonce le châtiment, quand il dit (verset 8) : Mais quand nous, etc. Il fait alors deux choses : I. Il promulgue la sentence; II. il en assigne la raison (verset 10) : Est-ce enfin des hommes, etc.

I. Sur le premier de ces points, il établit l’autorité de sa sentence; il la proclame (verset 9) : Or, nous vous l’avons dit, etc.

Saint Paul fait donc voir d’abord combien est grande l’autorité de sa sentence, puisque non seulement à l’égard des pervers et des séducteurs, qui sont ses inférieurs, mais même à l’égard de ses égaux, comme le sont les autres apôtres, et de ceux qui sont au-dessus de lui, comme seraient les Anges, s’ils se rendaient coupables d’un crime semblable, à savoir de renverser l’Evangile pour retourner à l’ancienne loi, cette sentence aurait son efficacité, C’est ce qui lui fait dire : puisque l’autorité de cette sentence, que je promulgue (sentence qui est l’excommunication), étend son effet non seulement sur ceux qui se rendent coupables d’un tel crime, mais qu’elle nous atteindrait nous-mêmes, c’est-à-dire nous autres apôtres, et même un ange, bon ou mauvais (verset 8) : si venant du ciel, il annonçait un Evangile différent de celui que nous vous avons annoncé, que celui-là soit anathème, c’est-à-dire il sera frappé par la sentence que nous promulguons en ce moment. Pour bien comprendre ce passage, il est nécessaire d’examiner trois points :

A) d’abord ce que signifie ce terme : « anathème ». A ce sujet, il faut savoir que ce mot « anathème » est une expression grecque, composé de la préposition « ¢na » qui veut dire « en haut », et de « qhsij » action de poser, comme si l’on disait : « poser dessus ». Elle tire son origine d’une coutume ancienne. En effet, les anciens, quand ils combattaient, prenaient quelquefois dans le butin fait sur l’ennemi une portion qu’ils ne voulaient pas appliquer à leur usage particulier, et ils suspendaient ce butin dans les temples, ou dans quelque lieu public de la cité, comme pour le séparer de l’usage commun des hommes; or chez les Grecs, toute offrande ainsi suspendue, s’appelait anathème. De là vint cette coutume de donner le nom d’anathématisé à tout ce qui était en dehors de l’usage commun. Ainsi on lit (Josué, VI, 17) de la ville de Jéricho et de tout ce qu’elle contenait, que Josué les anathématisa. De là aussi cette coutume dans l’Eglise, que ceux qui sont exclus de la société commune des fidèles et de la participation à ses sacrements, sont dits anathématisés.

B) En second lieu, il faut chercher l’explication de cette parole de Saint Paul (verset 8) : quand nous vous annoncerions nous-mêmes ou quand un ange vous annoncerait, etc. Rappelons-nous ici qu’il y a trois sortes de doctrines : celle des Philosophes, qui, sous l’inspiration de leur raison particulière, sont arrivés à la connaissance de leur doctrine; la seconde, transmise par les anges, comme la loi ancienne, car cette loi ne nous a pas apportée par une volonté humaine, mais elle a été donnée par le ministère des anges, par l’entremise d’un médiateur, comme il est dit ci-après (III, 19); une troisième enfin, donnée par Dieu même immédiatement : telle est la doctrine de l’Evangile ; (Jean, I, 18) : « Nul homme n’a jamais vu Dieu, etc. « ; (Hébr., I, 2) : « Dieu nous a parlé tout dernièrement, et de nos jours par son Fils. » Et plus loin : « qui, annoncé d’abord par le Seigneur, etc. » La doctrine qui vient de l’homme peut être changée et remplacée par un autre homme qui a vu mieux. C’est ainsi qu’un Philosophe rejette l’enseignement d’un autre Philosophe. Elle peut encore l’être par un ange qui voit d’une manière plus perspicace la vérité. A la doctrine, même transmise par un ange, peut-être un ange supérieur ou Dieu lui-même pourraient-ils substituer une autre. Au contraire, la doctrine qui vient immédiatement de Dieu, ne peut être annulée ni par un homme, ni par un ange. Si donc il arrivait qu’un homme ou qu’un ange, vînt à enseigner une doctrine opposée à ce qui a été transmis de Dieu, sa parole ne saurait prévaloir contre l’enseignement divin, de manière à le rendre inutile et à le faire rejeter; cet enseignement est plutôt contre lui, parce que celui qui parle ainsi doit être repoussé et exclus de la participation à l’enseignement qu’il attaque. Voilà pourquoi l’Apôtre dit que la dignité de la doctrine de l’Evangile, qui a été transmise par Dieu lui-même, est si haute que si quelqu’un, soit un homme, soit un ange, venait à annoncer un Evangile autre que celui qui a été annoncé, il est anathème, c’est-à-dire qu’il doit être rejeté et repoussé.

C) Troisièmement, il est nécessaire de répondre aux objections qu’on peut faire sur ce qui a été dit.

Une de ces difficultés, c’est que d’égal à égal il n’y a pas d’autorité supérieure; et qu’on en a moins encore à l’égard d’un supérieur. Il semble que l’Apôtre n’a donc pas pu excommunier les apôtres qui étaient ses égaux, et bien moins encore les anges qui lui sont supérieurs ; (Matth., XI, 11) : « Celui qui est le plus petit dans le royaume des cieux, est plus grand que lui. » La sentence de Saint Paul ne produit donc pas l’anathème.

Il faut répondre que l’Apôtre a prononcé cette sentence, non de son autorité propre, mais de l’autorité de la doctrine de l’Evangile, dont il était le ministre, autorité telle que quiconque s’exprime contre elle, doit être exclus et repoussé ; (Jean., XII, 48) : « La parole même que j’ai annoncée, le jugera au dernier jour, etc. »

Une seconde difficulté se présente sur ce mot de l’Apôtre : quelque chose de différent de ce que je vous ai annoncé. On ne doit donc annoncer ni prêcher que ce qui est écrit dans les Epîtres et dans l’Evangile; or ceci est faux, puisque il est dit (I Thessal, III, 10) : « afin d’ajouter ce qui peut manquer encore à votre foi, etc. »

Je réponds que véritablement il ne faut rien annoncer que ce qui est contenu dans les Evangiles, les Epîtres et la sainte Ecriture, implicitement ou explicitement, car la sainte Ecriture et l’Evangile disent qu’il faut croire explicitement en Jésus-Christ. Tout ce qui est contenu dans l’Evangile et la sainte Ecriture implicitement, et sert au développement de la doctrine et de la foi en Jésus-Christ, peut être annoncé et enseigné; c’est ce qui fait dire à Saint Paul : Outre ce que, etc., c’est-à-dire en ajoutant ce qui est tout à fait différent ; (Apoc., XXII, 48) : « Si quelqu’un ajoute à ce livre, ou y mêle quelque chose d’entièrement étranger, Dieu le frappera des plaies qui sont écrites dans ce livre » ; et Deutér., IV, 2) : « Vous n’ajouterez, » à savoir rien de contraire ni d’étranger, « ni n’ôterez rien, etc. »

Quand Saint Paul ajoute (verset 9) : Je vous l’ai dit, etc., il prononce la sentence à l’égard de la prévarication, en disant : Ainsi que je vous l’ai déclaré à propos des anges et des apôtres, je déclare la même chose des séducteurs : (verset 9) Si quelque séducteur parmi vous, vous annonce un Evangile différent de celui que vous avez reçu, qu’il soit anathème, c’est-à-dire excommunié. Telle est donc la sentence qu’il profère.

Mais est-ce qu’en raison de cette sentence tous les hérétiques sont excommuniés ? Il semble qu’il n’en est pas ainsi, puisqu’il est dit (Tite III, 10) : « Fuyez celui qui est hérétique, après l’avoir repris une et deux fois, etc. » Il faut répondre qu’on peut être appelé hérétique, ou parce que l’ou erre simplement par ignorance, auquel cas on n’est pas par cela même excommunié; ou parce que l’on erre avec opiniâtreté et qu’on s’efforce de pervertir les autres, et alors on tombe sous le coup de la sentence portée. Il reste difficile de savoir si Saint Paul, dans ces paroles, a proféré dès lors la sentence contre les hérétiques. Mais comme la sentence a été portée déjà dans les conciles contre les hérétiques, on peut dire que l’Apôtre montre peut-être en cet endroit qu’ils méritent l’excommunication[1].

II. En disant à la suite (verset 10) : Car enfin, est-ce de Dieu ou des hommes que, etc. ? l’Apôtre donne la raison de sa sentence. Il expose cette raison même; il explique ce qu’il se propose d’établir (verset 10) : Ou ai-je pour but, etc. ?

  Car on pouvait dire : Pour quel motif frappez-vous ainsi d’excommunication ? Peut-être quelques-uns sont-ils de vos amis, ou des personnes de quelque considération; il ne faut donc pas agir ainsi. L’Apôtre répond : au contraire, c’est ainsi qu’il faut agir, parce que ce que je viens de dire n’est pas destiné à capter la faveur des hommes, mais pour plaire à Dieu. Aussi dit-il (verset 10) : Est-ce que maintenant, c’est-à-dire depuis ma conversion, ou dans cette Epître, je me propose de plaire aux hommes, c’est-à-dire est-ce que mon désir tend à plaire aux hommes, ou à Dieu ? En d’autres termes : ce que je fais, je le fais pour plaire à Dieu seul ; (I Thessal., II, 4) : « Nous parlons ainsi, non pour plaire aux hommes, mais à Dieu, etc. » Et nous ne parlons pas non plus en vertu d’une autorité venue des hommes, mais de Dieu.

Or, que je n’ai pas pour but de plaire aux hommes, on le voit manifestement par mon intention et par la fin que je me propose. Car pour moi, je n’ai pas pour but de plaire aux hommes, c’est-à-dire mon intention n’est pas de convertir les hommes, pour plaire aux hommes seulement, mais pour contribuer à la gloire de Dieu. Et cela est évident, puisque (verset 10) : si je voulais encore plaire aux hommes, comme je l’ai autrefois voulu, je ne serais pas serviteur de Jésus-Christ. La raison en est, que ces deux points de vue sont des extrêmes. Et il en serait ainsi, si je voulais plaire aux hommes pour les hommes mêmes, en ne le rapportant pas à Dieu. Si en effet je me propose quelquefois de plaire aux hommes pour les attirer à Dieu, je ne pèche pas, mais si je le fais de la première manière je ne suis pas serviteur de Jésus-Christ ; (Isaïe XXVIII, 20) : « Le lit est si resserré que l’un des deux tombera, etc. » ; (Matth., VI, 24) : « Personne ne peut servir deux maîtres, etc. » ; (Ps., LII, 6) : « Ceux qui veulent plaire aux hommes sont tombés dans la confusion. »

 

 

Lectio 3

 

Leçon 3 : Galates I, 11-14 ─ L’Evangile divin prêché par l’ancien persécuteur

 

SOMMAIRE : L’Apôtre prouve que la doctrine de l’Evangile qu’il a prêché, il ne l’a reçue que de Dieu seul, et que ce ne fut pas avant sa conversion, puisqu’alors il était lui-même animé de la haine la plus violente contre Jésus-Christ, et d’un zèle ardent pour le Judaïsme.

 

 

 

 

 

 

[11] et ait germinet terra herbam virentem et facientem semen et lignum pomiferum faciens fructum iuxta genus suum cuius semen in semet ipso sit super terram et factum est ita

[12] et protulit terra herbam virentem et adferentem semen iuxta genus suum lignumque faciens fructum et habens unumquodque sementem secundum speciem suam et vidit Deus quod esset bonum

[13] factumque est vespere et mane dies tertius

[14] dixit autem Deus fiant luminaria in firmamento caeli ut dividant diem ac noctem et sint in signa et tempora et dies et annos

[87747] Super Gal., cap. 1 l. 3 Supra apostolus redarguit Galatas de levitate animi, eo quod sic cito dimiserant doctrinam Evangelii, hic vero ipsius evangelicae doctrinae dignitatem ostendit. Et circa hoc duo facit. Quia primo commendat auctoritatem doctrinae evangelicae secundum seipsam; secundo ex parte aliorum apostolorum, et sua simul, cap. II, ibi deinde post annos quatuordecim, et cetera. Iterum prima pars dividitur in duas, quia primo proponit intentum; secundo manifestat propositum, ibi audistis enim, et cetera. Circa primum duo facit. Primo proponit quod intendit; secundo probat quod proponit, ibi neque enim, et cetera.

Intendens ergo commendare veritatem evangelicae doctrinae, dicit notum vobis, etc., quasi dicat : ita sum certus de auctoritate Evangelii, quod non solum hominibus, immo etiam Angelis contrarium non crederem; sed eos si contrarii essent, anathematizarem. Quam quidem certitudinem ex hoc habeo, quia magis credendum est Deo quam hominibus, seu Angelis. Et ideo cum ego habuerim illud Evangelium a Deo, maximam certitudinem habere debeo et habeo. Et ideo dicit notum enim vobis facio, fratres, Evangelium, quod evangelizatum est a me vobis et aliis Ecclesiis, quia non est secundum hominem, id est, secundum humanam naturam discordantem a regula seu revelatione divina. Et sic ly secundum hominem, sonat in vitium. I Cor. III, 3 : cum enim sit inter vos zelus et contentio, et cetera. Et sic accipit hic apostolus. Et ideo dicit non secundum hominem docentem me vel mittentem : quasi dicat : nullo modo potest hoc Evangelium haberi ab homine, sed a Deo.

 

 

Et ideo subdit neque enim ego ab homine, etc., ubi duplicem modum acceptionis excludit. Primo quod non habuit ab homine auctoritatem evangelizandi, et quantum ad hoc dicit neque ab homine, scilicet puro, accepi illud, id est, auctoritatem evangelizandi Evangelium, sed a Christo. Rom. c. X, 15 : quomodo praedicabunt, nisi mittantur? Is. XLII, 6 : dedi te in lucem gentium, et cetera. Act. IX, 15 : vas electionis est mihi iste, et cetera.

 

 

 

Secundo, quod non accepit scientiam evangelizandi ab homine. Et ideo dicit neque didici, scilicet Evangelium per hominem purum, sed per revelationem Iesu Christi, id est, per Iesum Christum omnia clare ostendentem. I Cor. II, 10 : nobis autem revelavit Deus, etc., Is. l, 5 : dominus Deus aperuit mihi aurem, et cetera. Et ibid., 4 : dominus dedit mihi linguam eruditam, ut sciam, et cetera. Haec autem revelatio facta fuit apostolo, cum raptus fuit in Paradisum, ubi audivit arcana verba quae non licet homini loqui, II Cor. XII, 4.

 

 

Consequenter cum dicit audistis enim, etc., probat propositum, scilicet quod non accepit ab homine Evangelium, neque ante conversionem, neque post conversionem ad Christum, ibi cum enim placuit, et cetera.

 

Quod autem non acceperit ab homine ante conversionem suam, ostendit et per odium quod habebat ad fidem Christi et ad Christianos, et per fervorem quem habebat ad Iudaismum, ibi et proficiebam, et cetera. Dicit ergo : dico quod non accepi ab homine, et hoc ante conversionem meam, quod patet ex factis illius temporis, et ex odio quod habebam ad fidem. Nam vos ipsi audistis, infra eodem, tantum autem auditum habebant, etc., conversationem meam aliquando, dum infidelis eram, in Iudaismo, quo Iudaice vivebam. Et dicit, meam, quia hoc quod male facimus ex nobis est, ex Deo autem quidquid boni facimus. Os. XIII, 9 : ex te perditio tua, Israel, tantummodo in me auxilium tuum. Istud scilicet audistis, quoniam supra modum, scilicet aliorum, quia non solum per se, sed provocabat principes ad hoc. Alii enim forte a principibus inducti persequebantur, sed iste eos inducebat. Act. IX, 1 : Saulus adhuc spirans minarum, etc., accessit, et cetera. Et quia non solum in Ierusalem, sed etiam per totam regionem. Unde accepit litteras in Damascum, et cetera. Unde de eo potest intelligi illud quod dicitur Gen. XLIX, 27 : Beniamin lupus rapax, et cetera.

 

 

 

 

 

Persecutus sum Ecclesiam Dei, scilicet inquirendo Christianos et fugando. I Cor. XV, 9 : non sum dignus vocari apostolus, et cetera.

Et expugnabam illam, non quidem spiritualiter, quia corda fidelium non poteram a fide avertere, sed corporaliter affligendo eos poenis corporalibus, et ponendo in carcere. Act. IX, 21 : nonne hic est qui, etc., Ps. CXXVIII, 1 : saepe expugnaverunt me, et cetera. Sic ergo patet, per odium quod habebat ad fidem Christi ante conversionem, quod non accepit Evangelium ab homine.

 

Patet hoc etiam per amorem et fervorem zeli, quem habuit ad Iudaismum, et hoc quantum ad profectum exteriorem. Unde dicit et proficiebam, etc., ubi tria ponit quae exprimunt profectus magnitudinem, quia supra multos, non supra paucos proficiebat, non supra senes ineptos ad profectum scientiae, sed coaetaneos, scilicet adolescentes acutos et aptos ad profectum. Thren. III, 27 : bonum est viro, cum portaverit iugum ab adolescentia sua.

 

 

 

Item non supra coaetaneos extraneos, quasi ignotae linguae, sed illos qui sunt in genere meo, scilicet Iudaeorum. Act. XXII, 3 : ego sum vir Iudaeus, secus pedes Gamalielis eruditus, et cetera. Item quantum ad zelum interiorem quem habebat ad legem. Et ideo dicit abundantius prae aliis aemulator existens, non solum legis, sed paternarum mearum traditionum, scilicet quas habent Iudaei licitas, quas boni patres addiderunt, ut dicitur in Glossa, quas quidem traditiones vocat suas, quia ita reputabat eas, ac si suae fuissent. Phil. III, 5 : secundum legem Pharisaeus, secundum aemulationem persequens, et cetera.

 

 

Sed quaestio est super hoc quod dicit Glossa : boni patres addiderunt. Videtur quod non fuerint boni, quia Deut. IV, 2 dicitur : non addetis ad verbum quod ego loquor vobis, et cetera. Ergo fecerunt contra mandatum domini, addentes traditiones, et sic non fuerunt boni. Dicendum est quod verbum illud domini intelligendum est sic : non addetis aliquid contrarium, seu extraneum verbis quae ego loquor, et cetera. Addere autem aliqua quae non sunt contraria, licuit eis, scilicet aliquos dies solemnes et alia similia, sicut factum est tempore Mardochaei, et tempore Iudith, in memoriam beneficiorum quae a Deo recipiebant.

 

Contra, Matth. XV, 6, dominus reprehendit eos, dicens : irritum fecistis mandatum domini propter traditiones hominum. Non ergo sunt licitae traditiones. Respondeo. Dicendum est, quod non arguuntur, quod tenent traditiones hominum, sed quia propter traditiones hominum dimittunt mandata Dei.

 

11. Je vous déclare donc, mes frères, que l’Evangile que je vous ai prêché n’a rien de l’homme;

12. Parce que je ne l’ai pas reçu ni appris d’aucun homme, mais par la révélation de Jésus-Christ.

13. Car vous savez de quelle manière j’ai vécu autrefois dans le judaïsme, avec quel excès je persécutais l’Eglise de Dieu, et la ravageais;

14. Me signalant dans le judaïsme au-dessus de plusieurs de ma nation et de mon âge, et ayant un zèle démesuré pour les traditions de mes pères.

 

Dans ce qui précède, Saint Paul a repris les Galates de leur légèreté d’esprit, parce qu’ils avaient si vite abandonné la doctrine de l’Evangile; il établit ici la dignité de cette doctrine. Dans ce dessein, d’abord il relève l’autorité de la doctrine de l’Evangile, par ce qu’elle est en elle-même; ensuite du côté des autres apôtres et de lui-même, (ci après, II, 4) : Quatorze ans après, etc. Le premier de ces points se subdivise en deux; car il énonce sa proposition; II° il la développe (verset 15) : Car vous savez, etc.

I° Sur la première subdivision, I. il énonce ce qu’il veut établir, II. il prouve ce qu’il a énoncé (verset 12) : parce que je ne l’ai pas reçu, etc.

I. Voulant donc mettre en valeur la vérité de la doctrine de l’Evangile, il dit (verset 11) : je vous déclare, etc. En d’autres termes : je suis tellement certain de l’autorité de l’Evangile, que je ne croirais pas, non seulement les hommes, mais les anges même, s’ils disaient le contraire, et s’ils le faisaient, je les anathématiserais. Or cette certitude je la tiens de cette règle qu’il vaut mieux croire à Dieu qu’aux hommes et qu’aux anges. Par conséquent, ayant reçu cet Evangile de Dieu lui-même, je dois avoir, et j’ai en effet, le plus haut degré de certitude. C’est ce qui lui fait dire (verset 14) : Je vous déclare, mes frères, que cet Evangile que j’ai prêché, et à vous-mêmes, et aux autres Eglises, n’a rien de l’homme, c’est-à-dire de la nature humaine, en tant qu’elle s’écarte de la règle ou de la révélation divine. Ainsi cette expression : « selon l’homme » indique une défectuosité ; (I Corinth., III, 3) : « Puisqu’il y a parmi vous des jalousies, des disputes, etc. » C’est dans ce sens que l’Apôtre l’entend; et voilà pour quoi il dit : n’a rien de l’homme, de l’homme qui m’aurait ou instruit ou envoyé ; en d’autres termes : En aucune manière cet Evangile ne saurait venir de l’homme, il vient de Dieu.

II. C’est pourquoi il ajoute (verset 12) : parce que je ne l’ai pas reçu ni appris d’aucun homme, etc., excluant dans ces paroles deux manières de recevoir l’Evangile.

D’abord, parce que ce n’est pas d’un homme qu’il a reçu la puissance d’annoncer l’Evangile; et quant à cette première manière il dit (verset 12) : parce que ce n’est pas d’un homme, c’est-à-dire de quelqu’un qui serait homme seulement, que j’ai reçu cet Evangile, c’est-à-dire l’autorité d’annoncer l’Evangile, mais de Jésus-Christ, ; (Rom., X, 15) : « Comment prêcheront-ils, s’ils ne sont envoyés ? » ; (Isaïe, XLII, 6) : « Je vous ai établi pour être la lumière des nations, etc. » ; (Act., IX, 15) : « Celui-ci est pour moi un vase d’élection, etc. »

Ensuite qu’il n’a pas reçu d’un homme la science d’annoncer l’Evangile. C’est ce qui lui fait dire (verset 12) : et je n’ai pas appris, c’est-à-dire l’Evangile, par celui qui ne serait qu’un homme, mais par la révélation de Jésus-Christ, c’est-à-dire de Jésus-Christ qui m’a montré clairement toutes choses ; (I Corinth., II, 10) : « Pour nous Dieu nous l’a révélé par son esprit, etc. » ; (Isaïe L, 5) : « Le Seigneur mon Dieu m’a ouvert l’oreille, etc. » ; et (verset 4) : « Le Seigneur mon Dieu m’a donné une langue savante, afin que je puisse soutenir, etc. » Or cette révélation a été faite à l’Apôtre, lorsqu’il fut ravi dans le Paradis, où « il entendit des paroles ineffables qu’il n’est pas permis à un homme d’entendre. » (II Corinth., XII, 4).

 

II° Quand l’Apôtre ajoute (verset 1) : Car vous savez etc., il prouve sa proposition c’est-à-dire qu’il n’a pas reçu d’un homme l’Evangile ni avant sa conversion à Jésus-Christ , ni même depuis, (verset 15) : car lorsqu’il a plu à Dieu, etc.

I. Or que Saint Paul n’ait pas reçu d’un homme l’Evangile avant sa conversion, il en donne une double preuve et par la haine qu’il ressentait pour la foi de Jésus-Christ et les chrétiens, et par le zèle qu’il professait pour le Judaïsme, (verset 4) : me signalant dans le Judaïsme, etc. Il dit donc : Je déclare que je n’ai reçu l’Evangile d’aucun homme, et cela avant ma conversion, ce qui est manifeste par ce qui s’est passé alors, et par la haine que je portais à la foi. Car vous mêmes, (verset 13) vous savez de quelle manière (ci-après, I, 23) : Ils avaient seulement entendu dire, etc.- Vous savez donc de quelle manière j’ai vécu autrefois (pendant que j’étais infidèle) dans le Judaïsme, c’est que je vivais à la manière des Juifs. Et il dit : la manière dont j’ai vécu, parce que ce que nous faisons de mal vient de nous-mêmes; tout ce que nous faisons de bien, vient de Dieu ; (Osée, XIII, 9) : « Votre perte vient de vous, ô Israël ! de moi, vous ne pouvez qu’attendre du secours! » Or, ce que vous avez appris, c’est qu’au-delà de toute mesure, que les autres gardent encore, parce que non seulement il persécutait par lui-même, mais il y provoquait les chefs de la nation, car les autres étaient peut-être poussés à persécuter par ces derniers, mais lui poussait les instigateurs ; (Actes, IX, 1) : « Cependant Saul, ne respirant encore que menaces, etc.., vint, etc. » Et encore parce qu’il agissait ainsi, non seulement à Jérusalem, mais dans tout le pays : C’est de là qu’il reçut des lettres pour les synagogues de Damas, etc. On peut donc entendre de lui ce qui est dit dans la Genèse (XLIX, 27) : « Benjamin sera comme un loup ravisseur, etc. »

 (verset 15) : J’ai persécuté l’Eglise de Dieu, c’est-à-dire en recherchant les chrétiens, et en les mettant en fuite ; (I Corinth., XV, 9) : « Je ne suis pas digne d’être appelé apôtre, etc. »

 (verset 13) : et je l’ai ravagée, non pas, à la vérité, spirituellement, parce que je ne pouvais détourner de la foi les coeurs des fidèles, mais physiquement, en les tourmentant par des afflictions corporelles et en les jetant en prison ; (Actes, XX, 21) : « N’est-ce pas celui qui, etc. » ; (Ps., CXXVIII, 1) : « [Qu’Israël dise maintenant] : Ils m’ont souvent attaqué dans ma jeunesse! » Il est donc évident, par la haine que Paul ressentait contre la foi au Christ avant sa conversion, qu’il n’a pas reçu d’un homme l’Evangile.

II. Il ne l’est pas moins par la passion et l’ardeur du zèle qu’il avait pour le Judaïsme, et cela quant à sa profession extérieure; c’est ce qui lui fait dire (verset 14) : Et je me signalais, etc. Dans ces paroles, il fait entrevoir trois circonstances qui expriment l’importance de ces progrès.

Car Il se signalait au-dessus, non pas d’un petit nombre seulement, mais de plusieurs, non pas au-dessus de vieillards inhabiles aux progrès de la connaissance, mais de son âge, c’est-à-dire de jeunes gens à l’esprit actif, et propres à avancer ; (Lament., III, 27) : « Il est bon à l’homme de porter le joug dès sa jeunesse. »

Et encore, non pas au-dessus des jeunes gens de son âge, étrangers, et ignorant la langue hébraïque, mais de sa propre nation, c’est-à-dire Juifs comme lui ; (Act., XXII, 5) : « Je suis Juif, élevé à Jérusalem aux pieds de Gamaliel, etc. »

Il le prouve encore par le zèle intérieur qu’il avait pour la Loi; c’est ce qui lui fait dire (verset 14) : J’avais un zèle bien au-dessus de celui des autres, non seulement pour la Loi, mais pour les traditions de mes pères, c’est-à-dire celles de ces traditions que les Juifs regardent comme légitimes, et venues de Juifs véritables, comme remarque la Glose; il appelle ces traditions « miennes », parce qu’il les regardait comme si elles eussent été telles ; (Philipp., III, 5) : « Pharisiens selon la Loi, persécutant l’Eglise de Dieu par zèle pour le Judaïsme, etc. »

Il se présente une difficulté sur ce que dit la Glose : « Les traditions apportées par les Juifs véritables. » Il semble que ces Juifs n’aient pas été tels, car il est dit au Deutéronome (IV, 2) : « Vous n’ajouterez rien aux paroles que je vous dis, etc. » ; ils ont donc agi contre la défense du Seigneur, en ajoutant ces traditions. Il faut répondre que cette parole du Seigneur doit être entendue dans ce sens : vous n’ajouterez aux paroles que je vous dis, rien de contraire ou d’étranger, etc. Il leur était donc permis d’ajouter quelque chose, mais qui n’était pas contraire, par exemple la célébration de quelques solennités et d’autres choses semblables, ainsi qu’il arriva au temps de Mardochée et de Judith, en mémoire des bienfaits qu’ils recevaient de Dieu.

On objecte ce qui est dit en saint Matthieu (XV, 3), passage où Notre Seigneur reprend les Juifs, en disant : « Pourquoi vous-mêmes violez-vous le commandement de Dieu pour votre tradition ? » Ces traditions ne sont donc pas licites ? Il faut répondre que les Juifs ne sont pas critiqués parce qu’ils gardent les traditions humaines, mais parce que, pour ces traditions, ils laissent de côté les commandements de Dieu.

 

 

Lectio 4

 

Leçon 4 : Galates I, 15-17 ─ L’origine divine de l’Evangile

 

SOMMAIRE : L’Apôtre établit qu’il n’a reçu l’Evangile d’aucun homme, ni au temps de sa conversion, ni depuis.

 

 

 

 

 

 

[15] ut luceant in firmamento caeli et inluminent terram et factum est ita

[16] fecitque Deus duo magna luminaria luminare maius ut praeesset diei et luminare minus ut praeesset nocti et stellas

[17] et posuit eas in firmamento caeli ut lucerent super terram

 

 

[87748] Super Gal., cap. 1 l. 4 Postquam autem apostolus ostendit quod ipse non accepit ab homine Evangelium ante suam conversionem, nunc hic probat quod non accepit ipsum ab homine post conversionem suam. Et circa hoc duo facit. Primo ostendit quod non recepit Evangelium ab homine tempore conversionis suae; secundo quod nec etiam post conversionem suam, ibi deinde post annos tres, et cetera. Circa primum duo facit. Quia primo ostendit quod non accepit Evangelium ab apostolis, neque didicit; secundo quod non ab aliis fidelibus, ibi sed abii in Arabiam, et cetera.

Circa primum tria facit. Primo ostendit causam efficientem suae conversionis; secundo finem, ibi ut revelaret, etc.; tertio modum, ibi continuo non acquievi, et cetera.

 

Circa primum notat causam suae conversionis, quae duplex est, scilicet beneplacitum Dei, quod est divina electio, et convertentis vocatio.

Quantum ad primum dicit cum autem placuit, scilicet Deo, non quando volui ego, sed quando placitum fuit sibi, quia non est volentis neque currentis, etc., ut dicitur Rom. IX, 16. Ps. CXLVI, 11 : beneplacitum est domino, et cetera. Phil. II, 13 : Deus est qui operatur in nobis, et cetera. Qui, scilicet Deus, me, scilicet rebellem I Cor. XV, 9 : ego sum minimus apostolorum, etc., quoniam persecutus sum, et cetera. Act. c. IX, 1 : Saulus adhuc spirans minarum, et cetera. Persecutorem : Saule, Saule, quid me persequeris, etc. blasphemum I Tim. I, v. 13 : qui fui blasphemus, et cetera.

 

Me, talem, inquam, segregavit ex utero matris meae. Vel ad litteram : qui fecit me nasci ex ventre matris meae. Et vere dicitur Deus segregare ex utero, licet sit opus naturae, quae est quasi instrumentum Dei, quia opera etiam nostra attribuuntur Deo, sicut principali auctori, Is. c. XXVI, 12 : omnia enim opera nostra operatus es in nobis, etc., sicut et effectus principali agenti attribuuntur. Ideo dicitur Iob X, v. 11 : pelle et carnibus vestisti me, et cetera. Et ab hoc utero segregatus est ad iustificationem, quia eiusdem est iustificare, cuius est condere. Ps. XXI, 11 : de ventre matris meae, et cetera. Vel : ex utero matris meae, scilicet synagogae, cuius uterus est collegium Pharisaeorum, qui nutriebant alios in Iudaismo. Matth. XXIII, v. 15 : circuitis mare et aridam, ut faciatis, et cetera. Sic ergo mater sua fuit synagoga. Cant. c. I, 5 : filii matris meae pugnaverunt contra me, et cetera. Uterus eius sunt Pharisaei. Ex hoc ergo utero est segregatus per spiritum sanctum ad fidem Evangelii. Rom. I, 1 : segregatus in Evangelium Dei. Vel mater sua est Ecclesia Christi; uterus eius, collegium apostolorum. Segregavit ergo Deus ipsum ab utero Ecclesiae, id est, a collegio apostolorum in officium apostolatus et praedicationis ad gentes, quando dixit apostolis, Act. XIII, 2 : segregate mihi Barnabam et Paulum, et cetera. Vocat autem synagogam matrem suam, quia Pharisaeus erat, quasi magnus in ea, dum dicitur Pharisaeus, et ex Pharisaeis, quia zelator legis erat. Supra : abundantius autem aemulator, et cetera.

 

 

 

 

 

 

Quantum autem ad aliam causam dicit et vocavit, et cetera. Est autem duplex vocatio. Una est exterior, et sic dicit : vocavit me caelesti voce. Act. IX, 4 : Saule, Saule, quid me persequeris? et cetera. Vade in civitatem, et cetera. Sic etiam alios apostolos vocavit. Alia est interior, et sic vocavit per quemdam instinctum interiorem, quo Deus per gratiam tangit cor, ut convertatur ad ipsum, et sic vocavit a mala via in bonam, et hoc per gratiam suam, non nostris meritis. Rom. VIII, 30 : quos praedestinavit, hos et vocavit, et cetera. Is. XLV, 13 : suscitavit eum ad iustitiam, et cetera. Amos, V, 8 : qui vocat aquas maris, et cetera.

 

 

Finis autem conversionis ponitur, cum dicit ut revelaret filium, etc., qui quidem finis est Christus. Ordinatur autem conversio sua ad Christum dupliciter, scilicet facto, et sic dicit ut revelaret filium suum, id est, in eo quod circa me fecit, convertendo me et dimittendo peccata mihi, revelaret quanta sit mihi facta misericordia. I Tim. I, 15 s. : Christus Iesus venit in hunc mundum peccatores salvos facere, et cetera. Sed ideo misericordiam Dei consecutus sum, quia ignorans, et cetera. Sic ergo revelavit in eius conversione filium suum, et hoc inquantum filius dicitur gratia Dei. Item revelavit eum in eius operatione; unde dicebat ipse, Rom. XV, 18 : non enim audeo aliquid loqui eorum, quae per me non effecit Christus in obedientiam gentium, in verbo, in factis, et virtute, et cetera. Et hoc inquantum filius virtus est Dei. Item revelavit eum in eius praedicatione; unde ipse dicebat, I Cor. I, 23 : nos praedicamus, etc., usque et Dei sapientiam. Et hoc inquantum filius eius dicitur Dei sapientia.

 

 

 

 

Item ordinatur ad Christum sua conversio verbo, et sic dicit ut evangelizarem illum in gentibus, quia, aliis apostolis evangelizantibus Christum Iudaeis, Paulus de mandato domini ivit ad gentes convertendas. Is. c. XLIX, 6 : parum enim est mihi, ut sis mihi servus, etc., dedi te in lucem, et cetera. Act. XIII, v. 47 : sic enim praecepit, et cetera. Isaïe, LV, 4 : ecce testem populis dedi eum, ducem ac praeceptorem gentibus.

 

 

Modus autem suae conversionis est perfectus, et quantum ad effectum; unde dicit continuo non acquievi carni et sanguini, id est, statim ita perfecte fui conversus, quod omnis carnalis affectus recessit a me. Eccli. c. XI, 23 : facile est enim in oculis domini subito honestare pauperem. Et accipitur hic caro et sanguis pro vitiis carnalibus. I Cor. XV, 50 : caro et sanguis regnum Dei non possidebunt, et cetera. Infra V, 17 : caro concupiscit, et cetera. Vel pro affectu et amore ad carnaliter sibi coniunctos. Matth. c. XVI, 17 : caro et sanguis non revelavit tibi, et cetera. Sic apostolus et vitia sua superavit, et suos Iudaeos contempsit.

 

 

 

Item quantum ad intellectum; quia ita fuit instructus a Christo, quod non fuit ei necesse instrui ab apostolis. Et ideo dicit nec veni Ierosolymam, ut scilicet ab eis instruerer.

 

Item non fuit necesse instrui ab aliis fidelibus. Et ideo dicit sed abii in Arabiam, etc., quasi dicat : non ivi ad loca ubi erant alii fideles, ut me instruerent, sed ivi in Arabiam, ubi non erant edocti in fide, sed infideles. Et iterum reversus sum Damascum, scilicet ad parentes. Iob XXXVIII, 25 : quis dedit vehementissimo imbri cursum, et cetera. Sed contra dicitur Act. IX, 25 quod demiserunt eum de muro per sportam, et cetera. Cum autem venisset Ierusalem, tentabat se iungere discipulis. Venit ergo Ierusalem. Dicendum est quod venit, sed non ut instrueretur. Vel, melius, dicendum est quod non statim venit, sed post aliquod tempus, et ideo sequitur deinde post annos, et cetera.

15. Mais lorsqu’il a plu à Dieu, qui m’a choisi particulièrement dès le sein de ma mère, et qui m’a appelé par sa grâce,

16. De me révéler son Fils, afin que je prêche parmi les nations, je l’ai fait aussitôt, sans prendre conseil de la chair et du sang :

17. Et je ne suis pas retourné à Jérusalem, vers ceux qui étaient Apôtres avant moi; mais je m’en suis allé en Arabie, et puis je suis encore revenu à Damas.

 

Après avoir établi qu’il n’a reçu l’Evangile d’aucun homme avant sa conversion, l’Apôtre, prouve ici qu’il ne l’a pas reçu davantage d’un homme depuis cette conversion. Premièrement il prouve qu’il n’a pas reçu l’Évangile d’un homme au temps de sa conversion; secondement ni même après cette conversion, (verset 18) : Ainsi trois ans s’étant écoulés, etc. Sur le premier de ces points, l’Apôtre prouve qu’il n’a ni reçu ni appris, des autres apôtres, l’Evangile qu’il a annoncé; II° qu’il ne l’a pas appris des autres fidèles (verset 17) : Moi je m’en suis allé en Arabie, etc.

 

I° Sur la première de ces subdivisions, Saint Paul fait voir I. quelle est la cause efficiente de sa conversion; II. la fin de cette conversion (verset 16) : afin de faire connaître, etc. ; III. son mode (verset 16) : Aussitôt, sans prendre conseil, etc.

I. L’Apôtre explique donc d’abord la cause de sa conversion; cette cause est double : le bon plaisir de Dieu, ce qui comprend l’élection divine, et la vocation de la part de Dieu qui opère la conversion.

Quant à la première, il dit (verset 15) : Lorsqu’il lui a plu, c’est-à-dire à Dieu ; non quand je l’ai voulu, moi, mais quand cela lui a plu à Lui, « car cela ne dépend ni de celui qui veut, ni de celui qui court, » comme il est dit (Rom., IX, 16); et (Ps., CXLVI, 11) : « Le Seigneur met son plaisir en, etc.; (Philipp., II, 13) : « C’est Dieu qui opère en nous, etc. » Dieu donc, pendant que j’étais rebelle (I Corinth., XV, 9) : « Je suis le moindre des Apôtres, etc. » parce que j’ai persécuté l’Eglise de Dieu, etc. » ; (Act., IX, I) : « Saul ne respirant que menaces, etc. » Persécuteur : « Saul, Saul, pourquoi me persécutez-vous ? » Blasphémateur : (I Timoth., I, 13) : « Moi, qui étais auparavant un blasphémateur, etc. »

…m’a choisi, dis-je, pendant que j’étais tel, et choisi dès le sein de ma mère. Ou, à la lettre, qui m’a fait naître du sein de ma mère. C’est, en effet, avec vérité que l’on dit que Dieu fait naître du sein de la mère, bien que ce soit l’oeuvre de la nature, car elle est comme l’instrument de Dieu, puisque tout ce que nous accomplissons est attribué à Dieu, comme à leur auteur principal (Isaïe, XXVI, 12) : « C’est vous, Seigneur, qui avez fait en nous toutes nos œuvres, etc. » ; de même qu’on attribue l’effet au principal agent. C’est pourquoi il est dit au livre de Job. (X, 11) : « Vous m’avez revêtu de peau et de chair, etc. » Il l’a fait naître du sein de sa mère pour être justifié, car la justification appartient à celui qui donne l’existence ; (Ps., XXI, 11) : « [Vous avez été mon Dieu], dès l’instant où je quittai le sein de ma mère, etc. » Ou bien encore : « du sein de ma mère, » c’est-à-dire de la synagogue dont le sein était le collège des Pharisiens, qui entretenaient les autres dans le Judaïsme ; (Matth., XXIII, 15) : « Vous parcourez la mer et la terre pour faire un prosélyte, etc. » C’est donc ainsi que la synagogue fut sa mère ; (Cant., I, 5) : « Les enfants de ma mère se sont élevés contre moi, etc. » Le sein dont Saint Paul est sorti est le collège des Pharisiens : c’est de ce sein que l’Esprit de Dieu l’a fait naître, pour la foi à l’Evangile ; (Rom., I, 1) : « Paul, séparé pour annoncer l’Evangile de Dieu, etc. » Ou encore, sa mère fut l’Eglise de Jésus-Christ; le sein dont il est sorti est le collège apostolique. Dieu a donc fait naître Paul du sein de l’Eglise, c’est-à-dire du collège des apôtres pour l’office de l’apostolat et de la prédication parmi les Gentils, quand il dit aux Apôtres (Act., XIII, 2) : « Séparez-moi Paul et Barnabé, etc. » Or il appelle la synagogue « sa mère », parce qu’il était Pharisien, et à ce titre, comme tenant au milieu d’elle un rang considérable, en s’appelant de ce nom; et d’entre les Pharisiens, parce que entre tous les autres il avait un zèle ardent pour la loi (ci-dessus, I, 14) : ayant un zèle démesuré pour la tradition de mes pères, etc.

Saint Paul indique la seconde cause de la conversion, quand il dit (verset 15) : Il m’a appelé, etc. Or il y a deux sortes de vocations : l’une extérieure; c’est de celle-ci dont il dit (verset 15) : Il m’a appelé, d’une voix céleste ; (Act., IX, 4) : « Saul, Saul, pour quoi me persécutez-vous ?, etc. » (et verset 7) : « Levez-vous, et entrez dans la ville, etc. » C’est de cette manière qu’il appela aussi les autres Apôtres. L’autre intérieure; et Dieu l’appela ainsi par une sorte d’inspiration intime, au moyen de laquelle, par la grâce, il touche le coeur, afin de l’attirer à lui : c’est ainsi qu’il nous appelle d’une mauvaise voie à une bonne; et cela par sa grâce, et non en vertu de nos mérites ; (Rom., VIII, 30) : « Et ceux qu’il a prédestinés il les a aussi appelés, etc. » ; (Isaïe., XLV, 13) : « C’est moi qui l’ai suscité pour la justice, etc. » ; (Amos, V, 8) : « Il appelle les eaux de la mer, etc.. « 

II. Lorsqu’il ajoute (verset 16) : pour révéler son Fils, etc., Saint Paul indique la fin de sa conversion; or cette fin, c’est Jésus-Christ. En effet, sa conversion s’y rapporte de deux manières, à savoir,

de fait, c’est ce qui lui fait dire (verset 16) : pour révéler son Fils ; en d’autres termes : en ce qu’il a fait à mon égard par ma conversion, et par la rémission de mes iniquités, il voulait révéler quelle avait été sa miséricorde à mon égard ; (I Timoth., I, 15) : « Jésus-Christ est venu dans le monde sauver les pécheurs, etc. », « mais aussi, j’ai reçu miséricorde, parce que j’avais agi ainsi par ignorance, etc. » Ainsi donc, Dieu, dans la conversion de Paul, a révélé son Fils, en tant que ce Fils est appelé « la grâce de Dieu ». De plus, il l’a révélé par ses oeuvres; ce qui faisait dire à Saint Paul lui-même (Rom., XV, 18) : « Car je n’oserais parler de ce que Jésus-Christ n’aurait pas fait par moi pour amener les Gentils à l’obéissance par la parole, par les oeuvres, et par la vertu, etc. » ; et ceci en tant que ce Fils est la puissance de Dieu. Il l’a révélé encore dans sa prédication; c’est pourquoi l’Apôtre disait lui-même (I Corinth., I, 23) : « Pour nous, nous prêchons, etc. » et la suite jusqu’à ces mots : « qui est la sagesse de Dieu » ; et ceci en tant que ce Fils est appelé la sagesse de Dieu.

La conversion de Paul se rapporte à Jésus-Christ à cause du ministère de la parole. C’est dans ce sens qu’il dit (verset 16) : afin que je le prêche parmi les nations, parce que pendant que les autres apôtres annonçaient Jésus-Christ aux Juifs, Paul, par l’ordre de Dieu, alla vers les nations afin de les convertir ; (Isaïe, XLIX, 6) : « C’est peu que vous me serviez, etc. je vous ai établi pour être la lumière des nations, etc. » ; (Act., XIII, 47) : « Car le Seigneur nous l’a ainsi commandé, etc. « et (Isaïe, LV, 4) : « Je m’en vais le donner pour témoin aux peuples, pour maître et pour chef aux Gentils. »

III. La conversion de l’Apôtre, quant à son mode, fut parfaite;

dans son effet; c’est ce qui lui fait dire (verset 16) : Soudain, sans consulter la chair et le sang, » c’est-à-dire dès le premier instant, ma conversion a été si parfaite que toute affection charnelle s’est éloignée de moi ; (Ecclésiastique XI, 23) : « Il est aisé à Dieu d’enrichir tout d’un coup celui qui est pauvre. » Ici, la chair et le sang sont pris pour les vices charnels ; (I Corinth., XV, 50) : « La chair et le sang ne peuvent posséder le royaume de Dieu, etc. » ; (ci-après, V, 17) : La chair a des désirs contraires, etc. Ou bien encore pour l’affection et l’amour à l’égard de ceux qui lui étaient unis par les liens de la chair ; (Matth., XVI, 17) : « Ce n’est pas la chair, ni le sang qui vous ont révélé ceci, etc. » Ainsi l’Apôtre a triomphé de ses vices, et ne s’est pas laissé séduire par les Juifs de sa nation.

Sa conversion est parfaite encore quant à l’intelligence, car il fut tellement instruit par Jésus-Christ qu’il devint superflu qu’il le fût par les Apôtres. Et voilà pourquoi il dit (verset 17) : Et je ne suis pas retourné à Jérusalem, afin d’être instruit par les Apôtres.

 

II° Il ne fut pas davantage nécessaire qu’il fût instruit par les autres fidèles; c’est pourquoi l’Apôtre dit (verset 17) : Mais je suis allé en Arabie, en d’autres termes : je ne me suis pas rendu dans des contrées qu’auraient habitées des fidèles, afin de m’en faire instruire, mais je suis allé en Arabie où n’habitaient pas des fidèles instruits dans la foi, mais des infidèles; (verset 17) : et je suis revenu de nouveau à Damas, c’est-à-dire vers ma famille ; (Job, XXXVIII, 25) : « Qui a donné cours aux pluies impétueuses, etc.? »

On objecte ce qui est dit aux Actes (IX, 25) que « Les disciples le descendirent durant la nuit dans une corbeille par la muraille, etc. » qu’étant ainsi venu à Jérusalem, il cherchait à se joindre aux disciples. Il est donc venu à Jérusalem.

Il faut répondre qu’il est en effet venu dans cette ville, mai non pour se faire instruire. Ou peut-être mieux encore, qu’il y est venu, non pas immédiatement, mais quelque temps après. Voilà pourquoi il dit en suite (verset 18) : Ainsi trois ans après, etc..

 

 

 

Lectio 5

 

Leçon 5 : Galates I, 18-24 ─ Paul approuvé par les Apôtres

 

SOMMAIRE : Que la doctrine de Saint Paul a été approuvée par les autres Apôtres et les disciples, mais qu’il ne l’a nullement reçu d’eux.

 

 

 

 

 

 

[18] deinde post annos tres veni Hierosolyma videre Petrum et mansi apud eum diebus quindecim

 

[19] alium autem apostolorum vidi neminem nisi Iacobum fratrem Domini

 

[20] quae autem scribo vobis ecce coram Deo quia non mentior

[21] deinde veni in partes Syriae et Ciliciae

 

 

[22] eram autem ignotus facie ecclesiis Iudaeae quae erant in Christo

 

[23] tantum autem auditum habebant quoniam qui persequebatur nos aliquando nunc evangelizat fidem quam aliquando expugnabat

[24] et in me clarificabant Deum

 

[87749] Super Gal., cap. 1 l. 5 Postquam superius apostolus ostendit se non accepisse Evangelium ab homine ante conversionem suam, nec tempore suae conversionis, hic probat quod nec etiam post conversionem accepit ipsum ab homine; sed potius hic ostendit quomodo doctrina sua fuit ab hominibus approbata. Et circa hoc duo facit. Primo enim manifestat quomodo doctrina sua fuit ab apostolis approbata; secundo ostendit qualiter fuit approbata ab aliis fidelibus, ibi deinde veni in partes, et cetera.

Et primo narrat factum; secundo confirmat veritatem dicti, ibi ecce coram Deo, et cetera. Dicit ergo : licet non iverim ad apostolos, ut instruerer ab eis circa principium meae conversionis, quia iam eram instructus a Christo, tamen ex affectu charitatis compulsus, post annos tres, scilicet conversionis meae, veni Ierosolymam, quoniam iamdiu desideravi videre Petrum, non ut discerem ab eo, sed ut visitarem eum. Iob c. V, 24 : visitans speciem tuam, et cetera. Et mansi apud eum diebus quindecim, repertus ab eo, ut verax apostolus. Et dicit diebus quindecim, quia numerus iste componitur ex octo et septem. Octonarius autem est numerus novi testamenti, in quo expectatur octava resurgentium; septenarius autem, numerus veteris testamenti, quia celebrat septimam diem. Mansit autem apud Petrum diebus quindecim, conferens cum eo de mysteriis veteris testamenti et novi. Et ne credatur quod licet non sit instructus a Petro, esset tamen etiam instructus ab aliis, subdit quod nec ab aliis fuit instructus. Unde dicit alium autem apostolorum, a quo instruerer, vidi neminem, id est nullum, nisi Iacobum fratrem domini. Illum enim vidit in Ierusalem.

 

 

 

Circa istum Iacobum sciendum est, quod iste fuit episcopus Ierosolymorum, et fuit vocatus Iacobus minor, eo quod vocatus fuerat post Iacobum alium. Dicuntur autem multa de isto Act. XV, 13 ss. Ipse etiam fecit epistolam canonicam. Quare autem dicatur frater domini, a diversis diversimode dicitur. Elvidius enim dicit, quod ideo dicitur frater domini, quia fuit filius beatae virginis. Dicit enim quod beata virgo Christum concepit et peperit, et post partum Christi concepit de Ioseph, et peperit alios filios. Sed hic error est damnatus et reprobatus. Item patet esse falsum, quia Iacobus non fuit filius Ioseph, sed Alphaei.

 

Alii vero dicunt, quod Ioseph ante beatam virginem habuit aliam uxorem, de qua habuit filium Iacobum et alios, qua mortua, accepit in uxorem beatam virginem, de qua natus est Christus, non tamen cognita a Ioseph, sed per spiritum sanctum, ut in Evangelio dicitur. Quia ergo ex patre nominantur cognationes, et Ioseph putabatur pater Christi, ideo iste Iacobus, licet non fuit filius virginis, tamen vocabatur frater domini. Sed hoc est falsum, quia si dominus matrem virginem noluit nisi virgini commendare custodiendam, quomodo sustinuisset sponsum eius, virginem non fuisse, et sic perstitisse?

 

Ideo alii dicunt, et in Glossa tangitur, quod Iacobus iste fuit filius Mariae Cleophae, quae fuit soror virginis. Dicunt enim quod Anna mater beatae virginis nupsit primo Ioachim, ex quo peperit Mariam, matrem domini, quo mortuo, nupsit Cleophae fratri Ioachim, ex quo peperit Mariam Cleophae, et ex hac natus est Iacobus minor, Iudas et Simon, quo mortuo, dicitur quod nupsit adhuc cuidam tertio, qui vocatus est Salome, ex quo concepit et peperit aliam Mariam, quae dicta est Salome, et de hac natus est Iacobus maior, et Ioannes, frater eius.

 

Sed huic opinioni dupliciter contradicit Hieronymus. Primo quia Salome non est nomen viri, ut etiam in Graeco apparet, sed est nomen mulieris, quae fuit soror beatae virginis, et ex Zebedaeo genuit Iacobum maiorem et Ioannem, sicut Maria Cleophae ex Alphaeo genuit Iacobum minorem, Iudam et Simonem. Dicitur autem frater domini iste Iacobus, specialiter inter alios suos consobrinos, et hoc propter duo, primo propter similitudinem effigiei, quia similis erat Christo in facie; et propter similitudinem vitae, quia imitabatur Christum in moribus. Vel quia Alphaeus pater eius fuit de cognatione Ioseph. Et ideo quia Iudaei cognationis lineam texere solent a maribus, et Christus putabatur filius Ioseph, ut dicitur Lc. III, 23, ideo specialiter dictus est frater domini, et non alii, qui solum ex matre coniuncti erant ei.

 

 

Accipitur autem hic frater cognatione. Nam in Scriptura fratres aliquando dicuntur natura. Matth. I, 2 : Iacob autem genuit Iudam et fratres eius. Cognatione, sicut omnes consanguinei sunt fratres. Gen. XIII, 8 : ne, quaeso, sit iurgium inter te et me, fratres enim sumus. Gente, et sic omnes unius linguae dicuntur fratres. Deut. XVII, 15 : non poteris alterius gentis hominem regem facere, qui non sit frater tuus. Affectione, et sic omnes amici, et qui habent eumdem affectum dicuntur fratres. II Cor. II, 13 : eo quod non invenerim Titum fratrem meum, et cetera. Religione, et sic omnes Christiani qui habent unam regulam vitae, dicuntur fratres. Matth. XXIII, v. 8 : fratres estis, et cetera. Ps. CXXXII, 1 : ecce quam bonum et quam iucundum habitare fratres in unum, et cetera. Communiter autem omnes homines dicuntur fratres, quia ab uno Deo gubernati et educati. Mal. II, 10 : numquid non unus est pater omnium nostrum, et cetera.

 

 

 

 

Consequenter cum dicit quae autem scribo vobis, etc., confirmat per iuramentum quod dixerat, quasi dicat : ea quae nunc scribo vobis de me, ecce in manifesto sunt, ita quod satis constat quia non mentior. Et hoc dico, coram Deo, id est, teste Deo. Iurat autem hic apostolus non ex levitate, sed ex necessitate istorum, quibus necessarium erat, ut crederent. Nisi enim hoc faceret, non crederent ei. II Cor. II, 17 : coram Deo in Christo loquimur. Rom. I, 9 : testis est mihi Deus, et cetera. Quid ergo dicit dominus : sit sermo vester, est, est; non, non; quod amplius est, a malo est? Dicendum est, quod est a malo eius qui non credit, vel a malo poenae quo cogitur quis iurare.

 

 

 

Consequenter cum dicit deinde veni, etc., ostendit quomodo fuit approbatus ab aliis Ecclesiis Iudaeae. Ubi tria facit.

 

Primo ostendit ubi fuit conversatus, quia in Cilicia. Unde dicit deinde veni in partes Syriae et Ciliciae, scilicet patriae; unde etiam fuit raptus : quia dicitur Act. XXII, 3 : erat autem Paulus a Tharso Ciliciae, et cetera.

Secundo quomodo fuit cognitus ab eis, quia non facie, sed auditu tantum et fama. Unde dicit eram enim ignotus facie Ecclesiis Iudaeae quae erant in Christo, id est, in fide Christi. II Cor. VI, 8 : sicut qui ignoti et cogniti. Unde patet quod Ecclesiae Iudaeae non docuerunt me. Tantum enim auditum habebant, scilicet de me per famam, quoniam qui persequebatur, et cetera.

 

 

Tertio quomodo approbatus est ab eis, quia in me glorificabant Deum, id est, in mea conversione magnificum probabant, qui gratia sua me convertit. Is. XLIII, 20 : glorificabit me bestia, et cetera.

18. Ainsi trois ans s’étant écoulés, je retournai à Jérusalem pour visiter Pierre, et je demeurai quinze jours avec lui;

19. Et je ne vis aucun des autres Apôtres, sinon Jacques, frère du Seigneur.

20. Je prends Dieu à témoin que je ne vous mens pas en tout ce que je vous écris.

21. J’allai ensuite en Syrie et en Cilicie.

22. Or les Eglises de Judée qui croyaient dans le Christ, ne me connaissaient pas de visage.

23. Les fidèles avaient seulement oui dire : Celui qui autrefois nous persécutait, annonce maintenant la foi qu’il s’efforçait de détruire

24. Et ils rendaient gloire à Dieu à mon sujet.

 

Après avoir établi dans ce qui précède, qu’il n’a reçu d’aucun homme l’Evangile, ni avant sa conversion, ni au temps même de cette conversion, l’Apôtre prouve ici qu’il ne l’a pas non plus reçu d’un homme depuis sa conversion; mais il fait voir surtout que sa doctrine a obtenu l’approbation des hommes. A cette fin il explique comment cette doctrine a été approuvée par les Apôtres; II° comment elle l’a été par les autres fidèles (verset 24) : J’allai ensuite en Syrie et en Cilicie, etc.

 

I° Il rapporte d’abord les faits; ensuite il confirme la vérité de ce qu’il vient d’avancer (verset 20) : Je prends Dieu à témoin que je ne mens pas, etc.

I. Il dit donc : bien que je ne sois pas allé m’instruire auprès des Apôtres au commencement de ma conversion, parce que, dès ce moment, j’étais déjà instruit par Jésus-Christ, toutefois, poussé par un sentiment de charité, (verset ‘18) : trois ans après, c’est-à-dire après ma conversion, je revins à Jérusalem, parce que depuis longtemps je désirais voir Pierre, non pour être instruit par lui, mais pour le visiter (Job, V,24) : « Visitant votre famille, etc. » - (verset 18) : et je demeurai quinze jours avec lui, reconnu par lui comme un Apôtre véritable. Saint Paul dit : quinze jours, parce que ce nombre se compose de huit et de sept. Huit, c’est le nombre de l’alliance nouvelle, dans laquelle on espère l’octave de la Résurrection; sept, c’est le nombre de l’alliance ancienne, qui célébrait le septième jour. Or il est demeuré avec Pierre pendant quinze jours, conférant avec cet Apôtre du mystère de l’ancien et du nouveau Testament. Et pour qu’on ne croie pas que, s’il n’a pas été instruit par Pierre, il l’a été cependant par d’autres, il ajoute qu’il n’en a pas été ainsi ; (verset 19) : et des autres apôtres, par qui j’aurais pu être instruit, je ne vis personne, c’est-à-dire aucun apôtre, si ce n’est Jacques, le frère du Seigneur. » En effet, il vit cet Apôtre à Jérusalem même.

Sur saint Jacques, il faut se rappeler qu’il fut Evêque de Jérusalem, et qu’il était désigné sous le nom de Jacques-le-Mineur, parce qu’il avait été appelé à la foi après l’autre Jacques. Il est beaucoup parlé de lui au ch. XV, 13 sv. des Actes. Il écrivit aussi un Epître canonique. On explique diversement le motif qui le fit appeler « frère du Seigneur ». Helvidius (Arien disciple d’Auxence) a avancé qu’il reçut ce nom, parce qu’il fut le Fils de la Bienheureuse Vierge. Il prétend que la Bienheureuse Vierge conçut et enfanta Jésus-Christ, et qu’après la naissance de Jésus-Christ elle conçut de Joseph et eut ainsi d’autres enfants. Mais cette erreur est condamnée et réprouvée. On en voit encore la fausseté, en ce que Jacques-le-Mineur ne fut pas fils de Joseph, mais d’Alphée ; [(Matth., X, 3; Marc, III, 18)]. D’autres prétendent que Joseph, avant de s’unir à la Bienheureuse Marie, eut une autre épouse, dont il eut ce Jacques et d’autres enfants; et que cette première épouse étant morte, il épousa la Bienheureuse Vierge, de laquelle naquit Jésus-Christ, sans que toutefois Joseph l’eût connue, mais par l’opération du Saint Esprit, comme il est rapporté dans l’Evangile. Or comme c’est par le Père qu’on désigne la parenté, Joseph étant regardé comme le père de Jésus-Christ, Jacques-le-mineur était appelé le frère du Seigneur, bien qu’il ne fût pas fils de la bienheureuse Vierge. Mais ceci est faux encore; car si le Sauveur ne voulut confier sa Mère Vierge qu’à la garde d’un disciple vierge, comment eût-il pu permettre que son époux ne fût pas tel, et qu’il ne se conservât pas dans cet état ? C’est pourquoi d’autres disent, et leur sentiment est indiqué dans la Glose, que Jacques-le-Mineur fut le fils de Marie de Cléophas, soeur de la Bienheureuse Vierge. Ils prétendent donc qu’Anne, mère de la bienheureuse Vierge, épousa d’abord Joachim, dont elle eut Marie, la Mère du Seigneur, et qu’après la mort de Joachin, elle épousa Cléophas son frère, dont elle eut Marie de Cléophas; de celle-ci seraient nés Jacques-le-Mineur, Judas et Simon; enfin Cléophas étant mort également, on dit qu’Anne prit un troisième mari, qui portait le nom de Salomé, dont elle eut une autre Marie, qui s’appela Marie de Salomé; de cette Marie seraient nés Jacques-le-Majeur et Jean son frère. Mais Saint Jérôme rejette cette opinion pour deux raisons. La première, c’est que Salomé n’est pas un nom d’homme comme on peut s’en assurer dans le grec, mais le nom d’une femme, qui fut la soeur de la Bienheureuse Marie, et qui eut de Zébédée Jacques-le-Majeur et Jean; ainsi que Marie de Cléophas eut d’Alphée Jacques-le-Mineur, Judas et Simon. Or Jacques-le-Mineur est appelé le frère du Seigneur, spécialement parmi ses parents du côté maternel, pour deux motifs : d’abord à cause de la ressemblance des traits, car il était très ressemblant de visage avec le Christ; ensuite à cause de la ressemblance de vie, car il imitait Jésus-Christ dans ses moeurs. Ou encore parce qu’Alphée son père était de la parenté de Joseph; or comme les Juifs dressent ordinairement par les mâles la ligne généalogique, et que Jésus-Christ passait pour être le fils de Joseph, comme il est dit en saint Luc (III, 23), Jacques-le-Mineur fut appelé spécialement le frère du Seigneur, et non pas les autres, qui ne lui étaient alliés que par sa mère. Le terme de « frère » est pris dans ce passage pour la parenté, car on donne quelquefois dans l’Ecriture le nom de frère en raison de la nature ; (Matth., I, 2) : « Jacob engendra Judas et ses frères. » Ensuite en raison de la parenté, c’est ainsi que les personnes d’un même sang s’ont appelées frères (Gen., XIII, 8) : « Qu’il n’y ait pas, je vous prie, de dispute entre vous et moi, parce que nous sommes frères. » En raison de la nationalité, et dans ce sens, tous ceux qui parlent la même langue sont frères ; (Deutér., XVII, 15) : « Vous ne pourrez prendre pour roi un homme d’une autre nation qui ne soit pas votre frère. » En raison de l’affection : et de cette manière tous les amis, et ceux qui ont les mêmes sentiments sont appelés frères ; (II Corinth., II, 13) : « Comme je n’y avais pas trouvé mon frère Tite, etc. » En raison de la religion; et dans ce sens, tous les chrétiens qui ont la même règle de vie, sont appelés frères ; (Matth., XXIII, 8) : « Vous êtes tous frères, etc. » et (Ps., CXXXII, 1) : « Que c’est une chose douce et utile que les frères habitent ensemble, etc.! » Commu-nément toutefois, tous les hommes sont appelés frères, parce qu’ils sont gouvernés et éduqués par un seul et même Dieu ; (Malach., II, 10) : « N’avons-nous pas tous un même Père, etc.? « 

II. Quand l’Apôtre ajoute (verset 20) : Quant à ce que je vous écris, etc., il confirme par serment ce qu’il avait avancé. Comme s’il sait : ce que dans ce moment je vous écris à mon sujet, voyez-vous, est tellement manifeste, qu’il est suffisamment certain que (verset 20) je ne mens pas. Et je le dis (verset 20) : devant Dieu, c’est-à-dire Dieu en est témoin. L’Apôtre emploie ici le serment, non par légèreté, mais par le besoin même d’établir avec certitude ce qu’il a dit et ce que les Galates étaient obligés de croire, car s’il n’eût agi ainsi, ils n’eussent pas ajouté foi à sa parole; (II Corinth., II, 17) : « Nous parlons en présence de Dieu et en Jésus-Christ « ; (Rom., I, 9) : « Car Dieu que je sers par mon esprit m’est témoin, etc. »

Mais que dit le Seigneur ? : « Que votre langage soit : Oui ? Oui, Non ? Non : ce qu’on dit de plus vient du Mauvais. »

Il faut répondre que cela vient du Mauvais, de la part de celui qui ne croit pas, ou du mal de peine, à cause de la nécessité où l’on est de s’appuyer sur le serment.

II° Enfin quand l’Apôtre dit (verset 21) : Ensuite j’allai, etc., il fait voir comment il a été approuvé par les autres Eglises de Judée. Et ici, il fait trois choses :

I. il montre en quel pays il s’est rendu et a habité, c’est en Cilicie. Ce qui lui fait dire (verset 21) : J’allai en suite en Syrie et en Cilicie, c’est-à-dire dans sa patrie; là où il fut ravi [au Paradis], car il est dit aux Actes (XXII, 3) : « Je suis Juif, né à Tarse, en Cilicie, etc. »

II. de quelle manière on le connaissait : ce n’était pas de visage, mais on en avait entendu parler, par sa réputation. C’est pourquoi il dit (verset 22) : Or les Eglises de Judée qui étaient en Jésus-Christ, c’est-à-dire qui croyaient en Jésus-Christ , ne me connaissaient pas de visage ; (II Corinth. VI, 8) : « Comme inconnu, quoique très connu. » D’où il est évident que ce ne sont pas les Eglises de Judée qui m’ont instruit. (Verset 23) : Ils avaient seulement entendu dire, c’est-à-dire de moi par des bruits publics : Celui qui autrefois nous persécutait, etc.

III. Enfin, comment il avait été approuvé (verset 24) : Car ils rendaient gloire à Dieu à cause de moi, c’est-à-dire ils voyaient dans ma conversion comment Dieu est grand; lui qui m’a converti par sa grâce ; (Isaïe XLIII, 20) : « La bête sauvage publiera ma gloire, etc. »

 

 

Caput 2

 

CHAPITRE II ─ L’ÉVANGILE DE PAUL

Lectio 1

Leçon 1 : Galates II, 1-5 ─ Comparaison de la doctrine de Paul avec celle des Apôtres

 

SOMMAIRE. L’Apôtre traite de la confrontation de son Evangile avec la doctrine des apôtres, et d’un fait relatif à Tite.

 

 

 

 

 

 

[1] deinde post annos quattuordecim iterum ascendi Hierosolyma cum Barnaba adsumpto et Tito

 

[2] ascendi autem secundum revelationem et contuli cum illis evangelium quod praedico in gentibus seorsum autem his qui videbantur ne forte in vacuum currerem aut cucurrissem

 

 

 

 

[3] sed neque Titus qui mecum erat cum esset gentilis conpulsus est circumcidi

 

 

[4] sed propter subintroductos falsos fratres qui subintroierunt explorare libertatem nostram quam habemus in Christo Iesu ut nos in servitutem redigerent

 

[5] quibus neque ad horam cessimus subiectioni ut veritas evangelii permaneat apud vos

 

[87750] Super Gal., cap. 2 l. 1 Postquam apostolus in praecedenti cap., commendavit auctoritatem evangelicae doctrinae secundum seipsam, nunc in isto cap. commendat ipsam ex parte aliorum apostolorum et sua simul. Et circa hoc duo facit. Primo commendat auctoritatem suae doctrinae ex approbatione aliorum apostolorum; secundo ex exemplo sui et aliorum apostolorum, ibi nos natura Iudaei, non ex gentibus, et cetera. Circa primum duo facit. Primo ostendit quod alii apostoli approbaverunt suam doctrinam; secundo ostendit quod libere reprehendit alios apostolos in his quae contraria suae doctrinae dicebant, ibi cum venisset Petrus, et cetera. Circa primum duo facit. Primo agit de collatione quam habuit cum apostolis; secundo insinuat quid inde secutum sit, ibi sed neque Titus, et cetera.

 

Circa primum duo facit. Primo ponit circumstantias ipsius collationis; secundo ponit ipsam collationem, ibi et contuli cum illis, et cetera. Quantum ad primum tangit quatuor circumstantias, scilicet tempus, locum, testes, et motivum ipsius.

Describit autem tempus, cum dicit deinde post annos quatuordecim. Sed contra est, quia apostolus fuit conversus primo anno post passionem Christi, et post tres ivit in Ierusalem, et sic sunt quatuor, et hic dicit post annos quatuordecim, iterum ivit in Ierusalem, et sic fiunt decem et octo; et tunc invenit Petrum in Ierusalem. Et hoc non potest esse, quia Petrus sedit in Antiochia septem annis; in Roma vero viginti quinque annis. Et sic essent duo de viginti, et septem (qui sunt viginti quinque anni) antequam iret Romam, et Romae moratus est viginti quinque annis; ergo vixisset Petrus post passionem Christi quinquaginta annis, quod est falsum : quia quadragesimo anno a passione Christi passus est Petrus Romae, ut in historia habetur, quod fuit tempore Neronis.

 

Respondeo. Dicendum, quod cum dicitur deinde, etc., non est intelligendum quod post tres annos iterum elapsi sint quatuordecim anni, antequam iret in Ierusalem, sed quod anno quartodecimo suae conversionis iterum ascendit. Nec sunt addendi supra istos quatuordecim, septem anni, quibus Petrus rexit Ecclesiam Antiochenam, quia ante istos annos incepit regere. Et cum Antiochia sit prope Ierusalem, potuit esse ut aliquando Petrus ivisset in Ierusalem, et tunc Paulus invenerit eum ibi. Et sic colligitur ex historia, quod post annos quatuordecim Petrus venit Romam tempore Claudii imperatoris, et existens ibi viginti quinque annis, complevit numerum triginta novem annorum, et mortuus est quadragesimo anno post passionem domini. Dicit autem signanter, quatuordecim, ut ostendat, quod non indigebat apostolorum instructione, si quatuordecim annis fuit sine eis.

 

Locum vero describit, cum dicit Ierosolymam. Et dicit ascendi, quia in alto posita est. Ascendit autem Ierosolymam, ut ostenderet se concordare cum prophetia quae dicit Is. II, 3 : de Sion exibit lex, et cetera.

 

Testes describit, cum dicit cum Barnaba, assumpto et Tito. Barnabas Iudaeus erat, Titus vero gentilis. Cum eis ergo ascendit, ut haberet testes suae doctrinae, et ut in nullam partem, sive Iudaeorum, sive gentilium, ostendat se declinare. Deut. XIX, 15 : in ore duorum vel trium stat omne verbum.

Motivum autem describit, cum dicit secundum revelationem Dei, id est, Deo revelante et praecipiente sibi quod ascenderet in Ierusalem. Ex hoc colligi potest quod omnes actus apostolorum et motus fuerunt secundum instinctum spiritus sancti. Iob c. XXXVII, 11 : nubes spargunt lumen suum, et cetera.

 

Consequenter cum dicit et contuli, etc., agit de ipsa collatione, ubi tria facit. Primo manifestat materiam super quam contulit; secundo personas cum quibus contulit; et tertio causam propter quam contulit. Materia de qua contulit, fuit Evangelium. Et ideo dicit contuli cum illis Evangelium Dei, et cetera. Personae cum quibus contulit sunt maiores et excellentiores inter apostolos seorsum autem cum his, et cetera. Sed causa utilis et necessaria ne scilicet in vacuum, et cetera.

 

Quantum ad primum dicit ascendi Ierosolymam, ubi contuli cum illis, tamquam cum amicis et paribus, Evangelium quod praedicavi in gentibus, non ut addiscerem, quia iam doctus eram a Christo, non ut certificarer, quia sic certus sum quod si Angelus diceret contrarium, non crederem, ut patet supra I cap. Sed contuli propter duo, scilicet ad insinuandam unitatem doctrinae meae cum doctrina aliorum apostolorum. I Cor. I, 10 : idipsum dicatis omnes, et cetera. Contulit ergo cum eis quasi idem verbum cum eis, sed non pares habuit. Item ad vitandum calumniam aliorum. Apostolus enim quia non fuerat conversatus cum Christo, nec edoctus ab apostolis, sed statim post conversionem suam incepit praedicare quae erant odiosa Iudaeis, et specialiter de vocatione gentium, et quod non debebant servari legalia. Sic ergo contulit Evangelium.

 

 

 

Sed cum quibus hoc fecerit, ostendit subdens seorsum autem his, etc., quasi dicat : non cum omnibus, sed cum his qui erant inter alios alicuius auctoritatis et momenti, scilicet cum Petro, Iacobo et Ioanne et aliis magnis. Eccli. IX, 21 : cum sapientibus et prudentibus tracta, et cetera. Sed seorsum, etc., non quod turpia vel falsa cum eis tractaret vel conferret, sicut haeretici faciunt, sed quia sciebat ibi esse Iudaeos calumniantes, propterea quia de legalibus docuerat. Et ideo ne veritas pateret calumniae, cum illis seorsum contulit, qui non calumniarentur. Prov. XXV, 9 : causam tuam tracta cum amico tuo, et secretum extraneo ne reveles, et cetera. Eccli. VIII, 21 : coram extraneo ne facias consilium, et cetera.

 

 

Sic ergo patet et materia collationis et personae.

Sequitur causa, quae fuit scilicet ne in vacuum currerem, aut cucurrissem, id est, ne reputarer praedicasse inutiliter. Vocat autem praedicationem suam, cursum, propter velocitatem suae doctrinae, quia in modico tempore a Ierusalem usque in Illyricum, et usque in Hispaniam praedicavit Evangelium. Unde posset dici de eo illud Ps. CXLVII, 15 : velociter currit sermo eius, etc.; II Thess. III, 1 : fratres, orate pro nobis, ut sermo domini currat, et cetera.

 

 

Sed numquid dubitabat quod in vacuum curreret? Dicendum est quod sibi non dubitabat, sed illis quibus praedicaverat, quia nisi ab illis firmiter teneretur sua doctrina, quantum ad illos in vacuum cucurrisset; et ideo voluit conferre cum eis, ut dum scirent auditores, quod doctrina sua concordaret cum doctrina aliorum apostolorum, et approbaretur ab eis, firmius eius doctrinam tenerent, et sic quantum ad eos non in vanum curreret. I Cor. IX, 26 : ego sic curro non quasi in incertum.

 

 

 

Consequenter cum dicit sed neque Titus, etc., ostendit quid secutum sit ex collatione cum apostolis habita. Et ponit tria quae inde secuta sunt, scilicet quod a sua sententia non recessit, et quod suae doctrinae nihil superadditum fuit, ibi ab his autem qui videbantur, et cetera. Tertio quod sua doctrina approbata est, ibi sed contra cum vidissent, et cetera.

Circa primum duo facit. Primo ostendit quod non recessit a sua sententia in quodam particulari; secundo ostendit quod etiam in nullo alio recessit ab ea, ibi sed propter subintroductos, et cetera.

 

Dicit ergo : dico quod ita contuli cum eis de doctrina Evangelii, quod ex hoc secutum est, quod doctrina mea et sententia firma permansit, scilicet de legalibus non observandis, sic quod gentiles non cogerentur ad servandum legalia, intantum quod neque Titus, qui mecum erat, cum esset etiam gentilis, compulsus est, rationibus eorum, circumcidi, sed susceptus est ab apostolis in societatem incircumcisus. Unde tunc data est sententia ab apostolis de legalibus non observandis, sicut habetur Act. XV, 28. Ratio autem quare post passionem Christi non debent servari legalia, assignatur a Chrysostomo talis : manifestum est enim quod instrumentum quod fit de aliqua promissione seu foedere tenet tantum quousque compleatur foedus et promissio, quibus completis, instrumentum praedictum in hoc non tenet. Circumcisio autem est quoddam instrumentum promissionis et foederis inter Deum et fideles homines; unde et Abraham accepit circumcisionem in signum promissionis, ut dicitur Gen. XVII. Et quia Christi peracta passione, soluta fuit promissio et completum foedus, ideo post passionem non tenet, nec valet circumcisio. Sic ergo patet quod non recessit a sententia sua in hoc quod non permitteret circumcidi Titum.

 

 

 

 

Consequenter ostendit quod in nullo alio etiam recessit ab ea, cum dicit sed propter subintroductos, et cetera. Littera autem ista est diversa in diversis et obscura, et legitur sic : tu dicis quod non permisisti circumcidi Titum, sed quare non permisisti? Nonne alibi permisisti Timotheum, sicut legitur Act. XVI, 3? Ad hoc potest sic respondere apostolus, quia tunc temporis, quando Timotheus fuit circumcisus, indifferens erat circumcisio, utrum scilicet servaretur vel non; sed modo cum ageretur de Tito, erat specialis quaestio de circumcisione, quam ego dicebam non debere servari. Unde si permisissem eum circumcidi, cum egomet diffinivissem quaestionem, fuisset factum in contrarium, nec licebat ultra de hoc movere quaestionem, vel facere difficultatem, utpote iam determinatam. Et ideo dicit : dico quod non solum non permisi ipsum circumcidi ab illis, quibus neque ad horam cessimus subiectione, scilicet ut gentes subderentur legi. Et hoc propter subintroductos, a Diabolo vel a Pharisaeis, falsos fratres, qui se fingunt amicos. II Cor. c. XI, 26 : periculum in falsis fratribus. Qui, scilicet fratres falsi, subintroierunt in locum ubi erant apostoli, latenter explorare, id est ad explorandam, libertatem nostram a peccato et lege. II Cor. III, 17 : ubi spiritus domini, ibi libertas. Rom. VIII, 15 : non enim accepistis spiritum servitutis, et cetera. Infra IV, 5 : ut eos qui sub lege erant redimeret.

 

 

 

 

 

Quam, scilicet libertatem, habemus in Christo Iesu, id est per fidem Christi. Infra IV, v. 31 : non estis ancillae filii, sed liberae. Et ad hoc subintroierunt ut in servitutem, legis et carnalium observantiarum, redigerent, sicut ante passionem Christi, quod non est faciendum, quia fundamentum aliud nemo potest ponere, etc., I Cor. III, 11. Et hoc ut veritas Evangelii permaneat apud vos, quasi dicat : in nullo cessimus eis propter hoc, ne scilicet occasionem daremus eis qui sine circumcisione dicebant vos non posse salvari, quod est contra veritatem Evangelii quod praedicavi vobis.

 

 

Ambrosius autem aliter legit. Secundum praemissa enim habetur, quod ideo ad horam non cessit propter subintroductos. Ex quo sequitur quod nisi fuissent subintroducti falsi fratres, cessisset eis de legalium observatione. Et ideo propter hoc non fuit, quia propter hoc non cessisset eis, sed propter ipsam veritatem. Ideo dicit Ambrosius quod littera est falsa, et superfluit ibi neque. Unde vult quod non sit ibi neque. Et tunc est sensus : non permisi circumcidi Titum, sed Timotheum permisi circumcidi propter subintroductos falsos fratres, in loco ubi eram cum Timotheo et aliis, qui subintroierunt, et cetera. Quod cum facere nequivissent, populum in seditionem contra nos incitare moliebantur. Quibus, scilicet falsis fratribus, propter hoc cessimus ad horam subiectionis, in facto circumcisionis, circumcidendo Timotheum ibi ut veritas Evangelii permaneat, etc., quae habet quod nec circumcisio aliquid confert, neque praeputium, sed fides. Fuit autem specialis causa quare Timotheus circumcisus fuit, et non Titus, quia Timotheus fuit ex patre gentili et matre Iudaea, Titus vero ex utroque parente gentili. Et sententia apostoli erat quod qui ex aliquo parente Iudaeo nati fuerant, circumciderentur; qui vero totaliter ex gentilibus parentibus nati essent, nullo modo debeant circumcidi.

1. Quatorze ans après, j’allai de nouveau à Jérusalem avec Barnabé et je pris aussitôt Tite avec moi.

2. Or j’y allai suivant une révélation, et j’exposai aux fidèles, et en particulier à ceux qui paraissaient le plus considérables, l’Evangile que je prêche parmi les Gentils, afin de ne pas perdre le fruit de ce que j’avais déjà fait, ou de ce que je devais faire dans le cours de mon ministère.

3. Mais on n’obligea pas Tite, que j’avais amené avec moi, et qui était Gentil, à se faire circoncire.

4. Et la considération des faux frères qui s’étaient introduits par surprise, et qui s’étaient secrètement glissés parmi nous pour observer la liberté que nous avons dans le Christ Jésus, et pour nous réduire en servitude,

5. Ne nous porta pas à leur céder même pour un moment et nous refusâmes de nous assujettir à ce qu’ils voulaient, afin que la vérité de l’Evangile demeurât parmi vous.

 

Après avoir fait ressortir dans le chapitre qui précède, l’autorité de la doctrine de l’Evangile, par ce qu’elle est en elle-même, dans ce chapitre deuxième, l’Apôtre la met en valeur du côté des autres apôtres et du sien propre. A cet effet, premièrement il montre l’autorité de son enseignement par l’approbation qu’elle a reçue des autres apôtres, secondement par l’exemple qu’ils ont donné et qu’il a donné lui-même (verset 11) : Nous sommes Juifs de naissance, et non du nombre des Gentils, etc. Sur le premier de ces points, Saint Paul établit d’abord que les autres apôtres ont approuvé sa doctrine; ensuite qu’il a lui-même repris avec liberté les autres apôtres dans ce qu’ils avançaient de contraire à sa propre doctrine (verset 11) : Cependant Céphas étant venu à Antioche, etc. Sur la première subdivision l’Apôtre traite de la conférence qui eut lieu entre lui et les apôtres; II° il insinue ce qui s’en est suivi (verset ) : Mais on n’obligea pas Tite, etc.

I° A l’égard de cette conférence, I. il rapporte les circonstances qui l’ont accompagnée; II. la conférence même (verset 2) : J’exposais devant eux, etc.

I. Quant aux circonstances, Saint Paul en rappelle quatre, à savoir le temps, le lieu, les témoins et le motif.

Il désigne le temps, quand il dit (verset 1) : Quatorze ans après. On objecte que l’Apôtre se convertit la première année qui suivit la mort du Christ, et que trois ans après il alla à Jérusalem, ce qui fait quatre ans; or il dit ici que quatorze ans après, il se rendit de nouveau à Jérusalem; ce serait en tout dix-huit ans, et qu’il trouva alors l’apôtre Pierre à Jérusalem. Or ceci n’est pas possible; car Pierre siégea sept années à Antioche, et à Rome vingt-cinq. Ce serait donc dix huit ans d’abord, et encore sept, (en tout vingt-cinq années), qui se seraient écoulées avant que l’apôtre Pierre arrivât à Rome. Il demeura à Rome vingt cinq ans; Pierre aurait donc encore vécu cinquante années après la mort de Jésus-Christ. Ceci est faux, car cet apôtre fut martyrisé à Rome la quarantième année après la mort du Christ, ainsi qu’il est consigné dans l’histoire, sous le règne de Néron.

Il faut répondre que quand Saint Paul dit : Ensuite, etc., il ne faut pas entendre qu’après les trois premières années, il s’en soit écoulé quatorze encore avant qu’il soit allé à Jérusalem; mais que ce fut la quatorzième année après sa conversion qu’il se rendit de nouveau dans cette ville. Il ne faut pas non plus ajouter à ces quatorze années les sept pendant lesquelles l’apôtre Pierre gouverna l’Eglise d’Antioche, parce que cet apôtre commença à la gouverner avant ce temps; Antioche étant proche de Jérusalem, Pierre put s’y rendre quelquefois et Paul put alors s’y trouver. On peut ainsi conclure de l’histoire qu’au bout de quatorze ans, Pierre vint à Rome, au temps de l’empereur Claude, qu’il y séjourna vingt-cinq années et atteignit ainsi le nombre de trente neuf années, et mourut la quarantième année après la mort du Seigneur. Que si Saint Paul dit expressément quatorze ans, c’est afin de montrer qu’il n’avait pas besoin d’être instruit par les apôtres, puisqu’il fut quatorze ans sans les voir.

Lorsque Saint Paul dit (verset 1) : Je montai de nouveau à Jérusalem, il désigne le lieu. Il dit : Je montai, parce que cette ville est située dans un lieu élevé. Il est donc monté à Jérusalem, afin de prouver qu’il s’accorde a la prophétie, qui dit (Isaïe, II, 3) : « La Loi sortira de Sion, etc. »

Il désigne ensuite les témoins, quand il ajoute (verset 4) : avec Barnabé, je pris aussi Tite avec moi. Barnabé était Juif, Tite Gentil. Il est donc monté avec eux, afin d’avoir des témoins de ce qu’il enseignait et de prouver qu’il n’inclinait ni du côté des Juifs, ni de celui des Gentils. (Deutéron., XIX, 15) : « Tout passera pour constant sur la déposition de deux ou trois témoins. »

Il indique enfin le motif, lorsqu’il dit (verset 2) : Or j’allai d’après une révélation, c’est-à-dire Dieu lui révélant et lui ordonnant de monter à Jérusalem. D’où l’on peut conclure que toutes les démarches et les actes des apôtres se firent selon l’inspiration du Saint Esprit ; (Job, XXXVII, 11) : « Au souffle de Dieu, les nuées répandent leur lumière, etc. »

II. Quand l’Apôtre ajoute (verset 2) : Et j’exposai devant eux, etc., il traite de la conférence même. A cet égard il indique le sujet qui fut traité; les personnes avec lesquelles il en a conféré, et le motif qui l’a déterminé à le faire. Le sujet dont il fut question, est l’Evangile; c’est ce qui lui fait dire (verset 2) : J’ai exposé devant eux l’Evangile de Dieu ; les personnes avec lesquelles il en a conféré, ce sont les premiers et les plus distingués d’entre les apôtres (verset 2) : en particulier, avec ceux, etc.; la cause en était utile et nécessaire, c’est (verset 2) : pour ne pas perdre le fruit, etc.

Quant au premier de ces points, il dit (verset 2) : Je montai donc à Jérusalem, et là, j’ai exposé devant eux, comme à des amis et avec mes égaux, l’Evangile que j’ai prêché aux Gentils, non pas pour m’instruire, puisque j’étais déjà instruit par Jésus-Christ, non pas pour devenir plus assuré, puisque je le suis tellement que si un ange disait le contraire, je ne le croirais pas (plus haut, I, 8), mais je l’ai fait pour deux raisons, à savoir pour que l’on comprît l’unité de ma doctrine avec celle des autres apôtres (I Corinth., I, 10) : « Je vous conjure d’avoir tous un même langage, etc. » Il a donc exposé avec eux, comparé en quelque sorte la même parole d’enseignement avec eux, sans qu’il s’agît d’égalité. Il l’a fait encore pour éviter les calomnies de quelques-uns. Car ou le calomniait, parce qu’il n’avait pas vécu avec Jésus-Christ, qu’il n’avait pas été instruit par les apôtres, et qu’aussitôt après sa conversion, il avait commencé à prêcher des vérités qui étaient odieuses aux Juifs; spécialement ce qui avait rapport à la vocation des Gentils, et qu’on ne devait plus pratiquer les observances légales. C’est donc pour ces motifs, qu’il a exposé son Evangile.

En disant (verset 2) : en particulier avec ceux, etc., il indique quelles sont les personnes avec lesquelles il a conféré. Comme s’il disait : ce n’est pas avec tous indifféremment mais avec ceux qui, entre tous les autres, paraissaient jouir de l’autorité et de la considération, c’est-à-dire avec Pierre, Jacques et Jean, et d’autres grands apôtres ; (Ecclésiastique IX, 21) : « Traitez les choses avec ceux qui sont sages et prudents, etc. » - (verset 2) : mais en particulier, non pas qu’il traitât avec eux de choses fausses dont il eût à rougir, comme le font les hérétiques, mais parce qu’il savait qu’il y avait là des Juifs qui le calomniaient en raison de ses discours contre les observances légales. Pour ce motif, afin que la vérité ne fût pas en butte à la calomnie, il exposa sa doctrine particulièrement à ceux qui ne pouvaient calomnier (Prov., XXV, 9) : « Traitez de votre affaire avec votre ami, et ne découvrez pas votre secret à un étranger, etc. » ; (Ecclésiastique VIII, 21) : « Ne traitez rien de secret devant un étranger, etc. » Nous voyons donc ce qui concerne l’objet de sa conférence et les personnes.

Vient maintenant la cause. Ce fut (verset 2) : afin de ne pas perdre le fruit de ce que j’avais fait, ou de ce que je devais faire, c’est-à-dire afin qu’on ne jugeât pas que j’avais prêché inutilement. Or l’Apôtre donne à sa prédication le nom de course, à cause de la rapidité de cette prédication, puisque dans un court intervalle il prêcha l’Evangile à partir de Jérusalem jusqu’en Illyrie, et jusqu’en Espagne, en sorte qu’on pouvait lui appliquer ce passage du Psalmiste (CXLVII, 15) : « Sa parole court avec vitesse, etc. » ; et (II Thessal., III, 4) : « Priez pour nous, mes frères, afin que la parole de Dieu se répande de plus en plus, etc. »

Mais l’Apôtre avait-il appréhendé que son travail demeurât sans fruit ? Il faut répondre, qu’il ne le craignait pas pour ce qui le concernait lui-même, mais pour ceux auxquels il annonçait l’Evangile, parce que s’ils n’avaient pas gardé fermement la doctrine qu’il leur avait enseignée, quant à eux, son travail eût été sans résultat. Voilà pourquoi il voulut leur exposer la doctrine qu’il prêchait, afin que ceux qui l’entendaient, sachant que son enseignement s’accordait avec celui des autres apôtres, et avait reçu leur approbation, ils en retiennent plus fermement la doctrine, et qu’ainsi par rapport à eux, il ne perdît pas le fruit de ce qu’il avait fait ; (I Corinth., IX, 26) : « Pour moi, je cours, mais je ne cours pas au hasard ».

 

II° Lorsqu’il ajoute (verset 3) : Mais on n’obligea pas Tite, etc., il rend compte de ce qui s’ensuivit de la conférence qu’il avait eue avec les apôtres. Il en indique trois conséquences, à savoir : premièrement qu’il ne changea rien à sa pensée; secondement qu’on n’ajouta rien à sa doctrine ; (verset 6) : mais ceux qui paraissaient, etc. ; troisièmement que sa doctrine fut approuvée (verset 7) : mais au contraire ayant reconnu, etc. Sur la première de ces conséquences, il fait voir I. qu’il n’a pas changé de sentiment sur un point particulier; II. qu’il n’en a même changé en aucun point (verset 4) : Mais [la considération même de quelques faux frères] qui s’étaient introduits par surprise, etc.

I. Il dit donc : je dis que j’ai exposé avec eux la doctrine de l’Evangile que je prêche, et cela s’est fait de telle sorte, qu’il s’en est suivi ceci, c’est que ma doctrine et mon sentiment au sujet des observances légales qu’on n’est plus tenu de pratiquer, sont demeurés intacts, et qu’ainsi on ne devait plus forcer les Gentils à les suivre; et cela est si vrai, que Tite qui m’accompagnait, tout Gentil qu’il fût, n’a pas été contraint, malgré leurs raisons, à se faire circoncire, et qu’il fut reçu, bien qu’incirconcis, par les apôtres dans leur communion. Ce fut donc à ce moment que les apôtres portèrent leur jugement sur la fin de l’obligation des observances légales, ainsi qu’il est rapporté au XVe chapitre des Actes (verset 28). Voici la raison que donne saint Chrysostome, pour expliquer pourquoi depuis la mort de Jésus-Christ, on ne doit plus pratiquer les observances légales. « Il est évident qu’un signe qui a pour objet une promesse ou une alliance, n’a de valeur que jusqu’au temps où doit s’accomplir l’alliance ou la promesse, et qu’après leur accomplissement, ce signe, quant à ce point, n’a plus de portée. Or la circoncision est comme le gage de la promesse et de l’alliance entre Dieu et les hommes fidèles. De là Abraham reçut la circoncision, comme la marque de la promesse, ainsi qu’il est dit dans la Genèse (XVII, 11). Mais comme la mort de Jésus-Christ a accompli la promesse et exécuté l’alliance, depuis cette mort la circoncision n’a plus ni de force ni de valeur. Il est donc évident par là que l’Apôtre ne revint pas sur son sentiment, particulièrement en ceci, qu’il ne voulut pas permettre qu’on soumît Tite à la circoncision. »

II. Il fait voir ensuite qu’il ne revint en quoi que ce soit d’autre sur ce sentiment, quand il ajoute (verset 4) : et la considération des faux-frères qui s’étaient introduits, etc. La lettre est ici obscure et diversement interprétée; on l’entend ainsi : vous prétendez que vous n’avez pas permis que Tite fût circoncis, quel motif aviez-vous de vous y opposer? N’avez-vous pas permis, dans d’autres circonstances, que Timothée le fût, comme on le lit aux Actes, XVI, 3 ? A cette difficulté, l’Apôtre peut répondre : au temps où Timothée fut circoncis, il était indifférent de garder ou non cette pratique; mais lorsqu’il s’agissait de Tite, il y avait une difficulté spéciale à la circoncision, puisque je prétendais qu’on ne devait plus la pratiquer. Si donc j’avais permis que Tite fût circoncis après avoir moi-même enseigné qu’on ne le doit plus faire, le fait eût été le contraire de la doctrine; il n’était plus désormais permis de mettre la chose en question, ou d’élever une difficulté, puisqu’elle était déjà définie. C’est ce qui lui fait dire : je dis que non seulement je n’ai pas permis qu’il fût circoncis (verset 5) : par ceux auxquels nous n’avons pas cédé même un instant, c’est-à-dire pour forcer les Gentils à se soumettre à la loi. Or cette conduite était nécessaire (verset 4) : à cause de ceux qui s’étaient introduits furtivement parmi nous soit par l’artifice de Satan, soit par les Pharisiens, faux-frères, qui feignaient d’être des nôtres ; (II Corinth., XI, 26) : « Périls entre les faux-frères. » — des faux-frères qui s’étaient glissés dans le lieu où étaient les apôtres, pour observer frauduleusement, » c’est-à-dire pour observer notre liberté, du péché et de la loi ; (II Corinth., III, 17) : « Là où est l’Esprit du Seigneur, là est aussi la liberté » ; (Rom., VIII, 15) : « Car vous n’avez pas reçu l’Esprit de servitude, etc. » et (ci-après, IV, 5) : pour racheter ceux qui étaient sous la loi. »

Liberté, veux-je dire, que nous avons en Jésus-Christ, c’est-à-dire par la foi de Jésus-Christ (ci-après, IV, 31) : Nous ne sommes pas les enfants de la servante, mais de la femme libre. Ils se sont glissés ainsi (verset 4) : afin de nous réduire sous la servitude de la Loi et des observances légales, ainsi que cela pratiquait avant la mort de Jésus-Christ. Or c’est ce que l’on ne doit pas faire, car (I Corinth., III, 11) : « Personne ne peut poser d’autre fondement que celui, etc. » Ce que nous avons fait, nous l’avons fait afin que l’Evangile se conserve parmi vous, dans sa vérité ; en d’autres termes : nous ne leur avons cédé en rien pour ce motif, à savoir pour ne pas fournir de prétexte à ceux qui soutenaient que sans la circoncision vous ne pouviez être sauvés, ce qui est contre la vérité de l’Evangile que je vous ai prêché. Saint Ambroise suit un sens différent. D’après ce qui a été dit, on voit que Saint Paul ne voulut pas céder, même un instant, à cause des faux-frères qui s’étaient introduits furtivement. Il s’ensuit donc de là, que si ces faux-frères ne s’étaient pas introduits, il eût cédé sur la pratique des observances légales. Ce n’est donc pas la véritable raison, car il n’eût pas voulu leur céder quand il en aurait été ainsi, puisqu’il soutenait la vérité. Ambroise prétend donc que le texte littéral est altéré, et que le mot « ni » est de trop; aussi veut-il qu’on le retranche; et alors voici le sens : Je n’ai pas laissé circoncire Tite, mais je l’ai permis pour Timothée, à cause des faux-frères qui s’étaient glissés dans le lieu où je me trouvais avec Timothée et d’autres qui y pénétrèrent, etc. Or comme ils ne voulurent pas le faire, ils s’efforçaient de soulever le peuple et de le pousser à la sédition contre nous. C’est donc à eux, c’est-à-dire aux faux-frères, que nous avons cédé pour ce motif, nous soumettant à eux pour le moment, à l’égard de ce fait de la circoncision, en obligeant dans cette circonstance Timothée à la circoncision, afin que l’Evangile demeurât dans sa vérité, etc., vérité qui nous apprend qu’il ne sert à rien ni d’être circoncis ni de ne l’être pas, mais que [le salut s’obtient par] la foi. Or il y avait une raison particulière de circoncire Timothée, et non pas Tite, c’est que le premier était né d’un père gentil et d’une mère juive, tandis que Tite était né de père et de mère gentils. Le sentiment de l’Apôtre était que les personnes nées d’un père ou d’une mère juifs, fussent circoncises, mais que ceux qui descendaient de père et de mère gentils, ne devaient pas l’être.

 

 

Lectio 2

Leçon 2 : Galates II, 6-10 ─ Apôtre des Gentils, par la vocation de Dieu

 

SOMMAIRE : Saint Paul rappelle la disposition des apôtres, qui n’ajoute rien à la doctrine qu’il prêchait, mais l’approuvèrent comme ayant été reçue d’en haut, lui recommandant seulement les pauvres.

 

 

 

 

 

 

[6] ab his autem qui videbantur esse aliquid quales aliquando fuerint nihil mea interest Deus personam hominis non accipit mihi enim qui videbantur nihil contulerunt

 

 

 

[7] sed e contra cum vidissent quod creditum est mihi evangelium praeputii sicut Petro circumcisionis

 

 

[8] qui enim operatus est Petro in apostolatum circumcisionis operatus est et mihi inter gentes

 

[9] et cum cognovissent gratiam quae data est mihi Iacobus et Cephas et Iohannes qui videbantur columnae esse dextras dederunt mihi et Barnabae societatis ut nos in gentes ipsi autem in circumcisionem

 

[10] tantum ut pauperum memores essemus quod etiam sollicitus fui hoc ipsum facere

 

[87751] Super Gal., cap. 2 l. 2 Ostenso quod apostolus in nullo recessit a sententia sua in collatione praedicta, hic consequenter ostendit quod nihil suae doctrinae per alios apostolos superadditum fuit. Et circa hoc duo facit. Primo enim describit conditionem apostolorum, nihil ei addere valentium; secundo prosequitur propositum, ibi mihi enim qui, et cetera. Conditionem autem illorum describit ex tribus. Primo ex auctoritate quam habebant in Ecclesia, quae est magna. Et quantum ad hoc dicit ab his autem, et cetera. Littera defectiva est, unde debet suppleri sic ab his autem, scilicet Petro et Ioanne; quasi dicat : licet ad horam cesserim eis, nihil tamen accepi ab eis potestatis vel doctrinae. Et si ab his nihil accepi, multo minus ab aliis. Sed notandum est quod hoc quod dicit qui videbantur aliquid esse, si hoc intelligatur secundum gratiam Dei quae in ipsis erat, sic verum est quod secundum hanc magni erant, quia quos iustificavit, hos et magnificavit, ut dicitur Rom. VIII, 30. Si vero intelligantur aliquid esse secundum seipsos, sic falsum est, quia secundum hoc nihil erant. Nam si secundum se aliquid esse viderentur, semper fuissent magni; quia quod per se inest, semper inest. Unde cum non fuerint semper magni, non secundum se videbantur aliquid esse.

 

 

 

Secundo describit eorum conditionem ex statu eorum ante conversionem, quam habuerunt in synagoga. Et hunc statum caute ostendit fuisse abiectum et vilem. Unde dicit quales aliquando fuerint, quia rustici, pauperes, idiotae, et sine litteris erant. I Cor. I, 26 : non multi sapientes secundum carnem, et cetera. Sed quales fuerint nihil, id est non, mea interest, scilicet referre. Et hoc forte introducit, ut considerantes statum quem illi habuerunt in synagoga (qui nullus fuit) et statum Pauli (qui magnus fuit), manifeste cognoscant quod Paulus in sententia quantum ad legalia sit eis praeferendus, et praesertim cum Paulus in statu Ecclesiae Christi eis aequaretur, ita quod Paulus eos in statu synagogae ante conversionem praecedebat, in statu post conversionem eis aequalis erat.

 

 

 

Unde cum agebatur de synagoga, magis erat standum sententiae Pauli, quam aliorum; sed cum de Evangelio ageretur, standum erat sententiae suae sicut sententiae aliorum. Et sicut alii non erant magni per legalia, sed per Christum, sic et apostolus per Christum magnus erat in fide, et non per legalia.

 

Tertio describit eorum conditionem ex divina electione, et quantum ad hoc dicit Deus enim personam, etc., quasi dicat : ideo magni sunt, quia Deus eos magnificavit, non attendens ad merita vel demerita eorum, sed ad ipsum quod facere intendit. Et ideo dicit Deus personam hominis non accipit, id est, non considerat magnam vel parvam. Sap. VI, 8 : pusillum et magnum ipse fecit, et cetera. Sed sine personarum acceptione ad salutem omnes vocat, non imputans illis delicta eorum, et hoc quia transierunt. II Cor. V, 17 : vetera transierunt, et cetera. Ps. XV, 4 : nec memor ero nominum eorum, et cetera. Et ideo dicit Petrus, Act. X, 34 : in veritate comperi, quod non est personarum acceptio, et cetera. Circa hoc sciendum est, quod accipere personam proprie est in aliquo negotio attendere, quasi regulam ipsius negotii, conditionem personae nihil facientem ad negotium, puta, cum ideo do beneficium alicui, quia est nobilis, sive pulcher. Nobilitas enim seu pulchritudo, nil facit ad hoc, quod habeat beneficium. Si vero conditio personae facit ad negotium, sic considerando illam conditionem in facto illo, non accipio personam; sicut si ideo do beneficium alicui, quia bonus est, et bene deserviet Ecclesiae, quia bene litteratus et honestus, non sum acceptor personae. Nihil ergo est proprie accipere personam, quam considerare conditionem personae, nil facientem ad negotium.

 

 

 

 

Cum ergo Deus in operibus suis et beneficiis nihil praeexistens ex parte creaturae respiciat, quia ipsum, quod est creaturae, est effectus suae electionis, sed respiciat solum quasi pro regula beneplacitum voluntatis suae secundum quam omnia operatur, et non secundum aliquam conditionem personae, ut dicitur Ephes. IV, 7, manifestum est quod non accipit personam hominis.

 

Consequenter descripta conditione eorum, ostendit propositum, scilicet quod nil ei addere potuerunt. Et ideo dicit mihi enim qui videbantur aliquid esse, nihil contulerunt, quasi dicat : licet essent magnae auctoritatis, tamen nil addiderunt doctrinae meae nec potestati, quia, sicut supra dictum est neque ab homine accepi Evangelium, neque per hominem didici.

Glossa autem aliter legit quales aliquando fuerunt, etc., quasi dicat : non pertinet ad me referre statum eorum ante conversionem, quales scilicet fuerunt, quia et hoc nihil refert, cum et ego fuerim ipsius Ecclesiae etiam persecutor, et tamen Deus suae beneplacito voluntatis elegit me et magnificavit, et hoc quia dominus personam hominis non acceptat.

 

 

Consequenter cum dicit sed e contra cum vidissent, etc., ostendit quomodo eius sententia sit approbata ab apostolis. Et circa hoc tria facit. Primo ponit causam approbationis; secundo insinuat ipsam approbationem, ibi Iacobus et Cephas, et cetera. Tertio addit quamdam conditionem approbationi interpositam, ibi tantum ut pauperes, et cetera.

Causam autem approbationis (quae movit apostolos approbare sententiam apostoli) ponit duplicem, scilicet praedicationis officium apostolo iniunctum a Christo, et effectum iniuncti officii, ibi et cum cognovissent, et cetera.

 

Circa primum, primo ponit officium iniunctum quod movit eos ad approbandum; secundo officii manifestationem, ibi qui enim operatus est, et cetera. Dicit ergo : dico quod illi qui videbantur aliquid esse, nihil mihi contulerunt, sed potius, contra opinionem adversariorum, qui ascenderant contra me in Ierusalem ad apostolos pro ipsa quaestione, me ipsi apostoli approbaverunt, et hoc cum vidissent quod creditum est mihi Evangelium, id est, officium praedicationis, praeputii, id est, iniunctum praedicare incircumcisis, scilicet gentibus. Ier. IX, 26 : omnes gentes habent praeputium, omnis autem domus, et cetera. Sicut Petro commissa est auctoritas, ut praedicaret Iudaeis tantum, et Paulo gentibus; sed postmodum et Petrus praedicavit gentibus, et Paulus Iudaeis.

 

 

 

Sed quia aliquis posset dicere : unde constat nobis quod tibi sit commissum Evangelium in gentibus? Ideo interponens dicit, quod per operationes Christi. Sicut enim patet quod Petrus accepit Evangelium a Christo propter mirabilia quae Christus fecit per eum, ita patet quod ego ab ipso accepi propter miracula quae Christus operatus est, et operatur in me. Et ideo dicit qui operatus est Petro, etc., id est, qui Petrum fecit apostolum in Iudaea, scilicet Christus, ipse me fecit apostolum in gentibus. Et haec est causa quae movet eos.

 

Sed quia non sufficit iniunctio et auctoritas praedicandi, nisi homo per bonam scientiam et discretam eloquentiam ipsam exequatur, et per bonam vitam commendet, ideo addit usum suae auctoritatis seu officii effectum, dicens et cum cognovissent gratiam Dei, et cetera. Et est littera suspensiva, id est, cum vidissent quod gratiosa et fructuosa esset praedicatio mea, tunc Iacobus, et Cephas, et Ioannes, et cetera.

 

In quo notatur approbatio seu societas facta cum eis et Paulo. Et primo ponuntur personae inter quas facta est societas, quae sunt Iacobus, et Cephas, id est Petrus, et Ioannes. Et praemittitur Iacobus, quia erat episcopus Ierosolymorum, ubi haec facta sunt. Ioannes autem iste fuit Ioannes Evangelista, qui non deseruit Iudaeam usque ad tempus Vespasiani. Qui videbantur columnae esse. Metaphorice dicitur hoc, id est sustentatio totius Ecclesiae. Sicut enim totum aedificium sustentatur per columnas, ita per istos tota Ecclesia Iudaeorum sustentabatur et regebatur. Et de istis columnis dicitur in Ps. LXXIV, 4 : ego confirmavi columnas eius, id est, apostolos Ecclesiae; Can. V, 15 : crura illius columnae marmoreae, quae fundatae sunt super bases aureas. Isti, scilicet ex una parte, dederunt dextras societatis, id est, consenserunt in societatem, mihi et Barnabae, in quo designantur personae ex alia parte. Per hoc autem quod dederunt sibi dexteras, significatur quod per manus se acceperunt in signum coniunctionis et unitatem opinionis.

 

 

Secundo ostenditur societatis tenor seu conditio, cum dicitur ut nos in gentes, ipsi autem in circumcisionem, scilicet praedicarent; quasi dicat : facta fuit inter nos coniunctio et unio, ita tamen quod sicut omnes fideles obediunt Petro in circumcisione, id est, in Ecclesia Iudaeorum fidelium : ita omnes gentiles qui conversi fuerunt ad Christum, obedirent Barnabae et Paulo.

Hoc tamen apposito, ut nos essemus memores pauperum Christi, qui scilicet vendiderant omnia bona sua, et pretium eorum ad pedes apostolorum posuerant, propter Christum pauperes effecti. Quod quidem sollicitus fui hoc idem facere, non minus affectus, quam ipsi qui ordinaverunt, sicut apparet Rom. XV, et I Cor. VI, et II Cor. c. VIII et IX. Ratio autem quare consuetudo primitivae Ecclesiae de venditione possessionum servabatur in Ecclesia ex circumcisione, et non in Ecclesia ex gentibus, haec est, quia fideles Iudaei congregati erant in Ierusalem, et in Iudaea quae destruenda in brevi a Romanis erat, ut postmodum rei probavit eventus; et ideo voluit dominus ut ibi possessiones non reservarentur ubi permansuri non erant. Ecclesia vero gentilium firmanda erat et augenda, et ideo consilio spiritus sancti factum est, ut in ea possessiones non venderentur.

6. Aussi ceux qui paraissaient les plus considérables (je ne m’arrête pas à ce qu’ils ont été autrefois; Dieu n’a pas égard à la qualité des personnes), ceux qui paraissaient les plus considérables, ne m’ont rien appris de nouveau.

7. Mais au contraire, ayant reconnu que la charge de prêcher l’Evangile aux incirconcis m’avait été donnée, comme à Pierre celle de prêcher aux circoncis,

8. (Car celui qui a agi efficacement dans Pierre pour le rendre Apôtre des circoncis, a aussi agi efficacement en moi pour me rendre Apôtre des Gentils);

9. Ceux qui paraissaient comme les colonnes, Jacques, Céphas et Jean, ayant reconnu la grâce que j’avais reçue, nous donnèrent la main, à Barnabé et à moi, pour marque de la société qui était entre eux et nous, afin que nous prêchions l’Evangile aux Gentils et aux circoncis.

10. Ils nous recommandèrent seulement de nous ressouvenir des pauvres; ce que j’ai eu aussi grand soin de faire.

 

I° L’Apôtre, après avoir établi que dans la conférence qu’il eut avec les apôtres il n’a changé en rien de sentiment, fait voir ensuite que ces apôtres eux-mêmes n’ont ajouté quoique ce soit à ce qu’il enseignait. I. Il dépeint la condition des apôtres, qui, sur ce point, ne pouvaient rien ajouter; II. il poursuit le développement de sa proposition (verset 6) : Ceux, dis-je, qui me paraissent, etc.

I. Il dépeint leur condition en trois points :

sous le rapport de l’autorité qu’ils avaient dans l’Église, autorité qui était grande (verset 6) : Aussi ceux qui, etc. Ici le texte littéral est défectueux, et doit être ainsi rétabli : De la part de ceux-là donc, c’est-à-dire Pierre et Jean. En d’autres termes : Bien que pour un moment je leur ai cédé, je n’ai cependant rien reçu d’eux, ni en puissance, ni en doctrine. Et si je n’ai rien reçu de ceux-là, combien moins ai-je reçu quelque chose des autres. Il faut observer toutefois que ce que dit Saint Paul (verset 6) : qui paraissaient les plus considérables, si on l’entend de la grâce de Dieu qui était en eux, est conforme à la vérité, car selon cette grâce ils étaient grands, puisque « ceux qu’il a justifiés, il les a glorifiés, » comme il est dit dans (Rom., VIII, 30). Mais si on l’entend en ce sens qu’ils étaient quelque chose en eux-mêmes, cela est faux, parce que dans ce sens, ils n’étaient rien. Si, en effet, ils avaient été quelque chose en eux-mêmes, toujours ils auraient été grands, car ce qui est par soi est toujours tel. Mais n’ayant pas toujours été grands, ils ne paraissaient pas, par eux-mêmes, être quelque chose.

Il dépeint leur condition d’après leur position dans la synagogue, avant leur conversion. Il fait sentir avec adresse que cet état fut vil et abject; c’est ce qui lui fait dire (verset 6) : [Je ne m’arrête pas] à ce qu’ils ont été autrefois, c’est-à-dire qu’ils furent grossiers, pauvres, simples, sans lettres aucunes ; (I Corinth., 1, 26) : « Il y en eut peu de sages selon la chair, etc. »; mais (verset 6) : Il ne m’importe en rien, c’est-à-dire nullement, de rapporter quels ils furent. Peut-être Saint Paul a-t-il fait cette remarque, afin que, considérant la position qu’avaient eue les apôtres sous la synagogue, c’est-à-dire lorsqu’ils n’avaient aucune distinction; et son état à lui, qui était distingué, ou pût voir clairement que sa manière d’apprécier les observances légales devait être préférée au sentiment des autres apôtres, surtout puisque lui-même, par la dignité qu’il avait dans l’Eglise de Jésus-Christ, était leur égal. Ainsi Paul, avant sa conversion, précédait les apôtres dans la synagogue, et il les égalait dans l’état ou il se trouvait depuis sa conversion. Donc, quand il s’agissait de la synagogue, il fallait s’en tenir au sentiment de Paul davantage qu’à celui des autres apôtres, et lorsqu’il s’agissait de l’Evangile, son sentiment valait celui des autres. Et de même que la grandeur des apôtres ne venait pas des observances de la Loi, mais de Jésus-Christ, ainsi l’Apôtre Paul était grand par Jésus-Christ dans la foi, et non par ces observances.

Enfin il dépeint leur condition par l’élection divine et il dit (verset 6) : Dieu n’a pas égard à la qualité des personnes, etc. ; en d’autres termes : s’ils sont grands, c’est que Dieu les a rendus tels, sans faire attention s’ils le méritaient ou non, mais seulement à cela même qu’il se proposait de faire. C’est pourquoi il dit (verset 6) : Dieu n’a pas égard à la qualité des personnes, c’est-à-dire ne considère pas si l’on est grand ou non ; (Sagesse, VI, 8) : « Il a fait les grands comme les petits, etc. » Mais il appelle, sans acception de personnes, tous les hommes au salut, ne leur imputant pas leurs péchés, parce qu’ils ont été remis ; (II Corinth., V, 17) : « Ce qu’il y avait de vieux est passé, etc. » ; (Ps., XV, 4) : « Je ne me souviendrai pas seulement de leurs noms, etc. » C’est ce qui fait dire à saint Pierre (Act., X, 34) : « En vérité je vois bien que Dieu ne fait pas acception des personnes, etc. » Sur ceci, il faut se rappeler, que faire acception des personnes, c’est à proprement parler, considérer, dans une affaire, comme une règle de cette affaire, la condition des personnes, bien que cette condition n’ait avec l’affaire aucun rapport, par exemple, accorder un bienfait à tel ou tel, parce qu’il est noble ou parce qu’il est beau, car la noblesse ou la beauté ne lui donne aucun droit à recevoir cette grâce. Que si la condition de la personne a quelque rapport avec l’affaire, alors en faisant attention à cette condition dans cette affaire, je ne fais pas acception des personnes; par exemple, si j’accorde une grâce à untel, parce qu’il est bon et qu’il sera utile à l’Eglise, parce qu’il a de l’instruction et des moeurs, je ne fais nullement acception des personnes. Dans la rigueur des termes, faire acception des personnes, ce n’est donc pas autre chose que considérer dans ces personnes la condition, qui n’a aucun rapport avec l’affaire qui nous occupe. Or Dieu, dans ses opérations et ses grâces, ne considère rien de préexistant du côté de la créature, parce que même ce qu’on trouve dans la créature est l’effet de son élection ; et il ne prend pour règle que le bon plaisir de sa volonté, c’est d’après elle, et non pas d’après la condition des personnes, qu’il opère toutes choses, comme il est dit (Ephés., IV, 7-11); il est dont manifeste qu’il ne fait pas acception des personnes.

II. Après avoir dépeint la condition des apôtres, Saint Paul développe sa proposition, à savoir qu’ils n’ont pu rien ajouter à sa doctrine. C’est ce qui lui fait dire (verset 6) : « Ceux, dis-je, qui paraissaient les plus considérables, ne m’ont rien appris de nouveau »; en d’autres termes : Bien qu’ils eussent une grande autorité, ils n’ont pu cependant rien ajouter à la mienne, ni à ma doctrine, parce que, ainsi qu’il a été dit, (ci-dessus, I, 12) je n’ai reçu ni appris d’aucun homme cet Evangile que je prêche. La Glose entend diversement ce passage (verset 6) : [Je ne m’arrête pas] à ce qu’ils ont été autrefois, comme si l’Apôtre disait : il ne m’appartient pas de rappeler l’état dans lequel ils étaient avant leur conversion, c’est-à-dire quels ils furent autrefois, parce que ce ne serait d’aucune utilité, car moi-même j’ai aussi été le persécuteur de l’Eglise de Dieu, et cependant Dieu, par le bon plaisir de sa volonté, m’a choisi et glorifié, agissant ainsi parce qu’il ne fait pas acception des personnes.

 

II° Quand l’Apôtre ajoute (verset 7) : Mais au contraire, ayant reconnu, etc., il fait voir que son sentiment a reçu l’approbation des apôtres. Sur ce I. il indique le motif de l’approbation; II. il insinue l’approbation même, à ces mots (verset 9) : Jacques, Céphas, etc. ; III. il ajoute une sorte de condition apposée l’approbation, (verset 10) : [Ils nous recommandèrent seulement] de nous ressouvenir des pauvres, etc.

I. Or Saint Paul donne d’abord le double motif, qui détermina les apôtres à accorder leur assentiment à sa doctrine; d’abord le ministère de la prédication imposé à cet apôtre par Jésus-Christ, et ensuite les fruits du ministère dont il avait été chargé (verset 9) : et ayant reconnu la grâce, etc.

Sur le premier motif, Saint Paul expose d’abord le ministère imposé qui les avait déterminés à donner leur approbation; ensuite la manifestation de ce ministère (verset 8) : Car celui qui a agi efficacement, etc. - A) Il dit donc : Ceux qui paraissaient les plus considérables ne m’ont rien donné de nouveau, mais au contraire, malgré l’opinion de mes adversaires qui étaient venus à Jérusalem vers les apôtres, pour s’élever contre moi au sujet de cette question même, les apôtres m’ont approuvé en cela, (verset 7) : parce qu’ils ont reconnu que l’Evangile, c’est-à-dire le ministère de la prédication aux incirconcis, m’avait été confié, c’est-à-dire qu’il m’avait été enjoint de prêcher aux incirconcis, ou aux Gentils ; (Jérémie IX, 26) : « Toutes ces nations sont incirconcises, mais tous les enfants d’Israël, etc. » C’est ainsi que Pierre a reçu la mission de prêcher aux Juifs seulement, comme Paul celle de prêcher aux Gentils, mais dans la suite Pierre prêcha également aux Gentils et Paul aux Juifs.

B) Mais parce que l’on pouvait dire : « comment saurons-nous avec certitude que vous avez reçu la mission de prêcher aux Gentils ? », l’Apôtre répond en passant que c’est par les oeuvres de Jésus-Christ, car de même qu’il est manifeste que Pierre a reçu de Jésus-Christ l’Evangile, par les prodiges que Jésus-Christ a opérés par lui, ainsi l’est-il que j’ai moi même reçu de Jésus-Christ cet Evangile, par les miracles qu’il a opérés et qu’il opère en moi. C’est ce qui lui fait dire (verset 8) : Car celui qui a agi efficacement dans Pierre, pour faire de lui un apôtre en Judée, c’est-à-dire Jésus-Christ, m’a fait l’Apôtre des incirconcis. Telle est la cause de leur détermination.

Mais parce qu’il ne suffit pas pour prêcher que le ministère soit imposé et qu’on ait reçu l’autorité, et qu’il faut de plus la mesure convenable de science et une éloquence pleine de discrétion pour accomplir cette mission, et une vie sainte pour la rendre recommandable, l’Apôtre rappelle l’usage qu’il a fait de son autorité ou les fruits de son ministère, en disant (verset 9) : Ceux-là, ayant connu la grâce que Dieu m’avait donnée, etc. Le texte littéral demeure suspendu, c’est-à-dire : ayant vu que ma prédication était agréable et fructueuse, Jacques, Céphas, et Jean, etc.

II. Il faut remarquer ici l’assentiment ou l’association qui se fit entre eux et Paul.

Il indique les personnes entre lesquelles eut lieu cette association. Ces personnes sont Jacques, Céphas, c’est-à-dire Pierre , et Jean. Jacques est nommé le premier, parce qu’il était Evêque de Jérusalem, où tout ceci se passait. Quant à Jean, c’était l’Evangéliste qui ne quitta la Judée qu’au temps de Vespasien. (verset 9) : ceux là donc qui paraissaient comme les colonnes de l’Eglise, métaphore qui marque que ces apôtres soutenaient toute l’Eglise. Car de même que l’édifice tout entier est soutenu par les colonnes, ainsi était soutenue et réglée par ces apôtres l’Eglise entière des Juifs. C’est de ces colonnes qu’il est dit dans le Psalmiste (LXXIV, 4) : « J’ai affermi ses colonnes, » c’est-à-dire les apôtres de l’Eglise ; (Cantiq., V, 15) : « Ses jambes sont comme des colonnes de marbre, posées sur des bases d’or. » Ceux-là donc d’un côté, (verset 9) : nous donnèrent la main, c’est-à-dire firent mutuelle société, à Barnabé et à moi, ce qui désigne les personnes de l’autre côté. Mais par là même qu’ils se donnèrent la main, on comprend qu’ils agirent ainsi en signe d’union, et afin d’exprimer l’unité de sentiment.

On voit la teneur ou la condition de leur société, lorsqu’il dit (verset 9) : afin que nous prêchions l’Evangile aux Gentils et eux aux circoncis ; en d’autres termes, il se fit entre nous société et union, de telle sorte cependant que, de même que tous les fidèles parmi les circoncis, c’est-à-dire dans l’Eglise des Juifs convertis à la foi, obéissent à Pierre, ainsi tous les Gentils qui se convertirent à Jésus obéiront à Barnabé et à Paul.

III. Il ajoute toutefois (verset 10) : que nous devions nous ressouvenir des pauvres de Jésus-Christ, c’est-à-dire de ceux qui avaient vendu tous leurs biens, et en avaient jeté le prix aux pieds des apôtres, devenant ainsi pauvres pour l’amour de Jésus-Christ. Ce que (verset 10) : j’ai eu aussi grand soin de faire, n’y portant pas moins d’affection que ceux même qui l’avaient ordonné, comme on le voit dans l’Epître aux Romains (XV, 25) et I° aux Corinthiens (VI, 1 à 3) et II° aux Corinthiens (VIII, 4 à 24 et IX, 1 à 15). La raison pour laquelle on conservait parmi les fidèles circoncis, et non parmi les fidèles venus de la Gentilité, la coutume qu’avait l’Eglise primitive de vendre ce que l’on possédait, c’est que les Juifs convertis à la foi étaient réunis à Jérusalem, et dans la Judée qui à une époque rapprochée, allait être détruite par les Romains, comme le prouva bientôt l’événement. Le Seigneur ne voulut donc pas que l’on conservât des possessions, là où elles devaient périr. L’Eglise formée de la Gentilité devait au contraire s’affermir et s’accroître; ce fut donc par une inspiration du Saint Esprit que les possessions n’y furent pas vendues.

 

 

Lectio 3

Leçon 3 : Galates II, 11-14 ─ Paul corrige Pierre

 

SOMMAIRE : Saint Paul n’a rien reçu de l’apôtre Pierre, mais plutôt il est arrivé tout le contraire, puisque le premier a été utile au second par la correction dont il a usé envers lui.

 

 

 

 

 

 

[11] cum autem venisset Cephas Antiochiam in faciem ei restiti quia reprehensibilis erat

 

 

[12] prius enim quam venirent quidam ab Iacobo cum gentibus edebat cum autem venissent subtrahebat et segregabat se timens eos qui ex circumcisione erant

 

 

 

[13] et simulationi eius consenserunt ceteri Iudaei ita ut et Barnabas duceretur ab eis in illa simulatione

[14] sed cum vidissem quod non recte ambularent ad veritatem evangelii dixi Cephae coram omnibus si tu cum Iudaeus sis gentiliter et non iudaice vivis quomodo gentes cogis iudaizare

 

[87752] Super Gal., cap. 2 l. 3 Supra apostolus ostendit quod ipse nil utilitatis accepit ex collatione habita cum dictis apostolis, hic vero ostendit quod ipse aliis profuit. Et primo ostendit quomodo profuit Petro in corrigendo eum; secundo manifestat ea quae dixit, ibi prius enim quam venirent, et cetera.

Dicit ergo : vere ipsi mihi nihil contulerunt, sed ego potius contuli eis, et specialiter Petro; quia cum venisset Petrus Antiochiam, ubi erat Ecclesia gentium, ego restiti ei in faciem, id est, manifeste. Eccli. c. IV, 27 : ne reverearis proximum in casu suo, nec retineas verbum, et cetera. Vel in faciem, id est non in occulto, tamquam detrahens et timens, sed publice, et ut par ei. Lev. XIX, 17 : non oderis fratrem tuum in corde tuo, sed publice argue eum, et cetera. Et hoc ideo, quia reprehensibilis erat.

 

 

Sed contra : quia hoc fuit post acceptam gratiam spiritus sancti; sed post gratiam spiritus sancti nullo modo peccaverunt apostoli. Respondeo. Dicendum quod post gratiam spiritus sancti nullo modo peccaverunt mortaliter apostoli, et hoc donum habuerunt per potentiam divinam, quae eos confirmaverat. Ps. LXXIV, 4 : ego confirmavi columnas eius, et cetera. Peccaverunt tamen venialiter, et hoc fuit eis ex fragilitate humana. I Io. I, 8 : si dixerimus, quia peccatum non habemus, scilicet veniale, ipsi nos seducimus, et cetera.

 

Quod vero dicitur in Glossa : restiti ei tamquam par, dicendum est quod apostolus fuit pro Petro in executione auctoritatis, non in auctoritate regiminis. Ex praedictis ergo habemus exemplum : praelati quidem humilitatis, ut non dedignentur a minoribus et subditis corrigi; subditi vero exemplum zeli et libertatis, ut non vereantur praelatos corrigere, praesertim si crimen est publicum et in periculum multitudinis vergat.

 

 

Consequenter cum dicit priusquam venirent, etc., manifestat ea quae dixit. Et primo hoc quod dixit eum reprehensibilem esse; secundo vero hoc, quod dixit Petrum reprehendisse, ibi sed cum vidissem, et cetera. Circa primum tria facit. Primo ostendit quid Petrus sentiebat; secundo quid faciebat, ibi cum autem venisset, etc.; tertio quid inde sequebatur, ibi et simulationi eius, et cetera.

 

Dicit ergo circa primum, quod Petrus sentiebat legalia non esse servanda. Et hoc facto ostendebat, quia priusquam venirent quidam, Iudaei scilicet zelantes pro legalibus, a Iacobo, Ierosolymitanae Ecclesiae episcopo, edebat, scilicet Petrus, cum gentibus, id est, indifferenter utebatur cibis gentilium; et hoc faciebat ex instinctu spiritus sancti, qui dixerat ei quod Deus sanctificavit, tu ne commune dixeris, ut habetur Act. X, 15, ut ipse ibidem sequenti cap. dixit Iudaeis, qui contra eum insurrexerunt, quia cum incircumcisis comedisset, quasi rationem reddens.

 

 

Quid autem faciebat, ostendit hic Paulus dicens, quod cum erat cum Iudaeis, subtrahebat se a consortio fidelium qui fuerant ex gentibus, adhaerens Iudaeis tantum, et congregans se cum eis. Et ideo dicit cum autem venisset, scilicet a Iudaea, subtrahebat se Petrus a gentibus conversis, et segregabat se ab eis. Et hoc ideo, quia erat timens eos, qui ex circumcisione erant, id est, Iudaeos, non quidem timore humano sive mundano, sed timore charitatis, ne scilicet scandalizarentur, sicut dicitur in Glossa. Et ideo factus est Iudaeis tamquam Iudaeus, simulans se cum infirmis idem sentire; sed tamen inordinate timebat, quia veritas numquam dimittenda est propter timorem scandali.

 

 

 

Quid autem ex hac simulatione sequebatur, subdit dicens, quod simulationi eius, scilicet Petri, consenserunt caeteri Iudaei, qui erant Antiochiae discernentes cibos, et segregantes se a gentibus, cum tamen ante simulationem huiusmodi hoc non fecissent. Et non solum illi consenserunt Petro, sed ita fuit illa simulatio in cordibus fidelium, ut etiam Barnabas, qui mecum erat doctor gentium, et contrarium fecerat et docuerat, duceretur ab eis in illam simulationem, subtrahens se ab eis, scilicet gentibus. Et hoc ideo, quia, secundum quod dicitur Eccli. X, v. 2 : qualis est rector civitatis, et cetera. Et ibidem : secundum iudicem populi, et cetera.

 

Consequenter cum dicit sed cum vidissem, etc., manifestat ea quae dixerat de reprehensione sua, qua Petrum reprehendit. Et circa hoc tria facit. Primo ponit causam reprehensionis; secundo reprehendendi modum; tertio reprehensionis verba. Occasio autem reprehensionis est non levis, sed iusta et utilis, scilicet periculum evangelicae veritatis. Et ideo dicit : sic Petrus reprehensibilis erat, sed ego solus, cum vidissem quod non recte ambularent illi qui sic faciebant ad veritatem Evangelii, quia per hoc peribat veritas, si cogerentur gentes servare legalia, ut infra patebit. Quod autem recte non ambularent, ideo est quia veritas, maxime ubi periculum imminet, debet publice praedicari, nec fieri contrarium propter scandalum aliquorum. Matth. X, 27 : quod dico vobis in tenebris, dicite in lumine. Is. XXVI, 7 : semita iusti recta est, rectus callis iusti ad ambulandum.

 

 

 

Modus autem reprehendendi fuit conveniens, quia publicus et manifestus. Unde dicit dixi Cephae, id est, Petro, coram omnibus, quia simulatio illa in periculum omnium erat. Tim. V, 20 : peccantem coram omnibus argue. Quod intelligendum est de peccatis manifestis, et non de occultis, in quibus debet servari ordo fraternae correctionis.

 

Cuiusmodi autem verba apostolus dixerit Petro, cum eum reprehenderet, subdit dicens si tu Iudaeus cum sis, etc., quasi dicat : o Petre, si tu cum Iudaeus sis, natione et genere, gentiliter et non Iudaice vivis, id est, gentium et non Iudaeorum ritum servas, cum scias et sentias discretionem ciborum nihil conferre, quomodo cogis gentes, non quidem imperio, sed tuae conversationis exemplo, iudaizare? Et dicit cogis, quia secundum quod Leo Papa dicit validiora sunt exempla quam verba. In hoc ergo Paulus reprehendit Petrum, quod cum ipse esset instructus a Deo, cum Iudaice prius viveret, ne postea amplius cibos discerneret Act. X, 15 : quod Deus sanctificavit, tu ne commune dixeris, ipse contrarium simulabat.

 

 

 

Sciendum est autem quod occasione istorum verborum, non parva controversia est orta inter Hieronymum et Augustinum. Et secundum quod ex eorum verbis aperte colligitur, in quatuor discordare videntur. Et primo in tempore legalium, quando scilicet servari debuerunt. Nam Hieronymus duo tempora distinguit, unum ante passionem Christi, aliud post passionem. Vult ergo Hieronymus quod legalia ante passionem Christi viva essent, id est, habentia virtutem suam, in quantum scilicet per circumcisionem tollebatur peccatum originale, et per sacrificia et hostias placabatur Deus. Sed post passionem non solum dicit ea non fuisse viva vel mortua, sed, quod plus est, ea fuisse mortifera, et quod quicumque post passionem Christi ea servavit, peccavit mortaliter.

 

Augustinus vero distinguit tria tempora. Unum tempus ante passionem Christi, et concordans cum Hieronymo, dicit, isto tempore legalia viva fuisse. Aliud tempus est post passionem Christi immediate, ante gratiam divulgatam (sicut tempus apostolorum in principio), in quo tempore dicit Augustinus legalia mortua fuisse, sed tamen non mortifera Iudaeis conversis, dummodo ipsa servantes, spem in eis non ponerent, ita quod etiam ipsi Iudaei ea servantes tunc non peccarent. Si vero in eis spem posuissent, quicumque conversi ea servantes, peccassent mortaliter, quia si posuissent in eis spem, quasi essent necessaria ad salutem, quantum in eis erat, evacuassent gratiam Christi. Aliud tempus dicit esse post veritatem et gratiam Christi divulgatam, et in isto tempore dicit ea mortua et mortifera omnibus ea servantibus. Ratio autem dictorum est, quia si Iudaei statim post conversionem fuissent prohibiti ab observantiis legalium, visum fuisset eos pari passu ambulare cum idololatris, qui statim ab idolorum cultura prohibebantur, et legalia non fuisse bona, sicut nec idololatriam. Et ideo instinctu spiritus sancti permissum est, ut legalia modico tempore servarentur ea intentione quae dicta est, ut per hoc ostenderetur legalia tunc bona fuisse. Unde dicit Augustinus quod per hoc ostendebatur quod mater synagoga cum honore deducenda ad tumulum erat, dum non statim post passionem Christi legalia prohibita sunt. Quicumque vero non eo modo ipsa servaret, non honoraret matrem synagogam, sed eam extumularet.

 

 

 

 

 

 

 

Secundo discordant praedicti Hieronymus et Augustinus de observatione legalium quantum ad ipsos apostolos. Hieronymus enim dicit quod apostoli numquam secundum veritatem servabant legalia, sed simulaverunt se servare, ut vitarent scandalum fidelium qui fuerant ex circumcisione. Et hoc quidem modo dicit simulasse Paulum, quando persolvit votum in templo Ierosolymitano, ut habetur Act. XXI, 26; et quando circumcidit Timotheum, ut habetur Act. XVI, v. 3; et quando a Iacobo monitus quaedam legalia suscepit, ut habetur Act. XV, 20. Et hoc quidem facientes non deludebant alios, quia faciebant hoc, non intendentes legalia servare, sed propter aliquas causas, sicut quod quiescebant in sabbato non propter observantiam legis, sed propter quietem. Item abstinebant ab immundis secundum legem, non propter observantiam legis, sed propter alias causas, utpote propter abominationem et aliquid huiusmodi. Augustinus vero dicit quod apostoli servabant ipsa legalia, et hoc intendentes, sed tamen non ponentes in eis spem, quasi essent necessaria ad salutem. Et hoc quidem licebat eis, quia fuerunt ex Iudaeis. Ita tamen quod haec servarent ante gratiam divulgatam; unde sicut eo tempore alii Iudaei conversi sine periculo servare poterant, absque eo quod in eis spem ponerent, ita et ipsi.

 

 

 

 

 

Tertio discordant de peccato Petri. Nam Hieronymus dicit in simulatione praedicta Petrum non peccasse, quia hoc ex charitate fecit, et non ex aliquo timore mundano, ut dictum est. Augustinus vero dicit eum peccasse, venialiter tamen, et hoc propter indiscretionem quam habuit, nimis inhaerendo huic parti (scilicet Iudaeorum) ad vitandum eorum scandalum. Et validius argumentum Augustini contra Hieronymum est, quia Hieronymus adducit pro se septem doctores, quorum quatuor, scilicet Laudicensem, et Alexandrinum, Origenem et Didymum excludit Augustinus, utpote de haeresi infames. Aliis vero tribus opponit tres, quos pro se et pro sua opinione habet, scilicet Ambrosium, Cyprianum, et ipsum Paulum, qui manifeste dicit, quod reprehensibilis erat Petrus. Si ergo nefas est dicere in Scriptura sacra aliquod falsum contineri, non erit fas dicere Petrum reprehensibilem non fuisse. Et propter hoc verior est opinio et sententia Augustini, quia cum dictis apostoli magis concordat.

 

 

 

Quarto discordant in reprehensione Pauli. Nam Hieronymus dicit, quod Paulus vere non reprehendit Petrum, sed simulatorie, sicut et Petrus simulatorie legalia servabat, ut scilicet sicut Petrus nolens scandalizare Iudaeos simulabat se legalia servare, ita Paulus ut non scandalizaret gentes, ostendit sibi displicere quod Petrus faciebat, et simulatorie reprehendit, faciebantque hoc quasi ex condicto, ut utrisque fidelibus sibi subditis providerent. Augustinus vero sicut dicit Petrum vere servasse legalia, ita dicit Paulum eum vere reprehendisse, et non simulatorie. Sed et Petrus quidem servando peccavit, quia inde erat scandalum apud gentiles, a quibus se subtrahebat. Paulus vero non peccavit reprehendendo, quia ex eius reprehensione nullum scandalum sequebatur.

11. Or Céphas étant venu à Antioche, je lui résistai en face, parce qu’il était répréhensible.

12. Car avant que quelques-uns qui venaient de la part de .Jacques fussent arrivés, il mangeait avec les Gentils, mais après leur arrivée, il se retira et se sépara d’avec les Gentils, craignant de blesser les circoncis.

13 Les autres Juifs usèrent comme lui de cette dissimulation, et Barnabé même s’y laissa aussi entraîner.

14. Mais quand je vis qu’ils ne marchaient pas droit selon la vérité de l’Evangile, je dis à Céphas devant tout le monde : Si vous qui êtes Juif, vivez à la manière des Gentils, et non pas à celle des Juifs, pourquoi contraignez-vous les Gentils de judaïser?

 

Dans ce qui précède, Saint Paul a établi qu’il n’a personnellement retiré aucune utilité de la conférence qu’il a eue avec les apôtres nommés plus haut, il établit ici qu’il a été lui-même utile aux autres. Il fait voir comment il a été utile à l’apôtre Pierre en le reprenant; II° il explique ce qu’il a dit (verset 12) : car avant que quelques Juifs, venus, etc.

I° Il dit donc : véritablement ils ne m’ont rien donné; c’est plutôt moi qui leur ai apporté, et Pierre en particulier. Car (verset 11) : cet apôtre étant venu à Antioche, où il y avait une Eglise formée des Gentils, je lui résistai en face, c’est-à-dire devant tous ; (Ecclésiastique IV, 27) : « Ne respectez pas le prochain dans sa chute, et ne retenez pas votre parole, etc. « Ou bien encore, en face, c’est-à-dire non pas en secret, comme fait celui qui médit et qui craint, mais publiquement et comme son égal ; (Lévitiq., XIX, 17) : « Vous ne haïrez pas votre frère en votre coeur, mais vous le reprendrez publiquement, etc. » Et je lui ai résisté pour ce motif (verset 14) : qu’il était répréhensible.

On objecte que cette correction eut lieu après que la grâce du Saint Esprit eut été reçue; or après avoir reçu cette grâce, les apôtres ne péchèrent plus.

Il faut répondre qu’après la grâce du Saint Esprit les apôtres ne péchèrent plus d’aucune manière mortellement; ils obtinrent ce don de la puissance divine qui les avait confirmés ; (Ps.. LXXIV, 4) : « J’ai affermi ses colonnes, etc. » ; cependant ils péchèrent véniellement, par suite de la fragilité humaine ; (I Jean, I, 8) : « Si nous disons que nous sommes sans péché, » comprenez véniel, « nous nous séduisons nous-mêmes, etc. »

Mais la Glose dit : Je lui ai résisté comme à mon égal. Il faut entendre que l’Apôtre fut égal à Pierre dans l’exercice de l’autorité apostolique, mais non dans l’autorité de gouvernement. De ce qui vient d’être dit, nous pouvons tirer une leçon : les supérieurs d’humilité, afin qu’ils ne dédaignent pas d’être repris par les plus petits et par leurs inférieurs; les inférieurs de zèle et de liberté, afin qu’ils ne craignent pas de reprendre leurs supérieurs, surtout si la faute était publique et devenait nuisible au grand nombre.

 

II° Quand Saint Paul dit ensuite (verset 12) : Car avant que quelques Juifs, qui venaient, etc., il explique ce qu’il vient de dire : I. que Pierre était répréhensible; II. qu’il a repris cet apôtre (verset 14) : Mais quand je vis, etc.

I. Sur le premier de ces points, il expose quel était le sentiment de Pierre; quelle était sa conduite (verset 12) : mais étant venu, etc. ; quelle en était la conséquence. (verset 13) : et à cette dissimulation, etc.

 

Il dit donc, sur la première de ces subdivisions, que l’apôtre Pierre était d’avis qu’on ne devait plus pratiquer les observances légales; et il le montrait de fait, puisque (verset 12), avant que les Juifs, c’est-à-dire des gens zélés pour ces observances, fussent venus, de la part de Jacques, évêque de l’Eglise de Jérusalem, il, c’est-à-dire Pierre, mangeait avec les Gentils, en d’autres termes, usait indifféremment des viandes, à la manière des Gentils. Or il agissait ainsi par l’inspiration du Saint Esprit, qui lui avait dit (Actes, X, 15) : « N’appelez pas impur ce que Dieu a purifié, » et comme lui-même, en rendant en quelque sorte compte de sa conduite, le dit aux Juifs qui s’étaient soulevés contre lui parce qu’il avait mangé avec les incirconcis, ainsi qu’on le voit au chapitre suivant (Actes, XI, 8).

L’Apôtre rappelle ensuite ce que faisait Pierre, en ajoutant que lorsqu’il était avec les Juifs (verset 12) il se retirait secrètement de la compagnie des fidèles qui s’étaient convertis de la Gentilité, ne fréquentant plus que les Juifs, et vivant avec eux. C’est ce qui lui fait dire (verset 12) : mais lorsqu’il fut venu, à savoir de la Judée, Pierre se retirait de la société des Gentils convertis, et se séparait d’avec eux. Il agissait ainsi (verset 12), parce qu’il craignait ceux qui venaient d’entre les circoncis, » c’est-à-dire des Juifs, non si l’on veut d’une crainte humaine ou mondaine, mais d’une crainte inspirée par la charité, c’est-à-dire pour qu’ils ne soient pas scandalisés, dit la Glose. Pierre est donc devenu, par cette conduite, comme Juif avec les Juifs, feignant avec ceux qui étaient faibles de penser comme eux; mais toutefois cette crainte de sa part était opposée à l’ordre, parce que l’on ne doit jamais abandonner la vérité par crainte du scandale.

L’Apôtre fait ressortir ensuite quelle conséquence amenait cette façon qu’avait Pierre de dissimuler, en ajoutant (verset 12) : Les autres Juifs, qui étaient à Antioche, acquiescèrent à sa dissimulation, faisant comme lui la distinction des viandes, et se séparant des Gentils, tandis qu’ils n’avaient jamais usé auparavant d’une semblable dissimulation. Et non seulement ils acquiescèrent à la façon d’agir de l’apôtre Pierre, mais cette dissimulation fit de tels progrès dans le coeur des fidèles, que (verset 15) : Barnabé lui-même qui était comme moi Docteur des Gentils, et avait pratiqué et enseigné le contraire, fut entraîné par eux à dissimuler aussi, au point qu’il se sépara des Gentils. Et cela, parce qu’ainsi qu’il est dit (Ecclésiastique X, 2) : « Tel est le prince de la ville, tels, etc. »

II. Quand Saint Paul ajoute (verset 14) : Mais quand je vis, etc., il développe ce qu’il avait dit auparavant de la réprimande faite à l’apôtre Pierre. Il expose le motif de la réprimande; la manière dont il l’a faite; les termes même dont il s’est servi.

Le motif de cette réprimande n’est pas léger, mais juste et utile, à savoir le péril que courait la vérité de l’Evangile. C’est ce qui lui fait dire : Pierre, en se conduisant ainsi, était donc répréhensible; mais je vis, bien que seul, que ce n’était pas marcher droit, selon la vérité de l’Evangile, de se conduire ainsi, puisque la vérité périssait, si l’on forçait ainsi les Gentils à pratiquer les observances légales, comme on le verra plus loin. Or ce qui fait qu’ils ne marchaient pas droit, c’est que la vérité, là surtout où le danger est pressant, doit être publiquement soutenue, et que jamais on ne doit agir autrement, dans la crainte de scandaliser quelques personnes ; (Matth., X, 27) : « Dites dans la lumière ce que je vous dis dans l’obscurité » et (Isaïe, XXVI, 7) : « Le sentier du juste est droit; le chemin du juste le conduira droit dans sa voie. »

Le mode de la réprimande fut correct, puisqu’il fut public et manifeste. C’est pourquoi l’Apôtre dit (verset 14) : Je dis à Céphas, c’est-à-dire à Pierre, devant tout le monde, parce que sa dissimulation était un danger pour tous ; (I Timoth., V, 20) : « Reprenez devant tout le monde les pécheurs. » Ce qu’il faut entendre des péchés publics, et non de ceux qui sont demeurés secrets, et à l’égard desquels on doit suivre l’ordre de la correction fraternelle.

Enfin l’Apôtre rapporte les paroles mêmes dont il se servit pour réprimander Pierre, lorsqu’il ajoute (verset 4) : Si vous, qui êtes Juif, etc., en d’autres termes : Pierre, si vous, qui êtes Juif, de nation et de race, vivez à la manière des Gentils, et non pas à celle des Juifs, c’est-à-dire : si vous suivez les coutumes des Gentils, et non celle des Juifs, sachant bien et sentant que la distinction des viandes n’est d’aucune utilité, (verset 24) : pourquoi donc contraignez-vous les Gentils, sinon par un commandement formel, toutefois par l’ exemple de votre conduite, à judaïser ? Il dit : contraignez, parce que, comme l’a remarqué le Pape Saint Léon, « les exemples sont plus puissants que les paroles ». L’Apôtre a donc repris Pierre, spécialement en ceci : c’est qu’ayant été lui-même instruit par Dieu, quand, autrefois, il suivait les coutumes des Juifs, de ne plus faire à l’avenir la distinction des viandes (Act., X, 15) : « N’appelez pas impur ce que Dieu a purifiée, » il feignait cependant de faire le contraire.

Il faut remarquer ici qu’à l’occasion de ces paroles, il s’éleva une dispute, qui ne fut pas sans gravité, entre saint Jérôme et saint Augustin. Autant qu’on le peut conclure clairement de ce qui fut dit de part et d’autre, il semble qu’ils différèrent de sentiment sur quatre points. Et d’abord quant au temps jusqu’où les observances légales durent être gardées. Car saint Jérôme distingue deux époques, l’une qui précéda, l’autre qui suivit la passion de Jésus-Christ. Ce Père prétend donc qu’avant la passion de Jésus-Christ, les observances légales étaient vivantes, c’est-à-dire qu’elles avaient leur efficacité, en sorte que la circoncision effaçait le péché originel, et qu’on apaisait Dieu par les victimes et par les sacrifices. Mais il dit qu’après la mort de Jésus, non seulement ces observances n’étaient plus vivantes, en d’autres termes, qu’elles étaient mortes, mais, ce qui va plus loin, qu’elles donnaient la mort, en sorte que quiconque les a observées après la mort de Jésus-Christ, a péché mortellement. Saint Augustin de son côté distingue trois époques : La première comprend les temps qui précédèrent la passion de Jésus-Christ : s’accordant en ce point avec saint Jérôme, il dit qu’alors ces observances étaient vivantes. La seconde renferme le temps qui suivit immédiatement la mort de Jésus Christ, avant que la grâce fût répandue, (par exemple, au commencement du ministère des apôtres) ; Augustin dit que pendant ce temps les observances légales étaient frappées de mort, mais ne la donnaient pas aux Juifs convertis, pourvu qu’en les gardant, ils n’y mettent pas leur espérance; en sorte que les Juifs eux-mêmes en les pratiquant alors, ne péchaient pas. Que s’ils y avaient mis leur espérance, quiconque les eût gardées après sa conversion, eût péché mortellement, parce que, mettant en elles leur espérance, comme si elles étaient nécessaires au salut, il eût rendu inutile la grâce du Christ. La troisième époque enfin part du moment où la vérité de Jésus-Christ et sa grâce ont été répandues : il enseigne qu’alors elles sont tout à la fois et mortes et mortelles pour tous ceux qui les gardent. La raison de cette distinction, c’est que si on avait interdit aux Juifs, immédiatement après leur conversion, la pratique des observances légales, il aurait semblé que la voie où ils marchaient ne différait en rien de celle des idolâtres à qui l’on défend, aussitôt leur conversion, le culte des idoles, et qu’ainsi les observances légales, pas plus que l’idolâtrie, ne renfermaient rien de bon. Ainsi donc, sous l’inspiration du Saint Esprit, il fut permis de garder, pendant une brève période, les observances légales, pour le motif qu’on vient d’expliquer, c’est-à-dire pour montrer que ces observances, dans leur temps, étaient bonnes ; C’est ce qui fait dire à saint Augustin, qu’on faisait voir par là que la synagogue, ainsi qu’une mère, devait être conduite avec honneur au tombeau, puisque les observances qu’elle prescrivait, n’ont pas été défendues aussitôt après la mort de Jésus-Christ. Quiconque ne les eût pas gardées de cette manière, n’eût pas honoré la synagogue comme une mère, mais l’eût laissée sans sépulture.

Le second point du dissentiment entre saint Jérôme et saint Augustin, porte sur l’observance des prescriptions légales, de la part des apôtres eux mêmes. Saint Jérôme prétend que jamais les apôtres n’observèrent ces prescriptions dans leur sens véritable, mais qu’ils feignirent de le faire, pour éviter de scandaliser les fidèles qui avaient été circoncis; il dit que Paul dissimula lui aussi, lorsqu’il accomplit son voeu dans le temple de Jérusalem, (Actes, XXI, 26), quand il circoncit Timothée (Actes, XVI, 3) et quand sur l’avis de saint Jacques, il se soumit à certaines prescriptions de la Loi, (Actes, XV, 20). Or en agissant de cette manière, les apôtres n’en imposaient à personne, parce qu’ils le faisaient non dans l’intention de garder ces observances, mais pour quelque autre motif : comme lorsqu’ils se reposaient le jour du Sabbat, non pour observer la Loi, mais pour prendre simplement du repos; ainsi encore lorsqu’ils s’abstenaient d’aliments réputés immondes selon la Loi, non parce que c’était une observance de la Loi, mais pour d’autres motifs, par exemple par une certaine répugnance ou quelque raison semblable. De son côté saint Augustin soutient que les apôtres pratiquaient les observances mêmes, et dans leur sens véritable; mais toutefois qu’ils n’y mettaient pas leur espérance, comme si c’étaient des pratiques nécessaires au salut. Il prétend que cette conduite était licite pour eux, parce qu’ils sortaient d’entre les Juifs. Avec cette réserve toutefois qu’ils ne purent les garder que jusqu’à la promulgation de la grâce; qu’ainsi donc, de même que pendant cet intervalle les autres Juifs convertis pouvaient, sans péril pour le salut, suivre ces observances, du moment qu’ils n’y placaient pas leur espérance, les apôtres le pouvaient également.

Le troisième point du dissentiment porte sur la faute commise par saint Pierre. Saint Jérôme soutient que par sa dissimulation rapportée plus haut, cet apôtre n’a pas péché, pour ce motif qu’il a agi par un sentiment de charité et non pas par quelque crainte du monde, comme il a été expliqué. Saint Augustin au contraire veut qu’il ait péché, mais d’une manière seulement vénielle, et cela à cause du manque de discrétion qui le fit s’attacher à ce parti, c’est-à-dire celui des Juifs, pour éviter de les scandaliser. L’argument de saint Augustin contre saint Jérôme tire une force particulière de ce que, des sept docteurs que saint Jérôme cite à l’appui de son sentiment, saint Augustin en retranche quatre comme entachés d’hérésie, à savoir les Evêques de Laoclicée et d’Alexandrie, Origène et Didyme, et oppose aux trois qui restent trois autres autorités qui appuient son opinion, à savoir : saint Ambroise, saint Cyprien et l’apôtre Paul lui-même, qui dit positivement que Pierre était répréhensible. Si, en effet, il est interdit de dire que l’Ecriture renferme quelque chose de contraire à la vérité, il n’est pas permis de dire que Pierre ne fut pas répréhensible. Cette raison donc rend plus probables l’opinion et l’avis de saint Augustin, parce qu’elle s’accorde davantage avec la parole de Saint Paul.

Enfin le quatrième point du dissentiment porte sur la réprimande faite par Saint Paul. Saint Jérôme avance que cet apôtre ne reprit pas véritablement Pierre, mais qu’il feignit seulement de le faire, de même que Pierre lui-même ne pratiquait que par feinte les observances légales. Donc, à l’exemple de Pierre, qui, pour ne pas scandaliser les Juifs, feignait d’observer les prescriptions légales, Paul, pour ne pas scandaliser les Gentils, fit savoir que la conduite de Pierre lui déplaisait et feignit de le reprendre; ces deux apôtres agissant ainsi par une espèce d’accord, afin d’être utiles, chacun de leur côté, aux fidèles qui leur étaient soumis. Mais de même que saint Augustin soutenait que Pierre avait pratiqué véritablement les prescriptions légales, il prétend que Paul l’a repris véritablement, et sans feinte aucune. Pierre se rendit coupable en gardant les observances, parce qu’il y avait dans cette conduite un scandale pour les Gentils, dont il se séparait mais Paul en le reprenant ne pécha pas, parce que de cette réprimande il ne s’ensuivit aucun scandale.

 

 

Lectio 4

Leçon 4 : Galates II, 15-16 ─ Justification par la foi en Jésus Christ

 

SOMMAIRE : La vérité de la doctrine annoncée par Saint Paul se reconnaît par les relations des autres apôtres avec lui, au moment où il prêchait exclusivement que la justice ne peut provenir de la Loi.

 

 

 

 

 

 

 

[15] nos natura Iudaei et non ex gentibus peccatores

[16] scientes autem quod non iustificatur homo ex operibus legis nisi per fidem Iesu Christi et nos in Christo Iesu credidimus ut iustificemur ex fide Christi et non ex operibus legis propter quod ex operibus legis non iustificabitur omnis caro

 

[87753] Super Gal., cap. 2 l. 4 Supra ostendit veritatem doctrinae apostolicae praedicatae per eum ex auctoritate aliorum apostolorum, hic ostendit idem ex eorum conversatione et exemplo. Et circa hoc duo facit. Primo ostendit propositum per apostolorum conversationem; secundo adversantium obiectionem quod si quaerentes iustificari, et cetera. Circa primum tria facit. Primo praemittit apostolorum conditionem; secundo insinuat eorum conversationem, ibi scientes autem quod non iustificatur, etc.; tertio intentam conditionem, ibi propter quod ex operibus legis, et cetera.

 

 

Conditio autem apostolorum et etiam ipsius Pauli haec est, quod secundum naturalem originem ex Iudaeis processerunt. Et hoc est quod dicit nos, scilicet ego et apostoli alii, sumus natura, id est naturali origine, Iudaei, non proselyti. II Cor. XI, v. 22 : Hebraei sunt, et ego, et cetera. Et haec est magna laus, quia, ut dicitur Io. IV, 22, salus ex Iudaeis est. Et non ex gentibus peccatores, id est, non sumus peccatores, ut gentes idololatrae et immundae.

 

 

Sed contra est quod dicitur I Io. I, v. 8 : si dixerimus quoniam peccatum non habemus, etc., ergo Iudaei sunt peccatores. Respondeo. Dicendum est, quod aliud est peccantem esse, aliud peccatorem. Nam primum denominat actum, secundum vero promptitudinem, sive habitum ad peccandum. Unde Scriptura iniquos et gravibus peccatorum sarcinis oneratos peccatores appellare consuevit. Iudaei ergo propter legem superbientes, quasi per eam coerciti a peccatis, gentes quae sine fraeno legis erant, et ad peccandum pronae, peccatores vocabant. Eph. IV, 14 : non circumferamur omni vento doctrinae, et cetera. Cum ergo dicat apostolus non ex gentibus peccatores, exponitur, id est, non sumus de numero peccatorum qui sunt inter gentiles, et cetera.

 

 

Consequenter cum dicit scientes autem quod non iustificatur homo, etc., ponit apostolorum conversationem, quae quidem non est in legalibus, sed in fide Christi. Et circa hoc duo facit. Primo exprimit rationem apostolicae conversationis; secundo ponit ipsam apostolicam conversationem, ibi et nos in Christo, et cetera. Erat ergo apostolica conversatio in fide, et non in legalibus. Cuius ratio est, quia licet fuerimus Iudaei natura et in legalibus nutriti, tamen scientes pro certo, quod non iustificatur homo ex operibus legis, id est, per opera legalia, nisi per fidem Iesu Christi, ideo deserentes illa conversamur in praeceptis fidei. Rom. III, 28 : arbitramur enim hominem iustificari per fidem sine operibus legis. Act. IV, 12 : non est aliud nomen, et cetera.

 

 

Sed contra, Rom. enim II, 13 dicitur : non enim auditores legis iusti sunt apud Deum, sed factores legis iustificabuntur, et cetera. Videtur ergo quod ex operibus legis iustificetur homo.

 

Respondeo. Dicendum est, quod iustificari potest dupliciter accipi, scilicet iustitiam exequi, et iustum fieri.

Primo autem modo homo iustificatur, qui opera iustitiae facit. Non autem iustus fit aliquis nisi a Deo, per gratiam. Sciendum est ergo, quod opera legis quaedam erant moralia, quaedam vero caeremonialia. Moralia autem licet continerentur in lege, non tamen poterant proprie dici opera legis, cum ex naturali instinctu, et ex lege naturali homo inducatur ad illa. Sed caeremonialia dicuntur proprie opera legis. Quantumcumque ergo homo quoad executionem iustitiae ex moralibus iustificetur, et etiam ex caeremonialibus, inquantum servare ea est opus obedientiae, ut ad sacramenta pertineant, et sic accipitur secundum dictum apostoli ad Rom. II, 13.

 

 

 

Quantum tamen ad iustum fieri, ex operibus legis non iustificari homo per haec videtur, quia sacramenta veteris legis non conferebant gratiam. Infra IV, 9 : conversi estis ad egena elementa, id est, gratiam non conferentia, neque gratiam in se continentia. Sacramenta vero novae legis, licet sint elementa materialia, non tamen sunt elementa egena, quia in se gratiam continent, unde et iustificare possunt. Si qui autem in veteri lege iusti erant, non erant iusti ex operibus legis, sed solum ex fide Christi, quem Deus proposuit propitiatorem per fidem, ut dicitur Rom. III, 20.

 

Unde et ipsa sacramenta veteris legis non fuerunt nisi quaedam protestationes fidei Christi, sicut et nostra sacramenta, sed differenter, quia illa sacramenta gratiam Christi configurabant quasi futuram; nostra autem sacramenta protestantur quasi continentia gratiam praesentem. Et ideo signanter dicit, quod ex operibus legis non iustificatur homo, nisi per fidem Iesu Christi, quia etsi olim aliqui servantes opera legis iustificarentur, non tamen hoc erat nisi per fidem Iesu Christi.

 

 

Ex hac autem scientia apostolorum quam habebant, quod iustificatio non est per operationem legis, sed per fidem Christi, concludit conversationem apostolorum eligentium fidem Christi et dimittentium opera legis. Unde sequitur et nos in Christo Iesu credimus, quia, ut dicitur Act. IV, 12, non est aliud nomen datum, et cetera. Unde sequitur ut iustificemur ex fide Christi. Rom. V, 1 : iustificati ergo ex fide, et cetera. Et ne aliquis credat quod simul cum lege Christi opera legis iustificent, subiungit et non ex operibus legis. Rom. III, 28 : arbitramur enim iustificari hominem per fidem, et cetera.

 

 

 

Ex hoc concludit principale intentum, dicens quod si apostoli, qui sunt naturaliter Iudaei, non quaerunt iustificari per opera legis, sed per fidem, quod non iustificatur omnis caro ex operibus legis, nec homo quicumque potest iustificari per opera legis. Sumitur enim hic caro pro homine, scilicet pars pro toto, sicut Is. XL : videbit omnis caro salutare Dei nostri. Dicens autem propter quod, etc., concludit quasi a maiori. Magis enim videtur naturale vel rationabile de Iudaeis, quod per opera legis, non per fidem, iustificarentur, quam alii; sed hoc non est : quare, et cetera.

15. Nous sommes Juifs par notre naissance et non du nombre des Gentils, qui sont des pécheurs.

16. Cependant sachant que l’homme n’est pas justifié par les oeuvres de la Loi, mais par la foi en Jésus-Christ, nous avons nous-mêmes cru dans le Christ Jésus, pour être justifiés par la foi que nous aurions en lui, et non par les oeuvres de la Loi, parce que nul homme ne sera justifié par les oeuvres de la Loi.

 

Saint Paul a établi, dans ce qui précède, par l’autorité des apôtres, la vérité de la doctrine apostolique qu’il avait prêchée; il déduit ici la même preuve, de leur vie et de leur propre exemple. Dans ce dessein, premièrement il démontre sa proposition par la conduite des apôtres ; secondement il donne l’objection de ses adversaires (verset 17) : Que si recherchant la justification, etc. Sur le premier de ces points, il rappelle quelle était la condition des apôtres; II° il donne à entendre quelle fut leur vie, (verset 6) : Sachant que l’homme n’est pas justifié, etc.; III° il déduit la conclusion qu’il se propose (verset 6) : [Nul homme ne sera justifié] par les oeuvres de la Loi, etc.

 

I° Or la condition des apôtres et celle de Paul lui-même, c’est, quant à l’origine naturelle, d’être sortis du milieu des Juifs. C’est ce que L’Apôtre dit (verset 15) : Nous, c’est-à-dire moi et les autres apôtres, nous sommes de naissance, c’est-à-dire par notre origine naturelle, Juifs, et non pas prosélytes ; (II Corinth., XI, 22) : « Sont-ils Hébreux? je le suis aussi, etc. » Et cette origine est glorieuse, parce que, comme il est dit (Jean, IV, 22) : « Le salut vient des Juifs » - (verset 15) : Et nous ne sommes pas du nombre des Gentils qui sont des pécheurs, c’est-à-dire nous ne sommes pas pécheurs, comme les Gentils, idolâtres et immondes.

On objecte cette parole (I Jean, I, 8) : « Si nous disons que nous sommes sans péché, etc. », donc les Juifs sont pécheurs.

Il faut répondre qu’il y a de la différence entre pécher et être pécheur. Le premier terme exprime un acte, le second, la facilité ou l’habitude de pécher. C’est de là que l’Ecriture appelle d’ordinaire du nom de « pécheurs » les méchants et ceux qui sont chargés du lourd fardeau de l’iniquité. Les Juifs donc, qui étaient pleins d’orgueil à cause de la Loi, se trouvant par elle comme empêchés de tomber dans le péché, appelaient pécheurs les Gentils qui, n’ayant pas le frein de la Loi, étaient portés à pécher ; (Ephés., IV, 14) : « Ne nous laissons pas emporter à tous les vents des opinions humaines, etc. » Quand donc Saint Paul dit (verset 15) : Nous ne sommes pas du nombre des Gentils qui sont des pécheurs, il faut entendre : nous ne sommes pas du nombre des pécheurs, qui sont parmi les Gentils, etc.

II° Quand l’Apôtre dit ensuite (verset 16) : Sachant cependant que l’homme n’est pas justifié, etc., il rappelle comment les apôtres ont vécu, non dans les observances légales, mais dans la foi de Jésus-Christ. I. Il donne la raison de ce mode de vie des apôtres; II. il dépeint cette vie même (verset 16) : Nous avons nous-mêmes cru en Jésus-Christ, etc.

I. La manière de vivre des apôtres était donc selon la foi, et non d’après les observances légales. La raison en est, que bien que nous soyons Juifs de naissance et nourris dans les observances de la Loi, (verset 16) Sachant toutefois comme une chose certaine que l’homme n’est pas justifié par les oeuvres de la Loi, c’est-à-dire par l’accomplissement des observances légales, mais par la foi en Jésus-Christ seulement, abandonnant donc ces observances, nous vivons sous les préceptes de la foi ; (Rom., III, 28) : « Nous reconnaissons que l’homme est justifié par la foi, sans les oeuvres de la Loi » ; (Act., IV, 12) : « Aucun autre nom n’a été donné aux hommes, etc. »

Objection : Il est dit (Rom., II, 13) : « Car ce ne sont pas ceux qui écoutent la Loi qui sont justes devant Dieu, mais ce sont ceux qui gardent la Loi, qui sont justifiés, etc. » Il paraît donc que l’homme est justifié par les oeuvres de la Loi (1).

Il faut répondre que l’on peut entendre de deux manières cette expression, « être justifié » : à savoir, accomplir la justice et devenir juste.

On est justifié de la première manière, quand on fait les oeuvres de la justice; mais nul ne devient juste, si Dieu ne le fait tel par sa grâce. Il faut donc se rappeler que, parmi les oeuvres de la Loi, les unes étaient morales, les autres rituelles. Or les principes moraux, bien que contenus dans la Loi, ne pouvaient pas cependant, à proprement parler, être réputés oeuvres de la Loi, parce que l’homme s’y sent porté par une disposition naturelle et par la loi naturelle. Quant aux oeuvres cérémonielles, elles sont à vrai dire les oeuvres propres de la Loi. Ce que l’homme peut donc acquérir de justification pour ce qui est d’accomplir la justice par les oeuvres morales, et même par les cérémonielles, en tant qu’il faut les observer pour pratiquer l’obéissance, appartient à ces oeuvres, comme à des sacrements. On l’entend ainsi suivant le passage de l’Apôtre que l’on vient de citer (Rom., II, 13).

Mais quant à devenir juste, on voit que l’homme ne peut être justifié par les oeuvres de la Loi, en ce que les sacrements de la loi ancienne ne conféraient pas la grâce (ci-après, IV, 9) : Comment vous tournez-vous de nouveau vers des éléments impuissants, c’est-à-dire qui ne confèrent pas la grâce, et ne la contiennent pas en eux-mêmes. Au contraire, les sacrements de la loi nouvelle sont bien des éléments matériels, mais ce ne sont pas des éléments stériles, parce qu’ils renferment en eux-mêmes la grâce; c’est ce qui fait qu’ils peuvent justifier. Si donc, sous l’ancienne loi, quelques-uns étaient justes, ils n’étaient pas tels par les oeuvres de la Loi, mais uniquement par la foi en Jésus-Christ, que Dieu a proposé pour être la victime propitiatoire par la foi, ainsi qu’il est dit (Rom., III, 20). Il suit de là que les sacrements de la loi ancienne ne furent eux-mêmes que des manifestations de la foi en Jésus-Christ, comme le sont nos sacrements, mais avec cette différence, que les premiers figuraient la grâce de Jésus-Christ, comme devant être donnée dans l’avenir, tandis que nos sacrements témoignent qu’ils contiennent cette grâce maintenant présente. C’est pourquoi l’Apôtre dit expressément que (verset 16) : L’homme n’est pas justifié par les oeuvres de la Loi, mais par la foi en Jésus-Christ, parce que, si dans les temps anciens quelques-uns, pratiquant les oeuvres de la Loi furent justifiés, ils ne l’étaient que par la foi en Jésus-Christ.

II. De cette science qu’avaient les Apôtres que la justification ne s’opère pas par les oeuvres de la Loi, mais par la foi de Jésus-Christ, Saint Paul déduit la règle qu’ils suivaient en choisissant cette foi de Jésus-Christ, après avoir laissé de côté les oeuvres de la Loi. Aussi dit-il à la suite (verset 16) : Nous avons nous-mêmes cru en Jésus-Christ, parce que comme il est dit (Act., IV, 12) : « car aucun autre nom sous le ciel n’a été donné, etc. » C’est pour cela qu’il ajoute (verset 16) : afin d’obtenir par la foi en lui la justice ; (Rom., V, 1) : « Etant donc justifiés par la foi, etc. » Et pour que l’on ne croie pas que les oeuvres de la Loi justifient en même temps que la Loi de Jésus-Christ, il dit de plus (verset 16) : et non pas par les oeuvres de la Loi ; (Rom., III, 28) : « Nous devons reconnaître que l’homme est justifié par la foi, etc. »

 

III° De ce qui vient d’être dit, l’Apôtre conclut sa proposition principale, en disant que, si les apôtres, qui par leur origine naturelle sont Juifs, ne cherchent pas à être justifiés par les oeuvres de la Loi, mais par la foi, (verset 16) car nulle chair, ni quelqu’homme que ce soit, n’est justifiée par ces oeuvres, aucun homme ne peut être justifié par les œuvres de la Loi. Ici le mot « chair » est pris pour l’homme, la partie pour le tout, comme dans ce passage d’Isaïe (XL, 5) : « Toute chair verra en même temps que c’est notre Dieu qui sauve. » Quand il dit (verset 16) : C’est pour quoi, etc.; il conclut comme « a maiori ». En effet, il paraît plus naturel ou plus raisonnable de penser à l’égard des Juifs qu’ils seraient justifiés par les oeuvres de la Loi, que par la foi; or il n’en est pas ainsi; c’est pourquoi, etc.

 

 

Lectio 5

Leçon 5 : Galates II, 17-18 ─ Jésus n’est pas ministre du péché

 

SOMMAIRE : L’Apôtre enseigne que Jésus-Christ n’est pas le ministre du péché, bien que nous soyons justifiés du péché par Jésus-Christ.

 

 

 

 

 

 

[17] quod si quaerentes iustificari in Christo inventi sumus et ipsi peccatores numquid Christus peccati minister est absit

 

[18] si enim quae destruxi haec iterum aedifico praevaricatorem me constituo

 

[87754] Super Gal., cap. 2 l. 5 Postquam apostolus ostendit per conversationem apostolorum legalia non esse observanda, quod ipse dicebat, hic movet quaestionem in contrarium. Et circa hoc tria facit. Primo movet quaestionem; secundo solvit eam, ibi absit, etc.; tertio solutionem eius manifestat, ibi ego enim per legem, et cetera.

 

Primum dupliciter potest exponi secundum Glossam. Primo sic : posset enim aliquis dicere quod apostoli deserentes legem, veniendo ad fidem Christi peccassent. Sed ex hoc apostolus introducit quasi quoddam inconveniens, scilicet Christum esse auctorem peccati, eo quod homines ad suam fidem vocat. Et hoc est quod dicit quod, id est sed, si nos apostoli quaerentes iustificari in ipso, id est, per ipsum, scilicet Christum, inventi sumus, id est, manifeste comprobemur, et ipsi apostoli peccatores propter legis dimissionem, numquid Christus est minister peccati? Id est, inducens nos ad peccandum qui nos a statu legis ad suam fidem vocavit? Infra IV, 4 : factum sub lege, ut eos qui sub lege erant redimeret, scilicet ab onere legis.

 

 

 

Respondet apostolus absit, quia magis est minister iustitiae. Rom. V, 19 : per unius obedientiam iusti constituuntur multi. I Petr. II, 22 : qui peccatum non fecit, et cetera. Et quod Christus non sit minister peccati abstrahens a lege veteri, patet, quia si ego ipse quae destruxi, scilicet superbiam gloriantem de lege, iterum reaedifico, volens redire ad gloriandum de lege, praevaricatorem meipsum constituo, resumens quae destruxi. II Petr. II, 22 : canis reversus ad vomitum, et cetera. Ios. II : maledictus homo qui reaedificaverit Iericho. Dicit autem quae destruxi, non ipsam legem, ut Manichaei volunt, quia lex sancta est, Rom. VII, 12, sed superbiam de lege, de qua dicitur Rom. X, 3 : quaerentes suam iustitiam statuere, et cetera.

 

Si quis autem obiiciat quod cum ipse olim destruxerit fidem Christi, praevaricatorem se faciebat eam aedificans, patet responsio, quia fidem Christi conatus fuit quidem destruere, sed non praevaluit propter veritatem. Act. IX, v. 4 : quid me persequeris? Durum est tibi, et cetera. Sed superbia legis vana erat, et ideo destrui poterat, et reaedificanda non erat.

 

 

 

Secundo modo potest exponi, ut quod dicit inventi sumus et ipsi peccatores, referatur non ad dimissionem legis, sicut nunc expositum est, sed magis ad ipsam legis observantiam. Manifestum enim est quod quicumque quaerit iustificari, profitetur se non esse iustum, sed peccatorem. Est ergo sensus : si nos quaerentes iustificari in Christo, ex hoc ipso quod quaerimus nos iustificari, inventi sumus, id est, ratione comprobamur et ipsi peccatores fuisse, propter hoc quod legem observabamus, numquid Iesus Christus minister peccati est? Ut scilicet mandaverit homines post suam passionem legalia observare, quod sine peccato fieri non potest. Et attendendum est, quod haec expositio procedit secundum opinionem Hieronymi, qui ponebat statim post passionem Christi legalia fuisse mortifera.

 

Tertio modo potest exponi, ut quod dicit inventi sumus et ipsi peccatores, pertineat quidem ad statum quo lex observabatur, non tamen quod ipsi offenderent propter legis observantiam, sed propter legis defectum, quae peccatum auferre non poterat, ut sit sensus : si quaerentes iustificari in ipso, inventi sumus et ipsi peccatores, id est, peccatum habentes, lege peccatum non auferente, secundum illud Rom. III, 9 : causati sumus Iudaeos et Graecos omnes sub peccato esse, numquid Iesus Christus peccati minister est, ut reducat nos ad observantiam legis, in qua sub peccato eramus? Et haec expositio procedit secundum expositionem Augustini. Et respondet, secundum utramque expositionem, absit, quia ego destruxi legem carnaliter intellectam, spiritualiter iudicando et docendo. Unde si iterum vellem aedificare carnalis legis observantias, essem praevaricator legis spiritualis.

 

 

Potest et quarto modo sic exponi. Dixeram, hominem non iustificari ex operibus legis. Posset aliquis dicere, quod nec etiam per fidem Christi, quia multi post fidem Christi acceptam, peccant. Et hoc est quod dicit : si quaerentes iustificari in Christo, id est, per fidem Christi, inventi sumus post fidem Christi susceptam etiam ipsi nos fideles peccatores, id est, in peccatis viventes, numquid Iesus Christus minister peccati est et damnationis, sicut minister veteris legis est minister peccati et damnationis? Non quod lex induceret ad peccatum, sed occasionaliter, quia prohibebat peccatum, et non conferebat gratiam adiuvantem ad resistendum peccato. Unde dicitur Rom. VII, 8 : occasione accepta, peccatum per mandatum, et cetera. Sed Christus dat gratiam adiuvantem. Io. I, v. 17 : gratia et veritas per Iesum Christum facta est. Unde nullo modo est minister peccati, nec directe, nec occasionaliter.

17. Que si recherchant à être justifiés dans le Christ, il se trouvait que nous fussions nous-mêmes des pécheurs, le Christ ne serait-il pas ministre du péché ? A Dieu ne plaise.

18. Car si je rétablissais de nouveau ce que j’ai détruit, je me rendrais moi-même prévaricateur.

 

Après avoir conclu, de la conduite des apôtres, que l’on ne doit plus pratiquer les observances légales, ainsi qu’il l’enseignait lui-même, l’Apôtre présente une difficulté en sens contraire. A cet effet, il énonce la difficulté; II° il en donne la solution (verset 17) : Qu’à Dieu ne plaise ; III° il développe cette solution (verset 19) Car je suis mort à la Loi par la Loi même, etc.

 

I° Le premier de ces points peut être entendu de deux manières, d’après la Glose. D’abord ainsi : On pouvait prétendre que les apôtres, abandonnant la Loi pour venir à la foi de Jésus-Christ, avaient commis un péché ; or, de cette supposition, Saint Paul fait ressortir une absurdité, à savoir que Jésus-Christ serait l’auteur du péché, en ce qu’il appelle les hommes à croire en lui. C’est ce qu’il dit (verset 17) Que si, c’est-à-dire si nous autres apôtres, en cherchant à être justifiés en Jésus-Christ, c’est-à-dire par Jésus-Christ lui-même, on nous trouvait, c’est-à-dire si nous étions manifestement reconnus être nous-mêmes, tout apôtres que nous soyons, pécheurs, pour avoir abandonné la Loi, Jésus-Christ ne serait-il pas le ministre du péché ? c’est-à-dire ne nous porterait-il pas à pécher, lui qui nous a appelés de l’état de la Loi à la foi en lui (ci-après, IV, 4) : Il a été assujetti à la Loi, pour racheter ceux qui étaient sous la Loi, c’est-à-dire les racheter du fardeau de la Loi.

 

II° L’Apôtre répond (verset 17) : Cette conséquence fait horreur, car, bien plutôt, il est le ministre de la justice ; (Rom., V, 19) : « Par l’obéissance d’un seul, plusieurs obtiendront la justice » ; (I Pierre, II, 22) : « lui qui n’avait pas commis le péché, etc. » Que Jésus-Christ ne soit pas le ministre du péché, en nous retirant de la loi ancienne, la chose est évidente, car (verset 18) : si moi-même, ce que j’ai détruit, c’est-à-dire l’orgueil qui se glorifiait de la Loi, je le rétablis de nouveau, en m’efforçant de revenir à me glorifier de la Loi, je me fais moi-même prévaricateur, en reprenant ce que j’ai détruit ; (II Pierre, II, 22) : « Le chien est retourné à ce qu’il avait vomi, etc. » ; (Josué, XI, 26) : « Maudit soit l’homme qui rebâtira Jéricho ! » L’Apôtre dit : ce que j’ai détruit, non pas la loi elle-même, comme le prétendent les Manichéens, car la Loi est sainte (Rom., VII, 12), mais l’orgueil, qui prenait occasion de la Loi, et dont il est dit (Rom., X, 3) : « s’efforçant d’établir leur propre justice, etc. » Que si quelqu’un voulait objecter, que Paul lui-même s’en étant pris autrefois à la foi de Jésus-Christ, il se rendait à son tour prévaricateur en l’établissant, la réponse est facile : c’est qu’à la vérité il s’est efforcé de détruire cette foi, mais qu’il n’y a pas réussi, parce qu’il s’attaquait à la vérité ; (Act., IX, 4) : « Saul, Saul, pourquoi me persécutez-vous ? Il vous est dur, etc. » Mais l’orgueil qui venait de la loi était sans fondement aucun. Il pouvait donc être détruit, et il ne devait pas être relevé.

On peut encore expliquer d’une autre manière ce que l’Apôtre a dit (verset 17) : Si nous-mêmes on nous trouve pécheurs, en le rapportant non à l’abandon de la loi, comme on vient de l’expliquer, mais plutôt à l’observance même de cette loi. En effet, il est évident que quiconque cherche à être justifié, reconnaît qu’il n’est pas juste, mais pécheur. Voici donc quel serait, le sens (verset 17) : Si nous-mêmes, en cherchant à être justifiés en Jésus-Christ, par cela même que nous cherchons à être justifiés, on nous trouve, c’est-à-dire nous sommes convaincus par la raison, d’être nous-mêmes pécheurs, en ce que nous suivions les pratiques de la Loi, Jésus-Christ est-il pour cela le ministre du péché ?; en ce sens qu’il aurait ordonné de garder après sa mort les observances de la Loi, ce qui ne peut se faire sans péché. Il faut remarquer que cette explication s’accorde avec l’opinion de saint Jérôme qui prétendait qu’aussitôt après ta mort de Jésus-Christ les observances de la Loi étaient devenues mortelles.

On peut encore entendre ces mêmes paroles : On nous reconnaît nous-mêmes pécheurs, en les appliquant à l’état dans lequel on observait la Loi, non pas toutefois qu’il y eût offense par le fait même de son observance, mais à cause de l’imperfection de cette loi, qui ne lui permettait pas de détruire le péché. Le sens serait : Si en cherchant à être justifiés, nous nous montrons – dans cette recherche même - nous-mêmes pécheurs, c’est-à-dire encore dans l’état du péché, puisque la Loi ne le détruit pas, suivant cette parole (Rom., III, 9) : « Nous avons déjà convaincu et les Juifs et les Gentils d’être tous dans le péché », - Jésus-Christ est-il donc le ministre du péché, en nous ramenant à l’observance de la Loi, sous laquelle nous étions dans l’état du péché ? Cette explication est en accord avec l’opinion de saint Augustin. L’Apôtre répond, suivant l’une et l’autre exposition : Cette conséquence fait horreur !, car j’ai détruit la Loi, entendu dans un sens charnel, en jugeant et en enseignant selon l’Esprit. Si donc je voulais établir de nouveau les observances de la loi charnelle, je prévariquerais contre la loi spirituelle.

Voici encore une quatrième explication. J’avais avancé que l’on n’était pas justifié par les oeuvres de la Loi; or on pouvait me répondre qu’on ne l’est pas davantage par la foi de Jésus-Christ, puisque plusieurs pèchent, après avoir reçu cette foi. C’est ce qui lui fait dire (verset 17) : Si cherchant à être justifiés en Jésus-Christ, c’est-à-dire par la foi de Jésus-Christ, après avoir reçu cette foi, on nous trouve encore, même nous qui sommes fidèles pécheurs, c’est-à-dire si nous vivons dans le péché, Jésus-Christ est-il donc le ministre du péché ? et de la damnation, comme l’est le ministre de l’ancienne Loi ? Non pas que la Loi conduise au péché, mais elle le produit occasionnellement, parce qu’elle interdit le péché, sans donner la grâce qui aide pour résister au péché. C’est de là qu’il est dit (Rom., VII, 8) : « Le péché, ayant pris occasion des préceptes de la Loi, etc. » Mais Jésus-Christ donne la grâce qui aide ; (Jean., I, 17) : « La grâce et la vérité ont été données par Jésus-Christ. » Jésus-Christ n’est donc en aucune manière, ni directement, ni occasionnellement le ministre du péché.

 

 

Lectio 6

Leçon 6 : Galates II, 19-21 ─ Mourir pour vivre en Jésus Christ

 

SOMMAIRE : L’Apôtre montre qu’il détruit la Loi, et qu’en cela il n’est pas répréhensible; qu’il est mort à la Loi pour vivre à Dieu.

 

 

 

 

 

 

[19] ego enim per legem legi mortuus sum ut Deo vivam Christo confixus sum cruci

 

[20] vivo autem iam non ego vivit vero in me Christus quod autem nunc vivo in carne in fide vivo Filii Dei qui dilexit me et tradidit se ipsum pro me

[21] non abicio gratiam Dei si enim per legem iustitia ergo Christus gratis mortuus est

[87755] Super Gal., cap. 2 l. 6 Hic apostolus solutionem superius assignatam manifestat. Et primo ponit solutionis manifestationem; secundo concludit principale intentum, ibi non abiicio gratiam Dei, et cetera.

Sed attendendum est, quod apostolus inquirendo procedens, nullum dubium indiscussum relinquit. Et ideo verba eius licet videantur intricata, tamen si diligenter advertantur, nihil sine causa dicit, et hoc apparet in verbis propositis. Ubi tria facit : primo manifestat solutionem; secundo explicat solutionis manifestationem, ibi Christo confixus sum cruci, etc.; tertio removet dubitationem, ibi quod autem vivo, et cetera.

Quia ergo apostolus dixerat si enim quae destruxi, etc., quod intelligitur de veteri lege, posset enim ab aliquo reputari legis destructor, et per consequens iniquus, secundum illud Ps. CXVIII, 126 : dissipaverunt iniqui legem tuam, ideo apostolus vult ostendere quomodo legem destruat, et tamen non est iniquus, dicens ego enim per legem, et cetera. Ubi sciendum est, quod quando aliquis dissipat legem per ipsam legem, talis est praevaricator legis, non iniquus. Dissipatur autem lex per legem, quando in lege datur aliquod praeceptum locale seu temporale, ut scilicet lex illa tali tempore, seu tali loco servetur, et non alio, et hoc ipsum exprimatur in lege. Si quis tunc in illo tempore, seu in illo loco lege non utitur, destruit legem per ipsam legem, et hoc modo apostolus destruxit legem. Unde destruxi, inquit, quodammodo legem, tamen per legem, quia ego mortuus sum legi per legem, id est, per auctoritatem legis ipsam dimisi, quasi legi mortuus. Auctoritas enim legis, per quam mortuus est legi, in multis sacrae Scripturae locis habetur; Ier. XXXI, 31, tamen sub aliis verbis : confirmabo testamentum novum super domum Israel, etc.; Deut. XVIII, 15 : prophetam suscitabit dominus de fratribus vestris, etc.; et multis aliis locis; non est ergo transgressor apostolus legem destruendo.

 

 

 

 

Vel aliter : ego per legem, scilicet spiritualem, mortuus sum legi carnali. Tunc enim moritur legi, quando abiicit legem solutus a lege. Iuxta illud Rom. VII, 2 : mortuo viro, soluta est mulier a lege viri. Inquantum vero apostolus subiectus erat legi spirituali, dicit se mortuum legi, id est, solutum a legis observatione. Rom. VIII, 2 : lex spiritus vitae, et cetera. Alius modus dimittendi legem sine praevaricatione esse potest, quia videlicet lex aliqua quando est scripta in charta, tunc dicitur lex mortua, et quando est in mente legislatoris, tunc dicitur lex viva. Constat autem, quod si aliquis secundum verbum legislatoris operaretur contra legem scriptam, et solveret legem, et solveretur a lege mortua, et servaret legem vivam secundum imperium legislatoris. Dicit ergo, secundum hoc, mortuus sum legi scriptae et mortuae, id est solutus sum ab ea, ut Deo vivam, id est, motus meos secundum dicta ipsius dirigam, et ad honorem eius ordiner.

 

 

Lex enim statuta in scriptis aliquid tradit propter extraneos, et eos qui ab eo verbotenus audire non possunt; sed his qui coram eo sunt, non dicit eam scriptis, sed verbo tantum. A principio enim homines infirmi erant, ad Deum accedere non valentes. Et ideo necesse fuit eis praecepta legis in scriptis dare, ut per legem quasi per paedagogum manu ducerentur ad hoc, quod ab eo praecepta eius audirent, secundum quod dicitur infra III, 24 : lex paedagogus noster fuit in Christo, et cetera. Sed postquam habemus accessum ad patrem per Christum, ut dicitur Rom. V, 2, non instruimur per legem de mandatis Dei, sed ab ipso Deo. Et ideo dicit : per legem manuducentem mortuus sum legi scriptae, ut vivam Deo, scilicet ipsi factori legis, id est, ut ab ipso instruar et dirigar.

 

 

 

 

Consequenter cum dicit Christo confixus sum, etc., explicat quae dixit. Dixerat autem quod est mortuus legi, et quod vivit Deo. Et ista duo manifestat. Et primo quod sit mortuus legi, per hoc quod dicit Christo confixus sum cruci; secundo quod vivit Deo, cum dicit vivo ego, iam non ego, et cetera.

 

Et primum quidem potest exponi dupliciter. Uno modo sicut in Glossa, sic : quilibet homo secundum carnalem originem nascitur filius irae, Eph. II, 3 : eramus enim natura filii irae, et cetera. Nascitur etiam in vetustate peccati, Bar. III, 11 : inveterasti in terra aliena, et cetera. Quae quidem vetustas peccati tollitur per crucem Christi, et confertur novitas vitae spiritualis. Dicit ergo apostolus Christo confixus sum cruci, id est, concupiscentia seu fomes peccati, et omne huiusmodi, mortuum est in me per crucem Christi. Rom. VI, 6 : vetus homo noster simul crucifixus est, et cetera. Item ex quo cum Christo confixus sum cruci, et mortuus sum peccato, et Christus resurrexit, cum resurgente etiam resurrexi. Rom. IV, 25 : traditus est, et cetera.

 

 

Sic ergo Christus in nobis renovat vitam novam, destructa vetustate peccati. Et ideo dicit vivo autem, id est, quia Christo confixus sum cruci, vigorem bene operandi habeo, iam non ego secundum carnem, quia iam non habeo vetustatem quam prius habui, sed vivit in me Christus, id est, novitas, quae per Christum nobis data est.

 

Vel aliter : homo quantum ad illud dicitur vivere, in quo principaliter firmat suum affectum, et in quo maxime delectatur. Unde et homines qui in studio seu in venationibus maxime delectantur, dicunt hoc eorum vitam esse. Quilibet autem homo habet quemdam privatum affectum, quo quaerit quod suum est; dum ergo aliquis vivit quaerens tantum quod suum est, soli sibi vivit, cum vero quaerit bona aliorum, dicitur etiam illis vivere. Quia ergo apostolus proprium affectum deposuerat per crucem Christi, dicebat se mortuum proprio affectui, dicens Christo confixus sum cruci, id est, per crucem Christi remotus est a me proprius affectus sive privatus. Unde dicebat infra ult. : mihi absit gloriari nisi in cruce domini nostri, etc., II Cor. V, 14 s. : si unus pro omnibus mortuus est, ergo omnes mortui sunt. Et pro omnibus mortuus est Christus, ut et qui vivunt iam non sibi vivant, sed ei, et cetera.

 

 

Vivo autem, id est, iam non vivo ego, quasi in affectu habens proprium bonum, sed vivit in me Christus, id est tantum Christum habeo in affectu, et ipse Christus est vita mea. Phil. I, 21 : mihi vivere Christus est, et mori lucrum.

 

Consequenter autem cum dicit quod autem nunc vivo, etc., respondet dubitationi quae poterat esse duplex ex praemisso verbo. Una est quomodo ipse vivit, et non est ille, scilicet qui vivit; secunda quomodo confixus est cruci. Et ideo haec duo aperit.

 

Et primo primum, quomodo scilicet vivit, et non ipse vivit, dicens quod autem nunc vivo, et cetera. Ubi notandum est, quod illa proprie dicuntur vivere, quae moventur a principio intrinseco. Anima autem Pauli constituta erat inter Deum et corpus, et corpus quidem vivificabatur et movebatur ab anima Pauli, sed anima eius a Christo. Quantum ergo ad vitam carnis vivebat ipse Paulus, et hoc est quod dicit quod autem nunc vivo in carne, id est, vita carnis; sed quantum ad relationem ad Deum, Christus vivebat in Paulo, et ideo dicit in fide vivo filii Dei, per quam habitat in me et movet me. Hab. II, 4 : iustus autem meus ex fide vivit. Et nota quod dicit, in carne, non ex carne, quia hoc malum est.

 

 

 

Secundo ostendit quod confixus est cruci, dicens : quia amor Christi quem ostendit mihi in cruce moriens pro me, facit ut semper ei configar. Et hoc est quod dicit qui dilexit me. I Io. IV, 10 : ipse prior dilexit nos. Et intantum dilexit me, quod tradidit semetipsum pro me, et non aliud sacrificium. Apoc. I, 5 : dilexit nos, et lavit nos a peccatis nostris in sanguine suo. Eph. c. V, 25 : sicut Christus dilexit Ecclesiam, et semetipsum tradidit pro ea, et cetera. Sed attendendum est, quod ipse filius tradidit se, et pater tradidit filium, Rom. VIII, v. 32 : qui proprio filio non pepercit, sed pro nobis omnibus tradidit illum; et Iudas tradidit eum, ut dicitur Matth. XXVI, 15 : et totum una res est, sed non una intentio, quia pater ex charitate, filius ex obedientia simul et cum charitate, Iudas vero ex cupiditate et proditorie.

 

 

Consequenter cum dicit non abiicio gratiam Dei, infert conclusionem principalem. Et primo inducit conclusionem; secundo manifestat modum.

 

Dicit ergo : ex quo tantam gratiam recepi a Deo quod tradidit se, et ego vivo in fide filii Dei, non abiicio gratiam filii Dei, id est, non repudio, nec ingratum me exhibeo. I Cor. XV, 10 : gratia Dei in me vacua non fuit, et cetera. Unde et alia littera habet. Non sum ingratus gratiae Dei (Hebr. XII, 15 : contemplantes ne quis desit gratiae Dei), scilicet per ingratitudinem se indignum fatendo. Modus autem abiiciendi et ingratitudinis est, si dicerem quod lex esset necessaria ad iustificandum. Et ideo dicit si enim per legem iustitia, ergo Christus gratis est mortuus, id est, si sufficiens sit lex, id est, opera legis sufficiunt ad iustificandum hominem, Christus sine causa mortuus est, et frustra, quia ad hoc mortuus est, ut nos iustificaret. I Petr. III, 18 : Christus semel pro peccatis nostris mortuus est, et cetera. Quod si hoc per legem fieri posset, superflua fuisset Christi mors. Sed non gratis mortuus, nec in vacuum laboravit, ut dicitur Is. c. XLIX, 4, quia per ipsum solum gratia iustificans et veritas facta est, ut dicitur Io. I, 17. Si qui ante passionem Christi iusti fuerunt, hoc etiam fuit per fidem Christi venturi, in quem credebant, et in cuius fide salvabantur.

19. En effet, je suis mort à la Loi par la Loi même, afin de ne plus vivre que pour Dieu. J’ai été crucifié avec le Christ.

20. .Mais je vis, ou plutôt ce n’est plus moi qui vis, mais c’est le Christ qui vit en moi. Et si je vis maintenant dans ce corps mortel, j’y vis en la foi du Fils de Dieu, qui m’a aimé et qui s’est livré à la mort pour moi

21. Je ne veux pas rejeter la grâce de Dieu. Car si la justice s’acquiert par la Loi, le Christ sera donc mort en vain.

 

Ici Saint Paul développe la solution énoncée plus haut. Il expose le développement de cette solution; II° Il déduit la conclusion principale (verset 21) : Or je ne veux pas rejeter cette grâce de Dieu, etc.

I° Il faut remarquer que l’Apôtre, en avançant dans la discussion de ce qui précède, ne laisse aucune difficulté sans l’aborder, c’est pourquoi son discours à la première vue embarrassé, quand on le suit attentivement, ne dit rien sans motif; on le voit dans les expressions mêmes dont il se sert. I. Il développe la solution de la question; II. il explique ce développement (verset 19) : J’ai été crucifié avec Jésus-Christ ; III. il écarte une difficulté (verset 20) : en ce que je vis, etc.

I. l’Apôtre ayant donc dit (verset 18) : Si je rétablissais de nouveau ce que j’ai détruit, etc., ce qui s’applique à l’ancienne loi, on pouvait le regarder comme le destructeur de cette loi, et par conséquent comme un méchant, suivant cette parole : (Ps., LXVIII, 126) : « Les méchants ont renversé votre loi. » Donc , Paul veut expliquer dans quel sens il détruit la Loi, sans être pour cela méchant. Il dit donc (verset 19) : Car je [suis mort à la Loi,] par la Loi même. Il faut se rappeler que quand quelqu’un détruit la Loi par la Loi même, il transgresse la Loi mais il n’est pas méchant; or, on détruit la Loi par la Loi, quand on donne dans cette loi quelque précepte, qui s’applique à un lieu ou à un temps, de telle sorte que cette loi soit observée dans tel lieu, ou dans tel temps, et non pas dans tel autre temps, ou tel autre lieu, et que ce précepte même est exprimé dans la loi. Celui donc, qui dans ce lieu ou dans ce temps, ne fait plus usage de la Loi, détruit la loi parla loi même; or c’est ainsi que Saint Paul a détruit la Loi. J’ai donc détruit, dit-il, la Loi en un certain sens, cependant c’est par la Loi, (verset 19) car, je suis mort à la Loi, par la Loi même, c’est-à-dire : c’est par l’autorité de la Loi, que j’ai abandonné la Loi elle-même, comme étant moi-même mort à cette Loi. Car l’autorité de la Loi par laquelle il est mort lui-même à la Loi, est établie en plusieurs endroits de la Sainte Ecriture ; (Jér., XXXI, 31) en d’autres termes toutefois : « Je ferai une alliance nouvelle avec la maison d’Israël, etc. » ; (Deutéron., XVIII, 15) : « Le Seigneur vous suscitera, du milieu de vos frères, etc. »; ainsi dans beaucoup d’autres passages. L’Apôtre n’est donc pas, en détruisant la Loi, le transgresseur de cette Loi. Ou bien encore : moi-même, par la Loi, à savoir la loi spirituelle, je suis mort à la loi charnelle. Car pour lui c’est mourir à la Loi, que d’être délivré d’elle, et de ne plus s’en occuper, suivant ce passage (Rom., VII, 2) : « Quand son mari est mort, la femme est dégagée de la loi qui la liait à son mari, » par cela donc que l’Apôtre était soumis à la loi spirituelle, il se dit mort à la Loi, c’est-à-dire libéré de son observance ; (Rom., VIII, 2) : « La loi de l’Esprit de vie, etc. » Il est encore une autre manière de se séparer de la Loi sans prévarication. Une loi, écrite sur le papier, s’appelle une loi morte, et quand elle est dans la pensée du législateur, elle s’appelle une loi vivante; or il est certain que si d’après la parole du législateur, on agissait contre la loi écrite, on se séparerait tout à la fois de la loi, on se délivrerait de la loi morte, et on garderait la loi vivante, selon le commandement du législateur lui-même. Saint Paul dit donc ce sens : Je suis mort à la Loi écrite, à la loi morte, c’est-à-dire j’en suis affranchi, (verset 19) : afin de ne vivre que pour Dieu, c’est-à-dire afin que je dirige mes actes d’après ses paroles, et que je régisse ma vie pour son honneur. C’est que la loi, fixée par l’écriture, donne des préceptes pour les étrangers et pour ceux qui ne peuvent entendre de vive voix le législateur suprême, mais pour ceux qui sont devant lui, il ne manifeste pas la loi par écrit, mais par sa parole seulement. Au commencement des choses, les hommes étaient faibles et n’étaient pas capables de s’ approcher de Dieu; il devint donc nécessaire de leur donner par écrit les préceptes de la loi, afin que cette loi fût pour eux comme la main d’un maître qui les conduise jusqu’à ce qu’ils puissent entendre de sa bouche les préceptes qu’ils avaient à observer, suivant ce qui est dit (ci-après, III, 24) : La Loi nous a servi de précepteur [pour nous mener comme des enfants] à Jésus-Christ, etc. Mais depuis que nous avons eu accès auprès du Père par Jésus Christ, ainsi qu’il est dit (Rom., V, 2), nous ne sommes plus instruits par la Loi des préceptes de Dieu, mais par Dieu lui-même. Voilà pourquoi l’Apôtre dit : par la Loi même, qui me menait parla main, je suis mort à la Loi écrite, afin de vivre pour Dieu, c’est-à-dire pour l’auteur même de la Loi, c’est-à-dire, afin que par lui je sois instruit et dirigé.

II. Quand l’apôtre ajoute (verset 19) : J’ai été crucifié avec Jésus Christ, il explique ce qui précède : il venait de dire qu’il était mort à la Loi et qu’il vivait pour Dieu. Il développe donc ces deux points. Et d’abord qu’il est mort à la Loi, parce qu’il dit (verset 19) : J’ai été crucifié avec Jésus-Christ. En second lieu qu’il vit pour Dieu, quand il dit (verset 20) : Et je vis, ou plutôt ce n’est plus moi qui vis, etc.

Le premier de ces points peut être expliqué de deux manières, d’abord, comme il l’est dans la Glose : Tout homme, dans son origine charnelle, naît enfant de colère ; (Eph II, 3) : « Nous étions par nature enfants de colère, etc. » ; il naît aussi dans la vieillesse du péché ; (Baruch, III, 11) : « Vous avez vieilli, ô Israël, dans la terre étrangère, etc. » Or cette vétusté du péché est détruite par la croix de Jésus-Christ, qui donne en même temps la vie nouvelle de l’Esprit. L’Apôtre dit donc : J’ai été crucifié avec Jésus-Christ, c’est-à-dire la concupiscence, ou le foyer du péché et tout ce qui s’y rapporte est mort en moi par la croix de Jésus-Christ ; (Rom., VI, 6) : « Notre vieil homme a été crucifié avec lui, etc. » De plus, dès lors que je suis attaché à la croix avec Jésus-Christ, que je suis mort au péché et que Jésus-Christ est ressuscité, je suis aussi ressuscité avec celui qui ressuscite ; (Rom., IV, 25) : « Il a été livré, etc. »

C’est ainsi que Jésus-Christ renouvelle en nous la vie, après avoir détruit la vieille vie du péché. C’est ce qui fait dire à l’Apôtre (verset 20) : et je vis à présent, c’est-à-dire étant crucifié avec Jésus-Christ, j’ai la force de faire le bien; et je ne vis plus selon la chair, parce qu’il n’y a plus en moi cette vétusté que j’ai eue autrefois, (verset 20) : mais c’est Jésus-Christ qui vit en moi, c’est-à-dire il y a en moi cette vie nouvelle qui nous a été donnée par Jésus-Christ. Ou autrement encore : L’homme est réputé vivre, particulièrement par ce en quoi il place sa principale affection et son souverain plaisir. C’est de là qu’on dit de ceux qui mettent leur délectation la plus grande dans l’étude ou dans la chasse : c’est leur vie ; or tout homme a son affection particulière, qui lui fait rechercher ce qui lui est propre; celui donc qui vit, sans chercher autre chose que ce qui est à lui, ne vit que pour lui seul, mais lorsqu’il cherche le bien des autres, on dit qu’il vit pour eux. L’Apôtre donc, ayant abandonné ses propres affections par la croix de Jésus-Christ, se disait mort à ses affections particulières, en ajoutant (verset 19) : Je suis crucifié avec Jésus-Christ, c’est-à-dire : par la croix de Jésus-Christ, toute affection propre ou particulière a été éloignée de moi. C’est ce qui lui faisait dire (ci-après, VI, 14) : Quant à moi, à Dieu ne plaise que je me glorifie en autre chose qu’en la croix de notre Seigneur Jésus-Christ, etc. » ; (2 Corinth., V, 14) : « Si un seul est mort pour tous, donc tous sont morts. Or Jésus-Christ est mort pour tous, afin que ceux qui vivent ne vivent plus pour eux-mêmes; mais pour celui, etc. »

 (verset 20) : Mais je vis, c’est-à-dire je ne vis plus moi-même, en tant qu’ayant dans mes affections quelque bien propre, mais Jésus-Christ vit en moi, c’est-à-dire je n’ai d’autre affection que Jésus-Christ, et Jésus-Christ lui-même, est ma vie ; (Philipp., I, 21) : « Vivre pour moi, c’est Jésus-Christ et la mort m’est un gain. »

III. Quand l’Apôtre dit ensuite (verset 20) : Car si je vis maintenant, etc., il répond à une double difficulté, qui pouvait résulter de la parole qui précède. La première est comment il vit, et comment ce n’est pas lui cependant qui vit; la seconde, comment il est attaché à la croix. Il explique donc ces deux points.

Comment il vit, quoique ce ne soit pas lui qui vive, en disant (verset 20) : Car si je vis maintenant, etc. Il faut remarquer qu’on dit, dans le sens rigoureux, « vivre » de ce qui se meut par un principe intrinsèque. L’âme de l’Apôtre était donc comme placée entre Dieu et le corps. Celui-ci était mu et vivifié par l’âme de Paul, mais l’âme de Paul recevait le mouvement de Jésus-Christ. Donc en ce qui est de la vie de la chair, Paul vivait lui-même;et c’est ce qui lui fait dire (verset 20) : car si je vis maintenant dans un corps mortel, c’est-à-dire de la vie de la chair; mais sous le rapport de la relation avec Dieu, Jésus-Christ vivait en Paul; c’est ce qui lui fait dire (verset 20) : J’y vis en la foi du Fils de Dieu, c’est-à-dire en la foi par laquelle il habite en moi et me détermine ; (Habacuc, II, 4) : « Le juste, mon serviteur, vit de la foi. » Remarquez que Saint Paul dit : dans la chair, et non pas « de la chair », car ceci est mal.

Il explique comment il est attaché à la croix, en disant : c’est que l’amour que Jésus-Christ m’a témoigné, en mourant sur la croix pour moi, fait que sans cesse je suis attaché à la croix avec lui ; aussi ajoute-t-il (verset 20) : qui m’a aimé (I Jean, IV, 10) : « C’est lui qui nous a aimés le premier. » Et il m’a aimé à un tel point que (verset 20) : Il s’est livré lui-même à la mort pour moi, et qu’il n’a pas voulu qu’il y eût un autre sacrifice ; (Apocalyp., I, 5) : « Il nous a aimés, et nous a lavés de nos péchés en son sang » ; (Ephés., V, 25) : « Jésus-Christ a aimé l’Eglise, et il s’est livré lui-même à la mort pour elle, etc. » Il est à remarquer toutefois que le Fils s’est livré lui-même, et que le Père a livré son Fils ; (Rom., VIII, 32) : « Dieu n’a pas même épargné son propre Fils, mais il l’a livré pour nous tous. » Judas l’a aussi livré, comme il est dit en saint Matthieu (XXVI, 15); mais c’est un même événement toujours, quoique ce ne soit pas la même intention, car le Père a livré son Fils par charité, le Fils s’est livré par obéissance et par charité en même temps, Judas en traître et par avarice.

 

II° enfin l’Apôtre dit (verset 21) : Or je ne veux pas rejeter cette grâce de Dieu, il déduit sa conclusion principale. Et d’abord il déduit cette conclusion; ensuite il explique la manière dont cela pourrait arriver.

I. Il dit donc : Dès lors que j’ai reçu de Dieu une si grande grâce, qu’il s’est livré lui-même, et que je vis dans la foi du Fils de Dieu, (verset 21) : Je ne rejette pas cette grâce de Dieu, c’est-à-dire je ne la répudie pas et je ne me montre pas ingrat ; (I Corinth., XV, 10) : « Sa grâce n’a pas été stérile en moi, etc. » Aussi une autre version porte : Je ne suis pas ingrat à l’égard de la grâce de Dieu. (Hébr., XII, 15) : « Prenez garde que quelqu’un d’entre vous ne manque à la grâce de Dieu », c’est-à-dire en s’en disant indigne, par ingratitude. Or la manière de rejeter cette grâce et de se montrer ingrat, ce serait de dire que la Loi est nécessaire pour la justification. Et c’est pour cela que l’Apôtre dit (verset 21) : « Car si la justice est donnée par la Loi, Jésus-Christ donc sera mort en vain » en d’autres termes, si la Loi est suffisante, c’est-à-dire si les oeuvres de la Loi suffisent pour justifier l’homme, Jésus-Christ est mort en vain, et sans motif aucun, puisque, s’il est mort, c’est pour nous justifier ; (I Pierre., III, 18) : « Jésus-Christ a souffert la mort une fois pour nos péchés, etc. » Si cet effet peut s’obtenir par la Loi, la mort de Jésus-Christ ne serait d’aucune utilité. Mais Jésus-Christ n’est pas mort en vain, et il n’a pas travaillé en vain, comme il est dit au prophète Isaïe (XLIX, 4), car c’est par lui seul que sont données la grâce qui justifie et la vérité, comme il est dit en saint Jean (I, 17). Si avant sa mort, quelques-uns ont été justes, ils n’ont été justifiés que par la foi en Jésus-Christ qui devait venir, auquel ils croyaient, et dans la foi desquels ils étaient sauvés.

 

 

Caput 3

 

CHAPITRE III ─ LA LOI DE MOÏSE ET LA FOI DE JÉSUS

 

Lectio 1

Leçon 1 : Galates III, 1 ─ La folie des Galates

 

SOMMAIRE : L’Apôtre reprend la sottise des Galates, et montre qu’il n’en a pas été ainsi sans motif. Il prouve, par l’insuffisance de la Loi, que l’on ne doit plus suivre ses observances.

 

 

 

 

 

 

[1] o insensati Galatae quis vos fascinavit ante quorum oculos Iesus Christus proscriptus est crucifixus

 

[87756] Super Gal., cap. 3 l. 1 Supra confutavit apostolus vanitatem et mutabilitatem Galatarum per auctoritatem evangelicae doctrinae, ostendens suam doctrinam authenticam fuisse ab aliis apostolis, hic vero per rationem et auctoritatem ostendit hoc idem, scilicet quod legalia non sunt servanda. Et hoc dupliciter. Primo ex insufficientia legis; secundo ex dignitate eorum qui ad Christum conversi sunt; et hoc IV cap., ibi dico autem : quanto tempore, et cetera. Circa primum duo facit. Primo praemittit obiurgationem; secundo prosequitur suam probationem, ibi hoc solum a vobis volo, et cetera. Circa primum duo facit : primo obiurgat eos, ostendens eorum fatuitatem; secundo rationem obiurgationis assignat, ibi ante quorum oculos, et cetera.

 

Primo ergo eos de fatuitate obiurgat, vocans eos insensatos. Unde dicit o insensati, et cetera.

Insensatus autem proprie dicitur qui sensu caret. Sensus autem spiritualis est cognitio veritatis; qui ergo veritate caret, proprie insensatus dicitur. Matth. XV, 16 : et vos sine intellectu estis. Sap. V, 4 : nos insensati vitam istorum, et cetera. Sed contra, Matth. V, 22 dicitur : qui dixerit fratri suo : fatue, etc.; sed fatuus idem est quod insensatus; ergo apostolus reus est Gehennae ignis.

 

 

Sed dicendum est, ut Augustinus dicit, quod intelligendum est si dixerit sine causa, et animo vituperandi; sed apostolus ex causa dixit, et animo corrigendi. Unde dicitur in Glossa hoc dolendo dicit.

 

Secundo cum dicit quis vos fascinavit, etc., ostendit modum quo insensati erant effecti. Ubi primo notandum est, quod insensatus fit aliquis multis modis. Vel quia non proponitur sibi aliqua veritas quam cognoscere possit; vel quia etsi proponatur sibi, tamen numquam eam acceptat; vel quia veritatem propositam et acceptam deserit, a via veritatis recedens; et tales erant isti Galatae, qui veritatem fidei quam acceperant deserentes, veritatem propositam renuerunt. Supra I, 6 : miror quod sic tam cito, et cetera. Et ideo istum gradum insensationis in eis reprehendit, dicens quis vos fascinavit, et cetera. Ad sciendum autem quid sit fascinatio, sciendum est, quod secundum Glossam fascinatio proprie dicitur ludificatio sensus, quae per artes magicas fieri consuevit; puta cum hominem facit aspectibus aliorum apparere leonem vel cornutum, et huiusmodi. Et hoc etiam per Daemones potest fieri, qui habent potestatem movendi phantasmata, et reducendi ad principia sensuum, ipsos sensus immutando.

 

 

Et secundum hanc acceptionem satis proprie dicit apostolus quis vos fascinavit? Quasi dicat : vos estis sicut homo ludificatus, qui res manifestas aliter accipit, quam sint in rei veritate : quia scilicet vos estis ludificati per deceptiones et sophismata, veritati non obedire, id est, veritatem manifestam, et a vobis receptam non videtis, nec obediendo recipitis. Sap. IV, 12 : fascinatio nugacitatis obscurat bona. Is. V, 20 : vae qui dicunt bonum malum, et cetera.

 

 

Alio modo accipitur fascinatio secundum quod aliquis ex aspectu malevolo laeditur, et hoc maxime in vetulis quae visu urenti et aspectu invido fascinant pueros, qui ex hoc infirmantur et vomunt cibum. Huius causam volens assignare Avicenna in libro suo de anima dicit, quod materia corporalis obedit substantiae intellectuali, magis quam qualitatibus activis et passivis in natura. Et ideo ponit quod ad apprehensionem substantiarum intellectualium (quas vocat animas seu motores orbium) multa fiunt praeter ordinem motus caeli et omnium corporalium agentium. Eodem modo dicit, quod quando anima sancta depurata est ab affectibus terrenorum, et a carnalibus vitiis, accedit ad similitudinem substantiarum dictarum, et obedit ei natura. Et hinc est quod aliqui sancti viri operantur quaedam mira praeter naturae cursum; et similiter quia anima alicuius foedata passionibus carnalibus, habet fortem apprehensionem in malitia, obedit ei natura ad transmutationem materiae, in illis maxime in quibus materia habilis est : sicut in pueris teneris contingit. Et sic contingit, secundum eum, quod ex forti apprehensione vetularum, in malitiam immutatur puer et fascinatur. Haec autem positio satis videtur vera secundum opinionem Avicennae. Nam ipse posuit formas omnes corporales in istis inferioribus influi a substantiis incorporalibus separatis, et quod agentia naturalia non habent se ad hoc nisi ut disponentia tantum.

 

 

 

Sed hoc quidem improbatur a philosopho. Agens enim oportet esse simile subiecto. Non fit autem forma tantum, nec materia, sed compositum ex materia et forma. Id ergo quod agit ad esse corporalium, oportet quod habeat materiam et formam. Unde dicit quod transmutare materiam et formam non potest, nisi id quod habet materiam et formam, et hoc quidem vel virtute, sicut Deus, qui actor est formae et materiae : vel actu, sicut agens corporeum. Et ideo materia corporalis quantum ad huiusmodi formas, nec Angelis, nec alicui purae creaturae obedit ad nutum, sed soli Deo, ut Augustinus dicit. Unde non est verum quod Avicenna dicit de huiusmodi fascinatione.

 

Et ideo dicendum, quod ad imaginationem seu apprehensionem hominis, quando fortis est, immutatur sensus, seu appetitus sensitivus : quae quidem immutatio non est sine alteratione corporis et spirituum corporis, sicut nos videmus quod ad apprehensionem delectabilis movetur appetitus sensitivus ad concupiscentiam, et exinde corpus calefit. Similiter ex apprehensione timendi, frigescit. Immutatio autem spirituum maxime inficit oculos, qui infecti rem per aspectum inficiunt, sicut patet in speculo mundo, quod ex aspectu menstruatae inficitur. Sic ergo quia vetulae obstinatae in malitia et durae sunt, ex forti apprehensione immutatur appetitus sensitivus, et ex hoc, sicut dictum est, infectio maxime fit a venis ad oculos, et ex oculis ad rem perspectam. Unde quia caro pueri mollis est, ad earum invidum aspectum inficitur et fascinatur. Et quandoque quidem ad hunc effectum Daemones operantur.

 

 

 

Dicit ergo quis vos fascinavit veritati non obedire? Quasi dicat : vos aliquando obedistis veritati fidei, sed modo non; ergo estis sicut pueri, qui ex aliquo invido aspectu infecti, cibum receptum vomitis.

 

 

Rationem autem obiurgationis assignat, dicens ante quorum oculos, et cetera. Quod potest tripliciter legi. Uno modo, secundum Hieronymum, ut respondeat primae acceptioni fascinationis; quasi dicat : dico vos fascinatos, quia ante quorum oculos, etc., id est proscriptio Christi, qui damnatus est in mortem, adeo vobis manifesta fuit, ac si ante oculos vestros fuisset, et in vobis crucifixus, id est, in intellectibus vestris erat crucifixio Iesu Christi, ita ut sciretis qualiter facta esset; unde si eam non videtis modo, nec obeditis, hoc contingit, quia estis ludificati et fascinati. Contra quod dicitur Cant. ult. : pone me ut signaculum super cor tuum, et cetera.

 

 

 

Alio modo secundum Augustinum; quasi dicat : recte fascinati estis, quia veritatem quam recepistis, scilicet Christum, per fidem, in cordibus vestris evomitis sicut pueri. Et hoc quia ante oculos vestros, id est, in vestra praesentia, Iesus Christus proscriptus est, id est, expellitur et eiicitur de haereditate sua, quod molestum deberet esse vobis; quia quem non deberetis pati quod ab aliis proscriberetur, et expelleretur, in vobis proscriptus est, id est, haereditatem suam amisit in vobis, id est, vosipsos. Et tunc hoc quod sequitur, scilicet crucifixus, legi debet cum pondere et ostensione doloris, quia hoc addidit, ut considerarent quo pretio Christus emerit possessionem, quam in eis amittebat, et ex hoc moverentur magis. Quasi dicat : Christus proscriptus est in vobis, scilicet qui crucifixus, id est, qui cruce sua et sanguine proprio acquisivit hanc haereditatem. I Cor. VI, 20 : empti enim estis pretio magno, et cetera. I Petr. I, 18 : non corruptibilibus auro vel argento, et cetera.

 

 

 

Tertio modo secundum Ambrosium, quasi dicat : vere fascinati estis, ante quorum oculos, id est, in quorum reputatione, scilicet secundum iudicium vestrum, Iesus Christus proscriptus est, id est, damnatus, non alios salvans. Et in vobis, id est, secundum quod vos intelligitis, crucifixus est, id est, mortuus tantum, non autem alios iustificans, cum tamen de eo dicatur, II Cor. c. ult., quod si mortuus est ex infirmitate nostra, vivit tamen ex virtute Dei.

 

Potest, et quarto modo, exponi secundum Glossam, ut per hoc designet apostolus gravitatem culpae eorum, quia in hoc quod Christum deserunt legem observantes, aequaliter quodammodo peccabant Pilato, qui Christum proscripsit, id est, damnavit. Ut dum insufficientem Christum credunt ad salvandum, similes in peccando crucifixoribus Christi sint, qui ipsum in ligno suspenderunt, morte turpissima condemnantes et afficientes. Aequalitas tamen est accipienda ex parte eius, in quem peccatur, quia in Christum Galatae peccabant, sicut Pilatus et crucifixores Christi.

1. O Galates insensés ! qui vous a ensorcelés, pour vous rendre aussi rebelles à la vérité, après que je vous ai fait voir Jésus-Christ si vivement de peine devant vous, crucifié à vos yeux ?

 

L’Apôtre, dans ce qui vient d’être dit, a rabaissé la vanité des Galates et leur légèreté, par l’autorité de la doctrine évangélique, en établissant que son enseignement avait reçu l’approbation des autres apôtres. Il continue ici, par le raisonnement et par l’autorité, à démontrer le même point de doctrine, c’est-à-dire que les observances légales ne doivent plus être gardées, et cela pour deux raisons : Premièrement, l’insuffisance de la Loi; secondement la dignité de ceux qui se convertissaient à Jésus-Christ (ci-après IV, 4) : Tant que l’héritier est enfant, etc. Sur la première raison, d’abord il fait un reproche, ensuite il poursuit sa preuve (verset 2) : Je ne veux savoir de vous qu’une chose, etc. Dans son reproche, il reprend les Galates, en montrant leur folie; II° Il donne la raison de sa réprimande (verset 4) : Devant lesquels Jésus Christ, etc.

I° L’Apôtre les reprend donc d’abord de leur folie, en les appelant insensés. Il dit donc (verset 1) : O Galates insensés !

I. On appelle proprement insensé celui qui manque de sens; or le sens spirituel, c’est la connaissance de la vérité : celui-là donc qui ne possède pas la vérité, est appelé à juste titre : insensé ; (Matth., XV, 16) : « Vous avez encore vous-mêmes si peu d’intelligence » ; (Sagesse, V, 4) : « Insensés que nous étions, leur vie nous paraissait une folie ! etc. »

On objecte ce qui est dit en saint Matthieu (V, 22) : « Celui qui aura dit à son frère : vous êtes un fou, etc. » or « fou » est la même chose qu’ « insensé »; l’Apôtre est donc susceptible d’être condamné au feu de l’enfer.

Il faut répondre avec saint Augustin que l’on doit comprendre ceci : on mérite l’enfer si on dit cette injure sans motif, et avec l’intention d’insulter. Or l’Apôtre a parlé ainsi avec un motif sérieux, et avec l’intention de corriger les Galates. Aussi est-il dit dans la Glose : « L’Apôtre parle ainsi en gémissant ».

II. En second lieu, lorsque l’Apôtre dit (verset 1) : Qui donc vous a fascinés ?, il fait voir comment ils étaient devenus ainsi insensés, il faut d’abord remarquer que l’on devient tel de plusieurs manières. Ou parce que l’on ne nous propose pas quelque vérité qu’on puisse connaître; ou parce que si l’on nous en propose quelqu’une, on ne l’accepte cependant jamais; ou parce que cette vérité étant proposée et acceptée, on l’abandonne en s’écartant de la voie de la vérité. Tels étaient les Galates, qui abandonnant la vérité de la foi qu’ils avaient reçue, ne gardèrent pas la vérité proposée ; (ci-dessus, I, 6) : Je m’étonne que vous soyez emportés aussi vite, etc. » L’Apôtre leur reproche donc de manquer de sens de cette deuxième manière, lorsqu’il dit (verset 1) : Qui donc vous a fascinés ? Or, pour savoir ce qu’est la fascination, il faut se rendre compte que la fascination, d’après la Glose, est dans le sens propre, une illusion des sens, qui est ordinairement l’effet des pratiques magiques, par exemple, lorsque ces pratiques font paraître un homme sous l’aspect d’un lion, d’un bouc, ou d’autres semblables. Ce peut être aussi l’oeuvre des démons, qui ont la puissance de faire mouvoir des fantômes et de les rendre accessibles aux sens, en agissant sur les sens eux-mêmes, D’après cette manière d’envisager la fascination, l’Apôtre dit avec assez de justesse : Qui vous a fascinés ?; en d’autres termes, vous êtes comme un homme qui est le jouet d’une illusion, voyant les choses qui lui sont manifestées autrement qu’elles ne sont en réalité : il en est ainsi, parce que vous avez été jetés dans l’illusion, par des tromperies et des sophismes, de manière à ne pas obéir à la vérité, c’est-à-dire que vous ne voyez plus la vérité que vous avez reçue après qu’elle vous a été manifestée, et vous n’y soumettez pas vos esprits par l’obéissance ; (Sagesse, IV, 12) : « L’ensorcellement des futilités du siècle obscurcit le bien » ; (Isaïe, V, 20) : « Malheur à vous qui dites que le mal est bien, etc. » On peut encore considérer la fascination, comme l’effet pernicieux produit par un regard malveillant, tel qu’il se voit dans ces vieilles qui par leur oeil ardent et un regard flamboyant fascinent les enfants et les indisposent, au point qu’ils vomissent les aliments, (1) Avicenne voulant expliquer ce phénomène dans son livre « de l’Âme », dit que la matière corporelle obéit à la substance intellectuelle, plus qu’aux qualités actives et passives de la nature. Partant de là, il suppose que sous l’action des substances intelligentes, (qu’il appelle âmes ou moteurs des mondes), il se passe beaucoup de phénomènes en dehors du mouvement des cieux et de tous les agents corporels. Il avance, sur ce même principe que, quand une âme sainte est dégagée de l’affection des choses terrestres et des vices de la chair, elle approche de la ressemblance de ces substances; alors la nature lui obéit. C’est de là que quelques saintes personnes opèrent quelques prodiges qui dépassent la marche de la nature. Semblablement, quant une âme est souillée par les passions de la chair, elle obtient une force singulière pour le mal, et la nature lui obéit pour transformer la matière, dans ceux-là surtout où il y a des prédispositions, comme chez les jeunes enfants. Ainsi il arrive, suivant cet auteur, que par l’action puissante de ces vieilles, l’effet mauvais détermine un changement chez l’enfant qui subit la fascination. Cette position, en adoptant le point de départ d’Avicenne, parait avoir assez de vraisemblance. Car ce philosophe a établi comme principe que toutes les formes corporelles, dans ce monde inférieur, subissaient l’influence des substances incorporelles placées en dehors d’elles, et que les agents naturels ne donnent leur concours que par voie de disposition. Mais Aristote n’adopte pas cette opinion. Et de fait il est de nécessité que l’agent soit en rapport de similitude avec le sujet; or la forme n’existe pas seule, pas plus que la matière mais l’être se compose de l’une et l’autre réunies. Donc ce qui agit sur l’être corporel, doit réunir en soi la matière et la forme. Il en conclut que nul ne peut faire subir de transformation à la matière et à la forme, si ce n’est l’être qui réunit lui-même la forme et la matière, ce qui ne peut avoir lieu que par la puissance de Dieu, qui est l’auteur et de la forme et de la matière, ou par un acte d’un agent corporel. Il suit donc de là que la matière corporelle, quant à ces formes dont nous parlons, n’obéit à la volonté ni d’un ange, ni d’une pure créature, quelle qu’elle soit, mais à Dieu seul, comme dit saint Augustin. L’opinion d’Avicenne sur la fascination manque donc de vérité. Il faut dire, que sous l’imagination, ou la force d’appréhension de l’homme, quand elle est puissante, le sentiment ou l’appétit sensible subit une modification, qui ne va pas sans quelqu’altération du corps et des esprits du corps; c’est ainsi que nous voyons, sous l’influence de la délectation, l’appétit sensible se mouvoir vers la concupiscence et le corps recevoir de là une impression de chaleur; de même encore, sous l’influence de la crainte, il éprouve une impression de froid. Or la modification qui s’est opérée dans les esprits se fait sentir surtout à l’organe de la vue, qui en se troublant dénature l’objet qui est sous le regard, comme on peut le voir dans un miroir net, souillé ensuite par quelqu’objet ensanglanté. Ces vieilles donc étant opiniâtres dans le mal et sans tendresse aucune, la force d’appréhension opère chez elles une modification dans l’appétit sensible : de là, comme il a été dit, le trouble passe des veines dans l’organe de la vue, et de celui-ci à l’objet qui est sous le regard. Il arrive donc que la chair de l’enfant, étant molle encore, subit l’influence de leur regard mauvais, et par suite la fascination. Les démons peuvent aussi produire quelquefois cet effet. L’Apôtre dit donc (verset 1) : Qui donc vous a fascinés pour vous rendre ainsi rebelles à la vérité ? En d’autres termes, autrefois vous étiez dociles à la vérité, maintenant vous ne l’êtes plus; vous êtes donc comme des enfants, qui sous l’influence et l’action d’un regard fatal, rejettent leurs aliments.

 

II° Saint Paul assigne le motif de son reproche en disant (verset 1) : Vous qui avez eu devant les yeux, etc. On peut entendre ce passage de trois manières. D’abord en adoptant le sens de saint Jérôme, qui répond à la première acception du terme « fascination ». L’Apôtre dirait : Vous avez été fascinés, parce que vous avez eu devant les yeux, etc. Jésus-Christ proscrit; c’est-à-dire la proscription de Jésus-Christ qui a été condamné à la mort, vous a été influencés de la même manière que s’il eût été devant vos regards (verset 21) et qu’il a été crucifié en vous c’est-à-dire : vous aviez dans vos intelligences sa mort sur la croix, de manière à savoir comment il s’était opéré, en sorte que si vous ne le voyez pas maintenant, et si vous n’êtes pas dociles à la vérité, c’est que vous êtes le jouet d’une illusion et que vous êtes fascinés, en opposition à cette parole des Cantiques, (VIII, 6) : « Mettez moi comme un cachet sur votre cœur, etc. »

On peut entendre ensuite ce passage autrement avec saint Augustin. L’Apôtre dirait : Véritablement vous avez été fascinés, car la vérité que vous avez reçue dans vos coeurs, c’est-à-dire Jésus-Christ, par la foi, vous l’avez rejetée comme font des enfants. Et cela, parce que, sous vos yeux même, c’est-à-dire en votre présence, Jésus-Christ est proscrit, c’est-à-dire expulsé et chassé de son héritage, ce qui devrait être pour vous un sujet de douleur. Car, celui que vous ne deviez pas même laisser proscrire et expulser par les autres, est proscrit en vous-mêmes, c’est-à-dire a perdu en vous son héritage, en d’autres termes vous-mêmes. Et alors ce qui suit : et crucifié, doit être lu avec une réflexion profonde et des marques de douleur, parce que l’Apôtre l’a ajouté, afin de faire considérer aux Galates à quel prix Jésus-Christ a acheté son héritage, qu’il perdait en eux, et par là les toucher davantage. Comme s’il disait : Jésus-Christ a été proscrit en vous, c’est-à-dire celui qui a été crucifié; ou encore, celui qui par sa croix et par son propre sang, s’est acquis cet héritage (I Corinthiens VI, 20) : « Vous avez été rachetés d’un grand prix, etc. » ; (Pierre, I, 18) : « Ce n’a pas été par des choses corruptibles, comme de l’or ou de l’argent, etc. ».

Enfin on peut l’expliquer d’une troisième manière, avec saint Ambroise. L’Apôtre dirait : En vérité, vous êtes fascinés, vous sous les yeux desquels, c’est-à-dire dans la pensée desquels, ou selon le jugement que vous portez, Jésus-Christ a été proscrit, c’est-à-dire condamné, comme ne sauvant pas les autres, et en qui, c’est-à-dire selon votre manière de comprendre, il a été crucifié, en d’autres termes il est seulement mort, et n’a pas justifié les autres, quoi qu’il soit dit de lui : (II Corinth., X, 4) : « Que bien qu’il ait été crucifié selon la faiblesse de la chair, il vit néanmoins maintenant par la vertu de Dieu. »

On peut y joindre une quatrième explication, d’après la Glose, et dire que par cette manière de parler l’Apôtre veut faire sentir la gravité de la faute des Galates, qui en abandonnant Jésus-Christ pour observer la Loi, péchaient en un certain sens aussi grièvement que Pilate, qui a proscrit Jésus Christ, en sorte que prétendant que Jésus-Christ ne suffit pas pour leur salut, ils deviennent semblables, dans leur péché, à ceux qui l’ont crucifié, le suspendant au bois de la croix après l’avoir condamné à la mort très honteuse qu’ils lui faisaient subir. Toutefois l’égalité dans la faute doit être prise du côté de celui contre lequel on pèche, parce que les Galates péchaient contre Jésus-Christ, comme Pilate et ceux qui le crucifièrent.

 

 

Lectio 2

 

Leçon 2 : Galates III, 2-5 ─ Insuffisance de la Loi et vertu de la foi

 

 

SOMMAIRE : Que l’insuffisance de la Loi se manifeste par ce que les Galates eux-mêmes ont éprouvé, et que par là ressort la vertu de la foi.

 

 

 

 

 

 

[2] hoc solum volo a vobis discere ex operibus legis Spiritum accepistis an ex auditu fidei

[3] sic stulti estis cum Spiritu coeperitis nunc carne consummamini

 

 

[4] tanta passi estis sine causa si tamen sine causa

[5] qui ergo tribuit vobis Spiritum et operatur virtutes in vobis ex operibus legis an ex auditu fidei

 

[87757] Super Gal., cap. 3 l. 2 Posita obiurgatione, consequenter apostolus procedit ad insufficientiam legis et virtutem fidei ostendendam. Et primo ostendit insufficientiam legis; secundo movet quaestionem et solvit, ibi quid igitur lex, et cetera. Et circa primum duo facit. Primo probat defectum legis et insufficientiam per ea quae ipsi experti sunt; secundo per auctoritates et rationes, ibi sicut scriptum est. Circa primum duo facit, quia primo probat propositum, experimento sumpto ex parte ipsorum; secundo probat idem, experimento sumpto ex parte ipsius apostoli, ibi qui ergo tribuit vobis, et cetera.

Circa primum duo facit. Primo ostendit donum quod receperunt; secundo defectum in quem inciderunt, ibi sic stulti estis, et cetera.

Donum autem quod receperunt ostendit, quaerendo ab eis unde illud receperunt. Unde susceptum donum supponens, interrogans, quaerit ab eis, dicens : quamvis fascinati et stulti sitis, tamen non tantum estis ludificati quin unum quod valde manifestum est, me docere possitis. Et ideo solum hoc volo a vobis discere, quia hoc solum sufficit ad probandum quod intendo : hoc, inquam, est, quia constat, quod spiritum sanctum accepistis; quaero ergo an accepistis illum ex operibus legis, an ex auditu fidei? Ad quod sciendum est, quod in primitiva Ecclesia, ex divina dispositione, ut fides Christi promoveretur et cresceret, statim post praedicationem fidei ab apostolis manifesta signa spiritus sancti fiebant super audientes. Unde de Petro dicitur Act. X, 44 : adhuc loquente Petro verba haec, cecidit spiritus sanctus, et cetera. Ipsi etiam Galatae ad praedicationem Pauli manifeste spiritum sanctum acceperant. Quaerit ergo apostolus ab eis, unde habuerunt spiritum sanctum. Constat autem quod non per opera legis, quia cum essent gentiles, ante receptionem spiritus sancti legem non habebant; ergo habuerunt spiritum sanctum, id est, dona spiritus sancti ex auditu fidei. Rom. VIII, 15 : non accepistis spiritum servitutis iterum in timore, qui scilicet dabatur in lege (unde et cum tremore lex data est), sed accepistis spiritum filiorum, qui datur per fidem, quae est ex auditu, ut dicitur Rom. X, 17. Si ergo hoc potuit fidei virtus, frustra quaeritur aliud per quod salvemur, quia multo difficilius est de iniusto facere iustum, quam iustum in iustitia conservare. Si ergo fides de iniustis Galatis sine lege iustos fecerat, non est dubium, quod sine lege poterat eos in iustitia conservare. Magnum ergo erat donum, quod per fidem acceperant.

 

 

 

 

 

 

Consequenter cum dicit sic stulti estis, etc., ostendit defectum in quem prolapsi sunt. Et exaggerat duplicem defectum in eis apostolus, scilicet quantum ad dona quae a Christo acceperant, et quantum ad mala quae pro ipso pertulerunt, ibi tanta passi estis, et cetera.

Circa primum sciendum est quod isti Galatae deserentes quod magnum erat, scilicet spiritum sanctum, adhaeserunt minori, scilicet carnali observantiae legis, et hoc stultum est. Et ideo dicit sic stulti estis, adeo ut cum coeperitis instinctu sancti spiritus, id est, initium perfectionis vestrae habueritis a spiritu sancto, nunc, dum perfectiores estis, consummamini carne, id est, quaeratis conservari per carnales observantias legis, a qua nec initium iustitiae potest haberi? Io. VI, v. 64 : caro non prodest quicquam, et cetera. Et sic ordinem pervertitis, quia via perfectionis est ab imperfecto tendere ad perfectum. Vos autem, quia e converso facitis, stulti estis. Eccli. XXVII, 12 : homo sanctus permanet in sapientia sicut sol, stultus ut luna mutatur. Similes isti sunt his, qui incipiunt servire Deo cum fervore spiritus, postmodum deficiunt in carne; qui etiam assimilantur statuae Nabuchodonosor, cuius caput aureum, et pedes lutei, Dan. II, 32. Et ideo dicitur Rom. c. VIII, 8 : qui in carne sunt, Deo placere non possunt. Et infra VI, 8 : qui seminat in carne, de carne metet corruptionem.

 

 

 

 

 

 

Consequenter cum dicit tanta passi estis, etc., exaggerat eorum defectum quantum ad mala quae pro Christo pertulerunt. Qui enim aliquid sine labore recipiunt, illud minus chare custodiunt; sed illud quod cum labore acquiritur vilipendere et non custodire stultum est. Isti autem cum labore et tribulatione magna, quam passi sunt a contribulibus suis propter fidem, receperunt spiritum sanctum. Et ideo dicit tanta passi estis sine causa, quasi dicat : non contemnatis tantum donum quod cum labore accepistis, alias illa, sine causa, id est sine utilitate, passi estis, quia haec sustinuistis ut perveniretis ad vitam aeternam. Rom. V, 3 : tribulatio patientiam operatur, patientia autem probationem, probatio vero spem, et cetera. Unde si praecluditis vobis aditum vitae aeternae, deserentes fidem, quaerentes conservari carnalibus observantiis, sine causa, id est inutiliter, passi estis. Et hoc dico, si tamen sine causa. Quod ideo dicit, quia in eorum potestate erat poenitere si vellent, quamdiu viverent. Ex hoc autem habetur, quod opera mortificata reviviscunt. Sap. III, 11 : labores eorum sine fructu, et cetera. Gal. IV, 11 : timeo autem ne sine causa laboraverim, et cetera. Si vero accipiatur de malis qui non poenitent, potest dici quod patiuntur sine causa conferente, scilicet vitam aeternam.

 

 

 

 

 

 

Consequenter cum dicit qui ergo tribuit vobis, etc., probat propositum, experimento sumpto ex parte apostoli. Possent enim dicere quod verum est nos recepisse spiritum sanctum ex auditu fidei, tamen propter devotionem quam ad legem habuimus, accepimus fidem quam praedicabas. Et ideo dicit : non curo quicquid sit ex parte vestra, tamen illud quod ego feci, tribuens vobis ministerio meo spiritum sanctum, qui operatur in vobis virtutes, id est inter vos miracula, sed numquid facio hoc sic, ex operibus legis, an ex operibus fidei? Non utique ex operibus legis, sed ex fide.

 

 

 

Sed numquid aliquis potest dare spiritum sanctum? Augustinus enim, XV de Trinitate, dicit, quod nullus homo purus spiritum sanctum dare potest, nec ipsi apostoli dabant, sed imponebant manus super homines, et accipiebant spiritum sanctum. Quid ergo est quod hic dicit apostolus de se loquens qui tribuit vobis spiritum sanctum?

 

Respondeo. Dicendum est quod in datione spiritus sancti tria per ordinem se habentia occurrunt, scilicet spiritus sanctus inhabitans, donum gratiae et charitatis cum caeteris habitibus, et sacramentum novae legis, cuius ministerio datur. Et sic potest ab aliquibus tripliciter dari. Ab aliquo enim datur sicut auctoritatem habente quantum ad tria praedicta, scilicet respectu spiritus sancti inhabitantis, respectu doni, et respectu sacramenti; et hoc modo spiritus sanctus datur a solo patre et filio secundum quod eius auctoritatem habent, non quidem dominii sed originis, quia ab utroque procedit. Sed quantum ad gratiam seu donum, et quantum ad sacramenta spiritus sanctus dat etiam se, secundum quod datio importat causalitatem spiritus sancti respectu donorum ipsius; quia, ut dicit apostolus I Cor. XII, v. 11, ipse dividit singulis prout vult. Secundum autem quod in datione importatur auctoritas, non potest proprie dici spiritum sanctum seipsum dare. Quantum vero ad sacramentum quod ministerio ministrorum Ecclesiae datur, potest dici quod sancti per ministerium sacramentorum dant spiritum sanctum. Et hoc modo hic loquitur apostolus secundum quod tangitur in Glossa, tamen huiusmodi modus non est consuetus neque extendendus. Dicit etiam Glossa quod facere miracula attribuitur fidei, quia ex hoc quod credit quae supra naturam sunt, supra naturam operatur, et quia apostoli praedicabant fidem, quae quaedam rationem excedentia continebat, ideo oportebat ad eorum credulitatem aliqua testimonia adducere quod missi essent a Deo : quod rationem excedit.

 

 

 

Unde Christus dedit eis signum suum ad hoc ostendendum. Est autem duplex signum Christi. Unum est quod est dominus omnium; unde dicitur in Ps. CXLIV, 13 : regnum tuum, regnum omnium saeculorum, et cetera. Aliud est quod est iustificator et salvator, secundum illud Act. IV, v. 12 : non est aliud nomen sub caelo datum hominibus, et cetera. Dedit ergo eis duo signa : unum est quod facerent miracula, per quod ostenderent quod missi sunt a Deo domino creaturae omnis. Lc. IX, 1 : dedit eis potestatem et virtutem super omnia Daemonia, et cetera. Aliud quod darent spiritum sanctum ministerio, per quod ostenderent, quod missi sunt ab omnium salvatore. Act. VIII, 17 : tunc imponebant manus super eos, etc., et tunc cum imposuisset illis manus Paulus, spiritus sanctus venit super illos, et cetera. Et de his duobus modis dicitur Hebr. II, 4 : contestante Deo signis, et portentis, et variis virtutibus, et spiritus sancti distributionibus, secundum suam voluntatem.

2. Je ne veux savoir de vous qu’une seule chose : Est-ce par les oeuvres de la Loi que vous avez reçu le Saint Esprit, ou par la foi que vous avez entendue ?

3. Etes-vous si insensés qu’après avoir commencé par l’esprit, vous finissiez maintenant par la chair ?

4. Sera-ce donc en vain que vous avez tant souffert ? Si cependant ce n’est qu’en vain.

5. Celui donc qui vous communique son Esprit et qui fait des miracles parmi vous, le fait-il par les oeuvres de la Loi ou par la foi que vous avez entendu prêcher ?

 

Après avoir fait sa réprimande, l’Apôtre en vient à montrer l’insuffisance de la Loi et l’efficacité de la foi. Premièrement il établit cette insuffisance; ensuite il soulève une difficulté et la résout (verset 19) : Mais à quoi bon la Loi, etc.? Sur le premier de ces points, l’Apôtre prouve donc d’abord, l’insuffisance de la Loi et son peu de vertu, par ce que les Galates eux-mêmes ont expérimenté; ensuite par des autorités et des raisonnements, (verset 6) : comme il est écrit. Sur la première preuve il établit sa proposition par une expérience prise de leur côté, même; II° de sa propre personne (verset 5) : Celui donc qui vous communique, etc.

I° A leur égard il rappelle I. le don qu’ils ont reçu; II. la faute dans laquelle ils sont tombés (verset 3) : Etes-vous donc si insensés, etc.

I. Saint Paul donc leur rappelle le don qu’ils ont reçu, en leur demandant d’où ils l’ont reçu ? Supposant donc que ce don leur a été fait et les interrogeant, il leur fait cette question, en disant : bien que vous soyez fascinés et insensés, cependant vous n’êtes pas tellement le jouet de l’illusion que vous ne puissiez m’instruire sur un point qui est fort clair (verset 2) : Je ne veux donc savoir de vous qu’une seule chose, parce que cela seul me suffit à prouver ce que je me propose d’établir; c’est ceci : puisqu’il est constant que vous avez reçu l’Esprit Saint, je vous le demande (verset 2) : Est-ce par les oeuvres de la Loi que vous l’avez reçu, ou bien par la foi que vous avez entendu prêcher ? Il faut ici se souvenir, que dans l’Eglise primitive, par une disposition de Dieu pour établir et faire croître la foi en Jésus-Christ, aussitôt après la prédiction de cette foi par les apôtres, les signes manifestes de la présence de l’Esprit Saint se produisaient sur les auditeurs : (Actes, X, 44) : « Pierre parlait encore lorsque le Saint Esprit descendit, etc. » Les Galates eux-mêmes, à la prédication de Paul, avaient reçu visiblement les dons de l’Esprit Saint; l’Apôtre leur demande donc de qui ils ont reçu cet Esprit. Or il est certain qu’ils ne l’ont pas reçu par les oeuvres de la Loi, puisqu’étant Gentils, avant la réception du Saint Esprit, ils n’avaient pas la Loi. Ils ont donc reçu le Saint Esprit, c’est-à-dire les dons du Saint Esprit, par la foi qu’ils ont entendu prêcher ; (Rom., VIII, 15) : « Vous n’avez pas reçu l’esprit de servitude qui vous retienne encore dans la crainte, » car c’était cet esprit qu’on recevait dans la Loi, (et c’est ce qui a fait que la Loi a été donnée dans un contexte de crainte), « mais vous avez reçu l’Esprit d’adoption des enfants », qui est donné par la foi, laquelle vient de ce qu’on a entendu ; (Rom., X, 17). Si donc la vertu de foi est d’une telle efficacité, on chercherait en vain un autre moyen pour opérer son salut, puisqu’il est beaucoup plus difficile de faire juste celui qui ne l’est pas, que de conserver un juste dans la justice. Donc encore si la foi avait fait, des Galates privés de la justice, des justes sans la Loi, il est incontestable qu’elle pouvait, sans la Loi, les conserver dans la justice. Aussi était-ce un don de grand prix, que celui qu’ils avaient reçu par la foi.

II. Quand Saint Paul dit ensuite (verset 3) : Etes-vous si insensés, etc…, il fait ressortir la faute dans laquelle ils étaient tombés; et montre, dans leur personne, une double défaillance, à savoir quant aux dons qu’ils avaient reçus de Jésus-Christ et quant aux épreuves qu’ils avaient souffertes pour lui (verset 4) : Sera-ce donc en vain que vous aurez tant souffert ?

Sur le premier de ces effets, il est à remarquer que les Galates, en abandonnant ce qui était d’un haut prix, c’est-à-dire le Saint Esprit, s’attachèrent à ce qui était bien moins grand, c’est-à-dire à l’observance charnelle de la Loi; or c’était agir en insensé. C’est ce qui fait dire à l’Apôtre (verset 3) : Etes-vous si insensés, qu’après commencé sous l’inspiration du Saint Esprit, c’est-à-dire ayant eu du Saint Esprit lui-même le commencement de votre perfection, maintenant, que vous êtes plus avancés, vous finissiez par la chair ?, c’est-à-dire vous cherchiez à vous conserver dans la justice par les observances charnelles de la loi, de laquelle on ne peut pas même recevoir le commencement de cette justice ; (Jean, VI, 64) : « La chair ne sert de rien, etc. » En agissant ainsi vous renversez l’ordre, car la voie de la perfection c’est de partir de ce qui est imparfait pour tendre à ce qui est parfait. Or, faisant tout le contraire, vous vous montrez des insensés ; (Ecclésiastique XXVII, 12) : « L’homme saint demeure dans la sagesse (comme le soleil dans la lumière) mais l’insensé est changeant comme la lune. » C’est à ce dernier que ressemblent ceux qui commencent à servir Dieu avec la ferveur de l’esprit, et se laissent ensuite tomber dans les séductions de la chair. Ils ressemblent encore à la statue de Nabuchodonosor, dont la tête était d’or, et les pieds d’argile (Daniel, II, 32). C’est pour cette raison qu’il est dit (Rom., VIII, 8) : « Ceux qui sont esclaves des affections de la chair, ne sauraient plaire à Dieu » ; et (ci-après, VI, 8) : « Celui qui sème dans la chair, recueillera de la chair la corruption. »

En ajoutant (verset 4) : [Sera-ce donc en vain que] vous aurez tant souffert ?, l’Apôtre fait ressortir leur faute, par rapport aux maux qu’ils ont soufferts pour Jésus-Christ; car celui qui obtient une chose sans travail, la conserve avec moins d’affection, mais, au contraire, mépriser et ne pas garder avec soin ce qu’on a acquis à force de peines, c’est se conduire en insensé. Or, c’est avec un travail pénible et de grandes tribulations, souffertes de la part de ceux de leur nation, pour la foi, que les Galates reçurent l’Esprit Saint; c’est ce qui fait dire à Saint Paul (verset 4) : Sera-ce donc en vain que vous aurez tant souffert ?, comme s’il leur disait : Prenez garde de traiter avec mépris un don aussi grand, et reçu au prix de tant de sacrifices, autrement vous auriez souffert ces maux sans motif, c’est-à-dire sans utilité, parce que vous ne les avez supportés que pour parvenir à la vie éternelle ; (Rom, V, 3) : « L’affliction produit la patience, la patience l’épreuve et l’épreuve l’espérance, etc. » Si donc vous vous fermez à vous-mêmes l’accès de la vie éternelle, en abandonnant la foi et en cherchant à vous conserver dans la justice par les observances charnelles, c’est sans motif, c’est-à-dire inutilement, que vous aurez souffert. Et si je dis ceci : je veux pourtant espérer (verset 4) : que ce ne sera pas sans motif. L’Apôtre s’exprime ainsi, parce qu’il était en leur pouvoir, tant qu’ils vivraient, de faire pénitence, s’ils le voulaient. L’on conclut de ce passage, que le oeuvres frappées de mort [par le péché], peuvent revivre ; (Sagesse, III, 11) : « Leurs travaux sont sans fruit, etc. » ; (ci-après, IV, 11) : J’appréhende pour vous que j’aie peut-être travaillé en vain, etc. » Que si l’on entend ce qui est dit ici des méchants qui ne se repentent pas, on peut dire qu’ils ont souffert sans raison, à savoir sans raison procurant la vie éternelle.

 

II° Lorsque Saint Paul dit (verset 5) : Celui donc qui vous communique son Esprit, etc., l’Apôtre prouve sa proposition par sa propre expérience. En effet, les Galates pouvaient répondre qu’ils avaient à la vérité reçu le Saint Esprit, par la foi qu’ils avaient entendu prêcher, mais que pourtant, c’était à cause de la piété même qu’ils avaient eue pour la Loi, que la foi prêchée par l’Apôtre leur avait été donnée. C’est pourquoi Saint Paul répond : soit ! Je ne m’occupe pas de ce qui a eu lieu de votre côté; il n’en est pas moins vrai que ce que j’ai fait moi-même, en vous faisant recevoir par mon ministère l’Esprit Saint, qui opère en vous les vertus, c’est-à-dire les miracles au milieu de vous, quand dis-je, j’agis ainsi (verset 4) : est-ce par les oeuvres de la Loi, on par la foi que vous avez entendu prêcher ? Certes, ce pas par les oeuvres de la Loi, mais par la foi.

Mais quelqu’un peut-il donner le Saint Esprit? Saint Augustin (au livre XV du Traité de la sainte Trinité), dit que nul homme, en tant qu’homme, ne saurait le conférer. Les apôtres eux-mêmes ne le donnaient pas, mais imposaient les mains sur les fidèles et ceux-ci recevaient le Saint Esprit. Comment donc expliquer ce que l’Apôtre dit ici, en parlant de lui-même : celui qui vous communique son Esprit ?

Il faut répondre que dans le don du Saint Esprit, il se trouve trois choses qui viennent par ordre, à savoir : l’Esprit Saint qui vient habiter, le don de la grâce et de la charité, avec les autres habitudes surnaturelles, et le sacrement de la loi nouvelle, par le ministère duquel le Saint Esprit est reçu. Cet Esprit peut donc être donné de trois manières par quelques personnes. Il est, en effet, donné de ces trois manières, à savoir comme Saint Esprit habitant dans l’âme, comme don surnaturel, et comme sacrement, et cela par la suprême autorité seulement, je veux dire par le Père et par le Fils, qui ont sur lui l’autorité, non de commandement, mais d’origine, en tant que l’Esprit Saint procède de l’un et de l’autre. Mais quant à la grâce ou au don, et quant aux sacrements où il est reçu, l’Esprit Saint se donne aussi lui-même, en tant que le don qui en est fait suppose le principe de causalité, à l’égard des dons qui en dépendent, car, comme dit l’Apôtre (I Corinth., XII, 11) : « Il distribue à chacun, selon qu’il lui plaît. » Mais en tant que le don de l’Esprit Saint suppose le principe d’autorité, on ne peut dire, dans la rigueur des termes, que le Saint Esprit se donne lui-même. Pour ce qui est du sacrement conféré par le ministère des prêtres de l’Eglise, on peut dire que les saints, par le moyen des sacrements, donnent le Saint Esprit. Et c’est dans ce sens que Saint Paul parle ici, comme la Glose le donne à entendre. Toutefois cette manière de s’exprimer n’est pas ordinaire et il ne faut pas lui donner trop de portée. La Glose remarque aussi que le pouvoir de faire des miracles est attribué à la foi, parce que, par là même qu’elle croit ce qui est au-dessus de la nature, elle opère au delà de ce que peut la nature; les apôtres prêchant donc la foi, qui comprend certaines vérités qui dépassent la raison, il fallait conséquemment qu’ils joignent à leur croyance personnelle quelques preuves extérieures qu’ils étaient envoyés de Dieu; ce qui dépasse aussi la raison. Aussi Jésus-Christ leur a-t-il donné son signe afin de le montrer; or Jésus-Christ a deux signes qui lui sont propres. Le premier, c’est qu’il est le maître de tous. C’est pourquoi il est dit (Ps., CXLIV, 13) : « Votre règne est un règne qui s’étend dans tous les siècles, etc. » Le second, c’est qu’il sauve et qu’il justifie, suivant cette parole des Actes (IV, 12) : « Aucun autre nom, sous le ciel, n’a été donné aux hommes, etc. » Il a donc donné aux apôtres deux signes. Le premier, de faire des miracles, afin de montrer en les opérant qu’ils sont envoyés de Dieu, le Maître de toute créature ; (Luc, IX, 1) : « Il leur donna puissance et autorité sur tous les démons, etc. » Le second, de donner le Saint Esprit par leur ministère, afin de faire voir par là qu’ils sont envoyés par celui qui est le sauveur de tous ; (Actes, VIII, 17) : « Alors ils leur imposèrent les mains, etc. » (Actes, XIX, 6) : « Et après que Paul leur eût imposé les mains, le Saint Esprit descendit sur eux, etc.. » De ces deux signes il est dit (Hébr., II, 4) : « Dieu leur a rendu témoignage par les miracles, les prodiges, par les différents effets de sa puissance, et par la distribution des grâces du Saint Esprit, qu’il a partagées comme il lui a plu. »

 

 

Lectio 3

 

Leçon 3 : Galates III, 6-9 ─ L’efficacité de la foi dans la justice

 

SOMMAIRE : L’efficacité de la foi est prouvée par plusieurs témoignages, et par là on montre que la justification est un don de l’Esprit Saint.

 

 

 

 

 

 

[6] sicut Abraham credidit Deo et reputatum est ei ad iustitiam

 

[7] cognoscitis ergo quia qui ex fide sunt hii sunt filii Abrahae

 

[8] providens autem scriptura quia ex fide iustificat gentes Deus praenuntiavit Abrahae quia benedicentur in te omnes gentes

 

[9] igitur qui ex fide sunt benedicentur cum fideli Abraham

 

[87758] Super Gal., cap. 3 l. 3 Supra probavit apostolus experimento virtutem fidei et insufficientiam legis, hic vero probat idem per auctoritates et rationes. Et primo probat virtutem fidei in iustificando; secundo in hoc ostendit legis defectum, ibi quicumque enim ex operibus legis, et cetera. Primum autem probat utens quodam syllogismo. Unde circa hoc tria facit. Primo ostendit minorem; secundo maiorem, ibi providens autem Scriptura, etc.; tertio infert conclusionem, ibi igitur qui ex fide, et cetera.

 

Circa primum duo facit. Primo proponit quamdam auctoritatem, ex qua elicit minorem; secundo concludit eam, ibi cognoscite ergo, et cetera. Dicit ergo : vere iustitia et spiritus sanctus est ex fide, sicut scriptum est, Gen. XV, 6, et introducitur Rom. IV, 3, quod credidit Abraham Deo, et cetera. Ubi notandum est quod iustitia consistit in redditione debiti, homo autem debet aliquid Deo, et aliquid sibi, et aliquid proximo. Sed quod aliquid debeat sibi et proximo, hoc est propter Deum. Ergo summa iustitia est reddere Deo quod suum est. Nam si reddas tibi vel proximo quod debes, et hoc non facis propter Deum, magis es perversus quam iustus, cum ponas finem in homine. Dei autem est quidquid est in homine, et intellectus et voluntas et ipsum corpus; sed tamen quodam ordine, quia inferiora ordinantur ad superiora, et exteriora ad interiora, scilicet ad bonum animae; supremum autem in homine est mens. Et ideo primum in iustitia hominis est, quod mens hominis Deo subdatur, et hoc fit per fidem. II Cor. X, 3 : in captivitatem redigentes omnem intellectum in obsequium Christi. Sic ergo dicendum est in omnibus, quod Deus est primum principium in iustitia, et qui Deo dat, scilicet summum quod in se est, mentem ei subdendo, perfecte est iustus. Rom. VIII, 14 : qui spiritu Dei aguntur, hi filii sunt Dei. Et ideo dicit credidit Abraham Deo, id est, mentem suam Deo per fidem subdidit. Eccli. II, 6 : crede Deo, et recuperabit te, etc., et infra qui timetis dominum, credite illi, et cetera. Et reputatum est ei ad iustitiam, id est, ipsum credere et ipsa fides fuit ei et est omnibus aliis sufficiens causa iustitiae, et quod ad iustitiam reputetur ei exterius ab hominibus, sed interius datur a Deo, qui eos qui habent fidem, per charitatem operantem iustificat, eis peccata remittendo.

 

 

 

 

 

 

Ex hac autem auctoritate concludit minorem propositionem, dicens cognoscite ergo, etc., quasi dicat : ex hoc aliquis dicitur filius alicuius, quod imitatur opera eius; si ergo vos estis filii Abrahae, opera Abrahae facite, Io. VIII, 39. Abraham autem non quaesivit iustificari per circumcisionem, sed per fidem; ergo et illi qui quaerunt iustificari per fidem, sunt filii Abrahae. Et hoc est quod dicit : quia Abraham iustus est ex fide, per hoc quod Deo credidit, et reputatum est ei ad iustitiam, ergo cognoscite, quod illi qui ex fide sunt, id est, qui ex fide credunt se iustificari et salvari, hi sunt filii Abrahae, scilicet imitatione et instructione. Rom. IX, 8 : qui filii sunt promissionis aestimantur in semine, et cetera. Lc. c. XIX, 9 dicitur Zachaeo : hodie huic domui salus a Deo facta est, eo quod et ipse sit filius Abrahae, et cetera. Et Matth. III, 9 : potens est Deus de lapidibus istis, id est, de gentibus, suscitare filios Abrahae, inquantum scilicet facit eos credentes.

 

 

 

Consequenter cum dicit providens autem Scriptura, etc., ponit maiorem, quae scilicet est, quod Abrahae praenuntiatum est quod in semine suo benedicerentur omnes gentes. Et hoc est quod dicit providens autem Scriptura, inducens Deum loquentem Abrahae dicit Gen. XII, 3, quod Deus praenuntiavit Abrahae quod in te, id est, in his qui ad similitudinem tuam filii tui erunt imitatione fidei, benedicentur omnes gentes. Matth. VIII, 11 : multi venient ab oriente et occidente, et cetera.

 

 

Consequenter cum dicit ergo qui ex fide, etc., infert conclusionem ex praemissis. Unde sic potest formari argumentum : Deus pater nuntiavit Abrahae, quod in semine suo benedicerentur omnes gentes; sed illi qui quaerunt iustificari per fidem, sunt filii Abrahae; ergo qui ex fide sunt, id est, qui quaerunt iustificari per fidem, benedicentur cum fideli, id est credente, Abraham.

6. Selon qu’il est écrit d’Abraham, qu’il crut ce que Dieu lui avait dit, et que sa foi lui fut imputée à justice.

7. Reconnaissez donc que ceux qui .sont enfants de la foi, sont les vrais enfants d’Abraham.

8. Aussi Dieu dans l’Ecriture, prévoyant qu’il justifierait les nations par la foi, l’a annoncé par avance à Abraham, en lui disant : Toutes les nations de la terre seront bénies en, vous.

9. Ceux donc qui sont enfants de la foi seront bénis avec le fidèle Abraham.

 

L’Apôtre a prouvé plus haut, dans sa propre expérience, l’efficacité de la foi et l’insuffisance de la Loi, il continue ici sa preuve par voie d’autorité et de raison. Et d’abord il démontre l’efficacité de la foi dans la justification; en second lieu il fait ressortir l’impuissance de la Loi pour cette même justification (verset 10) : Au lieu que tous ceux qui s’appuient sur les oeuvres de la Loi, etc. Il prouve le premier point au moyen d’un syllogisme. A cet effet il énonce une mineure; II° une majeure (verset 8) : Aussi l’Ecriture prévoyant, etc.; III° il déduit sa conclusion (verset 9) : Ceux donc qui sont enfants de la foi, etc.

I° Sur la première partie, I. il cite un passage dont il tire la mineure; II. il la déduit en conclusion (verset 7) : Reconnaissez donc, etc.

I. Il dit donc : véritablement la justice et le don de l’Esprit Saint procèdent de la foi, comme il est écrit (Genèse XV, 6), passage déjà cité dans l’épître aux Romains (IV, 3) : « Abraham crut à Dieu, etc. » Il faut sur ceci remarquer que la justice consiste à rendre ce qui est dû; or l’homme doit quelque chose à Dieu, quelque chose à lui même, quelque chose au prochain. Mais ce qu’il doit, soit à lui-même, soit au prochain, il ne le doit qu’à cause de Dieu. Le plus haut degré de la justice est donc de rendre à Dieu ce qu’on lui doit. Car quand vous vous rendez à vous-même et au prochain ce que vous devez, si vous ne le faites pas pour Dieu, vous êtes plutôt pervers que juste, parce que vous placez votre fin dans l’homme. Or tout ce qui est dans l’homme : intelligence, volonté, le corps lui-même, vient de Dieu, mais toutefois dans un certain ordre, car ce qui est inférieur est subordonné à ce qui est supérieur, et ce qui est extérieur à ce qui est intérieur, c’est-à-dire au bien de l’âme; or ce qui, dans l’homme, occupe le premier rang, c’est l’intelligence. Le premier degré de la justice, dans l’homme, c’est donc que son intelligence soit soumise à Dieu, ce qui se fait par la foi ; (II Corinth. X, 3) : « Nous réduisons en servitude toute intelligence pour la rendre obéissante à Jésus Christ. » Il faut donc dire qu’en tout et partout, Dieu, dans l’ordre de la justice, est le premier principe, et que celui qui lui donne ce qu’il a eu lui-même de plus grand, en lui soumettant son intelligence, a atteint la perfection de la justice ; (Rom., VIII, 14) : « Quiconque est mû par l’Esprit de Dieu, est enfant de Dieu. » C’est ce qui fait dire à Saint Paul : Abraham crut à ce que Dieu lui avait dit, c’est-à-dire : soumit à Dieu son intelligence par la foi ; (Ecclésiastique II, 6) : « Croyez à Dieu, et il vous tirera de tous vos maux, etc. » et (Ecclésiastique II, 8) : « Vous qui craignez le Seigneur, croyez en lui. » - (verset 6) : Et ce lui fut imputé à justice, c’est-à-dire l’acte même de croire et sa foi furent pour lui et sont pour tous une cause de justice suffisante, pour être imputée à justice extérieurement par les hommes, mais justice donnée intérieurement par Dieu, qui justifie au moyen de la charité qui opère et en leur remettant leurs péchés, ceux qui ont la foi.

II. L’Apôtre, tire en conclusion sa mineure de cette citation, en disant (verset 7) : Reconnaissez donc, etc. ; comme s’il disait : pour être appelé le fils d’un autre, il faut imiter ses oeuvres; « si donc vous êtes les enfants d’Abraham, faites les oeuvres d’Abraham » (Jean, VIII, 39). Or Abraham ne chercha pas à être justifié par la circoncision, mais par la foi; quiconque donc cherche comme lui à être justifié par la foi, est enfant d’Abraham, aussi c’est ce que dit Saint Paul. Puisqu’Abraham est devenu juste par la foi, et parce qu’il a cru à ce que Dieu lui disait, et que ce lui fut imputé à justice (verset 7), reconnaissez donc que ceux qui sont les enfants de la foi, c’est-à-dire qui croient que c’est par la foi qu’ils sont justifiés et sauvés, sont les enfants d’Abraham, à savoir par l’imitation de ses oeuvres, et la soumission aux mêmes vérités ; (Rom., IX, 8) : « Ce sont les enfants de la promesse qui sont réputés être enfants d’Abraham » ; et en S. Luc (XIX, 9) il est dit à Zachée : « Cette maison a reçu aujourd’hui, de Dieu, le salut, parce que celui-ci est aussi enfant d’Abraham, etc. » ; et encore (Matth., III, 9) : « Je vous déclare que Dieu peut faire naître de ces pierres mêmes, c’est-à-dire des Gentils, des enfants d’Abraham, » c’est-à-dire en tant qu’il leur donne de croire.

II° Quand enfin l’Apôtre dit à la suite (verset 8) : Aussi l’Ecriture, prévoyant, etc., il pose sa majeure, qui est celle-ci : Il a été annoncé par avance à Abraham que toutes les nations de la terre seraient bénies en sa semence. C’est ce qui fait dire à Saint Paul (verset 8) : Aussi l’Ecriture prévoyant, etc., il introduit ainsi Dieu s’adressant à Abraham et dit (Genèse XII, 3) que Dieu a promis d’avance à Abraham qu’en vous, c’est-à-dire dans ceux qui, portant votre ressemblance, seront vos enfants par l’imitation de votre foi, toutes les nations seront bénies. (Matth., VIII, 11) : « Plusieurs viendront d’Orient et d’Occident, etc. »

III° Il déduit ensuite sa conclusion, des prémisses qu’il a posées, en disant (verset 9) : Ceux donc qui sont enfants de la foi, etc. L’on peut établir ainsi l’argument : Dieu le Père a annoncé d’avance à Abraham qu’en sa semence toutes les nations seront bénies; or ceux qui cherchent à être justifiés par la foi, sont les enfants d’Abraham; donc les enfants de la foi, » c’est-à-dire ceux qui cherchent à être justifiés par cette vertu, seront bénis avec le fidèle, c’est-à-dire avec Abraham.

 

 

Lectio 4

Leçon 4 : Galates III, 10-12 ─ L’insuffisance de la Loi

 

SOMMAIRE. Que l’insuffisance de la Loi parait encore en ce qu’elle ne peut réparer le dommage causé par la Loi elle-même.

 

 

 

 

 

 

[10] quicumque enim ex operibus legis sunt sub maledicto sunt scriptum est enim maledictus omnis qui non permanserit in omnibus quae scripta sunt in libro legis ut faciat ea

[11] quoniam autem in lege nemo iustificatur apud Deum manifestum est quia iustus ex fide vivit

[12] lex autem non est ex fide sed qui fecerit ea vivet in illis

 

[87759] Super Gal., cap. 3 l. 4 Supra ostendit apostolus virtutem fidei, hic consequenter ostendit defectum legis. Et primo per auctoritatem legis; secundo per humanam consuetudinem, ibi fratres, secundum hominem dico, et cetera. Circa primum tria facit. Primo ostendit damnum occasionaliter ex lege consecutum; secundo legis insufficientiam ad ipsum damnum removendum, ibi quoniam autem in lege, etc.; tertio Christi sufficientiam, qua ipsum damnum est remotum, ibi Christus autem nos redemit, et cetera.

Circa primum duo facit. Primo proponit intentum; secundo probat propositum, ibi scriptum est enim : maledictus, et cetera. Dicit ergo : quicumque enim, et cetera. Nam quia dixerat quod qui ex fide sunt benedicentur, cum sint filii Abrahae, posset quis dicere quod propter opera legis et propter fidem benedicuntur, et ideo, hoc excludens, dicit quicumque ex operibus legis sunt, sub maledicto sunt.

 

Sed contra. Antiqui patres fuerunt in operibus legis, ergo sunt maledicti, et per consequens damnati, quod est error Manichaei. Ideoque hoc est sane intelligendum. Et attendendum est quod apostolus non dicit : quicumque servant opera legis sub maledicto sunt, quia hoc est falsum pro tempore legis, sed dicit quicumque ex operibus legis, etc., id est, quicumque in operibus legis confidunt, et putant se iustificari per ea, sub maledicto sunt. Aliud enim est esse in operibus legis, et aliud est servare legem; nam hoc est legem implere, et qui eam implet, non est sub maledicto. Esse vero in operibus legis est in eis confidere et spem ponere. Et qui in eis hoc modo sunt, sub maledicto sunt, scilicet transgressionis, quod quidem non facit lex, quia concupiscentia non venit ex lege, sed cognitio peccati, ad quod proni sumus per concupiscentiam per legem prohibitam.

 

 

 

Inquantum ergo lex cognitionem peccati facit, et non praebet auxilium contra peccatum, dicuntur esse sub maledicto, cum nequeant illud per ipsa opera evadere. Sunt autem quaedam opera legis caeremonialia, quae in observationibus fiebant. Alia sunt opera quae pertinent ad mores, de quibus sunt mandata moralia. Unde secundum Glossam hoc quod hic dicitur quicumque ex operibus legis, etc., intelligendum est de operibus caeremonialibus, et non de moralibus.

Vel dicendum quod loquitur hic apostolus de omnibus operibus tam caeremonialibus quam moralibus. Opera enim non sunt causa quod aliquis sit iustus apud Deum, sed potius sunt executiones et manifestationes iustitiae. Nam nullus per opera iustificatur apud Deum, sed per habitum fidei, non quidem acquisitum, sed infusum. Et ideo quicumque ex operibus iustificari quaerunt, sub maledicto sunt, quia per ea peccata non removentur, nec aliquis quoad Deum iustificatur, sed per habitum fidei charitate informatum. Hebr. XI, 39 : hi omnes testimonio fidei, et cetera.

 

 

 

Consequenter cum dicit scriptum est enim, etc., probat propositum, et hoc primo quidem secundum Glossam ostenditur per hoc quod nullus potest legem servare hoc modo, quo lex praecipit Deut. XXVIII, 15, quod omnis qui non permanserit in omnibus quae scripta sunt in libro legis, ut faciat ea, id est, qui non impleverit totam legem, sit maledictus. Sed implere totam legem est impossibile, ut dicitur Act. XV, 10 : ut quid tentatis imponere iugum, quod neque nos, neque patres nostri portare potuimus? Ergo nullus est ex operibus legis, quin sit maledictus. Potest etiam accipi hoc quod dicitur scriptum est enim, etc., non ut probatio propositi, sed ut ostendatur eius expositio; quasi dicat : dico quod sunt sub maledicto, sub illo scilicet de quo dicit lex scriptum est enim : maledictus est omnis, etc. : ut intelligatur de peccato, id est, de maledicto. Nam lex imperat bona facienda seu mala vitanda, et imperando obligat, sed non dat virtutem obediendi. Et ideo dicit maledictus, quasi malo adiectus, omnis, nullum excipiendo, quia, ut dicitur Act. X, 34, non est personarum acceptio apud Deum. Qui non permanserit usque in finem. Matth. XXIV, 13 : qui perseveraverit usque in finem. In omnibus, non in quibusdam tantum, quia, ut dicitur Iac. II, 10, quicumque totam legem servaverit, offendat autem in uno, factus est omnium reus. Quae scripta sunt in libro legis, ut faciat ea, non solum ut credat seu velit tantum, sed ut opere impleat. Ps. CX, v. 10 : intellectus bonus omnibus facientibus eum.

 

 

 

 

 

 

Sancti autem patres etsi in operibus legis erant, salvabantur tamen in fide venturi, confidentes in eius gratia, et saltem spiritualiter legem implentes. Moyses enim, ut in Glossa dicitur, multa quidem praecepit, quae nullus implere potuit ad domandam Iudaeorum superbiam dicentium : non deest qui impleat, sed deest qui iubeat.

 

Sed hic est quaestio de hoc quod dicitur maledictus omnis, et cetera. Dicitur enim Rom. XII, 14 : benedicite, et nolite maledicere.

Respondeo. Dicendum est quod maledicere nihil aliud est quam malum dicere; possum ergo dicere bonum esse malum, et malum esse bonum, et rursum bonum esse bonum, et malum esse malum. Et primum quidem prohibet apostolus, dicens : nolite maledicere, id est, nolite dicere bonum esse malum, et e contra; sed secundum licet, et ideo cum vituperamus peccatum, maledicimus quidem, sed non dicendo bonum malum, sed dicimus malum esse malum. Et ideo licet peccatorem maledicere, id est, dicere eum esse malo addictum vel esse malum.

 

 

Consequenter cum dicit quoniam autem in lege, etc., ostendit insufficientiam legis non valentis ab illo maledicto eripere ex hoc quod iustificare non poterat. Ad quod ostendendum utitur quodam syllogismo in secunda figura, et est talis : iustitia est ex fide, sed lex ex fide non est; ergo lex iustificare non potest. Circa hoc ergo primo ponit conclusionem, cum dicit quoniam autem in lege nemo iustificatur; secundo autem maiorem, cum dicit quia iustus ex fide vivit; tertio minorem, cum dicit lex autem non est ex fide.

 

 

 

 

 

Dicit ergo : dico quod per legem maledictio inducta est, nec tamen ab illa maledictione lex eripit, quia manifestum est quod nemo in lege iustificatur apud Deum, id est per opera legis. Circa quod intelligendum, quod illi qui negaverunt vetus testamentum, ex hoc verbo occasionem sumpserunt. Et ideo dicendum est quod nemo iustificatur in lege, id est per legem. Nam per eam cognitio quidem peccati habebatur, ut dicitur Rom. V, sed non habebatur per eam iustificatio. Rom. III, 20 : ex operibus legis nullus iustificabitur.

 

Sed contra Iac. II, 21 dicitur : nonne Abraham ex operibus iustificatus est?

Respondeo. Dicendum est, quod iustificare potest accipi dupliciter : vel quantum ad executionem iustitiae et manifestationem, et hoc modo iustificatur homo, id est, iustus ostenditur, ex operibus operatis. Vel quantum ad habitum iustitiae infusum, et hoc modo non iustificatur quis ex operibus, cum habitus iustitiae qua homo iustificatur apud Deum, non sit acquisitus, sed per gratiam fidei infusus. Et ideo signanter apostolus dicit apud Deum, quia iustitia quae est apud Deum, in interiori corde est : iustitia autem quae est ex operibus, id est, quae manifestat iustum, est apud homines. Et hoc modo apostolus accepit apud Deum. Rom. II, 13 : non enim auditores, sed factores, et cetera. Rom. IV, 2 : si ex operibus Abraham iustificatus est, habet gloriam, sed non apud Deum, et cetera. Sic ergo patet conclusio rationis, scilicet quod lex iustificare non potest.

 

 

 

 

Consequenter cum dicit quia iustus, etc., ponit maiorem, quae est ex auctoritate Scripturae, Hab. II, 4 et introducitur etiam Rom. I, 17 et ad Hebr. X, 38. Circa quod notandum est, quod in homine est duplex vita, scilicet vita naturae et vita iustitiae. Vita quidem naturae est per animam; unde anima a corpore recedente, corpus remanet mortuum. Vita vero iustitiae est per Deum habitantem in nobis per fidem. Et ideo primum quo Deus est in anima hominis, est fides. Hebr. XI, 6 : accedentem ad Deum oportet credere. Eph. III, 17 : habitare Christum per fidem, et cetera. Et sic dicimus, quod in anima prima indicia vitae apparent in operibus animae vegetabilis : quia anima vegetabilis est, quae primo advenit animali generato, ut philosophus dicit. Ita quia primum principium quo Deus est in nobis, est fides, ideo fides dicitur principium vivendi. Et hoc est quod hic dicitur iustus meus ex fide vivit. Et intelligendum est de fide per dilectionem operante.

 

 

Minor autem ponitur ibi lex autem non est, et cetera. Et primo ponitur ipsa minor; secundo probatur, ibi sed qui fecerit, et cetera.

 

Dicit ergo lex non est ex fide. Sed contra, lex mandat credere quod sit unus Deus, et hoc pertinet ad fidem; ergo lex habebat fidem. Quod autem sit unus Deus, mandatur Deut. VI, audi, Israel, dominus Deus tuus, et cetera.

 

Respondeo. Dicendum est, quod hic loquitur de observationibus mandatorum legis, secundum quod lex consistit in mandatis et praeceptis caeremonialibus, et dicit quod talis lex non est ex fide. Fides enim, ut dicitur Hebr. XI, 1, est substantia sperandarum rerum, argumentum non apparentium. Et ideo proprie implet mandatum de fide qui non sperat ex hoc aliqua praesentia et visibilia consequi, sed bona invisibilia et aeterna. Lex ergo quia promittebat terrena et praesentia, ut dicitur Is. I, 19 : si volueritis et audieritis me, bona terrae comedetis, ideo non est ex fide, sed ex cupiditate potius, vel ex timore, secundum illos praecipue, qui carnaliter legem servabant. Aliqui tamen spiritualiter vivebant in lege, sed hoc non erat ex ea, sed ex fide mediatoris.

 

 

Et quod lex non sit ex fide, probat cum dicit sed qui fecerit ea, id est, opera legis, vivet in illis, scilicet vita praesenti, id est, immunis erit a morte temporali, et conservabitur in vita praesenti. Vel aliter : dico quod lex non est ex fide, et hoc patet, quia qui fecerit, etc.; quasi dicat : praecepta legis non sunt de credendis, sed de faciendis, licet aliquid credendum annuntiet. Et ideo virtus eius non est ex fide, sed ex operibus; et hoc probat, quia dominus quando voluit eam confirmare, non dixit : qui crediderit sed : qui fecerit ea, vivet in illis. Sed nova lex ex fide est. Mc. ult. : qui crediderit et baptizatus fuerit, et cetera.

 

 

Lex tamen est quoddam effigiatum et effectum ex fide, et ideo comparatur lex vetus ad legem novam, sicut opera naturae ad opera intellectus. Nam in ipsis operibus naturae apparent quaedam opera intellectus, non quod res naturales intelligant, sed quia aguntur et ordinantur ab intellectu ut finem consequantur. Sic et in veteri lege aliqua continentur, quae fidei sunt, non quod Iudaei ea prout erant fidei haberent, sed habebant ea in figura tantum fidei Christi, et protestatione, ex cuius fidei virtute salvabantur iusti.

10. Au lieu que ceux qui s’appuient sur les oeuvres de la Loi, sont dans la malédiction. Car il est écrit : Malédiction sur tous ceux qui n’observent pas tout ce qui est prescrit dans le livre de la Loi.

11. Cependant il est dit que nul par la Loi n’est justifié devant Dieu, puisque le juste vit de la foi.

12. Or la Loi ne s’appuie pas sur la foi, mais celui qui observera ces préceptes y trouvera la vie.

 

L’Apôtre, dans ce qui vient d’être dit, a établi l’efficacité de la foi; il montre ici la défectuosité de la Loi : premièrement par l’autorité de la Loi même secondement par la coutume des hommes (verset 15) : Frères, je fais une comparaison d’ordre humain, etc. Sur la première de ces preuves il fait voir le dommage qui résultait occasionnellement de la Loi; II° l’insuffisance de cette même Loi pour réparer ce dommage (verset 11) : Cependant il est clair que nul par la Loi, etc. ; III° La réparation efficace de ce dommage en Jésus Christ (verset 13) : Mais Jésus-Christ nous a rachetés, etc.

 

I° Sur la première partie l’Apôtre I. énonce sa proposition ; II. la prouve, (verset 10) : Car il est écrit : Maudit, etc.

I. Il dit donc (verset 10) : Ainsi tous ceux qui, etc. Car, sur ce qu’il avait dit que les enfants de la foi seront bénis, parce qu’ils sont enfants d’Abraham, on pouvait répondre que cette bénédiction leur est donnée à cause des oeuvres de la Loi et à cause de leur foi; prévenant donc cette réponse, il dit : Tous ceux qui s’appuient sur les oeuvres de la Loi sont sous la malédiction.

On objecte : mais les Pères de l’Ancien Testament se sont appuyés sur les oeuvres de la Loi; ils sont donc dans la malédiction, et par conséquent damnés; ce qui est une erreur des Manichéens. Il faut donc entendre ce passage correctement.

Remarquons que l’Apôtre ne dit pas : Tous ceux qui pratiquent les oeuvres de la Loi sont sous la malédiction, parce que cette parole manquerait de vérité, pour ce qui est du temps de la Loi, mais il dit : Tous ceux qui s’appuient sur les oeuvres de la Loi, etc. c’est-à-dire tous ceux qui mettent leur confiance dans ces oeuvres, et croient que par elles ils seront justifiés, sont sous la malédiction. Autre chose, en effet, est de s’appuyer sur les oeuvres de la Loi, autre chose de garder la Loi, car ceci c’est l’accomplir, ce qui ne fait pas tomber sous la malédiction. Mais s’appuyer sur les oeuvres de la Loi, c’est y mettre sa confiance et son espérance. Or ceux qui sont ainsi disposés sont sous la malédiction, à savoir pour leur transgression; et cette transgression n’est pas l’oeuvre de la Loi ; de celle-ci ne provient pas la concupiscence mais seulement la connaissance du péché, vers lequel nous sommes entraînés par la concupiscence qu’interdit la Loi. Donc, puisque la Loi donne la connaissance du péché et ne donne pas de secours contre le péché, ceux qui placent leur confiance dans la Loi sont réputés dans la malédiction, parce qu’ils ne sauraient éviter cette malédiction par les oeuvres mêmes de la Loi. Or il y a, dans la Loi, des oeuvres rituelles qui se pratiquaient dans les observances légales, et des oeuvres qui tenaient aux moeurs, par exemple les préceptes moraux Aussi, suivant la Glose, ce qui est dit ici : Tous ceux qui s’appuient sur la Loi, etc., doit s’entendre de ces œuvres rituelles, et non des oeuvres morales. Ou bien encore peut-on dire que l’Apôtre parle ici des unes et des autres, c’est-à-dire des oeuvres soit rituelles, soit morales. Car les oeuvres ne font pas que l’on soit juste devant Dieu, elles sont plutôt les signes et les manifestations de la justice; nul, en effet, aux yeux de Dieu, n’est justifié par les oeuvres, mais par l’habitude de la foi, non pas acquise, mais infuse. Quiconque donc cherche à être justifié par les oeuvres, est sous la malédiction, parce que les oeuvres ne remettent pas les péchés et ne donnent à personne la justification, qui ne s’obtient que par l’habitude de la foi informée par la charité ; (Hébr., XI, 39) : « Tous ces grands personnages éprouvés par le témoignage de la foi, etc. »

II. Quand l’Apôtre dit à la suite (verset 10) : Car il est écrit, etc., il prouve sa proposition. Cette preuve, selon la Glose, se déduit d’abord de ce que personne ne peut garder la Loi de la manière que la Loi elle-même le prescrit ; (Deut., XXVII, 15) : « Quiconque ne demeure pas ferme dans tout ce qui est écrit dans le livre de la Loi, et ne l’accomplira pas, c’est-à-dire quiconque n’accomplira pas l’intégralité de la Loi, sera maudit. » Mais il est impossible d’accomplir toute la Loi, comme il est dit (Actes, XV, 10) : « Pourquoi imposez-vous aux disciples un joug que ni nous ni nos Pères n’avons pu porter ? » Donc il n’est personne, parmi ceux qui s’appuient sur les oeuvres de la Loi, qui ne soit sous la malédiction. On peut encore entendre ce qui est dit ici (verset 10) : Car il est écrit, etc., non comme la preuve de la proposition, mais comme un moyen d’en faire ressortir toute l’explication. Saint Paul semble dire : Je dis qu’ils sont sous la malédiction, sous cette malédiction, dis-je, dont la Loi dit : « Car il est écrit : Malédiction sur tous ceux, etc. »; en sorte qu’on l’explique du péché, c’est-à-dire de ce qui est livré à la malédiction. Car la Loi prescrit soit le bien à faire, soit le mal à éviter, et, en prescrivant, elle oblige, mais elle ne donne pas le pouvoir d’obéir. C’est ce qui fait dire à Saint Paul Maudit soit, c’est-à-dire que celui-là soit livré au mal, quel qu’il soit sans exception, parce que comme il est dit aux Actes (X, 34) : « Dieu ne fait pas acception des personnes. » - Maudit donc celui qui n’aura pas persévéré jusqu’à la fin ; (Matth., XXIV, 13) : « Celui-là sera sauvé, qui aura persévéré jusqu’à la fin » - (verset 10) : Sur tous les points, et non pas seulement sur quelques-uns, parce que comme il est dit en saint Jacques (II, 10) : « Quiconque ayant gardé toute la Loi, la viole en un seul point, est coupable comme l’ayant violée toute entière. »- (verset 10) : A l’égard de ce qui est prescrit dans la Loi en sorte qu’il la pratique, c’est-à-dire non pas seulement en se contentant de vouloir et de croire, mais jusqu’à accomplir par les oeuvres (Ps., CX, 10) : « Tous ceux qui agissent conformément à cette crainte sont remplis d’intelligence. » Or les saints patriarches, bien que pratiquant les oeuvres de la Loi, étaient sauvés cependant dans la foi de Jésus qui devait venir, par leur confiance dans sa grâce et par l’accomplissement dans son sens spirituel du moins, de la Loi. « En effet, Moïse, comme il est dit dans la Glose, imposa grand nombre de préceptes, que personne n’a pu accomplir, afin de dompter l’orgueil des Juifs, qui disaient : Il s’en trouvera pour accomplir, mais il ne s’en trouvera pas pour prescrire ».

Il se présente une difficulté sur ce qui a été dit : Malédiction sur tous ceux qui, etc. Car il est dit (Rom., XII, 14) : « Bénissez et ne maudissez pas. »

Il faut répondre que maudire n’est pas autre chose que dire du mal : Je puis donc dire que le bien est mal, et que le mal est bien; je puis dire aussi que le bien est bien et que le mal est mal. C’est la première manière de parler que réprouve l’Apôtre, quand il dit : « Gardez-vous de maudire, » c’est-à-dire n’appelez jamais mal ce qui est bien, ni bien ce qui est mal. Mais la seconde n’est pas répréhensible. Quand donc nous maudissons le péché, nous le qualifions de mal, il est vrai, mais ce n’est pas appeler bien ce qui est mal, c’est dire que ce qui est mal est mal. Par conséquent il est permis de maudire le pécheur, en d’autres termes dire qu’il est livré au mal, ou qu’il est méchant.

 

II° Quand Saint Paul ajoute (verset 11) : Cependant il est clair que nul, par la Loi, etc., il fait ressortir l’insuffisance de la Loi, qui n’a pas le pouvoir d’arracher à la malédiction, pour la raison qu’elle n’était pas capable de produire la justification. Pour le prouver, l’Apôtre se sert d’un syllogisme de la seconde figure[2] et dit : La justice procède de la foi; or la Loi ne s’appuie pas sur la foi; donc la Loi ne saurait produire la justification. Il énonce donc d’abord la conclusion en disant (verset 11) : Cependant il est clair que nul par la Loi, n’est justifié ; en second lieu, la majeure (verset 11) : car le juste vit de la foi ; enfin la mineure (verset 12) : Or la Loi ne s’appuie pas sur la foi.

I. Il dit donc : La malédiction a été prononcée par la Loi, et toutefois la Loi ne préserve pas de cette malédiction, car il est clair que nul par la Loi n’est justifié devant Dieu, c’est-à-dire par les oeuvres de la Loi. Il faut ici remarquer que ceux qui ont nié l’Ancien Testament, se sont appuyés de ce passage. Il faut donc dire que personne n’est justifié dans la Loi, c’est-à-dire par la Loi. Car c’est par la Loi qu’était donnée la connaissance du péché, comme il est dit (Rom., V), mais on n’obtenait pas par la Loi la justification (Rom., III, 20) : « Nul ne sera justifié par les oeuvres de la Loi. »

On objecte ce qui est dit (Jacq., II, 21) : « Est-ce qu’Abraham notre Père ne fut pas justifié par les œuvres ? »

Il faut répondre qu’on peut entendre de deux manières cette expression : « Justifier » D’abord quant à la pratique de la justice et à sa manifestation : dans ce sens l’homme est justifié, c’est-à-dire il est manifesté comme juste par les oeuvres qu’il opère. Ensuite quant à l’habitude infuse de la justice : personne n’est justifié, dans ce sens, par les oeuvres, puisque l’habitude de la justice, qui rend l’homme juste aux yeux de Dieu, n’est pas une habitude qui s’acquière, mais qui est donnée par la grâce de la foi. C’est pour cette raison que l’Apôtre dit : devant Dieu, parce que la justice, pour être telle aux yeux de Dieu, doit résider dans l’intérieur du coeur, tandis que la justice qui se fonde sur les oeuvres, c’est-à-dire celle qui manifeste le juste, paraît aux yeux des hommes; or c’est le sens que l’Apôtre donne à ces mots devant Dieu ; (Rom., II, 13) : « Car ce ne sont pas ceux qui écoutent la Loi qui sont justes devant Dieu, mais ceux qui gardent la Loi qui seront justifiés, etc. » et (Rom., IV, 2) : « Si Abraham a été justifié par ses oeuvres, il a de quoi se glorifier, mais non devant Dieu. » Ainsi devient évidente la conclusion du raisonnement, à savoir que la Loi est impuissante à justifier.

II. En disant (verset 11) : car le juste vit de la foi, Saint Paul énonce sa majeure, qui est tirée de l’Ecriture (Habacuc, II, 4) et de plus cité (Rom., I, 17 et Hébreux, X, 38). Remarquez sur ceci qu’il y a dans l’homme une double vie, celle de la nature et celle de la justice. La vie de la nature se maintient par l’âme; aussi quand l’âme se retire du corps, le corps demeure inanimé. Mais la vie de la justice subsiste par Dieu, qui habite en nous par la foi; aussi le premier degré de l’union de Dieu avec l’âme de l’homme, c’est la foi ; (Hébr., XI, 6) : « Pour s’approcher de Dieu, il faut croire premièrement qu’il y a un Dieu. »; (Ephés., III, 17) : « [Qu’il fasse] que Jésus-Christ habite dans vos coeurs par la foi, etc. » Nous disons donc d’après ces notions que les premiers indices de la vie apparaissent dans les opérations de l’âme végétative, car l’âme est végétative, ce qui est le premier état de l’animal après sa génération, comme dit le Philosophe. Mais parce que le premier principe par lequel Dieu veut être en nous est la foi, cette vertu est regardée comme le principe de la vie; et c’est ce qui est dit ici (verset 11) : Car le juste vit de la foi, comprenez de la foi opérant par la charité.

III. L’Apôtre expose enfin la mineure lorsqu’il dit (verset 12) : Or la Loi ne s’appuie pas, etc. Et d’abord il énonce la mineure elle même; ensuite il la prouve (verset 12) : Mais celui qui observera ces préceptes, etc.

Il dit donc (verset 12) : Or la Loi ne s’appuie pas sur la foi. On objecte : La Loi ordonne de croire qu’il n’y a qu’un Dieu; or cette vérité appartient à la foi; donc la Loi s’appuie sur la foi. Qu’il soit ordonné de croire qu’il n’y a qu’un Dieu, on le voit dans le Deutéronome (VI, 4) : « Ecoutez, Israël, le Seigneur notre Dieu, etc. »

Il faut répondre que l’Apôtre parle ici de l’observance des préceptes de la Loi, en tant que la Loi consiste en commandements et en préceptes cérémoniels. Il dit qu’une telle Loi ne s’appuie pas sur la foi. Car (Hébr., XI, 1) : « La foi est la substance des choses que nous devons espérer, et la preuve de celles qu’on ne voit pas. » Celui-là donc, à proprement parler, accomplit le précepte de la foi qui n’en espère pas obtenir quelques biens présents et visibles, mais les biens invisibles et éternels. Donc la Loi, par là même qu’elle promettait des biens terrestres et présents, ainsi qu’il est dit (Isaïe, I, 19) : « Si vous voulez m’écouter, vous serez rassasiés des biens de la terre, » ne s’appuie pas sur la foi, mais plutôt sur la cupidité ou sur la crainte, principalement dans le sens de ceux qui gardaient la Loi selon son interprétation charnelle ; quelques-uns cependant vivaient sous la Loi selon l’Esprit; toutefois ce n’était pas l’effet de la Loi, mais de la foi au Médiateur.

Que la Loi ne s’appuie pas sur la foi, l’Apôtre le prouve quand il dit (verset 12) : mais celui qui observera ces préceptes, c’est-à-dire qui accomplira les oeuvres de la Loi, y trouvera la vie, à savoir la vie présente, c’est-à-dire sera préservé de la mort temporelle et conservé dans la vie présente. Ou bien encore : je dis que la Loi ne s’appuie pas sur la foi, et ceci est évident, car celui qui pratiquera ces préceptes, etc., en d’autres termes : les préceptes de la Loi ne portent pas sur les vérités à croire, mais sur ce qui est à faire, bien qu’elle annonce certains dogmes à croire. Par conséquent sa force ne s’appuie pas sur la foi, mais sur les oeuvres. Saint Paul le prouve, en ce que le Seigneur, quand il voulut la confirmer, n’a pas dit : celui qui aura cru, mais celui qui aura pratiqué ses oeuvres, y trouvera la vie. La loi nouvelle procède, elle, de la foi ; (Marc, XVI, 16) : « Celui qui croira et qui sera baptisé, etc. » Là Loi cependant est une sorte d’image et de ressemblance de la foi; sous ce rapport la loi ancienne se compare à la loi nouvelle, comme les oeuvres de la nature aux oeuvres de l’intelligence. Car dans les oeuvres de la nature on trouve quelque chose qui appartient à l’intelligence, non pas que les choses de la nature comprennent, mais par ce qu’elles sont menées et disposées par une intelligence pour atteindre leur fin. De même, la loi ancienne renferme certaines choses qui sont de la foi, non que Juifs les aient possédé comme étant de la foi, mais ils les avaient seulement comme figure de la foi en Jésus-Christ, et comme un témoignage que les justes étaient sauvés par la vertu de cette foi.

 

 

Lectio 5

 

Leçon 5 : Galates III, 13-14 ─ La puissance de Jésus pour le salut

 

 

SOMMAIRE : L’Apôtre explique quelle est la puissance de Jésus-Christ qui nous délivre de la malédiction portée par la Loi, et comment nous ont été données par Jésus-Christ l’espérance et la bénédiction d’Abraham.

 

 

 

 

 

 

 

[13] Christus nos redemit de maledicto legis factus pro nobis maledictum quia scriptum est maledictus omnis qui pendet in ligno

[14] ut in gentibus benedictio Abrahae fieret in Christo Iesu ut pollicitationem Spiritus accipiamus per fidem

 

 

[87760] Super Gal., cap. 3 l. 5 Posito damno a lege illato, et defectu legis ab illo eripere non valentis, hic consequenter ostendit virtutem Christi ab ipso damno liberantis. Et primo ostendit quomodo per Christum ab ipso damno liberamur; secundo quomodo etiam super hoc auxilium a Christo acquirimus, ibi ut in gentibus, et cetera. Circa primum tria facit. Primo enim ponit liberationis auctoritatem; secundo liberationis modum, ibi factus pro nobis, etc.; tertio testimonium propheticum, ibi quia scriptum est, et cetera.

 

 

Dicit ergo primo : quicumque servabant opera legis erant sub maledicto sicut dictum est, nec per legem liberari poterant. Ideo necesse fuit aliquem habere, qui nos liberaret, et iste fuit Christus. Et ideo dicit Christus redemit nos de maledicto legis, et cetera. Rom. VIII, 3 : quod impossibile erat legi, etc., Deus mittens filium suum, scilicet Christum, et cetera. Redemit, inquam, nos, scilicet Iudaeos, pretioso sanguine suo, Apoc. V, 9 : redemisti nos in sanguine, et cetera. Is. XLIII, 1 : noli timere, quia redemi te, et cetera. De maledicto legis, id est, de culpa et poena. Infra IV, v. 5 : ut eos qui sub lege erant redimeret; Os. XIII, 14 : de morte redimam eos.

 

 

 

 

Modum liberationis ponit cum dicit factus pro nobis maledictum. Ubi notandum quod maledictum est quod dicitur malum. Et secundum duplex malum potest dici duplex maledictum, scilicet maledictum culpae et maledictum poenae. Et utroque modo potest hoc legi dupliciter factus est pro nobis maledictum. Et primo quidem de malo culpae. Nam Christus redemit nos de malo culpae. Unde sicut redemit nos de morte mortuus, ita redemit nos de maledicto culpae factus maledictum, scilicet culpae; non quidem quod in eo peccatum esset aliquod, qui peccatum non fecit, nec dolus, etc., ut dicitur I Petr. II, v. 22, sed secundum opinionem hominum, et praecipue Iudaeorum qui reputabant eum peccatorem. Io. XVIII, 30 : si non esset hic malefactor, non tibi tradidissemus eum. Et ideo de hoc dicitur II Cor. V, 21 : eum qui non noverat peccatum, fecit pro nobis peccatum. Dicit autem maledictum, non maledictus, ut ostendat quod Iudaei eum sceleratissimum reputabant. Unde dicitur Io. IX, 16 : non est hic homo a Deo, etc.; et Io. X, 33 : de bono opere non lapidamus te, sed de peccato et de blasphemia. Et ideo dicit factus est pro nobis maledictum, in abstracto; quasi dicat : factus est ipsa maledictio.

 

 

 

 

 

Secundo exponitur de malo poenae. Nam Christus liberavit nos a poena, sustinendo poenam et mortem nostram : quae quidem in nos provenit ex ipsa maledictione peccati. In quantum ergo hanc maledictionem peccati suscepit, pro nobis moriendo, dicitur esse factus pro nobis maledictum. Et est simile ei quod dicitur Rom. VIII, 3 : misit Deus filium suum in similitudinem carnis peccati, id est, mortalis. Eum qui non noverat peccatum, scilicet Christum, qui peccatum non fecit, Deus scilicet pater, pro nobis fecit peccatum, II Cor. V, 21, id est fecit pati peccati poenam, quando scilicet oblatus est propter peccata nostra.

 

 

 

Consequenter ponit Scripturae testimonium cum dicit quia scriptum est : maledictus omnis, et cetera. Et hoc Deut. XXI, 23. Ubi sciendum, secundum Glossam, quod in Deuteronomio, unde accipitur hoc verbum, tam in nostris, quam in Hebraeis codicibus habetur : maledictus a Deo omnis, etc., quod quidem, scilicet a Deo, in antiquis Hebraeorum voluminibus non habetur, unde creditur quod a Iudaeis post passionem domini appositum sit ad infamiam Christi. Potest autem exponi auctoritas de malo poenae et de malo culpae. De malo quidem culpae sic maledictus omnis qui pendet in ligno, non propter hoc quod pendet in ligno, sed pro culpa pro qua pendet. Et hoc modo Christus aestimatus maledictus in cruce pendens, propter hoc quod maxime tali poena punitus fuit. Et secundum hoc continuatur ad praecedentia. Dominus enim praecepit in Deuteronomio, ut qui suspensus fuerit, in vespera deponatur; et ratio huius est, quia haec poena erat caeteris abiectior et ignominiosior. Dicit ergo : vere factus est pro nobis maledictum, quia ipsa mors crucis, quam sustinuit, sufficit ad maledictionem, hoc modo exponendo de malo culpae, sed solum aestimatione Iudaeorum, quia scriptum est maledictus omnis, et cetera.

 

 

De malo vero poenae sic exponitur maledictus omnis qui, etc., quia ipsa poena est maledictio, scilicet quod sic mortuus est. Et est hoc modo exponendo vere maledictus a Deo, quia Deus ordinavit quod hanc poenam sustineret, ut nos liberaret.

 

 

Consequenter cum dicit ut in gentibus benedictio, etc., ponit spem quam per Christum, super hoc quod per eum liberamur de maledicto, acquirimus, ut dicitur Rom. V, 16 : non sicut delictum, ita et donum; immo multo maius, scilicet quia liberat a peccato, et confert gratiam.

 

Primo ergo ponit fructum, et quibus datur, dicens ut in gentibus benedictio Abrahae, etc., quasi dicat : factus est pro nobis maledictum, non solum ut maledictionem removeret, sed ut in gentibus, quae non sub maledictione legis erant, fieret benedictio Abrahae promissa Gen. XXII, 18 : in semine tuo benedicentur omnes gentes, et cetera.

 

 

Et haec quidem benedictio facta est nobis, id est, impleta est, per Christum, qui est de semine Abrahae, cui dictae sunt promissiones et semini suo, qui est Christus, ut dicitur infra. Quae quidem benedictio et fructus est ut pollicitationem spiritus accipiamus, id est, promissiones quas spiritus sanctus facit in nobis, scilicet de beatitudine aeterna, qui quasi arra et pignus nobis traditus ipsam nobis promittit, ut habetur Eph. I, 14 et II Cor. c. VI. Et quidem in pignore datur ad certitudinem. Nam pignus est quaedam certa promissio de re accipienda. Rom. VIII, 15 : non enim accepistis spiritum servitutis, etc., et infra : si filii, et haeredes. Vel pollicitationem spiritus accipiamus, id est, spiritum sanctum, quasi dicat : accipiamus pollicitationem de spiritu sancto factam semini Abrahae, Ioel II, 28 : effundam de spiritu meo, etc.; quia per spiritum sanctum coniungimur Christo, et efficimur semen Abrahae, et digni benedictione.

 

 

 

 

Secundo ostendit per quid proveniat nobis iste fructus, dicens per fidem, per quam quidem et haereditatem aeternam acquirimus. Ad Hebr., XI, 6 : accedentem ad Deum oportet credere quia est, et inquirentibus se remunerator sit. Per fidem etiam acquirimus spiritum sanctum, quia, ut dicitur Act. V, 32, dominus dat spiritum sanctum obedientibus sibi, scilicet per fidem.

13. Mais le Christ nous a rachetés de la malédiction de la Loi, s’étant rendu lui-même malédiction pour nous, selon ce qu’il est écrit : maudit est celui qui est pendu au bois;

14. Afin que la malédiction donnée à Abraham fut communiquée à toutes les nations dans le Christ, et qu’ainsi nous reçussions par la foi le Saint Esprit qui avait été promis.

 

Après avoir établi le dommage qui résultait de la Loi, et l’imperfection de cette Loi, impuissante à réparer ce dommage, l’Apôtre fait voir ensuite quelle est la vertu de Jésus-Christ qui nous délivre de ce dommage. A cet effet il montre d’abord comment Jésus-Christ nous délivre du dommage causé par la Loi; ensuite comment nous recevons encore de lui un secours pour assurer notre délivrance (verset 14) : afin que [la bénédiction donnée à Abraham fût communiquée] à toutes les nations, etc. Sur le premier de ces points, Saint Paul établit, la puissance de la délivrance; II° son mode (verset 15) : Il s’est rendu lui-même, etc. ; III° il apporte le témoignage d’un prophète (verset 15) : parce qu’il est écrit, etc.

 

I° Il dit donc pour commencer : Tous ceux qui pratiquaient les oeuvres de la Loi, étaient sous la malédiction, comme il a été expliqué, et ne pouvaient pas être délivrés par la Loi. Un libérateur nous était donc nécessaire, et ce libérateur fut Jésus-Christ. Voilà pourquoi il dit (verset 13) : Jésus-Christ nous a rachetés de la malédiction de la Loi, etc. ; (Rom., VIII, 3) : « Ce qu’il était impossible que la Loi fît, etc. », Dieu ayant envoyé son propre Fils, c’est-à-dire Jésus-Christ, etc…; il nous a rachetés, dis-je, nous, c’est-à-dire, les Juifs, par son sang précieux ; (Apoc., V, 9) : « Par votre sang, vous nous avez rachetés pour Dieu, etc. »; (Isaïe, XLIII, 1) : « Ne craignez pas, parce que je vous ai rachetés, etc. » - de la malédiction de la Loi, c’est-à-dire de la faute et de la peine (ci-après, IV, 5) : pour racheter ceux qui étaient sous la Loi » ; (Osée, XIII, 14) : « Je les délivrerai de la puissance de la mort. »

 

II° L’Apôtre expose ensuite le mode de la délivrance, quand il dit (verset 15) : Il s’est rendu lui-même malédiction pour nous. Remarquez encore qu’il y a malédiction, là où l’on dit qu’il y a mal : or comme il y a double mal, il peut aussi y avoir double malédiction, à savoir, celle de la faute et celle de la peine. L’on peut donc entendre de deux manières, c’est-à-dire de l’une et de l’autre malédiction, ce qui est dit ici (verset 15) : S’étant rendu lui-même malédiction pour nous. Et d’abord du mal de la faute, Jésus-Christ nous a rachetés de ce mal. Ainsi, de même qu’en mourant il nous a rachetés de la mort, il nous a aussi rachetés de la malédiction de la faute, en se rendant malédiction de la faute, non pas qu’il y eût en lui quelque péché, « lui qui n’en commit jamais, et de la bouche duquel nulle parole trompeuse, etc. » comme il est dit (I Pierre, II, 22), mais d’après l’opinion des hommes, et principalement des Juifs qui le regardaient comme un pécheur ; (Jean, XVIII, 50) : « Si ce n’était pas un malfaiteur, nous ne vous l’aurions pas livré entre tes mains. » C’est pour cela qu’il est dit (II Corinth., V, 21) : « Pour l’amour de nous, il a traité celui qui ne connaissait pas le péché, comme s’il eût été le péché même. » L’Apôtre dit : malédiction, et non pas maudit; pour faire voir que les Juifs le regardaient comme un grand scélérat. C’est de là qu’il est dit, en saint Jean (IX, 16) : « Cet homme n’est pas de Dieu, etc. » et (Jean, X, 33) : « Ce n’est pas pour aucune bonne oeuvre que nous vous lapidons, mais c’est à cause de votre blasphème, et de votre péché. » C’est ce qui fait dire à Saint Paul (verset 15) : s’étant rendu lui-même malédiction pour nous, d’une manière abstraite; en d’autres termes : il est devenu la malédiction même. En second lieu on explique ce passage du mal de peine. En effet, Jésus-Christ nous a délivrés du châtiment en supportant celui que nous méritions, et la mort que nous avions encourue par la malédiction même portée contre le péché. Jésus-Christ donc, ayant pris sur lui cette malédiction portée contre le péché, en mourant pour nous, on dit qu’il s’est rendu malédiction pour nous. On lit quelque chose de semblable dans l’Epître aux Romains (VIII, 3) : « Dieu a envoyé son propre Fils, revêtu d’une chair semblable à celle qui est sujette au péché, » c’est-à-dire mortelle ; [(II Corinth., V, 21)] : « Celui qui ne connaissait pas le péché, » à savoir Jésus Christ qui n’a pas commis le péché; Dieu, c’est-à-dire le Père « l’a traité comme s’il eût été le péché, » c’est-à-dire lui a fait porter le châtiment du péché, à savoir quand il s’est offert pour nos péchés.

 

III° L’Apôtre cite ensuite l’autorité de l’Ecriture, lorsqu’il dit (verset 13) : Maudit est celui qui est pendu au bois, etc., paroles tirées du Deutéronome (XXI, 23). Observez, comme l’a remarqué la Glose, que dans le Deutéronome, d’où ce passage est tiré, soit dans nos livres, soit dans ceux des Hébreux, on lit : « Maudit soit de Dieu celui, etc.. », et que ces mots : « de Dieu, » ne se trouvent pas dans les anciens exemplaires des Hébreux, ce qui fait penser qu’ils auront été interposés par les Juifs après la mort de Jésus-Christ, comme un opprobre pour lui. Or ce passage peut être interprété du mal de faute et du mal de peine. Du premier, de cette manière : « Maudit est celui qui est pendu au bois, » non parce qu’il est suspendu au bois, mais à cause de la faute qui l’y a fait suspendre. Selon cette explication, Jésus-Christ est regardé comme maudit, lui qui a été suspendu à la croix, surtout parce qu’il a subi un pareil châtiment. Interprété dans ce sens, ce passage se rattache à ce qui précède. Car le Seigneur a prescrit dans le Deutéronome que celui qui aura été suspendu soit descend vers le soir; et la raison en est que ce genre de supplice est plus que tous les autres pleins d’ignominie et d’abjection. L’Apôtre dit donc : Il s’est rendu pour nous malédiction, parce que la mort de la croix qu’il a subie, suffit pour le faire maudire. Toutefois en expliquant de cette manière ce passage du mal de faute, l’Apôtre l’explique selon la manière de penser des Juifs, car il est écrit : Maudit soit celui, etc. » En second lieu, on l’explique ainsi du mal de peine : Maudit soit celui qui, etc., parce que le châtiment même est une malédiction, c’est-à-dire : mourir ainsi est une malédiction. Et en adoptant cette manière d’expliquer, Jésus-Christ est véritablement maudit de Dieu, puisque Dieu a arrêté qu’il subirait ce genre de supplice afin de nous délivrer.

 

IV° Quand l’Apôtre ajoute (verset 14) : Afin que la bénédiction fût communiquée à toutes les nations, etc. il expose l’espérance que nous acquérons par Jésus-Christ, en ce que par lui nous sommes délivrés de la malédiction, ainsi qu’il est dit (Rom., V, 16) : « Il n’en est pas de la grâce comme du péché » ; tout au contraire, à savoir parce qu’il nous délivre du péché, et nous donne la grâce.

I. L’Apôtre exprime donc d’abord le fruit de la bénédiction, et à qui il est accordé, en disant (verset 14) : afin que la bénédiction donnée à Abraham fût communiquée à toutes les nations, etc. ; en d’autres termes : Il a été fait pour nous malédiction, non seulement afin de détourner la malédiction, mais encore pour que la bénédiction promise à Abraham fût communiquée aux nations qui n’étaient pas sous la malédiction de la Loi ; (Genèse XXII, 18) : « Et toutes les nations de la terre seront bénies dans celui qui sortira de vous, etc. » Or cette bénédiction nous a été donnée, c’est-à-dire a été accomplie, par Jésus-Christ qui est de la race d’Abraham, à qui ont été faites les promesses (verset 16) et à sa race, qui est Jésus-Christ, ainsi qu’il sera dit plus loin. Cette bénédiction et cet effet consistent (verset 14) : en ce que nous recevions par la foi le Saint Esprit qui a été promis, c’est-à-dire les promesses que le Saint Esprit fait entendre en nous, à savoir les promesses de la vie éternelle, lui qui, comme si nous en étaient donnés l’arrhe et le gage, nous la promet ; (Ephés., I, 14) et (II Corinth., VI, 16). Et même ce gage nous est donné pour que nous ayons l’assurance de la promesse. Car le gage, c’est la promesse assurée d’une chose que l’on doit obtenir ; (Rom., VIII, I5) : « Car vous n’avez pas reçu l’esprit de servitude, etc. » et (Rom., VIII, 47) : « Si nous sommes enfants, nous sommes aussi héritiers. » Ou encore (verset 14) : pour que nous recevions la promesse de l’Esprit, c’est-à-dire le Saint Esprit; en d’autres termes, afin que nous recevions la promesse de l’Esprit Saint lui-même annoncé à la race d’Abraham ; (Joël, II, 28) : « Je répandrai mon esprit sur toute chair, etc. », car par le Saint Esprit nous sommes unis à Jésus-Christ, nous devenons la race d’Abraham et dignes de la bénédiction.

II. L’Apôtre montre par quel moyen ce fruit arrive jusqu’à nous, en disant (verset 14) : par la foi, par laquelle nous acquérons réellement l’héritage éternel ; (Hébr., XI, 6) : « Pour s’approcher de Dieu, il faut d’abord croire qu’il y a un Dieu, et qu’il récompense ceux qui le cherchent. » Par la foi nous obtenons aussi le Saint Esprit, parce que, comme il est dit (Actes, V,32) : « Dieu donne le Saint Esprit à tous ceux qui lui obéissent, » à savoir par la foi.

 

 

Lectio 6

 

Leçon 6 : Galates III, 15-18 ─ L’inutilité de la loi pour la justice

 

 

SOMMAIRE : La Loi ne donne pas la justice, et elle n’est pas nécessaire à la justification, parce que l’héritage ne s’acquiert pas par la Loi, mais par la promesse.

 

 

 

 

 

 

[15] fratres secundum hominem dico tamen hominis confirmatum testamentum nemo spernit aut superordinat

 

[16] Abrahae dictae sunt promissiones et semini eius non dicit et seminibus quasi in multis sed quasi in uno et semini tuo qui est Christus

 

 

 

[17] hoc autem dico testamentum confirmatum a Deo quae post quadringentos et triginta annos facta est lex non irritam facit ad evacuandam promissionem

 

[18] nam si ex lege hereditas iam non ex repromissione Abrahae autem per promissionem donavit Deus

 

[87761] Super Gal., cap. 3 l. 6 Postquam apostolus probavit per auctoritates, quod lex non iustificat, nec ad iustificationem, quae est per fidem, est necessaria, hic consequenter ostendit idem per rationes humanas. Et circa hoc quatuor facit. Primo humanam consuetudinem ponit; secundo assumit promissionem divinam, ibi Abrahae dictae sunt promissiones, etc.; tertio infert conclusionem, ibi hoc autem dico, etc.; quarto ostendit conclusionem sequi ex praemissis, ibi nam si ex lege, et cetera.

 

Dicit ergo : aperte quidem prius locutus sum secundum auctoritatem Scripturae non allatae voluntate humana, sed spiritu sancto, ut dicitur II Petr. I, 21; sed nunc secundum hominem dico, et secundum ea quae humana ratio et consuetudo habet. Ex quo quidem habemus argumentum, quod ad conferendum de his quae sunt fidei, possumus uti quacumque veritate cuiuscumque scientiae. Deut. XXI, 11 : si videris in numero captivorum mulierem pulchram, et adamaveris eam, voluerisque habere in uxorem, introduces eam in domum tuam, id est, si sapientia et scientia saecularis placuerit tibi, introduces eam intra terminos tuos, quae radet caesariem, etc., id est, resecabit omnes sensus erroneos. Et inde est quod apostolus in multis locis in epistolis suis utitur auctoritatibus gentilium, sicut illud I Cor. XV, 33 : corrumpunt bonos mores, etc., et illud Tit. I, 11 : Cretenses malae bestiae, et cetera.

 

 

 

Vel quamvis huiusmodi rationes vanae sint et infirmae, quia, ut dicitur in Ps. XCIII, 11 : dominus scit cogitationes hominum, quoniam vanae sunt; tamen hominis confirmatum testamentum nemo spernit aut superordinat, quia nihil humanum tantam firmitatem habet sicut ultima voluntas hominis; sperneret autem illud aliquis, si diceret quod testamentum hominis confirmatum morte testatoris et testibus non valeret. Si ergo testamentum huiusmodi nemo spernit, dicens non esse servandum, aut spernit, aliquid mutando; multo magis testamentum Dei nullus spernere debet aut superordinare, infringendo illud, vel addendo vel diminuendo. Apoc. ult. : si quis apposuerit ad haec, apponet Deus super illum plagas scriptas in isto libro, et si quis diminuerit de verbis prophetiae huius, auferet Deus partem eius, et cetera. Deut. IV, 2 : non addetis ad verbum, quod vobis loquor, neque auferetis ex eo, et cetera.

 

 

 

Consequenter cum dicit Abrahae dictae sunt promissiones, etc., assumit promissionem divinam Abrahae factam, quae est quasi quoddam testamentum Dei. Et primo exponit hanc promissionem seu testamentum; secundo vero aperit veritatem testamenti, ibi non dicit : et seminibus, et cetera.

Dicit ergo primo Abrahae dictae sunt promissiones, quasi dicat : sicut testamentum hominis est firmum, ita promissiones divinae firmae sunt. Sed numquid Deus aliquas promissiones fecit ante legem? Utique, quia Abrahae, qui fuit ante legem, scilicet quod non falleret Deus, dictae, id est, factae sunt promissiones, et semini eius a Deo. Sed Abrahae factae sunt, ut cui erant implendae, semini vero, ut per quod implerentur. Dicit autem promissiones pluraliter, quia promissio de benedicendo semine multa continebat. Vel quia frequenter idem, id est, aeterna beatitudo sibi promissa est, sicut Gen. c. XII, 3, in te benedicentur universae cognationes terrae; item XV, 5, suscipe caelum, et numera stellas, etc.; item eodem : semini tuo dabo terram hanc, etc.; item XXII, 17 : benedicam tibi et multiplicabo semen tuum sicut stellas caeli. Istae ergo promissiones sunt quasi testamentum Dei, quia est quaedam ordinatio de haereditate danda Abrahae et semini suo.

 

 

 

Veritatem autem testamenti aperit, cum dicit non dicit : et seminibus, et cetera. Quam quidem aperit eodem spiritu quo testamentum conditum est. Et hoc patet ex verbis testamenti. Non, inquit, dicit et seminibus, quasi in multis, id est, sicut faceret, si de multis illud valeret, sed quasi in uno, quod est Christus, quia ipse solus est per quem et in quo omnes poterunt benedici. Nam ipse solus et singularis est, qui non subiacet maledictioni culpae, etsi maledictio pro nobis dignatus sit fieri. Unde dicitur in Ps. CXL, 10 : singulariter sum ego, et cetera. Item : non est qui faciat bonum, et cetera. Eccle. VII, 29 : virum de mille unum reperi, scilicet Christum, qui esset sine omni peccato, mulierem autem ex omnibus non inveni, quae omnino a peccato immunis esset, ad minus originali, vel veniali.

 

 

 

Conclusionem autem infert consequenter cum dicit hoc autem dico : testamentum, etc., ubi videamus per ordinem quid sit quod dicit. Dicit ergo, quod hoc promisit Deus Abrahae, sed hoc est testamentum, scilicet ista promissio de haereditate adipiscenda. Ier. XXXI, 31 : feriam domui Israel et domui Iuda foedus novum, et cetera.

 

Confirmatum, quod ideo ponit, ut concordet cum praemissis. Nam supra dixerat testamentum hominis confirmatum, et cetera. A Deo, scilicet qui promisit. Et confirmatum dico iureiurando. Gen. XXII, 16 : per memetipsum iuravi, etc., Hebr. VI, 18 : ut per duas res immobiles quibus impossibile est mentiri Deum, et cetera. Hoc, inquam, testamentum lex non facit irritum, quae quidem lex facta est, et data a Deo per Moysen. Io. I, 17 : lex per Moysen data est, etc., post quadringentos et triginta, et cetera. Et quasi exponens quod dixerat, subiungit non irritum facit ad evacuandam promissionem. Sic enim irritum fieret praedictum testamentum, si promissio facta Abrahae evacuaretur, id est, in vacuum facta esset, quasi non sufficeret semen Abrahae repromissum ad gentium benedictionem. Per Christum autem non sunt evacuatae promissiones patribus factae, sed confirmatae. Rom. XV, 8 : dico Iesum Christum ministrum fuisse circumcisionis, ad confirmandas promissiones patrum. Et II Cor. c. I, 20 : quotquot enim promissiones Dei sunt, in illo est, et cetera. Hoc autem quod dicitur post quadringentos et triginta annos, concordat ei quod habetur Ex. XII, 40 : habitatio filiorum Israel, qua manserunt in Aegypto, fuit quadringentorum triginta annorum. Et Act. VII, 6 : locutus est dominus, scilicet Abrahae, quia erit semen eius accola in terra aliena, et servituti eos subiicient annis quadringentis triginta.

 

 

 

 

 

Sed contra est quod dicitur Gen. c. XV, 13 : scito praenoscens, quod peregrinum futurum sit semen tuum, et servituti eos subiicient, et affligent eos annis quadringentis. Respondeo. Dicendum quod si fiat computatio annorum a prima promissione facta Abrahae, quae legitur Gen. XII, usque ad exitum filiorum Israel de Aegypto, quando data est lex, sic sunt anni quadringenti triginta, sicut hic scribitur, et Ex. XII, et Act. c. VII. Si autem incipiat computatio a nativitate Isaac de qua legitur Gen. XXI, sic sunt tantum quadringenti et quinque anni. Nam viginti quinque anni fuerunt a promissione facta Abrahae usque ad nativitatem Isaac. Abraham enim erat septuaginta quinque annorum quando exivit de terra sua, et facta est ei prima promissio, ut habetur Gen. XII. Centenarius autem fuit, quando natus est Isaac, ut habetur ibidem cap. XXI. Quod autem a nativitate Isaac usque ad exitum filiorum Israel de Aegypto fuerint quadringenti quinque anni, probatur per hoc, quod Isaac fuit sexaginta annorum quando genuit Iacob, ut habetur Gen. XXV; Iacob autem erat centum triginta annorum quando intravit Aegyptum, ut habetur Gen. XXVII. Et sic a nativitate Isaac usque ad introitum Iacob in Aegyptum fuerunt centum nonaginta anni. Ioseph autem fuit triginta annorum, quando stetit coram Pharaone, ut habetur Gen. XLI. Et postea transierunt septem anni fertilitatis et duo sterilitatis, usque ad ingressum Iacob in Aegyptum, ut habetur XLV. Vixit autem Ioseph centum et decem annis, ut habetur Gen. ult. A quibus si subtrahantur triginta novem anni, remanent septuaginta et unus annus. Fuerunt ergo a nativitate Isaac usque ad mortem Ioseph ducenti et sexaginta unus annus. Fuerunt autem in Aegypto filii Israel post mortem Ioseph centum quadraginta quatuor annis, ut Rabanus dicit in Glossa. Fuerunt ergo a nativitate Isaac usque ad exitum filiorum Israel de Aegypto et legem datam quadringenti et quinque anni; Scriptura autem non curavit de minutis. Vel potest dici, quod quinto anno Isaac expulsus fuit Ismael, et remansit solus Isaac haeres Abrahae, a quo tempore fuerunt quadringenti anni.

 

 

 

 

 

Deinde, cum dicit nam si ex lege, etc., ostendit quomodo sequatur ex praemissis, quod lex evacuaret promissiones, si lex necessaria esset ad iustificationem sive benedictionem gentium. Dicit ergo : vere promissio evacuaretur si lex necessaria esset. Nam si haereditas, scilicet benedictionis Abrahae, esset ex lege, iam non esset ex repromissione, id est, ex semine repromisso Abrahae. Si enim semen promissum esset sufficiens ad haereditatem benedictionis consequendam, non fieret iustificatio per legem. Destruit autem consequens, cum dicit Abrahae autem donavit Deus, etc., id est, promisit se daturum, quod ita certum erat ac si statim daret, per repromissionem, id est per semen repromissum. Non ergo est ex lege haereditas, id est benedictio, de qua dicitur I Petr. III, 9 : in hoc vocati estis, ut benedictionem haereditate possideatis.

15. Mes frères, je me servirai de l’exemple d’une chose humaine : Lorsqu’un homme a fait un testament en bonne forme, nul ne peut ni le casser, ni y ajouter.

16. Or, les promesses de Dieu ont été faites à Abraham et à sa race. L’Ecriture ne dit pas : « A ceux de sa race, » comme si elle en eût voulu marquer plusieurs; mais « à sa race, » c’est-à-dire à l’un de sa race, qui est le Christ.

17. Ce que je veux donc dire est, que Dieu ayant fait une alliance, et l’ayant confirmée, la Loi qui n’a été donnée que quatre cent trente ans après, n’a pu la rendre nulle, ni anéantir la promesse.

18. Car si c’est par la Loi que l’héritage nous est donné, ce n’est donc plus par la promesse. Cependant c’est par la promesse que Dieu l’a donné à Abraham.

 

Après avoir prouvé par voie d’autorité que la Loi ne justifie pas, et qu’elle n’est pas nécessaire à la justification qui se fait par la foi, Saint Paul, ensuite, démontre la même chose par le raisonnement humain. A cet effet, il rappelle une coutume en usage parmi les hommes; II° il invoque la promesse divine; (verset 16) : Les promesses ont été faites à Abraham, etc. ; III° il déduit sa conclusion (verset 17) : Ce que je veux dire, etc. ; IV° il fait voir que cette conclusion ressort des prémisses (verset 18) : Car si c’est par la Loi, etc.

 

I° L’Apôtre dit donc : Je vous ai parlé d’abord, sans ambiguïté, d’après l’autorité de la sainte Ecriture, qui ne nous a pas été apportée par la volonté des hommes, mais par l’inspiration du Saint Esprit, comme il est dit (II Pierre, I, 21), maintenant je vais le faire à la manière des hommes et selon la manière dont se comportent la raison humaine et sa coutume. Dans ce que fait là Saint Paul, nous avons une preuve que dans la discussion des choses qui appartiennent à la foi, on peut faire usage de toutes les vérités, à quelqu’ordre des sciences qu’ elles appartiennent ; (Deutér., XXI, 11 et 12) : « Si parmi les prisonniers de guerre, vous voyez une femme qui soit belle, et que vous conceviez de l’affection pour elle, et que vous vouliez l’épouser, vous la ferez entrer dans votre maison, » c’est-à-dire : si la sagesse et la science du siècle vous agréent, vous l’introduirez dans le champ où vous agissez ; « elle se rasera les cheveux, etc. » c’est-à-dire elle retranchera tout ce qu’elle a d’erroné. Voilà pourquoi l’Apôtre se sert, dans un grand nombre d’endroits de ses Epîtres, de passages empruntés aux Gentils, comme celui-ci (I Corinth., XV, 33) : « [Les mauvais entretiens] corrompent les bonnes mœurs, etc. », et cet autre (Tite, I, 12) : « Les Crétois sont de méchantes bêtes, etc. » Ou encore : bien que de tels raisonnements soient vains et dépourvus de force, parce que comme il est dit (Ps., XCIII, 11) : « Le Seigneur connaît les pensées des hommes, il sait qu’elles sont vaines, » toutefois, personne ne méprise le testament valide d’un homme, ou n’y ajoute, parce que rien d’humain n’a autant de solidité parmi les hommes, que leurs dernières volontés. Or ce serait une marque de mépris à l’égard de ces volontés que de dire que le testament d’un homme, confirmé par des témoins et par la mort du testateur, n’est pas valide. Si donc personne ne méprise un tel acte de dernière volonté, et n’ose dire qu’on ne doit pas l’exécuter, ni faire voir qu’il en fait peu de cas en y introduisant quel que modification, a plus forte raison est-il défendu à qui que ce soit de mépriser le Testament de Dieu, ou d’y rien changer, en l’altérant par des additions ou des retranchements ; (Apoc., XXII, 18) : « Si quelqu’un ajoute quelque chose à ce livre, Dieu le frappera des plaies qui y sont écrites; et si quelqu’un retranche quelque chose du livre qui contient cette prophétie, Dieu l’effacera du livre de vie, etc. » ; (Deutéron., IV, 2) : « Vous n’ajouterez ni n’ôterez rien aux paroles que je vous dis, etc. »

 

II° Quand Saint Paul ajoute (verset 16) : Or les promesses ont été faites à Abraham, etc., il rappelle les promesses divines faites à Abraham, lesquelles sont comme le Testament de Dieu. Et d’abord il expose cette promesse ou ce testament; ensuite il en fait voir le véritable sens (verset 16) : Dieu ne dit pas : « ceux de sa race ».

I. L’Apôtre dit donc : Or les promesses ont été faites à Abraham; en d’autres termes : de même que le testament d’un homme est quelque chose d’assuré, ainsi sont certaines les promesses divines. Mais Dieu a-t-il fait quelque promesse avant la Loi ? Assurément, puisque c’est à Abraham, qui vivait avant la Loi, ce que Dieu n’ignorait pas, que les promesses ont été prononcées, c’est-à-dire ont été faites, et à sa race, par Dieu lui-même. Faites, disons-nous, à Abraham, comme celui en faveur de qui elles devaient être accomplies, et à sa race, par qui elles devaient l’être. Saint Paul se sert de l’expression « promesses », au pluriel, parce que la promesse de bénir sa race impliquait plusieurs bienfaits. Ou encore, parce que la même bénédiction, c’est-à-dire la béatitude éternelle, lui a été fréquemment promise, par exemple (Genès., XII, 3) : « Toutes les nations de la terre seront bénies en vous » ; (Genèse XV, 5) : « Levez les yeux au ciel et comptez les étoiles, etc. » ; et « Je donnerai ce pays à votre race » ; et (Genèse XXII, 17) : « Je vous bénirai, et je multiplierai votre race, comme les étoiles du ciel. » Ces promesses donc sont comme le testament de Dieu, parce qu’elles sont en quelque sorte la disposition de l’héritage à donner à Abraham et à sa race.

II. Saint Paul explique le sens véritable du Testament, en disant (verset 16) : Dieu ne dit pas : ceux de sa race, etc., et il suit, dans cette explication, le même esprit par lequel a été fait le Testament lui-même. Ceci est évident, par les termes mêmes du Testament (verset 16) : Il ne dit pas, continue-t-il, à ceux de sa race, comme s’il eût voulu en marquer plusieurs, c’est-à-dire comme il ferait si cette disposition devait profiter à plusieurs, (verset 16) mais comme pour en désigner un seul, qui est Jésus-Christ, parce que c’est Jésus-Christ seul par qui et en qui tous pourront être bénis. Il est, en effet, le seul et l’unique, qui ne soit pas soumis à la malédiction de la faute, bien que pour nous il ait daigné se rendre lui-même malédiction. C’est de là qu’il est dit par le Psalmiste (CXL, 10) : « Pour moi je suis seul, etc. » ; (Ps., XIII, 5) : « Il n’y en a pas qui fasse le bien, etc. »; (Ecclésiastique VII, 29) : « Entre mille hommes, j’en ai trouvé un seul, à savoir Jésus-Christ qui fût sans péché, mais de toutes les femmes, je n’en ai pas trouvé une seule, qui fût entièrement exempte de péché, au moins originel, ou véniel.

 

III° Lorsque l’Apôtre dit (verset 17) : Ce que je veux dire, c’est que Dieu ayant fait une alliance, etc., il déduit sa conclusion. Voyons donc par ordre ce qu’il veut dire. Il dit : Voilà donc ce que Dieu a promis à Abraham; or cette promesse est une alliance, c’est-à-dire une promesse d’obtenir l’héritage ; (Jérémie, XXXI, 31) : « Je ferai ma nouvelle alliance avec la maison d’Israël et la maison de Judas. »

Confirmée, ce que l’Apôtre ajoute afin de s’accorder avec ce qu’il a dit auparavant ; car il avait dit : Le testament d’un homme confirmé, etc. – Confirmé par Dieu, c’est-à-dire par celui qui a promis, et confirmé, je le répète, par serment ; (Genèse XXII, 16) : « Je jure par moi-même, etc. »; (Hébr., VI, 18) : « Afin qu’étant appuyée sur deux choses inébranlables, par lesquelles il est impossible que Dieu nous trompe, etc. » Cette alliance, dis-je (verset 17) ne peut être rendue nulle par la Loi, qui a été faite par Dieu et donnée par le ministère de Moïse ; (Jean, I, 17) : « La Loi a été donnée par Moïse, etc. » ; (verset 17) : que quatre cent trente ans après, etc. Et expliquant en quelque sorte ce qu’il vient de dire, Saint Paul ajoute (verset 17) : ne peut être rendue nulle, pour anéantir la promesse. Elle deviendrait, en effet, nulle, cette alliance dont nous parlons, si la promesse faite à Abraham était anéantie, c’est-à-dire si elle avait été faite en vain, dans ce sens que la race promise à Abraham ne suffirait pas pour communiquer la bénédiction promise aux nations. Or les promesses faites aux Patriarches n’ont pas été anéanties par Jésus-Christ; elles ont été confirmées en lui ; (Rom., XV, 8) : « Je déclare que Jésus-Christ a été le ministre, à l’égard des circoncis, [afin que Dieu fût reconnu véritable] par l’accomplissement des promesses qu’il avait faites à leurs pères » et (II Corinth., I, 20) : « C’est en lui que toutes les promesses de Dieu ont leur vérité, etc. » Ce qui est dit ici (verset 17) : quatre cent trente ans après, s’accorde avec ce qu’on lit dans l’Exode (XII, 40) : « Le temps que les enfants d’Israël avaient demeuré dans l’Egypte fut de quatre cent trente ans » ; et aux Actes (VII, 6) : « Dieu lui prédit aussi, » c’est-à-dire à Abraham, « que sa postérité demeurerait dans une terre étrangère, et qu’elle y serait tenue en servitude et fort maltraitée, jusqu’au terme de quatre cent trente ans. »

Mais on objecte ce qui est dit dans la Genèse (XV, 13) : « Sachez dès maintenant que votre postérité demeurera dans une terre étrangère; qu’elle y sera réduite en servitude, et de maux pendant quatre cents ans. »

Il faut répondre que si la supputation des années se fait à partir de la première promesse faite à Abraham, telle qu’on la lit au ch. XII, 3 de la Genèse, jusqu’à l’époque de la sortie des enfants d’Israël de la terre d’Egypte, quand fut donnée la Loi, on trouve le nombre de quatre cent trente ans comme on le lit ici, en Exode XII, 37 et en Actes VII, 36. Mais si la supputation se fait à partir de la naissance d’Isaac, qui est rapportée au ch. XXI, 2 de la Genèse, on ne trouve plus que quatre cent cinq ans, car il s’écoula vingt années, depuis la promesse faite à Abraham jusqu’à la naissance d’Isaac. Abraham, en effet, avait soixante-quinze ans, lorsqu’il sortit de son pays et que la promesse lui fut faite pour la première fois, ainsi qu’il est rapporté (Genèse, XII, 5); or, il était centenaire, quand naquit Isaac, ainsi qu’il est rapporté (Gen, XXI, 5); qu’ensuite de la naissance d’Isaac jusqu’à la sortie des enfants d’Israël et de la terre d’Egypte, il se soit écoulé quatre cent cinquante ans, nous en avons la preuve en ce qu’Isaac avait soixante ans quand il engendra Jacob, comme il est dit, au chap. XXV, 26 de la Genèse. Or Jacob était âgé de cent trente ans lorsqu’il vint habiter en Egypte comme on le voit au chap. XLVII, 9 de la Genèse. Ainsi de la naissance d’Isaac à l’entrée de Jacob en Egypte il s’écoula cent quatre-vingt-dix ans. Joseph avait trente ans, quand il parut devant Pharaon, comme il est rapporté dans la Genèse ch. XLI, 16; vinrent ensuite les sept années de fertilité, et deux de stérilité, jusqu’à l’entrée de Jacob en Egypte, ainsi qu’il est dit au ch. XLV, 6, Joseph vécut cent dix ans, comme le dit le dernier chapitre de la Genèse (L, 22). Si l’on retranche trente-neuf ans de ces cent dix, il reste soixante et onze ans. Il s’écoula donc de la naissance d’Isaac jusqu’à la mort de Joseph deux cent soixante et un ans. Les enfants d’Israël demeurèrent en Egypte après la mort de Joseph cent quarante quatre ans, Raban le dit dans la Glose. Il y eut donc depuis la naissance d’Isaac jusqu’à la sortie des enfants d’Israël de la terre d’Egypte et la promulgation de la Loi quatre cent cinq ans. Mais [au ch. XVII, 24 de la Genèse], l’Ecriture n’indique pas l’époque avec une précision minutieuse. L’on peut dire encore qu’Isaac avait déjà cinq ans, quand Ismaël fut chassé et qu’Isaac demeura seul héritier d’Abraham, et que depuis ce moment il s’écoula quatre cent ans.

 

IV° Quand l’Apôtre dit ensuite (verset 18) : Car si c’est par la Loi que vient, etc., il fait voir que des prémisses qu’il a posées il s’en suit cette conclusion que la Loi anéantirait les promesses, si cette Loi était nécessaire à la justification ou à la bénédiction des nations. Il dit donc : en vérité la promesse serait anéantie, si la Loi était nécessaire, (verset 18) : car si l’héritage, à savoir de la bénédiction promise à Abraham, nous était donné par la Loi, ce ne serait donc plus en vertu de la promesse, c’est-à-dire par la race promise à Abraham. Si, en effet, la race promise était suffisante pour obtenir l’héritage de la bénédiction, la justification ne se ferait plus dès lors par la Loi; or l’Apôtre détruit le conséquent, en disant (verset 18) : Mais c’est par la promesse que Dieu a donné, etc., c’est-à-dire : il a promis qu’il le donnerait, ce qui était aussi certain que s’il l’eût donné aussitôt en exécutant sa promesse, c’est-à-dire en donnant la race promise. L’héritage, en d’autres termes la bénédiction, dont il est dit en saint Pierre, III, 9) : « Vous avez été appelés à recevoir, comme héritier, la bénédiction, » - ne vient donc pas par la Loi.

 

 

Lectio 7

 

Leçon 7 : Galates III, 19-20 ─ L’utilité de la Loi : révéler le péché

 

SOMMAIRE : Que la Loi bien qu’elle ne justifie pas, ne doit pas être regardée comme inutile, parce qu’elle a été donnée pour réprimer les transgressions.

 

 

 

 

 

 

[19] quid igitur lex propter transgressiones posita est donec veniret semen cui promiserat ordinata per angelos in manu mediatoris

 

[20] mediator autem unius non est Deus autem unus est

 

[87762] Super Gal., cap. 3 l. 7 Postquam ostendit apostolus et auctoritate Scripturae et consuetudine humana, quod lex iustificare non potuit, hic movet duas dubitationes et solvit. Secunda dubitatio incipit ibi lex ergo adversus promissa Dei, et cetera. Circa primum tria facit. Primo movet dubitationem; secundo solvit, ibi propter transgressiones, etc.; tertio quoddam in solutione positum manifestat, ibi mediator autem, et cetera.

 

Potest autem esse dubium ex praemissis tale : si lex iustificare non poterat, an esset omnino inutilis. Et hanc dubitationem movet, dicens quid igitur lex, etc., sit, id est, ad quid lex utilis fuit? Et hanc punctuationem magis approbat Augustinus ut habetur in Glossa, quam aliam quae sibi primitus melior videbatur, ut distinguatur : quid igitur? Et postea dicatur : lex propter transgressiones, et cetera. Similis dubitatio proponitur Rom. III, 1 ubi sic dicitur : quid igitur amplius Iudaeo, et cetera.

 

 

Deinde cum dicit propter transgressiones, solvit dubitationem motam, ubi quatuor facit. Primo proponit legis utilitatem; secundo legis fructum, ibi donec veniret semen, etc.; tertio legis ministros, ibi ordinata per Angelos; quarto legis dominium, ibi in manu mediatoris.

 

Circa primum notandum est, quod lex vetus data est propter quatuor, secundum quatuor ex peccato consecuta, quae enumerat Beda, scilicet propter malitiam, infirmitatem, concupiscentiam et ignorantiam.

Est ergo lex primo data ad reprimendam malitiam, dum scilicet prohibendo peccatum et puniendo, retrahebantur homines a peccato, et hoc tangit dicens propter transgressiones posita est lex, id est, ad transgressiones cohibendas : et de hoc habetur I Tim. I, 9 : iusto lex non est posita, sed iniustis. Cuius ratio potest sumi a philosopho in IV Ethicorum.

 

Homines enim bene dispositi ex seipsis moventur ad bene agendum, et sufficiunt eis paterna monita, unde non indigent lege : sed, sicut Rom. II, 14 dicitur, ipsi sibi sunt lex, habentes opus legis scriptum in cordibus suis. Sed homines male dispositi indigent retrahi a peccatis per poenas. Et ideo quantum ad istos fuit necessaria legis positio, quae habet coarctativam virtutem.

 

 

Secundo, lex data est ad infirmitatem manifestandam. Homines enim de duobus praesumebant. Primo quidem de scientia, secundo de potentia. Et ideo Deus reliquit homines absque doctrina legis, tempore legis naturae, in quo dum in errores inciderunt, convicta est eorum superbia de defectu scientiae, sed adhuc restabat praesumptio de potentia. Dicebant enim non deest qui impleat, sed deest qui iubeat, ut dicitur in Glossa super illud Ex. XXIV : quicquid praeceperit dominus, faciemus, et erimus obedientes. Et ideo data est lex, quae cognitionem peccati faceret, per legem enim cognitio peccati, Rom. III, 20. Quae tamen auxilium gratiae non dabat ad vitandum peccata, ut sic homo sub lege constitutus et vires suas experiretur, et infirmitatem suam recognosceret, inveniens se sine gratia peccatum vitare non posse, et sic avidius quaereret gratiam.

 

 

Et haec etiam causa potest ex his verbis accipi, ut dicatur, quod lex posita est propter transgressiones adimplendas, quasi illo modo loquendo quo apostolus dicit Rom. c. V, 20 : lex subintravit ut abundaret delictum; quod non est intelligendum causaliter, sed consecutive : quia lege subintrante, abundavit delictum, et transgressiones sunt multiplicatae, dum concupiscentia nondum per gratiam sanata, in id quod prohibebatur, magis exarsit, et factum est peccatum gravius, addita praevaricatione legis scriptae. Et hoc Deus permittebat, ut homines imperfectionem suam cognoscentes, quaererent mediatoris gratiam. Unde signanter dicit posita est, quasi debito ordine collocata inter legem naturae et legem gratiae.

 

 

Tertio, data est lex ad domandam concupiscentiam populi lascivientis, ut diversis caeremoniis fatigati neque ad idololatriam, neque ad lascivias declinarent. Unde dicit Petrus Act. XV, 10 : hoc est onus, quod neque nos, et cetera.

Quarto, ad instruendum ignorantiam data est lex in figuram futurae gratiae, secundum illud Hebr. X, 1 : umbram habens lex, et cetera.

Deinde cum dicit donec veniret semen, etc., id est Christus, de quo promiserat Deus, per eum benedicendas omnes gentes. Matth. XI, 13 : lex et prophetae usque ad Ioannem, et cetera. Gen. XII : in semine tuo, et cetera.

 

Ministri autem legis ponuntur, cum dicit ordinata, id est, ordinanter data, per Angelos, id est, per nuntios Dei, scilicet Moysen et Aaron. Mal. II, 7 : legem requirent ex ore eius, et cetera. Angelus enim domini, et cetera. Vel per Angelos, id est, ministerio Angelorum. Act. VII, 35 : accepistis legem in dispositionem Angelorum, et cetera. Et est data per Angelos, quia lex non debebat dari per filium, qui maior est. Hebr. II, 2 : si enim, qui per Angelos factus est sermo, et cetera.

 

 

Dicit autem ordinata, quia ordinabiliter data est, scilicet inter tempus legis naturalis, qua homines convicti sunt, quod se iuvare non poterant, et tempus gratiae. Nam antequam gratiam acciperent, convincendi erant de lege.

Dominus autem legis dicitur Christus. Et ideo dicit in manu mediatoris, id est, in potestate Christi. Deut. XXXIII, 2 : in dextera eius ignea lex. I Tim. II, 5 : mediator Dei et hominum, et cetera. Iste mediator significatus est per Moysen, in cuius manu est lex data. Deut. V, 5 : ego sequester et medius fui inter Deum et vos, et cetera.

 

 

 

Deinde, cum dicit mediator autem, etc., exponit quod dixit in manu mediatoris, quod potest tripliciter exponi. Uno modo, quia mediator non est unius tantum, sed duorum. Unde cum iste sit mediator Dei et hominis, oportet quod sit Deus et homo. Si enim esset purus homo, vel Deus tantum, non esset verus mediator. Si ergo est verus Deus, cum nullus est mediator sui ipsius, posset videri alicui, quod praeter ipsum sunt alii dii quorum est mediator; et hoc removet, dicens quod mediator iste et si non est unius tantum, non propter hoc sunt alii dii, sed Deus unus est, quia licet ipse alius sit in persona a Deo patre, non est tamen aliud in natura. Deut. VI, 4 : audi, Israel, dominus Deus tuus, et cetera. Eph. IV, 6 : unus Deus, et cetera.

 

 

 

Secundo modo, quia posset credi, quod iste esset mediator Iudaeorum tantum, ideo dicit : dico quod Christus est mediator, sed non unius, scilicet Iudaeorum, sed unus est omnium, id est, sufficiens ad omnes reconciliandos Deo, quia ipse Deus est. Rom. III, 30 : unus Deus qui iustificavit circumcisionem ex fide, et praeputium per fidem, et cetera. II Cor. V, v. 19 : Deus erat in Christo mundum reconcilians sibi, et cetera.

 

 

Tertio modo, quia non est mediator unius populi tantum, scilicet Iudaeorum, sed etiam gentilium. Eph. II, 14 : ipse est pax nostra, qui fecit utraque unum. Et hoc ex parte gentium auferendo idololatriam, et ex parte Iudaeorum observantiam legis. Specialiter autem mediator est filius, non pater, non spiritus sanctus, nihilominus tamen unus est Deus.

19. Pourquoi donc la Loi ? Elle a été établie pour faire connaître les transgressions, jusqu’à l’avènement de ce Fils que la promesse regardait : et cette Loi a été donnée au moyen des Anges par la main d’un médiateur.

20. Or un médiateur n’est pas d’un seul; mais Dieu est seul.

 

 

Après avoir établi, et par l’autorité de l’Ecriture et par la coutume usitée parmi les hommes, que la Loi n’a pu justifier, l’Apôtre soulève ici deux difficultés, et en donne la solution. La seconde difficulté commence à ces mots (verset 21) : La Loi est-elle donc contraire aux promesses de Dieu, etc. ? Sur le premier de ces points, d’abord il propose la difficulté ensuite il la résout (verset 19) : contre les transgressions, enfin il développe un point contenu dans la solution (verset 20) : Or un médiateur n’est pas d’un seul, etc.

La difficulté que l’on peut soulever d’après ce qui a été dit est celle-ci : si la Loi ne pouvait justifier, serait-elle donc complètement inutile ? L’Apôtre propose cette difficulté, et disant (verset 19) : Pourquoi dont la Loi, etc. existe-t-elle ? c’est-à-dire à quoi a-t-elle été utile ? Cette ponctuation, remarque la Glose, est approuvée par saint Augustin, plutôt qu’une autre, qui d’abord lui paraissait meilleure, et d’après laquelle on lisait ainsi : Quoi donc ? et ensuite : la Loi a été imposée pour les transgressions. On trouve une tournure de phrase qui prête, comme celle-ci, au doute (Rom., III, 1) : « Quel est donc l’avantage des Juifs, etc. ? »

 

II° Quand l’Apôtre ajoute (verset 19) : à cause des transgressions, il donne la solution de la difficulté signalée. A cet effet, I. il établit l’utilité de la Loi ; II. Ses fruits (verset 19) : jusqu’à l’avènement de ce fils d’Abraham ; III. quels en les ministres (verset 19) : Elle a été donnée par le ministère des anges ; IV. enfin, quel était le maître de la Loi (verset 19) : dans la main du médiateur.

I. Sur le premier de ces points, il faut remarquer que l’ancienne Loi a été donnée pour quatre motifs, qui correspondent à autant de conséquences du péché, énumérées par Bède, à savoir : la malice, la faiblesse, la convoitise et l’ignorance.

La Loi a donc été donnée d’abord pour réprimer la malice, c’est-à-dire que par la prohibition du péché, par les peines qu’elle prononçait elle en détournait les hommes : l’Apôtre indique ce motif en disant (verset 19) : C’est à cause des transgressions que la Loi a été donnée, c’est-à-dire afin de réprimer ces transgressions. A ce sujet il est dit (I Tite, I, 9) : « Nous reconnaissons que la Loi n’est pas pour les justes, mais pour les méchants », paroles dont on peut trouver la raison dans le Philosophe (IV Ethique). C’est qu’en effet l’homme bien disposé est porté de lui-même à faire le bien; il suffit pour lui d’un avertissement paternel, en sorte qu’il n’a pas besoin de la loi, ainsi qu’il est dit (Rom., II, 14) : « Ceux qui sont tels, se tiennent à eux-mêmes lieu de loi; et ils font voir que ce qui est prescrit par la loi, est écrit dans leur coeur. » Au contraire ceux qui sont mal disposés, ont besoin d’être détournés du péché par les châtiments, et par conséquent quant à ceux-ci, il fut nécessaire d’établir une loi qui eût la puissance coercitive.

En second lieu, la Loi a été donnée pour faire sentir la faiblesse. Les hommes, en effet, présumaient d’eux-mêmes sur deux points. D’abord de leur savoir et ensuite de leur pouvoir; or voilà pourquoi Dieu a laissé les hommes sans l’enseignement de la Loi, au temps de la loi de nature, pendant lequel ils tombèrent dans de telles erreurs, que leur orgueil fut convaincu de l’impuissance de leur savoir ; mais il restait encore la présomption de leur pouvoir. Car ils disaient : « nous sommes là pour tout accomplir, il n’est personne pour commander », comme il est rapporté dans la Glose sur ce passage de l’Exode (XXIV, 7) : « Nous ferons tout ce que le Seigneur a dit, et nous lui serons obéissants. » La Loi donc a été portée pour donner la connaissance du péché, car (Rom., III, 20) : « c’est par elle que la connaissance du péché est venue. » Toutefois cette Loi ne donnait pas le secours de la grâce pour éviter le péché, afin que l’homme, placé ainsi sous la Loi, fasse à la fois l’expérience de ses forces et l’aveu de son infirmité, en sentant qu’il ne pouvait sans la grâce éviter le péché, et qu’ainsi il se portât avec plus d’avidité à la rechercher. On peut aussi déduire de ce passage un autre motif et dire que la Loi a été portée pour montrer jusqu’où pouvaient aller les transgresseurs, en se servant d’une manière de s’exprimer analogue à ce que dit l’Apôtre aux Romains (V, 20) : « La loi est survenue, pour donner lieu à l’abondance du péché. » Ce qu’il faut entendre toutefois non de la causalité, mais de la conséquence, car à l’introduction de la Loi, le péché a surabondé, et la transgression s’est multipliée, par le fait de la convoitise, qui, n’étant pas encore guérie par la grâce, s’est enflammée davantage pour ce qui est défendu, en sorte que le péché s’est encore aggravé par la violation de la loi écrite. Or Dieu permettait qu’il en fût ainsi, afin que l’homme connaissant son imperfection, eût recours à la grâce du Médiateur, c’est pourquoi l’Apôtre dit en termes exprès (verset 19) : La Loi a été établie, et comme placée, dans un ordre déterminé, entre la loi de la nature et la loi de grâce.

La Loi a été donnée pour mettre un frein à la convoitise d’un peuple porté à la licence, afin que fatigué par ces diverses cérémonies, il ne se laissât emporter ni à l’idolâtrie ni à ses désirs déréglés. C’est ce qui fait dire à saint Pierre (Act., XV, 10) : « C’est un joug que ni nos pères ni nous, etc. »

Enfin, la Loi a été donnée pour remédier à l’ignorance, en figurant la grâce qui devait être donnée; suivant ce passage de l’épître aux Hébreux (X, 1) : « La Loi n’ayant qu’une ombre des biens à venir, etc.

II. Quand l’Apôtre dit (verset 19) : jusqu’à l’avènement de ce Fils, etc., il veut dire : Jésus-Christ, dans la personne duquel Dieu avait promis que toutes les nations seraient bénies ; (Matth., XI, 13) : « Tous les prophètes et la Loi même, jusqu’à Jean, etc. » ; (Genèse XII, 3) : « Dans votre race, etc. »

III. L’Apôtre indique ensuite les ministres de la Loi, en ajoutant (verset 19) : disposée c’est-à-dire donnée par ordre, par les anges, c’est-à-dire par les envoyés de Dieu, à savoir Moïse et Aaron ; (Malachie, II, 7) : « C’est de sa bouche que l’on recherchera la Loi, etc. », parce qu’il est l’ange du Seigneur des armées, etc. Ou encore : par les anges, c’est-à-dire par le ministère des Anges (Act., VII, 35) : « Vous qui avez reçu la Loi par le ministère des anges, etc. » Elle a été donnée par les anges, parce qu’elle ne devait pas l’être par le Fils, qui est plus grand ; (Hébr., II, 2) : « Car si la Loi qui a été annoncée par les Anges, est demeurée ferme, etc. » L’Apôtre dit (verset 19) : disposée, parce que la Loi a été donnée, comme l’ordre l’exigeait, c’est-à-dire entre le temps de la loi naturelle, par laquelle les hommes ont été convaincus qu’ils ne pouvaient s’aider eux-mêmes, et le temps de la grâce. Il fallait, en effet, qu’avant de recevoir la grâce, ils fussent convaincus par la Loi.

IV. Jésus-Christ est appelé le Maître de la Loi; et voilà pourquoi l’Apôtre dit (verset 19) : et par l’entremise d’un médiateur, c’est-à-dire sous la puissance de Jésus-Christ ; (Deutér., XXXIII, 2) : « il portait en sa main droite une loi de feu » ; (I Timoth., II, 5) : « Il n’y a qu’un médiateur entre Dieu et les hommes, etc. » Ce médiateur a été figuré par Moïse, dans la main duquel la Loi a été placée ; (Deutéron., V, 5) : « Je fus dans le temps l’entremetteur et le médiateur entre le Seigneur et vous, etc. »

 

III° Quand l’Apôtre ajoute (verset 20) : Or un médiateur, etc., il explique ce qu’il vient de dire (verset 19) : par l’entremise d’un médiateur; ce qui peut s’entendre de trois manières. D’abord, parce que le médiateur n’est pas d’un seul, mais bien entre deux parties. Jésus-Christ donc, étant médiateur entre Dieu et l’homme, il est par conséquent Dieu et homme. Si, en effet, il était ou seulement homme, on seulement Dieu, il ne serait pas véritablement médiateur. Mais s’il est vrai Dieu, nul médiateur n’étant tel par rapport à soi-même, quelqu’un pouvait s’imaginer qu’il existerait, en dehors de lui, d’autres Dieux dont il serait le médiateur. L’Apôtre prévient donc cette interprétation, en disant que bien qu’il soit médiateur, et qu’il n’y ait pas de médiateur d’un seul, toutefois il n’y a pas pour cela d’autres Dieux, mais (verset 20) il n’y a qu’un seul Dieu, parce que, bien que Jésus-Christ soit distinct quant à la personne de Dieu le Père, il n’en diffère pas quant à la nature ; (Deutéron., VI, 4) : « Ecoutez, ô Israël le Seigneur notre Dieu, etc. » et (Ephés., IV, 6) : « Il n’y a qu’un Dieu, etc. » On peut encore expliquer ainsi ce passage : On pouvait croire que Jésus-Christ était le médiateur des Juifs seulement; c’est ce qui fait dire à Saint Paul : Je dis que Jésus-Christ est médiateur, toutefois il ne l’est pas d’un seul, c’est-à-dire des Juifs, mais il est le médiateur unique de tous; c’est-à-dire : il suffit pour réconcilier tous les hommes à Dieu; parce que lui-même est Dieu ; (Rom., III, 30) : « Il n’y a qu’un seul Dieu, qui justifie par la foi les circoncis, et par la foi encore les incirconcis, etc. » ; et (II Corinth., V, 19) : « Dieu était en Jésus-Christ se réconciliant le monde, etc. » Enfin on peut l’entendre d’une troisième manière, à savoir qu’il n’est pas le médiateur d’un peuple seulement, c’est-à-dire du peuple Juif, mais qu’il l’est aussi de la Gentilité ; (Ephés., II, 14) : « C’est lui qui est notre paix, qui des deux peuples n’en a fait qu’un » Et cela, du côté des Gentils, en détruisant l’idolâtrie, et du côté des Juifs, en faisant cesser les observances de la Loi. Toutefois bien que le Fils, et non pas le Père ni le Saint Esprit, soit médiateur, néanmoins il n’y a qu’un seul Dieu.

 

 

Lectio 8

 

Leçon 8 : Galates III, 21-25 ─ La loi comme guide vers le Christ

 

SOMMAIRE : Que la Loi ne met pas obstacle à la grâce, et qu’elle n’est pas opposée aux promesses de Dieu, mais qu’elle a été notre guide pour nous conduire à Jésus-Christ.

 

 

 

 

 

 

[21] lex ergo adversus promissa Dei absit si enim data esset lex quae posset vivificare vere ex lege esset iustitia

 

 

 

[22] sed conclusit scriptura omnia sub peccato ut promissio ex fide Iesu Christi daretur credentibus

 

 

[23] prius autem quam veniret fides sub lege custodiebamur conclusi in eam fidem quae revelanda erat

 

[24] itaque lex pedagogus noster fuit in Christo ut ex fide iustificemur

 

[25] at ubi venit fides iam non sumus sub pedagogo

[87763] Super Gal., cap. 3 l. 8 Hic movet apostolus aliam dubitationem, utrum scilicet lex noceat gratiae.

Et primo movet dubitationem, dicens lex ergo, etc., quasi dicat : si lex posita est propter transgressiones, numquid lex facit adversus promissa Dei, scilicet ut id quod Deus promisit se facturum per semen repromissum, per alium faciat? Absit. Quasi dicat : non. Nam, supra eodem : lex non irritum facit testamentum ad evacuandas promissiones, et cetera. Rom. VII, 12 : lex sancta, et mandatum sanctum.

 

 

Secundo cum dicit si enim lex esset data, etc., solvit dubitationem. Et primo ostendit, quod lex non est contra promissa Dei; secundo quod est in obsequium promissorum, ibi sed conclusit, et cetera. Dicit ergo, quod licet lex sit posita propter transgressiones, non tamen contrariatur promissioni Dei, quia transgressiones ipsas removere non potest. Si enim eas removeret, tunc manifeste esset contra promissa Dei, quia iustitia esset per alium modum, quam Deus promisit, quia esset per legem et non per fidem, cum tamen dicatur, Hab. II, v. 4 : iustus meus ex fide vivit. Rom. III, 22 : iustitia Dei est per fidem Iesu Christi. Et ideo dicit, quod si lex esset data talis, quae posset vivificare, id est, tantae virtutis esset, quod posset vitam gratiae, et aeternam beatitudinem conferre, tunc vere et non apparenter iustitia esset ex lege, si lex faceret quod fides facere dicitur, et sic frustra esset fides. Sed lex non iustificat, quia littera, scilicet legis, occidit, ut dicitur II Cor. III, 6 et Rom. c. VIII, 2 : lex enim spiritus vitae in Christo Iesu, et cetera.

 

 

 

Deinde cum dicit sed Scriptura conclusit, etc., ostendit quod lex non solum non contrariatur gratiae, sed est ei etiam in obsequium. Et primo ostendit quod lex obsequitur promissis Dei; secundo quomodo hoc obsequium manifestatum est in Iudaeis, ibi prius autem quam veniret fides, etc.; tertio quomodo gentiles etiam sine lege consecuti sunt promissa Dei, ibi omnes enim filii Dei estis, et cetera.

 

Circa primum sciendum est, quod lex obsequitur promissis Dei in generali quantum ad duo. Primo quia manifestat peccata. Rom. III, 20 : per legem cognitio peccati. Deinde quia manifestat infirmitatem humanam, in quantum homo non potest vitare peccatum, nisi per gratiam, quae per legem non dabatur. Et sicut ista duo, scilicet cognitio morbi et impotentia infirmi, multum inducunt ad quaerendum medicum, ita cognitio peccati et propriae impotentiae inducunt ad quaerendum Christum. Sic ergo lex obsecuta est gratiae, inquantum praebuit cognitionem peccati et experientiam propriae impotentiae. Et ideo dicit Scriptura, id est lex scripta, conclusit, id est tenuit inclusos Iudaeos, sub peccato, id est, ostendit eis peccata, quae faciebant. Rom. VII, 7 : concupiscentiam nesciebam, et cetera. Item conclusit, quia veniente lege sumpserunt occasionem peccati. Rom. c. XI, 32 : conclusit Deus omnia in incredulitate, et cetera. Et hoc ideo, ut homo quaereret gratiam.

 

 

 

Et ideo dicit ut promissio, id est, gratia repromissa, daretur non solum Iudaeis, sed omnibus credentibus, quia illa gratia poterat liberare a peccatis, et haec gratia est ex fide Iesu Christi.

 

Deinde cum dicit prius autem quam veniret, etc., ponit experimentum huius obsequii manifestatum in Iudaeis. Et primo ponit obsequium Iudaeorum; secundo concludit quoddam corollarium, ibi itaque lex paedagogus, et cetera. Dicit ergo : si Scriptura, id est, lex scripta, detinuit omnia sub peccato, quas utilitates habebant Iudaei ex lege antequam veniret fides ex gratia? Respondet et dicit : nos Iudaei, ante adventum fidei, custodiebamur sub lege, inquantum faciebat nos vitare idololatriam et multa alia mala; custodiebamur, inquam, non sicut liberi, sed quasi servi sub timore, et hoc sub lege, id est, sub onere legis et dominio. Rom. VII, 1 : lex in homine dominatur quanto tempore vivit, et cetera. Et custodiebamur conclusi, id est, servati ne deflueremus a vita, sed praepararemur in eam, id est, tam bonam fidem, quae revelanda erat. Is. LVI, 1 : iuxta est salus mea, ut veniat, et iustitia mea ut reveletur. Et dicit revelanda, quia cum fides excedat omne humanum ingenium, non potest per proprium sensum haberi, sed ex revelatione et dono Dei. Is. XL, 5 : revelabitur gloria domini, et cetera. Vel in eam fidem, quae revelanda erat tempore gratiae, in antiquis temporibus multis signis latens. Unde et tempore Christi velum templi scissum est, Matth. XXVII, 51.

 

 

 

 

 

Consequenter cum dicit lex paedagogus, etc., concludit quoddam corollarium. Et primo ostendit legis officium; secundo officii testationem, ibi at ubi venit plenitudo temporis, et cetera. Officium autem legis fuit officium paedagogi, et ideo dicit lex paedagogus noster, et cetera. Quamdiu enim haeres non potest consequi beneficium haereditatis, vel propter defectum aetatis seu alicuius debitae perfectionis, conservatur, et custoditur ab aliquo instructore, qui quidem instructor paedagogus dicitur, a paedos, quod est puer, et goge, quod est ductio. Per legem enim Iudaei tamquam imbecilles pueri, per timorem poenae retrahebantur a malo, et promovebantur amore et promissione temporariorum ad bonum. Iudaeis autem promissa erat benedictio futuri seminis de haereditate obtinenda, sed nondum advenerat tempus ipsius haereditatis consequendae. Et ideo necessarium erat, quod conservarentur usque ad tempus futuri seminis et cohiberentur ab illicitis, quod factum est per legem. Et ideo dicit itaque, etc., quasi dicat : ex quo sub lege custodiebamur, lex fuit noster paedagogus, id est, dirigens et conservans in Christo, id est in via Christi. Et hoc ideo, ut ex fide Christi iustificaremur. Os. XI, 1 : puer Israel, et dilexi eum. Ier. c. XXXI, 18 : castigasti me, domine, et eruditus sum, et cetera. Rom. III, 28 : arbitramur enim hominem iustificari per fidem, et cetera. Et quamvis lex paedagogus noster esset, non tamen ad perfectam haereditatem ducebat, quia, ut dicitur Hebr. VII, neminem ad perfectum adduxit lex, et cetera. Sed hoc officium cessavit postquam venit fides. Et hoc est quod dicit at ubi venit fides, scilicet Christi, iam non sumus sub paedagogo, id est sub coactione, quae non est necessaria liberis. I Cor. XIII, 11 : cum essem parvulus, et cetera. Cum autem factus sum vir, et cetera. II Cor. V, 17 : si qua ergo in Christo nova creatura, vetera transierunt, et cetera.

21. La Loi aurait donc été contraire aux promesses de Dieu? Nullement. Car si la Loi qui a été donnée avait pu donner la vie, on aurait pu dire véritablement que la justice se serait obtenue par la Loi.

22. Mais l’Ecriture a tout renfermé sous le péché, afin que ce que Dieu avait promis fût donné par la foi en Jésus-Christ à ceux qui croiraient.

23. Or avant que la foi fût venue, nous étions sous la garde de la Loi, qui nous tenait renfermés, pour nous disposer à cette foi qui devait être révélée.

24. Ainsi la Loi nous a servi de pédagogue pour nous mener au Christ, afin que nous fussions justifiés par la foi.

25. Mais la foi étant venue, nous ne sommes plus sous un pédagogue,

 

Saint Paul soulève ici une autre difficulté, à savoir si la Loi est nuisible à la grâce.

 

I° Il énonce la difficulté même, en disant (verset 21) : La Loi a-t-elle donc été, etc.? en d’autres termes, si la Loi a été établie à cause des transgressions, agit-elle donc contre les promesses de Dieu, dans ce sens que ce que Dieu a annoncé devoir faire par la race promise, il l’opère par un autre moyen ? (verset 21) : A Dieu ne plaise ! en d’autres termes, nullement ; car, (ci-dessus, III, 17) : La Loi ne rend pas le testament nul, de manière à anéantir la promesse ; et (Rom., VII, 12) : « La loi est véritablement sainte, et le commandement est saint. »

 

II° Quand il dit (verset 21) : Si la Loi qui a été donnée, etc., il résout la difficulté. I. Il fait voir que la Loi n’est pas opposée aux promesses de Dieu; II. qu’elle sert elle même aux promesses (verset 22) : Mais la Loi écrite a renfermé, etc.

I. L’Apôtre dit donc : Bien que la Loi ait été portée à cause de la transgression, toutefois elle ne contredit pas les promesses de Dieu, puisqu’elle est incapable d’arrêter la transgression même. Si, en effet, elle pouvait l’arrêter, elle serait alors manifestement opposée aux promesses de Dieu, puisqu’on obtiendrait la justice par un autre moyen que celui que Dieu a promis, cette justice procédant alors de la Loi et non de la foi, tandis qu’il est dit par le prophète (Habacuc, II, 4) : « Le juste vivra de la foi; et (Rom., III, 22) : « La justice de Dieu vient par la foi en Jésus-Christ. » C’est ce qui lui fait dire (verset 21) : que si la Loi qui a été donnée était telle, qu’elle pût donner la vie, c’est-à-dire d’une si grande efficacité qu’elle pût procurer la vie de la grâce et l’éternelle béatitude, alors véritablement et non en apparence seulement la justice procèderait de la Loi, puisque cette loi produirait un effet qui est attribué à la foi, et qu’alors la foi serait vaine. Mais la Loi ne justifie pas, car la lettre, c’est-à-dire celle de la loi, tue, ainsi qu’il est dit (II Corinth., III, 6) et (Rom., VIII, 2) : « Car la Loi de l’Esprit de vie qui est en Jésus-Christ, etc. »

II. Quant l’Apôtre dit (verset 22) : Mais la loi écrite a renfermé, etc., il établit que la Loi, non seulement n’est pas opposée à la grâce, mais qu’elle lui vient même en aide. Il fait voir que la Loi vient en aide aux promesses de Dieu; comment ce concours a été manifeste, dans le cas des Juifs (verset 23); car avant que la foi fût venue, etc. ; comment les Gentils, même sans la Loi, ont participé aux promesses de Dieu (verset 26) : car tous vous êtes les enfants de Dieu, etc.

Sur le premier de ces points, il faut se souvenir que la Loi vient en aide aux promesses de Dieu, en général, par deux effets. A) parce qu’elle fait connaître le péché ; (Rom., III, 20) : « C’est par la Loi qu’est venue la connaissance du péché. » B) parce qu’elle manifeste l’infirmité humaine, en tant que l’homme est impuissant à éviter le péché, autrement que par la grâce que la Loi ne donnait pas. Et de même que ces deux choses, la connaissance de la maladie et l’impuissance du malade, portent singulièrement à recourir au médecin, de même la connaissance du péché et celle de sa propre impuissance, portent à recourir à Jésus-Christ. Ainsi donc la Loi prête son concours à la grâce, en procurant la connaissance du péché et l’expérience de sa propre faiblesse. C’est ce qui fait dire à Saint Paul (verset 22) : L’Ecriture, c’est-à-dire la loi écrite, a renfermé, c’est-à-dire a tenu enfermés les Juifs, sous le péché, c’est-à-dire leur a fait connaître les péchés qu’ils commettaient ; (Rom., VII, 7) : « Je n’aurais pas connu la concupiscence, etc. » – Elle les a renfermés encore, par ce que de la Loi même qui était survenue, ils ont pris occasion de commettre le péché ; (Rom., XI, 32) : « Dieu a renfermé tous les hommes dans l’incrédulité, etc. » Et cela afin que l’homme eût recours à la grâce. C’est pourquoi Saint Paul ajoute (verset 22) : afin que la promesse, c’est-à-dire la grâce que Dieu avait promise, fût donnée, non seulement aux Juifs, mais à tous ceux qui croiraient, parce que cette grâce pouvait délivrer du péché; et cette grâce procède de la foi en Jésus-Christ.

Quand l’Apôtre dit (verset 23) : Or avant qu la foi fût venue, etc., il rappelle que l’expérience de ce concours a été manifestée dans la personne des Juifs. Et d’abord il montre ce concours; ensuite il déduit une sorte de corollaire (verset 2 : Ainsi la Loi nous a servi de guide, etc.

A) Il dit donc : si l’Ecriture, c’est-à-dire la loi écrite, renferme tous les hommes sous le péché, quelle utilité les Juifs tiraient-ils de la Loi avant que la foi fût venue par la grâce ? Et donnant aussitôt la réponse, il dit : Nous autres Juifs (verset 23), avant que la foi fût venue, nous étions sous la garde de la Loi, en tant qu’elle nous faisait éviter l’idolâtrie et un grand nombre d’autres maux; nous étions sous sa garde, non pas comme des enfants libres, mais comme des esclaves retenus par la crainte, et cela sous la Loi, c’est-à-dire sous son joug, sous son empire ; (Rom., VII, 1) : « La Loi domine sur l’homme autant de temps qu’il vit, etc. » Nous étions gardés, comme renfermés, c’est-à-dire préservés pour que nous ne nous laissions pas entraîner loin de la vie et que nous fussions préparés au contraire à cette foi si précieuse qui devait être révélée ;(Isaïe, LVI, 1) : « Le salut que je dois envoyer est proche, et ma justice sera bientôt découverte. » L’Apôtre dit : qui devait être révélée, parce que la foi dépassant la portée de tout esprit humain, ne peut pas s’obtenir par son propre sens, mais par la révélation et le don de Dieu ; (Isaïe, XL, 5) : « Et la gloire du Seigneur sera révélée, etc. » Ou encore : à cette foi, qui devait être révélée au temps de la grâce, après avoir été, dans les temps anciens, cachée sous un grand nombre de figures. Ce qui fit qu’au moment de la mort de Jésus-Christ le voile du temple se déchira (Matth., XXVII, 51).

B) En ajoutant (verset 24) : et ainsi la Loi nous a servi de guide, etc., l’Apôtre déduit une sorte de corollaire. Et d’abord il montre le ministère de la Loi; ensuite le terme final de ce ministère (verset 25) : Mais la foi étant venue, etc. a) Or le ministère de la Loi fut celui d’un précepteur; c’est ce qui fait dire à Saint Paul (verset 24) : et ainsi la Loi nous a servi de guide., etc., car tant que l’héritier n’est pas encore capable de recevoir le bienfait de l’héritage, ou parce qu’il n’a pas l’âge nécessaire, ou pour quelque motif tiré de sa personne, il est gardé et protégé par quelque précepteur, lequel prend le nom de pédagogue, des mots grecs paidoj et ¢gwgh, qui veulent dire enfants, et, conduite. La Loi, en effet, par la crainte du châtiment, détournait du mal les Juifs, comme des enfants faibles encore, et les portait au bien par l’amour et par la promesse de biens temporels. Ils avaient, il est vrai, la promesse de la bénédiction dans la race à venir, pour obtenir l’héritage; mais le temps n’était pas venu encore de prendre possession de l’héritage même. Il était donc nécessaire qu’ils fussent conservés jusqu’à cette race à venir et préservés de tout ce qui était illicite; ce qui s’est fait par la Loi. C’est pourquoi l’Apôtre dit (verset 24) : et ainsi, etc. En d’autres termes : Dès lors que nous étions sous la garde de la Loi, elle a été notre pédagogue, qui nous a dirigés et conservés en Jésus-Christ, c’est-à-dire dans la voie de Jésus-Christ. Et cela, afin que nous soyons justifiés par la foi en Jésus-Christ ; (Osée, XI, 1) : « Israël était enfant, et je l’ai aimé » ; (Jérémie, XXXI, 18) : « Vous m’avez châtié, Seigneur, et j’ai été instruit par mes maux, etc. » ; (Rom., III, 28) : « Nous devons reconnaître que l’homme est justifié par la foi, etc. » Toutefois, quoique la Loi fût à notre égard comme un conducteur, elle ne conduisait pas à l’héritage parfait, car, ainsi qu’il est dit (Hébr., VII, 19) : « La Loi n’a conduit personne à la perfection, etc. » b) Le ministère de la Loi a pris fin quand la foi est venue ; c’est ce qui fait dire à Saint Paul (verset 25) : Mais la foi, c’est-à-dire la foi en Jésus Christ, étant venue, nous ne sommes plus sous un pédagogue, c’est-à-dire sous la contrainte, qui n’est d’aucune nécessité pour les enfants ; (I Corinth., XIII, 11) : Quand j’étais enfant, etc…, mais lorsque je suis devenu homme, etc. » ; (II Corinth., V, 17) : « Si donc quelqu’un est devenu en Jésus-Christ une nouvelle créature, ce qui était vieux est passé, etc. « 

 

 

Lectio 9

Leçon 9 : Galates III, 26-29 ─ Enfants de Dieu sous la foi

 

SOMMAIRE : Que personne n’est plus désormais sous la Loi, mais que tous, par la foi, sont les enfants de Dieu.

 

 

 

 

 

 

 

[26] omnes enim filii Dei estis per fidem in Christo Iesu

[27] quicumque enim in Christo baptizati estis Christum induistis

[28] non est Iudaeus neque Graecus non est servus neque liber non est masculus neque femina omnes enim vos unum estis in Christo Iesu

[29] si autem vos Christi ergo Abrahae semen estis secundum promissionem heredes

 

[87764] Super Gal., cap. 3 l. 9 Hic ostendit apostolus quod ad fructum gratiae gentiles sine obsequio legis pervenerunt, ad quem tamen Iudaei perducti sunt per legis custodiam et obsequium. Et circa hoc tria facit. Primo proponit intentum; secundo manifestat propositum, ibi quicumque enim in Christo, etc.; tertio ex hoc argumentatur, ibi si autem vos Christi; ergo, et cetera.

 

Dicit ergo : vere non sumus sub lege, id est, sub paedagogo et coactione, quia sumus filii Dei. Similiter et vos neque sub lege, neque sub paedagogo estis, quia scilicet ad gratiam pervenistis. Ideo omnes estis filii Dei per fidem, non per legem. Rom. VIII, v. 15 : non enim accepistis spiritum servitutis, scilicet timoris, qui dabatur in lege veteri, sed accepistis spiritum filiorum, scilicet charitatis et amoris, qui datur in nova lege per fidem. Io. I, 12 : dedit eis potestatem filios Dei fieri, et cetera. Si ergo filii Dei estis per fidem, quare vultis esse servi per legis observantias? Nam sola fides homines facit filios Dei adoptivos. Nullus siquidem est filius adoptivus, nisi uniatur et adhaereat filio naturali. Rom. VIII, v. 29 : quos praescivit conformes fieri imaginis filii eius, et cetera. Fides enim facit nos in Christo Iesu filios. Eph. III, 17 : habitare Christum per fidem in cordibus vestris. Et hoc in Christo Iesu, id est filii Dei estis per Iesum Christum.

 

 

 

 

 

Consequenter cum dicit quicumque enim in Christo, etc., manifestat propositum. Et circa hoc tria facit. Primo proponit propositi manifestationem; secundo manifestationis expositionem, ibi non est Iudaeus, etc.; tertio assignat manifestationis rationem, ibi omnes enim vos unum estis, et cetera.

 

Manifestat autem circa primum quomodo sumus in Christo Iesu filii Dei. Et hoc est quod dicit quicumque enim in Christo Iesu, et cetera. Quod potest quadrupliciter exponi. Uno modo, ut dicatur : quicumque in Christo Iesu baptizati estis, id est, institutione Christi ad Baptismum instructi estis. Mc. c. ult. : euntes in mundum universum, praedicate Evangelium omni creaturae, et cetera. Qui crediderit et baptizatus fuerit, et cetera. Alio modo : quicumque in Christo Iesu baptizati estis, scilicet per similitudinem, et per configurationem mortis Christi. Rom. VI, v. 3 : quicumque baptizati sumus in Christo Iesu, in morte ipsius baptizati sumus. Vel in Christo Iesu, id est, in fide Iesu Christi. Nam Baptismus non fit nisi in fide, sine qua effectum Baptismi nullum consequimur. Mc. ult. : qui crediderit et baptizatus fuerit, salvus erit, et cetera. Vel in Christo Iesu, id est, in virtute et operatione eius. Io. I, 33 : super quem videris spiritum descendentem, hic est qui baptizat. Quicumque ergo istis quatuor modis baptizati estis, Christum induistis.

 

 

 

Ubi sciendum est, quod qui induitur aliqua veste, protegitur ac contegitur ea, et apparet sub colore vestis, colore proprio occultato. Eodem modo et qui induit Christum, protegitur et contegitur a Christo Iesu contra impugnationes et aestus, et in eo nihil aliud apparet nisi quae Christi sunt. Rom. XIII, 14 : induite dominum Iesum Christum. Et sicut lignum accensum induitur igne, et participat eius virtutem, ita et qui Christi virtutes accipit, induitur Christo. Lc. ult. : sedete in civitate donec induamini virtute, etc., quod in illis locum habet qui interius Christi virtute informantur. Eph. IV, 24 : induite novum hominem, qui secundum, et cetera. Et nota, quod Christum aliqui induunt exterius per bonam conversationem, et interius per spiritus renovationem; et secundum utrumque per sanctitatis configurationem, ut tangitur in Glossa.

 

 

 

Expositionem autem manifestationis ponit, cum dicit non est Iudaeus, etc., quasi dicat : vere dixi, quod quicumque in Christo Iesu, et cetera. Quia nihil potest esse in hominibus, quod faciat exceptionem a sacramento fidei Christi et Baptismi. Et ponit tres differentias hominum, ostendens quod per eas nullus excipitur a fide Christi.

 

 

Prim