ÉVANGILE DE SAINT MATTHIEU

PAR SAINT THOMAS D'AQUIN

 

Édition numérique, http://docteurangelique.free.fr, 2008

Les œuvres complètes de saint Thomas d'Aquin

Traduction entièrement vérifiée et reprise par Charles Duyck en 2010.

 

Explication suivie des QUATRE EVANGILES par le docteur angélique, composée des interprètes grecs et latins, et surtout des ss. Pères admirablement coordonnés et enchaînés de manière à ne former qu’un seul texte suivi et appelé à juste titre la

CHAINE D’OR

Edition où le texte corrigé par le P. Nicolaï a été revu avec le plus grand soin sur les textes originaux grecs et latins. TRADUCTION NOUVELLE par M. L’ABBE J.-M. PERONNE, Chanoine titulaire de l’Eglise de Soissons, ancien professeur d’Ecriture sainte et d’éloquence sacrée

PARIS, LIBRAIRIE DE LOUIS VIVÈS, ÉDITEUR, rue Delambre, 9, 1868

CONCESSION_ 10

DEDICACE DE SAINT THOMAS 10

PRÉFACE A SAINT MATTHIEU PAR SAINT THOMAS 14

CHAPITRE 1 — [Généalogie et naissance du Messie-Roi] 25

Verset 1. 25

Verset 2. 35

Versets 3-5. 38

Versets 6-8. 45

Versets 8-11. 46

Versets 12-15. 52

Verset 16_ 55

Verset 17. 60

Verset 18. 64

Verset 19. 71

Verset 20. 74

Verset 21. 79

Verset 22. 80

Verset 24. 87

CHAPITRE 2 — [Enfance de Jésus] 91

Versets 1-2. 91

Versets 3-6_ 103

Versets 7-8. 110

Verset 9. 111

Versets 10-11_ 113

Verset 12. 116

Verset 13-15. 118

Verset 16. 122

Verset 17-18. 124

Versets 19, 20. 127

Versets 21-23. 129

CHAPITRE 3 — [Préparation et début du ministère public du Messie] 134

Versets 1-3. 134

Verset 4. 140

Versets 5, 6. 142

Versets 7-10. 143

Versets 11, 12. 149

Versets 13-15. 157

Verset 16. 161

Verset 17. 167

CHAPITRE 4 — [Préparation et début du ministère public du Messie] 169

Versets 1, 2. 169

Versets 3-4. 175

Versets 5-7. 178

Versets 7-11. 182

Versets 12-16. 187

Verset 17. 193

Versets 18-22_ 194

CHAPITRE 5 — [La charte du Royaume] 207

Versets 1-3. 207

Verset 4. 212

Verset 5. 214

Verset 6. 216

Verset 7. 217

Verset 8. 218

Verset 9. 220

Verset 10. 222

Versets 11-12. 225

Verset 13. 228

Versets 14-15. 231

Versets 17-19. 236

Versets 20-22_ 245

Versets 23-24. 255

Verset 25. 257

Versets 27-28_ 261

Verset 29. 264

Versets 30-31. 267

Versets 33-37_ 272

Versets 39-42. 277

Versets 43-47_ 287

CHAPITRE 6 — [La charte du Royaume] 295

Verset 1. 295

Versets 2-4. 299

Versets 5-6. 303

Versets 7-8_ 307

Verset 9. 310

Verset 10. 315

Verset 11. 319

Verset 12. 324

Verset 13. 326

Versets 14-15. 332

Verset 16. 333

Versets 17-18. 335

Versets 19-20. 338

Versets 22-23. 342

Verset 24. 345

Verset 25. 347

Versets 26-27. 351

Versets 28-30. 356

Versets 31-33. 359

Verset 34. 364

CHAPITRE 7 — [La charte du Royaume] 366

Versets 1-2_ 366

Versets 3-5_ 369

Verset 6. 372

Versets 7-8. 376

Versets 9-11. 380

Verset 12. 383

Verset 13-14. 386

Versets 15-20. 388

Versets 21-23. 396

Versets 24-27. 402

Versets 28-29. 405

CHAPITRE 8 — [Les nombreux miracles qui démontrent la puissance et la grâce du Messie] 409

Versets 1-4. 409

Versets 5-9_ 417

Versets 10-13. 423

Versets 14-15. 428

Versets 16-17. 431

Versets 19-22. 433

Versets 23-27. 439

Versets 28-34. 444

CHAPITRE 9 — [Les nombreux miracles qui démontrent la puissance et la grâce du Messie] 452

Versets 1-8_ 452

Versets 9-13_ 459

Versets 14-17_ 466

Versets 18-22_ 472

Versets 23-26_ 478

Versets 27-31_ 481

Versets 32-34_ 484

Versets 35-38_ 487

CHAPITRE 10 — [Jésus envoie ses disciples vers Israël] 491

Versets 1-4_ 491

Versets 5-8_ 497

Versets 9-10_ 502

Versets 11-15. 508

Versets 16-18. 513

Versets 19-20. 517

Versets 21-22. 519

Verset 23. 520

Versets 24-25. 523

Versets 26-28. 525

Versets 29-31. 529

Versets 32-33. 531

Versets 34-36. 533

Versets 37-39. 537

Versets 40-42. 540

CHAPITRE 11 — [Opposition croissante et rejet] 543

Verset 1. 544

Versets 2-6. 544

Versets 7-10. 549

Verset 11. 554

Versets 12-15. 556

Versets 16-19. 558

Versets 20-24. 563

Versets 25-26. 569

Verset 27. 572

Versets 28-30. 575

CHAPITRE 12 — [Opposition croissante et rejet] 579

Versets 1-8. 579

Versets 9-13. 586

Versets 14-21. 589

Versets 23-24. 596

Versets 25-26. 598

Versets 27-28. 601

Verset 29. 603

Verset 30. 605

Versets 31-32. 606

Versets 33-35. 614

Versets 36-37. 618

Versets 38-40. 620

Versets 41-42. 624

Versets 43-45_ 626

Versets 46-50. 630

CHAPITRE 13 — [Une autre forme du Royaume à cause du rejet d’Israël] 635

Versets 1-9. 635

Versets 10-17. 640

Versets 18-23. 649

Versets 24-30. 653

Versets 31-32. 663

Verset 33. 666

Versets 34-35. 668

Versets 36-43. 670

Verset 44. 675

Versets 45-46. 676

Versets 47-50. 678

Versets 51-52. 681

Versets 53-58. 683

CHAPITRE 14 — [Rejet de plus en plus fort] 687

Versets 1-5. 687

Versets 6-12. 691

Versets 13-14. 696

Versets 15-21. 698

Versets 22-33. 706

Versets 34-36. 716

CHAPITRE 15 — [Rejet de plus en plus fort] 718

Versets 1-6. 718

Versets 7-11. 723

Versets 12-14. 727

Versets 15-20. 730

Versets 22-28. 733

Versets 29-31. 741

Versets 32-38. 742

Verset 39. 748

CHAPITRE 16 — [Rejet de plus en plus fort] 749

Versets 1-4. 749

Versets 5-11. 751

Versets 13-19. 755

Versets 20-21_ 766

Versets 22-23. 768

Versets 24-25. 771

Versets 26-28. 774

CHAPITRE 17 — [Préparation des disciples] 779

Versets 1-4. 779

Versets 5-9. 785

Versets 10-13. 789

Versets 14-17. 791

Versets 18-20. 795

Versets 21-22. 799

Versets 23-26. 800

CHAPITRE 18 — [Instruction des disciples] 806

Versets 1-6. 806

Versets 7-9. 811

Versets 10-14. 815

Versets 15-17. 820

Versets 18-20. 827

Versets 21-22. 830

Versets 23-35. 832

CHAPITRE 19 — [Instruction des disciples] 841

Versets 1-8. 841

Verset 9. 849

Versets 10-12. 852

Versets 13-15. 855

Versets 16-22. 858

Versets 23-26. 867

Versets 27-30. 870

CHAPITRE 20 — [Instruction des disciples] 879

Versets 1-16. 879

Versets 17-19. 890

Versets 22-23. 893

Versets 24-28. 901

Versets 29-34. 904

CHAPITRE 21 — [Présentation et rejet du Roi] 910

Versets 1-9. 910

Versets 10-16. 919

Versets 17-22. 926

Versets 23-27. 932

Versets 28-32_ 936

Versets 33-44. 941

Versets 45-46. 952

CHAPITRE 22 — [Présentation et rejet du Roi] 954

Versets 1-14. 954

Versets 15-22. 968

Versets 23-33. 973

Versets 34-40. 983

Versets 41-46. 989

CHAPITRE 23 — [Présentation et rejet du Roi] 992

Versets 1-4. 992

Versets 5-12. 997

Versets 13. 1004

Verset 14. 1007

Verset 15. 1008

Versets 16-22. 1011

Versets 23-24. 1014

Versets 25-26. 1017

Versets 27-28. 1019

Versets 29-31. 1021

Versets 32-36. 1024

Versets 37-39. 1030

CHAPITRE 24— [Discours sur le mont des Oliviers] 1033

Versets 1-2. 1033

Versets 3-5. 1035

Versets 6-8. 1038

Versets 9-14. 1041

Versets 15-22. 1047

Versets 23-28. 1055

Versets 29-30_ 1063

Verset 31. 1068

Verset 31. 1070

Versets 32-35. 1072

Versets 36-41. 1077

Versets 42-44. 1082

Versets 45-51. 1084

CHAPITRE 25 — [Discours sur le mont des Oliviers] 1090

Versets 1-13. 1090

Versets 14-30_ 1102

Versets 31-45. 1114

Verset 46. 1124

CHAPITRE 26— [Passion et mort du Roi] 1130

Versets 1-2. 1130

Versets 3-4. 1132

Versets 6-13. 1134

Versets 14-15. 1144

Versets 17-19. 1146

Versets 20-25. 1149

Verset 26. 1154

Versets 27-29. 1158

Versets 30-35. 1163

Versets 36-38. 1171

Versets 39-44. 1177

Versets 45-46. 1184

Versets 47-50. 1187

Versets 51-53. 1189

Versets 55-58. 1193

Versets 59-68. 1196

Versets 69-75. 1201

CHAPITRE 27— [Passion et mort du Roi] 1205

Versets 1-6. 1205

Versets 6-10. 1209

Versets 11-14. 1213

Versets 15-25. 1216

Versets 27-30. 1222

Versets 31-34. 1225

Versets 35-38. 1228

Versets 39-44. 1232

Versets 45-50. 1235

Versets 51-56. 1245

Versets 57-61. 1251

Versets 62-65. 1255

CHAPITRE 28 — [Le triomphe du Roi] 1257

Versets 1-7. 1257

Versets 8-10. 1266

Versets 11-15. 1270

Versets 16-20. 1273

 

CONCESSION

Du révérend Père provincial de la province de Paris de l’ordre des Frères prêcheurs, pour une nouvelle édition de la Chaîne d’or.

Nous F. Étienne Blondel, docteur en théologie de la Faculté de Paris et prieur, quoique indigne, de la province de Paris des frères prêcheurs, nous donnons le pouvoir et accordons la faculté au R. P. F. Jean Nicolaï, docteur en théologie et premier professeur de théologie, ainsi que préfet des études dans le couvent de Saint-Jacques, de publier la Chaîne d’or de saint Thomas sur les quatre évangiles qu’il a corrigée et augmentée des notes qui étaient nécessaires; nous lui accordons aussi la permission de publier les autres ouvrages qu’il pourra dans la suite corriger ou annoter, par tels libraires qu’il choisira, conformément au privilège qui lui a été accordé de par le Roi; ce à quoi nous l’exhortons vivement par notre désir que nous avons d’être utile au public. En foi de quoi nous lui donnons ces présentes lettres, scellées du sceau de notre secrétariat, et signées de notre main, pour les apposer au commencement de son édition.

Donné dans notre susdit couvent de Saint-Jacques à Paris, le 2 mai de l’an 1657.

 

Dedicatio

 

 

[85332] Catena in Mt., dedicatio Sanctissimo ac reverendissimo patri domino Urbano, divina providentia Papae quarto, frater Thomas de Aquino, ordinis fratrum praedicatorum, cum devota reverentia, pedum osculo beatorum.

Fons sapientiae unigenitum Dei verbum praesidens in excelsis, per quod pater sapienter fecerat et suaviter disposuerat universa, in fine temporum carnem sumere voluit, ut sub tegumento naturae corporeae, splendorem eius humanus intuitus posset inspicere, quem in celsitudine maiestatis divinae attingere non valebat.

 

Diffuderat siquidem radios suos, sapientiae videlicet suae indicia, super omnia opera quae creavit; quodam vero ampliori privilegio imaginem propriam hominum animabus impresserat, quam tamen diligentius expresserat in cordibus ipsum amantium secundum sui muneris largitatem. Sed quid est hominis anima in tam immensa creatura, ut divinae sapientiae vestigia possit comprehendere ad perfectionem? Quinimmo et sapientiae lux infusa hominibus per peccati tenebras et occupationum temporalium caligines fuerat obumbrata; et intantum est quorumdam cor insipiens obscuratum, ut Dei gloriam in idola vana converterent, et quae non conveniunt facerent, in sensum reprobum incidentes.

 

 

 

 

 

Divina vero sapientia, quae ad sui fruitionem hominem fecerat eum sui inexpertem esse non sinens, totum se in humanam naturam contulit, eam modo sibi assumendo mirabili, ut errantem hominem ad se totaliter revocaret. Huius igitur sapientiae claritatem nube mortalitatis velatam, primus apostolorum princeps fide conspicere meruit, et eam constanter absque errore et plenarie confiteri, dicens tu es Christus filius Dei vivi. O beata confessio, quam non caro et sanguis, sed pater caelestis revelat. Haec in terris fundat Ecclesiam, aditum praebet in caelum, peccata meretur solvere, et contra eam portae non praevalent Inferorum.

 

 

 

Huius igitur fidei ac confessionis heres legitime, sanctissime pater, pio studio mens vestra invigilat, ut tantae sapientiae lux fidelium corda perfundat et haereticorum confutet insanias, quae portae Inferorum merito designantur. Sane si, secundum Platonis sententiam, beata censetur respublica cuius rectores operam sapientiae dare contigerit, illi siquidem sapientiae quam imbecillitas intellectus humani erroribus plerumque commaculat, quanto magis sub vestro regimine beatus censeri potest populus Christianus, ubi tanta diligentia excellentissimae illi sapientiae curam impenditis, quam Dei sapientia carnalibus membris induta et verbis docuit et operibus demonstravit?

 

Et huius siquidem diligentiae studio vestrae sanctitati complacuit mihi committere Matthaei Evangelium exponendum, quod iuxta propriam facultatem executus, sollicite ex diversis doctorum libris praedicti Evangelii expositionem continuam compilavi, pauca quidem certorum auctorum verbis, ut plurimum ex Glossis adiiciens, quae, ut ab eorum dictis possent discerni, sub Glossae titulo praenotavi.

 

 

Sed et in sanctorum doctorum dictis hoc adhibui studium, ut singulorum auctorum nomina, nec non in quibus habeantur libri assumpta testimonia describantur, hoc excepto quod libros et expositionem supra loca quae exponebantur, non oportebat specialiter designari: puta, sicubi nomen inveniatur Hieronymi, de libro mentione non facta, datur intelligi quod hoc dicat super Matthaeum, et in aliis ratio similis observetur, nisi in his quae de commentario Chrysostomi super Matthaeum sumuntur, oportuit inscribi in titulo super Matthaeum, ut per hoc ab aliis quae sumuntur de ipsius homiliario distinguantur.

 

 

 

In assumendis autem sanctorum testimoniis, plerumque oportuit aliqua rescindi de medio ad prolixitatem vitandam, nec non ad manifestiorem sensum vel, secundum congruentiam expositionis, litterae ordinem commutari; interdum etiam sensum posui, verba dimisi, praecipue in homiliario Chrysostomi, propter hoc quod est translatio vitiosa. Fuit autem mea intentio in hoc opere non solum sensum prosequi litteralem, sed etiam mysticum ponere; interdum etiam errores destruere, nec non confirmare Catholicam veritatem. Quod quidem necessarium fuisse videtur, quia in Evangelio praecipue forma fidei Catholicae traditur et totius vitae regula Christianae.

 

 

Prolixum igitur praesens opus non videatur alicui. Fieri enim non potuit ut haec omnia sine diminutione prosequerer, et tot sanctorum sententias explicarem, omnimoda brevitate servata.

Suscipiat itaque vestra sanctitas praesens opus, vestro discutiendum corrigendumque iudicio, vestrae sollicitudinis et obedientiae meae fructum, ut dum a vobis emanavit praeceptum et vobis reservetur finale iudicium, ad locum unde exeunt flumina revertantur

DEDICACE DE SAINT THOMAS

A NOTRE TRÈS SAINT PÈRE URBAIN

PAR LA PROVIDENCE DIVINE, QUATRIÈME PAPE DE CE NOM

F. Thomas d’Aquin, de l’ordre des Frères Prêcheurs, baise les pieds avec un pieux respect.

La source de la sagesse, le Verbe unique de Dieu qui siège au plus haut des cieux (Si 1, 5; et pour ce qui suit, Sg 8, 1), par lequel le Père avait tout créé avec sagesse et ordonné toutes choses avec douceur, voulut se revêtir de notre chair à la fin des temps, afin que le regard de l’homme, qui ne pouvait atteindre dans une si haute élévation sa majesté divine, pût contempler son éclat sous les voiles de la nature humaine. Il avait répandu ses rayons, c’est-à-dire les marques de sa sagesse, sur toutes les œuvres qu’il avait créées; mais par une prérogative plus excellente, il avait imprimé dans l’âme des hommes le sceau de sa ressemblance et gravé avec plus de soin encore cette image auguste dans le cœur de ceux qui devaient recevoir, de l’abondance de sa grâce, le don de l’aimer. Mais qu’est-ce que l’âme de l’homme au milieu de l’immensité de la création, pour qu’il puisse saisir dans toute leur perfection les empreintes de la divine sagesse ? D’autant plus que la lumière de la Sagesse, répandue dans les hommes, a été couverte par les ténèbres du péché et par les nuées des préoccupations temporelles; et le cœur de quelques insensés a été tellement obscurci qu’ils ont attribué la gloire de Dieu à de vaines idoles, et qu’ils ont commis des actions indignes, livrés qu’ils étaient à ce sens dépravé (Rm 1, 21, 23, 28, etc...).

Or la sagesse divine qui avait fait l’homme pour qu’il pût jouir de cette sagesse, ne permit point qu’il fût privé de cette jouissance; elle se porta donc tout entière vers notre nature, se l’unissant d’une manière admirable pour rappeler entière-ment à elle l’homme qui s’était égaré. Le premier, le prince des Apôtres mérita, par sa foi, de contempler l’éclat de cette sagesse au travers des voiles de la mortalité, et de la confesser avec fermeté et dans la plénitude d’une conviction exempte d’erreur, par ces paroles « Vous êtes le Christ, le Fils du Dieu vivant. » O bienheureuse confession, ce n’est ni la chair ni le sang, mais le Père qui est au ciel qui vous révèle. C’est elle qui fonde l’Église sur la terre, ouvre les portes du ciel, reçoit le pouvoir de remettre les péchés, et contre elle les portes de l’enfer ne prévaudront jamais. Héritier légitime de cette foi et de cette confession, vous veillez avec zèle et piété, très Saint-Père, à ce que la lumière d’une si haute sagesse inonde les cœurs des fidèles, et réfute les folles inventions des hérétiques, qui sont appelées avec raison les portes de l’enfer. Si, selon la pensée de Platon, était estimée heureuse la république dont les chefs se livrent à l’étude de la sagesse, de cette sagesse que la faiblesse de l’esprit humain défigure si souvent par tant d’erreurs, combien plus doit-on estimer heureux le peuple chrétien qui vit sous votre gouvernement, et à qui vous distribuez avec tant de sollicitude cette sagesse si élevée, que la sagesse de Dieu elle-même, revêtue d’un corps de chair, nous a enseignée par ses paroles et démontrée par ses œuvres ? C’est par un effet de cette vigilante sollicitude que Votre Sainteté a daigné me confier la tâche d’expliquer l’Évangile de saint Matthieu, tâche que j’ai remplie selon mes facultés, en recueillant avec soin dans les divers traités des docteurs de quoi former une exposition suivie de cet Évangile. Les citations peu nombreuses que j’ai tirées d’auteurs connus, et puisées le plus souvent dans des Gloses, je les ai données sous le titre général de Gloses, pour qu’on pût les distinguer d’avec les passages des saints Pères. Mais, parmi les écrits des saints docteurs, j’ai pris soin de donner toujours le nom des auteurs latins, avec l’indication précise du livre auquel là citation était empruntée, à l’exception des ouvrages qui sont un commentaire ou une exposition du livre que j’expliquais moi-même. J’ai cru inutile alors d’ajouter cette indication. Ainsi, par exemple, lorsque je cite le nom de saint Jérôme sans indication de traité, c’est que le passage est tiré de son Commentaire sur saint Matthieu, et ainsi des autres. Toutefois, pour les citations empruntées au Commentaire de saint Chrysostome sur saint Matthieu, j’ai cru devoir ajouter sur saint Matthieu, pour les distinguer des autres passages empruntés aux homélies du même Père.

Il a fallu aussi retrancher souvent quelque chose des citations empruntées aux saints Pères pour éviter toute prolixité; comme aussi, pour une plus claire intelligence du texte, j’ai dû parfois changer l’ordre des phrases pour la correction de l’exposé. Quelquefois je n’ai pas cité le texte pour ne donner que le sens, surtout dans les homélies de saint Chrysostome dont la traduction est défectueuse. Le but que je me suis proposé dans cet ouvrage, a été non seulement de chercher le sens littéral, mais d’exposer aussi le sens mystique, de détruire chemin faisant les erreurs, et, par là-même de confirmer la vérité catholique; ce qui m’a paru indispensable, parce que c’est surtout dans l’Évangile qu’on trouve la forme de la foi catholique, et la règle de toute la vie chrétienne. Puisse cet ouvrage ne paraître trop long à personne. Il m’a été impossible de poursuivre un plan si étendu sans abréger beaucoup, ayant à citer tant de saints docteurs, ce que j’ai tâché de faire avec la plus grande concision. Que Votre Sainteté daigne agréer cet ouvrage, dont je soumets l’examen et la correction à votre jugement. Ce travail est le fruit de votre sollicitude et de mon obéissance; c’est vous qui me l’avez imposé, c’est à vous qu’il appartient de le juger en dernier ressort. Les fleuves reviennent au lieu d’où ils sont sortis (Si 1, 7).

[85619] Catena in Mc., dedicatio Reverendo in Christo patri domino Hannibaldo, basilicae duodecim apostolorum venerabili presbytero cardinali, frater Thomas de Aquino ordinis fratrum praedicatorum se totum.

 

Rerum opifex Deus solo suae bonitatis intuitu cuncta in esse producens, naturalem boni amorem omnibus indidit creaturis, ut dum unaquaeque res bonum sibi conveniens naturaliter amat et appetit, quadam conversione mirabili in suum recurrere demonstretur auctorem. Sed in hoc praefertur ceteris rationalis natura, quod ipsum universalem bonitatis fontem per sapientiam intueri potest, et per caritatis amorem suaviter degustare: unde fit ut sapientiae bonum, quo ad ipsum fontem bonitatis accedimus, omnibus humanis bonis secundum rectae rationis iudicium praeferatur. Haec est enim quae fastidium nescit: ita ut qui eam edit, adhuc esuriat, et qui eam bibit, sitire non cesset. Haec est quae intantum peccato repugnat, ut qui secundum ipsam operantur, non peccent. Haec est quae indeficientem fructum suis ministris largitur, ut qui eam elucidant, vitam possideant sempiternam. Praecellit itaque voluptates dulcedine, securitate sedes et regna, utilitateque divitias universas.

 

 

 

 

 

Huiusmodi igitur delectatus muneribus, evangelicae sapientiae a saeculis in mysterio absconditae, quam in lucem produxit Dei sapientia incarnata, ministerium expositionis adhibui, sacrorum doctorum sententias compilando; ad quod me induxit primitus felicis recordationis Urbani Papae quarti mandatum. Verum quia, eo summo pontifice ex hac vita subtracto, tria Evangelia, Marci, Lucae et Ioannis exponenda restabant, ne opus quod obedientia inceperat, negligentia imperfectum relinqueret, cum multo labore diligens adhibui studium, ut quatuor Evangeliorum expositionem complerem, eadem in omnibus forma servata in ponendis sanctorum auctoritatibus et eorum nominibus praescribendis.

 

 

 

Et ut magis integra et continua praedicta sanctorum expositio redderetur, quasdam expositiones doctorum Graecorum in Latinum feci transferri, ex quibus plura expositionibus Latinorum doctorum interserui, auctorum nominibus praenotatis. Verum quia congruit ut de laborum fructibus oblationes sacerdotibus offerantur, expositionis evangelicae opus, laboris mei fructum, apostolorum presbytero censui offerendum: in quo vestra suscipiat auctoritas debitum, ut scientis industria iudicii censuram exerceat; et antiqua dilectio, amoris affectum in offerentis munere comprehendat.

Au très-vénérable Père en Jésus-Christ

LE SEIGNEUR ANNIBAL

CARDINAL PRÊTRE DE LA BASILIQUE DES DOUZE APOTRES

Le Frère Thomas d’Aquin, de l’ordre des Frères Prêcheurs,

tout à lui.

Le souverain auteur de toutes choses, Dieu, qui a fait qu’existent toutes choses par la seule inspiration de sa bonté, a donné à toute créature l’amour naturel du bien, afin qu’au moment où chaque chose aime et recherche naturellement le bien qui lui est propre, on la voie par une sorte de retour admirable revenir à son auteur. Mais la créature raisonnable l’emporte sur les autres en ce qu’elle peut contempler par la sagesse la source universelle de tout bien, et y puiser avec suavité par l’amour de la charité. De là vient qu’au jugement de la saine raison, ce bienfait de la sagesse, qui nous conduit à la source même de toute bonté, doit être préféré à tous les autres biens. C’est cette sagesse qui ne connaît pas le dégoût; celui qui s’en nourrit a encore faim, celui qui la boit ne cesse d’avoir soif. C’est elle qui est si opposée au péché, que ceux qui agissent d’après ses inspirations n’y tombent jamais. C’est elle qui donne à ses ministres des fruits vraiment impérissables, car ceux qui la mettent en lumière aux yeux des hommes reçoivent comme récompense la vie éternelle. Elle est supérieure à toutes les voluptés par sa douceur, aux trônes et aux royaumes par sa sécurité, à toutes les richesses par les avantages qu’elle procure. Après avoir goûté le charme de ses faveurs, j’ai essayé, en recueillant les pensées des saints docteurs, de donner une exposition de cette sagesse évangélique qui, avant tous les siècles, était cachée dans les mystérieuses profondeurs de l’éternité, et qui a été produite au jour par la sagesse incarnée de Dieu. J’avais d’abord été invité à ce travail par l’ordre d’Urbain IV, d’heureuse mémoire; mais comme, après la mort de ce pontife, il me restait encore à expliquer les trois Évangiles, de saint Marc, de saint Luc et de saint Jean, je n’ai pas voulu que la négligence laissât inachevé un ouvrage qu’avait commencé l’obéissance; je me suis donc appliqué avec le soin le plus scrupuleux à compléter l’exposition des quatre Évangiles, en suivant le même plan dans les citations des saints docteurs, que j’ai toujours fait précéder de leurs noms.

Pour rendre cette exposition de la doctrine des saints interprètes plus complète et plus suivie, j’ai fait traduire en latin un grand nombre de passages des Pères qui ont écrit en grec, et je les ai entremêlés avec ceux des auteurs latins, en ayant toujours soin de placer leurs noms en tête de chaque citation. Et comme il est de toute convenance que les prémices des fruits de nos travaux soient offertes aux prêtres, j’ai cru de mon devoir d’offrir cette exposition de l’Évangile, fruit de mon travail, au prêtre de la basilique des douze apôtres. Daignez l’agréer comme un hommage dû à votre autorité, et en même temps que votre science éminente le soumettra à son jugement, que votre vieille amitié y voie un témoignage de ma sincère affection.

Prooemium

 

 

 

 

[85333] Catena in Mt., pr.

 

Super montem excelsum ascende, tu qui evangelizas Sion; exalta in fortitudine vocem tuam, qui evangelizas Ierusalem; exalta, noli timere. Dic civitatibus Iudae: ecce Deus vester; ecce dominus Deus in fortitudine veniet, et brachium eius dominabitur, ecce merces eius cum eo. (Is. 40, 9-10). Evangelii praenuntiator apertus Isaias propheta, evangelicae doctrinae sublimitatem, nomen et materiam breviter comprehendens, evangelicum doctorem ex persona domini alloquitur, dicens super montem excelsum ascende tu, et cetera.

 

Ut autem ab ipso Evangelii nomine sumamus exordium. Augustinus contra Faustum. Evangelii nomen Latine interpretatur bonum nuntium vel bona Annuntiatio; quod quidem cum aliquod bonum annuntiatur, semper dici potest, proprie tamen hoc vocabulum obtinuit Annuntiatio salvatoris. Narratores quippe originis, factorum, dictorum, passionum domini Iesu Christi proprie dicti sunt Evangelistae.

 

Chrysostomus super Matth. Quid enim his bonis nuntiatis fiat aequale? Deus in terra, homo in caelo, amicitia Dei ad nostram facta naturam, prolixum solutum praelium, Diabolus confusus, mors soluta, Paradisus apertus. Et haec omnia super dignitatem nostram, et cum facilitate nobis data sunt, non quia laboravimus, sed quia dilecti sumus a Deo.

 

 

 

Augustinus de vera religione. Cum enim omnibus modis medeatur animis Deus, pro temporum opportunitatibus, quae mira sapientia eius ordinantur, nullo modo beneficentius consuluit generi humano, quam cum unicus filius consubstantialis patri et coaeternus, totum hominem suscipere dignatus est, et verbum caro factum est, et habitavit in nobis, ita enim demonstravit quam excelsum locum inter creaturas habeat humana natura, in hoc quod hominibus in vero homine apparuit.

 

 

Augustinus in sermone 9 de nativitate. Demum factus est Deus homo, ut homo fieret Deus. Hoc igitur bonum evangelizandum praenuntiat propheta dicens ecce Deus vester.

 

Leo ad Flavianum. Exinanitio autem illa, qua se invisibilem praebuit, et creator ac dominus omnium rerum unus voluit esse mortalium, inclinatio fuit miserationis, non desertio potestatis.

 

 

 

Glossa. Ne ergo sic Deus adesse credatur ut fieret aliqua diminutio potestatis, subiungit propheta ecce dominus in fortitudine veniet.

 

 

 

Augustinus de doctrina Christiana. Non per locorum spatia veniendo, sed in carne mortali mortalibus apparendo.

 

Leo in Serm. 19 de passione domini. De ineffabili autem Dei potentia factum est ut dum Deus verus est in carne passibili, conferatur homini gloria per contumeliam, incorruptio per supplicium, vita per mortem.

 

 

Augustinus de peccatorum meritis. Fuso enim sanguine sine culpa, omnium culparum chirographa deleta sunt, quibus homines a Diabolo antea tenebantur.

 

Glossa. Quia ergo per virtutem Christi patientis homines a peccato liberati servi facti sunt Dei, sequitur et brachium eius dominabitur.

 

 

Leo Papa in Serm. 10 de passione. Affuit autem nobis in Christo singulare praesidium, ut in natura passibili mortis conditio non maneret, quam impassibilis essentia recepisset; et per id quod non poterat mori, possit id quod mortuum fuerat, suscitari.

 

Glossa. Et sic per Christum nobis immortalis gloriae aditus aperitur, unde sequitur ecce merces eius cum eo; de qua scilicet ipse dicit: merces vestra copiosa est in caelis.

 

 

Augustinus contra Faustum. Aeternae enim vitae promissio, regnumque caelorum ad novum pertinet testamentum, temporalium vero promissiones testamento veteri continentur.

 

Glossa. Sic ergo quatuor nobis de Christo evangelica doctrina tradit: divinitatem assumentem, humanitatem assumptam, mortem per quam a servitute eripimur, resurrectionem per quam nobis aditus gloriae vitae aperitur; et propter hoc in Ezechiele sub figura quatuor animalium demonstratur.

 

 

Gregorius super Ezech. Ipse enim unigenitus Dei filius veraciter factus est homo; ipse in sacrificio nostrae redemptionis dignatus est mori, ut vitulus; ipse per virtutem suae fortitudinis surrexit, ut leo; ipse etiam ascendens ad caelos est elevatus, ut aquila.

 

Glossa. In qua ascensione manifeste ostendit suam divinitatem. Matthaeus ergo in homine intelligitur, quia circa humanitatem Christi principaliter immoratur; Marcus in leone, quia agit de resurrectione; Lucas in vitulo, quia agit de sacerdotio; Ioannes in aquila, scribens sacramenta divinitatis.

 

 

 

 

Ambrosius super Lucam (in praefatione in Lucam, parum ante finem). Et bene accidit, ut quoniam Evangelii huius librum secundum Matthaeum dicimus esse moralem, opinio huius praemitteretur: mores enim proprie dicuntur humani. Figura autem leonis ascribitur Marco, quia a potentiae coepit expressione divinae, cum dixit: initium Evangelii Iesu Christi filii Dei.

 

 

[pas de texte latin correspondant]

 

 

 

Ioanni autem figura aquilae, eo quod divinae miracula resurrectionis expressit.

 

Gregorius super Ezech. Haec autem ipsa uniuscuiusque libri evangelica exordia testantur: nam quia ab humana generatione coepit, iure per hominem Matthaeus; quia per clamorem in deserto, recte per leonem Marcus; quia a sacrificio exorsus est, bene per vitulum Lucas; quia vero a divinitate verbi coepit, digne per aquilam significatur Ioannes.

 

 

 

 

Augustinus de Cons. Evang. Vel Matthaeus, qui regiam Christi personam maxime commendavit, per leonem significatur; Lucas autem per vitulum, propter victimam sacerdotis; Marcus autem, qui neque stirpem regiam, neque sacerdotalem narrare voluit, et tamen in humanis versatus ostenditur, hominis figura significatur. Haec autem tria animalia: leo, homo, vitulus in terra gradiuntur, unde isti tres Evangelistae in istis maxime occupati sunt quae Christus in carne operatus est. At vero Ioannes velut aquila volat, et lucem incommutabilis veritatis acutissimis cordis oculis intuetur. Ex quo datur intelligi tres Evangelistas circa activam vitam fuisse versatos, Ioannem vero circa contemplativam.

 

 

 

 

 

Doctores autem Graecorum per hominem intelligunt Matthaeum, quia genealogiam domini secundum carnem descripsit; per leonem vero Ioannem, quia sicut leo suo rugitu cunctis bestiis timorem incutit, sic et Ioannes cunctis haereticis timorem incussit; per vitulum intellexerunt Lucam, quia vitulus sacerdotalis est hostia, et ipse semper circa templum et sacerdotium versatus est; et per aquilam Marcum intellexerunt, quia aquila in Scripturis divinis solet significare spiritum sanctum, qui locutus fuit per ora prophetarum, et ipse a prophetico testimonio exorsus est.

 

 

 

Hieronymus super Matth. Circa numerum vero Evangelistarum sciendum est plures fuisse qui Evangelia scripserunt, sicut et Lucas Evangelista testatur dicens: quoniam quidem multi conati sunt ordinare etc..., et sicut perseverantia usque ad praesens tempus monimenta declarant, quae a diversis auctoribus edita, diversarum haeresum fuere principia, ut est illud iuxta Aegyptios, et Thomam et Matthiam et Bartholomaeum, duodecim quoque apostolorum, et Basilidis, atque Apellis, et reliquorum, quos enumerare longissimum est. Ecclesia autem, quae supra petram domini voce fundata est, quatuor fluminum Paradisi instar eructans, quatuor annulos et angulos habet, per quos quasi arca testamenti et custos legis domini lignis mobilibus vehitur.

 

 

 

 

 

Augustinus de Cons. Evang. Vel quoniam quatuor sunt partes orbis terrae, per cuius universitatem Christi Ecclesia dilatatur. Alius autem fuit eis ordo cognoscendi atque praedicandi, alius autem scribendi. Ad cognoscendum quippe atque praedicandum primi fuerunt qui secuti sunt dominum in carne praesentem, docentem audierunt, facientemque viderunt, atque ex eius ore ad evangelizandum sunt missi; sed in conscribendo Evangelio, quod divinitus ordinatum esse credendum est, ex numero eorum, quos ante passionem dominus elegit, primum ultimumque locum duo tenuerunt: primum Matthaeus, ultimum Ioannes, ut reliqui duo, qui ex illo numero non erant, sed tamen Christum in illis loquentem secuti erant tanquam filii amplectendi, ac per hoc in loco medio constituti, utroque ab eis latere munirentur.

 

 

 

 

 

 

 

 

Remigius. Matthaeus quidem scripsit in Iudaea sub tempore Caii Caligulae imperatoris; Marcus in Italia, Romae, sub tempore Neronis vel Claudii, secundum Rabanum; Lucas vero in Achaiae Baeotiaeque partibus, rogatus a Theophilo; et Ioannes Ephesi in Asia minori sub tempore Nervae principis.

Beda. Sed tamen cum sint quatuor Evangelistae, non tam quatuor Evangelia quam unum quatuor librorum veritati consonum ediderunt. Sicut enim duo versus eamdem prorsus habentes materiam, pro diversitate metri et verborum duo sunt, et tamen non nisi unam continent sententiam, sic Evangelistarum libri, cum sint quatuor, unum continent Evangelium, quia unam doctrinam faciunt de fide Catholica.

 

 

 

 

Chrysostomus super Matth. Sufficiebat autem ut unus Evangelista omnia diceret, sed cum quatuor ab uno ore omnia loquantur, non secundum eadem tempora, neque in eisdem locis convenientes, et ad invicem colloquentes, maxima fit demonstratio veritatis. Et hoc ipsum quod in aliquibus modicis dissonare videntur, maximum signum veritatis est; si enim omnia consonarent, crederent inimici, quod ex placito quodam humano convenientes scripserint quae scripserunt. In principalibus quidem, quae pertinent ad informationem vitae et praedicationem fidei, nequaquam dissonant nec in parvo. Si autem in miraculis hic quidem haec, ille vero illa dixit, hoc te non conturbet; si enim unus omnia dixisset, superfluus esset numerus reliquorum; si omnes diversa, nequaquam consonantiae demonstratio appareret; si autem aliquid de temporibus vel modis differenter annuntiant, hoc nihil impedit eorum quae dicta sunt veritatem, ut infra ostendetur.

 

 

 

 

 

 

 

Augustinus de Cons. Evang. Quamvis autem singuli eorum suum quemdam narrandi ordinem tenuisse videantur, non tamen unusquisque eorum velut alterius praecedentis ignarus voluisse scribere reperitur, vel ignorata praetermisisse, quae scripsisse alius invenitur; sed sicut unicuique inspiratum est, non superfluam cooperationem sui laboris adiunxit.

 

Glossa. Sublimitas autem evangelicae doctrinae consistit quidem primo in eius excellentissima auctoritate.

Augustinus de Cons. Evang. Inter omnes enim divinas auctoritates, quae sanctis litteris continentur, Evangelium merito excellit, cuius primi praedicatores apostoli fuerunt, qui dominum Iesum salvatorem nostrum Christum etiam in carne praesentem viderunt; quorum quidam, hoc est Matthaeus et Ioannes, etiam scripta de illo, quae scribenda visa sunt, libris singulis ediderunt. Ac ne putaretur, quod attinet ad percipiendum ac praedicandum Evangelium, interesse aliquid utrum illi annuntient qui eumdem dominum hic in carne apparentem secuti sunt, an alii qui ex illis comperta fideliter crediderunt, divina providentia procuratum est per spiritum sanctum ut quibusdam etiam ex illis qui primos apostolos sequebantur non solum annunciandi, verum etiam scribendi Evangelium tribueretur auctoritas.

 

 

Glossa. Et sic patet quod sublimitas evangelicae auctoritatis a Christo dependet, et hoc designatur in verbis prophetae praemissis, cum dicitur super montem excelsum ascende tu. Mons enim excelsus Christus est, de quo idem Isaias dicit: erit in novissimis diebus praeparatus mons domus domini in vertice montium, idest super omnes sanctos, qui a monte Christo montes dicuntur, quia de plenitudine eius omnes accepimus. Recte autem ad Matthaeum dicitur supra montem excelsum ascende tu, quia, sicut praedictum est, ipse in propria persona facta Christi vidit et eius doctrinam audivit.

 

 

 

 

 

Augustinus de quaest. Evang. Illud autem discutiendum est quod solet nonnullos movere, cur ipse dominus nihil scripserit ut aliis de ipso scribentibus necesse sit credere. Sed nequaquam dicendum est quod ipse non scripserit, quandoquidem membra eius id operata sunt quod dictante capite cognoverunt. Quicquid enim de suis factis et dictis nos legere voluit, hoc scribendum illis tamquam suis manibus imperavit.

 

 

 

 

 

 

Glossa. Secundo etiam habet evangelica doctrina sublimitatem virtutis, unde apostolus dicit quod Evangelium virtus Dei est in salutem omni credenti. Et hoc ostendit propheta in praemissis verbis, cum dicit exalta in fortitudine vocem tuam, in quo etiam modum evangelicae doctrinae designat in exaltatione vocis, per quam doctrinae claritas datur.

 

Augustinus ad Volusianum. Modus enim ipse quo sancta Scriptura contexitur, est omnibus accessibilis, paucissimis penetrabilis; ea quae aperte continet quasi amicus familiaris sine fuco ad cor loquitur indoctorum atque doctorum; ea vero quae in mysteriis occultat, nec ipsa eloquio superbo erigit, quo non audeat accedere mens tardiuscula et inerudita, quasi pauper ad divitem; sed invitat omnes humili sermone, quos non solum manifesta pascat, sed etiam secreta exerceat veritate, hoc tam in promptis quam in reconditis habens. Sed ne aperta fastidirentur, eadem rursum aperta desiderantur, desiderata quodammodo renovantur, renovata suaviter intimantur. His salubriter et prava corriguntur et parva nutriuntur et magna oblectantur ingenia.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Glossa. Sed quia vox exaltata longius auditur, potuit in exaltatione vocis, evangelicae doctrinae publicatio designari: quia non ad unam tantum gentem, sed ad universas nationes praedicanda mandatur. Praedicate, inquit dominus, Evangelium omni creaturae.

Gregorius in Evang. Potest enim omnis creaturae nomine natio gentium designari.

 

Glossa. Tertio autem habet evangelica doctrina altitudinem libertatis.

 

Augustinus contra adversarium legis et Proph. In veteri enim testamento, propter temporalium bonorum promissionem, malorumque comminationem, servos parit temporalis Ierusalem, in novo autem, ubi fides impetrat caritatem, qua lex possit impleri, non magis timore poenae quam dilectione iustitiae, liberos parit Ierusalem aeterna.

 

Glossa. Unde et hanc sublimitatem doctrinae evangelicae propheta designat dicens exalta, noli timere.

 

Restat autem videre quibus et qua de causa hoc Evangelium sit scriptum.

 

 

Hieronymus super Matth. Matthaeus enim Evangelium in Iudaea Hebraeo sermone edidit, ob eorum maxime causam qui in Ierusalem crediderant ex Iudaeis. Cum enim primo praedicasset Evangelium in Iudaea, volens transire ad gentes, primus Evangelium scripsit Hebraice, quod fratribus a quibus ibat, in memoria dereliquit. Sicut enim necesse fuit ad confirmationem fidei Evangelium praedicari, sic et contra haereticos scribi.

 

 

Chrysostomus super Matth. Corpus autem suae narrationis ordinavit Matthaeus: primum ergo nativitatem, deinde Baptismum, tertio tentationem, quarto doctrinam, quinto miracula, sexto passionem, septimo resurrectionem et ascensionem ipsius; non solum historiam de Christo exponere volens per hoc, verum etiam evangelicae vitae statum docere, quoniam nihil est quod ex parentibus nascimur, nisi iterum per aquam et spiritum renati fuerimus ex Deo. Post Baptismum autem necesse est contra Diabolum stare. Post hoc quasi omni superata tentatione factus idoneus ad docendum, si quidem sacerdos est, doceat, et doctrinam suam bonae vitae quasi miraculis factis commendet; si laicus est, operibus doceat fidem. Deinde necesse est exire nos de hoc stadio mundi et tunc restat ut tentationum victoriam resurrectionis merces sequatur, et gloria.

 

 

 

 

 

 

Glossa. Patet igitur ex praemissis Evangelii nomen, evangelicae doctrinae materia, scriptorum Evangelii figura, numerus, tempus, lingua, differentia et ordo, evangelicae doctrinae sublimitas, et quibus hoc Evangelium sit conscriptum et ordo processus ipsius.

PRÉFACE A SAINT MATTHIEU PAR SAINT THOMAS

 

 

Celui qui a prédit avec plus de clarté les mystères de l’Évangile, le prophète Isaïe, renfermant en peu de mots la sublimité de la doctrine évangélique, son nom et ce qui en a fait l’objet, s’adresse au nom du Seigneur au docteur évangélique, et lui parle en ces termes « Montez sur une haute montagne vous qui évangélisez Sion; élevez la voix avec force, vous qui évangélisez Jérusalem; criez, ne craignez pas, dites aux villes de Juda: Voici Votre Dieu, voici que le Seigneur Dieu paraît dans sa force, il dominera par la force de son bras et il tient entre ses mains le prix de ses travaux. » (Is 40)

Commençons par le nom même d’Évangile.

— Saint Augustin : (cont. Faust. liv. 2, chap. 2.) Évangile signifie en latin « bon message » ou « bonne nouvelle ». Ce mot peut être employé toutes les fois qu’on annonce une quelconque heureuse nouvelle; mais il a été spécialement réservé pour désigner l’ annonce du Seigneur, et on appelle Évangélistes proprement dits les écrivains qui ont raconté la naissance, les actions, les paroles et les souffrances de Notre Seigneur Jésus-Christ.

— Saint Jean Chrysostome : (Hom. 1 sur S. Matth.) En effet, que pourra-t-on jamais trouver qui soit équivalent à une si heureuse nouvelle ? Dieu sur la terre, l’homme dans le ciel, notre nature rentrée en amitié avec Dieu, cette si longue guerre enfin terminée, la puissance du démon détruite, la mort anéantie, le paradis ouvert, et toutes ces grâces qui étaient au-dessus de notre dignité nous ont été données avec libéralité, non comme récompense de nos efforts, mais par un effet de l’amour de Dieu pour nous.

— Saint Augustin : (de la vraie relig., chap. 16.) Dieu qui a des moyens infinis pour guérir les âmes suivant les circonstances favorables des temps qu’il fait naître et dispose dans son admirable sagesse, n’a jamais fait paraître plus de bonté pour le genre humain, que lorsque son Fils unique consubstantiel et coéternel à son Père a daigné s’unir l’homme tout entier. « Et le Verbe a été fait chair, et il a habité parmi nous, » et en apparaissant ainsi au milieu des hommes revêtu de leur nature, il a fait voir quel rang élevé la nature humaine occupait dans la création.

— Saint Augustin : (serm. sur la Nativ.) Enfin Dieu s’est fait homme, pour que l’homme devînt Dieu; c’est cette grâce extraordinaire, qui devait être publiée [dans la suite des temps], que le Prophète prédit en ces termes « Voici votre Dieu. »

Saint Léon le Grand, pape. (Lettre 10, chap. 3.) Cet anéantissement par lequel l’invisible s’est rendu visible [contresens ? littéralement : « par lequel il s’est rendu invisible »], et le Créateur, le Seigneur Dieu de toutes choses s’est réduit à la condition des mortels, a été en lui une inclination de miséricorde, et non un amoindrissement de puissance. La Glose : (interlin. sur Isaïe, XL.) Afin que l’on ne pût croire que la venue de Dieu sur la terre entraînait pour lui un affaiblissement de puissance, le Prophète ajoute « Voici que le Seigneur vient dans sa force. »

— Saint Augustin : (de la doct. chrét., liv. 1, chap. 12.) Il vient, non pas en traversant l’espace, mais en apparaissant aux yeux des mortels revêtu d’une chair mortelle.

— Saint Léon le Grand, pape. (serm. 49 sur la pass.) Par l’ineffable puissance de Dieu, il est arrivé que le vrai Dieu s’étant revêtu d’une chair passible, l’homme a obtenu la gloire par ses abaissements, l’incorruptibilité par son supplice, la vie par sa mort.

— Saint Augustin : (du bapt. des enf., r, 30.) Car c’est l’effusion de ce sang innocent qui a effacé les traités de toutes les fautes qui soumettaient les hommes au honteux esclavage du démon.

— La Glose : (interlin. sur Isaïe, 40.) Mais les hommes n’ont été délivrés du péché par la vertu de la passion de Jésus-Christ que pour devenir les serviteurs de Dieu; c’est pour cela que le Prophète ajoute: « Il dominera par la force de son bras. »

— Saint Léon le Grand, pape. (serm. sur la passion.) Nous avons reçu par Jésus-Christ un secours si puissant, que notre nature passible a été affranchie de la loi de mort à laquelle la nature impassible s’était soumise, car par ce privilège d’immortalité qui lui est propre, il peut ressusciter ce qui était condamné à une mort éternelle.

— La Glose : (interlin.) Et c’est ainsi que Jésus-Christ nous a ouvert l’accès à la gloire immortelle, comme le Prophète l’exprime en disant : « Sa récompense est avec lui », et comme saint Matthieu le déclare lui-même par ces paroles: « Votre récompense est grande dans les cieux. »

— Saint Augustin : (contre Faust., liv. 4, chap. 2.) La promesse de la vie éternelle et le royaume des cieux sont le privilège du Nouveau Testament; quant à l’Ancien, il ne contenait que des promesses de biens temporels.

— La Glose : (sur Ezéchiel, 1.) L’Évangile nous enseigne donc ces quatre choses sur la personne de Jésus-Christ: la divinité s’est unie à la nature humaine; l’humanité a été élevée par cette union; la mort du Fils de Dieu nous a délivrés de la servitude, et sa résurrection nous a ouvert les portes de la vie éternelle; c’est ce qu’Ezéchiel a prophétisé sous la figure des quatre animaux.

— Saint Grégoire le Grand : (sur Ezéch., hom. 4.) En effet, le Fils unique de Dieu s’est réellement fait homme; dans le sacrifice de notre rédemption il a été immolé comme un taureau; il s’est levé du tombeau par la vertu de sa force, comme un lion; il a pris le vol de l’aigle pour monter au ciel.

— La Glose : (sur Ezéch., 1, 9.) Dans son ascension, sa divinité se révèle avec éclat. Or, saint Matthieu nous est figuré par l’homme, parce qu’il s’attarde surtout à ce qui concerne l’humanité de Jésus-Christ; saint Marc par le lion, parce qu’il s’étend davantage sur sa résurrection; saint Luc par le taureau, parce qu’il traite de son Sacerdoce; saint Jean par l’aigle, parce qu’il a pénétré les profonds mystères de la divinité.

— Saint Ambroise : (préf. sur S. Luc., un peu avant la fin) C’est par un rappro-chement heureux qu’ayant appelé l’Évangile selon S. Matthieu un livre moral, nous donnons place à cette interprétation figurée, car les mœurs sont propres à la nature humaine; saint Marc est la figure du lion, parce qu’il commence son Évangile en proclamant la puissance de Dieu « Commencement de l’Évangile de Jésus-Christ, Fils de Dieu » ; saint Luc nous est représenté sous la figure d’un taureau, parce qu’il commence son récit par une histoire sacerdotale, et que le taureau était une des victimes immolées par les prêtres; enfin on attribue à saint Jean la figure de l’aigle, parce qu’il a raconté les circonstances miraculeuses de la résurrection du Seigneur.

— Saint Grégoire le Grand : (sur Ezéch., hom. 4.) Le commencement de chaque Évangile atteste la vérité [de cette interprétation symbolique]; saint Matthieu est parfaitement figuré par l’homme, puisqu’il commence son Évangile par la génération humaine de Jésus-Christ; saint Marc par le lion, à cause du cri dans le désert [par lequel il ouvre son récit]; saint Luc par le taureau, parce qu’il débute par le récit d’un sacrifice; saint Jean par l’aigle, lui qui commence par la génération éternelle du Verbe.

— Saint Augustin : (de l’accord des Evang., liv. 1, chap. 6.) On peut dire aussi que saint Matthieu est figuré par le lion, parce qu’il s’est appliqué à faire ressortir la royauté de Jésus-Christ; saint Luc par le taureau, parce que c’était une des victimes immolées par les prêtres; saint Marc par l’homme, parce que, sans vouloir raconter la descendance royale ou sacerdotale du Christ, il s’est attaché à ce qui concerne son humanité. Ces trois animaux, le lion, le taureau et l’homme, vivent et marchent sur la terre: aussi les trois évangélistes qu’ils représentent se sont-ils principalement occupés de ce qu’a fait Jésus-Christ revêtu d’une chair mortelle. Mais saint Jean prend le vol de l’aigle et il fixe la lumière de la Vérité incommunicable avec les yeux perçants de son cœur. On peut en conclure que les trois premiers Évangélistes ont traité surtout de la vie active, et saint Jean de la contemplative.

— Saint Rémi : Les docteurs grecs dans la figure de l’homme voient saint Matthieu qui a écrit la généalogie de Jésus-Christ selon la chair; dans celle du lion, saint Jean, parce que de même que le rugissement du lion fait trembler tous les animaux, ainsi saint Jean a été l’effroi de tous les hérétiques; dans la figure du taureau, saint Luc, parce que le taureau était une des victimes du sacrifice, et que cet évangéliste parle souvent du temple et du sacerdoce; dans celle de l’aigle, saint Marc, parce que dans les saintes Écritures l’aigle représente ordinairement l’Esprit saint (Dt 32, 11; Ez 17, 3; Os 8, 1) qui a parlé par la bouche des prophètes, et que saint Marc a commencé son Évangile par un texte prophétique.

S. Jérôme : (à Eusèbe, prologue de l’Evang.) Quant au nombre des Évangélistes, il faut observer qu’un assez grand nombre d’écrivains ont rédigé des évangiles, au témoignage de saint Luc lui-même: « Puisque plusieurs se sont efforcés de mettre en ordre, » etc... Nous avons encore aujourd’hui des preuves subsistantes de ce grand nombre d’Évangiles composés par divers auteurs, et qui ont été la source de diverses hérésies, tels que les évangiles selon les Égyptiens, selon saint Thomas, selon Matthias, selon saint Barthélemy, les évangiles des douze apôtres, de Basilide, d’Apelles et d’autres qu’il serait trop long d’énumérer. Mais l’Église de Dieu, bâtie sur la pierre par la parole du Seigneur et qui a donné naissance comme le paradis terrestre à quatre grands fleuves, a aussi quatre anneaux aux quatre coins, de manière à pouvoir être portée sur quatre bâtons mobiles comme l’arche de l’Ancien Testament dépositaire et gardienne de la loi divine (Ex 27, 3; 25, 12).

— Saint Augustin : (de l’accord des Evang., liv. 1, chap. 2.) [Le nombre quatre est peut-être aussi en rapport] avec les quatre parties de la terre, dans toute l’étendue de laquelle se développe l’Église de Jésus-Christ. Or, l’ordre qu’il faut assigner aux Apôtres dans la connaissance et la prédication de l’Évangile n’est pas le même qu’il faut suivre pour les écrivains sacrés. Les premiers qui furent appelés à connaître et à prêcher la vérité sont ceux qui suivirent le Seigneur pendant sa vie mortelle, entendirent ses enseignements, furent témoins de ses actes, et reçurent de sa bouche l’ordre d’aller prêcher l’Évangile. Mais quant à la composition de l’Évangile, dont il faut croire qu’elle a été réglée par une disposition toute divine, deux apôtres du nombre de ceux que Jésus-Christ a choisis avant sa passion, saint Matthieu et saint Jean, tiennent l’un la première place, l’autre la dernière. Les deux autres évangélistes n’étaient pas de ce nombre, ils avaient cependant suivi Jésus-Christ dans la personne de deux apôtres, qui les reçurent comme des fils, et au milieu desquels ils furent placés comme pour en être soutenus des deux côtés.

— Saint Rémi : Saint Matthieu écrivit son Évangile dans la Judée, sous le règne de l’empereur Caius Caligula; saint Marc en Italie et à Rome, sous le règne de Néron ou de Claude, selon les dires de Rabanus; saint Luc dans l’Achaïe ou la Béotie, sur la prière de Théophile; saint Jean à Ephèse dans l’Asie Mineure, sons le règne de Nerva.

Saint Bède : On compte, il est vrai, quatre Évangélistes, mais c’est moins quatre évangiles [différents] qu’ils ont écrit, qu’un seul parfaitement d’accord avec la vérité de ces quatre livres. De même en effet que deux vers, ayant absolument le même sujet, diffèrent cependant par les expressions et par la mesure, et ne présentent toutefois qu’une seule et même pensée, ainsi les livres des Évangélistes, tout en étant au nombre de quatre, ne contiennent cependant qu’un seul et même Évangile, parce qu’ils ne renferment qu’une seule et même doctrine sur la foi catholique.

— Saint Jean Chrysostome : (hom. 1 sur S. Matth.) Il suffisait qu’un seul Évangéliste racontât tous les faits [de la vie de Jésus-Christ]; mais lorsqu’on les voit tous les quatre tenir le même langage, et, tout en étant séparés par les lieux comme par les temps, et sans avoir pu se concerter en aucune manière, c’est là une démonstration péremptoire de la vérité. Leurs divergences apparentes sur quelques points de détail sont en outre la plus grande preuve de leur véracité; car s’ils s’accordaient en tout, nos ennemis pourraient dire qu’ils se sont entendus pour avancer ce qu’ils ont écrit. Dans les choses essentielles qui ont pour objet la règle des mœurs et la prédication de la foi, on ne voit pas en eux la moindre différence. Quant aux miracles, que l’un en raconte quelques-uns, et un autre ceux que n’a pas racontés le premier, cela ne doit nullement vous troubler. Car si un seul les avait tout racontés, le récit des autres devenait tout à fait inutile; au contraire, s’ils avaient toujours raconté des miracles différents, comment pourrait-on découvrir cette admirable unité qui existe entre eux ? Quant aux variantes sur le temps où les faits se sont passés, ou sur la manière dont ils ont eu lieu, elles ne détruisent en rien la vérité du récit, ainsi que nous le montrerons dans la suite.

— Saint Augustin : (de l’accord des Evang. liv. 1, chap. 2.) Quoique chacun d’eux paraisse avoir adopté un plan particulier de narration, il ne le suit pas cependant comme s’il ignorait le récit de celui qui l’a précédé, et en omettant les faits qu’un autre aurait racontés. Ils écrivent selon l’inspiration qu’ils reçoivent chacun, et ajoutent à cette inspiration l’utile coopération de leurs propres efforts.

— La Glose : La sublimité de la doctrine évangélique consiste d’abord dans l’excellence de l’autorité dont elle émane.

— Saint Augustin : (de l’accord des Evang., liv. 1, chap. 1.) En effet, parmi les livres sacrés qui sont revêtus d’une autorité divine, l’Évangile occupe à juste titre le premier rang, puisqu’il eut pour premiers prédicateurs les Apôtres qui avaient suivi Notre Seigneur Jésus-Christ, le Seigneur du monde, revêtu de notre nature, et que deux d’entre eux, saint Matthieu et saint Jean, ont cru devoir consigner, chacun dans un ouvrage différent, les choses dont ils avaient été les témoins. Et afin qu’on ne crût pouvoir établir, en ce qui concerne la connaissance et la prédication de l’Évangile, une différence entre les Évangélistes qui avaient suivi le Seigneur ici-bas, sur la terre, et ceux qui avaient cru sur leur témoignage, la providence divine, par le Saint Esprit, a disposé les choses de manière que le privilège non seulement de prêcher, mais d’écrire l’Évangile fût donné aux disciples des premiers apôtres.

— La Glose : Il est donc évident que l’autorité souveraine de l’Évangile vient de Jésus-Christ; c’est ce que déclare le prophète Isaïe que nous avons déjà cité, lorsqu’il dit : « Montez sur une haute montagne. » Cette haute montagne, c’est le Christ lui-même, au témoignage du même prophète: « Dans les derniers jours, la montagne sur laquelle se bâtira la maison du Seigneur sera fondée sur le haut des monts, » c’est-à-dire au-dessus de tous les saints appelés montagnes à cause de Jésus-Christ qui est comparé lui-même à une haute montagne, parce que nous avons reçu tous de sa plénitude. Or, c’est avec raison que ces paroles: « Montez sur une haute montagne » sont adressées à saint Matthieu, car, comme nous l’avons dit plus haut, il fut en personne témoin des actions de Jésus-Christ, et apprit à son école sa divine doctrine.

— Saint Augustin : (de l’accord des Evang., liv. 8, chap. 7) Nous avons maintenant à répondre à une difficulté qui, d’habitude, fait impression sur quelques personnes. Pourquoi, disent-elles, le Seigneur n’a-t-il rien écrit par lui-même, et pourquoi sommes-nous obligés d’ajouter foi au récit de ceux qui ont écrit à son sujet ? Il est faux de dire, répondrons-nous, que le Seigneur n’a rien écrit, puisque ses membres n’ont fait que rapporter ce que leur chef leur dictait, car tout ce dont il a voulu que nous prenions connaissance de ses discours et de ses actions, il leur a commandé de l’écrire, en dirigeant leur main comme la sienne propre.

— La Glose : En second lieu l’Évangile est sublime par sa vertu, au témoignage de l’Apôtre: « L’Évangile est la vertu de Dieu pour sauver tous ceux qui croient », et c’est ce qu’a prédit le Prophète lui-même dans les paroles citées plus haut: « Élève ta voix avec force », paroles qui indiquent la manière dont la doctrine évangélique doit être annoncée, l’élévation de la voix figurant la clarté de la doctrine.

— Saint Augustin : Volusien, lettre 3.) Le langage simple de la sainte Écriture est accessible à tous, mais il n’est pénétré à fond que par un très petit nombre. Les vérités claires qu’elles renferment, elle les propose sans artifice, comme un ami intime, au cœur des savants comme à celui des ignorants. Quant aux mystères qu’elle recouvre d’un voile, elle ne les élève pas au-dessus de nous à l’aide d’une parole prétentieuse, propre à éloigner les intelligences sans instruction et de conception lente, comme le pauvre est porté à s’éloigner du riche, mais elle invite tous les hommes par la simplicité de son langage, non seulement à se nourrir de la vérité qui leur est révélée, mais encore à exercer [leur foi] au milieu de ses divins secrets, ce langage qui propose la vérité tant dans les choses faciles à comprendre que dans les secrets cachés; et afin que la clarté n’engendre pas le dégoût, le voile qui les recouvre de nouveau excite de saints désirs qui leur donnent un nouvel attrait, et les font goûter avec plus de suavité. C’est ainsi que par une méthode salutaire, les esprits dévoyés sont ramenés au bien, les faibles nourris, et les esprits supérieurs remplis d’une douce joie.

— La Glose : La voix qui éclate s’entend de plus loin; on peut voir dans cette voix élevée une figure de la prédication évangélique, que Dieu commande de porter non pas à une nation, mais à tous les peuples, d’après ce précepte du Seigneur: « Allez, prêchez l’Évangile à toute créature. »

— Saint Grégoire le Grand : Ces paroles: « Toute créature » peuvent signifier tous les peuples de la terre.

— La Glose : En troisième lieu la doctrine évangélique est sublime par son caractère de liberté.

— Saint Augustin : (contre Faust.) Dans l’Ancien Testament, la Jérusalem terrestre, sous l’impression de la promesse des biens temporels et de la menace des châtiments, n’engendrait que des esclaves; dans le Nouveau, où la foi obtient la charité qui fait accomplir la loi moins par un sentiment de crainte du châtiment que par l’amour de la justice, la Jérusalem éternelle n’engendre que des enfants libres.

— La Glose : Cette sublimité de la doctrine évangélique nous est indiquée dans ces paroles du Prophète: « Élevez la voix, ne craignez pas. »

Il nous reste à examiner les raisons qui ont déterminé saint Matthieu à écrire son Évangile, et à quelles personnes il le destinait.

— Saint Jérôme : (prolog. sur S. Matth.) Saint Matthieu a écrit son Évangile dans la Judée et en hébreu, parce qu’il le destinait principalement à ceux d’entre les Juifs de Jérusalem qui avaient embrassé la foi. Après leur avoir d’abord prêché l’Évangile en Judée, voulant le transmettre aux Gentils, il l’écrivit en hébreu pour en perpétuer le souvenir dans l’esprit de ses frères, dont il se séparait; car de même qu’il était nécessaire pour confirmer la foi que l’Évangile fût prêché, il fallait aussi qu’il fût écrit pour combattre les hérétiques.

— Saint Jean Chrysostome : (sur S. Matth.) Voici dans quel ordre les faits sont racontés dans saint Matthieu: premièrement la naissance de Jésus-Christ; secondement son baptême; troisièmement sa tentation; quatrièmement sa prédication; cinquième-ment ses miracles; sixièmement sa passion; septièmement sa résurrection et son ascension. En suivant cet ordre, il a voulu non seulement nous présenter la suite de la vie de Jésus-Christ, mais encore nous donner comme le plan de la vie évangélique. Ce ne serait rien, en effet, de recevoir la vie de nos parents, si Dieu ne nous donnait une nouvelle naissance par l’eau et l’Esprit saint. Après le baptême, il faut se dresser contre le démon; lorsqu’on a triomphé pour ainsi dire de toutes les tentations, et qu’on est devenu capable d’enseigner les autres, si on est prêtre, on doit enseigner et donner pour appui à sa doctrine une bonne vie, qui a autant de force que les miracles; si on est simple fidèle, on doit inspirer la foi par ses œuvres. Enfin il nous faut sortir de cette arène du monde, et c’est alors que la récompense et la gloire de la résurrection viennent couronner nos victoires sur les tentations.

— La Glose : D’après tout ce que nous venons de dire, on voit clairement ce qui explique le nom même d’Évangile, son objet, les symboles qui ont figuré les Évangélistes, leur nombre, leur époque, leur langue,  leurs divergences et leur plan, la sublimité de leur doctrine, ceux pour qui cet Évangile a été écrit et l’ordre adopté par l’écrivain sacré.

Caput 1

 

CHAPITRE 1 — [Généalogie et naissance du Messie-Roi]

Lectio 1

[85334] Catena in Mt., cap. 1 l. 1 Hieronymus. Quia faciem hominis Matthaeus significat, quasi de homine exorsus est scribere, dicens liber generationis.

 

Rabanus. Quo exordio satis ostendit generationem Christi secundum carnem suscepisse narrandam.

 

Chrysostomus, super Matth. Iudaeis enim Evangelium scripsit, quibus superfluum erat exponere divinitatis naturam, quam cognoscebant; necessarium autem fuit eis mysterium incarnationis ostendere. Ioannes autem cum gentibus Evangelium scripsit, quae non cognoscebant si Deus filium habet; ideo necessarium fuit primum illis ostendere quia est filius Dei Deus, deinde quia carnem suscepit.

Rabanus. Cum autem parvam libri particulam teneat generatio, dixit liber generationis. Consuetudo enim Haebraeorum est ut voluminibus ex eorum principiis imponant nomina, ut est Genesis.

 

 

 

Glossa. Planior autem sensus esset: hic est liber generationis, sed hic est mos in multis, ut visio Isaiae, subaudis: haec est: generationis autem singulariter dicitur, quamvis multae per ordinem replicentur, quia propter Christi generationem ceterae hic indicuntur.

 

 

 

 

Chrysostomus in Matth. Vel ideo librum hunc generationis nominat, quia haec est totius dispensationis summa, et radix bonorum omnium, Deum hominem factum esse: hoc enim facto alia secundum rationem sequebantur.

 

 

Remigius. Dicit autem liber generationis Iesu Christi quia noverat scriptum esse: liber generationis Adae; et ideo sic exorsus est, ut opponeret librum libro. Adam novum Adae veteri, quia omnia per istum sunt restaurata quae per illum sunt corrupta.

 

 

Hieronymus in Matth. In Isaia autem legimus: generationem eius quis enarrabit? Non ergo putemus Evangelistam prophetae esse contrarium, ut quod ille impossibile dixit esse effatu, hic narrare incipiat, quia ibi de generatione divinitatis, hic de incarnatione dictum est.

 

Chrysostomus in Matth. Nec tamen parva aestimes te audire, hanc audiens generationem. Est enim valde auditu mirabile quod ineffabilis Deus ex muliere nasci dignatus est, et habere progenitores David et Abraham.

 

Remigius. Si autem aliquis dixerit quia propheta de nativitate humanitatis dixit, non est respondendum ad interrogationem prophetae. Nullus generationem domini narravit, sed perrarus, quia Matthaeus et Lucas.

Rabanus. In hoc autem quod dicit Iesu Christi, regalem et sacerdotalem in eo exprimit dignitatem; nam Iesus, qui nominis huius praesagium praetulit, primus post Moysen in populo Israel ducatum tenuit; Aaron vero mystico consecratus unguento, primus in lege sacerdos fuit.

Augustinus de quaest. novi et veteris testamenti. Quod autem per olei unctionem praestabat Deus illis qui in reges vel sacerdotes ungebantur, hoc praestitit spiritus sanctus homini Christo, addita expiatione: spiritus enim sanctus purificavit quod de Maria virgine in corpus salvatoris profecit; et haec est unctio corporis salvatoris, quare Christus est appellatus.

 

Chrysostomus super Matth. Quia vero impia prudentia Iudaeorum negabat Iesum de David semine esse natum, subdit filii David, filii Abraham. Quare autem non sufficiebat dicere illum filium Abrahae solius, aut David solius? Quia ad ambos de Christo nascituro ex eis promissio fuerat facta: ad Abraham quidem sic: et in semine tuo benedicentur omnes gentes terrae; ad David autem ita: de fructu ventris tui ponam super sedem tuam. Ideo ergo utriusque filium dixit, ut utriusque promissiones in Christo adimpletas ostenderet. Deinde, quia Christus tres dignitates fuerat habiturus: rex, propheta, sacerdos. Abraham propheta fuit et sacerdos, sicut Deus ad illum dicit in Genesi: accipe mihi vaccam triennem; propheta autem, sicut ait dominus ad Abimelech de illo: propheta est, et orabit pro te. David rex fuit et propheta; sacerdos autem non fuit. Ideo ergo amborum filius nominatus est, ut utriusque patris triplex dignitas originali iure recognosceretur in Christo.

 

 

 

 

 

 

Ambrosius super Lucam. Ideo etiam duos generis auctores elegit: unum qui de cognatione populorum promissum accepit, alterum qui de generatione Christi oraculum consecutus est. Et ideo, licet sit ordine successionis posterior, prior tamen describitur quia plus est, promissum accepisse de Christo, quam de Ecclesia, quae est per Christum potior est enim qui salvat eo quod salvatur.

 

 

 

Hieronymus in Matth. Ordo etiam praeposterus, sed necessario commutatus. Si enim primum posuisset Abraham, et postea David, rursus ei repetendus fuisset Abraham, ut generationis series texeretur.

 

Chrysostomus super Matth. Altera autem ratio est, quia regni dignitas maior est quam naturae, nam etsi Abraham praecedat in tempore, David praecedebat in dignitate.

 

 

Glossa. Quia vero ex hoc titulo apparet totum hunc librum conscribi de Iesu Christo, necessarium est praecognoscere quid sit sentiendum de ipso, sic enim melius exponi poterunt quae in hoc libro de eo dicuntur.

Augustinus de quaest. Evang. Error autem haereticorum de Christo tribus generibus terminatur: aut de divinitate, aut de humanitate, aut de utroque falluntur.

 

Augustinus de Haeres. Cerinthus ergo et Ebion Iesum Christum hominem tantum fuisse dixerunt, quos secutus Paulus Samosatenus, Christum non semper fuisse, sed eius initium, ex quo de Maria natus est, asseverat, nec enim aliquid amplius quam hominem putat; et haec haeresis postea a Photino confirmata est.

 

 

Athanasius contra Haeret. Ioannes autem apostolus istius insaniam longe ante spiritu sancto conspiciens, eum alto imperitiae sopore demersum suae vocis praeconio excitat, dicens: in principio erat verbum. Ei ergo quod in principio erat apud Deum non relinquitur in novissimo tempore ut originis suae ab homine principium sumpserit. Item inquit: pater, clarifica me illa gloria quam habui apud te priusquam mundus fieret. Audiat Photinus eum gloriam ante principium possedisse.

 

 

 

 

Augustinus de Haeres. Nestorii autem perversitas fuit ut hominem tantummodo ex beata Maria virgine genitum praedicaret, quem verbum Dei non in unitatem personae, et in societatem inseparabilem recepisset; quod Catholicorum aures nequaquam ferre potuerunt.

 

 

Cyrillus Alex. ad monachos Aegypti. Ait enim apostolus de unigenito quod cum in forma Dei esset, non rapinam arbitratus est esse se aequalem Deo. Quis est ergo ille qui est in forma Dei? Aut quomodo exinanitus est, et descendit ad humilitatem secundum hominis formam? Et quidem si praedicti haeretici in duo dividentes Christum, idest in hominem et verbum, hominem dicunt sustinuisse exinanitionem, separantes ab eo Dei verbum, praeostendendum est quia in forma et in aequalitate intelligitur et fuit patris sui, ut exinanitionis sustineret modum. Sed nihil creaturarum est, si secundum propriam intelligatur naturam, in patris aequalitate quomodo ergo exinanitus dicitur, et ex qua eminentia ut esset homo descendit? Aut quomodo intelligitur assumpsisse tamquam non habens in principio servi formam? Sed aiunt quod verbum patri aequale existens habitavit in homine nato per mulierem: et haec exinanitio. Certe audio filium dicentem sanctis apostolis: si quis diligit me, verbum meum custodiet, et pater meus diliget eum, et ad eum veniemus, et mansionem apud eum faciemus. Audis quomodo in eis qui se diligunt, se et sibi cohabitare dixit Deum patrem? Putas ergo, ipsum exinanitum et vacuatum dabimus et servi formam accepisse, quia in diligentium se animabus facit mansionem? Quid autem spiritus habitans in nobis, putatis, et ipse humanationis dispensationem adimplet?

 

 

 

 

 

 

Abbas Isidorus ad Atribium presbyterum. Verum ne universa annumeremus, unum, ad quod universa intendunt, dicemus quia illum qui Deus erat, humilia loqui, et dispensativum simul et utile est, et nihil inviolabili naturae praeiudicat. Eum vero qui homo est, divina et supernaturalia quaedam loqui summae praesumptionis est malum; nam regi quidem licet etiam et humiliter agere, militi vero non licet imperiales voces emittere. Si igitur Deus erat humanatus, etiam humilia locum habent; si vero homo tantum erat, excelsa non habent locum.

 

 

 

Augustinus de Haeres. Sabellium discipulum Noeti quidam perhibent, qui dicebat Christum eumdem et patrem et spiritum sanctum.

Athanasius contra Haeret. huius autem insanissimi furoris audaciam caelestium testimoniorum auctoritate frenabo ad demonstrandum propriae substantiae filii personam, non illa quae homini suscepto congruere cavillatur, assumens, sed illa in medium proferens testimonia, quae sine ullo ancipitis intelligentiae scrupulo divinitati eius competere omnes pariter confitentur. In Genesi enim Deum dixisse legimus: faciamus hominem ad imaginem et similitudinem nostram. Ecce pluraliter dicit faciamus, alium videlicet indicans ad quem loquentis factus est sermo. Si unus est, ad imaginem suam fecisse diceretur; nunc autem alius et alterius imaginem apertius fecisse describitur.

 

 

 

 

Glossa. Alii vero veram Christi humanitatem negaverunt. Valentinus enim dixit Christum a patre missum spiritale vel caeleste corpus attulisse, nihilque assumpsisse de Maria virgine, sed per illam tamquam per rivum aut fistulam sine assumpta carne transisse. Nos autem non ideo credimus natum ex Maria virgine, quod aliter in vera carne existere atque hominibus apparere non posset, sed quia sic scriptum est in ea Scriptura, cui nisi crediderimus, nec Christiani nec salvi esse poterimus. Si autem de caelesti, vel aerea, vel humida creatura corpus assumptum vellet commutare in humanae carnis verissimam qualitatem, hoc eum potuisse facere quis negaret?

 

 

 

 

Augustinus de Haeres. Manichaei vero dixerunt, phantasma esse dominum Iesum Christum, nec femineo posse nasci ex utero.

 

 

Augustinus, Lib. 83 quaest. Sed si phantasma fuit corpus Christi, fefellit Christus; et si fallit, veritas non est. Est autem veritas Christus; non ergo phantasma fuit corpus eius.

 

Glossa. Et quia principium huius Evangelii, et etiam Evangelii secundum Lucam, manifeste ostendit Christum natum ex femina, ex quo apparet vera Christi humanitas, ergo utriusque Evangelii principia negant.

 

Augustinus contra Faustum. Unde Faustus dicit: Evangelium quidem a praedicatione Christi et esse coepit et nominari, in quo ipse nusquam se natum ex hominibus dicit. At vero genealogia adeo non est Evangelium, ut nec eius scriptor ausus fuerit eam Evangelium nominare. Quid enim scribit? Liber generationis Iesu Christi filii David; non ergo liber Evangelii Iesu Christi, sed liber generationis. At vero Marcus, quia generationem scribere non curavit, sed tantum praedicationem filii Dei, quod est Evangelium, vide quam competenter sit exorsus: Evangelium, inquit, Iesu Christi filii Dei, ut hinc satis appareat genealogiam non esse Evangelium; namque et in ipso Matthaeo, post inclusum Ioannem in carcere, tunc legitur Iesum coepisse praedicare Evangelium regni. Ergo quicquid ante hoc narratur, genealogiam esse constat, non Evangelium. Ad Ioannem ergo et Marcum me contuli, quorum mihi principia non immerito placuerunt, quia nec David nec Mariam inducunt, nec Ioseph.

 

 

 

 

 

Contra quem Augustinus: quid ergo respondebit apostolo dicenti: memor esto Iesum Christum resurrexisse a mortuis, ex semine David, secundum Evangelium meum? Quod autem erat apostoli Pauli Evangelium, hoc etiam ceterorum apostolorum et omnium fidelium; hoc enim alibi dicit: sive ego, sive illi Evangelium praedicaverunt.

 

 

 

 

 

Augustinus de Haeres. Ariani autem patrem et filium et spiritum sanctum nolunt esse unius eiusdemque substantiae, naturae, aut existentiae; sed esse filium creaturam patris, spiritum vero sanctum creaturam creaturae, hoc est, ab ipso filio creatum volunt. Christum etiam sine anima carnem suscepisse arbitrantur.

 

 

Augustinus de Trinit. Sed Ioannes in eo declarat filium non tantum Deum esse, sed etiam eiusdem cum patre substantiae, quia cum dixisset: et Deus erat verbum, addidit: omnia per ipsum facta sunt. Unde apparet ipsum factum non esse, per quem facta sunt omnia; et si factus non est, creatus non est; et sic eiusdem cum patre substantiae est; omnis enim substantia quae Deus non est, creatura est.

 

Augustinus contra Felicianum. Nescio enim quid nobis mediatoris persona contulerit, qui melius nostrum non redimens, carnem, quae sine anima nec beneficium possit sentire, suscepit. Si enim venit Christus salvum facere quod perierat, quia totus homo periit, totus beneficio salvatoris indiget; et ideo Christus veniendo, totum salvat, corpus et animam assumendo.

 

 

 

 

Augustinus Lib. 83 quaest. Quomodo etiam ipsi respondent tam manifestis obiectionibus ex evangelica Scriptura, in qua contra eos dominus tam multa commemorat? Ut est illud: tristis est anima mea usque ad mortem; et: potestatem habeo ponendi animam meam; et multa huiusmodi. Qui si dicant in parabolis eum locutum esse, habemus Evangelistarum rationes, qui res gestas narrantes, sicut eum corpus habuisse testantur, sic eum indicant habere animam per affectiones quae non possunt esse nisi in anima. Eis enim narrantibus legimus: et miratus est Iesus, et iratus, et multa huiusmodi.

 

 

 

 

Augustinus de Haeres. Apollinaristae autem sicut Ariani, Christum dixerunt carnem solam sine anima suscepisse. In qua quaestione testimoniis evangelicis victi, mentem, quae rationalis est anima hominis, defuisse animae Christi, sed pro hac ipsum verbum in ea fuisse dixerunt.

 

 

Augustinus Lib. 83 quaest. Sed si ita est, belluam quamdam cum figura humani corporis Dei verbum suscepisse crederetur.

 

 

Augustinus de Haeres. De ipsa vero eius carne sic a recta fide dissensisse perhibentur ut dicerent carnem illam et verbum unius eiusdemque substantiae esse, contentiosissime asseverantes verbum carnem factum, hoc est; verbi aliquid in carnem fuisse mutatum atque conversum, non autem carnem de Mariae carne suscepisse.

 

Cyrillus ad Ioannem Antiochenum. Furere autem arbitramur eos qui suspicati sunt, quod mutationis obumbratio circa divinam verbi naturam potest contingere: manet enim quod est semper, et non mutatur, nec conversionis est capax.

Leo ad Constantinopolitanos. Nos autem non ita dicimus Christum hominem ut aliquid ei desit quod ad humanam certum est pertinere naturam, sive animam sive mentem rationabilem, sive carnem, quae non de femina sumpta sit, sed facta de verbo in carnem converso atque mutato. Quae ter falsa Apollinaristarum haeresis tres varias protulit partes.

 

 

Leo ad Palaestinos. Eutyches quoque tertium Apollinaris dogma delegit, ut, negata humanae carnis atque animae veritate, totum dominum nostrum Iesum Christum unius assereret esse naturae, tamquam verbi divinitas ipsa se in carnem animamque verteret, et concipi, nasci aut nutriri, et cetera huiusmodi, eius tantum essentiae fuerit, scilicet divinae, quae nihil horum in se sine carnis recepit veritate, quoniam natura unigeniti, natura est patris, natura est spiritus sancti, simul impassibilis et sempiterna. Verum si ab Apollinaris perversitate haereticus iste decesserit, ne convinceretur deitatem passibilem sentire atque mortalem, et tamen verbi incarnati, id est verbi et carnis, unam audet pronuntiare naturam; non dubie in Manichaei et Marcionis transit insaniam, et dominum Iesum Christum simultorie omnia credit egisse, nec humanum ipsum corpus, sed phantasticam corporis speciem oculis apparuisse cernentium.

 

 

 

 

 

 

 

 

Idem ad Iulianum. In eo vero quod Eutyches in episcopali iudicio ausus est dicere ante incarnationem duas fuisse in Christo naturas, post incarnationem autem unam, necessarium fuit ut ad reddendam rationem professionis suae sollicitis interrogationibus urgeretur. Arbitror enim eum talia loquentem hoc habere persuasum quod anima quam salvator assumpsit, prius in caelis sit commorata quam de Maria virgine nasceretur. Sed hoc Catholicae mentes auresque non tolerant, quia nil secum dominus de caelo veniens nostrae conditionis exhibuit, nec animam eius, quae anterior extitisset, nec carnem, quae non materni corporis esset, accepit. Unde quod in Origene merito damnatum est, qui animarum antequam corporibus insererentur non solum miras, sed et diversas fuisse asseruit actiones, necesse est quod in isto plectatur.

 

 

Remigius. Has igitur haereses in principio Evangelii sui Evangelistae destruunt, nam Matthaeus cum narrat eum duxisse originem per reges Iudaeorum, verum hominem eum ostendit, et veram carnem habuisse. Similiter et Lucas, qui sacerdotalem stirpem et personam describit. Marcus autem, cum ait: initium Evangelii Iesu Christi filii Dei, et Ioannes cum ait: in principio erat verbum manifestant eum ante omnia saecula semper fuisse Deum apud Deum patrem.

Verset 1.

 

— Saint Jérôme : Saint Matthieu nous est représenté sous la figure d’un homme (cf. Ez 1, 10), il commence donc son évangile en parlant de l’humanité du Seigneur: « Livre de la génération » etc...

— Raban : Cet exorde prouve suffisamment que l’Évangéliste a voulu nous raconter la génération de Jésus-Christ selon la chair.

— Saint Jean Chrysostome : Saint Matthieu écrivait pour les Juifs, qui connaissaient la nature divine; il était donc inutile de leur en parler; ce qu’il importait de leur apprendre, c’était le mystère de l’incarnation. Saint Jean au contraire a écrit son évangile pour les Gentils, qui ignoraient que Dieu eût un Fils, il lui fallait donc tout d’abord leur enseigner que Dieu a un Fils, Dieu lui-même, et que ce Fils s’est incarné.

Raban. Quoique la généalogie du Seigneur occupe une très petite place dans le livre des Évangiles, saint Matthieu l’intitule: « Livre de la génération », car c’est un usage chez les Hébreux de prendre le titre de leurs livres dans les premiers faits qu’ils racontent, comme on le voit dans le livre de la Genèse.

— La Glose : (de S. Jérôme.) Le sens serait plus clair si on lisait : « Voici le livre de la génération »; mais on trouve de nombreux exemples de cette manière de s’exprimer, tels que celui-ci: « Vision d’Isaïe », sous-entendez: « Voici ». On lit au singulier: « Livre de la génération », bien qu’il énumère successivement plusieurs séries de générations, parce que ces généalogies ne sont ici rappelées qu’en vue de la génération de Jésus-Christ.

— Saint Jean Chrysostome : (hom. 2 sur S. Matth.) Ou bien encore, ce livre est appelé livre de la génération, parce que le mystère d’un Dieu fait homme est l’abrégé de toute l’économie de notre salut et la source de tous les biens; ce don une fois fait aux hommes, tous les autres devaient nécessairement en découler.

— Saint Rémi : L’Évangéliste écrit: « Livre de la génération de Jésus-Christ », parce qu’il savait qu’il existait un ouvrage intitulé: « Livre de la génération d’Adam ». Par cet exorde, il a donc intention d’opposer ce livre au premier, le nouvel Adam à l’ancien, parce que le second a rétabli tout ce que le premier avait perdu.

— Saint Jérôme : Nous lisons dans le prophète Isaïe (chap. 53): « Qui racontera sa génération ? » N’allons pas croire que l’Évangéliste soit contraire au prophète, en entreprenant de raconter ce qu’Isaïe déclare au-dessus de toute expression; l’un parle de la génération divine, l’autre de la génération humaine.

— Saint Jean Chrysostome : (même hom.) Ne regardez pas l’exposé de cette génération comme de peu d’importance, car c’est une chose souverainement extraordinaire qu’un Dieu ineffable ait daigné prendre naissance dans le sein d’une femme et qu’il compte David et Abraham parmi ses aïeux.

— Saint Rémi : Si l’on entend les paroles du prophète de la génération humaine, à la question qu’il fait, il ne faut pas répondre: Aucun n’a raconté la génération du Seigneur, mais un très petit nombre, puisque saint Matthieu et saint Luc l’ont racontée.

— Raban : Ces paroles: « de Jésus-Christ » font connaître la dignité royale et sacerdo-tale dont il est revêtu, car Josué, dont le nom était la figure de celui de Jésus, fut après Moïse le chef du peuple de Dieu, et Aaron, consacré par une onction mystérieuse, fut le premier grand-prêtre de la loi.

— Saint Augustin : (Quest. sur le Nouv. et l’Anc. Test., chap. 45). Ce que Dieu conférait par l’onction à ceux qui étaient consacrés prêtres et rois, l’Esprit saint l’a communiqué au Christ fait homme, en y ajoutant un caractère d’expiation: car l’Esprit saint a purifié ce qui dans la Vierge Marie servit à former le corps du Seigneur, et c’est en vertu de cette onction de son corps qu’il a reçu le nom de Christ.

— Saint Jean Chrysostome : (sur S. Matth.) La fausse sagesse des Juifs impies niait que Jésus fût de la race de David, l’Évangéliste prend donc soin d’ajouter: « Fils de David, Fils d’Abraham. » Mais pourquoi ne suffisait-il pas de dire qu’il était le fils de l’un des deux ou d’Abraham, ou de David ? C’est que tous les deux avaient reçu la promesse que le Christ naîtrait de leur postérité: « Toutes les nations de la terre seront bénies en ta race », avait dit Dieu à Abraham; et à David: « Je ferai asseoir sur ton trône un fils qui naîtra de toi. » Aussi l’Évangéliste appelle Jésus-Christ fils de David et d’Abraham pour montrer l’accomplissement des promesses qui leur ont été faites. Une autre raison, c’est que le Christ devait réunir en sa personne la triple dignité de roi, de prophète et de prêtre. Or, Abraham a été prêtre et prophète: prêtre, puisque Dieu lui dit dans la Genèse: « Prends pour me l’immoler une génisse de trois ans » (Gn 15); prophète, comme Dieu le déclare au roi Abimélech: « Il est prophète et il priera pour toi. » Quant à David, il fut roi et prophète, mais sans être prêtre. Jésus-Christ est donc appelé fils de l’un et de l’autre, pour nous apprendre que cette triple dignité de ses deux aïeux lui était dévolue par le droit de sa naissance.

— Saint Ambroise : (sur S. Luc.) Parmi les ancêtres [du Seigneur], l’Écrivain sacré en choisit deux, l’un à qui Dieu avait promis l’héritage des nations, l’autre à qui Il avait prédit que le Christ naîtrait de sa race. David, quoique le dernier dans l’ordre chronologique, est cependant nommé le premier, parce que les promesses qui ont le Christ pour objet sont supérieures à celles qui concernent l’Église, qui n’existe que par Jésus-Christ ; celui qui sauve est évidemment au-dessus de celui qui est sauvé.

— Saint Jérôme : L’ordre est interverti, mais pour une raison nécessaire, car si le nom d’Abraham avait précédé celui de David, il aurait fallu répéter le nom d’Abraham pour l’enchaînement de la suite des générations.

— Saint Jean Chrysostome : (sur S. Math.) Une autre raison, c’est que la dignité du trône l’emporte sur celle de la nature, et, bien qu’Abraham fût le premier par ordre chronologique, David l’était par son titre de roi.

— Glose : Comme ce livre tout entier a pour objet la vie de Jésus-Christ, il est nécessaire tout d’abord de s’en former une idée juste. Ou pourra ainsi plus facilement expliquer tout ce qui dans le cours de cet ouvrage a rapport à sa divine personne.

— Saint Augustin : (Quest. sur les Evang. liv. 5, chap. 45.) Les erreurs des hérétiques sur la personne de Jésus-Christ peuvent se réduire à trois catégories : sa divinité, son humanité, ou l’une et l’autre à la fois.

— Saint Augustin : (Des hérés. chap. 8 et 10.) Cérinthe et Ebion prétendirent que Jésus-Christ n’était qu’un homme. Paul de Samosate suivit leur erreur en soutenant que Jésus-Christ n’était pas éternel, que son existence ne remontait pas au-delà de sa naissance du sein de Marie, car il ne voyait en lui rien qui fût au-dessus de la nature humaine. Photin appuya plus tard cette hérésie.

— Saint Athanase : L’apôtre saint Jean, voyant l’hérésie de ce dernier bien long-temps auparavant à la lumière de l’Esprit saint, plongé dans le profond sommeil de cette erreur insensée, le secoue de sa léthargie par ces paroles: « Au commencement était le Verbe. » Puisqu’il était en Dieu dès le commencement, il est impossible qu’il ait reçu de l’homme dans ces derniers temps le commencement de son existence. Jésus-Christ lui-même n’a-t-il pas dit: « Mon Père, glorifiez-moi de cette gloire que j’avais en vous avant la création du monde ? » Que Photin comprenne donc qu’il possédait cette gloire dès le commencement.

— Saint Augustin : (Des hérés. chap. 19.) L’impiété de l’erreur de Nestorius fut de prétendre, dans sa prédication, que celui qui était né de la Vierge Marie n’était qu’un homme, avec lequel le Verbe divin n’avait pas formé une unité de personne et contracté une union indissoluble, erreur que les oreilles catholiques ne purent jamais supporter.

— S. Cyrille : (Aux moines d’Égypte.) L’Apôtre parlant du Fils unique dit : « Lui qui avait la nature de Dieu, n’a pas cru que ce fût pour lui une usurpation de s’égaler à Dieu. » Quel est donc celui qui a la forme et la nature de Dieu ? et comment s’est-il humilié, anéanti en prenant la forme et la nature de l’homme ? Si les hérétiques dont nous venons de parler divisent Jésus-Christ en deux, d’un côté l’homme, de l’autre le Verbe, et qu’ils prétendent, en séparant le Verbe de l’homme, que c’est ce dernier seul qui s’est anéanti, il leur faut prouver auparavant qu’il avait réellement la forme, la nature de Dieu son Père, qu’il était son égal, pour qu’il ait pu se soumettre à l’anéantissement. Mais aucune créature, considérée dans sa nature propre, ne peut être l’égale du Père. Comment donc s’est-il anéanti ? De quelle hauteur est-il descendu pour se faire homme ? Comment comprendre qu’il ait pris la forme d’un esclave, qu’il n’avait pas auparavant ? Ils répondent que le Verbe égal au Père a daigné habiter dans l’homme né de la femme, et que c’est ainsi qu’il s’est anéanti. J’entends, il est vrai, le Fils de Dieu dire à ses apôtres : « Si quelqu’un m’aime il gardera ma parole, et mon Père l’aimera: et nous viendrons à lui, et nous ferons en lui notre demeure. » Vous comprenez comment il déclare que son Père et lui feront leur demeure dans ceux qui l’aiment ? Or pensez-vous que nous puissions considérer qu’il s’est appauvri, anéanti, qu’il a pris la forme d’esclave, parce qu’il fait sa demeure dans le cœur de ceux qui l’aiment ? Et que direz-vous de l’Esprit saint qui habite en nous ? Pensez-vous que ce soit là une véritable incarnation ?

— L’abbé Isidore : (Au prêtre Archibius.) Pour ne pas nous étendre indéfiniment, nous dirons, en quelques mots qui résument tout, que celui qui était Dieu, en tenant un langage plein d’humilité, fait une chose sage, utile et qui ne porte aucun préjudice à sa nature immuable; tandis que l’homme au contraire ne peut s’approprier le langage des choses divines et surnaturelles sans une présomption souveraine et coupable. Un roi peut faire des actions ordinaires, un soldat ne peut s’arroger la parole du commandement. Si donc celui qui s’est incarné est Dieu, les actions humbles ont leur raison d’être, mais s’il n’était qu’homme, les choses divines sont impossibles.

— Saint Augustin : (Des hérés., chap. 41). Quelques écrivains parlent de Sabellius disciple de Noet, qui prétendait que le Christ n’était autre que le Père et l’Esprit saint.

— Saint Athanase : (Contre les hérés.) Je mettrai un frein à l’audace de cette fureur si insensée, en m’appuyant sur l’autorité de témoignages divins pour démontrer la personnalité propre du Fils et la consub-stantialité divine. Pour cela, je ne me servirai pas des passages que par une fausse interprétation il applique sans scrupule à l’humanité prise par le Seigneur, mais je mettrai en avant ceux qui, sans aucune ambiguïté et de l’aveu de tous, ne peuvent s’entendre que de la divinité. Nous lisons au chapitre 1er de la Genèse que Dieu s’exprime ainsi: « Faisons l’homme à notre image et à notre ressemblance » ; il dit au pluriel : « Faisons », et il indique néces-sairement quelqu’un à qui s’adressent ces paroles. Car si celui qui parle était seul, il dirait qu’il a fait l’homme à son image, tandis qu’il déclare ouvertement l’avoir fait également à la ressemblance d’un autre.

— La Glose : D’autres ont nié la vérité de l’humanité du Christ. C’est ainsi que Valentin a enseigné que le Christ, envoyé par son Père, avait apporté sur la terre un corps spirituel et céleste, qu’il n’avait rien pris de la Vierge Marie, mais qu’il n’avait fait que passer par elle, comme l’eau passe dans un canal ou dans le lit d’un ruisseau, sans qu’il y ait « in-carnation ». Pour nous, nous ne croyons pas que Jésus-Christ est né de la Vierge Marie parce qu’il n’aurait pu autrement exister ou apparaître aux hommes dans une chair véritable, mais parce que telle est la doctrine de l’Écriture, qu’il nous faut croire sous peine de n’être plus chrétiens, et et de ne pouvoir être sauvés. Si Jésus-Christ avait voulu donner à son corps formé d’un élément céleste, aérien ou liquide les propriétés d’une chair humaine véritable, qui oserait dire que cela lui était impossible ?

— Saint Augustin : (Des hérés. chap. 46.) Les Manichéens ont prétendu que Notre Seigneur Jésus-Christ n’était qu’un être imaginaire et qu’il n’avait pu naître du sein d’une femme.

— Saint Augustin : (Liv. des LXXXIII quest. 13.) Or, si le corps du Christ ne fut qu’une apparence, lui-même nous a trompés, et s’il nous a trompés, il n’est plus la vérité. Or le Christ est la vérité, donc son corps ne fut pas un corps imaginaire.

— La Glose : Le commencement de cet évangile et aussi de l’évangile selon saint Luc nous montre clairement aussi que le Christ est né d’une femme, ce qui prouve la vérité de son humanité; les hérétiques rejettent en conséquence le commencement de ces deux évangiles.

— Saint Augustin : (Contre  Faustus, liv. 2, chap. 1.) C’est pour cela que  Faustus nous dit: L’Évangile n’a commencé et ne tire son nom que de la prédication du Christ, et nulle part dans cet Évangile Jésus-Christ ne dit que sa naissance est humaine. Quant à la généalogie, elle est si peu l’Évangile, que celui qui en est l’auteur n’a pas osé lui donner ce nom. Comment s’exprime-t-il en effet ?  « Livre de la génération de Jésus-Christ, Fils de David. » Ce n’est donc pas le livre de l’Évangile de Jésus-Christ, mais de la génération. Au contraire, Marc ne s’est pas occupé d’écrire la généalogie, mais uniquement la prédication du Fils de Dieu, prédication qui est vraiment l’Évangile. Aussi voyez avec quel à-propos il commence son récit : « L’Évangile de Jésus-Christ Fils de Dieu. » Ce qui prouve suffisamment que la généalogie ne fait point partie de l’Évangile. Dans Matthieu lui-même, ce n’est qu’après que Jean-Baptiste eut été jeté en prison que nous lisons que Jésus commença à prêcher l’Évangile du royaume. Donc il est évident que tout ce qui précède appartient à la généalogie, et non pas à l’Évangile. Je me suis donc reporté à Marc et à Jean dont les commencements me plaisent avec raison, car ils ne font mention ni de David, ni de Marie, ni de Joseph. Voici comment saint Augustin le réfute: Que répondra-t-il à ces paroles de l’Apôtre (2 Tm 2): « Souvenez-vous que Jésus-Christ, qui est de la race de David, est ressuscité selon l’Évangile que je prêche ? » Or, l’évangile de l’apôtre saint Paul, c’était l’évangile des autres apôtres, et de tous les fidèles [dispensateurs d’un si grand mystère]. C’est ce que lui-même dit ailleurs « Que ce soit moi, que ce soient eux qui vous prêchent l’Évangile, voilà, etc…» [L’abbé Péronne ajoute ici : Tous, en effet, n’ont pas écrit l’Évangile, mais tous l’ont prêché.]

— Saint Augustin : (Des hérésies, chap. 49.) Les Ariens ne veulent pas admettre que le Père, le Fils et l’Esprit saint n’aient qu’une seule et même substance, une seule et même nature, une seule et même existence; mais ils voient dans le Fils une créature du Père, et dans l’Esprit saint une créature produite par une créature, c’est-à-dire par le Fils; ils soutiennent encore que le Christ a pris un corps sans âme.

— Saint Augustin : (Liv. 1 de la Trinité, chap. 6.) Mais Jean déclare dans son évangile que non seulement le Fils est Dieu, mais qu’il est consubstantiel à son Père; car après avoir dit:  « Et le Verbe était Dieu », il ajoute: « Toutes choses ont été faites par lui. » Donc il n’a pas été fait lui-même, puisque tout a été fait par lui, et s’il n’a pas été fait, il n’a pas été créé, et il a la même substance que son Père, car toute substance qui n’est pas Dieu est une substance créée.

— Saint Augustin : (Contre Félicien, chap. 13.) Je ne sais pas quel avantage la personne du Médiateur nous aurait procuré, si en laissant la meilleure partie de nous-mêmes sans rédemption, il n’a pris de notre nature que la chair, qui, séparée de l’âme, est incapable d’apprécier ce bienfait. En effet, si Jésus-Christ est venu sauver ce qui avait péri, comme tout en nous était perdu, tout réclamait le bienfait de la rédemption. Aussi Jésus-Christ, en venant sur la terre sauve tout en s’unissant tout notre être, le corps et l’âme.

— Saint Augustin : (Liv. des LXXXIII quest. 80.) Comment encore peuvent-ils répondre aux difficultés si évidentes que leur présente le saint Évangile, où le Seigneur produit contre eux des témoignages si frappants, par exemple: « Mon âme est triste jusqu’à la mort », et encore: « J’ai le pouvoir de donner ma vie », et beaucoup d’autres semblables. Diront-ils que ce langage de Notre Seigneur est figuré, nous leur opposerons l’autorité des Évangélistes, qui, dans le récit des faits, établissent également que Jésus-Christ avait un corps, et qu’il avait une âme, et lui attribuent des sentiments qui ne peuvent exister que dans l’âme. C’est ainsi que nous lisons dans leurs récits : « Et Jésus fut dans l’admiration », « il s’irrita », et d’autres semblables exemples.

— Saint Augustin : (Des hérésies, chap. 55.) Les Apollinaristes ainsi que les Ariens soutinrent que le Christ s’était revêtu d’un corps seulement, mais âme. Vaincus sur ce point par les témoignages de l’Évangile, ils se retranchèrent à dire que cette faculté qui constitue l’homme raisonnable avait manqué à l’âme du Christ, et qu’elle avait été remplacée en lui par le Verbe de Dieu.

— Saint Augustin : (Liv. des LXXXIII Quest., quest. 80.) S’il en était ainsi, il faudrait croire que le Verbe divin aurait pris la nature d’un animal sans raison avec une figure humaine.

— Saint Augustin : (Des hérésies, chap. 55.) Quant à la vérité de sa chair, ils se sont éloignés de la vraie foi à ce point de prétendre que le Verbe et la chair n’avaient qu’une seule et même substance, et de soutenir à force de sophismes que le Verbe s’était fait chair, en ce sens qu’une partie du Verbe avait été changée, convertie en chair, et que cette chair n’avait pas été formée de la chair de Marie.

— S. Cyrille : (Lettre à Jean d’Antioche.). Il faut avoir perdu le sens, à notre avis, pour soupçonner l’ombre même de changement dans la nature du Verbe divin. Elle demeure ce qu’elle est toujours, elle ne change pas, elle n’est susceptible d’aucune altération.

— Saint Léon le Grand. (Lettre au concile de Constance. 23.) Pour nous, nous ne dirons pas que le Christ s’est fait homme en ce sens qu’il lui ait manqué ce qui constitue – c’est évident - la nature humaine, soit l’âme, soit l’intelligence ordinaire, soit un corps qui ne serait point né d’une femme, mais qui serait le produit du changement, de la conversion du Verbe dans la chair : trois erreurs qui forment les trois différentes parties de l’hérésie des Apollinaristes.

— Saint Léon le Grand. (Aux moines de la Palest. let. 83.) Eutychès s’empara de la troisième erreur des Apollinaristes, et il nia qu’il y eut en Notre Seigneur Jésus-Christ la réalité d’une chair humaine et d’une âme [semblable à la nôtre], et soutint qu’il n’y avait en lui qu’une seule nature. Dans son système, la substance divine du Verbe serait comme changée en corps et en âme; et ces différentes actions, être conçu, naître, être nourri, et d’autres du même genre étaient des actions de l’essence divine, toutes choses qui ne peuvent lui être attribuées que par son union à une chair véritable; car la nature du Fils est la même que la nature du Père, que la nature du Saint-Esprit, elle a la même impassibilité et la même éternité. Si cet hérétique parait se séparer de l’erreur perverse d’Apollinaire, pour ne pas être obligé d’admettre que la divinité est passible et mortelle, et que cependant il ne craigne pas de soutenir qu’il n’y a, dans le Verbe incarné, c’est-à-dire dans le Verbe et dans la chair, qu’une seule nature, il tombe sans aucun doute dans l’erreur insensée des Manichéens et de Marcion; il faut qu’il admette encore que tout en Jésus-Christ a été feint et imaginaire, et que sans avoir un corps véritable il n’a fait qu’en présenter l’apparence aux yeux de ceux qui le voyaient.

— Le même (Lettre 2 à Julien.) Eutychès ayant osé dire devant l’assemblée des évêques qu’il y avait eu en Jésus-Christ deux natures avant l’incarnation, et une seule après, on dut le presser par des questions habilement posées de bien préciser sa foi. Quant à moi, je pense qu’en s’exprimant ainsi il était persuadé que l’âme que le Seigneur s’est unie a séjourné dans les cieux avant de naître de la Vierge Marie. Mais c’est un langage que ni l’intelligence ni les oreilles des catholiques ne peuvent tolérer, attendu que le Seigneur en descendant des cieux n’en a rien apporté de ce qui est propre à notre nature, ni une âme qui eût préexisté à sa naissance, ni un corps venu d’ailleurs que du sein maternel. Aussi l’erreur condamnée justement dans Origène, qui a soutenu que les âmes, avant d’être unies à des corps, non seulement avaient existé, mais qu’elles avaient agi diversement, doit l’être également dans Eutychès.

— Saint Rémi : Les Évangélistes anéantissent toutes ces hérésies au commencement de leur Évangile: saint Matthieu en soutenant que Jésus-Christ tire son origine des rois de Juda, prouve qu’il est véritablement homme, et qu’il a réellement revêtu notre chair; de même saint Luc, qui décrit son origine sacerdotale. Saint Marc au contraire par ces mots: « Commencement de l’Évangile de Jésus-Christ », et saint Jean par ces autres : « Au commencement était le Verbe », proclament tous les deux qu’avant tous les siècles il a toujours été Dieu en Dieu le Père.

Lectio 2

[85335] Catena in Mt., cap. 1 l. 2 Augustinus de Cons. Evang. Matthaeus Evangelista ostendit generationem Christi secundum carnem se suscepisse narrandam, quia genealogiam Christi exorsus est. Lucas autem tamquam sacerdotem in expiandis peccatis magis assignans, non ab initio Evangelii sui, sed a Baptismo Christi generationes enarrat, ubi testimonium Ioannes perhibuit dicens: ecce qui tollit peccata mundi.

 

 

In generationibus etiam Matthaei significatur nostrorum susceptio peccatorum a domino Christo. In generationibus autem Lucae significatur abolitio nostrorum peccatorum ab ipso, ideo generationes Christi Matthaeus descendens enarrat, Lucas autem ascendens. Humanam autem Christi generationem Matthaeus descendendo describens, ab Abraham generationes commemorat.

 

 

 

Ambrosius super Lucam. Prior enim Abraham meruit fidei testimonium, quia credidit Deo, et reputatum est ei ad iustitiam. Ideo etiam auctor generis debuit significari, quia instaurandae Ecclesiae sponsionem primus emeruit, cum dicitur: benedicentur in te omnes tribus terrae. Et iterum David delatum est quod Iesus filius eius diceretur, unde huic praerogativa servatur ut ab eo generationis dominicae manaret exordium.

 

 

 

 

Chrysostomus in Matth. Evangelista igitur Matthaeus generationem dominicae carnis per seriem parentum volens commendare memoriae, ordiens a patre Abraham, dicit Abraham genuit Isaac. Cur non dixit: Ismael, quem primitus genuit? Sequitur Isaac autem genuit Iacob. Cur non dixit: Esau, qui eius primogenitus fuit? Quia scilicet per illos ad David pervenire non posset.

 

 

 

Glossa. Omnes tamen fratres Iudae, cum ipso in generatione computat, quod etiam ideo factum est, quia Ismael et Esau non remanserunt in cultu unius Dei; fratres vero Iudae in populo sunt computati.

 

Chrysostomus in Matth. Vel propterea duodecim patriarcharum meminit, ut eam quae ex progenitorum nobilitate est, elationem auferret. Etenim multi horum ex ancillis nati fuerunt, sed omnes similiter erant patriarchae et tribuum principes.

 

Glossa. Ideo autem Iudam nominatim posuit, quia de illo tantum dominus descendit.

Anselmus. In singulis autem patribus non solum debet notari historia, sed allegoria et moralitas: allegoria quidem in quo unusquisque patrum Christum praefiguret; moralitas in hoc notatur quod ex singulis patribus in nobis aliqua virtus per significationem nominis vel exemplum aedificetur. Abraham ergo in multis locis figuram Christi portat, et praeterea in nomine: Abraham enim pater multarum gentium interpretatur, et Christus est pater multorum fidelium. Abraham etiam de cognatione sua exiit, et in terra aliena demoratus est, et Christus, derelicto Iudaico populo, ad gentes per praedicatores suos exivit.

 

 

Chrysostomus super Matth. Isaac autem interpretatur risus. Risus autem sanctorum est, non stulta cachinnatio labiorum, sed rationabile gaudium cordis, quod fuit mysterium Christi. Sicut enim ille parentibus in ultima senectute donatus est laetitia suis, ut cognoscatur quia non erat filius naturae, sed gratiae, sic et Christus in novissimo fine productus est a matre Iudaea gaudium cunctis; sed iste per virginem, ille de anu, ambo contra spem naturae.

 

 

 

Remigius. Iacob supplantator interpretatur, et de Christo dicitur: supplantasti insurgentes in me subtus me. Iacob genuit Iudas et fratres eius.

 

Chrysostomus super Matth. Et noster Iacob genuit duodecim apostolos in spiritu, non in carne; verbo, non in sanguine. Iudas autem interpretatur confessor, quoniam Christi erat imago, qui confessor patris erat futurus, dicens: confiteor tibi, pater, domine caeli et terrae.

 

Glossa. Moraliter autem Abraham nobis virtutem fidei per exempla Christi significat, cum de eo legatur: Abraham credidit Deo, et reputatum est ei ad iustitiam. Isaac significat spem, quia interpretatur risus, fuit enim gaudium parentum; spes vero similiter est gaudium nostrum, dum aeterna bona sperare facit et de eis gaudere. Abraham ergo genuit Isaac quia fides generat spem. Iacob autem significat caritatem. Caritas enim amplectitur duas vitas: activam per dilectionem proximi, contemplativam per dilectionem Dei; activa per Liam, contemplativa per Rachel significatur. Lia enim laborans interpretatur, quia activa in labore est; Rachel visum principium, quia per contemplativam principium, id est Deus, videtur. Nascitur ergo Iacob de duobus parentibus, quia caritas nascitur de fide et spe; quod enim credimus et speramus, diligimus.

Verset 2.

— Saint Augustin : (de l’accord des Evang. liv. 2, chap. 1.) Saint Matthieu, en commençant son évangile par la généalogie de Jésus-Christ, prouve par là qu’il a entrepris de nous raconter l’origine de Jésus-Christ selon la chair. Saint Luc au contraire qui se propose de nous le présenter surtout comme prêtre chargé d’expier nos péchés, raconte la généalogie de Jésus-Christ non pas au début de son évangile mais après son baptême, alors que saint Jean lui rendit ce témoignage: « Voici celui qui efface les péchés du monde. »

La suite des générations dans saint Matthieu nous représente Notre Seigneur Jésus-Christ prenant sur lui nos péchés, et dans saint Luc, Notre Seigneur effaçant ces mêmes péchés [(cf. Lc 3, 23: « Et Jésus avait alors trente ans commencés, étant comme l’on croyait, fils de Joseph »)]; c’est pour cela que saint Matthieu dresse cette généalogie en descendant, et saint Luc en remontant. Or saint Matthieu, qui raconte la génération de Jésus-Christ en commençant par ses premiers ancêtres, ouvre la série des générations par Abraham.

— Saint Ambroise : (sur S. Luc.) En effet, Abraham fut le premier qui mérita que Dieu rendît témoignage à sa foi, parce qu’il crut en Dieu, et que sa foi lui fut imputée à justice (Gn 15, 16; Rm 4, 6; Gal 3, 1; Jc 3, 23). Il avait aussi droit à nous être représenté comme la souche de la génération [du Christ], parce que le premier encore il reçut la promesse de l’établissement de l’Église par ces paroles: « En toi seront bénies toutes les nations de la terre. » David partage également cet honneur que Jésus soit appelé son fils, et la prérogative de voir la généalogie du Seigneur commencer par son nom.

— Saint Augustin : (Cité de Dieu, liv. 15, chap. 15.) [référence à vérifier] L’Évangéliste S. Matthieu voulant graver dans la mémoire la génération de Jésus-Christ selon la chair par la série de ses aïeux, commence par Abraham et dit: « Abraham engendra Isaac. » Pourquoi ne dit-il pas: il engendra Ismaël qui fut l’aîné de ses enfants ? Il ajoute : « Isaac engendra Jacob. » Pourquoi n’a-t-il pas dit: Il engendra Esaü qui fut son premier-né ? C’est que ni par Ismaël, ni par Esaü on ne pourrait descendre jusqu’à David.

— La Glose : Cependant tous les frères de Juda sont comptés avec lui dans la génération, parce que cela s’est réalisé ainsi, tandis qu’Ismaël et Esaü n’ont pas persévéré dans le culte d’un seul Dieu, tandis que les frères de Juda font partie du peuple de Dieu.

— Saint Jean Chrysostome : (hom. 3 sur S. Matth.) Ou bien il fait mention des douze patriarches pour ôter tout prétexte à l’orgueil qui provient de la noblesse des aïeux. Car plusieurs d’entre eux eurent pour mères de simples servantes, mais tous furent également patriarches et chefs de tribu.

— La Glose : Juda est désigné nommément, parce que c’est de lui seul qu’est descendu le Seigneur.

 S. Anselme : Chacun des aïeux du Christ doit nous rappeler non seulement leur histoire, mais encore une allégorie et une moralité: une allégorie en ce que tous ont été la figure du Christ; une moralité, parce que chacun d’eux nous inspire la vertu par la signification de son nom ou par les exemples de sa vie. Ainsi Abraham dans plusieurs circonstances a été la figure du Christ et il l’a été de plus par son nom, car Abraham signifie « père de plusieurs nations », et le Christ a été aussi le père de tous les fidèles (Ps 17, 40). Abraham sortit encore de sa famille pour aller habiter dans une terre étrangère, et le Christ abandonna le peuple juif pour aller chez les Gentils dans la personne de ceux qui ont prêché sa doctrine.

— Saint Jean Chrysostome : (sur S. Matth.) Isaac signifie « ris ». Or le rire des saints n’est pas l’éclat insensé qui sort des lèvres, mais la joie modérée d’une âme raisonnable. En cela il a été la figure du Christ, car de même qu’Isaac fut donné à ses parents dans leur extrême vieillesse pour être leur joie, et leur apprendre qu’il n’était pas l’enfant de la nature mais de la grâce, ainsi Jésus-Christ naquit dans les derniers temps d’une mère juive, pour être la joie de tous; l’un naquit d’une vierge, l’autre d’une femme âgée, tous deux à l’encontre de ce qu’on pouvait espérer naturellement

— Saint Rémi : Le nom de Jacob signifie « qui supplante », et il est dit du Christ: « Vous avez renversé sous moi ceux qui s’élevaient contre moi (Ps 17, 40). » Jacob engendra Juda et ses frères.

— Saint Jean Chrysostome : (sur S. Matth.) Notre Jacob engendra douze apôtres non dans la chair, mais dans l’esprit, non de son sang, mais par sa parole. Juda signifie celui « qui confesse », et en cela il était la figure de Jésus-Christ qui devait rendre gloire à son Père: « Je vous rends gloire, mon Père, Seigneur du ciel et de la terre. »

— La Glose : Au sens moral, Abraham par ses exemples est une figure de la vertu de foi, puisqu’il est dit de lui : « Abraham crut en Dieu, et sa foi lui fut imputée à justice. » Isaac est la figure de l’espérance, car son nom signifie « ris », et il fut en effet la joie de ses parents. Or c’est ce que fait également l’espérance en nous comblant de joie dans l’attente des biens éternels. Abraham engendra Isaac, parce que la foi est mère de l’espérance. Jacob est la figure de la charité, car la charité embrasse à la fois deux vies différentes: la vie active par l’amour du prochain, la vie contemplative par l’amour de Dieu. La vie active est figurée par Lia, la contemplative par Rachel. Lia signifie « celle qui travaille », parce que la vie active suppose nécessairement le travail, Rachel « le principe vu », car par la vie contemplative on voit Dieu qui est le principe de toutes choses. Jacob a pour aïeul et pour père Abraham et Isaac, parce que la charité naît de la foi et de l’espérance. En effet, ce que nous croyons, ce que nous espérons, nous l’aimons

Lectio 3

[85336] Catena in Mt., cap. 1 l. 3

Glossa. Praetermissis aliis filiis Iacob, Evangelista Iudae prosequitur generationem dicens Iudas autem genuit Phares et Zaram de Thamar.

Augustinus de Civit. Dei. Nec Iudas primogenitus, nec istorum geminorum aliquis fuit primogenitus Iudae; sed ante illos iam tres genuerat. Eos itaque tenuit in ordine generationum per quos ad David, atque inde quo intenderet, perveniret.

 

Hieronymus. Notandum autem in genealogia salvatoris nullam sanctarum assumi mulierum, sed eas quas Scriptura reprehendit, ut qui propter peccatores venerat, de peccatoribus nascens, omnium peccata deleret, unde et in sequentibus Ruth Moabitis ponitur.

 

 

 

 

Ambrosius super Lucam. Lucas autem has declinavit, ut immaculatam sacerdotalis generis seriem declararet. Sed sancti Matthaei consilium a rationis iustitia non abhorret, nam cum evangelizaret secundum carnem generatum esse qui omnium peccata susciperet, subiectum iniuriis, subditum passioni. Nec hoc quidem putavit exortem asserendum esse pietatis, ut maculatae quoque originis non recusaret iniuriam; simul ne puderet Ecclesiam de peccatoribus congregari, cum dominus de peccatoribus nasceretur; postremo ut beneficium redemptionis etiam a suis maioribus inchoaret, ne quis putaret originis maculam impedimento posse esse virtuti, nec se insolens de sui nobilitate iactaret.

 

 

 

 

 

 

 

Chrysostomus in Matth. Post hoc monstratur omnes obnoxios fuisse peccatis: instat enim Thamar fornicatio Iudam accusans, et David a fornicaria muliere genuit Salomonem. Si autem a magnis lex non est impleta, nec a minoribus; et sic omnes peccaverunt, et necessaria facta est Christi praesentia.

 

 

 

Ambrosius super Lucam. Vide autem quia non otiose Matthaeus utrumque significavit, cum Phares tantummodo commemorationem causa deposceret, quia hic in utroque mysterium est. Per geminos enim gemina describitur vita populorum: una secundum legem, altera secundum fidem.

Chrysostomus super Matth. Per Zaram enim significatur Iudaicus populus, qui primus apparuit in luce fidei, quasi de vulva tenebrosa mundi procedens. Et ideo significatus est cocco circumcisionis, putantibus omnibus, quia ipse populus Dei erat futurus, sed posita est ante faciem eius lex, quasi sepes vel maceria. Sic ergo impeditus est populus Iudaicus per legem, sed temporibus Christi rupta est sepes legis, quae erat inter Iudaeos et gentes, sicut ait apostolus: medium parietem maceriae solvens. Sic factum est ut gentilis per Phares significatus, postquam rupta est lex per Christi mandata, primus ad fidem procedat; et postea sequitur Iudaicus populus.

 

 

 

 

 

 

Sequitur Phares autem genuit Esron. Glossa. Iudas genuit Phares et Zaram antequam intraret Aegyptum, in quam ambo postea cum patre transierunt. In Aegypto vero Phares genuit Esron. Esron autem genuit aram. Aram autem genuit Aminadab, Aminadab autem genuit Naasson; et tunc Moyses eduxit eos de Aegypto. Naasson autem fuit dux sub Moyse in tribu Iuda per desertum, in quo genuit Salmon. Iste Salmon fuit princeps de tribu Iuda, qui cum Iosue terram promissionis intravit.

Chrysostomus super Matth. Quoniam autem ex aliqua causa, secundum providentiam Dei, posita horum patrum nomina credimus.

 

 

Sequitur Naasson autem genuit Salmon. Iste Salmon mortuo patre fuit princeps in tribu Iuda, qui cum Iosue terram promissionis intravit.

Chrysostomus super Matth. Accepit autem uxorem nomine Rahab. Haec autem Rahab dicitur fuisse Rahab meretrix de Iericho, quae suscepit exploratores filiorum Israel, abscondit eos, et servavit incolumes. Cum autem Salmon nobilis esset inter filios Israel, quia de tribu erat Iuda et quia filius principis erat, vidit Rahab sic fidelem quasi magnam aliquam constitutam, meruit accipere in uxorem. Forsitan autem et ideo interpretatur Salmon, quasi per ipsum nomen invitaretur a providentia Dei ut acciperet vas electionis Rahab. Interpretatur enim Salmon accipe vas.

 

 

Sequitur Salmon autem genuit Booz de Rahab. Glossa. Iste Salmon in terra promissionis genuit de illa Rahab Booz. Booz autem genuit Obed ex Ruth.

Chrysostomus super Matth. Quomodo autem Booz accepit uxorem Moabitidem nomine Ruth, exponere aestimavi superfluum, cum de his Scriptura sit omnibus manifesta. Hoc autem dicimus solum, quoniam Ruth, pro merito fidei suae nupsit Booz, quia deos patrum suorum repulit et Deum viventem elegit. Et Booz pro merito fidei suae illam accepit uxorem, ut ex coniugio tali sanctificato genus nasceretur regale.

 

 

Ambrosius super Luc. Quomodo autem Ruth, cum esset alienigena, Iudaeo nupsit, et qua ratione in Christi generatione eius putaverit Evangelista copulae commemorationem esse faciendam, quae legis serie moechabatur? Quia ergo non de legitima salvator generatione manavit, videtur esse deforme, nisi ad apostolicam sententiam revertatis, quia non est lex posita iustis, sed iniustis. Haec enim cum esset alienigena et Moabitis, praesertim cum lex Moysi prohiberet has nuptias, Moabitasque excluderet ab Ecclesia, quomodo introivit in Ecclesiam nisi quia sancta et immaculata moribus supra legem facta est? Destinationem ergo legis excessit et meruit inter maiores dominici generis computari, propter cognationem mentis electam, non corporis. Magnum autem nobis exemplum est quod in illa nostrum omnium, qui ex gentibus collecti sumus, ingrediendi in Ecclesiam domini figura praecessit.

 

 

 

 

 

 

 

Hieronymus in epistola ad Paulinum. Ruth etiam Moabitis Isaiae explet vaticinium dicentis: emitte agnum, domine, dominatorem terrae, de petra deserti ad montem filiae Sion.

Sequitur Obed autem genuit Iesse.

Glossa. Iesse pater David binomius est, quia frequentius vocatus est Isai. Sed quia propheta vocat eum non Isai, sed Iesse, dicens: egredietur virga de radice Iesse ut ostenderet illam prophetiam completam in Maria et in Christo, Evangelista posuit Iesse.

 

Sequitur Iesse autem genuit David regem. Remigius. Sed quaerendum est quare sanctus Evangelista solum David nominaverit regem, quod ideo dixit ut ostenderet eum primum fuisse regem in tribu Iuda. Ipse autem Christus est Phares divisor, ut est illud: dividet agnos ab haedis. Est et Zaram oriens, ut est illud: ecce vir, oriens nomen eius. Est Esron sagitta, ut est illud: posuit me sicut sagittam electam.

 

 

 

Rabanus. Vel atrium, propter abundantiam gratiae et latitudinem caritatis. Aram electus, secundum illud: ecce puer meus electus: vel excelsus, secundum illud: excelsus super omnes gentes dominus. Ipse est Aminadab, idest voluntarius, qui dicit: voluntarie sacrificabo tibi. Idem est et Naasson, idest augurium, qui novit praeterita, praesentia et futura. Vel serpentinus, secundum illud: Moyses exaltavit serpentem in deserto: est et Salmon, id est sensibilis, qui dicit: ego sensi de me virtutem exisse.

 

 

 

 

 

 

Glossa. Ipse accipit Rahab, id est Ecclesiam de gentibus. Rahab enim fames, vel latitudo, vel impetus, quia Ecclesia gentium esurit et sitit iustitiam et impetu doctrinae philosophos et reges convertit. Ruth etiam interpretatur videns vel festinans, et significat Ecclesiam, quae puro corde videt Deum et festinat ad bravium supernae vocationis.

 

 

Remigius. Est et Booz in quo robur, ut est illud: cum exaltatus fuero a terra, omnia traham ad me. Est et Obed serviens, ut est illud. Filius hominis non venit ministrari, sed ministrare. Est et Iesse incensum, secundum illud: ignem veni mittere in terram. Ipse est David manu fortis, secundum illud: dominus fortis et potens; desiderabilis, secundum illud: veniet desideratus cunctis gentibus; pulcher aspectu, secundum illud: speciosus forma prae filiis hominum.

 

 

 

 

Glossa. Interim videamus quas virtutes isti patres in nobis aedificent, quia fides, spes et caritas omnium virtutum sunt fundamentum. Sequentes virtutes sunt quasi superadditiones. Iudas interpretatur confessio. Duplex est autem confessio: est altera fidei, altera peccatorum. Si ergo post tres supradictas virtutes peccatur, necessaria est non solum fidei, sed peccatorum confessio.

 

 

 

Post Iudam sequitur Phares et Zaram. Phares divisio, Zaram oriens interpretatur, et Thamar amaritudo. Confessio enim generat divisionem a vitiis, et ortum virtutum, et amaritudinem poenitentiae. Post Phares sequitur Esron, qui sagitta interpretatur, postquam enim aliquis divisus est a vitiis et saecularibus debet fieri sagitta, ut in aliis vitia praedicando perimat. Sequitur aram, qui interpretatur electus, vel excelsus, quia postquam aliquis a mundo remotus est, et aliis proficit, necesse est ut Deo electus, hominibus celebris, excelsus in virtutibus habeatur. Naasson interpretatur augurium, hoc autem augurium non est saeculare, sed caeleste. De hoc gloriabatur Ioseph, fratribus mandans: vos detulistis scyphum domini mei, in quo augurari solebat. Scyphus est divina Scriptura, ubi est potus sapientiae, in hac auguratur sapiens, quia ibi videt futura, id est caelestia. Sequitur Salmon, idest sensibilis. Postquam enim aliquis studet in divina Scriptura, fit sensibilis, idest discernens gustu rationis, quid bonum, quid malum, quid dulce, quid amarum. Sequitur Booz, idest fortis. Instructus enim in Scripturis, fit ad omnia adversa toleranda fortis.

 

 

 

 

 

 

 

 

Chrysostomus super Matth. Iste autem fortis est filius Rahab, id est Ecclesiae. Rahab enim interpretatur latitudo vel dilatata, quia enim ex omnibus finibus terrae vocata est Ecclesia gentium, latitudo appellatur.

 

 

Rabanus. Sequitur Obed, id est servitus. Non enim idoneus est ad servitutem nisi qui fortis est; quae servitus generatur ex Ruth, idest festinantia. Oportet enim promptum esse servum, non pigrum.

 

 

Chrysostomus super Matth. Nunc autem qui divitias et non mores, pulchritudinem et non fidem, et quod in meretricibus quaeri solet, hoc in coniugibus optant, non generant subditos filios vel sibi vel Deo, sed contumaces et contra se et contra Deum, ut filii eorum sint poena irreligiositatis eorum. Iste Obed genuit Iesse, id est refrigerium, nam quicumque est subditus Deo et parentibus suis, tales filios generat, Deo praestante, a quibus refrigeratur.

 

 

 

 

 

Glossa. Vel Iesse, id est incensum. Si enim servimus ex amore et timore, erit devotio in corde, quae ex igne et desiderio cordis suavissimum incensum offert Deo. Postquam autem aliquis idoneus est servus et sacrificium Deo factus, sequitur ut sit David, id est manu fortis qui contra hostes fortiter dimicavit et Idumaeos tributarios fecit. Similiter ipse debet carnales, id est homines, verbo et exemplo Deo subiugare.

Versets 3-5.

— La Glose : L’Évangéliste laissant de côte les autres enfants de Jacob, poursuit la descendance de Juda en ces termes « Juda engendra Phares et Zara. »

Saint Augustin : (Cité de Dieu, liv. 15, chap. 45.) Juda n’était pas l’aîné. Ces deux enfants jumeaux n’étaient pas non plus ses premiers-nés, car il en avait eu trois autres avant eux. L’écrivain sacré les place dans la série des générations, pour arriver par eux jusqu’à David, et de là au but qu’il se propose.

— Saint Jérôme : Il est à remarquer que dans la généalogie du Seigneur l’Évangéliste ne nomme aucune des saintes femmes de l’ancienne loi, mais uniquement celles dont l’Écriture blâme la conduite. En voulant naître ainsi de femmes pécheresses, celui qui était venu pour les pécheurs veut nous apprendre qu’il venait effacer les péchés de tous les hommes, c’est pour cette raison que nous trouvons dans les versets suivants Ruth la Moabite.

— Saint Ambroise : (sur S. Luc, chap. 3.) S. Luc les a omises pour montrer dans toute sa pureté la généalogie sacerdotale du Seigneur. Et toutefois, le dessein de saint Matthieu n’a rien qui blesse la raison ou la justice. Car son évangile avait pour but de montrer la génération selon la chair de celui qui venait se charger de nos péchés, se soumettre à tous les outrages, s’assujettir à toutes les souffrances, et il n’a pas cru qu’il fût indigne de cette bonté, de faire connaître qu’il n’avait pas voulu se soustraire à l’humiliation d’une origine qui n’était pas exempte de tache. L’Église en voyant le Seigneur compter des pécheurs parmi ses ancêtres apprenait aussi à ne point rougir de se voir elle-même composée de pécheurs. Enfin le Seigneur faisait ainsi remonter jusqu’à ses ancêtres le bienfait de sa rédemption, pour que nul ne pense qu’une tache dans la naissance puisse être un obstacle à la vertu, et anéantissait l’arrogance de ceux qui se vantent de la noblesse de leur origine.

— Saint Jean Chrysostome : (hom. 3 sur S. Matth.) Le dessein de l’Évangéliste est de nous montrer que tous ont été coupables de péché. C’est Thamar accusant Juda de fornication; c’est David devenant le père de Salomon par suite d’un adultère. Or, si la loi était violée par les personnes les plus marquantes du peuple de Dieu, elle l’était de même par les plus humbles; ainsi tous avaient péché, et la venue du Christ était nécessaire.

— Saint Ambroise : (sur S. Luc.) Remarquez que ce n’est pas sans raison que saint Matthieu nomme ces deux frères, bien qu’il ne fût nécessaire que de faire mention de Pharès. La vie de chacun d’eux renferme un mystère, et ces deux frères jumeaux représentent la double vie des peuples, l’une selon la loi, l’autre selon la foi. — Saint Jean Chrysostome : (sur S. Matth.) Zara représente le peuple juif qui apparut le premier à la lumière de la foi, sortant pour ainsi dire du sein ténébreux du monde, c’est pour cela qu’il fut marqué par le ruban d’écarlate de la circoncision, l’opinion générale étant que le peuple circoncis devait être plus tard le peuple de Dieu. Mais la loi fut placée devant lui comme une haie ou comme une muraille, et devint pour ce peuple un empêchement. Lorsque le Christ fut venu, la muraille de la loi qui séparait les Juifs des Gentils fut renversée selon ces paroles de l’Apôtre: « détruisant la muraille de séparation (Ep 2, 14). » Et il arriva que le peuple des Gentils signifié par Pharês, entra le premier dans le chemin de la foi, après que la loi eut été renversée par les commandements du Christ, tandis que le peuple juif ne vint qu’à sa suite (cf. Gn 28, 27-30).

« Pharès engendra Esrom. »

— La Glose : Juda engendra Pharès et Zara avant d’aller en Égypte, et ses deux enfants vinrent s’y fixer plus tard avec lui. Ce fut en Égypte que Pharès engendra Esrom; Esrom, Aram; Aram, Aminadab; Aminadab, Nahasson; et c’est alors que Moïse fit sortir le peuple d’Egypte. Nahasson fut sous Moïse, chef de la tribu de Juda dans le désert, où il engendra Salmon. Ce dernier fut un des chefs de la tribu de Juda, et entra avec Josué dans la terre promise.

— Saint Jean Chrysostome : (sur S. Matth.) Nous croyons que ce n’est pas sans un dessein providentiel que l’Évangéliste rappelle ici les noms de ces ancêtres du Seigneur.

« Nahasson engendra Salmon. » Ce dernier fut, à la mort de son père, un des chefs de la tribu de Juda, et entra avec Josué dans la terre promise.

— Saint Jean Chrysostome : (sur S. Matth.) Salmon prit une femme du nom de Raab. On croit communément que cette Raab fut la courtisane de Jéricho qui reçut chez elle les espions du peuple d’Israël, les cacha et leur sauva la vie. Or, Salmon qui était un des personnages en vue parmi les enfants d’Israël, de la tribu de Juda, et fils du chef de cette tribu, voyant la fidélité de Raab, mérita de la prendre pour épouse, comme si elle eut été de grande naissance. Peut-être aussi la signification du nom de Salmon fut pour lui comme une invitation de la providence à recevoir Raab comme un vase d’élection. Car Salmon signifie « reçois ce vase » (cf. Tit 9).

« Salmon engendra Booz de Raab. »

— La Glose : Ce fut dans la terre promise que Salmon eut Booz de Raab, et Booz, Obed de Ruth.

— Saint Jean Chrysostome : (sur S. Matth.) Je crois inutile d’expliquer comment Booz prit pour épouse une femme moabite, parce que chacun connaît cette histoire de la sainte Écriture. Je ferai remarquer seulement que Ruth épousa Booz en récompense de sa foi qui lui fit abandonner les idoles de son pays pour adorer le Dieu vivant; et que c’est aussi à cause de sa foi que Booz fut jugé digne d’épouser cette femme, et de contracter cette sainte union qui devait le rendre père d’une race royale.

— Saint Ambroise : (sur S. Luc.) Pourquoi Ruth qui était étrangère a-t-elle épousé un Juif, et comment l’Évangéliste croit-il devoir faire mémoire, dans la généalogie du Christ, d’un mariage, que défendait tout l’ensemble de la loi ? Il vous paraîtra sans doute déshonorant [pour la mémoire du Seigneur] de compter parmi ses ancêtres une femme illégitime, si vous ne vous rappelez cette maxime de l’apôtre saint Paul: « que la loi n’est pas établie pour les justes, mais pour les méchants. » Comment en effet, cette femme étrangère et moabite aurait-elle fait partie du peuple de Dieu, alors que la loi de Moïse défendait ces unions avec les filles de Moab et leur admission dans l’assemblée des enfants d’Israël (cf. Ex 23, 52; 34, 15.16; Nb 25, 1; Dt 7, 7; 23, 1.3), si elle n’avait été élevée au-dessus de la loi par la sainteté et la pureté de ses mœurs. Elle se plaça au-dessus des prescriptions de la loi, et mérita d’être comptée parmi les ancêtres du Seigneur, honneur qu’elle dut non pas aux liens du sang, mais à la parenté spirituelle qui l’unissait au Christ. Or elle est pour nous un grand exemple, car elle est la figure de nous tous qui avons été choisis parmi les Gentils pour entrer dans l’Église du Seigneur.

— Saint Jérôme : (lettre à Paulin.) Ruth la moabite accomplit cet oracle d’Isaïe: « Envoyez, Seigneur, l’agneau dominateur de la terre, du rocher du désert à la montagne de la fille de Sion. »

« Obed engendra Jessé. »

— La Glose : Jessé père de David porte deux noms, il est plus souvent appelé du nom d’Isaï, mais comme le Prophète lui donne le nom de Jessé, et non celui d’Isaï (Is 11) « Un rejeton sortira de la tige de Jessé », l’Évangéliste choisit le nom de Jessé pour montrer l’accomplissement de cette prophétie en Jésus et en Marie.

« Jessé engendra David qui fut roi. »

— Saint Rémi : Il faut se demander pourquoi donc l’Auteur sacré ne donne-t-il qu’à David le titre de roi ? C’est pour nous rappeler qu’il a été le premier roi sorti de la tribu de Juda. Or, le Christ lui-même est un nouveau Pharès, c’est-à-dire « séparateur », car il séparera les boucs des brebis. Il est aussi « l’Orient » comme Zara, selon ces paroles: « Voici un homme, et l’Orient est son nom. » Comme Esrom il est une « flèche » selon ces autres paroles: « Il m’a placé comme une flèche de choix. »

Raban : Ou bien il est encore comme le vestibule d’une maison, à cause de l’abondance de la grâce qui est en lui, et de l’étendue de sa charité. Il est Aram, c’est-à-dire « l’élu » selon ces paroles: « Voici mon enfant que j’ai choisi », ou bien il signifie encore « élevé », d’après ces autres paroles: « Le Seigneur est élevé au-dessus de toutes les nations. » Il est Aminadab, c’est-à-dire « volontaire », lui qui dît à Dieu par la bouche du Roi-prophète: « Je vous sacrifierai de tout cœur. » il est Nahasson, ou « l’augure », lui qui connaît le passé, le présent et l’avenir; ou bien le « serpent », d’après ces paroles: « Moïse a élevé un serpent dans le désert. » Il est encore Salmon, c’est-à-dire « sensible », lui qui a dit: « J’ai senti une force s’échapper de moi. »

— La Glose : Il a épousé Raab, c’est-à-dire l’Église composée de toutes les nations, car Raab veut dire « faim » ou « étendue », ou « mouvement impétueux », et en effet, l’Église des nations a faim et soif de la justice, et elle a converti les philosophes et les rois par l’élan impétueux de sa doctrine. Ruth signifie aussi « celle qui voit » ou « qui se hâte », image de l’Église qui voit Dieu d’un cœur pur et se hâte vers le but de sa sublime vocation (cf. Ph 3, 14).

— Saint Rémi : Il est Booz, « celui qui est fort », car il a dit: « Lorsque je serai élevé de terre, j’attirerai tout à moi. » ; il est Obed, « celui qui est serviteur », comme il le dit de lui-même: « Le Fils de l’homme n’est pas venu pour être servi, mais pour servir. » Il est Jessé, ou « l’encens », lui qui a dit « Je suis venu apporter le feu sur la terre. » Il est David, « dont la main est forte »; car il est dit de lui: « Le Seigneur est fort et puissant. » Il est aussi le « désirable », lui dont le Prophète a écrit: « Le désiré des nations viendra »; il est d’une rare beauté selon ces paroles du Roi-prophète: « Il surpasse en beauté les plus beaux des enfants des hommes. »

— La Glose : (ou S. Anselme.) Considérons maintenant les vertus que le souvenir de ces ancêtres de Jésus-Christ doit nous inspirer : la foi, l’espérance et la charité sont comme le fondement de toutes les vertus. Celles qui viennent ensuite n’en sont que le couronnement. Or, Juda signifie « confession ». Il y a deux sortes de confession, celle de la foi, et celle des péchés. Si donc après avoir reçu le don des trois vertus dont nous avons parlé, on vient à offenser Dieu, la confession de la foi ne suffit pas, il faut y ajouter la confession des péchés. Après Juda viennent Pharês et Zara, Pharès signifie « division », Zara, « Orient », Thamar, « amertume ». En effet, la confession produit la division en nous séparant des vices, et elle fait en même temps lever les vertus du sein de l’amertume de la pénitence. Après Phares vient Esrom qui veut dire « flèche », car celui qui s’est détaché des inclinations vicieuses du siècle, doit devenir une flèche qui perce les vices dans les cœurs des hommes par la prédication. Vient ensuite Aram qui veut dire « l’élu » ou « le sublime », car lorsqu’on s’est éloigné du monde, et qu’on s’est rendu utile aux autres, on est regardé nécessairement comme l’élu de Dieu, et on acquiert aux yeux des hommes la réputation d’une haute vertu. Nahasson veut dire « augure », mais augure du ciel et non de la terre. Joseph se glorifiait de ce titre en faisant dire à ses frères: (Gn 44, 5) « Vous avez enlevé la coupe de mon maître, dont il se sert pour les divinations. » Cette coupe, c’est l’Écriture sainte qui contient le breuvage de la sagesse. Le Sage se sert de cette coupe pour augurer, parce qu’il y voit les choses futures, c'est-à-dire célestes. Vient ensuite Salmon, c’est-à-dire « sensible », car lorsqu’on s’est livré à l’étude de la divine Écriture, on acquiert cette sensibilité qui fait discerner par l’expérience le bien du mal, ce qui est doux de ce qui est amer. Après Salmon vient Booz, « le fort », car celui qui est versé dans les saintes Écritures y puise une force invincible contre toute sorte d’épreuves.

— Saint Jean Chrysostome : (sur S. Matth.) Ce fort, c’est le fils de Raab, c’est-à-dire de l’Église; Raab, en effet, signifie « étendue » ou « qui s’est dilatée », parce que l’Église, qui a été rassemblée de tous les coins de l’univers, est formée de toutes les nations de la terre.

— La Glose : (ou S. Anselme.) [référence à vérifier] Vient ensuite Obed ou « celui qui sert », car on n’est propre au joug de la servitude qu’autant qu’on est fort. Cet état de servitude vient de Ruth, qui signifie « celle qui se hâte », car le serviteur doit être actif et ennemi de la paresse.

— Saint Jean Chrysostome : (sur S. Matth.) Disons maintenant que ceux qui cherchent la richesse plutôt que la vertu, la beauté plutôt que la foi, qui désirent trouver dans leurs épouses ce que l’on cherche ordinairement dans les femmes de mauvaise vie, auront des enfants sans soumission pour leurs ordres et pour ceux de Dieu, des enfants qui, au contraire, seront coupables contre eux-mêmes et contre Dieu : juste châtiment de leur propre impiété. Obed a engendré Jessé ou le « rafraîchissement », car celui qui est soumis à Dieu et à ses parents par une grâce particulière de Dieu, aura des enfants qui seront, sous le regard de Dieu, comme le rafraîchissement de sa vie.

— La Glose : (ou S. Anselme.) Ou bien encore Jessé signifie « encens », car si nous servons Dieu par crainte et par amour, notre piété aura sa source dans notre cœur et deviendra comme un foyer spirituel sur lequel elle pourra offrir à Dieu un encens de la plus suave odeur. Or, lorsqu’un homme est devenu un digne serviteur de Dieu et un sacrifice [d’agréable odeur], il faut également qu’il soit fort et robuste, comme l’est David, et qu’il combatte courageusement les ennemis, et rende tributaires les Iduméens, c’est-à-dire qu’il doit soumettre à Dieu les hommes charnels par ses paroles aussi bien que par ses exemples.

Lectio 4

[85337] Catena in Mt., cap. 1 l. 4 Glossa. Secundi quaterdenarii generationis seriem Evangelista decurrit, quae a regibus continetur; et ideo a David incipit qui primus in tribu Iudae regnavit, dicens David rex genuit Salomonem ex ea quae fuit Uriae. Augustinus de Cons. Evang. Quia enim in generationibus Matthaei significatur nostrorum susceptio peccatorum, ideo ipse a David per Salomonem descendit, in cuius matre ille peccavit. Lucas vero ad David per Nathan ascendit, per quem prophetam Deus peccatum illius expiavit, quia in generationibus Lucae significatur abolitio peccatorum.

 

 

 

Augustinus in libro Retract. Dicendum tamen fuit per cuius nominis prophetam, ne putaretur idem fuisse homo, cum alter fuerit, quamvis et ipse hoc nomine vocaretur.

 

 

Remigius. Quaerendum est autem quare Evangelista Bersabee proprio nomine non nominavit sicut ceteras mulieres. Quod ideo est quia ceterae mulieres quamvis reprehensibiles fuissent, tamen laudabiles erant virtutibus. Bersabee vero non solum fuit conscia adulterii, sed etiam homicidii mariti sui, et ideo proprio nomine eam non nominavit in genealogia domini.

 

 

 

Glossa. Tacet etiam nomen Bersabee, ut nominando Uriam, reducat ad memoriam illud maximum scelus quod in eum fecit.

 

 

Ambrosius super Lucam. At vero sanctus David in eo est praecellentior quod hominem se ipse cognovit, et commissum super arrepta Uriae uxore peccatum poenitentiae curavit lacrymis abluendum, ostendens nobis neminem propriae virtuti debere confidere; habemus enim adversarium magnum, qui vinci a nobis sine Dei adiutorio non possit. Et plerumque in illustribus viris gravia peccata reperies, ut quasi homines tentationi potuisse succumbere cognoscas, ne virtutibus egregiis plusquam homines crederentur.

 

 

 

 

Chrysostomus super Matth. Salomon autem interpretatur pacificus, quoniam omnibus in circuitu gentibus pacificatis et tributa reddentibus pacificum habuit regnum. Salomon autem genuit Roboam. Roboam interpretatur a multitudine populi. Multitudo enim mater est seditionis, quia quod a pluribus peccatur, plerumque manet invindicabile. Paucitas autem magistra est disciplinae.

Versets 6-8.

— La Glose : L’Évangéliste poursuit la seconde partie de la généalogie composée de quatorze générations, elle contient celle des rois et commence à David le premier roi de la tribu de Juda: « Le roi David engendra Salomon de celle qui fut la femme d’Urie. »

— Saint Augustin : (de l’accord des Evang., liv. 2, chap. 4.) Comme la généalogie de saint Matthieu a pour objet de montrer que le Seigneur a pris sur lui nos péchés, elle nous présente la descendance de David par Salomon dont la mère fut complice du crime commis par David. Saint Luc au contraire remonte à David par Nathan, prophète dont Dieu se servit pour faire expier à ce prince son péché, parce que la généalogie donnée par saint Luc est la figure de la rémission de nos péchés.

— Saint Augustin : (Rétract. liv. 2, chap. 16.) Il était nécessaire de dire comment s’appelait ce prophète, [par lequel s’accomplit cette expiation], pour ne pas le confondre avec un autre différent qui portait le même nom.

— Saint Rémi : On peut se demander pourquoi l’Évangéliste ne désigne pas Bersabée par son nom propre comme les autres femmes. La raison en est que ces autres femmes quoique répréhensibles [en un point], s’étaient cependant rendues recommandables par leurs vertus, tandis que Bersabée fut complice non seulement de l’adultère de David, mais encore de l’homicide de son mari, et c’est pourquoi son nom n’a pas été inséré dans la généalogie du Seigneur.

— La Glose : Il est une autre raison pour laquelle le nom de Bersabée est remplacé par celui d’Urie, c’est afin que ce nom rappelle le plus grand des crimes commis par David.

— Saint Ambroise : (sur S. Luc. chap. 3.) Ce qui élève ce saint roi au-dessus des antres, c’est qu’il reconnut qu’il était homme et qu’il s’efforça d’effacer par les larmes de la pénitence le crime d’avoir enlevé la femme d’Urie; nous apprenant ainsi à ne point mettre notre confiance dans nos propres forces. Nous avons, en effet, un grand ennemi dont nous ne pouvons triompher sans le secours de Dieu, et c’est souvent dans des personnages illustres que vous rencontrerez de plus grandes fautes, pour vous apprendre qu’ils ont pu succomber à la tentation comme des hommes ordinaires, et afin que leurs qualités brillantes ne les placent pas dans votre esprit au-dessus de l’humanité.

— Saint Jean Chrysostome : (sur S. Matth.) Salomon veut dire « pacifique »; en effet, lorsqu’il monta sur le trône, toutes les nations voisines étaient pacifiées et tributaires de son royaume, et son règne fut marqué par la paix. Salomon engendra Roboam qui veut dire « multitude du peuple », car c’est la multitude qui engendre les séditions ; ajoutez que les désordres commis par un grand nombre, restent presque toujours impunis ; le petit nombre au contraire est garant de l’ordre.

Lectio 5

[85338] Catena in Mt., cap. 1 l. 5 Hieronymus. In quarto autem regum volumine legimus de Ioram Ochoziam fuisse generatum. Quo mortuo, Iosabeth filia Ioram regis, soror Ochoziae, tulit Ioas filium fratris sui, et eum internecioni, quae exercebatur ab Athalia, subtraxit. Cui successit in regnum filius eius Amasias. Post quem regnavit filius eius Azarias, qui appellatur Ozias, cui successit Ioatham filius eius. Cernis ergo quod, secundum fidem historiae, tres reges in medio fuerunt, quos Evangelista praetermisit. Ioram quoque non genuit Oziam, sed Ochoziam et reliquos quos numeravimus. Verum quia Evangelistae propositum erat tessaradecades in diverso temporis statu ponere, et quia Ioram generi se miscuerat impiissimae Iezabelis, idcirco usque ad tertiam generationem eius memoria tollitur, ne in sanctae nativitatis ordine poneretur.

 

 

 

 

Hilarius in Matth. Purgata vero labe familiae gentilis, iam regalis in quarta generationum consequentium origo numeratur.

 

Chrysostomus super Matth. Quod spiritus sanctus per prophetam contestatus est, dicens ut dispergeret omnem masculum de domo Achab et Iezabel, implevit Iehu filius Nansi, et accepit promissionem, ut usque ad quartam generationem sedeant filii eius in sede regni supra Israel. Quanta ergo benedictio facta est super domum Achab, tanta maledictio facta est super domum Ioram propter filiam iniqui Achab et Iezabel, ut usque ad quartam generationem praecidantur filii eius de regum numero, et sic peccatum eius descendit in filios eius, sicut fuerat scriptum: reddam peccata patrum in filios, usque ad tertiam et quartam generationem. Videte ergo quam periculosum est inire coniugia ex genere impiorum.

 

 

 

Augustinus de quaest. novi et Vet. testamenti. Vel non immerito sublati sunt de numero ceterorum Ochozias, Ioas et Amasias. Sic enim eorum continuavit impietas, ut nullum intervallum haberet. Salomon autem merito patris dimissum in regno est; Roboam autem merito filii; illi autem tres maligne agentes erasi sunt. Ad perditionem enim generis exemplum est quando iugiter malignitas panditur. Sequitur Ozias autem genuit Ioatham. Ioatham autem genuit Achaz. Achaz autem genuit Ezechiam.

 

 

 

 

Glossa. Cui, cum esset sine liberis, dictum est: dispone domui tuae, quia morieris. Ideo flevit non propter longiorem vitam, cum sciret inde Salomonem placuisse Deo, quod non petiisset ampliores annos, sed quia dubitabat ne promissio Dei impleretur, cum se sciret esse de David, per quem oportebat venire Christum, et ipse erat sine liberis.

 

 

 

Sequitur Ezechias autem genuit Manassen. Manasses autem genuit Amon. Amon autem genuit Iosiam. Iosias autem genuit Iechoniam et fratres eius in transmigratione Babylonis.

Chrysostomus super Matth. Sed non sic positum est in libro regum, ubi talis est ordo: Iosias genuit Eliacim, postea vocatum Ioakim; Ioakim autem genuit Ieconiam. Sed Ioakim sublatus est de numero regum, quia non populus Dei constituerat eum in regnum, sed Pharao per potentatum. Si enim iustum fuit ut propter solam commixtionem generis Achab tollerentur tres reges de numero regum, quare non erat iustum ut similiter tolleretur Ioakim, quem Pharao vi hostili fecerat regem? Et sic Iechonias, qui est filius Ioakim, nepos autem Iosiae, sublato patre de numero regum, ipse est positus pro eo, quasi filius Iosiae.

 

 

 

 

Hieronymus. Vel aliter. Sciamus Iechoniam priorem ipsum esse qui Ioakim, secundum autem filium, non patrem: quorum primus per k et m, secundus per ch et n scribitur. Quod scriptorum vitio et longitudine temporum apud Graecos Latinosque confusum est.

 

Ambrosius super Lucam. Duos enim fuisse Ioakim regnorum libri indicant, sic enim scriptum est: dormivit Ioakim cum patribus eius, et regnavit Ioachin filius eius pro eo. Filius autem est cui Ieremias nomen imposuit Iechoniam. Et bene s. Matthaeus a propheta voluit discrepare, ut non Ioachin et Iechoniam vocaret simul, quia maiorem fructum dominicae pietatis astruxit. Generis enim nobilitatem dominus in hominibus non requisivit, sed de captivis et peccatoribus congrue nasci voluit qui remissionem veniebat praedicare captivis. Non igitur suppressit alterum Evangelista, sed utrumque significavit quod uterque Iechonias dictus sit.

 

 

 

 

 

 

Remigius. Sed quaeri potest quare dicat Evangelista eos natos in transmigratione, cum nati fuissent antequam transmigratio fuerit facta. Ideo autem dicit hoc quia ad hoc nati sunt ut de regno totius populi pro suis et aliorum peccatis captivi ducerentur. Et quia praescius erat Deus eos esse ducendos captivos, idcirco dixit eos natos in transmigratione. De his autem quos sanctus Evangelista in genealogia domini simul ponit, sciendum quia aut similes fuerunt fama aut infamia: Iudas et fratres eius laudabiles fuerunt fama; similiter Phares et Zara, Iechonias et fratres eius notabiles fuerunt infamia.

 

 

 

 

 

Glossa. Mystice autem David est Christus, qui Goliam, id est Diabolum, superavit. Urias autem, id est lux mea Deus, est Diabolus, qui dicit. Similis ero altissimo; cui Ecclesiam coniugatam Christus de solario paternae maiestatis adamavit, et pulchram factam sibi matrimonio copulavit. Vel Urias, id est Iudaicus populus, qui per legem de luce gloriatur. Sed huic Christus legem abstulit, quam de se loqui docuit. Bersabee autem est puteus satietatis, id est abundantia gratiae spiritualis.

 

 

 

 

Remigius. Vel Bersabee interpretatur puteus septimus, sive puteus iuramenti, per quod significatur fons Baptismatis, in quo datur donum spiritus septiformis et fit ibi adiuratio contra Diabolum. Est et Christus Salomon pacificus, secundum illud apostoli: ipse est pax nostra. Est Roboam latitudo populi, secundum illud: multi venient ab oriente et ab occidente.

 

 

 

Rabanus. Vel impetus populi, quia velociter populus convertit ad fidem.

 

Remigius. Ipse est Abias, id est pater dominus, secundum illud: unus est pater vester qui in caelis est; et iterum: vos vocatis me magister et domine. Est et Asa, idest attollens, secundum illud: qui tollit peccata mundi. Est et Iosaphat, idest iudicans, secundum illud: pater omne iudicium dedit filio. Est et Ioram, id est excelsus, secundum illud: nemo ascendit in caelum, nisi qui de caelo descendit. Est et Ozias, idest robustus domini, secundum illud: fortitudo mea et laus mea dominus. Est et Ioatham consummatus vel perfectus, secundum illud apostoli: finis legis, Christus. Est et Achaz convertens, secundum illud: convertimini ad me.

 

 

 

 

 

 

Rabanus. Vel comprehendens, quia nemo novit patrem nisi filius.

 

Remigius. Est et Ezechias fortis dominus vel dominus confortavit, secundum illud: confidite, ego vici mundum. Ipse est Manasses obliviosus sive oblitus, secundum illud: peccatorum vestrorum non recordabor amplius. Est et Amon fidelis, secundum illud: fidelis dominus in omnibus verbis suis. Est et Iosias, ubi est incensum domini, secundum illud: factus in agonia, prolixius orabat.

 

 

 

Rabanus. Quod vero incensum orationem significat, Psalmista testatur dicens: dirigatur oratio mea sicut incensum in conspectu tuo. Vel domini salus, secundum illud: salus autem mea in sempiternum erit.

 

 

Remigius. Ipse Iechonias praeparans, vel domini praeparatio, secundum illud: si abiero, et praeparavero locum.

 

 

Glossa. Moraliter autem post David sequitur Salomon, qui interpretatur pacificus. Tunc enim aliquis fit pacificus, motibus sedatis illicitis, et quasi iam in aeterna tranquillitate positus, cum Deo servit et alios ad eum convertit. Sequitur Roboam, id est populi latitudo: postquam enim non habet quod in se vincat, amplecti alios debet et late populum Dei ad superna trahere secum. Sequitur Abias, idest pater dominus: his enim praemissis potest se profiteri filium Dei, et tunc esse Asa, idest attollens, ut de virtute in virtutem ad patrem suum ascendat; et tunc erit Iosaphat, idest iudicans, ut alios iudicet et a nemine iudicetur. Ita fit Ioram, idest excelsus, quasi in caelestibus habitans; unde efficitur Ozias, idest robustus domini, quasi robur suum Deo attribuens et in suo proposito perseverans. Et sequitur Ioathan, idest perfectus, quia quotidie in maius proficit. Et sic fit Achaz, idest comprehendens: ex operatione enim augmentatur agnitio, secundum illud: annuntiaverunt opera Dei, et facta eius intellexerunt. Sequitur Ezechias, idest fortis dominus, quia Deum fortem esse intelligit; et ideo in amorem eius conversus fit Manasses, idest obliviosus, temporalia tradens oblivioni; et ex hoc fit Amon, idest fidelis: qui enim temporalia contemnit, neminem in re sua defraudat. Et fit Iosias, idest salutem domini secure expectans: Iosias enim salus domini interpretatur.

Versets 8-11.

 

— Saint Jérôme : Nous lisons au quatrième livre des Rois (4 R 8, 24; 11, 2ss) que Joram engendra Ochosias, et qu’à la mort de ce dernier, Josabeth, fille du roi Joram et sœur d’Ochosias, enleva Joas fils de son frère, pour le soustraire au massacre commandé par Athalie. Joas eut pour successeur son fils Amasias; après Amasias, régna son fils Azarias, qui fut appelé Ozias et auquel succéda son fils Joathan. Ce témoignage historique vous démontre l’existence de trois rois que l’Évangéliste n’a point insérés dans sa généalogie. Joram, en effet, n’a pas engendré Ozias, mais Ochosias et les deux autres que nous venons de citer. La raison de cette omission est que l’Évangéliste s’était proposé trois séries de quatorze noms chacune, correspondant à trois différentes époques. Ajoutons que Joram s’était allié à la famille de l’impie Jézabel, et qu’en punition de cette alliance son souvenir est effacé jusqu’à la troisième génération, et son nom jugé indigne de figurer parmi ceux qui forment la généalogie du Seigneur.

— Saint Hilaire : Après avoir épuré la généalogie du Christ de tout contact avec la gentilité, l’Évangéliste reprend sa descendance royale dans la quatrième des générations qui suivent.

— Saint Jean Chrysostome : (sur S. Matth.) L’Esprit saint avait prédit par le Prophète que Dieu détruirait tout enfant mâle de la race d’Achab et de Jézabel, et cette prédiction fut accomplie par Jéhu fils de Nanzi, à qui Dieu avait promis que ses enfants s’assiéraient sur le trône d’Israël jusqu’à la quatrième génération. La bénédiction que Dieu répandit sur Jéhu pour avoir tiré vengeance de la maison d’Achab, fut égale à la malédiction dont il frappa la maison de Joram à cause de son alliance avec la fille de l’impie Achab et de Jèzabel.

Jusqu’à la quatrième génération, ses enfants sont retranchés du catalogue des rois, et ainsi son péché descend sur ses enfants, selon qu’il avait été écrit (Ex 34, 7): « Je punirai les péchés des pères sur les enfants jusqu’à la troisième et la quatrième génération. » Voyez par là quels dangers entraînent les alliances avec les impies.

— Saint Augustin : (quest. du Nouv. et de l’Anc. Test., chap. 85.) C’est avec justice que les noms d’Ochosias, de Joas et d’Amazias ne figurent pas dans cette généalogie avec les autres; car leur impiété continua pendant toute leur vie sans interruption et sans intervalle. Salomon dut au mérite de son père et Roboam au mérite de son fils d’avoir été conservés parmi les rois dans la généalogie du Seigneur. Quant à ces trois rois impies, leurs noms en ont été retranchés, car l’exemple du vice entraîne la ruine de toute une race quand il est donné avec éclat et sans discontinuité.

« Ozias engendra Joatham; Joatham engendra Achaz; Achaz engendra Ezéchias. »

— La Glose : C’est à Ezéchias qui était sans enfant qu’il fut dit: « Mets ordre à ta maison, parce que tu mourras bientôt (Is 38) ». Il versa des larmes en entendant ces paroles, non pas qu’il désirait une vie plus longue, car il savait que Salomon avait été agréable à Dieu en ne demandant pas une longue suite d’années, mais il se voyait sans enfants, lui, descendant de David, d’où devait naître le Christ, et il craignait que les promesses de Dieu ne pussent s’accomplir.

« Ezéchias engendra Manassé, Manassé engendra Amon; Amon engendra Josias; Josias engendra Jéchonias et ses frères vers le temps où les Juifs furent transportés à Babylone. »

— Saint Jean Chrysostome : (sur S. Matth.) Le livre des Rois ne nous présente pas le même ordre dans les générations (4 R 23, 30.31). Nous lisons : Josias engendra Eliachim, plus tard appelé Joachim, et Joachim, Jéchonias. Mais Joachim a été rayé du nombre des rois, parce que ce n’était pas le peuple de Dieu qui l’avait placé sur le trône, mais Pharaon qui l’avait imposé par force. Car si trois princes ont été à juste titre effacés du catalogue des rois, uniquement à cause de leur alliance avec la famille d’Achab, pourquoi Joachim n’aurait-il pas été juste que lui-même soit éliminé, lui que Pharaon en guerre avec le peuple de Dieu lui avait imposé par violence ? Voilà pourquoi Jéchonias fils de Joachim et petit-fils de Josias, a pris la place de son père dans la généalogie comme s’il était fils de Josias.

— Saint Jérôme : Ou bien il nous faut admettre que le premier Jéchonias est le même que Joachim, le second est le fils et non pas le père; le nom du premier s’écrit avec un k et un m, celui du second avec ch et n, ce qui s’est trouvé confondu dans le texte grec et dans le texte latin par la négligence des copistes et la longue suite du temps.

— Saint Ambroise : (sur S. Luc, chap. 3.) Les livres des Rois indiquent qu’il y eut deux Joachim ; il y est écrit en effet: « Joachim dormit avec ses pères, et son fils Joachin régna en sa place (4 R 24, 5-6) ». Or c’est ce fils que Jérémie appelle Jéchonias (Jér 22, 24; 1 Paral 3, 16-17). Saint Matthieu en inscrivant en même temps le nom de Jéchonias et celui de Joachim, n’a pas voulu s’exprimer autrement que le Prophète, et par là il a fait ressortir davantage les effets de la bonté du Seigneur. Nous ne le voyons pas, en effet, rechercher la noblesse qui vient des ancêtres, mais il préfère pour aïeux des pécheurs et des hommes réduits en esclavage, parce qu’il venait lui-même prêcher la délivrance à ceux que le péché retenait captifs. L’Évangéliste n’a donc pas voulu supprimer l’un des deux rois, mais il les a exprimés tous deux par le nom de Jéchonias qui leur était commun.

— Saint Rémi : Mais on peut se demander comment l’Évangéliste peut dire que ces princes naquirent dans l’exil, tandis que leur naissance a précédé l’époque de la transmigration ? C’est qu’ils semblent n’avoir été mis au monde que pour être arrachés du trône et emmenés captifs en punition de leurs péchés et de ceux du peuple, et comme Dieu prévoyait leur captivité future, l’Évangéliste a pu dire qu’ils étaient nés pendant l’exil. Remarquons ici que tous ceux qu’il a fait entrer dans la généalogie du Seigneur ont été également remarquables par l’éclat de leurs vertus ou de leurs vices; c’est ainsi que par leurs vertus Juda et ses frères se sont rendus dignes d’éloge, tandis que Phares et Zara, Jéchonias et ses frères ne se sont fait remarquer que par le dérèglement de leur vie.

— La Glose : Dans un sens mystique, David est la figure du Christ qui a terrassé Goliath, c’est-à-dire le démon. Urie, dont le nom signifie « Dieu est ma lumière », est le symbole du démon, qui avait dit: « Je serai semblable au Très-Haut (Is 14, 14). » L’Église lui était unie lorsque le Christ la voyant des hauteurs de la majesté divine, il l’aima, la rendit belle et la prit pour épouse. Ou bien Urie représente le peuple juif qui se glorifiait de posséder la lumière par la loi; le Christ est venu lui enlever la loi, en lui montrant qu’il en était lui-même l’objet. Bersabée signifie « le puits de satiété », c’est-à-dire l’abondance de la grâce spirituelle.

— Saint Rémi : Bersabée peut s’interpréter aussi « le septième puits » ou le « puits du serment », et elle représente la fontaine du baptême dans laquelle on reçoit l’Esprit saint avec ses sept dons, et on prononce des adjurations contre le démon. Le Christ est aussi « Salomon le pacifique », selon ces paroles de l’Apôtre: « Il est lui-même notre paix. » (Ep 2) Il est Roboam ou « l’étendue du peuple », d’après ses propres paroles: « Il en viendra un grand nombre d’Orient et d’Occident. » (Mt 8, 11)

Raban : Ou bien il est « l’impétuosité du peuple », lui qui a si rapidement converti les peuples à la foi.

— Saint Rémi : Il est Abias, c’est-à-dire « le Seigneur Père », d’après ces paroles (Mt 23): « Vous n’avez qu’un seul Père qui est dans les cieux. » Et ces autres: « Vous m’appelez Maître et Seigneur. » (Jn 13.) Il est Aza, c’est-à-dire « celui qui ôte », au sens de ces paroles: « Voilà celui qui efface les péchés du monde. » (Jn 1) Il est aussi Josaphat, « celui qui juge », car il dit lui-même: « Dieu a donné tout jugement au Fils. » (Jn 5) Il est Joram « le sublime », selon ces autres paroles: « Personne ne monte au ciel que celui qui descend du ciel. » (Jn 3) Il est Ozias, « le fort du Seigneur », d’après ces paroles du Psalmiste: « Le Seigneur est ma force et ma gloire. » (Psaume 117.) Il est Joatham, « celui qui est consommé en perfection », lui dont l’Apôtre a écrit: « Le Christ est la fin de la loi. » (Rm 10) Il est Achaz, « celui qui convertit », selon ces paroles: « Convertissez-vous à moi. » (Za 1)

Raban : Ou bien il est « celui qui comprend », car personne ne connaît le Père si ce n’est le Fils (Mt 11, 27).

— Saint Rémi : Il est Ezéchias, c’est-à-dire « le Seigneur fort » ou « le Seigneur a fortifié », lui qui a dit: « Ayez confiance, j’ai vaincu le monde. » (Jn 16) Il est aussi Manassé, « celui qui est porté à oublier » ou « qui a oublié », selon ce qui est écrit: « Je ne me rappellerai plus vos péchés. » (Is 43; Ez 28) Il est Amon, « le fidèle », selon ces paroles du Psalmiste: « Le Seigneur est fidèle dans toutes ses paroles. » (Ps. 144.) Il est Josias, « l’encens du seigneur », selon ces paroles: « Étant tombé en agonie, il redoublait ses prières. » (Luc, 22.)

Raban : Que l’encens soit le symbole de la prière, c’est le Psalmiste lui-même qui en témoigne: « Que ma prière s’élève comme l’encens en votre présence. » (Ps 140.) Ou bien encore il est « le salut du Seigneur », selon ces paroles d’Isaïe: « Le salut que je donnerai sera éternel. » (Is 51)

— Saint Rémi : Il est Jéchonias, « celui qui prépare » ou « la préparation du Seigneur », comme il le dit de lui-même: « Si je m’en vais et que je vous prépare une place. » (Jn 16)

— La Glose : Au sens moral, David a pour fils Salomon, « le pacifique », car on devient pacifique dans ses mœurs lorsqu’on a su éteindre ses inclinations vicieuses, et on semble jouir déjà d’une paix éternelle en servant Dieu et en s’efforçant de convertir les autres à lui. Vient ensuite Roboam ou « l’étendue du peuple », car celui qui a triomphé de tous ses défauts doit tourner ses efforts vers les autres et entraîner avec lui le peuple de Dieu vers les choses du ciel. Après lui, vient Abias, c’est-à-dire « le Seigneur Père », car après tout ce que nous venons de dire, le Christ peut se glorifier d’être le Fils de Dieu. Alors il pourra devenir Asa, « celui qui élève », et de vertu en vertu s’élever jusqu’à Dieu son Père. Alors encore il sera Josaphat, « celui qui juge », car il jugera les autres sans être jugé par personne; et c’est ainsi qu’il deviendra Joram, c’est-à-dire « le sublime », qui semble habiter dans les cieux. Il devient de la sorte Osias ou « le fort du Seigneur », qui attribue toute sa force à Dieu et persévère dans ses résolutions. Après Osias vient Joatham, « le parfait », car il avance tous les jours en perfection, et c’est ainsi qu’il devient Achaz ou « celui qui comprend », parce que la connaissance se développe par les œuvres, selon qu’il est écrit: « Ils ont annoncé les œuvres de Dieu, et ils ont compris ses actions. » Vient ensuite Ezéchias, c’est-à-dire « le Seigneur fort », car il comprend toute la force de Dieu et c’est pour que cela converti à son amour il devient Manassé, « celui qui oublie », et qui perd le souvenir des choses de la terre. Il devient ainsi Amon, c’est-à-dire « fidèle », car celui qui méprise les choses de la terre ne fait tort à personne dans ses biens, et il devient par là Josias, qui veut dire « salut du Seigneur », car il attend avec confiance et sécurité le salut qui vient de Dieu.

Lectio 6

[85339] Catena in Mt., cap. 1 l. 6 Chrysostomus super Matth. Post transmigrationem inter privatas personas primo ponit Iechoniam quasi privatum et ipsum.

Ambrosius super Lucam. De quo Ieremias dicit: scribe virum istum abdicatum: quia non exsurget ex semine eius sedens in throno David. Quomodo autem ex semine Iechoniae nullus regnaturus dicitur per prophetam? Si enim Christus regnavit, ex semine autem Iechoniae Christus est, propheta mentitus est. Sed illic futuros ex semine Iechoniae non negatur; et ideo de semine eius Christus est; et quod regnaverit Christus, non contra prophetam est: non enim saeculari honore regnavit; ipse enim dixit: regnum meum non est de hoc mundo. Iechonias autem genuit Salathiel.

 

 

 

 

 

Chrysostomus super Matth. De Salathiel quidem nihil legimus vel boni vel mali; tamen putamus sanctum eum fuisse, et in captivitate assidue Deum petiisse pro ipsa calamitate quae contigerat Israel: ideo petitionem Dei eum appellatum fuisse; interpretatur enim petitio Dei. Salathiel autem genuit Zorobabel, qui interpretatur fluitio postposita, vel ex commixtione, vel hic doctor Babyloniae. Legi (si verum est nescio) quia sacerdotale et regale genus mixtum est in Zorobabel. Propter istum autem reversi sunt filii Israel in terram propriam quia cum contenderent tres pro sua sententia, vicit Zorobabel, et pronuntiata est omnibus fortior veritas esse; propter quod Darius concessit ei filios Israel redire in sua; et ideo recte secundum providentiam Dei nominatus est Zorobabel, idest doctor Babyloniae. Quae enim maior doctrina quam ostendere veritatem dominatricem esse omnium rerum?

 

 

 

 

 

 

Glossa. Sed hoc videtur esse contrarium generationi quae legitur in Paralipomenon. Dicitur enim ibi Iechonias genuisse Salathiel et Phadaia, et Phadaia Zorobabel, et Zorobabel Mosollam, Ananiam et Salamith sororem eorum. Sed scimus multa in Paralipomenon vitio scriptorum depravata. Unde multae et indeterminatae genealogiarum veniunt quaestiones, quas iubet apostolus evitari. Vel potest dici Salathiel et Phadaia eumdem esse, quasi binomium. Vel Salathiel et Phadaia fratres esse, et filios eiusdem nominis habuisse; et historiographum secutum fuisse generationem Zorobabel filii Salathiel. De Abiud usque ad Ioseph nulla historia invenitur in Paralipomenon; sed alii multi annales leguntur fuisse apud Hebraeos, qui dicebantur verba dierum, de quibus Herodes rex alienigena dicitur multos combussisse ut ordo regiae stirpis confunderetur. Et forsitan Ioseph nomina parentum ibi legerat, vel alio quoquo modo retinuerat. Unde Evangelista seriem istius generationis poterat scire. Notandum tamen, quod prior Iechonias domini resurrectio, sequens domini praeparatio dicitur. Utrumque autem convenit domino Christo, qui dicit: ego sum resurrectio et vita; et: vado parare vobis locum. Salathiel, idest petitio mea Deus, illi convenit qui dicit: pater sancte, serva illos quos dedisti mihi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Remigius. Est etiam Zorobabel, idest magister confusionis, secundum illud: magister vester cum publicanis et peccatoribus manducat. Ipse est Abiud, idest pater meus iste, secundum illud: ego et pater unum sumus. Est et Eliacim, idest Deus resuscitans, secundum illud: resuscitabo eum in novissimo die. Est et Azor, idest adiutus, secundum illud: qui me misit, mecum est. Ipse est et Sadoch iustus, sive iustificatus, secundum illud: traditus iustus pro iniustis. Est et Achim, idest frater meus iste, secundum illud: qui fecerit voluntatem patris mei, hic meus frater est. Est etiam Eliud, idest Deus meus iste, secundum illud: Deus meus et dominus meus.

 

 

 

Glossa. Est et Eleazar, idest Deus meus adiutor, secundum illud: Deus meus adiutor meus. Est et Mathan, idest donans vel donatus, secundum illud: dedit dona hominibus et: sic Deus dilexit mundum ut filium suum daret unigenitum.

 

 

 

Remigius. Est et Iacob supplantans, quia non solum ipse supplantavit Diabolum, sed et huius potestatem suis fidelibus dedit, secundum illud: ecce dedi vobis potestatem calcandi supra serpentes. Est et Ioseph, idest apponens, secundum illud: ego veni ut vitam habeant, et abundantius habeant.

 

 

 

Rabanus. Sed videamus quid moraliter isti patres significent: quia post Iechoniam, qui dicitur praeparatio domini, sequitur Salathiel, idest petitio mea Deus; qui enim praeparatus est non petit nisi solum Deum. Sed iterum fit Zorobabel, idest magister Babylonis, scilicet terrenorum hominum, quos facit cognoscere de Deo quod pater est, quod sonat Abiud; et tunc ille populus resurgit a vitiis: unde sequitur Eliacim, qui resurrectio interpretatur. Et idem ad bene operandum adiutus, quod sonat Azor, fit Sadoch, idest iustus; et tunc dicit fidelis dilectionem proximi. Ipse est frater meus, quod sonat Achim; et per dilectionem Dei dicit Deus meus, quod sonat Eliud. Et sequitur Eleazar, idest Deus meus adiutor, quia recognoscit Deum suum adiutorem. Ad quid autem tendit, ostendit Mathan, qui dicitur donum vel donans: expectat enim Deum datorem; et sicut luctatus est in principio et vitia supplantavit, sic et in fine vitae, quod ad Iacob pertinet; et sic pervenitur ad Ioseph, idest ad augmentum virtutum.

Versets 12-15.

— Saint Jean Chrysostome : (sur S. Matth.) Après l’exil, l’Évangéliste place Jéchonias parmi les personnes privées, comme n’étant lui-même qu’un simple particulier.

— Saint Ambroise : (sur S. Luc chap. 3.) C’est de lui que Jérémie a dit: « Écrivez la déchéance de cet homme, car il ne sortira personne de sa race pour s’asseoir sur le trône de David » (Jr 22, 30). Mais comment le Prophète peut-il dire qu’aucun descendant de Jéchonias ne doit régner, car si le Christ a régné et qu’il descende par ailleurs de Jéchonias, le Prophète s’est évidemment trompé. Nous répondons que le Prophète ne dit pas que Jéchonias n’aura pas de descendant, le Christ a donc pu naître de son sang, et on ne peut opposer à l’oracle du Prophète la royauté de Jésus-Christ, car cette royauté n’a pas été une royauté temporelle, comme Jésus-Christ l’atteste lui-même: « Mon royaume n’est pas de ce monde. » (Jn 19)

« Jéchonias engendra Salathiel ».

— Saint Jean Chrysostome (sur S. Matth.) : [référence à vérifier]

De Salathiel, nous ne savons rien, ni en bien ni en mal ; nous pensons cependant que ce fut un saint homme et que, au cours de la captivité, il demanda constamment à Dieu d’intervenir pour faire cesser cette calamité qui pesait sur le peuple d’Israël ; c’est donc pourquoi il fut appelé « la demande à Dieu ». Car son nom peut signifier « la demande à Dieu ». Salathiel engendra Zorobabel dont le nom signifie « l’écoulement négligé » ou « du mélange » ou « »docteur en Babylone ». Je ne sais si c’est vrai, mais j’ai lu que les races royale et sacerdotale ont été mélangées en la personne de Zorobabel. C’est sous sa conduite que les fils d’Israël revinrent dans leur propre pays : comme ils étaient trois à lutter pour imposer leur avis, Zorobabel fut vainqueur et son point de vue fut jugé meilleur que tous les autres ; c’est pourquoi Darius permit aux fils d’Israël de rentrer chez eux, et c’est donc à juste titre que, selon la providence divine, il fut nommé Zorobabel, c'est-à-dire « le docteur de Babylone ». En effet, y a-t-il meilleur enseignement que de prouver que la vérité l’emporte sur toutes choses ?

— La Glose : L’Évangéliste paraît ici en contradiction avec la généalogie qui se trouve au livre des Paralipomènes; nous y voyons, en effet, que Jéchonias engendra Salathiel et Phadaia; Phadaia, Zorobabel; et Zorobabel, Mosolla, Ananie et Salomith leur sœur. Mais nous savons que le texte des Paralipomènes a été fréquemment altéré par la négligence des copistes, et qu’il est pour les généalogies le sujet de difficultés sans fin que l’Apôtre nous ordonne d’éviter. On pourrait peut-être dire que Salathiel et Phadala sont une même personne sous un double nom, ou que ce sont deux frères dont les fils ont porté le même nom, ou l’historien sacré n’aurait suivi que la ligne de Zorobabel, fils de Salathiel. D’Abias jusqu’à Joseph, on ne trouve aucun document historique dans les Paralipomènes; mais on affirme qu’il existait chez les Juifs d’autres annales, appelées les « Paroles des jours », et dont Hérode, roi de race étrangère, fit brûler, à ce que l’on dit, une grande partie pour détruire les traces de la race royale. C’est dans ces annales que Joseph aurait peut-être trouvé les noms de ses ancêtres, si d’ailleurs il ne les avait pas conservés d’une autre manière, et c’est d’après ces renseignements que l’Évangéliste aurait pu connaître la suite de cette généalogie. Remarquons que des deux Jéchonias le premier signifie « la résurrection du Seigneur », le second « la préparation du Seigneur », et que l’une et l’autre signification conviennent au Seigneur Jésus-Christ, qui a dit: « Je suis la résurrection et la vie. » (Jn 11) Et encore: « Je vais vous préparer une place. » (Jn 14) Le nom de Salathiel, ou « ma demande est Dieu », convient aussi au Christ qui a dit: « Père saint, conservez ceux que vous m’avez donnés. » (Jn 17)

— Saint Rémi : Il est aussi Zorobabel, « le maître de la confusion », lui à qui on a fait ce reproche: « Votre maître mange avec les publicains et avec les pécheurs. » (Mt 9) Il est encore Abiud, qui veut dire « celui-ci est mon père », lui qui a dit: « Mon Père et moi nous ne sommes qu’un. » (Jn 10) Il est aussi Eliachim ou « le Dieu qui ressuscite », selon ces paroles : « Je le ressusciterai au dernier jour. » Il est Azor ou « celui qui est aidé », car il a dit: « Celui qui m’a envoyé est avec moi. » Il est Sadoc, « le juste » ou « le justifié », selon ces paroles: « Le juste a été livré pour les injustes. » (1 P 3) Il est Achias ou « celui-ci est mon frère », d’après ce qu’il a dit de lui-même: « Celui qui fait la volonté de mon père, celui-ci est mon frère. » (Mt 7) Il est Eliud ou « celui-ci est mon Dieu », d’après ces paroles: « Mon Dieu est mon Seigneur. » (Ps. 34)

— La Glose : Il est Eléazar ou « mon Dieu est mon aide », d’après ces autres paroles du Psalmiste: « Mon Dieu est mon soutien. » (Ps 17) Il est Mathan, celui « qui donne » ou celui «qui est donné », car il est écrit: « Il a répandu ses dons sur les hommes; » (Ep. 4) et encore: « C’est ainsi que Dieu a aimé le monde, qu’il lui a donné son Fils unique. » (Jn 3)

— Saint Rémi : Il est Jacob, celui « qui supplante », car non seulement il a supplanté le démon, mais encore il a donné à ses fidèles tout pouvoir sur lui par ces paroles: « Voici que je vous ai donné la puissance de marcher sur les serpents. » (Lc 10) Enfin il est Joseph, « celui qui ajoute », selon ce qu’il a dit lui-même: « Je suis venu pour qu’ils aient la vie, et qu’ils l’aient en plus grande abondance. » (Jn 10)

— Raban : Mais voyons ce que signifient au sens moral les noms des ancêtres du Seigneur. Après Jéchonias, qui veut dire « préparation du seigneur », vient Salathiel, ou « Dieu est ma demande », car celui qui est déjà préparé [par l’Esprit saint] ne demande rien que le Seigneur. Il devient encore Zorobabel ou le « maître de Babylone », c’est-à-dire des frontières des hommes auquel il fait connaître que Dieu est Père (tel est le sens d’Abius). Alors ce peuple sort du tombeau de ses vices; ce que veut dire le mot Eliachim ou « résurrection », et il ressuscite pour se livrer aux bonnes œuvres intérieures, ce que signifie Azor. Il devient Sadoc ou « juste », et alors la charité fraternelle lui fait tenir ce langage: « Il est mon frère », selon la signification du mot Achim, et l’amour de Dieu lui inspire ces paroles « Mon Dieu», ou Eliud. Il devient ensuite Eléazar, ou « Dieu est mon aide », parce qu’il reconnaît que Dieu est son secours. Le mot Mathan, qui signifie « celui qui donne » ou « qui est donné », indique le but qu’il se propose, c’est-à-dire qu’il attend les dons de Dieu et qu’il combat contre les vices à la fin de sa vie comme il l’a fait au commencement, ce que signifie le nom de Jacob, et on arrive ainsi à Joseph, c’est-à-dire à l’accroissement des vertus.

Lectio 7

[85340] Catena in Mt., cap. 1 l. 7 Glossa. Post omnes generationes patrum ponit ultimo generationem Ioseph viri Mariae, propter quam omnes aliae introducuntur, dicens Iacob autem genuit Ioseph. Hieronymus. Hunc locum obiicit nobis Iulianus Augustus de dissonantia Evangelistarum: cur Matthaeus Ioseph filium dixit Iacob, et Lucas filium eum appellaverit Heli; non intelligens consuetudinem Scripturarum, quod alter secundum naturam, alter secundum legem ei pater sit. Scimus enim hoc per Moysen Deo iubente praeceptum, ut si frater aut propinquus absque liberis mortuus fuerit, alius eius accipiat uxorem ad suscitandum semen fratris vel propinqui sui. Super hoc Africanus, temporum scriptor, et Eusebius Caesariensis plenius disputaverunt.

 

 

 

 

 

 

Ex historia autem ecclesiastica. Mathan enim et Melchi diversis temporibus ex una eademque uxore Iescha nomine singulos filios procrearunt. Quia Mathan per Salomonem descendit, uxorem eam primum ceperat, et relicto filio uno Iacob nomine, defunctus est. Post cuius obitum, quoniam lex viduam alii viro non vetat nubere, Melchi, qui per Mathan genus ducit, cum esset ex eadem tribu, sed non ex eodem genere, relictam Mathan accepit uxorem, ex qua ipse suscepit filium nomine Heli, per quos ex diverso patrum genere efficiuntur Iacob et Heli uterini fratres; quorum alter, idest Iacob, fratris Heli sine liberis defuncti uxorem ex mandato legis accipiens, genuit Ioseph, natura quidem generis suum filium; propter quod et scribitur Iacob autem genuit Ioseph. Secundum legis vero praeceptum, Heli efficitur filius Iacob quia frater erat et ad suscitandum fratris semen acceperat uxorem eius. Et per hoc recta invenitur atque integra generatio et ea quam Matthaeus enumerat et ea quam Lucas, qui legalem successionem, quae velut adoptione quadam erga defunctos constat, competenti satis per hoc designavit indicio, observans ne in huiusmodi successionibus genuisse aliquem nominaret.

 

 

Augustinus de Cons. Evang. Commodius enim filius eius dictus est a quo fuerat adoptatus, quam si diceretur ab illo genitus cuius carne non erat natus. Matthaeus autem dicens Abraham genuit Isaac, et in hoc perseverans donec diceret Iacob genuit Ioseph, satis expressit eum patrem produxisse secundum ordinem generationum a quo Ioseph non adoptatus, sed genitus erat. Quamquam si etiam Lucas genitum diceret Ioseph ab Heli, nec sic nos hoc verbum perturbare deberet; neque enim absurde quisquam dicitur non carne sed caritate genuisse quem sibi filium adoptaverit.

 

 

 

 

 

Ex historia Eccles. Haec autem non nobis ad lubitum reperta aut absque ullis auctoribus commentata sunt, sed ipsi salvatoris nostri secundum carnem propinqui, seu studio tanti seminis demonstrandi, seu edocendi quae secundum veritatem gesta sunt, haec tradiderunt.

Augustinus de Cons. Evang. Merito autem Lucas, qui non ab initio Evangelii sui sed a Baptismo Christi generationes enarrat tamquam sacerdotem in expiandis peccatis magis assignans, adoptionis originem ipse suscepit, quia per adoptionem efficimur filii Dei credendo in filium Dei. Per carnalem vero generationem, quam Matthaeus prosequitur, filius Dei potius propter nos homo factus est. Satis autem ostendit Lucas se dixisse Ioseph filium Heli, quod illi fuerit adoptatus, cum Adam filium dixerit Dei per gratiam, quam postea peccando amisit, tamquam filius in Paradiso constitutus sit.

 

 

 

 

 

 

Chrysostomus in Matth. Positis igitur progenitoribus universis et finiens in Ioseph, addit virum Mariae, monstrans quod propter illam et hunc in genealogia posuit.

 

 

Hieronymus. Cum autem virum audieris, tibi suspicio non subeat nuptiarum; sed recordare consuetudinis Scripturarum, quod sponsae uxores, et sponsi viri vocantur.

 

Gennadius de ecclesiasticis dogmatibus. Natus est autem Dei filius ex homine, idest ex Maria, et non per hominem, idest ex viri coitu, sicut Ebion dicit; unde signanter subdit de qua natus est Iesus.

 

 

 

Augustinus de Haeres. Quod est contra Valentinum, qui dixit Christum nihil assumpsisse de virgine, sed per illam tamquam per rivum aut fistulam pertransisse.

 

Augustinus contra Faustum. Cur autem carnem ex utero feminae assumere voluerit, summa consilii penes ipsum est: sive quod utrumque sexum hoc modo honorandum iudicavit assumendo formam viri et nascendo de femina, sive aliqua alia causa quam non temere dixerim.

 

Augustinus de quaest. novi et Vet. Testam. Quod autem per olei unctionem praestabat Deus his qui in reges ungebantur, hoc praestitit spiritus sanctus homini Christo addita expiatione; quare natus, Christus est appellatus; et hoc est quod dicitur qui vocatur Christus.

 

Augustinus de Cons. Evang. Non tamen erat fas ut eum ob hoc a coniugio Mariae separandum putaret quod non ex eius concubitu, sed virgo peperit Christum; hoc enim exemplo magnifice insinuatur fidelibus coniugatis et servata pari consensu continentia, posse permanere coniugium non permixto corporis sexu, sed custodito mentis affectu; praesertim quia nasci eis filius potuit sine ullo complexu carnali.

 

 

 

Augustinus de Nupt. et Conc. Omne autem nuptiarum bonum impletum est in illis parentibus Christi: fides, proles et sacramentum; prolem cognoscimus ipsum dominum, fidem quia nullum adulterium, sacramentum quia nullum divortium.

 

 

 

Hieronymus. Quaerat autem diligens lector, et dicat: cum Ioseph non sit pater domini salvatoris, quid pertinet ad dominum generationis ordo deductus usque ad Ioseph? Cui respondebimus primo, non esse consuetudinis Scripturarum ut mulierum in generationibus ordo texatur, deinde ex una tribu fuisse Ioseph et Mariam unde ex lege eam accipere cogebatur ut propinquam et quod simul censentur in Bethlehem, ut de una videlicet stirpe generati.

 

 

 

Augustinus de Nupt. et Conc. Fuit et series generationis usque ad Ioseph producenda ne in illo coniugio virili sexui, utique potiori, fieret iniuria, cum veritati nihil deperiret quia ex semine David erat Maria.

 

 

 

Augustinus contra Faustum. Nos ergo credimus etiam Mariam fuisse in cognatione David quia eis Scripturis credimus quae utrumque dicunt: et Christum ex semine David secundum carnem, et eius matrem Mariam, non cum viro concumbendo, sed virginem.

 

Concilium Ephesinum. Cavendus autem est hic Nestorii error qui sic dicit: cum divina Scriptura dictura est aut nativitatem Christi, quae ex Maria virgine est, aut mortem, nusquam videtur ponens Deus, sed aut Christus aut filius aut dominus, quoniam haec tria naturarum significativa duarum: aliquando quidem huius, aliquando vero illius, aliquando autem et illius et istius. Accipe autem ad hoc testimonium: Iacob genuit Ioseph virum Mariae, de qua natus est Iesus qui dicitur Christus. Deus enim verbum secunda ex muliere non eguit nativitate.

 

 

Augustinus contra Felicianum. Sed non alius Dei et alius hominis, sed idem Christus Dei et hominis filius fuit. Et sicut in uno homine aliud animus et aliud corpus, sic in mediatore Dei et hominum aliud Dei filius, aliud hominis filius fuit, unus tamen ex utroque Christus dominus fuit. Aliud, inquam, pro discretione substantiae, non alius pro unitate personae.

 

 

 

 

 

Sed obiicit haereticus: nescio quomodo natum doceatis ex tempore quem coaeternum patri dicitis iam fuisse. Nasci enim est velut quidam motus rei non extantis antequam nascatur, id agens beneficio nativitatis ut sit. Quo colligitur, eum qui erat nasci non potuisse, et si nasci potuit, non fuisse.

 

 

 

Ad quod respondetur ab Augustino. Fingamus, sicut plerique volunt, esse in mundo animam generalem quae sic ineffabili motu semina cuncta vivificet ut non sit concreta cum genitis; nempe cum haec in uterum passibilem materiam ad usus suos formatura pervenerit, unam facit secum esse personam eius rei, quam non eamdem constat habere substantiam; et fit, operante anima et patiente materia, ex duabus substantiis unus homo, cum anima aliud doceatur esse, aliud caro. Sicque animam nasci fatemur ex utero, quam ad uterum venientem vitam dicimus contulisse concepto.

 

 

 

 

 

 

Nasci, inquam, ex matre dicitur qui ex hac sibi corpus aptavit in quo nasci posset, non quia antequam nasceretur, quantum ad se attinet, ipsa penitus non fuisset. Sic ergo, immo multo incomprehensibilius atque sublimius, natus est susceptione perfecti hominis de matre filius Dei, qui per omnipotentiam singularem omnibus genitis est causa nascendi.

Verset 16

— La Glose : Après toutes les généalogies des ancêtres de Jésus-Christ, l’Évangéliste donne en dernier lieu celle de Joseph, époux de Marie, à laquelle toutes les autres se rapportaient: « Et Jacob engendra Joseph. »

— Saint Jérôme : Julien Auguste voit ici une preuve de contradiction entre les Évangélistes; pourquoi, dit-il, Matthieu écrit-il que Joseph est le fils Jacob, tandis que Luc le donne comme le fils d’Héli ? Julien paraît ne pas comprendre le langage habituel de l’Écriture, qui appelle également du nom de père et celui qui l’est par nature et celui qui l’est en vertu de la loi. C’est ce que nous apprend la loi de Moïse, expression de la volonté divine, en ordonnant, lorsqu’un homme meurt sans enfant, que son frère ou un de ses proches parents prenne pour épouse la femme du défunt pour donner des enfants à ce dernier (Deut.) Africanus le chronologiste et saint Eusèbe de Césarée  [(dans son traité intitulé διαφωνιας Ευανγελιων ou de la divergence des Évangélistes)] ont parfaitement discuté [et résolu] cette question.

— Saint Eusèbe de Césarée : . (Hist. eccl., liv. 1, chap. 7.) Mathan et Melchi eurent, chacun à des époques différentes, des enfants de la même femme appelée Jesca. Mathan qui descendait de Salomon l’avait eue le premier pour épouse, et il était mort en lui laissant un fils unique appelé Jacob. Après sa mort, la loi ne défendant pas à sa veuve de prendre un autre époux, Melchi, qui était parent de Mathan, de la même tribu, mais non de la même famille, épousa la femme de Mathan, restée veuve, et en eut un fils nommé Héli. C’est ainsi que Jacob et Héli, frères utérins, naquirent de deux pères différents. Jacob, de son côté, en vertu de la prescription expresse de la loi, épousa la femme de son frère Héli, mort sans enfants, et en eut un fils, Joseph; c’est pour cela que nous lisons: « Jacob engendra Joseph. » Joseph fut donc le fils naturel de Jacob, tandis qu’il était considéré comme le fils légal d’Héli, dont Jacob n’avait épousé la veuve que pour donner des enfants à son frère. C’est ainsi que se trouvent justifiées la vérité et l’intégrité des généalogies de saint Matthieu et de saint Luc. Ce dernier a suffisamment distingué la succession légale qui était une espèce d’adoption à l’égard du défunt, en évitant, dans l’exposé de ces successions, de parler de génération proprement dite.

— Saint Augustin : (De l’Accord des Evang., 2, 3.) L’expression de fils à l’égard de celui qui ne l’était que par adoption, était plus convenable et plus juste que celle d’engendré, puisqu’il n’était pas né de son sang. Saint Matthieu, au contraire, en commençant sa généalogie par ces mots: « Abraham engendra Isaac », et en s’exprimant toujours de même jusqu’à la fin, où il dit: « Jacob engendra Joseph », marque assez par là que ce père l’a engendré selon l’ordre naturel, et que Joseph est, non pas son fils adoptif, mais son véritable fils. Et toutefois, quand bien même saint Luc aurait employé la même expression à l’égard de Joseph adopté par Héli, nous ne devrions pas en être embarrassés, car on peut sans absurdité dire d’un homme qu’il a engendré, par l’affection et non dans la chair, l’enfant qu’il a cru devoir adopter.

Eusébe : (Hist. ecclés.) Ce ne sont pas là des documents arbitraires, trouvés par hasard et dépourvus de toute authenticité, car ce sont les parents du Seigneur, selon la chair, qui nous les ont transmis, soit par le désir de faire connaître une naissance si auguste, soit pour rétablir la vérité des faits.

— Saint Augustin : (De l’Accord des Evang., 2, 4.) C’est avec raison que saint Luc, qui place la généalogie du Christ, non pas en tête de son Évangile, mais au baptême du Christ, en le présentant surtout comme le prêtre chargé de l’expiation de nos péchés, a choisi de préférence l’origine d’adoption, car c’est par l’adoption et en croyant au Fils de Dieu que nous devenons nous-mêmes les enfants de Dieu. Dans la génération charnelle, au contraire, que raconte saint Matthieu, le Fils de Dieu se montre surtout à nous comme s’étant fait homme pour nous. D’ailleurs, saint Luc nous apprend assez qu’en appelant Joseph fils d’Héli, il veut parler de son adoption, puisqu’il donne le nom de fils de Dieu à Adam, que Dieu avait établi comme un fils dans le paradis terrestre en vertu d’une grâce qu’il perdit plus tard.

— Saint Jean Chrysostome : (Hom. 4 sur S. Matthieu.) Après avoir énuméré tous les ancêtres de Jésus-Christ, il finit par Joseph, et il ajoute: « l’époux de Marie », pour montrer que c’est à cause de Marie qu’il l’a placé dans la généalogie.

— Saint Jérôme : Que ce nom « l’époux de Marie » ne vous rappelle aucune idée de mariage, car les saintes Écritures donnent ordinairement le nom d’époux ou d’épouse aux simples fiancés.

Gennadius : (Des Dogm. de l’égl., chap. 2.) Le Fils de Dieu est né de l’homme, c’est-à-dire de Marie, et non par le moyen de l’homme, c’est-à-dire des relations de l’homme avec la femme, comme le prétend Ebion, et c’est avec un dessein marqué que l’Évangéliste ajoute: « Marie, de laquelle est né Jésus. »

— Saint Augustin : (Des Hérés., chap. 2.) Ces paroles condamnent l’opinion de Valentin, qui soutenait que le Christ n’avait rien reçu de Marie, mais qu’il n’avait fait que passer par elle comme par un ruisseau ou par un canal.

— Saint Augustin : (Des Hérés., chap. 2.) Que le Christ ait voulu prendre chair dans le sein d’une femme, c’est chez lui l’effet d’une haute sagesse, soit qu’il ait voulu ainsi honorer les deux sexes en prenant la forme d’un homme et en recevant l’existence d’une femme, soit pour tout autre motif qu’il ne nous appartient pas d’examiner.

— Saint Augustin : (Des Quest. du Nouv. et de l’Anc. Test.) Ce que Dieu donnait par l’onction d’huile à ceux qui étaient sacrés rois, l’Esprit saint le confère à l’homme Jésus-Christ , en la sanctifiant. C’est pour cela qu’à sa naissance il reçut le nom de Christ, ainsi que l’ajoute l’Évangéliste: « qui est appelé le Christ. »

— Saint Augustin : (De l’Accord des Evang.) Cependant il n’est pas permis de conclure qu’il n’y avait pas de mariage entre Marie et Joseph de ce que le Christ n’était pas né de leur union, mais qu’il avait été enfanté par une vierge. C’est un magnifique exemple donné aux fidèles engagés dans les liens du mariage, et qui leur apprend que tout en gardant la continence d’un mutuel accord, le mariage peut continuer à exister, par la seule union des âmes, sans l’union des corps, alors surtout qu’on voit naître ici un fils sans qu’il y ait en d’union charnelle.

— Saint Augustin : (Du Mariage et de la concupis., 1, 2.) Tous les biens du mariage se trouvent réunis dans cette union des parents de Jésus-Christ : la fidélité, les enfants, le pacte mutuel. Nous savons que Jésus-Christ est leur enfant béni. La fidélité du mariage a été gardée, puisqu’il n’y a pas eu d’adultère, il y a eu pacte sacré puisqu’il n’y a pas eu de divorce.

— Saint Jérôme : Un lecteur attentif fera peut-être cette question: Puisque Joseph n’est pas le père du Dieu Seigneur, quel rapport peut avoir avec Jésus cette généalogie qui descend jusqu’à Joseph ? Nous répondrons d’abord que ce n’est pas l’usage des écrivains sacrés de donner dans les généalogies la descendance des femmes; en second lieu que Joseph et Marie étaient de la même tribu et que Joseph était obligé de la prendre pour épouse à cause de la parenté qui existait entre eux, ce que prouve leur inscription simultanée à Bethléem comme étant de la même famille.

— Saint Augustin : (Du Mariage et de la concupisc.) Un autre motif pour lequel la généalogie devait descendre jusqu’à Joseph, c’était de ne pas faire injure, dans cette union, à la prééminence à son sexe, alors surtout que la vérité des faits n’avait pas à en souffrir, puisque Marie était de la race de David.

— Saint Augustin : (Contre Faust., lib. 23, chap. 9.) Nous croyons donc que Marie était de la race de David, sur la foi des Écritures qui nous apprennent ces deux choses : que le Christ était de la race de David selon la chair, et que Marie était sa mère non en s’étant unie à son marie, mais en demeurant vierge.

Du Concile d’Ephèse. Il faut se garder de l’erreur de Nestorius, dont voici le raisonnement: Toutes les fois que l’Écriture parle ou de la naissance temporelle de Jésus-Christ, né de la Vierge Marie, ou de sa mort, elle ne lui donne jamais le nom de Dieu, mais celui de Christ ou celui de Fils, ou celui de Seigneur, car ces trois noms désignent les deux natures, tantôt la nature divine, tantôt la nature humaine, tantôt l’une et l’autre réunies. En voici une preuve : « Jacob engendra Joseph, l’époux de Marie, de laquelle est né Jésus, qu’on appelle Christ. » Or le Verbe, qui est Dieu, n’a pu avoir besoin de naître une seconde fois d’une femme.

— Saint Augustin : (Contre Félicien, chap. 11, 12.) Le Fils de Dieu n’est pas autre que le Fils de l’homme, mais c’est le même Christ qui est à la fois le Fils de l’homme et le Fils de Dieu. De même que dans un seul et même homme l’esprit et le corps sont deux choses différentes, ainsi, dans le Médiateur de Dieu et des hommes, le Fils de Dieu et le Fils de l’homme sont deux choses distinctes, mais qui concourent à former un seul et même Seigneur Christ; car s’il y a ici deux choses distinctes parce qu’il y a deux substances, il n’y a cependant qu’une seule et même personne.

Les hérétiques nous font cette objection: Je ne sais pas comment vous enseignez que celui qui, selon vous, est coéternel au Père, ait put naître dans le temps, car naître c’est comme le mouvement que fait avant sa naissance un être qui n’existe pas, et dont le but est de se procurer l’existence par le moyeu de cette naissance. Donc il faut conclure que celui qui existait n’a pu naître, ou que s’il a pu prendre naissance, c’est qu’il n’existait pas.

Voici comment saint Augustin répond à cette difficulté: Supposons, comme plusieurs auteurs le prétendent, qu’il y ait dans le monde une âme universelle qui vivifie les germes de tous les êtres par une opération ineffable, en restant toujours distincte de ce qu’elle vivifie. Lorsqu’elle pénétrera dans le sein de la mère pour y donner la forme à la matière passive qu’elle y trouve, elle fera de cette matière, d’une nature toute différente de la sienne, une seule personne avec elle. C’est ainsi que l’opération de l’âme et la passibilité de la matière concourent à former un seul homme de deux substances distinctes, l’âme étant tout à fait différente du corps, et nous disons que l’âme prend naissance dans le sein de la mère, tout en reconnaissant d’ailleurs que c’est en venant elle-même dans le sein maternel qu’elle y donne la vie au germe qui est conçu.

Nous disons qu’elle est née du sein de la mère, parce qu’elle s’y est unie à un corps dans lequel elle put naître, sans qu’on puisse en conclure, pour ce qui la concerne, qu’elle n’existait pas du tout avant sa naissance. C’est ainsi, ou plutôt c’est d’une manière bien plus incompréhensible et plus sublime, que le Fils de Dieu a pris naissance dans le sein de sa mère en s’y revêtant de la nature humaine tout entière, lui qui, par sa toute-puissance unique, donne l’être à tout ce qui est engendré dans l’univers.

Lectio 8

[85341] Catena in Mt., cap. 1 l. 8 Chrysostomus super Matth. Positis generationibus ab Abraham usque ad Christum, eas in tres partes divisit per generationes quatuordecim quia ter completis quatuordecim generationibus mutatus est in Iudaeis status hominum. Ab Abraham enim usque ad David fuerunt sub iudicibus, a David usque ad transmigrationem Babylonis sub regibus, a transmigratione usque ad Christum sub pontificibus. Hoc ergo vult demonstrare: sicut semper completis quatuordecim generationibus mutatus est hominum status, sic completis quatuordecim generationibus a transmigratione ad Christum necesse est a Christo mutari similiter hominum statum; quod et factum est. Post Christum enim omnes gentes sub uno Christo iudice, rege et pontifice factae sunt; unde quando iudices, reges et pontifices Christi dignitatem praefigurabant, semper principia eorum in figura fuerunt Christi: primus iudicum Iesus Nave, primus regum David, primus pontificum Iesus filius Iosedech. Hoc in figura Christi fuisse, dubitat nemo.

 

 

 

 

 

Chrysostomus in Matth. Vel ideo in tres partes divisit omnes generationes demonstrans quod neque regimine transmutato facti sunt meliores, sed sub iudicibus, regibus, pontificibus et sacerdotibus in eisdem permanserunt malis; propter quod et captivitatem Babylonis commemorat manifestans quod neque ex hoc sunt correcti. Descensus autem in Aegyptum non meminit quia Aegyptios non timebant sicut Babylonios vel Assyrios, et quia illud erat antiquum, hoc autem recens et quia illuc non propter peccata deducti fuerant sicut in Babylonem.

 

 

 

 

Ambrosius super Lucam. Illud autem non praetermittendum putamus quod a David temporibus usque ad Iechoniam, cum septemdecim fuerint reges Iudaeae, quatuordecim generationes Matthaeus posuit. Oportet autem cognoscere, posse plures esse successiones, pauciores generationes; possunt enim diutius vivere aliqui et serius generare, aut certe penitus exortes generationis existere; itaque non quae regum, eadem generationum tempora.

 

 

 

Glossa. Vel potest dici tres reges esse praetermissos, ut superius dictum est.

 

Ambrosius super Lucam. Rursus ergo cum a Iechonia usque ad Ioseph generationes duodecim computentur, postea quatuordecim generationes descriptas esse commemoravit. Sed si diligenter advertas, hic quoque quatuordecim generationum poteris invenire rationem. Duodecim enim a Ioseph numerantur, tertiadecima est Christus; duos autem Ioakim, idest duos Iechonias fuisse historia indicat, patrem et filium. Non igitur suppressit alterum Evangelista, sed utrumque significat. Ita, addito minori Iechonia, generationes quatuordecim computantur.

 

 

 

 

Chrysostomus super Matth. Vel unus Iechonias bis numeratur in Evangelio, semel ante transmigrationem, iterum autem post transmigrationem. Hic enim Iechonias, cum esset unus, duas habuit conditiones: fuit enim et rex ante transmigrationem, quasi rex factus a populo Dei; factus est et privatus post transmigrationem. Ideo ante transmigrationem numeratur inter reges quasi rex, post transmigrationem autem inter privatos.

 

 

 

Augustinus de Cons. Evang. Vel ideo unus in illis progenitoribus bis numeratur, idest Iechonias, a quo facta est quaedam in extraneas gentes deflexio quoniam in Babyloniam transmigratus est. Ubi autem ordo a rectitudine flectitur ut eat in diversum, tamquam angulum facit; illud autem quod in angulo est bis numeratur. Et hic iam Christum praefigurat a circumcisione ad praeputium migraturum, et lapidem angularem futurum.

 

 

Remigius. Ideo autem quatuordecim posuit generationes quia denarius significat Decalogum, quaternarius vero quatuor libros Evangelii; unde in hoc ostendit concordiam legis et Evangelii. Ideo etiam quaterdenarium numerum triplicavit, ut ostenderet quia perfectio legis, prophetiae et gratiae, in fide sanctae Trinitatis consistit.

 

 

Glossa. Vel in hoc numero septiformis gratia spiritus sancti significatur; hic enim numerus ex septem conficitur; quod autem geminatur significat gratiam spiritus sancti corpori et animae esse necessariam ad salutem. Sic ergo haec generatio dividitur in tres tessaradecades: prima est ab Abraham usque ad David, ita quod David ibi includitur; sed secunda a David usque ad transmigrationem, ita quod David ibi non includitur, sed transmigratio sub eo continetur; tertia est a transmigratione usque ad Christum, in qua si dicamus Iechoniam bis numeratum, transmigratio inclusa est. In prima significantur homines ante legem, in qua quosdam homines naturalis legis invenies, scilicet Abraham, Isaac et Iacob, usque ad Salomonem; in secunda significantur homines sub lege: omnes enim qui in ea inveniuntur sub lege fuerunt; in tertia homines gratiae quia terminatur ad Christum qui gratiae dator fuit, in qua etiam liberatio a captivitate Babyloniae facta est significans liberationem a captivitate per Christum factam.

 

 

 

 

Augustinus de Cons. Evang. Cum autem quaterdenas generationes tribus distinxisset articulis, non tamen eas dixit in summa, ut diceret: fiunt omnes quadraginta et duae. Unus enim in illis progenitoribus bis numeratur, scilicet Iechonias; sic ergo non quadraginta et duae, quod faciunt ter quatuordecim, sed propter unam bis numeratam quadraginta et una generationes fiunt. Matthaeus igitur, qui regiam in Christo constituerat insinuare personam, excepto Christo quadraginta homines in generationum serie numeravit. Numerus enim iste illud tempus significat quo in hoc saeculo regi nos oportet a Christo, secundum disciplinam laboriosam, quam significat illa virga ferrea de qua in Psalmis legitur: reges eos in virga ferrea. Quod autem numerus iste hanc temporalem vitam aeternamque significet, illa interim causa de proximo occurrit, quod et tempora annorum quadripartitis vicibus currunt, et mundus ipse quatuor partibus terminatur, ab oriente et occidente, Aquilone et meridie. Quadraginta autem quatuor habent decem. Porro ipsa decem ab uno usque ad quatuor progrediente numero consummantur.

 

 

 

 

 

 

Glossa. Vel denarius ad Decalogum refertur, quaternarius ad praesentem vitam quae per quatuor tempora transit; vel per decem vetus testamentum, per quatuor novum.

 

Remigius. Si quis autem voluerit dicere quod sunt quadraginta et duae generationes, quia non est unus Iechonias, sed duo, dicendum est quod et iste numerus congruit sanctae Ecclesiae; nascitur enim a septenario et senario: nam sexies septem quadraginta et duo faciunt. Senarius refertur ad laborem, septenarius vero ad requiem.

Verset 17.

— Saint Jean Chrysostome : (Sur S. Matth.) L’Évangéliste, voulant établir les diverses générations qui séparent Abraham du Christ, les divise en trois séries de quatorze générations chacune, parce que la fin de chaque série correspond à un changement dans la situation des Juifs. En effet, depuis Abraham jusqu’à David, ils furent gouvernés par des juges; depuis David jusqu’à la déportation à Babylone, par des rois; depuis la transmigration de Babylone jusqu’au Christ, par des pontifes. Ce que l’écrivain sacré veut démontrer, c’est que de même qu’après les deux premières séries de quatorze générations, la situation des Juifs fut changée, ainsi, après les quatorze générations que l’on compte depuis la déportation à Babylone jusqu’au Christ, le divin Seigneur devait nécessairement changer l’état de l’humanité. C’est ce qui arriva, car, à dater de la venue du Christ, toutes les nations lui obéirent comme à leur juge, leur roi et leur pontife. Or, comme les juges, les rois et les pontifes figuraient la dignité du Christ, le premier d’entre eux fut toujours un homme qui en était le symbole, comme le premier des juges, Jésus, fils de Nave (Si 46, 1); le premier des rois, David; le premier des pontifes, Jésus, fils de Josedech, personnages dont personne ne doute qu’ils furent la figure du Christ.

— Saint Jean Chrysostome : (Hom. 4 sur S. Matth.) Ou bien peut-être l’Évangéliste a partagé toutes les générations en trois séries pour nous montrer que le changement de gouvernement ne rendit pas les Juifs meilleurs, mais qu’ils ont persévéré dans leurs crimes sous les juges, sous les rois, sous les pontifes et les prêtres. Il fait aussi mention de la captivité de Babylone, pour nous apprendre qu’elle n’a point servi à les ramener au bien. Si leur séjour en Égypte est passé sous silence, c’est que les Hébreux ne craignaient pas les Egyptiens comme les Babyloniens et les Assyriens, que d’ailleurs la domination de ces derniers était moins récente, et qu’enfin elle n’avait pas été, comme la captivité de Babylone, le châtiment de leurs péchés.

— Saint Ambroise : (sur S. Luc.) Nous pensons ne pas devoir omettre de faire remarquer que de David à Jéchonias, saint Matthieu ne compte que quatorze générations, alors qu’il y eut certainement dix-sept rois de Juda. [Pour faire disparaître cette contradiction apparente] il suffit de se rappeler que les successions peuvent être plus nombreuses que les générations; quelques-uns, en effet, peuvent vivre longtemps et avoir très tard des enfants, ou même mourir sans en laisser. La durée des règnes n’est donc pas toujours la durée des générations.

— La Glose : Ou peut dire aussi que les noms de trois d’entre les rois ont été omis pour les raisons indiquées plus haut.

— Saint Ambroise : (sur S. Luc.) Remarquons encore que l’Évangéliste donne quatorze générations [à la troisième série], bien qu’on n’en compte que douze [dans l’énumération qu’il en fait], depuis Jéchonias jusqu’à Joseph. Mais en examinant attentivement, vous trouverez aussi dans celle énumération l’équivalent de quatorze générations. On en compte, en effet, douze jusqu’à Joseph, or le Christ forme la treizième, et l’histoire [(4 R, voyez ci-dessus)] nous apprend qu’il y a eu deux Joachim, c’est-à-dire deux Jéchonias, le père et le fils. L’évangéliste n’a donc pas supprimé l’un des deux, il les a exprimés tous les deux, et c’est en ajoutant le plus jeune Jéchonias qu’on trouve quatorze générations.

— Saint Jean Chrysostome : (sur S. Matth.) Ou bien il est possible que le même Jéchonias soit compté deux fois dans l’Évangile, une première fois avant la déportation de Babylone, et une seconde fois après, car ce Jéchonias quoique étant un seul et même homme, a passé par deux conditions différentes: il a été roi avant la déportation, et roi par le choix du peuple de Dieu, et après la déprtation il a été réduit à la condition privée. Voilà pourquoi il est placé parmi les rois avant la captivité, en tant qu’il fut roi, et depuis, parmi les simples particuliers.

— Saint Augustin : (de l’Accord des Evang. 2, 4.) Peut-être encore qu’un des aïeux du Christ, Jéchonias, a été compté deux fois, parce qu’il a été l’auteur d’un certain écart vers les nations étrangères, lors de la déportation à Babylone. Or ce qui s’écarte de la ligne droite pour aller dans une direction opposée fait comme un angle, et ce qui est formé par cet angle compte pour une seconde ligne [différente de la première]. Et c’est là une figure du Christ, qui devait aller de la circoncision à la gentilité et devenir ainsi la pierre angulaire.

— Saint Rémi : L’Évangéliste compte quatorze générations, parce que le nombre dix signifie le Décalogue, et le nombre quatre les quatre livres des Évangiles, et ainsi se trouve figuré le parfait accord de la loi avec l’Evangile. Le nombre quatorze se trouve multiplié trois fois, pour montrer que la loi, les prophètes et la grâce acquièrent leur perfection dans la foi en la sainte Trinité.

— La Glose : Ou bien la grâce du Saint-Esprit aux sept dons est figurée dans ce nombre quatorze, qui est composé du nombre sept répété deux fois. En doublant ce nombre, l’écrivain sacré a voulu signifier que la grâce est nécessaire tout à la fois pour le salut de l’âme et pour salut du corps. Cette généalogie est donc partagée en trois séries de quatorze générations chacune; la première série va d’Abraham jusqu’à David inclusivement. la seconde de David exclusivement jusque y compris la déportation de Babylone; la troisième depuis la captivité de Babylone jusqu’au Christ, et si nous admettons que Jéchonias y est compté deux fois, la captivité y sera comprise. Or la première série représente les hommes avant la loi, et nous y trouvons de fidèles observateurs de la loi naturelle, c’est-à-dire Abraham, Isaac et Jacob, tous jusqu’à Salomon. La seconde figure les hommes qui ont vécu sons la loi, car tous ceux qui s’y trouvent compris ont été soumis à la loi. La troisième représente les hommes de la grâce et se termine au Christ qui a été le dispensateur de la grâce. Nous y voyons la délivrance de la captivité de Babylone comme figure de l’affranchissement de l’esclavage du démon, dont Jésus-Christ nous a délivrés.

— Saint Augustin : (de l’Accord des Evang., 2, 4.) Après avoir divisé les générations en trois séries de quatorze chacune, l’Évangéliste ne les additionne pas en disant: toutes font un total de quarante-deux, car un des ancêtres de Jésus-Christ, Jéchonias, y est compté deux fois. C’est pourquoi nous trouvons non pas quarante-deux générations, total de trois fois quatorze, mais quarante et une générations, parce que l’une d’entre elles a été comptée deux fois. Saint Matthieu, qui voulait nous présenter la personne de Jésus-Christ comme roi, compte jusqu’à lui, sans le comprendre, quarante générations. Ce nombre est le symbole du temps pendant lequel le Christ doit nous soumettre à une discipline sévère, que figurait ce sceptre de fer dont on lit dans les Psaumes: « Vous les gouvernerez avec une verge de fer. » Or, une preuve facile à comprendre que ce nombre quarante signifie la vie de la terre et du temps [littéralement : « cette vie temporelle et éternelle » ???], c’est que les années s’écoulent par une succession de quatre parties différentes et que le monde lui-même est comme limité par les quatre parties connues sous le nom d’Orient, d’Occident, de Nord et de Midi. Le nombre quarante est formé par le nombre dix répété quatre fois, et le nombre dix lui-même est formé de nombres qui vont en augmentant de un à quatre.

— La Glose : (ou S. Anselme.) Le nombre dix peut figurer le Décalogue, le nombre quatre la vie présente qui se partage en quatre époques différentes; ou bien le nombre dix représente l’Ancien Testament et le nombre quatre le Nouveau.

— Saint Rémi : Si l’on demande ce que signifie le nombre quarante-deux, (puisqu’il faut compter non un seul, mais deux Jéchonias), nous répondrons que ce nombre représente la sainte Église. Car ce nombre quarante-deux est formé du nombre sept et du nombre six, puisque six fois sept font quarante-deux. Or le nombre six est le symbole du travail et le nombre sept la figure du repos.

Lectio 9

[85342] Catena in Mt., cap. 1 l. 9

 

Chrysostomus super Matth. Quoniam superius dixerat Iacob autem genuit Ioseph cui desponsata Maria genuit Iesum, ne aliquis audientium sic aestimaret esse nativitatem quomodo praecedentium patrum, ipse ordinem narrationis suae praecidens dicit Christi autem generatio sic erat, ac si dicat: generatio quidem eorum quos exposuimus patrum sic fuit quemadmodum retuli; Christi autem generatio non sic, sed ita erat: cum esset desponsata mater.

 

 

 

 

Chrysostomus in Matth. Quasi enim aliquid novum dicturus praemittit modum generationis dicere, ne audiens virum Mariae aestimes natum esse lege naturae.

 

 

 

Remigius. Potest autem ad superiora referri hoc modo: sic erat Christi generatio sicut dixi; idest: Abraham genuit Isaac.

 

 

Hieronymus. Sed quare non de simplici virgine, sed de desponsata concipitur? Primum, ut per generationem Ioseph origo Mariae monstraretur; secundo, ne lapidaretur a Iudaeis ut adultera; tertio, ut in Aegyptum fugiens haberet solatium mariti. Martyr etiam Ignatius quartam addit causam: ut partus, inquiens, eius celaretur Diabolo, dum eum putat non de virgine, sed de uxore generatum.

 

 

 

 

Chrysostomus super Matth. Ideo autem et desponsata et domi habita: nam quemadmodum in ea quae in domo viri concipit, intelligitur conceptio naturalis, ita in ea quae extra domum concepit, est suspecta coniunctio.

 

Hieronymus contra Helvidium. Sciendum autem quod Helvidius, quidam homo turbulentus, accepta materia disputandi, blasphemare contra Dei matrem incepit; cuius prima propositio fuit: Matthaeus loquitur sic: cum esset desponsata. Ecce, inquit, habes desponsatam, non commendatam, ut dicitis; et utique non ob aliud desponsatam nisi quoniam nupturam. Origenes. Desponsata fuit quidem Ioseph, non tamen in concupiscentia iuncta. Mater eius, inquit, mater immaculata, mater incorrupta, mater intacta. Mater eius; cuius eius? Mater est Dei, unigeniti, domini, regis, omnium plasmatoris et redemptoris cunctorum.

 

 

Cyrillus ad Ioannem Antioch. Quid enim videbit aliquis in sancta virgine praeter alias? Si Dei mater non sit, sed Christi vel domini, ut Nestorius dicit, nihil enim absurdum est etiam si voluerit quis matrem uniuscuiusque unctorum Christi nominare genitricem. Sola vero praeter illas sancta virgo et Christi genitrix intelligitur ac dicitur. Genuit enim non purum hominem, secundum vos, sed incarnatum potius, et hominem factum ex Deo patre verbum. Sed forsitan illud ais: dic mihi, putasne divinitatis mater facta est virgo? Et ad hoc quoque dicimus quia natum est ex ipsa Dei substantia eius verbum et sine principio temporis semper coexistens genitori; in novissimis autem temporibus, quoniam caro factum est, hoc est unitum carni animam habenti rationalem, natum etiam dicitur carnaliter per mulierem. Assimilatur autem quodammodo nativitati quae est secundum nos, hoc sacramentum; matres etenim terrenorum ministrant naturae coagulatam paulatim carnem perficiendam in specie humana. Immittit autem animali spiritum Deus. Sed licet sint istae solummodo terrenorum corporum matres, attamen parientes, totum animal et non partem peperisse dicuntur. Tale autem aliquid gestum percipimus in generatione Emmanuel; natum enim est ex patris substantia Dei verbum; quia vero carnem assumpsit propriam eam faciens, necessarium est confiteri quia natus est secundum carnem per mulierem. Quia igitur et Deus vere est, quomodo dubitabit quispiam sanctam virginem Dei dicere genitricem?

 

 

 

 

 

 

Leo Papa in sermone de Nativ. Non autem te Dei conceptus turbet, partus te non confundat auditus, quando virginitas quicquid est humani pudoris excusat. Aut quae hic verecundiae laesio, ubi iniit deitas cum amica sibi semper integritate consortium, ubi est interpres Angelus, fides pronuba, dispensatio castitas, donatio virtus, iudex conscientia, causa Deus, conceptio integritas, virginitas partus, virgo mater?

 

 

 

Cyrillus ad Ioannem Antioch. Sed si de caelo et non ex ipsa sanctum corpus Christi factum esse diceremus, ut Valentinus, quomodo intelligeretur Dei genitrix Maria? Nomen autem matris ostendit cum subdit Maria.

 

 

Beda super Lucam. Interpretatur autem Maria stella maris Hebraice, domina Syriace, quia et lucem salutis et dominum mundo edidit. Cui autem desponsata fuerit ostendit subdens Ioseph.

 

Chrysostomus super Matth. Ideoque fabro lignario Maria desponsata erat, quoniam Christus Ecclesiae sponsus omnium salutem hominum operaturus erat per lignum crucis.

 

 

Chrysostomus in Matth. Quod autem sequitur antequam convenirent, non dicitur: antequam duceretur in domum sponsi; etenim iam intus erat. Consuetudo enim multoties veteribus erat in domo desponsatas habere, quod et nunc quoque fieri videtur, et generi Lot intus cum ipso erant.

 

 

Glossa. Sed dicitur antequam convenirent ad carnis commixtionem.

 

Chrysostomus super Matth. Ut non ex compassione carnis et sanguinis nasceretur, qui ideo natus est ut carnis et sanguinis solveret passionem.

 

Augustinus de Nupt. et Concup. Nuptialis etiam concubitus ibi non fuit quia in carne peccati fieri non poterat sine ulla carnis concupiscentia quae accidit ex peccato, sine qua concipi voluit qui futurus erat sine peccato, ut hinc etiam doceret omnem quae de concubitu nascitur, carnem esse peccati; quandoquidem sola, quae non inde nata est, non fuit caro peccati.

 

 

 

 

Augustinus in sermone 6 de Nativ. Nascitur etiam ab intacta femina Christus quia fas non erat ut virtus per voluptatem, castitas per luxuriam, per corruptionem incorruptio nasceretur. Nec poterat nisi novo ordine adventare de caelo qui vetustum mortis destruere veniebat imperium. Regnum igitur tenuit virginitatis quae regem genuit castitatis. Ideo etiam dominus noster virgineum sibi requisivit hospitium habitandi, ut nobis ostenderet Deum in casto corpore portari debere. Ergo qui scripsit lapideas tabulas sine stylo ferreo, ipse gravidavit Mariam spiritu sancto; unde dicitur inventa est in utero habens de spiritu sancto.

 

 

 

 

Hieronymus. Non ab alio inventa est nisi a Ioseph, qui pene licentia maritali omnia noverat.

 

 

Chrysostomus super Matth. Nam, sicut historia non incredibilis docet, quando gesta sunt quae refert Lucas, Ioseph absens erat; nec enim conveniens est putare praesente Ioseph introisse Angelum ad Mariam et dixisse quae dixit, et Mariam respondisse quaecumque respondit. Et si credamus Angelum potuisse intrare ad eam et loqui, plane tamen Mariam abiisse in montana et mansisse cum Elisabeth mensibus tribus possibile non fuit praesente Ioseph, quia necesse erat ut absentationis eius et mansionis diutinae requireret causas. Postquam autem rediit peregre post tot menses, invenit eam gravidam manifeste.

 

 

 

 

 

Chrysostomus in Matth. Proprie autem dicit inventa est, quod de non excogitatis dici consuetum est. Ne autem molestes Evangelistam interrogando qualiter sit natus ex virgine, breviter expedivit se dicens de spiritu sancto; quasi dicat: spiritus sanctus est qui est hoc miraculum operatus. Neque enim Gabriel neque Matthaeus amplius dicere potuerunt.

 

 

 

 

 

Glossa. Hoc ergo quod dicitur est ex spiritu sancto, Evangelista ex parte sua adduxit, ut cum diceretur habere in utero, omnis mala removeretur suspicio a mentibus audientium.

 

Augustinus in sermone de Trin. Non autem, sicut quidam sceleratissime opinantur, spiritum sanctum dicimus fuisse pro semine, sed potentia ac virtute creatoris dicimus operatum.

 

Ambrosius de spiritu sancto. Quod enim ex aliquo est, aut ex substantia est aut ex potestate eius est: ex substantia, sicut filius qui a patre; ex potestate, sicut ex Deo omnia, quomodo et in utero habuit Maria ex spiritu sancto.

 

 

 

Augustinus Ench. ad Laurentium. Profecto autem iste modus quo natus est Christus de spiritu sancto insinuat nobis gratiam Dei, qua homo nullis praecedentibus meritis, in ipso exordio naturae suae quo esse coepit, verbo Dei copularetur in tantam personae unitatem ut idem ipse esset filius Dei. Sed cum illam creaturam quam virgo concepit et peperit, quamvis ad solam personam filii pertinentem tota Trinitas fecerit (neque enim separabilia sunt opera Trinitatis), cur in ea facienda solus spiritus sanctus nominatus est? An et quando unus trium in aliquo opere nominatur, universa operari Trinitas intelligitur?

 

 

 

Hieronymus contra Helvidium. Sed inquit Helvidius : neque de non conventuris Evangelista dixisset priusquam convenirent, quia nemo de non pransuro dicit: antequam pranderet; quasi si quis diceret: antequam in portu pranderem ad Africam navigavi, non posset stare sententia nisi ei in portu prandendum sit quandoque; aut non potius sit intelligendum sic quod ante, licet saepe et sequentia indicet, tamen nonnumquam ea tantum quae prius cogitabantur ostendit; nec necesse sit ut cogitata fiant cum ideo aliud intervenerit ne ea quae cogitata sunt fierent.

 

 

 

 

Hieronymus. Non ergo sequitur ut postea convenerint, sed Scriptura quod factum non sit ostendit.

 

Remigius. Vel hoc verbum conveniendi, non ipsum concubitum, sed tempus significat nuptiarum, idest quando ea quae fuerat sponsa incipit esse uxor. Est enim sensus antequam convenirent, idest antequam rite solemnia nuptiarum celebrarent.

 

 

Augustinus de Cons. Evang. Hoc quemadmodum factum sit, quod hic praetermisit, Lucas exponit post commemoratum conceptum Ioannis ita enarrans: in mense autem sexto missus est Angelus; et infra: spiritus sanctus superveniet in te. Hoc ergo est quod Matthaeus commemoravit dicens inventa est in utero habens de spiritu sancto. Nec contrarium est, quia Lucas exposuit quod Matthaeus praetermisit; sicut non est contrarium, quia Matthaeus deinceps continet quod Lucas praetermisit. Sequitur enim Ioseph autem vir eius cum esset iustus, usque ad eum locum ubi scriptum est de magis quod per aliam viam reversi sunt in regionem suam. Si quis autem velit unam narrationem ex omnibus quae de Christi nativitate dicuntur ab alterutro, si haec praetermittuntur, ordinare