COMMENTAIRE DE LA SECONDE ÉPÎTRE AUX CORINTHIENS

 

PAR SAINT THOMAS D’AQUIN

Docteur de l’Église

 

introd., trad. et notes par André Charlier, Paris : Nouvelles éd. latines, 1980.

Titre des chapitres édition par l'édition Louis Vivès, 1870

 

 

Édition numérique, 2004, http://docteurangelique.free.fr 2004

 

 

 

PROLOGUE DE SAINT THOMAS 3

CHAPITRE I – Salutation et retard_ 4

Leçon 1 – 2 Co I, 1-2 – Salutations 4

Leçon 2 – 2 Co I, 3-5 – Action de grâce au Dieu de la consolation_ 7

Leçon 3 – 2 Co I, 6-11 – prendre modèle sur la souffrance des Apôtres 11

Leçon 4 – 2 Co I, 12-14 – L'espérance qui naît du témoignage de la conscience_ 16

Leçon 5 – 2 Co I, 13-23 – Le retard de Paul à les visiter 19

CHAPITRE II – Pourquoi Paul a-t-il retardé sa visite? 25

Leçon 1 – 2 Co II, 1-4 – Paul ne veut pas attrister les Corinthiens 25

Leçon 2 – 2 Co II, 5-11 – Attitude à l'égard d'un fornicateur 29

Leçon 3 – 2 Co II, 12-17 – Paul à prêché à Troas. Les faux Apôtres 34

CHAPITRE III – Les ministres de la nouvelle Alliance_ 40

Leçon 1 – 2 Co III, 1-5 – La valeur du témoignage de Paul 40

Leçon 2 – 2 Co III, 6-11 – La grandeur des ministres de la nouvelle Alliance_ 46

Leçon 3 – 2 Co III, 12-18 – La supériorité par rapport à l'Ancienne Alliance_ 51

CHAPITRE IV – La fonction des ministres 58

Leçon 1 – 2 Co IV, 1-2 – Le bien à suivre et le mal à éviter 58

Leçon 2 – 2 Co IV, 3-6 – L'aveuglement du cœur face à la Nouvelle Alliance_ 61

Leçon 3 – 2 Co IV, 7-10 – Dieu ne délaisse pas les Apôtres dans leurs tribulations 66

Leçon 4 – 2 Co IV, 11-15 – Notre espérance_ 70

Leçon 5 – 2 Co IV, 16-18 – La récompense de la patience_ 73

CHAPITRE V – La récompense de notre ministère_ 77

Leçon 1 – 2 Co V, 1-4 – Le désir de cette récompense éternelle_ 77

Leçon 2 – 2 Co V, 5-10 – Dieu est cause du désir surnaturel 82

Leçon 3 – 2 Co V, 11-15 – Charité de l'Apôtre et désir du salut des hommes 89

Leçon 4 – 2 Co V, 16-17 – Se séparer des affections de la chair à cause de la gloire future_ 95

Leçon 5 – 2 Co V, 18-21 – La réconciliation avec Dieu par le Christ 100

CHAPITRE VI – Les exhortations personnelles de Paul 104

Leçon 1 – 2 Co VI, 1-5 – Pourquoi les ministres de Dieu doivent être vertueux_ 104

Leçon 2 – 2 Co VI, 6-10 – Les vertus du cœur, des discours et des oeuvres 110

Leçon 3 – 2 Co VI, 11-18 – Nous sommes le Temple du Dieu vivant 116

CHAPITRE VII – Éloge de la conduite des corinthiens 124

Leçon 1 – 2 Co VII, 1-3 – Louange des Corinthiens – La pureté du coeur 124

Leçon 2 – 2 Co VII, 4-9 – Les souffrances de Paul en Macédoine_ 127

Leçon 3 – 2 Co VII, 9-11 – La tristesse selon Dieu_ 132

Leçon 4 – 2 Co VII, 12-16 – L'amendement des corinthiens 136

CHAPITRE VIII – La collecte pour les démunis 139

Leçon 1 – 2 Co VIII, 1-8 – L'aumône pour l'Eglise de Jérusalem_ 139

Leçon 2 – 2 Co VIII, 9-15 – Les effets spirituels de l'aumône_ 146

Leçon 3 – 2 Co VIII, 16-24 – Eloge des ministres des Corinthiens 151

CHAPITRE IX – Donner avec la mesure de la joie_ 155

Leçon 1 – 2 Co IX, 1-7 – La joie de l'aumône_ 155

Leçon 2 – 2 Co IX, 8-15 – Raison de cette joie dans l'aumône_ 161

CHAPITRE X – Les faux ministres et les faux prophètes 166

Leçon 1 – 2 Co X, 1-6 – La douceur de Paul est force_ 166

Leçon 2 – 2 Co X, 7-12 – Ne pas préférer les faux-apôtres à Paul, le vrai Apôtre_ 170

Leçon 3 – 2 Co X, 13-18 – L'Apôtre se glorifie avec juste mesure_ 175

CHAPITRE XI : Apologie de Paul 179

Leçon 1 – 2 Co XI, 1-3 – L'Apôtre se glorifie pour le bien des Corinthiens 179

Leçon 2 – 2 Co XI, 4-8 – Le devoir d'écoute révérencielle envers l'Apôtre_ 184

Leçon 3 – 2 Co XI, 9-15 – L'origine des finances de Paul 189

Leçon 4 – 2 Co XI, 16-21 – La faute des Corinthien et son remède_ 195

Leçon 5 – 2 Co XI, 21-26 – Comparaison et supériorité de Paul sur les faux-docteurs 199

Leçon 6 – 2 Co XI, 27-33 – Ce que Paul a souffert pour Jésus 205

CHAPITRE XII – Les faveurs reçues de Dieu par Paul 210

Leçon 1 – 2 Co XII, 1-2 – Les grâces spéciales reçues par Paul 210

Leçon 2 – 2 Co XII, 3-6 – Le second ravissement de Paul 221

Leçon 3 – 2 Co XI, 7-10 – L'écharde dans la chair de Paul 226

Leçon 4 – 2 Co XII, 11-13 – Les preuves miraculeuses de la mission de Paul 233

Leçon 5 – 2 Co XIII, 14-19 – L'Apôtre est comme un père pour ses enfants 237

Leçon 6 – 2 Co XII, 20-21 – Mise en garde des Corinthiens contre la faute_ 243

CHAPITRE XIII – Ceux qui ont suivi les faux apôtres 247

Leçon 1 – 2 Co XIII, 1-4 – L'Apôtre comme juge sévère_ 247

Leçon 2 – 2 Co XIII, 5-10 – Juger soi-même de sa justice_ 250

Leçon 3 – 2 Co XIII, 11-13 – Exhortation à la persévérance et salutation_ 257

 

 

 

 

Textum Taurini 1953 editum ac automato translatum a Roberto Busa SJ in taenias magneticas denuo recognovit Enrique Alarcón atque instruxit

Traduction monastère de Fomgombault, 1970

 

 

Prooemium

PROLOGUE DE SAINT THOMAS

 [87692] Super II Cor., pr. Ministri Dei nostri, dicetur vobis, Is. LXI, v. 6. In his verbis congrue tangitur materia huius secundae epistolae ad Corinthios. Nam in prima epistola agit apostolus de ipsis sacramentis, sed in hac secunda agit de ministris ipsorum sacramentorum, tam bonis, quam malis. Ratio autem hanc epistolam scribendi fuit, quod Corinthii, post praedicationem eius, admiserant pseudo-apostolos, quos apostolo praeferebant. Propter hoc scribit eis hanc epistolam, in qua commendat apostolos et ostendit verorum apostolorum dignitatem; ostendit etiam et vituperat falsorum apostolorum falsitatem. Commendat autem verorum apostolorum dignitatem, ex hoc quod sunt ministri Dei. Ministri, inquit, Dei, dicetur vobis, scilicet apostolis, qui quidem dicuntur ministri quantum ad tria. Primo quantum ad dispensationem sacramentorum. I Cor. IV, 1: sic nos existimet homo, ut ministros, et cetera. Christus enim institutor est sacramentorum, sed apostoli et eorum successores ea dispensant, et ideo subditur in praedicta auctoritate et dispensatores mysteriorum Dei. Secundo quantum ad gubernationem, scilicet inquantum gubernant populum Dei. Sap. c. VI, 5: cum essetis ministri, non recte iudicastis, et cetera. Deus enim gubernat omnia per prudentiam. Unde quicumque aliquid gubernat, dicitur minister Dei. Tertio quantum ad humanae salutis operationem, inquantum scilicet eorum ministerio et praedicatione, homines ad salutem conversi sunt: cuius salutis solus Deus est auctor, quia ipse est qui venit salvum facere quod perierat, apostoli vero ministri. I Cor. III, v. 4 s.: quid ergo est Apollo? Quid Paulus? Ministri eius, cui credidistis, et cetera.

On vous nommera Ministres de notre Dieu. Isaïe LXI, 6.

1. Par ces mots on saisit parfaitement la matière de cette seconde Epître aux Corinthiens. Car dans la première, l’Apôtre traite des mystères sacrés eux-mêmes, mais dans la seconde il traite des ministres des mystères, aussi bien des bons que des mauvais.

La raison pour laquelle il écrivit cette lettre fut que les Corinthiens, après sa prédication, avaient accueilli de faux apôtres, qu’ils préféraient à Paul. C’est pourquoi il leur écrit cette lettre dans laquelle il glorifie les Apôtres et montre la dignité des vrais Apôtres il dévoile aussi et stigmatise le mensonge des faux Apôtres.

2. Il glorifie la dignité des vrais Apôtres en ce qu’ils sont ministres de Dieu. On vous nommera ministres de Dieu, dit-il, vous, c’est-à-dire les Apôtres, qu’on peut dire ministres sous trois rapports :

D’abord quant à la dispensation des mystères. I Corinthiens IV, 1 Qu’on nous regarde comme les ministres de Dieu... Le Christ en effet a institué les mystères, mais les Apôtres et leurs successeurs en sont les économes, voilà pourquoi il a ajouté au texte précédent et les dispensateurs des mystères de Dieu.

Secondement quant au gouvernement, en tant qu’ils gouvernent le peuple de Dieu. Sagesse VI, 5 Quand vous étiez ministres de son royaume, vous n’avez pas jugé selon la justice... Dieu en effet gouverne toutes choses par sa provi­dence. Aussi quiconque a une fonction de gouvernement est dit ministre de Dieu.

Troisièmement quant à l’opération du salut des hommes, en tant que, par leur ministère et leur prédication, les hommes sont tournés vers le salut de ce salut Dieu seul est l’auteur, parce que c’est lui qui est venu sauver ce qui était perdu, mais les Apôtres en sont les ministres.

2 Co III, 4 – Qu’est-ce donc qu’Apollos? Qu’est-ce que Paul? Les ministres de Celui auquel vous avez cru...

 

 

Caput 1

CHAPITRE I – Salutation et retard

Lectio 1

Leçon 1 – 2 Co I, 1-2 – Salutations

 

1. (n° 3) Paul, Apôtre de Jésus-Christ par la volonté de Dieu, et Timothée notre frère, à l’Eglise de Dieu qui est à Corinthe, ainsi qu’à tous les saints qui sont dans toute l’Achaïe :

2 (n° 7) que la grâce et la paix soient à vous de la part de Dieu le Père et de Notre Seigneur Jésus-Christ.

[87693] Super II Cor., cap. 1 l. 1 De istis ergo ministris tractat hic apostolus, ostendens in hac epistola eorum dignitatem etiam scribens Corinthiis. In qua quaedam praemittit. Primo salutationem; secundo prosequitur epistolam, ibi benedictus Deus, et cetera. In salutatione autem tria ponit: primo enim describit personas salutantes; secundo personas salutatas, ibi Ecclesiae quae est, etc.; tertio bona optata, ibi gratia vobis, et cetera. Circa primum primo describitur persona salutans principalis, quia Paulus; secundo persona adiuncta, quia Timotheus. Persona salutans describitur ab humilitate, quia Paulus, qui Latine dicitur modicus. Iste est ille modicus, de quo Is. LX, 22: minimus erit in mille, et cetera. Vel a doctrina, quia Paulus dicitur os tubae. Ista est illa tuba de qua Zach. IX, 14: dominus in tuba canet, et cetera. Et competit quod dicitur Is. LVIII, 1: quasi tuba exalta vocem tuam, et cetera. A dignitatis auctoritate, quia apostolus, et cetera. Ubi tria ponuntur. Primo quod sit legatus, unde dicitur apostolus, id est principaliter missus. Soli enim duodecim apostoli electi missi sunt a Christo. Lc. VI, 13: elegit duodecim, quos et apostolos, et cetera. Alii autem discipuli non missi sunt principaliter, sed secundario. Et inde est quod apostolis succedunt episcopi, qui habent specialem curam gregis domini. Alii autem sacerdotes succedunt septuaginta duobus discipulis, qui gerunt vices commissas sibi ab episcopis. Est ergo eius dignitas quia apostolus. I Cor. IX, 2: si aliis non sum apostolus, sed tamen vobis sum, et cetera. Gal. II, 8: qui operatus est Petro, et cetera. Sed quare vocat se hic apostolum, dicens Paulus apostolus, cum in epistola ad Romanos scribit se servum? Ratio huius est, quia Romanos reprehendit de dissensione et superbia, quae est mater dissensionis, quia inter superbos semper iurgia sunt. Unde ut eos revocet a dissensione, inducit eos ad humilitatem, vocando se servum. Corinthii vero erant pertinaces et rebelles, et ideo, ut reprimat eorum proterviam, usus est hic nomine dignitatis, dicens se apostolum. Secundo ponitur cuius sit legatus, quia Iesu Christi. Infra V, 20: pro Christo legatione fungimur. Tertio ponitur modus quo adeptus est legationem, quia non iniecit se ut pseudo. Ier. c. XXIII, 21: non mittebam eos, et ipsi currebant. Non est datus populo ex divino furore, iuxta illud Iob XXXIV, 30: qui facit regnare hypocritam, et cetera. Osee XIII, 11: dabo tibi regem, sed in furore meo. Est adeptus apostolatum ex voluntate Dei et beneplacito. Act. IX, 15: vas electionis est mihi iste. Et ideo dicit per voluntatem Dei. Persona autem adiuncta est Timotheus. Unde dicit et Timotheus frater. Frater, inquam, propter fidem, Matth. XXIII, 8: omnes vos fratres estis, etc., et propter dignitatem, quia episcopus: et inde est quod Papa vocat omnes episcopos fratres. Connumerat autem sibi Timotheum, quia cum ipse transisset per eos, sicut dixit in I Epist., ult. cap., possent credere quod malitiose retulisset apostolo ea de quibus ipse scribit ad eos. Consequenter ponuntur personae salutatae, et primo principales, secundo adiunctae principalibus, in hoc quod dicit Ecclesiae Dei, quae est totus populus fidelis, tam clerici quam laici. I Tim. III, 15: ut scias quomodo oporteat te conversari. Quae est Corinthi, quia Corinthus erat metropolis Achaiae. Sed adiunctae personae sunt omnes sancti, qui sunt unius spiritus sancti gratia renati. I Cor. VI, 11: sed abluti estis, sed sanctificati, et cetera. Qui sunt in Achaia, cuius metropolis est Corinthus. Istis autem personis salutatis optat apostolus bona. Unde dicit gratia vobis, et cetera. Et circa hoc duo facit. Primo ponit ipsa bona; secundo ipsorum auctorem, ibi a Deo patre, et cetera. Ponit autem ista duo extrema bona, ut in eis intelligantur media. Primum enim bonum est gratia, quae est principium omnium bonorum. Nam ante gratiam nihil est nisi diminutum in nobis. Ultimum autem omnium bonorum est pax, quia pax est generalis finis mentis. Nam qualitercumque pax accipiatur, habet rationem finis; et in gloria aeterna et in regimine et in conversatione, finis est pax. Ps. CXLVII, 3: qui posuit fines tuos pacem. Quis autem sit auctor horum bonorum ostendit, subdens a Deo patre, et cetera. Et haec duo possunt dupliciter distingui, quia cum dicit a Deo patre, potest intelligi pro tota Trinitate. Nam, licet persona patris dicatur pater Christi per naturam, tamen tota Trinitas est pater noster per creationem et gubernationem. Is. LXIII, 16: et nunc, domine, pater noster es tu. Ier. III, 19: patrem vocabis me. A Deo ergo patre nostro, id est a tota Trinitate proveniunt bona. Matth. VII, 11: si vos cum sitis mali, et cetera. Sed si Deus pater noster accipiatur pro tota Trinitate, quare additur persona filii, cum dicit et domino Iesu Christo? Numquid est alia persona a Trinitate? Dicendum quod additur non propter aliam personam sed propter aliam naturam, scilicet humanitatis assumptae a filio in personam divinam: quam quidem Trinitati connumerat, quia omnia bona proveniunt nobis a Trinitate per incarnationem Christi; et primo gratia, Io. I, 17: gratia et veritas, etc., secundo pax, Eph. II, 14: ipse est pax nostra, et cetera. Item cum dicit a Deo patre nostro, potest intelligi persona patris solum; et, licet tota Trinitas sit pater noster, ut dictum est, tamen persona patris est pater noster per appropriationem; et sic hoc quod dicit et domino Iesu Christo, intelligitur de persona filii. De persona autem spiritus sancti non fit hic mentio, quia, sicut dicit Augustinus, cum sit nexus patris et filii, ubicumque ponitur persona patris et persona filii, intelligitur persona spiritus sancti.

3. C'est de ces ministres que traite ici l’Apôtre, montrent leur dignité dans cette lettre qu’il écrit aux Corin­thiens. Il prélude par une salutation, puis il poursuit (n° 11) : "Béni soit Dieu..." Il caractérise d’abord les personnes qui saluent, puis les personnes saluées (n° 6) : "A l’Eglise qui est à Corinthe...", enfin les biens qu’il leur souhaite (n° 7) : "la grâce et la paix soient avec vous"... Il caractérise en premier lieu le personnage principal qui salue, c’est Paul- ensuite celui qui l’accompagne, - c’est Timothée- (n° 5).

4. Le personnage qui salue est caractérisé par l’humilité, parce que "Paul" en latin signifie "modeste" celui-là est ce modeste dont Isaïe dit, LX, 22 – Le plus petit deviendra un millier...

Ou par la doctrine, parce que Paul est la trompette de l’Église. Il est cette trompette dont parle Zach. IX, 14 Le Seigneur sonnera de la trompette... ce qui rejoint Isaïe LVIII, 1 – Elève ta voix comme la trompette...

Enfin par l’autorité de sa dignité, qui est celle "d’Apôtre de Jésus-Christ".

Ici il faut distinguer trois choses.

1° D’abord il est député, d’où son nom d’Apôtre, c’est-à-dire envoyé par une mission première. Seuls en effet les douze Apôtres furent choisis et envoyés par le Christ. Luc VI, 13 – Il choisit douze disciples qu’il nomme Apôtres. Les autres disciples sont l’objet d’une mission, non première, mais seconde. Aussi est-ce aux Apôtres que succèdent les Evêques, à qui incombe spécialement le soin du troupeau du Seigneur. Les autres prêtres succèdent aux 72 disciples et ils s’acquittent des fonctions qui leur sont confiées par les Évêques. Sa fonction est donc bien celle d’Apôtre. I Corinthiens IX, 2 – Si pour les autres je ne suis pas Apôtre, du moins pour vous je la suis... Galates II, 8 – Celui qui a agi en Pierre pour en faire un apôtre des circoncis, a de même agi en moi en faveur des Gentils.

Mais pourquoi s’appelle-t-il ici "Apôtre", disant "Paul, Apôtre", tandis que dans l’Épître aux Romains il se dit : "esclave de Jésus-Christ"? La raison en est qu’il réprimande les Romains pour leurs discordes et leur orgueil, qui est la source de la discorde, parce qu’entre les orgueilleux il y a toujours des querelles. Aussi pour les arracher à la discorde, il les incline à l’humilité en se donnant le nom d’esclave. Mais les Corinthiens étaient obstinés et indociles, et pour réprimer leur insolence il a usé ici de sa dignité en se disant Apôtre.

2° Secondement il indique de qui il est l’envoyé, à savoir de Jésus-Christ. Leçon 1 : 2 Co V, 20 – Nous sommes en ambassade pour le Christ.

3° Troisièmement il indique de quelle manière il a reçu cette ambassade, car il ne s’est pas jeté sur cette mission, comme ceux auxquels fait allusion Jérémie XXIII, 21 – Je n’envoyais pas ces prophètes et d’eux-mêmes ils couraient. Il n’a pas été donné au peuple par la colère divine, selon Job, XXXIV, 30 – Lui qui fait régner l’impie... Os. XIII, 11 – Je te donnerai un roi dans me fureur. Il a reçu sa vocation d’Apôtre de la volonté et du bon plaisir de Dieu. Actes IX, 15 – Celui-là est un vase d’élection. C’est pourquoi il se dit Apôtre "par la volonté de Dieu".

5. Timothée lui est adjoint. Aussi dit-11 – "et mon frère Timothée". Son frère à cause de la foi, Matthieu XXIII, 8 – Vous êtes tous frères. Et à cause de sa dignité, parce qu’il est évêque : de là vient que le Pape appelle tous les évêques ses frères.

Il nomme Timothée avec lui; car, puisqu’il était allé à Corinthe, comme Paul le dit dans I Corinthiens (dernier chap. 10), ils pouvaient croire qu’il avait rapporté méchamment à l’Apôtre les faits au sujet desquels il leur écrit.

6. Ensuite il nomme les personnes qu’il salue, d’abord les principales, puis celles qu’il joint aux principales.

Il dit donc : "à l’Église de Dieu", qui est le peuple fidèle tout entier, tant les clercs que les laïcs. 1. Tim. III, 15 – Afin que lu saches comment te comporter dans la maison de Dieu. "Qui est à Corinthe", parce que Corinthe était la métropole de toute L’Achaïe.

Mais les personnes adjointes sont tous les saints qui sont nés de nouveau par la grâce du Saint Esprit. I Corinthiens VI, 11 – Mais vous êtes purifiés, mais vous êtes sanctifiés... "Qui sont en Achaïe", dont la métropole est Corinthe.

7. A ces personnes qu’il salue, l’Apôtre souhaite des biens : "Que la grâce et la paix soient avec vous."

D’abord il nomme ces biens, ensuite l’auteur de ces biens (n° 9) : "de la part de Dieu le Père."

8. Il nomme les deux biens extrêmes, afin qu’en eux soient compris les biens intermédiaires.

En effet le premier bien est la grâce, qui est le principe de tous les biens. Car avant la grâce il n’y a rien en nous qui ne soit rétréci. Et le dernier de tous les biens est la paix, parce que la paix est en général la fin de l’âme. Car de quelque manière que la paix soit procurée, elle a le caractère de fin. Et dans la gloire éternelle, et dans le gouvernement, et dans la manière de vivre, la fin est la paix. Psaume CXLVII. 3 – c’est lui qui a établi la paix sur tes frontières.

9. Quel est l’auteur de ces biens, il le montre en ajoutent : "de la part de Dieu le Père et de Notre Seigneur Jésus-Christ". Et ici on peut faire une distinction (n° 10), car lorsque Paul dit : "de la part de Dieu le Père", cela se peut entendre de la Trinité tout entière.

En effet, quoiqu’on dise que la personne du Père est Père du Christ par nature, cependant la Trinité tout entière est notre Père par création et gouvernement. Isaïe LXIII, 16 – Et maintenant, Seigneur, lu as notre Père. Jérémie III, 19 – Tu m’appelleras Père. C’est donc de Dieu notre Père, c’est-à-dire de la Trinité entière que proviennent nos biens. Matthieu VII, 11 – Si vous, qui êtes mauvais, donnez de bonnes choses à vos fils...

Mais si Dieu notre Père s’interprète pour la Trinité, pourquoi Paul ajoute-t-il la personne du Fils, disant : "et de Notre Seigneur Jésus-Christ"? Est-il une personne différente de la Trinité?

Paul l’ajoute à cause de la différence, non de personne, mais de nature, la personne divine du Fils ayant assumé l’humanité. Il L’adjoint à la Trinité parce que tous les biens nous viennent de la Trinité par l’incarnation du Christ d’abord la grâce, Jean. 1, 17 – La grâce et la vérité nous sont venues par Jésus-Christ, ensuite la paix, Ephésiens II, 14 Lui-même est notre paix...

10. Lorsqu’il dit : "de la part de Dieu notre Père", on peut aussi comprendre la personne du Père seulement; et, quoique toute la Trinité soit notre Père, comme je l’ai dit, pourtant la personne du Père est notre Père par appro­priation, et ainsi ce qu’il dit : "et de Notre Seigneur Jésus-Christ", s’entend de la personne du Fils. Il ne fait pas mention de la personne du Saint Esprit, parce que, comme le dit saint Augustin, étant donné qu’elle est le lien du Père et du Fils, partout où on nomme la personne du Père et la personne du Fils on doit entendre aussi la personne du Saint Esprit.

Lectio 2

Leçon 2 – 2 Co I, 3-5 – Action de grâce au Dieu de la consolation

 

3 (n° 11) Béni soit Dieu, le Père de Notre Seigneur Jésus-Christ, le Père des miséricordes et le Dieu de toute consolation,

4 (n° 14) qui nous console dans toutes nos tribu­lations, afin que nous puissions nous aussi consoler les autres dans toutes leurs afflictions, grâce à l’encou­ragement que nous recevons nous-mêmes de Dieu :

5 (n° 17) de même que les souffrances du Christ abondent en nous, de même, par le Christ, abonde aussi notre consolation.

 

[87694] Super II Cor., cap. 1 l. 2 Hic incipit epistola in qua apostolus duo facit. Primo enim excusat se de eo quod non iverat ad eos, sicut promiserat; secundo prosequitur intentionem suam, cap. III, ibi incipimus iterum, et cetera. Circa primum duo facit. Primo ponit excusationem de mora; secundo morae assignat causam, secundo cap., ibi statui autem, et cetera. Circa primum duo facit. Primo enim reddit eos benevolos; secundo excusationem ponit, ibi et hac confidentia, et cetera. Circa primum duo facit. Primo captat eorum benevolentiam, recitando quaedam in generali; secundo quaedam in speciali, ibi non enim, et cetera. Benevolentiam autem eorum captat apostolus ostendendo quod quidquid facit, totum facit ad eorum utilitatem. Et circa hoc duo facit. Primo praemittit utilitatem quae ex ipso aliis provenit; secundo rationem eorum assignat, ibi quoniam sicut abundant, et cetera. Circa primum tria facit. Primo enim ponitur gratiarum actio; secundo actionis gratiarum modus, ibi qui consolatur, etc.; tertio causa, ibi ut possimus et ipsi consolari. Agit ergo gratias toti Trinitati, a qua provenit omne bonum. Et ideo dicit benedictus Deus, id est tota Trinitas. Item personae patris, cum dicit et pater domini nostri Iesu Christi, per quem, scilicet Christum, pater nobis omnia donavit. Sed sciendum quod nos benedicimus Deum, et Deus benedicit nobis, sed aliter et aliter. Nam dicere Dei, est facere. Ps. XXXII, 9: dixit et facta sunt. Unde benedicere Dei est bonum facere, et bonum infundere, et sic habet rationem causalitatis. Gen. I, 28, et XXII, v. 17: benedicens benedicam tibi, et cetera. Dicere autem nostrum non est causale, sed recognoscitivum seu expressivum. Unde benedicere nostrum idem est quod bonum recognoscere. Cum ergo gratias agimus Deo, benedicimus sibi, id est recognoscimus eum bonum et datorem omnium bonorum. Tob. XII, v. 6: benedicite Deum caeli, et cetera. Dan. III, v. 57: benedicite, omnia opera, et cetera. Recte ergo gratias agit patri, quia misericors est, unde dicit pater misericordiarum, et quia consolator, unde dicit et Deus totius consolationis. Et agit gratias de duobus, quibus homines maxime indigent. Primo enim indigent, ut auferantur ab eis mala, et hoc facit misericordia, quae aufert miseriam; et misereri est proprium patri. Ps. CII, 13: quomodo miseretur pater filiorum, et cetera. Secundo indigent ut sustententur in malis quae adveniunt. Et illud est proprie consolari, quia nisi homo haberet aliquid in quo quiesceret cor eius, quando superveniunt mala, non subsisteret. Tunc ergo aliquis consolatur aliquem, quando affert ei aliquod refrigerium, in quo quiescat in malis. Et licet in aliquibus malis homo possit in aliquo consolari et quiescere et sustentari, tamen solus Deus est, qui nos consolatur in omnibus malis. Et ideo dicit Deus totius consolationis; quia si peccas, consolatur te Deus, quia ipse misericors est. Si affligeris, consolatur te, vel eruendo ab afflictione per potentiam suam, vel iudicando per iustitiam. Si laboras, consolatur te remunerando, Gen. XV, 1: ego merces tua, et cetera. Et ideo dicitur Matth. V, 5: beati qui lugent, et cetera. Materiam autem gratiarum actionis subdit dicens qui consolatur, et cetera. Quasi dicat: ideo benedictus, quia consolatur nos in omni tribulatione. Infra VII, 6: qui consolatur, et cetera. Causam autem huius ponit, cum dicit ut possimus et ipsi consolari. Ubi notandum est, quod in donis divinis est ordo. Ad hoc enim Deus dat aliquibus specialia dona, ut ipsi effundant illa in utilitatem aliorum. Non enim dat lumen soli, ut sibi soli luceat sed ut toti mundo. Unde vult quod de omnibus bonis nostris, sive sint divitiae, sive potentia, sive scientia, sive sapientia, accrescat aliqua utilitas aliis. I Petr. c. IV, 10: unusquisque gratiam quam accepit, et cetera. Hoc est ergo quod apostolus dicit consolatur nos in omni tribulatione. Sed quare? Non ut solum nobis hoc sit ad bonum, sed etiam ut aliis prosit. Unde dicit ut possimus et ipsi consolari eos, et cetera. Possumus enim consolari alios per exemplum consolationis nostrae. Qui enim non est consolatus, nescit consolari. Eccli. XXXIV, v. 11: qui non est tentatus, qualia scit? Qui sunt in omni, id est in qualibet pressura. Is. c. LXI, 1 s.: spiritus domini misit me, etc., ut consolarer omnes lugentes, etc., Eccli. c. XLVIII, 27: consolatus est lugentes, et cetera. Possumus, dico, consolari per exhortationem ad tolerantiam passionum, promittendo praemia aeterna, qua scilicet exhortamur vos per Scripturas et internas inspirationes, ut patienter sustineamus, et alios exhortemur exemplo nostro, et per ipsas Scripturas. I Cor. c. XI, 23: ego enim accepi a domino, et cetera. Is. XXI, 10: quae audivi a domino, et cetera. Posita utilitate quae ex apostolis aliis provenit, dictorum consequenter rationem assignat, dicens quoniam sicut abundant, et cetera. Et quia duo dixerat, scilicet quod Deus consolatur nos in omni tribulatione, et quod possimus et ipsi, etc., hic rationem horum duorum exponit, et primo ostendit quomodo Deus consolatur nos in omni tribulatione; secundo quomodo consolatio nostra convertitur in consolationem aliorum, ibi sive autem tribulamur, et cetera. Dicit ergo: recte dico quod consolatur nos in omni tribulatione nostra, quia secundum quod abundant passiones Christi in nobis, et cetera. Dicit Christi, id est inchoatae a Christo. Ez. IX, 6: a sanctuario meo incipite. In Christo enim inceperunt passiones pro peccatis nostris, quia ipse peccata nostra pertulit in corpore suo super lignum, I Petr. II, v. 24, deinde per apostolos, qui dicebant mortificamur tota die, Ps. XLIII, 22 etc., deinde per martyres qui secti sunt, tentati sunt, etc., Hebr. XI, 37; ultimo ipsi peccatores pro suis peccatis patienter iram domini portabunt, quia peccaverunt ei. Vel passiones Christi, id est quas sustinemus propter Christum: Act. V, 41: ibant apostoli gaudentes, et cetera. Et Ps. XLIII, 22: propter te mortificamur, et cetera. Sicut, inquam, huiusmodi passiones abundant, sic abundat per Christum consolatio nostra. Ps. XCIII, v. 19: secundum multitudinem dolorum, et cetera.

11. Ici commence la lettre de l’Apôtre.

A. D’abord il s’excuse de ce qu’il n’a pas été voir les Corinthiens comme il l’avait promis.

B. Il poursuit son projet de traiter des ministres de la Nouvelle Alliance, chap. III (n° 78) : "Allons-nous recom­mencer..."

Divisions de A :

Il expose l’excuse de son retard.

Il en donne la raison, chap. Il (n° 48) : "Je décidai donc..."

Divisions de 1

a) Il s’efforce de les mettre en bonnes dispositions.

b) Il développe son excuse (n° 35) : "Dans cette assu­rance..."

Divisions de a)

Il cherche à gagner leur bienveillance d’une manière générale.

Il se place à un point de vue particulier (n° 24) : "Nous ne voulons pas que vous ignoriez..."

L’Apôtre cherche à gagner leur bienveillance en, leur montrent que tout ce qu’il fait, il le fait dans leur intérêt.

a) Il met en avant l’utilité que les autres tirent de lui.

b) Il marque la raison de ses paroles (n° 17) : "De même que les souffrances du Christ"

Divisions de a)

Il rend grâces.

Il indique le caractère de l’action de grâces : (n° 14) : "Qui nous console..."

Il indique le motif de l’action de grâces : (n° 16) "afin que nous puissions consoler...".

12. Il rend grâce à la Trinité, d’où nous vient tout bien. Il dit donc : "Béni soit Dieu", c’est-à-dire la Trinité tout entière. C’est aussi la personne du Père, lorsqu’il dit : "Le Père de Notre Seigneur Jésus-Christ", car c’est par le Christ que le Père nous a tout donné.

Nous bénissons Dieu et Dieu nous bénit, mais non de la même manière. Car pour Dieu dire et faire sont une même chose. Psaume XXXII, 9 – Il dit et toutes choses furent. Bénir, pour Dieu, c’est faire le bien et le répandre; sa bénédiction a un caractère de causalité, Genèse 1, 28 et XXII, 17 – Je te comblerai de bénédictions...

Dire, pour nous, n’est pas un terme causal : il sert à reconnaître ou à exprimer. Bénir pour nous est la même chose que reconnaître le bien. Quand nous rendons grâces etc.; à Dieu, nous le bénissons, c’est-à-dire que nous reconnaissons en lui le Bien et le dispensateur de tous les biens. Tob. XII, 6 – Bénissez le Dieu du ciel... Dan. III, 57 – Toutes les œuvres de Dieu, bénissez le Seigneur...

13. c’est avec raison qu’il rend grâces à Dieu, parce qu’il est miséricordieux, aussi L’appelle-t-il "Père des miséricordes", et, parce qu’Il est consolateur, il ajoute : "et Dieu de toute consolation".

Il Lui rend grâces pour ces deux biens dont les hommes manquent le plus. D’abord ils ont besoin que leurs maux leur soient enlevés; c’est ce que fait la miséricorde, qui enlève la misère : et avoir pitié appartient en propre au Père. Psaume CII, 13 – Comme un père a pitié de ses fils...

Ensuite ils ont besoin d’être soutenus dans les maux qui leur adviennent. Et c’est là le propre de la consolation, parce que, si l’homme n’avait où reposer son coeur quand les maux surviennent, il ne pourrait leur résister. On console donc une personne quand on lui apporte un rafraîchissement qui lui est un apaisement dans ses malheurs. Et quoique pour certains maux l’homme puisse trouver dans un autre homme consolation, apaisement et soutien, pourtant c’est Dieu seul qui nous console dans tous nos maux. C’est pourquoi Paul L’appelle le "Dieu de toute consolation".

Car si on pèche, Dieu console parce qu’il est miséricordieux. Si on est affligé, Dieu console, soit en délivrant de l’affliction par sa puissance, soit en jugeant par sa justice. Si on prend de la peine, il console en récompensant. Genèse XV, 1 – Je suis ton protecteur et ta récompense sera grande... Matthieu V, 5 – Bienheureux ceux qui pleurent...

14. Il précise la matière de l’action de grâces par ces mots : "Lui qui nous console"... autrement dit : "Béni soit-il parce qu’il nous console en toute tribulation". Infra vu, 6 – Lui qui console les humbles...

15. Il marque la raison de cette action de grâces : "afin que nous puissions nous aussi consoler". Il            faut noter ici que dans les dons de Dieu il y a un ordre. Dieu dispense à certaines personnes des dons parti­culiers, afin qu’elles les répandent pour l’utilité des autres. Il ne donne pas la lumière du soleil afin qu’il brille pour lui seul, mais pour le monde entier. Il veut donc que tous nos biens, richesses, puissance, science, sagesse, soient la source d’une utilité pour les autres. I Pierre IV, 10 – Que chacun dispense aux autres la grâce qu’il a reçue...

C’est ce qu’entend l’Apôtre quand il dit "qu’il nous console dans toute tribulation".

16. Mais dans quel but? Pour qu’il en résulte un bien non seulement pour nous, mais pour les autres. Aussi ajoute-t-il : "afin que nous puissions nous aussi consoler les autres dans toutes leurs tribulations..."

En effet nous pouvons consoler les autres par l’exemple de notre consolation. Car celui qui n’a pas été consolé ne sait pas consoler. Ecclésiastique XXXIV, 11 – Celui qui n’a pas été éprouvé, que sait-il? Is. LXI, 1 – L’Esprit du Seigneur m’a envoyé.., pour consoler tous ceux qui pleurent. Ecclésiastique XLVIII, 27 – Il a consolé les affligés de Sion...

Nous pouvons, dis-je, consoler "par encouragement", en exhortant à supporter les épreuves, en promettant les récompenses éternelles : c’est ainsi que nous-mêmes sommes encouragés par les Ecritures, par les inspirations intérieures, à supporter avec patience et à encourager les autres par notre exemple et par les Ecritures mêmes. I Corinthiens XI, 23 – Pour moi, j’ai reçu du Seigneur ce que je vous ai transmis... Isaïe XXI, 10 – Ce que j’ai appris du Dieu d’Israël, je l’annonce...

17. Après avoir montré l’avantage que les autres tirent des Apôtres, il détermine la raison de ses paroles : "de même que les souffrances du Christ abondent en nous, de même aussi par le Christ abonde notre consolation".

Et il développe la raison des deux choses qu’il a dites que Dieu nous console, et que nous pouvons nous-mêmes consoler les autres.

Il montre comment Dieu nous console dans toute épreuve.

Il montre comment notre consolation tourne en consolation pour les autres (n° 19) : "Si nous sommes affligés".

18. Il dit donc : j’ai raison d’affirmer que Dieu nous console en toutes nos afflictions, parce que, sous un certain rapport, "les souffrances du Christ abondent en nous."

Il dit : "les souffrances du Christ", c’est-à-dire commencées par le Christ. Ezéchiel IX, 6 – Commencez à partir de mon sanctuaire. C’est dans le Christ en effet que commencèrent les souffrances pour nos péchés, car Lui-même a porté nos péchés dans son corps sur le bois, 1 Pierre II, 24; elles continuèrent par les Apôtres qui disaient : On nous met à mort tout le jour, Psaume XLIII, 22; enfin par les martyrs, qui ont été sciés, éprouvés... Hébreux XI, 37; enfin les pécheurs eux-mêmes porteront patiemment la colère de Dieu pour leurs péchés, parce qu’ils ont péché contre Lui.

Ou encore ce sont les souffrances que nous supportons à cause du Christ. Actes V, 41 – Les Apôtres allaient joyeux... Psaume XLIII, 22 – Pour toi on nous met à mort... De même que les souffrances de cette sorte abondent, de même "abonde notre consolation dans le Christ". Psaume XCIII, 19 – Dans l’excès de mes douleurs, tes consolations ont réjoui mon âme...

 

Lectio 3

Leçon 3 – 2 Co I, 6-11 – prendre modèle sur la souffrance des Apôtres

 

 

6 (n° 19) Si nous sommes affligés, c’est pour votre encouragement et votre salut, ai nous sommes consolés, c’est pour votre consolation, ai nous sommes encou­ragés, c’est pour votre encouragement et votre salut, qui vous fait supporter avec patience les mêmes souffrances que nous endurons nous aussi.

7 (n° 23) Afin que nous ayons un ferme espoir à votre sujet, car nous savons que, partageant nos souffrances, vous partagerez aussi notre consolation.

8 (n° 24) Nous ne voulons pas que vous ignoriez, frères, au sujet de l’épreuve qui nous est survenue en Asie, que nous avons été accablés au-delà de toute mesure, au-delà de nos forces, au point que la vie même nous était à charge.

9 Nous avions en nous-mêmes notre arrêt de mort, afin de ne point mettre notre confiance en nous-mêmes, mais en Dieu qui ressuscite les morts.

10 (n° 28) c’est lui qui nous a sauvés de tels dangers et qui nous en sauve, et nous mettons notre espérance en lui car il nous sauvera.

11 Vous-mêmes, vous nous assisterez de vos prières afin que ce don, qu’un grand nombre de personnes nous aura obtenu, suscite chez ce grand nombre l’action de grâces pour nous.

 

[87695] Super II Cor., cap. 1 l. 3 Postquam apostolus ostendit quod Deus consolatur servos suos in tribulationibus, scilicet ministros fidei et praedicatores, hic consequenter manifestat, quod eorum consolatio cedit ad bonum aliorum. Et circa hoc duo facit. Primo manifestat qualiter eorum consolatio sit ad aliorum utilitatem et salutem; secundo ordinem huius consolationis et salutis insinuat, ibi quae operatur tolerantiam, et cetera. Circa primum advertendum est, quod tria dicit apostolus se recepisse: tribulationem, cum dicit: in omni tribulatione nostra, consolationem, cum dicit: qui consolatur nos, exhortationem, cum subdit: ut possimus et ipsi, et cetera. Accipiendo ergo haec tria passive, dicimus, quod apostoli consolantur, tribulantur et exhortantur. Unde et tria ostendit apostolus cedere ad consolationem aliorum, et hoc in quodam ordine. Et primo eorum tribulationem, cum dicit sive, inquit, tribulamur, et cetera. Quasi dicat: vere quidquid recipimus est in bonum vestrum, quia sive tribulamur, pro vestra exhortatione et salute, quia scilicet nostro exemplo monet vos Deus ad passionum tolerantiam, unde provenit vobis salus aeterna. Unde I Machab. VI, 34 legitur, quod ostenderunt elephantis sanguinem uvae, et mororum, ut acuerent eos ad bellum. Quod fit, quando tepidis et pigris adhibentur passiones sanctorum in exemplum. Secundo ostendit, quod eorum consolatio in aliorum utilitatem cedit, cum dicit sive consolamur. Quasi dicat: ipsa nostra consolatio, qua nos spe praemii consolamur, est ad consolationem vestram, inquantum exemplo nostro vos etiam eamdem spem praemii habentes, gaudetis. Tertio ostendit quod eorum exhortatio passiva est ad bonum aliorum, dicens sive exhortamur, per internam inspirationem vel per flagella, hoc est pro vestra exhortatione, scilicet ut vos ad maiora animemini, et salutem speretis. Unde dicitur II Mach. ult., quod exhortati sermonibus Iudae, et cetera. Adiuvantibus autem vobis, et cetera. Huius autem consolationis et salutis ordinem insinuat, cum subdit quae operatur tolerantiam, et cetera. Et circa hoc duo facit. Primo ostendit patientiam habitam in adversis; secundo manifestat fructum, qui ex patientia provenit, ibi ut spes firma, et cetera. Dicit ergo: dico quod haec ad vestram salutem cedunt, quae salus est vobis in hoc, inquantum exemplo nostri estis fortes ad tolerantiam passionum, et ut patienter sustineatis passiones quas et nos patimur. Lc. XXI, 19: in patientia vestra possidebitis animas vestras. Iac. V, 10: exemplum accipite, fratres mei, et cetera. Ex qua quidem patientia provenit vobis fructus, quia ex hoc spes nostra firma est pro vobis, quod vos efficiamini haeredes vitae aeternae. Rom. V, 3 s.: tribulatio patientiam operatur, patientia vero spem. Gregorius: tanto spes in Deum solidior surgit, quanto quis graviora pro nomine eius pertulerit. Nam ex passionibus quas sustinent sancti Dei pro Christo, consurgit eis spes vitae aeternae. Et causa spei huius est, quia sumus scientes, quia sicut estis socii nostri in passionibus, eritis socii et consolationis, id est vitae aeternae. II Tim. II, 11: fidelis sermo, nam si commortui sumus, et convivemus, et cetera. I Petr. IV, 13: communicantes Christi passionibus gaudete, et cetera. Consequenter cum dicit non enim volumus vos, captat eorum benevolentiam, recitando quaedam in speciali. Et circa hoc tria facit. Primo enim describit persecutionem quam passus est in Asia; secundo specialem ei consolationem collatam, ibi qui de tantis, etc.; tertio subdit consolationis causam, ibi nam gloria, et cetera. Dicit ergo primum: non solum ea quae dicta sunt de tribulationibus in generali, bonum est vos scire, sed non volumus vos ignorare, quia scire est utile vobis, inquantum exemplo nostri patientiores estis. Nolumus, inquam, vos ignorare de tribulatione nostra, et cetera. Thren. III, 19: recordare paupertatis meae, et cetera. Haec est illa persecutio, de qua legitur Act. XIX, 23 ss., quae facta est apostolo ab Asiano quodam argentario concitante plebem contra eum, quam quidem apostolus exaggerat a tribus. Ex loco, quia in Asia, et hoc est quod dicit quae, scilicet tribulatio, facta est in Asia, id est, apud Ephesum, quae est in Asia, ubi debuisset magis honorari et consolari. Ex acerbitate, quia supra consuetudinem humanarum passionum, et ideo dicit quoniam supra modum sumus, et cetera. Item supra posse, et ideo dicit supra virtutem. Sed contra I Cor. X, 13: fidelis Deus, qui non patietur vos tentari supra, et cetera. Respondeo. Dicendum quod pati supra virtutem potest intelligi dupliciter. Vel supra virtutem naturalem, et de hac loquitur hic, supra quam Deus aliquando permittit sanctos tentari; vel supra virtutem gratiae, et de hac intelligitur illud I Cor. X, 13: fidelis Deus, etc., supra quam non permittit aliquem Deus tentari. Et quod apostolus loquatur hic de virtute naturali, ostendit consequenter cum dicit ita ut taederet nos vivere. Constat enim quod inter alia vivere magis desideratur. Quando ergo est tanta persecutio, ut et ipsa vita reddatur taediosa, manifestum est quod est supra virtutem naturae. Et hoc est quod dicit ita ut, etc.; quasi dicat: sic erat gravis persecutio, ut vita esset nobis taediosa. Iob X, 1: taedet animam meam vitae meae. Contra Iac. I, 2: omne gaudium existimate, fratres mei, et cetera. Respondeo. Dicendum quod tribulatio potest considerari dupliciter. Vel secundum se, et sic est taediosa; vel in comparatione ad finem, et sic est iucunda, inquantum propter Deum et spem vitae aeternae sustinetur. Et non solum erat nobis taediosa vita, sed eramus certi de morte. Unde dicit sed ipsi in nobis responsum mortis, id est certitudinem mortis, habuimus; quasi dicat: opinio mea dictabat mihi hoc, quod deberem mori. Vel aliter, responsum mortis, id est ipsa ratio diceret et eligeret mori propter taedium vitae. Exaggerat etiam tribulationem ex causa, unde dicit ut non simus in nobis, etc., scilicet ut reprimatur humana superbia. Ier. XVI, 19: domine, fortitudo mea et robur, et cetera. Sed in omnibus confidamus de Deo. Ier. XVII, 7: benedictus qui confidit in domino, et cetera. Et ideo dicit sed in Deo qui suscitat, et cetera. I Reg. II, 6: dominus mortificat et vivificat. Sed quia dominus non derelinquit sperantes in se, ideo subdit apostolus consolationem ei factam a domino, dicens qui de tantis periculis, et cetera. Et circa hoc tria facit. Primo describit consolationem praesentem contra mala praeterita; secundo consolationem futuram; tertio causam spei. Dicit ergo: consolati sumus a Deo, qui eripuit nos in praeterito de tantis periculis, et eruit in praesenti, quia non cessat liberare, Is. XLIII, 2: cum transieris per aquas, etc., in quem speramus, quoniam eripiet, et adiecit in futuro, Eccli. II, 9: qui timetis dominum, sperate in illum. Huius autem spei causam nobis praebent orationes vestrae. Unde dicit adiuvantibus vobis nos in orationibus, quas pro nobis facitis. Prov. XVIII, 19: frater qui iuvatur a fratre, et cetera. Rom. XV, 30: obsecro vos, fratres, per dominum Iesum Christum, et per charitatem sancti spiritus, ut adiuvetis me in orationibus vestris, et cetera. Quae quidem orationes necessariae sunt, quia Deus multa bona confert uni ad preces multorum. Cuius ratio est, quia Deus de bonis quae confert, vult exhiberi sibi gratias et quod multi ex hoc teneantur ad gratiarum actiones, hoc autem fit quando ex eo quod dat uni ad preces multorum, obligat sibi omnes, ad quorum preces confert bonum aliquod, ut sic non solum ille cui confert, sed etiam ipsi rogantes, gratias referant Deo. Et hoc est quod dicit ut ex multarum personis. Et dicit ex multarum facierum, vel quantum ad aetatem, vel quantum ad conditionem, vel quantum ad diversitatem gentium vel morum. Eius quae in nobis est donationis, id est pro illa donatione, scilicet fidei, quae in nobis est, per multos agantur gratiae Deo pro nobis. Eph. V, 20: gratias agentes Deo et patri. Vel aliter: ut ex multarum personis facierum, id est conditionum personis. Dico eius donationis, quae est in nobis, id est, quae habent idem donum, scilicet fidei vel charitatis, id est ex multis personis illorum qui sunt in fide Christi, agantur, et cetera. Et sic secundum hanc expositionem per diversas facies intelliguntur diversae virtutes, ut facies unius dicatur illa virtus in qua praeeminet: sicut facies Iob, patientia; facies David, humilitas, et sic de aliis.

19. Après avoir montré que Dieu console ses serviteurs dans leurs afflictions en tant que ministres de la foi et prédicateurs (n° 19 et ss.), il montre que leur conso­lation tend au bien des autres.

Il montre comment leur consolation sert au profit et au salut des autres.

Il explique de quelle sorte de consolation et de salut il s’agit (n° 21) : "elle qui vous fait supporter avec patience"...

20. Sur le premier point il faut remarquer que l’Apôtre déclare avoir reçu trois choses : l’affliction lorsqu’il dit : dans toutes nos afflictions, la consolation, lorsqu’il dit : qui nous console; l’encouragement, lorsqu’il ajoute : afin que nous puissions nous aussi... En prenant ces trois termes sans distinction, nous disons que les Apôtres reçoivent consolation, affliction et encouragement. Mais l’Apôtre montre que tous les trois aboutissent à la consolation des autres, mais dans un certain ordre. C’est d’abord l’affliction, lorsqu’il dit : "Si nous sommes affligés"..., autrement dit : vraiment tout ce que nous éprouvons est pour votre bien, parce que, "si nous sommes affligés, c’est pour votre encouragement et votre salut", car par notre exemple Dieu vous invite à supporter vos épreuves, d’où vient pour vous le salut éternel. C’est pourquoi on lit dans 1 Macch. VI, 34 qu’on montre aux éléphants du jus de raisin et de mûre pour les exciter à l‘attaque. C’est ce qui arrive lorsqu’on propose en exemple les épreuves des saints aux tièdes et aux lâches.

Deuxièmement il montre que leur consolation tend au profit des autres lorsqu’il dit : "Si nous sommes consolés".

Autrement dit : notre consolation même qui nous console par l’espoir de la récompense, sert à votre consolation, en ce sens que par notre exemple le même espoir de la récompense vous donne de la joie.

Troisièmement il montre que leur encouragement tend communément au bien des autres, en disant : "si nous sommes encouragés", par une inspiration intérieure ou par les supplices, c’est "pour votre encouragement", afin que vous aspiriez à un but plus haut et que vous espériez le salut. Ainsi on lit dans II Macch. XV, 17, qu’ils furent excités par les paroles de Judas.

21. Il fait entendre l’ordre de la consolation et du salut par ces mots : "qui fait supporter avec patience".

Il montre la patience avec laquelle l’adversité est supportée.

Il découvre le fruit qui provient de la patience (n° 23) : "afin que nous ayons un ferme espoir à votre sujets"...

22. Je déclare, dit-il, que tout cela aboutit à votre salut, et que votre salut consiste en ceci : par notre exemple, vous êtes forts pour supporter les épreuves et pour soutenir avec patience celles que nous aussi nous souffrons. Luc XXI, 19 – Par votre constance vous sauverez vos âmes, Jacques V, 10 – Comme modèles de patience, prenez les prophètes qui ont parlé au nom du Seigneur.

23. De cette patience vous recueillez les fruits, car de là vient que nous avons à votre sujet le "ferme espoir"que vous deviendrez héritiers de la vie éternelle. Romains V, 13 – La tribulation produit la patience, et la patience l’espérance. Saint Grégoire : Plus l’espoir en Dieu se dresse avec fermeté, plus on supportera des épreuves redoutables en son nom. Car des épreuves que soutiennent les saints de Dieu pour le Christ naît en eux l’espoir de la vie éternelle.

Et la cause de cet espoir est l’assurance où nous sommes que, "de même que vous êtes associés à nos épreuves, de même vous serez associés à la consolation", c’est-à-dire à la vie éternelle. II Tim. II, 11 – c’est la une parole certaine, car si nous mourons avec Lui, nous vivrons avec Lui. 1 Pierre IV, 13 – Réjouissez-vous parce que vous avez part aux souffrances du Christ...

24. Lorsqu’il dit (n° 11) : "Nous ne voulons pas que vous ignoriez",

il cherche à retenir leur bienveillance en évoquant une circonstance particulière : Il décrit la persécution qu’il a subie en Asie.

Il fait allusion à la consolation particulière qui lui a été offerte (n° 28) : "c’est lui qui nous a sauvés".

Il ajoute la cause de sa consolation (n° 29) : "Car notre gloire est dans le témoignage de notre conscience".

25. Il dit donc d’abord : non seulement il est bon que vous sachiez ce que nous avons dit des épreuves en général, mais nous ne voulons pas que vous ignoriez que cela vous est utile, dans la mesure où, par notre exemple, vous êtes plus patients : "Nous ne voulons pas que vous ignoriez au sujet de notre épreuve"... Lamentations de Jérémie III, 19 Souvenez-vous de me pauvreté...

C’est cette persécution dont on peut lire le récit dans Actes XIX, 23 ss.; Elle fut faite contre l’Apôtre par un orfèvre d’Asie, qui excita la foule contre lui[1], et l’Apôtre la caractérise de trois manières. Par le lieu, parce que cette épreuve "eut lieu en Asie", et à Ephèse, où il aurait dû plus qu’ailleurs être honoré et consolé. Par sa cruauté, parce qu’elle excéda la mesure des épreuves humaines, aussi il dit "avoir été accablé au-delà de toute mesure" et même "au-delà de ses forces".

26. Mais on objectera, I Corinthiens X, 13 – Dieu est fidèle, qui ne permettra pas que vous soyez tentés au-delà de vos forces.

A cela il faut répondre que souffrir au-delà de ses forces peut s’entendre de deux façons.

Ou bien au-delà des forces naturelles, c’est de quoi Paul parle ici, et Dieu permet quelquefois que les saints soient tentés au-delà.

Ou bien au-delà des forces de la grâce, et c’est dans ce sens qu’il faut interpréter le texte précédent : Dieu est fidèle... Dieu ne permet pas qu’on soit tenté au-delà. Et ce qui montre bien que l’Apôtre parle ici des forces naturelles, c’est qu’il ajoute : "au point que la vie même nous était à charge".

En effet il est certain que le désir de vivre surpasse les autres désirs. Quand donc la persécution est si grande que la vie même devient à charge, il est manifeste que l’épreuve dépasse les forces de la nature. C’est comme si l’Apôtre disait : La persécution était telle que nous étions las de vivre. Job X – Mon âme a dégoût de la vie.

On objectera encore Jacques I, 2 – Estimez comme une joie, mes frères, d’être en proie à des tribulations variées...

A cela il faut répondre que la tribulation peut être considérée sous deux aspects. Ou bien en elle-même, et elle inspire la lassitude. Ou bien en comparaison de sa fin, et elle inspire la joie, en tant qu’elle est supportée pour Dieu et dans l’espoir de la vie éternelle.

Et non seulement la vie nous était à charge, mais nous étions déterminés à la mort. De là ses paroles : "Nous avions en nous-mêmes notre arrêt de mort", c’est-à-dire la certitude de la mort, autrement dit : mon jugement me répétait que je devais mourir.

Ou encore : ma raison me faisait choisir de mourir à cause du dégoût de la vie.

27. Il caractérise cette tribulation par l’indication de sa cause : "afin de ne point mettre notre confiance". "Nous-mêmes", c’est-à-dire afin de réprimer l’orgueil humain. Jérémie XVI, 19 – Seigneur, me force et mon refuge au jour de la tribulation... Jérémie XVII, 7 – Bienheureux celui qui se confie dans le Seigneur... Et il achève : "mais en Dieu qui ressuscite les morts". I Rois 11, 6 – c’est le Seigneur qui donne la mort et la vie.

28. Mais parce que Dieu ne délaisse pas ceux qui espèrent en Lui, l’Apôtre ajoute la consolation qu’il a reçue de Dieu, disant : "c’est lui qui nous a sauvés de tels dangers"... Il dépeint d’abord la consolation présente en face des maux passés, puis la consolation à venir, enfin la cause de son espérance.

"Nous avons été consolés, dit-il, par Dieu qui nous a sauvés dans le passé de tels dangers et qui nous sauve" dans le présent, parce qu’il ne cesse de nous délivrer. Isaïe XLIII, 2 – Si tu traverses les eaux, je serai avec toi... "C’est en Lui que nous espérons, car Il nous sauvera",

- il se place alors dans l’avenir. Ecclésiastique V, 9 – Vous qui craignez le Seigneur, espérez en lui.

Vos prières nous montrent la cause de cette espérance : "Vous-mêmes, vous nous assistez des prières" que vous faites pour nous. Prov. XVIV, 19 – Le frère aidé par son frère est une place forte. Romains XV, 30 – Je vous supplie, mes frètes, par Notre Seigneur Jésus-Christ et par la charité du Saint Esprit, que vous m’aidiez de vos prières...

Ces prières sont nécessaires, parce que Dieu amasse beaucoup de biens sur une seule personne en répondant aux prières de beaucoup. La raison en est que Dieu veut qu’on lui rende grâce des biens qu’il amasse et que beaucoup sont tenus par là à l’action de grâces : par ce qu’il accorde à un seul en répondant aux prières d’un grand nombre, il s’attache tous ceux aux prières de qui il confère quelque bien, de sorte que ce n’est pas le bénéficiaire seul, mais ceux qui ont prié, qui doivent rendre grâce à Dieu. Voilà pourquoi il dit : "afin que ce bienfait que des personnes aux visages divers nous auront obtenu"...[2] : "visages divers" concerne l’âge, ou la condition, ou la diversité des nations et des moeurs. "Afin que ce bienfait suscite chez un grand nombre l’action de grâces pour nous". Ce bienfait est celui de la foi qui est en nous. Ephésiens V, 20 – Rendez grâces à Dieu le Père.

Dans un autre sens, "des personnes aux visages divers" signifierait : des personnes de caractères divers. Afin que grâces soient rendues de ce don qui est en nous, par des personnes aux visages divers, qui ont reçu le même don que nous, de foi et de charité, c’est-à-dire qui sont dans la foi du Christ. Dans cette explication il faut entendre par "visages" les diverses vertus, de sorte qu’un visage signifie la vertu qui domine dans une personne. Ainsi le visage de Job est la patience, celui de David l’humilité, et ainsi des autres.

 

Lectio 4

Leçon 4 – 2 Co I, 12-14 – L'espérance qui naît du témoignage de la conscience

 

 

12 (n° 29) Ce qui fait notre fierté, c’est ce témoi­gnage de notre conscience que nous nous sommes conduits dans le monde avec une simplicité de coeur et une pureté qui sont de Dieu, obéissant non à une sagesse charnelle, mais à la grâce de Dieu, et nous avons eu encore plus d’égards pour vous.

13 (n° 34) En effet nous ne vous écrivons pas autre chose que ce que vous avez lu et compris, et j’espère que vous comprendrez jusqu’à la fin,

14 puisque vous avez déjà commencé à com­prendre que nous sommes votre gloire, comme vous serez la nôtre au jour de Notre Seigneur Jésus-Christ.

 

[87696] Super II Cor., cap. 1 l. 4 Posita consolatione apostolo a Deo facta post persecutionem, hic consequenter consolationis causam assignat, quae est de spe divini auxilii. Et circa hoc duo facit. Primo proponit causam spei; secundo adducit ad hoc testimonium eorum quibus scribit, ibi non enim alia, et cetera. Dicit ergo: dico quod speramus adhuc eripi a domino et consolari, nam gloria, etc., quasi dicat: causa huius est bona conscientia nostra. Spes enim est expectatio futurorum ex gratia et meritis proveniens. Unde et circa hoc tria facit. Primo ostendit gloriam quam habet de testimonio purae conscientiae; secundo causam huius gloriae insinuat, ibi quod in simplicitate; tertio manifestat unde proveniat haec causa, ibi et non in sapientia carnali. Dicit ergo: ideo spero et confido de Deo, quia gloria nostra, id est, glorior ex testimonio et puritate conscientiae nostrae, ex quibus secure potest confidere de Deo. I Io. III, 20: si cor nostrum nos reprehenderit, et cetera. Rom. VIII, 16: ipse spiritus testimonium, et cetera. Notandum autem quod conscientiae testimonium verum est, quia non decipit. Multi enim exterius videntur boni, qui in conscientia sua non sunt boni. Et semper durat. Sed non dicit conscientiae aliorum sed nostrae, quia semper homo plus debet stare testimonio conscientiae suae de se, quam testimonio aliorum; quod non faciunt illi qui reputant se bonos ex hoc quod alii sunt mali, non ex hoc quod ipsi in veritate boni sint; et illi qui gloriantur de bonitate alicuius boni viri, qui eis aliqua affinitate coniungitur. Causam autem huius gloriae insinuat, dicens, quod in simplicitate, etc.; quae consistit in duobus. In duobus enim consistit puritas conscientiae, ut scilicet ea quae facit sint bona, et quod intentio facientis sit recta, et ista dicit apostolus de se. Primo quod habet intentionem rectam ad Deum in operibus suis, et ideo dicit quod in simplicitate, id est in rectitudine intentionis. Sap. I, 1: in simplicitate cordis, et cetera. Prov. XI, 3: simplicitas iustorum, et cetera. Secundo quod ea quae facit sunt bona, et ideo dicit et sinceritate operationis, Phil. I, v. 10: ut sitis sinceri et sine offensa. Unde autem proveniat huius gloriae causa, manifestat subdens sed non in sapientia carnis. Hoc potest dupliciter legi. Primo ut referatur ad hoc quod immediate praecedit, scilicet Dei; et tunc est insinuativum, unde veniat ei sinceritas et simplicitas; quasi dicat: multi antiqui fuerunt sapientes in sapientia terrena, sicut philosophi, et multi Iudaei pure vixerunt confidentes in iustitia legis, sed nos non in sapientia carnali, quae secundum naturas rerum, vel desideria carnis est, sed in gratia Dei conversati sumus in hoc mundo. Rom. VIII, 6: prudentia carnis mors est, et cetera. I Cor. II, 4: non in persuasibilibus humanae sapientiae verbis, et cetera. I Cor. XV, v. 10: gratia Dei sum id quod sum. Vel etiam secundum hunc modum non in sapientia, etc., id est, quasi innixus humanae sapientiae, sed gratiae Dei. Prov. III, 5: ne innitaris prudentiae tuae. Alio modo potest exponi, ut hoc quod dicit in simplicitate, etc., referatur ad puritatem vitae; hoc vero quod dicit non in sapientia, etc., referatur ad veritatem doctrinae, quasi dicat: sicut vita nostra est in simplicitate et sinceritate Dei, sic doctrina non est in sapientia carnali, sed in gratia Dei. Sed tamen duae primae magis valent. Et licet sic bene conversati simus in mundo isto, tamen abundantius quantum ad vos, quia scilicet ab aliis Ecclesiis receperat sumptus, ab eis non. Infra XI, 8: alias Ecclesias expoliavi. Et ratio huius potest esse, quia avari erant, unde, ne contristaret eos, noluit ab eis recipere sumptus. Consequenter huius sanctae suae conversationis testimonium eorum invocat, dicens non enim alia, etc., quasi dicat: haec quae scribimus vobis, non sunt vobis incognita, quia iam legistis ea in prima epistola, et cognovistis per experientiam operum. I Io. II, v. 7: non mandatum novum. Et licet non perfecte cognoveritis, quia comparastis vobis pseudo-apostolos, spero tamen quod usque in finem, scilicet vitae, cognoscetis, scilicet perfecte, sicut usque modo cognovistis nos ex parte. Cuius ratio est, quia cum quis videt aliquem aliquid bene incipere, debet sperare quod semper bene proficiat. Et quare? Quia qui coepit in vobis opus bonum, etc., ut dicitur Phil. I, 6. Et cognoscetis, quia nos sumus gloria vestra, id est, per nos debetis consequi gloriam aeternam, ad quam homo pervenit per fidem Christi, quam praedicamus vobis. Prov. XVII, 6: gloria filiorum sunt patres eorum. Ita dico sumus gloria vestra, sicut et vos gloria nostra estis, quia per vos a nobis instructos habere speramus praemium aeternae gloriae. I Thess. II, 19: quae est spes nostra aut corona gloriae nostrae? Nonne vos? Et haec gloria erit nobis ex vobis, in die domini nostri Iesu Christi, id est, in die iudicii, qui dicitur Christi, quia tunc faciet voluntatem suam cum peccatoribus, puniendo eos, qui in hoc mundo fecerunt voluntatem suam, contra Christi domini voluntatem peccando. Ps. LXXIV, 3: cum accepero tempus, ego iustitias iudicabo, et cetera. Apoc. XX, v. 12: libri aperti sunt, et cetera.

 

29. L’Apôtre, ayant exposé la consolation qu’il reçut de Dieu après la persécution (n° 24), attribue la cause de cette consolation à l’espoir du secours divin.

Il indique la cause de cet espoir.

il invoque le témoignage de ceux auxquels il écrit (n° 34) : En effet nous ne vous écrivons pas autre chose...

30. J’affirme, dit-il, que nous espérons être encore sauvés et consolés par le Seigneur à cause de notre bonne conscience. Notre espoir en effet est l’attente des biens futurs, fruit de la grâce et de nos mérites.

Il montre quelle fierté il éprouve par le témoignage d’une conscience pure.

Il laisse entendre la cause de cette fierté (n° 32) "Nous nous sommes conduits dans le monde..."

Il révèle l’origine de cette cause (n° 34) : "Non une sagesse charnelle, mais la grâce de Dieu".

31. Je mets, dit-il, mon espoir et ma confiance en Dieu, parce que je me glorifie du témoignage et de la pureté de notre conscience, qui peuvent inspirer avec sécurité la confiance en Dieu. I. Jean. III, 20 – Si notre coeur nous condamne... Romains VIII, 16 – L’Esprit lui-même rend témoi­gnage à notre esprit.

32. Il faut noter que le témoignage de la conscience est vrai, parce qu’il ne déçoit pas. Il y a beaucoup de gens qui du dehors paraissent bons, et qui dans leur conscience ne le sont pas. Et ce témoignage subsiste toujours.

Il ne dit pas : "la conscience des autres", mais "la nôtre", parce que l’homme doit toujours s'en tenir au témoignage de sa conscience à propos de soi, plutôt qu’au témoignage des autres. C’est ce que ne font pas ceux qui s’estiment bons parce que les autres sont méchants, et non parce que eux-mêmes sont bons en toute vérité; ni ceux qui se glorifient de l’excellence d’un homme de bien auquel ils sont liés par quelque parenté.

32. Il dévoile la raison de cette fierté en disant : "Nous nous sommes conduits avec une simplicité de coeur..." En effet la pureté de la conscience consiste en deux choses : que l’action soit bonne, et que l’intention de son auteur soit droite. C’est ce que l’Apôtre dit de lui-même.

D’abord il a une intention droite au regard de Dieu dans ses oeuvres, et c’est pourquoi il parle de "simplicité de coeur", c’est-à-dire de rectitude d’intention. Sagesse I, 1 Cherchez Dieu dans la simplicité du coeur. Prov. II, 3 – La simplicité des justes les conduit. Ensuite ses oeuvres sont bonnes, et c’est pourquoi il parle de la pureté de son action. Phil. I, 10 – Afin que vous soyez purs et irréprochables.

33. Il dévoile l’origine de cette fierté par ces mots : "obéissant non à une sagesse charnelle"

Cela peut se lire de deux façons. On peut rapporter cela à ce qui précède immédiatement : "une simplicité de coeur et une pureté qui sont de Dieu", et cela laisse entendre d’où lui viennent cette simplicité et cette pureté. Autrement dit beaucoup d’anciens furent sages d’une sagesse terrestre, comme les philosophes, et beaucoup de Juifs vécurent purement en se fiant à la justice de la loi; mais nous n’avons pas obéi à une sagesse charnelle, qui se conforme à la nature ou suit les désirs de la chair, mais à la grâce de Dieu. Romains VIII, 6 – La prudence de la chair est morte... I Corinthiens II, 4 – Ma parole n’avait rien du langage persuasif de la sagesse... I Corinthiens XV, 10 – c’est par la grâce de Dieu que je suis ce que je suis.

Ou encore selon ce même sens il veut dire "qu’il n’obéit pas à une sagesse charnelle", c’est-à-dire qu’il s’appuie non sur une sagesse humaine mais sur la grâce de Dieu. Prov. III, 5 – Ne t’appuie pas sur ta prudence propre.

On peut encore donner une autre explication. "Simplicité de cœur" se rapporterait à la pureté de la vie, et le refus de la "sagesse charnelle" à la vérité de la doctrine, autrement dit : De même que notre vie est dans une simplicité de coeur et une pureté qui sont de Dieu, de même notre doctrine est fidèle non à une sagesse charnelle mais à la grâce de Dieu. Mais les deux premières explications sont plus satisfaisantes.

Et quoique nous nous soyons bien conduits dans le monde, pourtant "nous avons eu encore plus d’égards pour vous", parce que Paul avait reçu de l’argent des autres églises et non des Corinthiens. Infra. XI, 8 – J’ai dépouillé les autres églises. La raison en est peut-être qu’ils étaient cupides, et qu’afin de ne pas les contrister il n’a pas voulu recevoir d’eux de l’argent.

- Il invoque leur témoignage en faveur de sa conduite irréprochable par ces mots : "Nous ne vous écrivons pas autre chose..." autrement dit : Ce que nous vous écrivons ne vous est pas inconnu, parce que vous l’avez déjà lu dans ma première lettre et compris par l’expérience de mes oeuvres. I Jean. II, 7 – Ce n’est pas un commandement nouveau que je vous écris...

Et quoique vous n’ayez pas compris parfaitement, puisque vous vous êtes attachés à de faux apôtres, "j’espère cependant que jusqu’à la fin -celle de votre vie- vous comprendrez parfaitement, puisque vous nous avez compris en partie". La raison en est que, lorsqu’on voit quelqu’un commencer un ouvrage dans la perfection, on doit espérer qu’il l’achèvera de même. Pourquoi? Parce que celui qui a commencé en vous une oeuvre excellente l’achèvera, comme on lit dans Phil. 1, 6.

Et vous comprendrez que "nous sommes votre gloire", c’est-à-dire que par nous vous devez conquérir la gloire éternelle, à laquelle l’homme parvient par la foi dans le Christ que nous vous prêchons. Prov. XXV, 6 – Les fils trouvent leur gloire dans leurs pères.

Aussi je dis que "nous sommes votre gloire comme vous êtes la nôtre" parce que, grâce à vous, que nous avons formés, nous espérons avoir la récompense de la vie éternelle. I Thess. II, 19 – Quel est notre espoir et notre couronne de gloire? N’est-ce pas vous?

Et cette gloire nous viendra de vous "au jour de Notre Seigneur Jésus-Christ", c’est-à-dire au jour du jugement, jour du Christ, qui alors fera su volonté des pécheurs, en punissant ceux qui ont fait en ce monde leur volonté propre, péchant contre la volonté du Seigneur Jésus-Christ. Psaume LXXIV, 3 Lorsque j’aurai choisi le temps, je ferai justice... Apoc. XX, 12 – Le livre est ouvert...

 

Lectio 5

 

Leçon 5 – 2 Co I, 13-23 – Le retard de Paul à les visiter

 

 

15 (n° 35) Dans cette assurance, j’ai voulu d’abord venir à vous afin que vous eussiez une double grâce.

16 j’ai voulu passer chez vous pour aller en Macédoine, puis de Macédoine revenir chez vous, et vous m’auriez fait accompagner en Judée.

17 (n° 37) Quand j’ai formé ce projet, ai-je fait preuve de légèreté? Ou bien les pensées que je conçois sont elles selon la chair, de sorte qu’il y a en moi le oui et le non

18 (n° 38) Mais Dieu est fidèle, la parole que je vous ai adressée n’est pas oui et non.

19 (n° 4°) En effet le Fils de Dieu Jésus-Christ, qui vous a été prêché par moi et Sylvain et Timothée, n’a pas été oui et non en lui il n’y a au que oui.

20 (n° 42) Toutes les promesses de Dieu en effet sont oui en Jésus : aussi est-ce par Jésus que nous disons Amen à Dieu.

21 (n° 44) Celui qui nous confirme avec vous dans le Christ et qui nous a oints, c’est Dieu.

22 c’est lui qui nous a marqués de son sceau et a mis dans nos coeurs le gage de L’Esprit.

23 (n° 47) Pour moi je prends Dieu à témoin sur ma vie : c’est pour vous épargner que je ne suis pas venu de nouveau à Corinthe, non que nous prétendions nous imposer à votre foi, mais nous collaborons à votre joie, car pour la foi, vous êtes fermes.

 

[87697] Super II Cor., cap. 1 l. 5 Apostolus, captata benevolentia Corinthiorum, consequenter excusationem suam addit, et circa hoc tria facit. Primo enim ponit intentum; secundo sub quaestione accusationem contra eum ab eis factam exponit, ibi cum ergo hoc, etc.; tertio excusat se, ibi fidelis autem Deus. Circa primum sciendum est quod apostolus in prima epistola (quam nos non habemus) missa ab eo Corinthiis, vel per nuntium, promiserat eis quod primo iret ad eos antequam iret in Macedoniam, et per eos iret in Macedoniam, et iterum inde rediret in Achaiam, in qua est Corinthus, et de Achaia in Iudaeam; postmodum, in secunda epistola, quam nos habemus primam, scribit eis quod primo iret in Macedoniam, et postmodum iret in Corinthum. Quia ergo videtur secundum hoc contrarium primae promissioni, apostolus excusat se modo de hoc, ponens primo ipsam promissionem primo factam, et ideo dicit et hac confidentia, quasi dicat: vos scitis puritatem et sinceritatem meam, et estis testes mei, et gloria mea, ideo in hac confidentia, id est in hoc confisus, quia per alterutrum glorificari speramus, volui primo venire ad vos, ut secundam gratiam haberetis, quia secunda visitatio et confirmatio in fide, dicitur secunda gratia respectu conversionis, quam primo habuerunt ministerio et praedicatione ipsius. Et per vos transire in Macedoniam, et iterum a Macedonia venire ad vos, et a vobis deduci in Iudaeam. Iste est ordo primae promissionis, sed in praecedenti epistola est ordo contrarius, sicut dictum est. Consequenter huius mutationis accusationem, qua accusabant eum Corinthii, ponit sub quaestione, dicens cum ergo hoc voluissem, et cetera. Duo imponebant ei ex hoc, levitatem, quia mutaverat propositum, Eccli. XXVII, 12: stultus ut luna mutatur, et carnalitatem, quia visum erat eis, quod ex aliquo carnali et humano affectu hoc fecisset. Unde haec duo tangit, et primo levitatem, unde dicit numquid levitate usus sum, si non feci quod aliquando volui? Absit. Est. XVI, 9: nec putare debetis, si diversa iubeamus, ex animi levitate venire. Ps. XXXIV, 18: in populo gravi, et cetera. Secundo tangit carnalitatem cum dicit aut numquid ea quae cogito, facienda vel dimittenda, secundum carnem cogito, id est secundum aliquem carnalem affectum, ut sit apud me, est et non, id est affirmatio et negatio? Infra X, 2: arbitrantur nos tamquam secundum carnem ambulemus. Iac. c. I, 8: vir duplex animo, et cetera. Exposita eorum accusatione, consequenter excusat se, dicens fidelis autem Deus, etc., et circa hoc duo facit. Primo insinuat se non fuisse mentitum; secundo ostendit modum quomodo non fuit mentitus, ibi qui autem confirmat, et cetera. Quod autem non fuerit mentitus, excusat se dupliciter, scilicet ex consuetudine, et ex causa. Ex consuetudine quidem, quia non debet credi quod aliquis de facili mentiatur, qui numquam inventus est mendax, et secundum hanc expositionem fidelis Deus, etc., accipitur in vi iuramenti, quasi: testis sit mihi Deus, quod sermo meus, scilicet praedicationis, qui fuit apud vos, non est in illo est et non, id est, non est in illo falsitas. Deut. XXXII, 4: Deus fidelis, et absque ulla, et cetera. Si autem sumatur fidelis Deus, etc., pro veritate divinae promissionis, tunc est sensus: fidelis est Deus, id est servat promissa sua. Promiserat autem mittere ad vos praedicatores veritatis, Ier. III, 15: dabo vobis pastores iuxta cor, etc., et ideo cum sim missus ab eo, sermo noster qui fuit, etc., sicut supra. Ex causa excusat se, cum dicit Dei enim filius. Et hoc dupliciter, scilicet motiva et efficiente, ibi qui autem confirmat, et cetera. Causa autem motiva ad non mentiendum est, quia qui assumit aliquod officium, naturaliter movetur ad ea quae congruunt illi officio, et non ad contraria. Sed constat quod officium apostolicum est praedicare veritatem; non ergo movetur ad contrarium veritatis, quod est mentiri. Et circa hoc tria facit. Primo probat veritatem dicti sui per dictum Christi; secundo veritatem Christi per dictum Dei, ibi quotquot autem, etc.; tertio concludit suum propositum, ibi ideo et per ipsum, et cetera. Dicit ergo primo: dico quod dicta nostra debent reputari vera, et vera sunt, quia praedicavimus Christum in quo non fuit aliqua falsitas. Et hoc est quod dicit Dei enim filius Christus, qui est praedicatus per nos in vobis; per me, scilicet principaliter, et Sylvanum, secundario (iste est Sylas de quo habetur Act. XVIII, 5) et Timotheum, de quo supra. Isti enim duo fuerunt cum apostolo, quando primo convertit eos. In illo, scilicet filio Dei, non fuit est et non, id est, falsitas, vel non fecit quod non convenit. Sed fuit in illo est, id est veritas; nam verum et ens convertuntur. Io. c. XIV, 6: ego sum via, veritas et vita. Sed quia posset videri dubium hoc quod dicit, quod in Christo non fuit falsitas, ideo statim hoc probat, subdens quotquot autem, et cetera. Et probat hoc modo. Constat quod in illo quod est manifestativum divinae veritatis non potest esse falsitas; filius Dei venit ad manifestandum divinam veritatem in promissionibus a Deo factis complendis per ipsum; ergo in ipso non est falsitas. Et hoc est quod dicit: non est in filio Dei est et non, sed est, quia quotquot promissiones Dei, scilicet sunt factae hominibus, in illo, id est in Christo, est, id est in Christo verificantur et complentur. Rom. XV, 8: dico Iesum Christum ministrum fuisse, et cetera. Ad confirmandas, et cetera. Ex his ergo concludit, quod postquam dicta sua vera sunt, quia praedicat filium Dei, in quo est veritas, ideo et per ipsum, scilicet Christum, dicimus, amen Deo, id est verum. Apoc. III, 14: haec dicit, amen testis fidelis, et cetera. Is. LXV, 16: qui benedictus est in terra, benedicetur in Deo, amen, et cetera. Et istam veritatem dicimus Deo, id est, ad honorem Dei, scilicet manifestantes eius veritatem et gloriam nostram, quia gloria nostra est conversio vestra. Vel gloria nostra, quia gloria nostra est ostendere et praedicare verbum Dei. Consequenter cum dicit qui autem confirmat, etc., probat apostolus quod non est mentitus, per causam efficientem. Licet enim homo ex libero arbitrio possit uti lingua sua ad verum vel ad falsum loquendum, nihilominus tamen Deus potest confirmare hominem sic in vero, ut non nisi vera loquatur. Si ergo Deus aliquem confirmaret in vero, manifestum est quod non diceret falsum; sed Deus confirmat nos in veritate; ergo, et cetera. Et ideo dicit quod Deus est qui confirmat vos nobiscum in Christo, id est, in vera praedicatione Christi, quasi dicat: si Christus esset extra nos, possemus mentiri, sed ex quo est nobiscum, et nos sumus in Christo, non mentimur. Ps. LXXIV, 4: ego confirmavi columnas eius, et cetera. Sumus ergo in Christo dupliciter, scilicet per gratiam et per gloriam. Per gratiam quidem sumus inquantum uncti sumus spiritus sancti gratia, et effecti sumus membra Christi, et iuncti sibi. Qua etiam gratia Christus unctus est secundum quod homo. Ps. XLIV, v. 8: unxit te Deus, et cetera. Et ex plenitudine istius unctionis redundavit in omnes suos, sicut unguentum in capite, scilicet Christo, quod descendit, et cetera. Et ideo dicit quod unxit nos Deus. Unxit, inquam, in reges et sacerdotes. Apoc. V, 10: fecisti nos Deo, et cetera. I Petr. II, 9: vos autem genus electum, et cetera. Unionem autem quae est per gloriam, non habemus in re, sed in spe certa, inquantum habemus firmam spem vitae aeternae. Et habemus duplicem certitudinem spei huius unionis consequendae. Una est per signum, alia per pignus. Per signum evidens, quia fidei. Unde dicit signavit nos signo fidei Christi. Item signum crucis. Ez. IX, 4: signa thau, id est signum crucis. Apoc. VII, 3: quoadusque signemus servos Dei nostri, et cetera. Et hoc per spiritum sanctum. Rom. VIII, 9: si quis spiritum Christi non habet, et cetera. Et ideo speciale et certum signum est vitae aeternae consequendae configurari Christo. Cant. VIII, 6: pone me ut signaculum, et cetera. Vel signavit signo vitae. Per pignus vero maximum, quia spiritus sancti, et ideo dicit dedit pignus spiritus in cordibus nostris. De quo certum est quod nullus potest eum accipere a nobis. Sed nota, in pignore duo sunt consideranda, scilicet quod faciat spem habendae rei, et quod valeat tantum, quantum valet res, vel plus; et haec duo sunt in spiritu sancto. Quia si consideremus substantiam spiritus sancti, sic valet tantum spiritus sanctus quantum vita aeterna, quae est ipse Deus, quia scilicet valet quantum omnes tres personae. Si vero consideretur modus habendi, sic facit spem, et non possessionem vitae aeternae, quia nondum perfecte habemus ipsum in vita ista. Et ideo non perfecte beati sumus, nisi quando perfecte habebimus in patria. Eph. I, 13: signati estis spiritu. Consequenter cum dicit ego autem testem, etc., excusat se de eo quod non venit: et hoc per iuramentum quod maius est. Et circa hoc tria facit. Primo ponit suam excusationem; secundo respondet tacitae quaestioni, ibi non quia dominamur; tertio exponit quod dicit, ibi nam fide statis. Excusat se autem per iuramentum duplex. Unum attestationis, cum dicit ego autem testem Deum invoco, aliud execrationis, cum dicit in animam meam, id est, contra animam meam. Rom. I, 9: testis est mihi Deus, et cetera. Testem, inquam, invoco Deum, quia non veni ultra, id est, post primam vicem, vel postquam discessi a vobis; et hoc feci, parcens vobis, scilicet quia ipse sciebat eos incorrigibiles. Unde si ivisset tunc, aut punivisset, et sic forte recessissent totaliter a fide; aut non punivisset, et sic dedisset occasionem magis peccandi. Sed quia aliquis posset dicere: quare dicis parcens vobis? Numquid dominus noster es? Ideo consequenter hoc removet, dicens non, dico, quia dominamur fidei vestrae, sed adiutores, etc., quasi dicat: non dico hoc ut dominus, sed ut coadiutor. I Petr. V, v. 3: non enim dominantes in cleris, et cetera. Adiutor, inquam, gaudii vestri, vel emendationis vestrae. Quare autem dicat, fidei vestrae, exponit consequenter, dicens nam fide statis, id est, statis in gratia ista Christi per fidem.

 

35. L’Apôtre ayant ému la bienveillance des Corinthiens (n° 11), développe son excuse :

Il expose son intention.

Il met en discussion l’accusation qu’ils ont portée contre lui (n° 37) : "Quand j’ai formé ce projet"...

Il donne son excuse (n° 38) : "Mais Dieu est fidèle"...

36. Il faut savoir que l’Apôtre, par une première lettre que nous ne possédons pas, écrite par lui aux Corin­thiens, ou par un messager, leur avait promis d’aller chez aux avant d’aller en Macédoine et ainsi de passer chez eux en gagnant la Macédoine puis de revenir en Achaïe, où se trouve Corinthe, et d’Achaïe en Judée. Par la suite, dans une autre lettre, la première que nous ayons, il leur écrit qu’il ira d’abord en Macédoine et ensuite à Corinthe.

Il semble donc que cette seconde déclaration soit contraire à la première promesse. L’Apôtre s’en excuse, rappelant la promesse qu’il leur avait faite d’abord : "Dans cette assurance"... dit-il, ce qui signifie : vous connaissez mu droiture et ma sincérité, vous êtes mes témoins et ma gloire, et "est en cela que je mets mon assurance, car nous espérons être glorifiés, vous par moi et moi par vous. J’ai donc voulu venir d’abord chez vous, "afin que vous eussiez une double grâce", car cette seconde visita et cette confirmation dans la foi peuvent être dites une seconde grâce, la première étant celle de la conversion, qu’ils reçurent par le ministère et la confirmation de Paul. "J’ai voulu passer chez vous pour aller en Macédoine, puis de Macédoine revenir chez vous, et vous m’auriez fait accompagner en Judée." Tel est l’ordre de la première promesse, mais dans la lettre précédente l’ordre est à l’opposé, comme nous l’avons dit.

37. Les Corinthiens l’accusaient donc de ce changement, et il met cette accusation en discussion : "Quand j’ai formé ce projet"

Ils lui faisaient deux reproches : la légèreté, parce qu’il avait changé de projet, - Ecclésiastique XXVII, 12 – L’insensé change comme la lune;-. Et la faiblesse charnelle, parce qu’il leur semblait qu’il avait obéi à des sentiments charnels et humains. Il fait allusion à ces deux reproches, et d’abord au premier : "Ai-je fait preuve de légèreté" si je n’ai pas fait ce que je voulais? Loin de là. Est. XVI, 9 – Si nous donnons des ordres qui paraissent se contredire, vous ne devez pas l’attri­buer à La légèreté d’esprit. Psaume XXXIV, 18 – Dans une foule compacte je te louerai...

Il fait allusion à la faiblesse charnelle : "les actes que je conçois, - soit qu’il faille les faire, soit qu’il failla y renon­cer- sont-ils selon la chair", c’est-à-dire selon quelque affection charnelle, de sorte qu’il y a en moi la oui et le non, l’affirmation et la négation? Infra. X, 2 – Ils jugent que nous marchons selon la chair. Jacques I, 8 – Homme à L’âme double...

38. Leur accusation étant exposée, il s’excusa en disant : "Mais Dieu est fidèle..."

Il fait entendre qu’il n’a pas menti.

Il montre comment il lui était impossible de mentir (n° 44) : "Celui qui nous confirme"...

39. Il se défend d’avoir menti de deux façons : par habitude et par la cause (n° 40).

Par l’habitude : on ne doit pas croire qu’un homme mente volontiers, alors qu’il n’a jamais été convaincu de mensonge, et dans cette argumentation, "mais Dieu est fidèle"... a la force d’un serment, autrement dit : "Que Dieu me soit témoin" que "la parole", - celle de ma prédication- "n’est pas oui et non;" il n’y a pas de fausseté. Il prouve la vérité de son assertion par les paroles du Deut. XXXII, 4 – Dieu est fidèle, loin de toute iniquité, il est juste et droit.                 

Si on estime que l’expression : "Dieu est fidèle", affirme la vérité de la promesse divine, le sens est alors : Dieu accomplit ses promesses. Il avait promis de vous envoyer un prêcheur de vérité, — Jérémie III, 15 – Je vous donnerai des pasteurs selon mon coeur... donc puisque j’ai été envoyé par lui, "la parole que je vous ai adressée n’est pas oui et non".

40. — Il se défend par la cause lorsqu’il dit : "Le Fils de Dieu, Jésus-Christ, qui vous a été prêché par moi, n'est pas oui et non" et de deux façons, par la cause-motif et par la cause-efficiente (n° 44) : "Celui qui nous confirme..."

La cause-motif qui empêche de mentir réside en ce que celui qui assume une charge quelconque est mû naturelle­ment vers les actes qui conviennent à cette charge et non vers les actes contraires. Or il est assuré que la charge apostolique consiste à prêcher la vérité; elle n’est donc pas mue vers le contraire de la vérité qui est mentir.

Il prouve la vérité de son assertion par les paroles du Christ.

Puis la vérité du Christ par la parole de Dieu (n° 42) : "Toutes les promesses de Dieu"

Il conclut son affirmation (n° 43) : "Aussi est-ce par Jésus que nous disons : Amen à Dieu".

41. Voici son premier point. Je dis que nos paroles doivent être réputées pour vraies et qu’elles sont vraies, parce que nous avons prêché le Christ en qui il n’y eut aucune fausseté. Et c’est pourquoi il parle du "Fils de Dieu Jésus-Christ qui vous a été prêché par moi" -principalement –"et par Sylvain" au second rang, (c’est le Sylas dont il est question dans Act. XVIII, 5), "et par Timothée", dont j’ai parlé déjà. Tous deux furent avec l’Apôtre quand il convertit les Corinthiens.

Dans le Fils de Dieu il n’y eut pas du oui et du non, c’est-à-dire de la fausseté : il n’a pas fait ce qui ne convenait pas. "En lui il n’y eut que oui", c’est-à-dire la vérité, car le vrai et l’être sont termes identiques. Jean XIV, 6 – Je suis la voie, la vérité et la vie.

42. Mais parce qu’il pourrait paraître douteux qu’il n y eût point de fausseté dans le Christ, il le prouve en ajoutent : "Toutes les promesses de Dieu"…

Voici comme il le prouve. Il est certain que dans ce qui est manifestation de la vérité divine il ne peut y avoir de fausseté; le Fils de Dieu est venu pour manifester la vérité divine dans les promesses faites par Dieu et accomplies par Dieu : donc il n’y a pas en Lui de fausseté parce que "toutes les promesses de Dieu, - celles qui ont été faites aux hommes- sont oui en Jésus", c’est-à-dire se vérifient et s’accomplissent dans le Christ. Romains XV, 8 – Je dis que le Christ a été le ministre des circoncis pour montrer la véracité de Dieu, pour confirmer les promesses faites à nos pères.

43. Voici donc la conclusion de Paul : puisque ses paroles sont vraies, parce qu’il prêche le Fils de Dieu, en qui est la vérité, "aussi est-ce par Jésus que nous disons Amen à Dieu", parce qu’il est la vérité[3]. Apoc. III, 14 – Ainsi l’Amen, le témoin fidèle... Isaïe LXV, 16 – Celui qui est béni sur la terre sera béni au nom de Dieu. Amen...

Cette vérité, nous la disons à Dieu, c’est-à-dire en l’honneur de Dieu, manifestant sa vérité et notre gloire, parce que notre gloire est votre conversion. Ou encore parce que notre gloire est de montrer et de prêcher la parole de Dieu.

44. En conséquence lorsqu’il dit : "Celui qui nous confirme"... L’Apôtre prouve qu’il n’a pas menti par la cause efficiente. Quoique l’homme puisse par son libre arbitre user de sa langue pour dire le vrai ou le faux, néanmoins Dieu peut confirmer l’homme à tel point dans la vérité qu’il ne puisse rien dire qui ne soit vrai. Si donc Dieu confirmait quelqu’un dans la vérité, il est manifeste qu’il ne dirait rien de faux : or Dieu nous confirme dans la vérité.

Il dit donc que "c’est Dieu qui vous confirme avec nous dans la vérité", c’est-à-dire dans la vraie prédication du Christ, autrement dit : si le Christ était hors de nous, nous pourrions mentir, mais depuis qu’il est avec nous et que nous sommes dans le Christ, nous ne mentons pas. Psaume LXXIV, 4 – Moi, j’ai affermi ses colonnes...

Nous sommes donc doublement dans le Christ, par la grâce et par la gloire. Nous le sommes par la grâce, en tant que nous avons été oints par la grâce du Saint Esprit et que nous sommes devenus les membres du Christ, étant unis à lui. De cette grâce le Christ même a été oint selon qu’il est homme. Psaume XLIV, 8 – Dieu t’a oint d’une huile d’allégresse... Et la plénitude de cette onction a rejailli sur tous les siens, comme un parfum sur la tête, c’est-à-dire sur le Christ, qui est descendu... Voilà pourquoi il dit que "le Christ nous a oints". Cette onction est descendue sur les rois et sur les prêtres. Apoc. V, 10 – Tu as fait de nous pour Dieu un royaume de prêtres... I Pierre II, 9 – Mais vous êtes une race choisie...

45. L’union avec le Christ qui se réalisa dans la gloire, nous ne l’avons pas en réalité, mais dans une espérance certaine, selon que nous avons une ferme espérance de la vie éternelle. Et notre espérance a une double certitude : l’une est l’effet d’un sceau, l’autre d’un gage. Un sceau évident, parce que c’est celui de la foi. Aussi il dit que Dieu "nous a marqués du sceau de la foi dans le Christ". C’est aussi le sceau de la croix. Ezéchiel IX, 4 – Marque au front de la lettre Tau, c’est-à-dire du signe de la croix, ceux qui gémissent... Apoc. VII, 3 – Jusqu’à ce que nous ayons marqué les serviteurs de notre Dieu. Et cela par le Saint Esprit. Romains VIII, 9 – Si quelqu’un n’a pas l’esprit du Christ, il ne lui appartient pas. C’est donc un signe parti­culier et certain qui nous garantit la vie éternelle que d’être conformés au Christ. Cant. VIII, 6 – Pose-moi comme un sceau sur ton coeur... Ou bien Dieu nous a marqués du sceau de vie.

Un gage suprême, parce que c’est celui du Saint Esprit aussi il dit "qu’il a mis dans nos coeurs la gage de l’esprit". Et il est certain que nul ne peut le recevoir de nous.

46. Il y a dans un gage deux marques à considérer, c’est qu’il crée l’espérance de posséder la chose; et que sa valeur égale celle de la chose ou la dépasse; et ces deux marques se trouvent dans le Saint Esprit. Si nous considérons la substance du Saint Esprit, le Saint Esprit vaut autant que la vie éternelle, qui est Dieu lui-même; parce qu’il vaut autant que les trois Personnes. Mais si on considère la mode de possession, il crée l’espérance et non la possession de la vie éternelle, parce que nous ne pouvons pas encore la posséder pleinement dans cette vie. Ainsi nous ne sommes pas pleinement heureux, sinon quand nous le posséderons pleine­ment dans la Patrie. Ephésiens 1, 13 – Vous avez été marqués du sceau du Saint Esprit.

47. Aussi lorsqu’il dit : "Pour moi, je prends Dieu à témoin"..., il s’excuse de n’être pas venu, et cela par un serment d’une valeur infinie.

Il expose son excuse.

il répond à une question tacite en disant : "non que nous prétendions nous imposer"

Il explique ce qu’il dit par ces mots : "car pour la foi vous êtes fermes".

Il s’excusa par un double serment : un serment d’attestation lorsqu’il dit : "Je prends Dieu à témoin"... et un serment d’imprécation : "sur ma vie", c’est-à-dire en engageant ma vie. Romains I, 9 – Dieu m’est témoin... "Je prends Dieu à témoin", dis-je, que je ne suis pas venu "de nouveau", c’est-à-dire depuis ma première visite, ou depuis que je vous ai quittés; et je l’ai fait "pour vous épargner", sans doute parce que lui-même les savait incorrigibles. Si donc il était venu alors et s’il les avait punis, ils risquaient de s’écarter complètement de la foi; ou bien il ne les aurait pas punis et ainsi il leur aurait donné l’occasion de pécher davantage.

Mais quelqu’un pourrait dire : Pourquoi dis-tu : "pour vous épargner"? Es-tu donc notre Seigneur? Par conséquent il écarte cette question en disant : "non que nous prétendions nous imposer à votre foi, mais nous collaborons à votre joie." Je ne dis pas cela en maître mais en collaborateur. 1 Pierre V, 3 – Nous ne sommes pas les dominateurs des églises, mais les modèles du troupeau... Collaborateurs de "votre joie" ou de votre perfectionnement.

Il explique pourquoi il dit : "à votre foi" en ajoutent : "car pour la foi, vous êtes fermes", c’est-à-dire : vous demeurez fidèles à cette grâce du Christ par la foi.

 

 

 

Caput 2

 

CHAPITRE II – Pourquoi Paul a-t-il retardé sa visite?

 

Lectio 1

 

Leçon 1 – 2 Co II, 1-4 – Paul ne veut pas attrister les Corinthiens

 

 

1 (n° 48) Je décidai donc en moi-même de ne pas retourner chez vous dans la tristesse.

2 (n° 50) Car si moi je vous attriste, de qui puis-je attendre de la joie sinon de celui que j’aurai attristé?

3 (n° 52) Je vous ai écrit comme je l’ai fait afin de ne pas éprouver tristesse sur tristesse à mon arrivée de la part de ceux dont j’aurais dû attendre de la joie, ayant en vous tous cette confiance que ma joie est votre joie à tous.

4 (n° 55) Car c’est dans une grande affliction et angoisse de coeur que je vous ai écrit, et avec beaucoup de larmes, non pas pour vous contrister, mais afin que vous sachiez quelle extrême affection j’ai pour vous.

[87698] Super II Cor., cap. 2 l. 1 Apostolus supra posuit excusationem in generali de mora eundi ad Corinthios, hic vero insinuat causam tantae morae, et quomodo eis pepercit. Circa hoc autem duo facit. Primo enim insinuat unam causam dilationis fuisse ne in adventu suo tristitiam inferret eis; secundo ostendit aliam causam fuisse ne fructus quem apud alios sperabat, et inceperat facere, impediretur, ibi cum venissem autem, et cetera. Circa primum duo facit. Primo ostendit causam dilationis esse in communi, ne tristitiam inferret; secundo loquitur in speciali de quodam, qui eum contristaverat, ibi si quis autem contristavit me. Circa primum tria facit. Primo assignat rationem quare venire distulit; secundo causam dicti assignat si enim ego contristatus, etc.; tertio manifestat quae dixit, ibi nam ex multa tribulatione. Dicit ergo: dixi quod non veni ad vos parcens vobis, in hoc scilicet quia nolui vos contristari, ideo statui, id est firmiter disposui, hoc ipsum apud me, quod proposui, cum aliam epistolam misi, Eccli. XXXVII, v. 20: ante omnia verbum verum, et cetera. Ne iterum, id est alia vice, in tristitia venirem ad vos, id est vos contristem. Et ratio quare noluit eos contristare est illa qua dominus noluit ieiunare discipulos suos, scilicet ad hoc, ut amore et non timore afficerentur ad Christum, et iungerentur sibi. Voluit enim eos dominus firmare et nutrire in fide, in omni dulcedine et desiderio cordis, et sic, firmati ex amore, non de facili avellerentur propter tribulationes, quia aquae multae non potuerunt extinguere charitatem, Cant. VIII, 7. Similiter apostolus non vult eos propter hoc contristare. Rationem huius dicti, scilicet quod non vult eos contristare, assignat cum dicit si enim ego contristo, et cetera. Et circa hoc duo facit. Primo assignat causam quare noluit eos contristare; secundo manifestat quare hoc significet eis, ibi et hoc ipsum scripsi. Dicit ergo: ratio quare nolui in tristitia venire est quia tristitia vestra redundat in tristitiam meam, et de consolatione vestra gaudeo, et solum vos consolamini me, cum sum apud vos; unde, si venirem et contristarem vos, ego ex tristitia vestra tristarer, et sic nullus esset qui laetificaret me inter vos, qui contristamini ex me, quia contristatus non de facili alium consolatur. Prov. c. X, 1: filius sapiens, et cetera. Prov. XXIX, 3: vir qui amat sapientiam, et cetera. Vel aliter: est duplex tristitia. Una secundum mundum; alia secundum Deum, quae poenitentiam in salutem operatur. Apostolus non loquitur de prima, sed de secunda. Et dicit: ex hoc ipso ego consolabor, si contristo vos, id est, si increpando reduco ad poenitentiam; sed si venirem, et viderem vos non poenitere de peccatis, tunc nullam consolationem haberem, quia nullus contristatur et poenitet ex me, id est, mea correctione et increpatione. Causa autem quare hoc scribo vobis est ut ita disponatis vos quod, quando venero, non habeam tristitiam de eo quod viderim vos incorrectos, super tristitiam quam habui, quando audivi vos peccasse. Et circa hoc duo facit. Primo ponit admonitionem; secundo spem de impletione admonitionis ostendit, ibi confidens in omnibus vobis, et cetera. Admonitio est ista: ideo scripsi vobis hoc, scilicet quod tristor de peccato vestro commisso, II Petr. II, 8: iniquis operibus animam iusti cruciabant, etc., ut paretis et disponatis vos corrigendo, ut cum venero ad vos, non habeam tristitiam de peccatis, de quibus, scilicet vobis, oportuerat me gaudere, id est, debebam laetari et congratulari, scilicet de praesentia vestra. Lc. XV, 10: gaudium est Angelis Dei, et cetera. Qualem autem spem habeat de impletione suae admonitionis, subdit, dicens: confidens de omnibus vobis, etc.; quasi dicat: hanc fiduciam habeo de vobis taliter disponi vos, ut cum venero, omnes detis mihi materiam gaudii. Et hoc debetis libenter facere, quia gaudium meum, etc., id est cedit ad gaudium vestrum, vel est propter gaudium vestrum, quod habetis de recuperatione gratiae. I Tim. II: quod est gaudium meum et cetera. Rom. XII, 15: gaudere cum gaudentibus, et cetera. Sed quia posset aliquis dubitare de hoc, quod dicit ne, cum venero, tristitiam super tristitiam habeam, et quaerere quam tristitiam habuit de eis, ideo consequenter hoc exponit, dicens nam ex multa tribulatione, et cetera. Et circa hoc duo facit. Primo manifestat tristitiam iamdudum habitam; secundo respondet cuidam tacitae quaestioni, ibi non ut contristemini, et cetera. Dicit ergo primo: quia haberem tristitiam, si non invenirem vos correctos, super tristitiam quam habui quando peccastis, et oportuit me contristare vos redarguendo dure. Nam ex multa tribulatione et angustia cordis scripsi primam epistolam, per multas lacrymas, quas fudi pro vobis iam mortuis per peccatum. Ier. IX, 1: quis dabit capiti meo aquas, et cetera. Eccli. XXII, v. 3: confusio est patri de filio indisciplinato. Is. LVII, 1: iustus perit, et non est qui recogitet, et cetera. Sciendum est autem quod duo ponit ad exaggerationem tristitiae, tribulationem scilicet et angustiam, quia unum additum alteri aggravat tristitiam. Nam aliquando quis tribulatur, sed sine angustia, tunc scilicet quando aliqua adversitate quasi acutissimo tribulo pungitur, et tamen videt sibi patere vias evadendi, quia si non pateat, tribulationi angustia iungitur. Dicit ergo ex multa tribulatione, qua pungebar de facto et malo vestri, et angustia cordis, quia non videbam unde de facili posset poni remedium, scripsi, et cetera. Ps. CXVIII, 143: tribulatio et angustia invenerunt me. Sed quia possent dicere: o apostole, etiam haec scribis nobis ut tristemur, et ideo hoc removet, dicens non ut contristemini, scilicet scribo vobis illa, sed ut sciatis quam charitatem habeam in vobis. Duo enim sunt signa dilectionis, scilicet quod gaudeat quis de bono alterius, et tristetur de malo eius, et haec ego habeo ad vos. Infra V, v. 14: charitas Christi urget nos. Abundantius, quam credatis, vel abundantius quam ad alios.

 

48. L’Apôtre a exposé plus haut quelle excuse générale il avait pour retarder sa visite aux Corinthiens (n° 11); ici il leur fait connaître la cause d’un tel retard et comment il a voulu les épargner.

A. La première cause de ce délai est qu’il a évité que son arrivée leur apportât de la tristesse.

B. La seconde est qu’il n’a pas voulu compromettre les fruits qu’il espérait chez d’autres et qu’il avait commencé de récolter (n° 67) : "Comme j’étais arrivé en Troas"

Divisions de A :

I. Il explique d’abord sa raison générale : il n’a pas voulu leur apporter de la tristesse.

II. Il a aussi une raison particulière, concernant une personne qui l’a contristé (n° 56) : "Si quelqu’un m’a fait de la peine;"

Divisions de I –

a) Il explique d’abord la raison de son retard.

b) Il donne la raison de ses paroles (n° 50) : "Car Si moi, je vous attriste"...

            c) Enfin il explique ses sentiments (n° 53) : "c’est dans une grande affliction".

49. Il dit donc : Je vous ai dit que je ne suis pas venu vers vous pour vous épargner : c’est parce que je n’ai pas voulu vous contrister que "j’ai décidé"- j’ai pris une résolution ferme- "en moi-même" (ce que je vous ai exposé quand je vous ai écrit une autre lettre, Eccle. XXXVII, 20 – Qu’une parole de vérité précède toutes vos oeuvres.) "De ne pas retourner une autre fois chez vous dans la tristesse", c’est-à-dire de ne pas vous affliger.

Et la raison pour laquelle il n’a pas voulu les affliger est celle pour laquelle le Seigneur refusa de faire jeûner ses disciples : afin que leur attachement au Christ fût commandé par l’amour et non par la crainte. Le Seigneur en effet voulut les affermir et les nourrir dans la foi, remplissant leur coeur de douceur et de désir : ainsi affermis par l’amour, la foi ne leur serait pas facilement arrachée, parce que, comme dit Cant. VIII, 7, les grandes eaux n’ont pu éteindre l’amour. L’Apôtre se refuse à les contrister pour la même raison.

50. Il expose la raison de ses paroles, à savoir qu’il ne vaut pas les affliger : "car si moi je vous attriste"...

Il énonce cette cause elle-même.

Il leur découvre la raison de son sentiment (n° 52) : "Si je vous ai écrit"...

51. La raison, dit-il, pour laquelle je n’ai pas voulu venir dans la tristesse est que votre tristesse rejaillit sur la mienne et que je me réjouis de votre consolation : c’est vous seuls qui me consolez quand je suis auprès de vous. Si donc ma venue devait vous affliger, je m’affligerais de votre afflic­tion, et ainsi il n’y aurait personne parmi vous qui pût me donner de la joie, puisque vous seriez affligés à cause de moi; car il n’est pas facile à celui qui est affligé de consoler quelqu’un d’autre. Prov. X, 1 – Le fils sage réjouit son père. Prov. XXIX, 3 – L’homme qui aime la sagesse réjouit son père.

Voici une autre interprétation. Il y a deux tristesses : une tristesse selon le monde, et une autre selon Dieu, qui opère la pénitence en vue du salut. L’Apôtre parle, non de la première, mais de la seconde. Une seule chose, dit-il, peut me consoler si je vous attriste, c’est que mes reproches vous amènent à la pénitence; mais si je venais vous voir, et que je ne vous visse point faire pénitence de vos fautes, je n’aurais aucune consolation, parce que personne n’éprouverait de tristesse et de repentir à la suite de mes avis et de mes reproches.

52. La raison pour laquelle je vous écris ceci est que vous vous mettiez en de telles dispositions que, lorsque je viendrai, je n’éprouve pas de tristesse à vous voir sans amendement, par dessus la tristesse que j’ai éprouvée quand j’ai appris que vous aviez péché[4].

Et ici il fait d’abord la remontrance, puis il montre son espoir de la voir pleine d’effet : "ayant en vous cette confiance"...

Voici la remontrance : Je vous ai écrit ceci parce que je suis triste du péché que vous avez commis- II Pierre II, 8 – Ils torturaient l’âme du juste par leurs oeuvres iniques... afin que vous m’obéissiez et que vous vous disposiez à vous corriger, afin que, "lorsque je viendrai vous voir", "je n’éprouve pas de tristesse" à cause de vos péchés, alors que de vous "j’aurais dû attendre de la joie", car j’aurais dû me réjouir et me féliciter de votre présence. Lc XV, 10 – Les anges de Dieu ont de la joie pour un seul pécheur qui se repent.

Il exprime l’espoir de voir sa remontrance efficace, par ces mots : "Ayant en vous cette confiance"..., autrement dit : je suis assuré que vous êtes en de telles dispositions qui lorsque je viendrai, vous me donnerez tous des sujets de joie. Et vous devez le faire volontiers parce que ma joie devient votre joie, qui vous vient de ce que vous avez recouvré grâce. 1 Tim. II – Ce qui est ma joie... Romains XII, 15 – Réjouissez-vous avec ceux qui sont dans la joie...

53. Mais parce qu’on pourrait être en doute sur ce qu’il dit : "afin de ne pas éprouver tristesse sur tristesse mon arrivée", et se demander quelle tristesse il a éprouvé de leur part, il s’explique : "car c’est dans une grande affliction"...

Il exprime la tristesse éprouvée depuis longtemps.

Il répond à une question tacite (n° 55) : "non afin de vous contrister"

54. J’aurais une nouvelle tristesse, dit-il d’abord, si je ne vous trouvais pas corrigés, par dessus la tristesse que j’ai éprouvée quand vous avez péché; et il a fallu que je vous afflige en vous reprenant durement. "Car c’est dans une grande affliction et angoisse de coeur que je vous ai écrit -une première lettre- et avec beaucoup de larmes", que j’ai répandues pour vous qui étiez morts par le péché. Jérémie IX, 1 – Qui fera de ma tête une source d’eaux... Ecclésiastique XXII, 3 – c’est honte pour un père qu’un fils sans discipline. Isaïe LVII, 1 – Le juste périt et personne ne s’en soucie...

Deux choses viennent aggraver sa tristesse : l’affliction et l’angoisse, l’une s’ajoutent à l’autre. Car il arrive qu’on soit affligé, mais sans angoisse, comme lorsque un malheur quelconque vous blesse l’âme ainsi qu’une pointe aigue; et cependant on aperçoit devant soi une voie pour y échapper, sinon l’angoisse s’ajouterait à l’affliction. Il dit donc : "c’est dans une grande affliction"- que me faisait endurer votre mauvaise action- "et angoisse de coeur"- parce que je ne voyais pas comment trouver un remède – "que je vous ai écrit"... Psaume CXVIII, 143 – L’affliction et l’angoisse m’ont saisi...

55. Mais parce qu’ils pourraient dire : ô Apôtre, tu nous écris ces mots pour nous affliger, il écarte cette réponse en disant : Je vous écris ces mots "non pour vous contrister, mais pour que vous sachiez quelle extrême affection j’ai pour vous". Il y a deux marques d’amour : l’une est de se réjouir du bien qui advient à autrui, l’autre de s’attrister du mal qui l’afflige. Infra. V, 14 – La charité du Christ nous presse. Cette affection est plus grande que vous croyez, ou plus grande pour vous que pour d’autres.

 

Lectio 2

 

Leçon 2 – 2 Co II, 5-11 – Attitude à l'égard d'un fornicateur

 

 

5 (n° 56) Si quelqu’un a fait de la peine, ce n’est pas à moi qu’il en a fait, mais à vous dans une certaine mesure, - je ne veux rien exagérer-.

6 (n° 59) Il lui suffit du châtiment qui lui a infligé par la majorité,

7 (n° 60) en sorte qu’il vaut mieux maintenant lui pardonner et le consoler de peur qu’il ne soit envahi par une tristesse excessive.

8 (n° 63) Je vous engage donc à faire preuve 1 charité envers lui.

9 (n° 64) Car je vous ai écrit afin de vous mettra à l’épreuve et de savoir si votre obéissance est entière.

10 (n° 65) A qui vous pardonnez, je pardonne; pour moi, si j’ai pardonné, pour autant que j’ai au à pardonner, c’est à cause de vous et à la face du Christ. Ne nous laissons pas circonvenir par Satan : car nous n’ignorons pas ses desseins.

 

[87699] Super II Cor., cap. 2 l. 2 Postquam apostolus insinuavit causam dilationis, ne scilicet tristitiam inferret, et de eius contristatione tractavit, hic consequenter tractat de contristante. Et circa hoc tria facit. Primo enim exaggerat culpam contristantis; secundo poenam eius pro culpa inflictam, ibi sufficit illi, etc.; tertio hortatur eos habere misericordiam ad contristantem, ibi ita ut e contrario, et cetera. Dicit ergo primo: scripsi vobis per multas lacrymas, quas fudi propter tristitiam conceptam et propter poenam infligendam peccanti, sed si quis contristavit me, ille scilicet fornicarius enormis, de quo dicitur I Cor. V, 1: omnino auditur inter vos fornicatio, et cetera. Iste, inquam, et si contristavit, non contristavit me, sed ex parte, id est, non contristavit me, scilicet solum, sed vos et nos. Non omnes, sed ex parte. Et hoc dico, non ut onerem vos omnes, id est, ut vobis hoc onus omnibus non imponam derisorie loquendo, quasi dicat: non ita estis boni et diligitis me, quod pro tristitia mea, et pro peccato fratris omnes doleatis. Vel ut non onerem omnes vos, non tantum illos qui non doluerunt de peccato. Vel aliter dicendum, et melius, non me contristavit, sed ex parte, et cetera. Sciendum est enim quod aliquis aliquando tristatur totaliter, et aliquando non totaliter. Totaliter quidem tristatur quis, quando prae tristitia absorbetur a dolore; et haec tristitia est quae mortem operatur, ut dicitur infra, c. VII, 10, quae quidem, secundum philosophum, non cadit in sapientem. Non totaliter autem tristatur quis quando licet ex aliquo malo quod patitur seu videt fieri, tristatur, tamen ex aliis causis bonis gaudet, et ista tristitia est secundum Deum et cadit in sapientem. Quia ergo apostolus dicit se contristatum, ne credatur totaliter a tristitia absorptus, quod non est sapientis, dicit se contristatum ex parte, quasi non totaliter. Et secundum hoc legitur sic: contristavit me, scilicet fornicarius, propter peccatum suum sed non me contristavit totaliter, quia licet in ipso propter peccatum habuerim tristitiam, tamen in vobis propter multa bona quae facitis, et in ipso propter poenitentiam quam fecit, habeo gaudium. Et dico ex parte, ut non onerem omnes vos, id est, ut non imponam vobis hoc onus, quod scilicet contristaveritis me. Sed ne isti propter tristitiam apostoli adhuc vellent eum magis punire, ostendit eis poenam sufficientem fuisse, dicens sufficit illi qui eiusmodi est, quod scilicet contristavit me, tam graviter peccando, obiurgatio quae fit a pluribus, id est tam manifesta et publica correctio, quae fuit, quod separatus fuit ab omni communione, id est excommunicatus ab Ecclesia et traditus Satanae, ut habetur I Cor. V, 5. Est ergo sufficiens haec poena propter dictas causas. Vel potest dici sufficiens, non quantum ad Dei iudicium, sed quantum expediebat tempori et personae. Melius enim est sic servare lenitatis spiritum in corrigendo, ut per poenitentiam correctionis fructus sequatur, quam si durius corrigatur, et desperet peccans et maioribus peccatis immergatur. Et ideo dicitur Eccli. XXI, 5: obiurgatio et iniuriae annullabunt substantiam. Quia ergo poena sufficiens fuit et poenitentiam egit, ideo consequenter inducit eos ad miserendum, dicens ita ut e contrario magis, etc., ubi tria facit. Primo mandat ut ei, scilicet peccanti, parcant; secundo huius rationem assignat, ibi ne forte, et cetera. Tertio inducit eos ad observantiam huius monitionis, ibi propter quod, et cetera. Dicit ergo primo: dico quod sufficiens poena est illi, et intantum ut velim ut e contrario magis donetis, id est remittatis. Lc. VI, 37: dimittite, et dimittetur vobis. Eph. IV, 32: donantes invicem, sicut et Deus in Christo donavit vobis. Et non solum donetis, sed, quod plus est, consolemini. Et hoc proponendo sibi exempla peccantium, qui restituti sunt ad statum gratiae, sicut dicitur de David, Petro, Paulo, et Magdalena, et per verba Dei: Ez. XVIII, v. 32: nolo mortem peccatoris, et cetera. I Thess. c. ult.: corripite inquietos, consolamini pusillanimes, et cetera. Rationem autem huius admonitionis subdit ne forte abundantiori tristitia absorbeatur qui eiusmodi est. Aliquis enim propter peccatum et poenam peccati, aliquando sic mergitur tristitia, quod absorbetur, dum nullum habet consolatorem; et hoc est malum, quia non sequitur ex hoc poenitentiae fructus, qui speratur, scilicet correctio, sed potius desperans tradit se omnibus peccatis, sicut Cain, cum dixit: maior est iniquitas, etc., Gen. IV, 13; et Eph. IV, 19: qui desperantes tradiderunt se, et cetera. Et propter hoc dicitur II Reg. II, 26, quod periculosa res est desperatio. Et ideo dicebat David in Ps. LXVIII, 16: neque absorbeat me profundum, et cetera. Et ideo ne hoc contingat, dicit consolamini, ut scilicet cesset a peccato. Is. XXVII, v. 9: hic est omnis fructus, ut auferatur peccatum. Contra apostolus, non solum per rationem sed ex aliis causis, inducit eos ad hoc cum dicit propter quod obsecro, et cetera. Et inducit eos a tribus modis. Primo precibus, dicens propter quod, scilicet ne absorbeatur, obsecro, qui possum praecipere. Phil. v. 8: multam fiduciam habens in Christo Iesu imperandi tibi, et cetera. Contrarium faciunt mali praelati. Ez. XXXIV, 4: cum austeritate imperabatis eis, et cetera. Ut confirmetis in illum charitatem. Quod fit si ostenditis charitatem vestram ad eum, et non abominamini eum propter peccata, nec contemnitis, sed propter consolationem vestram facitis eum habere odio peccatum suum, et diligere iustitiam. Lc. XXII, 32: et tu conversus confirma fratres tuos, et cetera. Secundo inducit eos praecepto, dicens ideo enim scripsi hoc, scilicet ut cognoscam experimentum vestrum, an in omnibus obedientes sitis. Et dicit in omnibus, scilicet sive in his quae placent vobis, sive in his quae displicent. Primo enim mandaverat eis quod excommunicarent eum, et sic fecerunt mandatum apostoli: nunc vero secundo mandat eis quod parcant. Et ideo dicit an in omnibus obedientes sitis. Tertio ex commemoratione beneficii, cum dicit cui autem aliquid donastis, etc., quasi dicat: vos debetis hoc facere, quia etiam ego feci. Sic enim vos remisistis alicui et rogastis me quod ego remitterem, et ego remisi. Et hoc est quod dicit cui autem aliquid donastis vos, et ego, scilicet donavi. Et hoc patet. Nam et ego, quod donavi, etc.; ubi quatuor tanguntur ad huiusmodi donationem seu remissionem necessaria. Primum est discretio, ut scilicet non passim et temere remittatur. Et ideo dicit si quid, scilicet in debito modo. Prov. IV, 25: palpebrae tuae praecedant, et cetera. Secundum est finis, quia non propter amorem vel odium debet fieri, sed propter utilitatem aliquam Ecclesiae vel aliquorum. Et ideo dicit propter vos. Tertium est auctoritas, quia non debet fieri auctoritate propria, sed Christi, qui remittit peccata auctoritate; alii vero, quibus commissum est, ministerio, et sicut membra Christi. Et ideo dicit in persona Christi, scilicet non mea auctoritate. Et tamen quodcumque remittitur, Christus remittit. Io. XX, v. 23: quorum remiseritis peccata, et cetera. Quartum est necessitas; unde dicit ut non circumveniamur a Satana. Diabolus enim multos decepit, quosdam scilicet trahendo ad peccatorum perpetrationem, quosdam vero ad nimiam rigiditatem contra peccantes, ut si non potest eos habere per perpetrationem facinorum, saltem perdat quos iam habet per praelatorum austeritatem, qui eos non misericorditer corrigentes in desperationem inducunt, et sic hos perdit, et illos Diaboli laqueus includit. Eccle. VII, 17: noli esse nimis iustus, et cetera. I Petr. V, 8: adversarius vester Diabolus, et cetera. Et hoc continget nobis, si non remittamus peccantibus. Et ideo, ut non circumveniamur a Satana, ego donavi, si quid donavi. Non enim ignoramus cogitationes eius, scilicet Satanae. Verum est in generali, sed in speciali nullus potest scire eius cogitationes, nisi solus Deus. Iob XLI, 4: quis revelavit faciem indumenti eius? et cetera.

 

56. Après que l’Apôtre a fait connaître la cause de son retard, -le désir de ne pas leur apporter de tristesse-, et qu’il a parlé de son affliction (n° 48), il parle de celui qui en est l’auteur.

Il met d’abord sa faute en lumière.

Il rappelle le châtiment qui lui a été infligé pour sa faute (n° 59) : "Il lui suffit du châtiment"...

Il les exhorte à faire miséricorde au coupable (n° 60) "en sorte qu’il vaut mieux lui pardonner"

57. Je vous ai écrit, dit-il, avec beaucoup de larmes, que j’ai répandues à cause de la tristesse que j’éprouvais et à cause du châtiment qu’il fallait infliger au pécheur, mais, "si quelqu’un m’a fait de la peine"- c’est-à-dire cet horrible débauché dont il est dit dans I Corinthiens V, 1 – On n’entend parler que d’une impudicité parmi vous…[5], ce n’est pas à moi seul dis-je qu’il a fait de la peine, mais à vous et à nous. Non pas à vous tous, mais "dans une certaine mesure" à vous.

Et je dis cela "afin de ne pas vous accabler tous", c’est-à-dire afin de ne pas vous imposer à tous ce fardeau en parlant par dérision, autrement dit : Vous n’êtes pas tellement bons et vous ne m’aimez pas tellement que vous souffriez tous de ma tristesse et du péché commis par votre frère. Ou encore : "je ne veux pas vous accabler tous", et non seulement ceux qui n’ont pas souffert de ce péché,

58. Ou il faut dire autrement- ce qui serait mieux : "il ne m’a affligé que dans une certaine mesure".

Un homme en effet peut éprouver parfois une tristesse absolue et parfois une tristesse modérée. Une tristesse absolue est celle qui engendre la mort, comme il est dit infra. VII, 10, et qui, selon Aristote, n’atteint pas le sage. Une tristesse n’est pas absolue quand un homme, bien qu’attristé par un mal qu’il souffre ou qu’il voit se produire, se réjouit cependant du bien provenant d’autres causes : cette tristesse est selon Dieu et affecte le Sage. L’Apôtre donc se dit affliger, mais pour qu’on ne le croie pas envahi par une tristesse absolue, ce qui ne serait pas d’un sage, il se dit affligé dans une certaine mesure, mais non absolument.

Dans ce second sens il faut comprendre : ce débauché m’a affligé à cause de son péché, mais non d’une tristesse absolue; car, quoique son péché m’ait plongé dans la tristesse, cependant j’ai des sujets de joie en vous à cause du bien que vous faites et en lui à cause de sa pénitence. Et je dis : "dans une certaine mesure, afin de ne pas vous accabler", c’est-à-dire de ne pas faire peser sur vous le reproche de m’avoir affligé.

59. Mais de peur que les Corinthiens ne voulussent, à cause de la tristesse de l’Apôtre, punir davantage le coupable, il leur montre que le châtiment a été suffisant en disant : "Il suffit à cet homme, -qui m’a affligé en péchant si gravement- le châtiment qui lui a été infligé par la majorité", c'est-à-dire la correction si manifeste et publique qui l’a retranché de la communion des fidèles, c’est-à-dire excommunié et livré à Satan, comme on lit dans I Corinthiens V. Ce châtiment est donc suffisant pour les raisons qu’il a dites.

Ou encore on peut la dire suffisant, non quant jugement de Dieu, mais selon qu’il convenait au temps et à la personne. Il vaut mieux en effet conserver un esprit douceur dans la correction, afin que par la pénitence correction porte des fruits, plutôt que de désespérer pécheur par une correction trop dure et de l’enfoncer dans des péchés plus grands. C’est pourquoi on lit dans Ecclésiastique X, 5 – Les reproches et les violences dissiperont les richesses.

60. Parce que le châtiment a été suffisant et que pécheur a fait pénitence, l’Apôtre incline les Corinthiens à miséricorde, "en sorte qu’il vaut mieux maintenant pardonner"...

Il les invite à épargner le pécheur.

Il leur explique pourquoi : (n° 62) : "de peur qu’il ne soit envahi"...

Il les invite à observer son avis : (n° 63) : "Je vous engage donc à faire preuve de charité envers lui"

61. Le châtiment étant suffisant, dit l’Apôtre, je voudrais que vous lui pardonniez. Lc VI, 37 – Remettez et il vous sera remis. Ephésiens IV, 32 – Pardonnez-vous les uns aux autres, comme Dieu vous a pardonné dans le Christ.

Il faut pardonner, mais, ce qui est bien plus, il faut aussi consoler. Qu’on se propose donc les exemples des pécheurs qui furent rétablis dans l’état de grâce, comme il est dit de David, de Pierre, de Paul, de Madeleine, et cela par la parole de Dieu. Ezéchiel XVIII, 32 – Je ne veux pas la mort du pécheur... 1 Thess. V, 14 – Reprenez les agités, consolez les timides...

62. L’Apôtre donne la raison de cet avis : "de peur qu’il ne soit envahi par une tristesse excessive"... Il arrive en effet qu’à cause d’un péché et de son châtiment un homme s’enfonce dans une telle tristesse qu’il en est envahi et ne trouve pas de consolateur; et cela est un mal, parce que la pénitence perd le fruit qu’on en espère, c’est-à-dire la correction, et par désespoir il se livre à tous les péchés, comme Caïn lorsqu’il dit : "Ma peine est trop grande... (Genèse IV, 13); Ephésiens IV, 19 – Par désespoir ils se sont livrés aux désordres... Aussi lit-on dans II Reg. II, 26 – que c’est chose dangereuse que le désespoir. Et David disait, Psaume LXVIII, 16 – Que le gouffre ne m’engloutisse...

Pour éviter cela, l’Apôtre conseille de le consoler, afin qu’il renonce au péché. Isaïe XXVII, 9 – Le fruit de tous ses maux sera l’expiation de son péché.

63. L’Apôtre s’appuie non seulement sur la raison, mais sur d’autres motifs lorsqu’il dit : "Je vous engage donc"...

Il les persuade de trois façons. D’abord par ses prières, disant : "Je vous engage donc"..., moi qui ai pouvoir de commander. Ad Philem. 8 – Ayant toute liberté dans le Christ de te commander... Les mauvais supérieurs font le contraire. Ezéchiel XXXIV, 4 – Vous les commandiez avec dureté... "Je vous engage à faire preuve de charité envers lui" : vous le ferez ai vous lui témoignez votre charité sans le repousser à cause de ses péchés ni le mépriser : la consolation qu’il recevra de vous aura pour effet de lui faire- prendra en haine son péché et aimer la justice. Luc XXII, 32 – Quand lu seras converti, affermis tes frères...

64. En second lieu il ajoute le précepte : "Je vous ai écrit afin de vous mettre à l’épreuve et de savoir ai votre obéissance est entière."

Il dit "entière", que cela leur plaise ou non. Il leur avait d’abord commandé d’excommunier le coupable, et ils avaient fait la volonté de l’Apôtre. Maintenant il leur commande de l’épargner : c’est pourquoi il leur demande une obéissance entière.

65. En troisième lieu, il les persuade en leur rappelant ses bienfaits : "A qui vous avez pardonné, je pardonne" ... Autrement dit : vous devez faire cela parce que moi je l’ai fait. Quand vous avez remis sa faute à quelqu’un et que vous m’avez demandé de faire de même, je l’ai fait.

66. Et cela est évident. "Car pour moi, si j’ai pardonné"... On touche du doigt que quatre conditions sont nécessaires à un pardon et à une indulgence de cette sorte.

La première est la discrétion, afin que le pardon n’inter­vienne pas sans discernement ni à. propos. Aussi il dit : "pour autant que j’ai au à pardonner", c’est-à-dire dans la mesure nécessaire. Prov. IV, 25 – Que tes yeux regardent en face...

La seconde est la fin, parce que le pardon ne doit pas avoir pour but de satisfaire l’amour ou la haine, mais l’utilité de l’Église ou des particuliers. Voilà pourquoi il dit : "c’est à cause de vous"...

La troisième est l’autorité : en effet le pardon ne doit pas découler d’une autorité particulière mais de celle du Christ qui remet les péchés; et aussi de quiconque en a reçu le ministère comme membre du Christ. Il dit donc "à la face du Christ", non par ma propre autorité. Quelle que soit la faute pardonnée, c’est le Christ qui pardonne. Jean XX, 23 – Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis...

La quatrième condition est la nécessité : c’est pourquoi il dit : "Ne nous laissons pas circonvenir par Satan". Le démon en effet trompe beaucoup d’hommes, soit en entraînant les uns vers le péché, soit en inspirant aux autres une excessive sévérité pour les pécheurs afin que, s’il ne peut les saisir par l’accomplissement de leur actes, il perde du moins ceux qu’il tient déjà par la dureté de supérieurs qui, ne cherchant pas à les corriger avec miséricorde, les jettent dans le désespoir; ainsi il perd les premiers et le filet du démon se referme sur les seconds. Eccle. VII, 17 – Ne sois pas trop juste... I Pierre V, 8 – Votre adversaire, le diable, cherche qui dévorer. Et cela nous arrivera si nous ne pardonnons pas aux pécheurs. Donc, "afin de n’être point circonvenus par Satan, j’ai pardonné, pour autant que j’ai eu à pardonner. Car nous n’ignorons pas ses desseins", ceux de Satan; cela est vrai d’une façon générale, mais dans sa conduite particulière, nul ne peut savoir ses desseins, sinon Dieu seul. Job XLI, 4 – Qui a découvert la superficie de se cuirasse?...

 

Lectio 3

 

Leçon 3 – 2 Co II, 12-17 – Paul à prêché à Troas. Les faux Apôtres

 

 

12 (n° 67) J’étais venu à Troas à cause de l’Évan­gile du Christ et parce qu’une porte m’y avait été ouverte dans le Seigneur;

13 mon esprit n’y eut pas de repos parce que je n’y trouvai pas Tite mon frère, aussi je pris congé d’eux et partis pour la Macédoine.

14 (n° 71) Mais grâces soient rendues à Dieu qui nous fait triompher toujours dans le Christ et qui par nous répand le parfum de sa connaissance en tous lieux

15 (n° 74) car nous sommes pour Dieu la bonne odeur du Christ parmi ceux qui se sauvent et ceux qui se perdent;

16 pour les uns odeur de mort qui conduit à la mort, pour les autres, odeur de vie qui conduit à la vie. Et qui donc est apte à un tel ministère?

17 (n° 75) Car nous ne sommes pas comme tant d’autres qui falsifient la parole de Dieu, mais c’est dans sa pureté, comme elle nous vient de Dieu, que nous la prêchons devant Dieu dans le Christ.

[87700] Super II Cor., cap. 2 l. 3 Posita prima causa suae dilationis, ne scilicet cum tristitia iret ad eos, hic ponit causam secundam quae est ex fructu quem alicubi faciebat. Et circa hoc duo facit. Primo ponit sui itineris processum; secundo ipsius processus effectum, ibi Deo autem gratias, et cetera. Circa primum duo facit. Primo ostendit impedimentum fructificandi, quod habuit in Troade; secundo subiungit processum suum in Macedoniam, ibi sed valefaciens, et cetera. Dicit ergo cum venissem Troadem propter Evangelium, id est ad praedicandum Christum, Io. XV, 16: posui vos ut eatis, etc., et ostium mihi apertum esset, id est mentes hominum paratae et dispositae essent ad recipiendum praedicationis verba et Christum. I Cor. XVI, 9: ostium mihi apertum est, et cetera. Apoc. III, 20: ecce sto ad ostium, et cetera. Sed non in quocumque, imo in domino, quia ipsa praeparatio mentis humanae est ex virtute divina. Nam licet facilitas qua mentes praeparantur, sit causa conversionis, tamen ipsius facilitatis et praeparationis causa est Deus. Thren. ult.: converte nos, domine, ad te, et convertemur. Cum, inquam, ita esset apertum mihi ostium in domino, non habui requiem spiritui meo, id est non potui facere quod spiritus meus volebat, id est dictabat. Tunc enim dicitur habere spiritus requiem, quando efficit quod vult, sicut tunc dicitur caro requiescere, quando habet quod concupiscit. Lc. c. XII, 19: anima mea, habes multa bona, et cetera. Apostolus non dicit: non habui requiem carni meae vel corpori sed spiritui meo, id est voluntati meae spirituali, quae est ut Christum firmem in cordibus hominum. Et impediebar, quia videbam corda parata et disposita, et non poteram praedicare. Sed quare non habuit requiem spiritui suo, subdit eo quod non inveni Titum fratrem meum, id est propter absentiam Titi, et hoc duplici de causa. Una causa est, quod licet apostolus sciret omnes linguas, ita ut diceret: gratias ago Deo meo, quod omnium vestrum lingua loquor, tamen magis expeditus et edoctus erat in lingua Hebraea, quam in Graeca; Titus autem magis in Graeca. Et ideo volebat eum habere praesentem, ut praedicaret in Troade. Et quia erat absens, nam Corinthii detinuerant eum, dicit non habui requiem spiritui meo. Sed quia dona Dei non sunt imperfecta, et donum linguarum fuit specialiter apostolis collatum ad praedicandum per totum mundum, Ps. XVIII, 5: in omnem terram exivit sonus eorum, etc., et ideo alia causa est melior, quae est, quia apostolo imminebant in Troade multa facienda. Nam ex una parte imminebat ei praedicare his qui parati erant recipere Christum per fidem; ex alia parte imminebat ei resistere adversariis qui impediebant; et ideo quia ipse non poterat solus ista facere, angustiabatur de absentia Titi, qui institisset praedicationi et conversioni bonorum, et apostolus restitisset adversariis. Et specialiter etiam hoc scribit eis, ut innuat, quod non solum prima causa dilationis suae fuit ex eis, sed etiam secunda. Nam ipsi propter duritiam et dissensionem eorum detinuerant tanto tempore Titum, et ideo dicit eo quod non inveni Titum fratrem, vel in Christo, vel coadiutorem. Prov. XVIII, 19: frater qui iuvatur a fratre, et cetera. Et quia non inveni Titum in Troade, non remansi ibi, sed valefaciens eis, qui erant conversi, et in quibus ostium apertum erat, profectus sum in Macedoniam, ubi credebam eum invenire. Causa autem essendi in Macedonia legitur Act. XVI, 9, ubi dicitur quod vir Macedo, et cetera. Consequenter cum dicit gratias autem Deo, etc., ponit profectum sui processus, et circa hoc duo facit. Primo enim describit ordinem sui processus; secundo excludit ab isto processu pseudoapostolos, ibi ad hoc quis tam idoneus, et cetera. Circa primum duo facit. Primo insinuat profectum quem faciebat; secundo exponit quoddam quod dixerat, ibi Christi bonus odor, et cetera. Circa primum sciendum quod apostolus profectum et fructum quem faciebat, non attribuit sibi, neque propriae virtuti, sed Deo. I Cor. XV, 10: abundantius omnibus laboravi non ego, sed gratia, et cetera. Et ideo dicit gratias autem Deo, scilicet ago. I Thess. c. V, 18: in omnibus gratias agite. Eph. V, v. 20: gratias agentes, et cetera. Qui semper triumphat nos in Christo Iesu, id est triumphare nos facit in praedicatione Christi contra adversarios. Ubi sciendum est quod praedicatores veritatis duo debent facere, scilicet exhortari in doctrina sacra et contradicentem devincere. Et hoc dupliciter: disputatione haereticos, patientia vero persecutores. Unde per ordinem ista tangit hic apostolus, et ideo dicit qui triumphat nos, quantum ad contradicentes. Rom. VIII, 37: in his omnibus superamus. Et I Mac. III, 19: non in fortitudine exercitus victoria belli, sed de caelo, et cetera. Et odorem notitiae suae manifestat per nos in omni loco, quantum ad exhortationem sacrae doctrinae. Sed odorem notitiae suae exponit Glossa, id est filium suum; sed melius est ut hoc dicatur ad differentiam notitiae de Deo, quam faciunt aliae scientiae et quam facit fides. Nam notitia de Deo quae habetur per alias scientias, illuminat intellectum solum, ostendens quod Deus est causa prima, quod est unus et sapiens, et cetera. Sed notitia de Deo quae habetur per fidem et illuminat intellectum et delectat affectum, quia non solum dicit quod Deus est prima causa, sed quod est salvator noster, quod est redemptor, et quod diligit nos, quod est incarnatus pro nobis: quae omnia affectum inflammant. Et ideo dicendum quod odorem notitiae suae, id est notitiam suae suavitatis, credenti per nos in omni loco manifestat, quia iste odor longe lateque diffunditur. Eccli. XXIV, 23: ego quasi vitis fructificavi, et cetera. Gen. XXVII, v. 27: ecce odor filii, et cetera. Quia vero aliqui possent dicere: quid est odor Dei in omni loco? Nam multa loca sunt in quibus non recipitur praedicatio nostra. Ideo apostolus exponit, dicens: non curo, quia sive recipiant praedicationem, sive non, tamen notitia Dei manifestatur ubique per nos, quia sumus bonus odor Christi Deo, id est ad honorem Dei. Et loquitur ad similitudinem legis, ubi dicitur quod sacrificium fiat in odorem suavitatis suavissimum Deo; quasi dicat: nos sumus holocaustum quod offertur Deo in odorem suavitatis. Et tam in his qui salvi fiunt, ut scilicet non pereant, quod est eis a Deo, quam in his qui pereunt, quod est eis ex seipsis. Unde Osee XIII, 9: perditio tua, Israel, ex te, et cetera. Sed estne odor bonis et malis eodem modo? Non, sed aliis quidem est odor mortis in mortem, id est, invidiae et malitiae occasionaliter ducentis eos in mortem aeternam, illis scilicet qui invidebant bonae famae apostoli et impugnabant praedicationem Christi et conversionem fidelium. Lc. II, 34: positus est hic in ruinam, et in resurrectionem, et cetera. Aliis autem odor vitae, dilectionis et bonae opinionis ducentis eos in vitam aeternam scilicet illis qui gaudent et convertuntur ad praedicationem apostoli. I Cor. I, 18: verbum crucis pereuntibus, et cetera. His autem qui salvi, et cetera. Sic ergo ex odore apostoli boni vivunt, mali moriuntur, sicut legitur quod ad odorem vinearum florentium moriuntur serpentes. Consequenter cum dicit: sed ad haec quis tam idoneus, etc., excludit ab isto profectu pseudo-apostolos, dicens quis illorum pseudo-apostolorum est tam idoneus ad ista, scilicet quae nos apostoli veri facimus? Quasi dicat: nullus. Ps. CXXXVIII, 17: nimis honorati sunt amici tui, Deus. Sed contra Prov. XXVII, 2: laudet te alienus, et cetera. Ad hoc respondet Gregorius super Ezech., quod sancti duplici ex causa seipsos laudant, et non propter gloriam suam et vanitatem. Prima causa est, ut non desperent in tribulationibus, sicut Iob, quando amici nitebantur eum ad desperationem inducere, reduxit ad memoriam sua bona quae fecerat, ut confortatus non desperaret. Unde dicebat: pepigi foedus cum oculis meis, et cetera. Legitur etiam de quodam sancto patre, quod quando tentabatur de desperatione, reducebat ad memoriam bona quae fecerat, ut confortaretur; quando tentabatur de superbia, reducebat ad memoriam mala, ut humiliaretur. Secunda causa est propter utilitatem, ut scilicet haberetur in maiori fama, et citius crederetur doctrinae suae. Et propter hanc causam hic apostolus laudat se. Nam Corinthii praeferebant sibi pseudo-apostolos, et condemnabant eum, et ideo non sic obediebant sibi. Ut ergo non vilipenderent eum, sed obedirent sibi, praefert se eis et laudat se, et dicit sed ad haec quis tam idoneus, sicut nos? Non pseudo-apostoli, quia licet ipsi praedicent, tamen adulterant verbum Dei, quod nos non facimus. Unde dicit non sumus sicut plurimi, scilicet pseudo-apostoli, adulterantes verbum Dei, admiscendo contraria, sicut haeretici, qui licet confiteantur Christum, tamen non dicunt eum esse verum Deum. Sic faciunt pseudo-apostoli, qui dicunt cum Evangelio debere observari legalia. Item non adulterantes verbum Dei, id est, praedicantes vel propter quaestum, vel propter favorem laudis. Sic enim mulieres adulterae dicuntur quando recipiunt semen ex alio viro ad propagationem prolis. In praedicatione autem semen nihil aliud est quam finis seu intentio tua, vel favor gloriae propriae. Si ergo finis tuus est quaestus, si intentio tua est favor gloriae propriae, adulteras verbum Dei. Hoc faciebant pseudo-apostoli, qui propter quaestum praedicabant. Infra IV, 2: neque adulterantes verbum Dei, et cetera. Apostoli autem praedicabant neque propter quaestum, neque gloriam propriam, sed propter laudem Dei et salutem proximi. Et ideo subiungit sed ex sinceritate, id est, sincera intentione, non pro quaestu et sine admixtione corruptionis. Supra I, 12: ex sinceritate, et cetera. Ponit autem triplicem rationem huius sinceritatis. Prima ratio sumitur ex dignitate mittentis. Nuntium enim veritatis decet vera loqui. Et ideo dicit ex Deo, id est, illa sinceritate quae est digna nuntiatio Dei. I Petr. IV, 11: si quis loquitur quasi sermones Dei. Secunda sumitur ex auctoritate praesidentis cui astat. Ideo dicit coram Deo, coram quo ex sinceritate loqui debemus. III Reg. c. XVII, 1: vivit dominus, in cuius conspectu sto, et cetera. Tertia sumitur ex dignitate materiae de qua loquitur. Nam praedicatio apostolorum est de Christo, et ideo debet esse sincera, sicut et ipse Deus et Christus. Et ideo dicit in Christo solum, non de legalibus, ut pseudo-apostoli faciunt. I Cor. II, 2: neque existimavi me scire aliquid inter vos, nisi Christum, et hunc crucifixum.

 

67. Ayant exposé la première cause de son retard, (n° 48) il vient à la seconde : le fruit qu’il attendait de son apostolat en d’autres lieux.

D’abord il indique la direction de son voyage, puis le succès de ce voyage (n° 71) : "Grâces soient rendues à Dieu"...

Sur son voyage :

il montre l’obstacle que son apostolat rencontre à Troas.

il dit son départ pour la Macédoine : (n° 70) "aussi je pris congé d’eux."…

68."Comme j’étais venu à Troas, dit-il, à cause de l’Évangile", c’est-à-dire pour prêcher le Christ, — Jean XV, 16 – C’est moi qui vous ai établis pour que vous alliez... "Et parce qu’une porte m’y avait été ouverte", c’est-à-dire que les âmes s’y trouvaient prêtes et disposées à recevoir la parole de la prédication et le Christ, — I Cor. XVI, 9 – Un grand champ m’est ouvert... Apoc. III, 20 – Voici que je me tiens à la porte... non cependant de n’importe quelle façon, mais "dans le Seigneur", parce que même la préparation de l’âme humaine provient d’une grâce divine; car, quoique la docilité des âmes soit la cause de leur conversion, cependant la cause de leur docilité et de leur préparation, c’est Dieu. Lamentations de Jérémie V, 21 – Tourne-nous vers toi, Seigneur, et nous nous tourne­rons…

"Comme une porte m’y avait été ouverte dans le Seigneur, mon esprit n’y eut pas de repos", c’est-à-dire que je n’ai pu faire ce que mon esprit voulait, me dictait. On dit que l’esprit goûte du repos quand il fait ce qu’il veut, de même que la chair trouve son repos lorsqu’elle a ce qu’elle désire : Le XII, 19 – Mon âme, tu possèdes de grands biens... L’Apôtre ne dit pas : ma chair ni mon corps, mais "mon esprit", c’est-à-dire ma volonté spirituelle, qui est d’imprimer fortement le Christ dans les coeurs des hommes. Et j’en étais empêché, parce que je voyais les coeurs prêts et disposés, et que je ne pouvais prêcher.

69. Il ajoute la cause pour laquelle son esprit n’eut pas de repos : "parce que je ne trouvai pas Tite mon frère[6]. Cette cause est donc l’absence de Tite, et cela pour deux raisons.

Voici la première. Quoique l’Apôtre sût toutes les langues, au point de dire (I Cor. XIV, 18) : Je rends grâce Dieu de ce que je parle en langues plus que vous tous, cependant il était plus à son aise et plus savant en hébreux qu’en grec; Tite au contraire s’exprimait mieux en grec. Il voulait donc avoir Tite avec lui afin qu’il prêchât. C’est à cause de son absence –car les corinthiens l’avaient retenu– qu’il dit : "mon esprit n’eut pas de repos"…

Mais les dons de Dieu ne restent pas imparfaits et le don des langues fut conféré à l’Apôtre spécialement pour prêcher dans la monde entier, Psaume XVIII, 5 – Leur voix s’est fait entendre à toute la terre... aussi il y a une autre raison meilleure, c’est que de nombreuses tâches attendaient l’Apôtre à Troas. D’un côté il avait à prêcher à ceux qui étaient prêts à recevoir le Christ par la foi; d’un autre côté, à résister aux adversaires qui lui barraient la route. Et comme il ne pouvait .pas suffire seul à ces deux tâchas, il était gêné par l’absence de Tite, qui aurait vaqué à la prédication et à la conversion des bons, tandis que l’Apôtre aurait lutté contre les adversaires.

Et son intention est de leur faire entendre qu’ils sont responsables non seulement de la première cause de son retard, mais aussi de la seconde. Car c’est à cause de leur dureté et de leurs dissensions qu’il avait maintenu Tite si longtemps auprès d’eux. Aussi il dit : "parce que je n’y trouvai pas lita mon frère"..., frère dans le Christ, ou frère en tant que collaborateur. Prov. XVIII, 19 – Un frère aidé par son frère est une place forte...

70. Et parce que je n’ai pas trouvé Tite à Troas, je n’y suis pas resté, mais "je pris congé d’eux", qui étaient convertis et chez qui la porte m’était ouverte; et je partis pour la Macédoine, où je croyais trouver Tite.

On peut lire la cause de sa venue en Macédoine dans les Actes XVI, 9 – Paul eut une vision : un Macédonien était debout...

71. Donc lorsqu’il dit : "Aussi grâces soient rendues à Dieu", il expose le succès de son voyage :

Il en décrit l’ordre.

Il en exclut les faux apôtres (n° 75), disant : "Qui donc est apte à un tel ministère?"

Sur le premier point, il fait entendre d’abord quelle sorte de succès il réalisait, puis il explique une de ses paroles (n° 74) : "nous sommes la bonne odeur du Christ".

72. Il faut savoir que l’Apôtre attribuait, non pas à lui ni à son mérite propre, mais à Dieu, son succès et les fruits de son apostolat. I Corinthiens XV, 10 – J’ai travaillé plus qu’eux tous, non pas moi mais la grâce... C’est pourquoi il rend "grâces à Dieu", - I Thess. V, 18 – Rendez grâces en toutes choses..., -Ephésiens V. 20 – Rendez grâces toujours pour tout-, "qui nous fait triompher toujours dans le Christ" c’est-à-dire quand nous prêchons le Christ contre ses adversaires.

Il y a deux choses que les prédicateurs de la vérité doivent faire : exhorter selon une sainte doctrine, et vaincre la contradiction. Vaincre doublement : les hérétiques par la dis­cussion, les persécuteurs par la patience. L’Apôtre touche ces deux points par ordre. C'est pourquoi il dit : "qui nous fait triompher" par rapport aux contradicteurs. Romains VIII, 37 – Dans toutes ces épreuves nous sommes vainqueurs. Et I Mac. III, 19 – La victoire ne dépend pas de la grandeur de l’armée, mais elle vient du ciel... Ce qu’il ajoute : "et qui par nous répand le parfum de sa connaissance en tous lieux", con­cerne l’exhortation selon une sainte doctrine.

73. La Glose[7] interprète "le parfum de la connais­sance" comme la personne du Fils, mais il vaut mieux dire que cette expression concerne la différence entre la connaissance de Dieu que donnent les autres sciences, et celle qu donne la foi.

Car la connaissance de Dieu qui s’obtient par les autre sciences illumine l’intelligence seulement, en montrant que Dieu est la cause première, qu’Il est un et sage etc. Mais la connaissance de Dieu qui s’obtient par la foi illumine l’intelligence et charme l’âme, parce qu’elle dit que, non seulement Dieu est la cause première, mais qu’Il est notre sauveur, notre rédempteur, qu’il nous aime et qu’il s’est incarné pour nous; toutes ces vérités enflamment l’âme. Il faut donc dire que par nous Dieu répand en tous lieux pour celui qui croit le parfum de sa connaissance, c’est-à-dire la connaissance de sa suavité, parce que ce parfum s’épanche partout. Ecclésiastique XXIV, 23 – J’ai porté des fruits comme la vigne... Genèse XXVII, 27 – Voici l’odeur de mon fils...

74. Certains pourraient dire : qu’est-ce qu’un parfum de Dieu qui se répand en tous lieux? Car il y a beaucoup de régions où notre prédication n’est pas reçue. Et l’Apôtre s’explique. Peu m’importe, dit-il, que les hommes reçoivent ou non notre prédication : cependant la connaissance de Dieu se répand partout par nous "parce que nous sommes la bonne odeur du Christ pour Dieu", c’est-à-dire pour l’honneur de Dieu. Il parle par analogie avec la loi, où on lit qu’un sacrifice se fait en odeur de suavité très agréable à Dieu; autrement dit : nous sommes un holocauste offert à Dieu en odeur de suavité. Et autant "parmi ceux qui se sauvent". De sorte qu’ils ne périssent pas, ce qui est une grâce de Dieu- que "parmi ceux qui se perdent". Ce qui est le fruit de leur liberté. Aussi Osée dit (XIII, 9) : Ta perdition vient de toi, Israël ...

Mais les bons et les méchants éprouvent-ils ce parfum de la même manière? Non : "pour les uns, il est une odeur de mort qui conduit à la mort", c’est-à-dire une odeur de haine et de malice les conduisant par occasion à la mort éternelle. Il s’agit de ceux qui, jaloux de la réputation de l’Apôtre, combattaient sa prédication et la conversion des fidèles. Luc II, 34 – Il a été placé dans le monde pour la ruine et la résurrec­tion de beaucoup..." pour les autres il est "une odeur de vie", d’amour et de gloire les conduisant à la vie éternelle : ce sont ceux à qui la prédication de l’Apôtre apporte la joie et la conversion. I Corinthiens 1, 18 – Le langage de la croix est folie pour ceux qui se perdent, mais pour ceux qui se sauvent il est puissance de Dieu.

Ainsi par l’odeur de l’Apôtre les bons vivent et les méchants meurent; ainsi on lit que l’odeur des vignes en fleurs fait mourir les serpents.

75. Donc lorsqu’il dit : "Mais qui donc est apte à un tel ministère?" Il en exclut les faux apôtres. Qui donc parmi eux est apte à ce ministère que nous, les vrais apôtres, nous exerçons? Aucun. Psaume CXXXVIII, 17 – Tes amis, Dieu, ont été grandement honorés...

Mais on lit dans Prov. XXVII, 2 – Qu’un autre vous loue, et non votre bouche... A quoi saint Grégoire répond dans son Commentaire d’Ezéchiel que les saints peuvent faire leur propre éloge pour deux raisons, sans qu’il y ait pour eux de souci de se glorifier et de satisfaire leur vanité.

La première est la volonté de ne pas désespérer dans les épreuves, de même que Job, quand ses ennemis s’efforçaient de l’amener au désespoir, rappela à leur souvenir le bien qu’il avait fait, afin de s’en réconforter. Ainsi disait-il (XXXI, 1) : J’ai fait un traité avec mes yeux... On lit aussi d’un saint père que, lorsqu’il avait une tentation de désespoir, il se remémorait le bien qu’il avait fait afin d’y trouver du réconfort; s’il était tenté d’orgueil, il se remémorait le mal, afin d’en être humilié.

La seconde raison est l’utilité : ils cherchent à avoir meilleure renommée, afin de donner plus de crédit à leur doctrine. C’est pour cela que l’Apôtre se loue; car les Corinthiens lui préféraient les faux apôtres, ils le condamnaient et lui refusaient l’obéissance. Afin de faire taire leur mépris et d’obtenir qu’ils obéissent, il se met en avant et se loue, disant : "Qui donc est apte comme nous à ce ministère?" Non pas les faux apôtres qui, quoi qu’ils prêchent, falsifient la parole de Dieu, ce que nous ne faisons pas.

76. D’où cette parole : "Nous ne sommes pas comme tant d’autres qui falsifient la parole de Dieu", en unissant les contraires, comme les hérétiques, qui, quoiqu’ils confessent le Christ, ne reconnaissant pas en lui le vrai Dieu. Ainsi font les faux autres, qui prétendent qu’il faut garder les observances en même temps que l’Evangile.

De même, ils falsifient la parole de Dieu lorsqu’ils prêchent pour le gain ou pour la gloire. Ainsi on dit adultères les femmes qui reçoivent la semence d’un autre homme pour la propagation de la race. Dans la prédication, la semence n’est rien d’autre que ton but ou ton intention, ou l’applau­dissement de ta propre gloire. Si ton but est le gain, si ton intention est ta propre gloire, tu falsifies la parole de Dieu. C’est ce que faisaient les faux apôtres qui prêchaient pour le gain. Infra. IV, 2 – Nous ne falsifions pas la parole de Dieu… Les Apôtres ne prêchaient ni pour le gain ni pour leur propre gloire, mais pour la gloire de Dieu et le salut du prochain. C’est pourquoi il ajoute : "mais dans la pureté", c’est-à-dire avec une intention droite, non pour le gain, et sans mélange d’aucune impureté. Supra. 1, 12.

77. Il indique trois raisons de cette pureté.

La première vient de la dignité de Celui qui les envoie. Il convient que le messager de la vérité prononce des paroles vraies. C’est pourquoi il dit : "comme elle vient de Dieu", c’est-à-dire avec la pureté d’un message de Dieu. I Pierre IV, 11 – Si quelqu’un parle, que ses paroles soient de Dieu.

La seconde se tire de l’autorité de celui qui présida à son apostolat. C’est pourquoi il dit : "Nous la prêchons devant Dieu"; devant lui notre parole doit être pure. III Reg. XVII, 1 – Le Seigneur vit, en face de qui je me tiens...

La troisième vient de la dignité de la matière. Car la prédication des Apôtres nous entretient du Christ; elle doit donc être pure, comme Dieu est pur, comme le Christ est pur. C’est pourquoi il dit : "dans le Christ", et non selon la loi, comme font les faux apôtres. I Corinthiens II, 2 – Je n’ai rien voulu savoir parmi vous que Jésus, et Jésus crucifié.

 

 

 

Caput 3

 

CHAPITRE III – Les ministres de la nouvelle Alliance

 

Lectio 1

 

Leçon 1 – 2 Co III, 1-5 – La valeur du témoignage de Paul

 

 

1 (n° 78) Allons-nous recommencer à nous faire valoir? (n° 80) Avons-nous besoin, comme certains, de lettres de recommandation auprès de vous, ou faut-il vous en demander?

2 (n° 82) Notre lettre, c’est vous, lettre écrite dans nos coeurs, connue et lue par tout le monde.

3 Oui, vous êtes manifestement une lettre du Christ écrite par nous, non avec de l’encre, mais pas l’esprit du Dieu vivant, non sur des tables de pierre mais sur des tables de chair, sur vos coeurs.

4 (n° 85) Voilà l’assurance que nous avons par le Christ devant Dieu.

5 (n° 86) Ce n’est pas que nous soyons capables de concevoir par nous-mêmes quoi que ce suit comme venant de nous, mais notre capacité vient de Dieu.

 

[87701] Super II Cor., cap. 3 l. 1 Postquam apostolus suam excusationem posuit, in qua benevolentiam captavit auditorum, hic consequenter prosequitur suam intentionem, scilicet tractans de ministris novi testamenti. Et circa hoc duo facit. Primo enim commendat dignitatem bonorum ministrorum; secundo vero exaggerat malitiam malorum ministrorum, et hoc a X cap. et deinceps. Circa primum duo facit. Primo enim commendat ministerium novi testamenti; secundo commendat usum huius ministerii in aliis, exhortando eos ad hoc, ibi VI cap. adiuvantes autem, et cetera. Circa primum commendat huiusmodi ministerium novi testamenti ex tribus. Primo ex dignitate in isto capite; secundo ex usu, cap. IV, ibi ideo habentes, etc.; tertio ex praemio, cap. V, ibi scimus autem quoniam si, et cetera. Circa primum duo facit. Primo removet quamdam obiectionem; secundo commendat ministros novi testamenti, ibi qui et idoneos nos fecit, et cetera. Circa primum sciendum est quod apostolus intendit commendare ministros novi testamenti, quorum ipse erat unus. Et ideo ne Corinthii obiicerent sibi quod in hoc vellet commendare seipsum, statim excludit, dicens incipimus iterum nosmetipsos, et cetera. Ubi duo facit. Primo movet quaestionem; secundo respondet, ibi scilicet aut numquid egemus, et cetera. Quaestio sua talis est: dico quod non sumus adulterantes verbum Dei, sicut pseudo, sed ex sinceritate, sicut ex Deo. Sed numquid hoc dicendo, incipimus iterum nos commendare, id est, dicimus ista ut velimus nostram gloriam quaerere et non Dei? Et dicit iterum, quia in epistola prima commendaverat se satis, cum dixit: ut sapiens architectus, et cetera. Non ergo hoc dicimus, ut quaeramus gloriam nostram, sed Dei. Prov. XXVII, 2: laudet te alienus, et cetera. Huic autem quaestioni respondet, cum dicit aut numquid egemus, et cetera. Et ostendit, quod non libenter commendat se. Et circa hoc duo facit. Primo ostendit quod non indiget commendatione hominum; secundo quod neque etiam hoc requirit ipse ab eis, ibi fiduciam autem talem, et cetera. Circa primum duo facit. Primo ostendit, quod non indiget commendatione eorum ad gloriam propriam; secundo huius causam assignat, ibi epistola nostra vos estis, et cetera. Dicit ergo: dico quod non incipimus commendare nosmetipsos, quia non indigemus commendatione. Et hoc est, quod dicit aut numquid egemus nos, veri ministri, sicut quidam, scilicet pseudo, commendatitiis epistolis, id est laudibus missis, ad vos, ab aliis, aut ex vobis, aliis missis? Sed contra Col. IV, 10 dicitur: Marcus consobrinus Barnabae, de quo accepistis mandatum, et cetera. Etiam legati Papae semper portant litteras commendatitias. Non est ergo malum. Respondeo. Dicendum, quod accipere litteras huiusmodi a personis famosis, ut solum per illas commendentur et honorentur, quousque ipsi ex bonis operibus suis veniant in notitiam, hoc non est malum, hoc faciunt legati Papae. Apostolus vero ita iam erat notus et commendatus apud istos per opera sua, quod non indigebat litteris commendatitiis. Et ideo statim causam huius assignans, subdit epistola nostra vos estis. Quasi dicat: ego habeo bonas litteras, non indigeo aliis. Et ideo circa hoc duo facit. Primo enim ostendit quae sit ista littera quam habet; secundo exponit hoc idem, ibi manifestati, et cetera. Circa primum duo facit. Primo ostendit quae sit illa littera; secundo ostendit eam esse sufficientem ad commendationem propriam, ibi scripta, et cetera. Dicit ergo sic epistola nostra vos estis, id est epistola per quam manifestatur dignitas nostra, qua nos commendamur, ita ut epistolis aliis non indigeamus. Supra II: gloria nostra vos estis. Gal. c. IV, 19: filioli mei quos iterum parturio, et cetera. Sed haec epistola estne sufficiens? Ita, quia scripta, et cetera. Ubi duo tangit, sufficientiam litterarum huiusmodi causantia. Unum est, quod intelligatur et sciatur ab eo pro quo mittitur, alias adhuc quaereret, nisi sciret se eam habere. Et quantum ad hoc dicit scripta in cordibus nostris, quia semper vos habemus in memoria, habentes de vobis specialem curam. Phil. I, 7: eo quod habeam vos, et cetera. Secundum est, quod ille cui mittitur, legat et sciat eam, alias non curaret de commendatione eius. Et quantum ad hoc dicit quae scitur et legitur ab omnibus hominibus. Scitur, inquam, quia per nos instituti estis et conversi. Legitur autem, quia exemplo nostri etiam alii imitantur vos. Hab. II, 2: scribe visum, et explana eum super tabulas, ut percurrat qui legerit eum. Quomodo autem scitur haec epistola, exponit dicens manifestati, et cetera. Et circa hoc tria facit. Primo exponit cuius sit haec littera; secundo quomodo sit scripta, et tertio in quo. Cuius autem sit, sic ostendit, quia Christi. Et ideo dicit manifestati quoniam estis Christi, id est a Christo informati et inducti, scilicet principaliter et auctoritative. Matth. XXIII, 8: unus est magister vester. Sed a nobis secundario et instrumentaliter. Et ideo dicit ministrata a nobis. I Cor. c. IV, 1: sic nos existimet homo, et cetera. I Cor. c. III, 4: quid igitur Cephas, et cetera. Quomodo autem sit scripta, ostendit, quia non atramento, id est non admixta erroribus, sicut pseudo-apostoli; non mutabilis et imperfecta, sicut vetus lex, quae neminem ad perfectum adduxit, Hebr. VII, 19. Nam atramentum nigrum est per quod intelligitur error, et delebile per quod intelligitur mutabilitas. Non, inquam, atramento est scripta, sed spiritu Dei vivi, id est spiritu sancto, quo vivitis, et quo docente instructi estis. Eph. I, 13: in quo signati estis. Ubi autem sit scripta insinuat, subdens non in tabulis lapideis, sicut lex vetus, ut excludat duritiem, quasi dicat: non in lapideis cordibus habentibus duritiem, sicut Iudaei. Act. VII, 51: dura cervice, et cetera. Sed in tabulis cordis carnalibus, id est, in cordibus latis ex charitate, et carnalibus, id est, mollibus ex affectu implendi et intelligendi. Ez. XXXVI, 26: auferam a vobis cor lapideum, et cetera. Fiduciam autem talem, et cetera. Apostolus supra excusavit se, quod non quaerebat gloriam suam quia non indigebat ea, hic vero probat quia ipse non quaerit gloriam propriam, imo omnia bona quae facit, non attribuit sibi, sed Deo. Et circa hoc duo facit. Primo enim attribuit omnia bona, quae habet et facit, Deo; secundo causam huius assignat, ibi non quod sufficientes, et cetera. Dicit ergo primo: dico quod non egemus epistolis commendatitiis, et quod vos estis epistola nostra ministrata a nobis. Nec etiam quaerimus gloriam nostram, sed Christi. Et fiduciam talem, id est dicendi talia, habemus ad Deum, id est referimus in Deum. Vel fiduciam tendentem in Deum, ex cuius viribus hoc dico, quia ipse in me operatur. Quam quidem fiduciam habemus per Christum, per quem accessum habemus ad patrem, ut dicitur Rom. V, 2, qui univit nos Deo. Ier. XVII, 7: benedictus vir, et cetera. Et quia unitus Deo per Christum habeo hanc fiduciam. Ps. XI, 6: fiducialiter agam, et cetera. Causa autem huius fiduciae est, quia quidquid ego facio, etiam ipsum principium operis, Deo attribuo. Et ideo dicit non quod simus sufficientes cogitare, saltem non dicere, vel implere. Nam in quolibet processu operis primo est assensus, qui fit cogitando, deinde collatio per verbum, et postmodum impletio per opus; unde fit, ut sic nec cogitare quis a se habeat, sed a Deo; non est enim dubium, quod non solum perfectio operis boni est a Deo, sed etiam inchoatio. Phil. I, 6: qui coepit in vobis opus bonum, et cetera. Et hoc est contra Pelagianos dicentes, quod inchoatio boni operis est ex nobis, sed perfectio est a Deo. Is. XXVI, 12: omnia opera nostra, et cetera. Sed ex hoc, ne videatur tollere libertatem arbitrii, dicit a nobis, quasi ex nobis, quasi dicat: possum quidem aliquid facere, quod est liberi arbitrii, sed hoc, quod facio, non est ex me, sed a Deo, qui hoc ipsum posse confert; ut sic, et libertatem hominis defendat cum dicit a nobis, id est a nostra parte, et divinam gratiam commendet, cum dicit quasi ex nobis scilicet procedat, sed a Deo. Hoc etiam philosophus vult, quod numquam homo per liberum arbitrium potest quoddam bonum facere, sine adiutorio Dei. Et ratio sua est, quia in his, quae facimus, quaerendum est illud propter quod facimus. Non est autem procedere in infinitum, sed est devenire ad aliquid primum, puta ad consilium. Sic ergo bonum facio, quia consilium mihi inest ad hoc, et hoc est a Deo. Unde dicit, quod consilium boni est ab aliquo, quod est supra hominem, movens eum ad bene operandum. Et hoc est Deus, qui et homines movet et omnia, quae agunt ad actiones suas, sed aliter et aliter. Cum enim huiusmodi motus sit quoddam receptum in moto, oportet quod hoc fiat secundum modum suae naturae, id est, rei motae. Et ideo omnia movet secundum suas naturas. Ea ergo, quorum natura est ut sint liberae voluntatis, dominium suarum actionum habentia, movet libere ad operationes suas, sicut creaturas rationales et intellectuales. Alia autem non libere, sed secundum modum suae naturae. Licet autem non simus sufficientes cogitare aliquid a nobis, tamquam ex nobis, tamen habemus aliquam sufficientiam, qua scilicet bonum possumus velle et credere incipiamus, et hoc a Deo est. I Cor. IV, 7: quid habes, quod non accepisti?

 

78. Après que l’Apôtre a exposé son excuse, dans laquelle il s’est efforcé de gagner la bienveillance de ses lecteurs (n° 11), il poursuit son objet qui est de traiter des ministres de la Nouvelle Alliance.

A. D’abord il fait valoir la dignité des bons ministres.

B. Il met ensuite en lumière la malice des mauvais à partir du chap. X (n° 343).

Divisions de A

I. Il commence par vanter le ministère de la Nouvelle Alliance.

II. Il recommanda aux autres de bien user de ce ministère (chap. VI, n0 203) : "Nous vous exhortons à ne pas recevoir la grâce de Dieu en vain"

Divisions de I – Il vante le ministère de la Nouvelle Alliance par trois considérations

a) par sa dignité (chap. III)

b) par l’usage qu’en font les Apôtres (chap. IV, n° 116) : "Revêtus de ce ministère"....

c) par la récompense qu’il comporte (chap. V, n° 152) : "Nous savons en effet"

Divisions de a)

Il écarte une objection.

Il vante les ministres de la Nouvelle Alliance : (n° 88) "c’est lui qui nous a rendus capables "... Sur la premier point il faut considérer que l’Apôtre se propose de recom­mander les ministres de la Nouvelle Alliance et qu’il était l’un d’aux. Aussi, de peur de se voir objecter par les Corin­thiens qu’il voulait faire son propre éloge, il écarte aussitôt cette objection par ces mots : "Allons-nous recommencer a nous faire valoir?" Il commence donc par soulever la question, puis il y répond (n° 80) : "Avons-nous besoin comme certains"

79. Voici la question qu’il pose : Je dis que nous "falsifions pas la parole de Dieu," comme les faux apôtres, mais que nous la prêchons dans sa pureté, telle qu’elle vient de Dieu. Mais en disant cela, est-ce que "nous ne recommençons pas à nous faire valoir"? Ne cherchons-nous pas notre propre gloire et non celle de Dieu?

Il dit "recommencer", parce que dans la première Épître, il avait suffisamment plaidé sa cause (I Corinthiens III, 10) : Comme un sage architecte j’ai posé les fondations... Ce n’est donc point notre gloire que nous cherchons mais celle de Dieu. Prov. XXVII, 2 – Qu’un autre te loue, mais non ta bouche...

80. A cette question il répond : "Avons-nous besoin comme certains". Et il montre que ce n’est pas de son plein gré qu’il se loue.

A. D’abord il montre qu’il n’a pas besoin de la recommandation des hommes.

B. Ensuite qu’il ne leur demande même rien de cet ordre (n° 84) : "Voilà l’assurance que nous avons"

Divisions de A :

Il montre qu’il n’a pas besoin de leur recomman­dation pour assurer sa propre gloire;

Il explique pourquoi : (n° 82) "Notre lettre, c’est vous"...

81. Nous ne commençons pas à nous faire valoir, dit-il, parce que nous n’avons pas besoin de recommandation. Avons-nous besoin, nous les vrais ministres, comme certains, comme les faux Apôtres, de "lettres de recommandation", c’est-à-dire d’éloges à vous envoyés par d’autres, ou à d’autres par vous?

On objectera Colossiens IV, 10 – Marc, cousin de Barnabé, au sujet de qui vous avez reçu des instructions... Même les légats du Pape portant des lettres de recommandation. Ce n’est donc pas un mal.

Je réponds à cela que recevoir des lettres de ce genre de personnes réputées, pour des hommes qui en attendant seulement de la considération et de l’honneur, jusqu’à ce qu’ils se fassent connaître par leurs bonnes oeuvres, ce n’est pas un mal : c’est ce que font les légats du Pape. Or l’Apôtre avait déjà tant de notoriété et de prestige auprès des Corinthiens, par ses oeuvres, qu’il n’avait pas besoin de lettres de recommandation.

82. Et aussitôt il explique pourquoi : "Notre lettre c’est vous." Comme s’il disait : je possède les lettres les meilleures, je n’en ai pas besoin d’autres. D’abord il montre quelle est cette lettre qu’il possède; plus loin il développer cette idée : (n° 83) "Oui, vous êtes manifestement une leur du Christ"... Sur le premier point il dit d’abord quelle est cette lettre; ensuite il montre qu’elle est suffisante pour sa recommandation : "lettre écrite dans nos coeurs".

Il dit donc : "Notre lettre, c’est vous", c’est-à-dire une lettre qui manifeste notre dignité, qui nous donne un tel prestige que nous n’avons pas besoin d’autres lettres. Supra. 11, 14 (cf. I Thess. 11, 20) : Notre gloire, c’est vous Galates IV, 19 – Mes petits enfants, vous que j’enfante de nouveau...

Mais cette lettre est-elle suffisante? Oui, parce qu’elle est "écrite dans nos coeurs". Ici il touche aux deux raisons qui font cette suffisance. L’une est que cette lettre est comprise et connue de celui pour qui elle est envoyée : il en chercherait d’autres s’il ne savait qu’il la possède. Et il ajoute qu’elle est "écrite dans nos coeurs", parce que vous êtes sans cesse dans notre pensée et que nous avons de vous un souci particulier. Phil. 1, 7 – Je vous porte en mon coeur...

La seconde raison est que celui à qui elle est envoyée la lit et la connaît, de sorte qu’il n’en cherche pas d’autres. C’est pourquoi il dit qu’elle est "connue et lue par tout le monde". On sait, dis-je, que c’est par nous que vous avez été formés et convertis. On apprend même qu’entraînés par notre exemple, d’autres vous imitant. Habaquq II, 2 – Ecris ta vision et grave-la sur des tablettes pour qu’on la lise facilement.

83. Il explique de quelle façon elle est connue en disant : "Oui, vous êtes manifestement une lettre du Christ"... Il expose : de qui elle est. comment elle a été écrite. sur quoi.

Cette lettre est du Christ. "Vous êtes une lettre du Christ", c’est-à-dire que vous avez reçu du Christ votre formation et votre inspiration à titre principal, comme votre auteur. Matthieu XXIII, 8 – Vous n’avez qu’un seul maître; et de nous à titre secondaire comme qu’instrument. Aussi il ajoute : "écrite par nous". I Corinthiens 1 – Qu’on nous regarde comme des serviteurs du Christ. I Corinthiens III, 4 – Qu’est-ce donc que Paul? Et qu’est qu’Apollos?

Ecrite comment? Non avec de l’encre, car elle n’est pas mêlée d’erreurs comme chez les faux apôtres; elle n’est pas sujette au changement et à l’imperfection comme l’ancienne loi, qui n’a amené personne à la perfection (Hébreux VII, 19). L’encre, parce qu’elle est noire, est symbole d’erreur, et parce qu’elle s’efface, elle est symbole de changement. Elle n’est pas écrite avec de l’encre, dis-je, mais "l’Esprit du Dieu vivant", par le Saint Esprit, en qui vous vivez et qui vous a instruits. Ephésiens I, 13 – c’est en Lui qui vous avez été marqués du sceau du Saint Esprit.

Sur quoi elle est écrite? "Non sur des tables de pierre", comme l’ancienne loi, afin d’en bannir la dureté, autrement dit : non sur des coeurs de pierre comme ceux des Juifs. Actes VII, 51 – Hommes à la tête dure… "Mais sur les tables de chair de votre coeur", c’est-à-dire sur des coeurs élargis par la charité, et "charnels", parce qu’ils sont attendris par le désir de posséder et de comprendre. Ezéchiel XXXVI, 26 – Je vous arracherai votre coeur de pierre...

84. "Voilà l’assurance que nous avons"... L’Apôtre s’est défendu plus haut de rechercher sa propre gloire, parce qu’il n’en avait pas besoin (n° 80); il prouve bien ici qu’il ne la cherche pas, mais qu’au contraire il attribue à Dieu et non à soi tout la bien qu’il fait.

Il rapporte à Dieu tout le bien qu’il a en lui et qu’il fait.

Il dégage la raison de son assurance (n° 86) : "Ce n’est pas que nous soyons capables".

85. Il affirme donc : Je dis que nous n’avons pas besoin de lettres de recommandation, et que vous êtes notre lettre, écrite par nous. Et nous ne cherchons pas notre gloire, mais celle du Christ. "Voilà l’assurance" qui nous pousse à parler ainsi, "et nous l’avons devant Dieu", c’est-à-dire que nous la rapportons à Dieu. Ou bien elle est une assurance tendant vers Dieu, dont la force me fait parler parce que c’est Lui qui agit en moi. Et nous l’avons "par le Christ", parce que c’est le Christ qui nous donne accès au Père (cf. Romains V, 2) et qui scelle notre union avec Dieu. Jérémie XVII, 7 – Béni l’homme qui met sa foi en Dieu... C’est parce que je suis uni à Dieu par le Christ que j’ai cette assurance. Psaume XI, 6 – Je le mènerai au salut, dit Dieu...

86. La cause de cette assurance, c’est que, quoi que je fasse -et même l’inspiration de mon oeuvre- j’attribue tout à Dieu. Aussi il dit : "Ce n’est pas que nous soyons capables de concevoir", non pas même de dire ou d’accomplir. Dans le développement d’une oeuvre quelconque, il  y a d’abord l’adhésion à l’oeuvre, qui se fait par la conception, ensuite la comparaison des moyens, qui se fait par le verbe, enfin l’accomplissement de l’oeuvre même. Ainsi on peut considérer que même la conception ne vient pas de soi, mais de Dieu; car il est hors de doute que ce n’est pas seulement l’achèvement de l’oeuvre bonne qui vient de Dieu, mais son commencement. Phil. 1, 6 – Celui qui a commencé en vous une oeuvre excellente en poursuivra l’achèvement, Cette parole va contre l’opinion des Péla­giens[8] qui prétendent que le commencement d’une oeuvre bonne est de nous, mais que son achèvement est de Dieu. Isaïe XXVI, 12 – c’est toi qui as fait en nous toutes nos oeuvres.

Mais pour ne pas sembler détruire le libre-arbitre, il dit : "par nous-mêmes, comme venant de nous"; autrement dit : je puis bien faire quelque chose, ce qui est le propre du libre-arbitre, mais ce que je fais ne vient pas de moi, mais de Dieu, qui accorde le pouvoir même de faire; de sorte qu’il défend la liberté de l’homme lorsqu’il dit : "par nous-mêmes", c’est-à-dire de notre part, et qu’il défend la grâce divine en ajoutent "comme venant de nous", alors que cela vient de Dieu.

87. Cela est conforme à l’idée d’Aristote, qui ne vaut pas que l’homme puisse rien faire de bien par son libre-arbitre sans l’aide de Dieu. Et sa raison est que, dans les choses que nous faisons, il faut chercher à cause de quoi nous les faisons. Cela n’est point une recherche infinie; c’est atteindre l’élément premier, c’est-à-dire la résolution. Ainsi je fais une oeuvre bonne parce que j’ai pris la résolution de la faire, et cela est de Dieu. C’est pourquoi il affirme que la résolution.

Quoique nous ne soyons pas capables de concevoir par nous-mêmes quoi que ce soit comme venant de nous, cependant, nous avons une certaine capacité par laquelle nous pouvons vouloir le bien et commencer à croire, et cette capacité vient de Dieu. I Corinthiens IV, 7 – Qu’as tu que tu ne l’aies reçu?[9]

 

Lectio 2

 

Leçon 2 – 2 Co III, 6-11 – La grandeur des ministres de la nouvelle Alliance

 

 

6 (n° 89) c’est Lui qui nous a rendus aptes à être les ministres de l’Alliance nouvelle, non de la lettre, mais de l’esprit; car la lettre tue, mais l’esprit vivifie.

7 (n° 92) Si le ministère de mort, gravé en lettres sur des pierres, a été entouré d’une telle gloire que les fils d’Israël ne pouvaient tenir leurs regards fixés sur la face de Moïse", à cause de l’éclat de son visage, quoique passager,

8 comment le ministère de l’Esprit n’en serait-il pas davantage entouré?

9 (n° 95) En effet si le ministère de la condam­nation a été glorieux, combien le ministère de la justice le surpassa en gloire.

10 (97) Non, sous ce rapport ce qui a été glorieux autrefois ne l’est pas vraiment, en comparaison de cette gloire suréminente.

11 (n° 99) Si ce qui a été passager a passé par la gloire, à plus forte raison ce qui demeure doit-il être glorieux.

 

[87702] Super II Cor., cap. 3 l. 2 Commendato ministerio novi testamenti, hic consequenter commendat ministros eius. Et primo ponit duo quae respondent verbis praemissis. Praemiserat enim donum a Deo acceptum, cum dixit: sufficientia nostra, etc.; et fiduciam ex dono conceptam, cum dixit: fiduciam talem, et cetera. Primo ergo determinat ea quae pertinent ad donum perceptum; secundo ea quae ad fiduciam conceptam, ibi habentes igitur talem, et cetera. Circa primum tria facit. Primo ostendit donum a Deo susceptum, scilicet ministerium novi testamenti; secundo describit novum testamentum, ibi non littera, sed spiritu; tertio ex dignitate novi testamenti ostendit dignitatem ministrorum eius, ibi si ministratio, et cetera. Dicit ergo: dico quod sufficientia nostra ex Deo est, qui et fecit nos idoneos ministros novi testamenti, Is. LXI, 6: ministri Dei nostri, dicetur vobis. Et in hoc tenemus locum Angelorum. Ps. CIII, 4: qui facit Angelos, et cetera. Sed non solum fecit nos ministros, sed idoneos. Deus enim cuilibet rei dat ea per quae possit consequi perfectionem suae naturae. Unde, quia Deus constituit ministros novi testamenti, dedit et eis idoneitatem ad hoc officium exercendum, nisi sit impedimentum ex parte recipientium. Supra II, 16: et ad haec quis tam idoneus, scilicet sicut apostoli a Deo instituti? Hoc autem novum testamentum quid sit, describit, subdens non littera, et cetera. Et describit ipsum quantum ad duo, scilicet quantum ad illud in quo consistit, et quantum ad causam propter quam datum est, ibi littera enim occidit, et cetera. Circa primum sciendum est quod apostolus loquitur profunde. Dicitur enim Ier. c. XXXI, 31 ss.: feriam domui Israel et domui Iuda foedus novum, non secundum pactum quod pepigi cum patribus vestris. Et post: dabo legem meam in visceribus eorum, et in corde eorum superscribam eam, et cetera. Vetus ergo testamentum scribitur in libro, postmodum sanguine aspergendo, ut dicitur Hebr. IX, 19: accepit sanguinem et aspersit librum, etc., dicens: hic est sanguis, et cetera. Et sic patet, quod vetus lex est testamentum litterae. Sed novum testamentum est testamentum spiritus sancti, quo charitas Dei diffunditur in cordibus nostris, ut dicitur Rom. V, 5. Et sic dum spiritus sanctus facit in nobis charitatem, quae est plenitudo legis, est testamentum novum, non littera, id est per litteram scribendum, sed spiritu, id est per spiritum qui vivificat. Rom. VIII, 2: lex spiritus vitae, id est vivificantis. Causa autem quare datum sit novum testamentum per spiritum, subditur quia littera occidit occasionaliter. Nam littera legis dat solam cognitionem peccati. Rom. III, 20: per legem autem cognitio peccati. Ex hoc autem, quod cognosco peccatum, solum duo sequuntur. Nam lex dum per eam cognoscitur, non reprimit concupiscentiam: sed magis occasionaliter auget, inquantum concupiscentia ferventius fertur in rem prohibitam. Unde huiusmodi cognitio, nondum destructa causa concupiscentiae, occidit; hinc vero addit praevaricationem. Nam gravius est peccare contra legem scriptam et naturalem simul, quam contra legem naturalem solum. Rom. VII, 8: occasione accepta non data, peccatum, et cetera. Licet autem occasionaliter occidat, inquantum scilicet auget concupiscentiam, et addit praevaricationem, non tamen est mala lex vetus, quia ad minus prohibet mala. Est tamen imperfecta, inquantum non removet causam. Est ergo lex sine spiritu interius imprimens legem in corde, occasio mortis. Et ideo necessarium fuit dare legem spiritus, qui charitatem in corde faciens, vivificet. Io. VI, 64: spiritus est, qui vivificat. Consequenter ex his ostendit dignitatem sui ministerii. Et circa hoc duo facit. Primo ostendit, quod ministerium novi testamenti praefertur ministerio veteris testamenti; secundo quod non solum praefertur, sed quod ministerium veteris testamenti quasi nihil habet de gloria in comparatione ad novum, ibi nam nec glorificatum, et cetera. Circa primum duo facit. Primo ostendit quod ministerium novi testamenti praefertur veteri; secundo rationem huius assignat, ibi nam si ministratio, et cetera. Circa primum sciendum est, quod apostolus argumentatur ex hoc quod habetur Exodi XXIV, ubi littera nostra habet, quod Moyses habebat faciem cornutam, ita quod non possent, et cetera. Alia littera habet faciem splendidam, quod melius dicitur. Non enim intelligendum est eum habuisse cornua ad litteram, sicut quidam eum pingunt; sed dicitur cornuta propter radios, qui videbantur esse quasi quaedam cornua. Arguitur autem ex hoc sic. Et primo per unum simile, et est locus a minori. Constat enim quod si aliquid quod minus est, habet aliquid de gloria, quod multo magis illud quod est maius. Sed vetus testamentum est minus quam novum; cum ergo illud fuerit in gloria, ita ut non possent, etc., videtur quod multo magis novum est in gloria. Quod autem vetus testamentum minus sit novo, probat tripliciter. Primo quantum ad effectum, quia illud est testamentum mortis, istud vitae, ut dictum est. Et quantum ad hoc dicit, quod si ministratio mortis, id est vetus, quae est occasio mortis. Et hoc respondet ei quo dicitur littera occidit, et cetera. Secundo quantum ad modum tradendi, quia vetus fuit tradita litteris in tabulis lapideis, nova vero fuit impressa spiritu in cordibus carnalibus. Et hoc innuit, cum dicit litteris deformata, id est perfecte formata, in lapidibus, id est in tabulis lapideis. Et hoc ei respondet, quo dicitur: non littera, sed spiritu, et cetera. Tertio quantum ad perfectionem, quia gloria veteris testamenti sine fiducia est, quia neminem ad perfectum adduxit lex. In novo vero est gloria cum spe melioris gloriae, scilicet sempiternae. Is. LI, 6: salus mea in sempiternum erit. Et hoc innuit, cum dicit quae evacuatur, Gal. V, 2: quod si circumcidamini, Christus nihil, et cetera. Conclusio ponitur, cum dicit quomodo non magis, quod planum est. Horum autem rationem assignat consequenter, cum dicit nam si ministratio, et cetera. Et est ratio sua talis: gloria magis debetur iustitiae, quam damnationi, sed ministerium novi testamenti est ministerium iustitiae, quia iustificat interius vivificando. Ministerium autem veteris testamenti est ministerium damnationis occasionaliter. Supra eodem: littera occidit, spiritus autem vivificat. Cum ergo ministratio damnationis, id est, ministratio veteris testamenti, quae occasionaliter est causa damnationis, ut dictum est, est in gloria, quae apparuit in facie Moysi, constat quod multo magis abundat in gloria, id est, dat abundantem gloriam ministris eius, ministerium iustitiae, id est, novi testamenti, per quod datur spiritus, per quem est iustitia et consummatio virtutum. Prov. III, 35: sapientes gloriam possidebunt. Consueverunt hoc in loco fieri quaestiones de comparatione Moysi et Pauli, sed, si recte considerentur verba apostoli, non sunt necessariae, quia hic non fit comparatio personae ad personam, sed ministerii ad ministerium. Sed quia possent pseudo-apostoli dicere quod licet maius ministerium sit novi testamenti quam ministerium veteris testamenti non tamen est multo maius, et ideo bonum est quod illi ministerio, et isti intendamus, quod et faciebant, quia simul servabant legalia cum Evangelio. Ideo hic consequenter apostolus hoc improbat, cum dicit nam nec glorificatum, et cetera. Et circa hoc duo facit. Primo enim ostendit, quod ministerium novi testamenti absque aliqua comparatione excedit ministerium veteris; secundo causam huius assignat, ibi si enim quod evacuatur, et cetera. Dicit ergo: dixi quod ministerium iustitiae abundat in gloria, et intantum quod gloria veteris ministerii non est dicenda gloria, quia nec glorificatum, etc.: quod dupliciter exponitur. Primo modo sic quia nec, etc., id est illa gloria nihil est in comparatione ad istam novi testamenti, quia illa gloria non est omnibus ministris collata, sed solum Moysi, et non claruit in toto Moyse, sed in parte, id est in facie solum particulariter. Et ideo nec glorificatum est, id est nec glorificari debet, propter excellentem gloriam, id est comparatione excellentis gloriae novi testamenti, quae abundat gratia, ut per eam purificati homines possent videre non gloriam hominis, sed Dei. Secundo modo ut punctetur sic: nec glorificatum est quod claruit; quasi dicat: nam in hac parte, id est in respectu huius naturae particularis, qui sumus servi, non est glorificatum, id est non gloriosum illud quod claruit in veteri testamento; et hoc propter excellentem gloriam, quae est in novo, quia illa est gloria Dei patris. Huius autem causam assignat consequenter, cum dicit si enim quod evacuatur, et cetera. Et est ratio sua talis: illud quod datur ut transeat, nihil est in respectu ad illud quod datur ut semper maneat. Si ergo testamentum vetus, quod evacuatur, tollitur, I Cor. c. XIII, 10: cum venerit quod perfectum est, evacuabitur quod ex parte est, et cetera. Per gloriam enim Moysi ministratum saltem per particularem gloriam. Constat quod testamentum novum manet, quia hic inchoatur, et perficitur in patria. Lc. XXI, 33: caelum et terra transibunt, verba autem mea non transibunt. Erit multo magis in gloria aeterna, in qua perficietur. Erit, inquam, nobis, qui sumus eius ministri.

 

88. Ayant glorifié le ministère de la Nouvelle Alliance (n° 78), l’Apôtre glorifia ses ministres. Et il place d’abord deux considérations qui répondent aux expressions précédentes. En effet il avait mis en avant le don reçu Dieu, en disant (verset 5) : Notre capacité vient de Dieu, l’assurance conçue à la suite de ce don (verset 4) : Voilà L’assurance que nous avons... D’abord il détermine les conditions du don reçu, puis en second lieu celles de l’assurance conçue (n° 100) : "Ayant donc un tel espoir"...

Sur le premier point :

Il montre le don reçu de Dieu, c’est-à-dire ministère de la Nouvelle Alliance.

Il définit la Nouvelle Alliance (n° 90) : "non de lettre mais de l’esprit"

Par la dignité de la Nouvelle Alliance il montre celle de ses ministres (n° 92) : "Si le ministère de mort"...

89. Je dis, affirme l’Apôtre, que notre capacité vient de Dieu, "qui nous a rendus aptes à être les ministres de l’Alliance Nouvelle". Isaïe LXI, 6 – On vous nomme, ministres de notre Dieu. Et en cela nous tenons la place des anges. Psaume CIII, 4 – Toi qui fais des vents tes messagers...

Mais Il n’a pas seulement fait de nous des ministres, Il nous a "rendus aptes à l’être". Dieu en effet donne à tout être le moyen d’atteindre la perfection de sa nature. Aussi, puisque Dieu a établi des ministres de la Nouvelle Alliance, Il leur a donné aussi l’aptitude à exercer leur office, à moins d’un obstacle de la part de ceux qui reçoivent leur parole. Supra. II, 16 – Et qui donc est apte à un tel ministère, sinon les Apôtres institués par Dieu?

90. Il définit ce qu’est la Nouvelle Alliance, qui est "non de la lettre mais de l’esprit" et sa définition considère en quoi elle consiste, la raison pour laquelle elle a été donnée (n° 91) : "La lettre tue"...

Sur le premier point, il faut savoir que l’Apôtre parle avec profondeur. En effet on lit dans Jérémie. XXXI, 31 – Je conclurai avec la maison de Juda une alliance nouvelle, non comme celle que j’ai conclue avec leurs pères. Et plus loin Je mettrai ma loi dans leurs entrailles et je l’écrirai dans leur coeur. Donc l’Ancienne Alliance est écrite dans un livre et elle sera par la suite aspergée de sang, comme on lit dans Hébreux IX, 19 – Moïse prit le sang et aspergea le livre.., disant Voici le sang de l’Alliance...

Il est clair que l’ancienne loi est l’alliance de la lettre. Mais la Nouvelle Alliance est celle de l’Esprit Saint, par laquelle la charité de Dieu se répand dans nos coeurs, comme on lit dans Romains V, 5 – et ainsi, tandis que le Saint Esprit fait naître en nous la charité, qui est la plénitude de la loi, il y une alliance nouvelle fondée non "sur la lettre", c’est-à-dire sur un texte écrit, mais sur l’Esprit qui vivifie. Romains VIII, 2 – La loi de l’Esprit de vie, c’est-à-dire qui donne la vie.

91. La raison pour laquelle la Nouvelle Alliance nous donnée par l’Esprit, c’est que "la lettre tue" par occasion. Car la lettre de la loi donne seulement la connaissance du péché. Romains III, 20 – La loi ne fait que donne connaissance du péché. Deux conséquences découlent de ce que je connais le péché. Car la loi qui nous donne cette connaissance ne réprime pas la concupiscence, mai l’augmente plutôt, dans la mesure où la concupiscence se porte avec plus d’ardeur vers la chose défendue. Donc une telle connaissance tue, la cause de la concupiscence n’étant pas encore détruite, et elle ajoute la transgression. Car il est plus grave de pécher contre une loi à la fois écrite et naturelle que contre une loi naturelle seulement. Romains VII, 8 – L’occasion ayant été saisie, -non donnée-, le péché fait naître en moi toutes sortes de convoitises...

Quoiqu’elle tue par occasion, dans la mesure où elle augmente la concupiscence et ajoute la transgression, l’ancienne loi n’est cependant pas mauvaise, parce qu’au moins elle défend le mal. Mais elle est imparfaite parce qu’elle n’écarte pas la cause du mal. Elle est donc une loi privée de l’esprit, qui, s’imprimant dans le coeur, est une occasion de mort. C’est pourquoi il fut nécessaire de donner une loi de l’esprit qui, faisant naître la charité dans le coeur, lui donne la vie. Jean. VI, 64 – c’est l’Esprit qui donne vie...

92. En conséquence des points établis, (n° 88) il montre la dignité de son ministère.

A. Il montre que le ministère de la Nouvelle Alliance est supérieur à celui de l’Ancienne Alliance.

B. Et que non seulement il est supérieur, mais que le ministère de l’Ancienne Alliance ne peut se comparer pour la gloire dont il est entouré à celui de la Nouvelle Alliance (n° 97) : "Ce qui a été glorieux autrefois"...

Divisions de A :

il montre cette supériorité.

il en dégage la raison (n° 95) : "Si le ministère de la condamnation a été glorieux".

93. Sur le premier point, l’Apôtre argumente d’après le récit de l’Exode XXIV (XXXIV, 30 et 35) où notre texte porte que le visage de Moïse avait des cornes de telle sorte que les fils d’Israël ne pouvaient tenir leurs regards fixés sur la face de Moïse. Un autre texte porte "le visage resplendissant de Moïse", ce qui est meilleur. Il ne faut pas comprendre qu’il portait des cornes à la lettre, comme certains le peignent, mais que son visage émettait des rayons qui semblaient des espèces de cornes. Voici comme il raisonne. Il procède par similitude et tire sa preuve de l’être inférieur. Il est certain en effet que, si un être inférieur possède quelque gloire, ce qui lui est supérieur doit en posséder bien davantage. Or l’Ancienne Alliance est inférieure à la nouvelle. Puisqu’elle a été entourée d’une telle gloire que les fils d’Israël ne pouvaient tenir leurs regards fixés sur la face de Moïse, il semble que la Nouvelle Alliance doive avoir une gloire infiniment plus grande.

94. Il prouve de trois manières que l’Ancienne Alliance est inférieure à la Nouvelle.

Quant à son effet, car elle est une alliance de mort, et la nouvelle une alliance de vie, comme il a été dit. Il en parle comme d’un "ministère de mort", parce qu’elle est une occasion de mort. Et il rappelle que la lettre tue.

Quant à son mode de transmission, car l’Ancienne Alliance fut transmise par l’écriture sur des tables de pierre, et la Nouvelle fut imprimée par l’Esprit sur des coeurs de chair. C’est ce qu’il indique en disant qu’elle est "gravée en lettres", c’est-à-dire parfaitement dessinée, sur des pierres, ou des tables de pierre. Et il répond que la Nouvelle Alliance est un ministère non de la lettre, mais de l’esprit.

Quant à sa perfection. La gloire de l’Ancienne Alliance ne donne aucune assurance parce que la loi ne conduit personne à la perfection. A la Nouvelle Alliance appartient la gloire, avec l’espérance d’une gloire plus belle, c’est-à-dire éternelle, Isaïe LI, 6 – Mon salut sera éternel. C’est ce qu’il veut dire lorsqu’il parle d’un "éclat passager" Galates V, 2 – Si vous vous faites circoncire, le Christ ne vous servira de rien. La conclusion est posée au verset 8, et elle est évidente.

95. Il en donne la raison en ces mots : "Si la ministère de la condamnation a été glorieux"... En effet la justice doit être plus glorieuse que la condamnation : or la Nouvelle Alliance est un ministère de justice, qui justifie en donnant la vie intérieure. L’Ancienne Alliance est un ministère de condamnation par occasion. Supra, V. 6 – La lettre tue et l’esprit vivifie. Puisque "le ministère de la condamnation", celui de l’Ancienne Alliance, qui est par occasion une cause de condamnation, est entouré d’une gloire qui apparut sur le visage de Moïse, il est certain qu’il est "bien davantage entouré de gloire", c’est-à-dire qu’il donne une pleine gloire à ses ministres, ce "ministère de justice", celui de la Nouvelle Alliance, par lequel nous recevons l’esprit, et qui établit la justice ainsi que la consommation des vertus. Prov. III, 35 – Les sages posséderont la gloire.

96. On a coutume ici de soulever la question de la comparaison de Moïse et de Paul. Mais si on considère correctement les paroles de l’Apôtre, cela n’est pas nécessaire, parce qu’il y a ici comparaison, non de deux hommes, mais de deux ministères.

97. Mais les faux apôtres pourraient dire que, bien que le ministère de la Nouvelle Alliance soit supérieur à celui de l’Ancienne Alliance, il ne l’est pas tellement, et que par conséquent il est bon que nous considérions l’un et l’autre ministère, comme eux le font, puisqu’ils observent à la fois les préceptes de la loi et de l’Evangile. C’est ce que l’Apôtre rejette par ces mots : "Ce qui a été glorieux autrefois ne l’est pas vraiment"...

Il montre que le ministère de la Nouvelle Alliance sans aucune comparaison surpasse le ministère de l’Ancienne.

Il en donne la raison (n° 99) : "Si ce qui est passager"...

98. Voici son raisonnement. J’ai dit que le ministère de justice est riche de gloire et que la gloire de l’ancien ministère ne doit pas être dite une vraie gloire, "parce que qui a été glorieux autrefois ne l’est pas vraiment", cela s’explique de deux façons : Premier sens. Cette gloire n’est rien en comparaison celle de la Nouvelle Alliance, parce qu’elle n’a pas conférée à tous les ministres et qu’elle n’a pas brillé Moïse tout entier mais sur une partie de sa personne, son visage. Ainsi cette gloire, qui a brillé partiellement en Moïse "n’est pas vraiment glorieuse en comparaison de la gloire suréminente" qui est celle de la Nouvelle Alliance, qui riche en grâce, afin que les hommes, purifiés par cette grâce puissent voir la gloire, non d’un homme, mais de Dieu.

Second sens. On peut ponctuer différemment et placer virgule, non après glorificatum est, mais après claruit. Le sens de In hac parte serait : sous ce rapport, c’est-à-dire en considération de notre nature particulière d’esclaves, ce qui a brillé dans l’Ancienne Alliance n’est rien de glorieux, et cela comparaison de la gloire suréminente qui est dans la Nouvelle Alliance, parce que c’est la gloire de Dieu le Père.

99. Et voici la raison qu’il donne : "Si ce qui est passager a passé par la gloire"...

Ce qui est donné afin de passer n’est rien en considé­ration de ce qui est donné afin de demeurer toujours. L’Ancienne Alliance, étant passagère, a pris fin I Corinthiens XIII, 10 – Quand viendra ce qui est parfait, ce qui est imparfait disparaîtra... La gloire de Moïse en effet n’est qu’une gloire qui lui est particulière.

Il est certain que la Nouvelle Alliance demeure, parce qu’elle commence ici-bas et s’achève dans la Patrie. Luc XXI, 33 – Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront pas. A plus forte raison doit-elle être glorieuse "d’une gloire éternelle", où elle trouvera son achèvement. Sa gloire, dis-je, sera nôtre, puisque nous sommes ses ministres.

Lectio 3

 

Leçon 3 – 2 Co III, 12-18 – La supériorité par rapport à l'Ancienne Alliance

 

 

12 (n° 100) Ayant donc une telle assurance, nous sommes pleins d’espérance,

13 (n° 102) et nous ne faisons pas comme Moïse qui mettait un voile sur son visage pour empêcher la fils d’Israël de voir s’éteindre un éclat passager.

14 (n° 106) Mais leur entendement a été aveuglé en effet jusqu’à ce jour dans la lecture de l’Ancien Testament, la même voile demeure (c’est dans le Christ qu’il est levé).

15 (n° 108) Mais jusqu’à aujourd’hui, quand on lit Moise, un voile est sur leur coeur.

16 (n° 109) Quand on se convertit au Seigneur, le voile tombe.

17 (n° 111) Or la Seigneur, c’est l’Esprit. Où "l’Esprit du Seigneur, là est la liberté".

18 (n° 113) Et nous tous, qui réfléchissons sur nos visages découverts la gloire du Seigneur, nous somme transfigurés en cette même image de clarté en clarté comme par l’esprit du Seigneur.

 

[87703] Super II Cor., cap. 3 l. 3 Positis his quae pertinent ad commendationem doni percepti a Deo, hic consequenter ponit ea quae pertinent ad commendationem fiduciae de ipso dono conceptae. Circa hoc autem duo facit. Primo ponit fiduciam ex dono conceptam; secundo vero comparat fiduciam veteris et novi testamenti, ibi et non sicut Moyses. Dicit ergo primo: habentes igitur talem spem, ex hoc scilicet quod nobis dictum est, scilicet videndi gloriam Dei, Rom. c. VIII, 24: spe enim salvi facti sumus, multa fiducia utimur, id est, confidenter operamur ea quae pertinent ad usum huius ministerii, ex quo crescit nobis spes. Prov. XXVIII, v. 1. Iustus quasi leo confidens absque terrore erit. Ier. XVII, 7: benedictus vir qui confidit in domino. Consequenter, sicut praetulit donum dono, ita praefert fiduciam novi testamenti fiduciae veteris testamenti, cum dicit et non sicut Moyses, et cetera. Et circa hoc duo facit: primo proponit factum in veteri testamento; secundo exponit, ibi quod evacuatur, et cetera. Factum autem quod proponit legitur Exodi XXXIV, 34, ubi dicitur quod Moyses quando loquebatur ad populum, velabat faciem suam, quia propter claritatem vultus eius non poterant respicere in eum filii Israel. Et ideo dicit et non sicut Moyses, etc., quasi dicat: dico quod utimur multa fiducia, et tanta, quod non accidit nobis, sicut Moyses faciebat eis, scilicet non revelando faciem suam populo, quia nondum venerat tempus revelandi claritatem veritatis. Habemus ergo nos fiduciam absque velamine. Consequenter exponit hoc quod dixerat, de velamine, dicens quod evacuatur, et cetera. Velamen enim illud erat obscuritas figurarum, quae per Christum evacuata est. Et circa hoc tria facit. Primo enim ponit evacuationem huius velaminis; secundo quomodo haec evacuatio habet locum in Iudaeis, ibi sed obtusi, etc.; tertio quomodo non habeat locum in ministris novi testamenti, ibi nos vero revelata, et cetera. Dicit ergo quod Moyses ponebat velamen, scilicet figurae, super faciem suam, quod, scilicet velamen, evacuatur, id est tollitur per Christum, scilicet implendo in veritate quod Moyses tradidit in figura, quia omnia in figura contingebant illis. Sic enim Christus per mortem suam removit velamen de occisione agni paschalis, et ideo statim cum emisit spiritum, velum templi scissum est. Item, in mittendo spiritum sanctum in corda credentium, ut intelligerent spiritualiter quod Iudaei carnaliter intelligunt. Et hoc velamen removit, cum aperuit eis sensum, ut intelligerent Scripturas, Lc. ult. Qualem autem effectum habeat in Iudaeis haec evacuatio, ostendit, dicens sed obtusi, et cetera. Et circa hoc duo facit. Primo ostendit, quod remotum ab illis non fuit in statu infidelitatis; secundo ostendit, quod removebitur in eorum conversione, ibi cum autem conversus fuerit, et cetera. Circa primum duo facit. Primo ostendit rationem quare haec evacuatio non habet locum in Iudaeis; secundo, ex hoc ostendit eos adhuc habere velamen, ibi sed usque in hodiernum diem, et cetera. Dicit ergo quod evacuatur in his qui credunt, sed non quantum ad Iudaeos infideles. Et ratio huius est, quia obtusi sunt sensus eorum, id est ratio eorum hebes est, et sensus eorum imbecilles et obtusi sunt, nec possunt videre claritatem divini luminis, id est divinae veritatis, absque velamine figurarum. Et huius ratio est quia claudunt oculos, ut non videant, quia velum templi scissum est. Et ideo est ex eorum culpa infidelitatis, non ex defectu veritatis, quia, remoto velamine, omnibus aperientibus oculos mentis per fidem clarissime veritas manifestatur. Rom. XI, 25: caecitas ex parte contigit in Israel. Io. IX, 39: in iudicium veni in hunc mundum, et cetera. Sic enim prophetaverat Isaias VI cap.: excaeca cor populi huius, et cetera. Et vere intantum obtusi sunt sensus eorum, ut veritatem nobis manifestatam usque in hodiernum diem non intelligant. Sed idipsum velamen, quod erat in veteri testamento, antequam velum templi scissum esset in lectione veteris testamenti, quia non aliter intelligunt illud, quam ante, quia adhuc innituntur figuris, ut veritatem non revelent, id est non intelligant: sic velamen Dei, non figuram, sed veritatem credunt, quod scilicet evacuatur quantum ad fideles, et quantum in se est omnibus per Christum, id est in fide Christi, sed in eis non manet, quia non credunt venisse Christum. Consequenter cum dicit sed usque in hodiernum diem, etc., ostendit quomodo adhuc apud Iudaeos est velamen quantum ad infideles, licet remotum sit per Christum. Circa quod sciendum est, quod velamen dicitur apponi alicui dupliciter: aut quia apponitur rei visae ne possit videri, aut quia apponitur videnti ne videat. Sed Iudaeis in veteri lege utroque modo appositum erat velamen. Nam et corda eorum excaecata erant, ne cognoscerent veritatem propter eorum duritiem, et vetus testamentum nondum completum erat, quia nondum veritas venerat. Unde in signum huius velamen erat in facie Moysi et non in faciebus eorum, sed, veniente Christo, velamen remotum est a facie Moysi, id est a veteri testamento, quia iam impletum est, sed tamen non est remotum a cordibus eorum. Et hoc est quod dicit sed usque in hodiernum diem, quasi dicat: amotum est a fidelibus veteris testamenti velamen, sed adhuc cum legitur Moyses, id est, cum exponitur eis vetus testamentum, Act. c. XV, 21: Moyses a temporibus antiquis habet in singulis civitatibus, qui eum praedicent in synagogis, etc., velamen, id est caecitas, est positum super cor eorum. Rom. XI, 25: caecitas ex parte contigit, et cetera. Quando autem et quomodo removetur ab eis illud velamen, ostendit consequenter, cum dicit cum autem conversus, et cetera. Et primo describit modum removendi hoc velamen; secundo rationem huius reddit, ibi dominus autem spiritus, et cetera. Dicit ergo, quod illud velamen adhuc est in eis, sed non quod vetus testamentum sit velatum, sed quia corda eorum velata sunt. Et ideo, ad hoc ut removeatur, nihil restat, nisi quod convertantur, et hoc est quod dicit cum autem conversus fuerit, scilicet aliquis eorum ad Deum per fidem in Christum, ex ipsa conversione auferetur velamen. Is. X, 21: reliquiae convertentur, et cetera. Et hoc idem habetur Rom. IX, 27. Et nota, quod cum ageret de caecitate, loquitur in plurali, unde dicit super corda eorum, cum vero loquitur de conversione, loquitur in singulari dicens cum autem conversus, ut ostendat eorum facilitatem ad malum, et difficultatem ad bonum, quasi pauci convertantur. Ratio autem quare convertantur, et velamen removeatur, hoc modo est, quia Deus vult. Posset enim dicere, quod velamen illud appositum est ex praecepto domini, et ideo non potest removeri. Sed apostolus ostendit, quod non solum potest removeri, imo quia removetur per eum, qui est dominus. Et hoc est, quod dicit dominus enim, et cetera. Quod potest dupliciter legi. Uno modo, ut spiritus teneatur ex parte subiecti, ut dicatur: spiritus, id est spiritus sanctus, scilicet qui est auctor legis, est dominus, id est operatur ex proprio libertatis arbitrio. Io. III, 8: spiritus ubi vult spirat. I Cor. XII, 11: dividens singulis prout vult. Ubi autem spiritus domini, ibi libertas; quasi dicat: quia spiritus est dominus, potest dare libertatem, ut possimus libere uti Scriptura veteris testamenti absque velamine. Et ideo, qui non habent spiritum sanctum, non possunt libere uti. Gal. V, 13: vos in libertatem vocati estis. I Petr. II, 16: quasi liberi, et non quasi velamen habentes malitiae libertatem. Alio modo, ut per dominum intelligatur Christus, et tunc legitur sic dominus, id est Christus, est spiritualis, id est spiritus potestatis, et ideo ubi est spiritus domini, id est lex Christi spiritualiter intellecta, non scripta litteris, sed per fidem cordibus impressa, ibi est libertas, ab omni impedimento velaminis. Sciendum autem, quod occasione istorum verborum, scilicet ubi spiritus domini, ibi libertas, et illorum, scilicet iusto lex non est posita, aliqui erronee dixerunt quod viri spirituales non obligantur praeceptis legis divinae. Sed hoc est falsum; nam praecepta Dei sunt regula voluntatis humanae. Nullus autem homo est, nec etiam Angelus, cuius voluntatem non oporteat regulari et dirigi lege divina. Unde impossibile est aliquem hominem praeceptis Dei non subdi. Hoc autem quod dicitur iusto lex non est posita, exponitur, id est, propter iustos, qui interiori habitu moventur ad ea quae lex Dei praecipit, lex non est posita: sed propter iniustos, non quin etiam iusti ad eam teneantur. Et similiter ubi spiritus domini, ibi libertas, intelligitur, quia liber est, qui est causa sui: servus autem est causa domini; quicumque ergo agit ex seipso, libere agit; qui vero ex alio motus, non agit libere. Ille ergo, qui vitat mala, non quia mala, sed propter mandatum domini, non est liber; sed qui vitat mala, quia mala, est liber. Hoc autem facit spiritus sanctus, qui mentem interius perficit per bonum habitum, ut sic ex amore caveat, ac si praeciperet lex divina; et ideo dicitur liber, non quin subdatur legi divinae, sed quia ex bono habitu inclinatur ad hoc faciendum, quod lex divina ordinat. Deinde, cum dicit nos vero omnes, etc., ostendit quomodo Christi fideles sunt omnino liberi ab hoc velamine. Dicit ergo: dico quod ab illis aufertur velamen hoc, cum aliquis conversus fuerit sicut nos, non aliquis, sed omnes, qui sumus Christi fideles. Lc. VIII, 10: vobis datum est, et cetera. Revelata facie, non habentes velamen supra cor, sicut illi. Et intelligitur per faciem, cor, seu mens, quia sicut per faciem videt quis corporaliter, ita per mentem spiritualiter. Ps. CXVIII, 18: revela oculos meos, et cetera. Gloriam domini, non Moysi: gloria enim significat claritatem, ut dicit Augustinus. Iudaei autem videbant quamdam gloriam in facie Moysi ex hoc, quod locutus est cum Deo. Sed haec gloria est imperfecta, quia non est claritas ex qua ipse Deus est gloriosus; et hoc est cognoscere ipsum Deum. Vel gloriam domini, id est, filium Dei. Prov. X: gloria patris, filius sapiens, et cetera. Speculantes non sumitur hic a specula, sed a speculo, id est ipsum Deum gloriosum cognoscentes per speculum rationis, in qua est quaedam imago ipsius. Et hunc speculamur quando homo ex consideratione sui ipsius assurgit in cognitionem aliquam de Deo, et transformatur. Cum enim omnis cognitio sit per assimilationem cognoscentis ad cognitum, oportet quod qui vident, aliquo modo transformentur in Deum. Et siquidem perfecte vident, perfecte transformantur, sicut beati in patria per fruitionis unionem, I Io. III, 2: cum autem apparuerit, et cetera. Si vero imperfecte, imperfecte, sicut hic per fidem, I Cor. XIII, 12: videmus nunc per speculum in aenigmate. Et ideo dicit in eamdem imaginem, id est sicut videmus, transformamur, inquam, a claritate in claritatem, in quo distinguit triplicem gradum cognitionis in discipulis Christi: primus est a claritate cognitionis naturalis in claritatem cognitionis fidei. Secundus est a claritate cognitionis veteris testamenti, in claritatem cognitionis gratiae novi testamenti. Tertius est a claritate cognitionis naturalis et veteris et novi testamenti, in claritatem visionis aeternae. Infra IV, 16: licet is qui foris est, et cetera. Sed unde est hoc? Non ex littera legis, sed tamquam a spiritu domini. Rom. VIII, v. 14: quicumque spiritu Dei aguntur. Ps. CXLII, 10: spiritus tuus bonus deducet, et cetera.

 

100. Ayant exposé tout ce qui concerne la glorifi­cation du don reçu de Dieu (n° 88), il en vient à l’assurance conçue par l’effet de ce don lui-même.

Il expose l’assurance que ce don fait concevoir.

Il compare l’assurance donnée par l’Ancienne Alliance et par la Nouvelle (n° 102) : "Nous ne faisons pas comme Moïse".

101. "Ayant donc une telle espérance", dit-il, par suite de la parole que nous avons reçue, c’est-à-dire l’espérance de voir la gloire de Dieu, Romains VIII, 24 – c’est en espérance que nous sommes sauvés, "nous sommes pleins d’assurance", nous accomplissons avec confiance tout ce qui regarde les fonctions de notre ministère, et par là notre espérance s’accroît. Prov. XXVIII, 1 – Le juste a l’assurance d’un lion. Jérémie XVII, 7 – Bienheureux l’homme qui se confie dans le Seigneur.

102. En conséquence, après avoir montré la supériorité de la Nouvelle Alliance sur l’Ancienne par le don de Dieu, il la montre par l’assurance qu’elle donne : "Nous ne faisons pas comme Moïse"...

Il expose le fait dans l’Ancien Testament.

Il expose (n° 104) que "l’Ancienne Alliance n’a qu’un éclat passager".

103. On peut lire le fait qu’il nous propose dans l’Exode XXXIV, 34 – quand Moïse parlait au peuple, il se voilait la face parce que, à cause de l’éclat de son visage, les fils d’Israël ne pouvaient fixer leurs regards sur lui. C’est pourquoi il déclare : "Nous ne faisons pas comme Moïse" autrement dit : je dis que nous avons une grande assurance si grande que nous nous abstenons d’imiter Moïse, qui dévoilait pas son visage devant le peuple, parce que le temps n’était pas encore venu de dévoiler l’éclat de la vérité. Nous avons donc une assurance sens voile.

104. Il explique donc ce qu’il a dit au sujet de voile qui cachait "un éclat passager"... Ce voile était l’obscurité des figures, et le Christ l’a dissipée.

Il explique la disparition de ce voile.

Il explique comment cette disparition a lieu chez les Juifs (n° 106) : "Mais leurs esprits ont été aveuglés"...

et comment elle n’a pas lieu de se faire chez les ministres de la Nouvelle Alliance (n° 113) : "Pour nous, réfléchissant la gloire du Seigneur".

105. Il dit donc que Moïse posait un voile sur son visage, - il s’agit des figures-, et que "ce voile disparaît", c’est-à-dire est levé par le Christ, en accomplissant dans la vérité ce que Moïse a transmis en figure, parce que toutes choses arrivaient aux Juifs en figure. Ainsi le Christ par sa mort a écarté la voile de l’immolation de l’agneau pascal aussi dès qu’il eut rendu l’esprit, le voile du temple se déchira. Il fit de même en envoyant la Saint Esprit dans les coeurs des fidèles, afin qu’ils comprissent spirituellement ce que les Juifs comprennent charnellement. Il écarta ce voile lorsqu’il leur ouvrit le sens, afin qu’ils comprissent les Ecritures. Luc XXIV, 45.

106. Quel effet produit cette disparition chez les Juifs, il le montre en disant : "Mais leur entendement a été aveuglé"…

A. Il montre que le voile n’a pas été écarté de leur coeur dans l’état d’infidélité.

B. Il montre qu’il le sera au moment de leur conversion (n° 109) : "Quand on se convertit."

Divisions de A :

1- Il dégage la raison pour laquelle cette disparition n’a pas lieu chez les Juifs.

2- Il montre qu’ils conservent encore ce voile (n° 108) : "Mais jusqu’à aujourd’hui"...

107. Il affirme donc que ce voile disparaît chez ceux qui voient, mais non chez les Juifs infidèles. Et la raison en est que leur entendement est aveugle, c’est-à-dire que leur raison est émoussée, leur esprit impuissant et obtus : ils ne peuvent voir la clarté de la lumière divine, celle de la vérité divine, sans le voile des figures. Ils ferment les yeux afin de ne pas voir que le voile du temple s’est déchiré. Et cela vient de leur infidélité coupable, non de la défaillance de la vérité; car, le voile étant écarté, la vérité se manifeste très clairement à tous ceux qui ouvrent les yeux de leur esprit par la foi. Romains XI, 25 – Une partie d’Israël est tombée dans l’aveuglement. Jean. IX, 39 – Je suis venu dans ce monde pour un jugement... C’est ainsi que l’avait prophétisé Isaïe, VI, 10 – Aveugle le coeur de ce peuple...

Et vraiment leur entendement a été aveuglé, de sorte que jusqu’à aujourd’hui ils ne comprennent pas la vérité qui s’est manifestée à nous. Mais ce voile lui-même qui était sur l’Ancien Testament, avant que le voile du temple se fût déchiré, demeure dans la lecture de l’Ancien Testament, parce qu’ils ne le comprennent pas autrement qu’auparavant : ils s’appuient sur les figures, mais ne leur demandent pas la révélation de la vérité; ils ne comprennent donc pas. Ainsi ils croient que le voile de Dieu est, non pas une figure, mais la vérité. Ce voile disparaît pour les fidèles, et pour tous autant que cela leur est donné par le Christ, c’est-à-dire dans la foi au Christ. Mais il subsiste chez les Juifs, parce qu’ils ne croient pas que le Messie soit venu.

108. En conséquence lorsqu’il dit : "jusqu’à aujourd’hui", il montre comment le voile subsiste encore pour les Juifs en tant qu’infidèles, quoique le Christ l’ait fait disparaître.

Ici ce voile peut s’entendre de deux manières. Ou bien il est posé sur la chose vue pour qu’elle ne puisse être vue; ou bien sur celui qui regarde pour qu’il ne puisse voir. Pour les Juifs de l’ancienne loi il y avait voile dans les deux sens. Car leurs coeurs étaient aveuglés, afin qu’ils ne connussent pas la vérité à cause de leur dureté, et l’Ancienne Alliance n’était pas parvenue à son terme parce que la vérité n’était pas encore venue; en signe de quoi il y avait un voile sur la face de Moïse, et non sur leurs visages. Mais à la venue du Christ le voile fut retiré de la face de Moïse, c’est-à-dire de l’Ancien Testament, parce que tout était accompli; et pourtant il ne fut pas retiré de leurs coeurs. D'où ces mots : "jusqu’à aujourd’hui", autrement dit : la voile de l’Ancien Testament est retiré pour les fidèles; mais pour les autres, "quand on lit Moïse" c’est-à-dire quand on leur explique l’Ancien Testament, - Actes XV, 21 – Moïse depuis les temps antiques a dans chaque cité des hommes qui le prêchent dans les synagogues... "Un voile", ce qui signifie "aveuglement", "est posé sur leurs coeurs". Romains XI, 25 – Une partie d’Israël est tombée dans l’aveuglement...

109. Quand et comment ce voile s’écarte pour eux, il le montre par ces mots : "Quand on se convertit au Seigneur, le voile tombe"…

Il explique le moyen d’écarter ce voile.

Il dégage la raison qui commanda cette opération (n° 111) "Or le Seigneur, c’est l’esprit"...

110. Il explique donc que, si ce voile demeura encore en eux, ce n’est pas que l’Ancien Testament soit obscur, c’est que leurs coeurs sont obscurcis. Par conséquent, pour que ce voile soit écarté, il ne faut qu’une chose, c’est qu’ils se convertissent. "Quand on se convertit", dit-il, quand quelqu’un se tourne vers Dieu par la foi dans le Christ, par sa conversion "le voile tombe". Isaïe X, 21 – Un reste se convertira, le reste de Jacob... On trouve la même idée dans Romains IX, 27.

Il faut noter que, lorsqu’il traitait de leur aveuglement, il parlait au pluriel : un voile est sur leur coeur. Quand il s’agit de leur conversion, il parle au singulier : si quelqu’un se convertit, afin de montrer leur inclination au mal et la difficulté qu’ils ont à venir au bien : d’où le petit nombre des conversions.

111. La raison de cette conversion qui fait tomber le voile, c’est simplement que Dieu le veut.

On pourrait dire que ce voile a été posé par le comman­dement du Seigneur, et que par conséquent il ne peut être écarté. Mais l’Apôtre montre que non seulement il peut être écarté, mais qu’il l’est effectivement par Celui qui est le Seigneur. Voila pourquoi il dit : "Le Seigneur, c’est l’Esprit"... Cela peut s’interpréter de deux façons. D’abord on peut faire de spiritus un sujet et dire : l’Esprit, c’est-à-dire le Saint Esprit, qui est auteur de la loi, est le Seigneur; c’est-à-dire qu’il opère selon le choix de sa liberté. Jean. III, 8 L’Esprit souffle où il veut. I Corinthiens XII, 11 – L’Esprit distribue ses dons à chacun comme il veut. Or, "où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté", ce qui signifie : parce que le Seigneur est Esprit, il peut donner la liberté, afin que nous puissions user des livres de l’Ancien Testament librement et sans voile. Donc ceux qui n’ont pas le Saint Esprit ne peuvent avoir ce libre usage. Galates V, 13 – Vous êtes appelés à la liberté. 1 Pierre II, 16 – Conduisez-vous comme des hommes libres, non comme des hommes qui couvrent leur malice du manteau de la liberté.

Dans une seconde interprétation on peut comprendre que c’est le Christ qui est le Seigneur. Il faut lire alors que la Seigneur -c’est-à-dire le Christ- est Esprit, c’est-à-dire un Esprit de puissance, et que par conséquent "là où est l’Esprit du Seigneur", c’est-à-dire la loi du Christ comprise spirituel­lement -non pas simplement écrite, mais imprimée par la foi dans les coeurs- "là est la liberté", dégagée de tout obstacle dû au voile.

112. Il faut savoir qu’à l’occasion de ces mots : "Où est l’Esprit du Seigneur, là est la liberté", et de ceux-ci : La loi n’est pas faite pour le juste (I Tim. 1, 9), quelques auteurs ont faussement prétendu que les hommes spirituels ne sont pas tenus par les préceptes de la loi divine. Mais cela est faux : car les préceptes de Dieu sont une règle pour la volonté humaine. Il n’y a ni homme ni ange même dont la volonté n’ait besoin d’être réglée et dirigée par la loi divine. Aussi il est impossible qu’un homme quelconque ne soit pas soumis aux préceptes de Dieu. Cette parole : La loi n’est pas faite pour la juste, signifie qu’elle n’est pas faite à cause des Justes, qui sont portés par une habitude intérieure vers ce que la loi de Dieu commande, mais à cause des injustes : à plus foi raison les justes sont-ils tenus à cette loi.

Il faut comprendre de même "où est l’Esprit Seigneur, là est la liberté". Est libre celui qui agit pour lui-même : l’esclave agit pour le compte d’un maître; quiconque agit de lui-même agit librement, mais celui qui est poussé par un autre n’agit pas librement. Donc celui qui fuit le mal, ni parce que c’est le mal, mais à cause du commandement du Seigneur, n’est pas libre; mais celui qui fuit le mal parce que c’est le mal, est libre. C’est là l’oeuvre du Saint Esprit, qui de l’intérieur conduit l’âme à la perfection par de bonnes habitudes, de telle sorte que l’amour le maintient dans la volonté de Dieu mieux qu’un commandement divin; on peut donc dire l'âme libre, non parce qu’elle se soumet à la loi divine, mais parce que, par l’effet de l’habitude bonne, elle incline à faire ce que la loi divine ordonne.

113. Ensuite lorsqu’il dit : "Nous tous". Il montre comment les fidèles du Christ sont tout à fait affranchis de ce voile. Voici sa pensée : Je dis que ce voile leur est retiré lorsque quelqu’un s’est converti comme nous, qui somme les fidèles du Christ, conversion qui n’est pas de quelqu’un mais de tous. Luc VIII, 10 – A vous il a donné de connaître le mystère du royaume de Dieu. "Nous tous qui réfléchissons sur nos visages découverts ...," parce que nous n'avons pas un voile sur le coeur comme les Juifs. Et par ces mots : visage, coeur, âme, il faut entendre que, de même que le visage permet une vue corporelle, l’âme donne une vue spirituelle. Psaume CXVIII, 18 – Ouvre-moi les yeux...

"La gloire du Seigneur"... non de Moïse : gloire signifie "éclat", comme dit saint Augustin. Les Juifs voyaient sur le visage de Moïse une certaine gloire, qui venait de ce qu’il avait parlé avec Dieu. Mais cette gloire est imparfaite parce qu’elle n’est pas cet éclat qui fait la gloire de Dieu même. Cela signifie que par cette gloire nous connaissons Dieu en lui-même. On peut encore comprendre que c’est le Fils de Dieu qui est la "gloire du Seigneur". Prov. X – Un fils sage est la gloire de son père.

114. Le mot speculantes vient non de specula, "observatoire", mais de speculum "miroir" : cela veut dire que nous connaissons Dieu lui-même dans sa gloire par le miroir de la raison, dans laquelle est imprimée une certaine image de Lui. Et c’est Lui que nous réfléchissons lorsque, de la considération de nous-mêmes, nous nous élevons vers une certaine connaissance de Dieu, connaissance qui nous transfigure.

En effet, comme toute connaissance se fait par l’assimi­lation du sujet connaissant à l’objet connu, il faut que ceux qui voient Dieu soient d’une certaine manière transformés en Dieu. Et s’ils Le voient dans la perfection, ils sont parfai­tement transfigurés, comme les bienheureux dans la Patrie par l’union de fruition. I Jean. III, 2 – Quand apparaîtra ce que nous devons être, nous Lui serons semblables... S’ils ne voient qu’imparfaitement leur transfiguration est imparfaite, comme ici-bas par la foi. I Corinthiens XIII, 2 – Nous Voyons maintenant dans un miroir d’une manière obscure.

115. "Nous sommes transfigurés, dis-je -dans la mesure où nous voyons- en cette même image, de clarté en clarté". Il distingue trois degrés de la connaissance dans les disciples du Christ.

Le premier nous fait passer de la clarté de la connaissance naturelle à celle de la connaissance de la foi.

Le second nous conduit de la clarté de la connaissance de l’Ancienne Alliance à la clarté de la connaissance de grâce de la Nouvelle Alliance.

Le troisième nous élève de la clarté de la connaissance naturelle et de l’Ancienne et de la Nouvelle Alliance à la clarté de la vision éternelle. Infra, IV, 16 Quoique l’homme extérieur se dissolve, l’homme intérieur se renouvelle...

Mais d’où vient cela? Non pas de la lettre de la Loi, mais "de l’Esprit du Seigneur". Romains VIII, 14 – Tous ceux qui sont conduits par L’Esprit de Dieu sont fils de Dieu. Psaume CXLII, 10 – Ton Esprit de bonté me conduira…

 

 

 

Caput 4

 

CHAPITRE IV – La fonction des ministres

 

Lectio 1

 

Leçon 1 – 2 Co IV, 1-2 – Le bien à suivre et le mal à éviter

 

 

1 (n° 116) c’est pourquoi, investis de ce ministre selon la miséricorde qui nous a été faite, nous ne nous lassons pas

2 (n° 118) mais nous rejetons les choses honteuse et secrètes, nous ne nous conduisons pas avec fourber nous ne falsifions pas la parole de Dieu; mais dans manifestation de la vérité, nous nous recommandons toute conscience humaine devant Dieu.

[87704] Super II Cor., cap. 4 l. 1 Ostensa dignitate ministerii novi testamenti, hic consequenter apostolus determinat de usu ministerii. Et circa hoc duo facit. Primo enim ostendit usum huius ministerii, qui debet esse in agendis bonis; secundo illum, qui debet esse in malis patienter tolerandis, ibi habemus autem thesaurum, et cetera. Circa primum duo facit. Primo ponit huius ministerii usum; secundo obiectionem excludit, ibi quod si, et cetera. Dicit ergo: quia igitur huiusmodi ministerium est tantae dignitatis in se et in ministris, ideo habentes hanc administrationem, idest hanc dignitatem administrandi spiritualia. I Cor. IV, 1: sic nos existimet homo, ut ministros, et cetera. Rom. XI, 13: quamdiu sum gentium apostolus, ministerium, et cetera. Habentes, inquam, non ex nobis, seu ex meritis nostris, sed iuxta quod misericordiam consecuti sumus a Deo, id est ex misericordia Dei, quam in hoc consecuti sumus a Deo. I Tim. I, 13: misericordiam consecutus sum, et cetera. Consequenter cum dicit non deficimus, etc., describit usum huius ministerii, qui debet esse circa bona agenda, et hoc quantum ad duo. Primo quantum ad vitationem malorum; secundo quantum ad operationem bonorum in manifestatione, et cetera. Docet autem vitari mala in usu huius ministerii, et quantum ad vitam, et quantum ad doctrinam. Sed quantum ad vitam dupliciter, scilicet quantum ad operationem, et quantum ad intentionem. Nam si quis vitat mala operari et bona intentione, perfecte vitat mala. In operatione autem vitatur malum, in adversitate patienter mala sustinendo, et ideo dicit non deficimus, per impatientiam. Gal. VI, 9: bonum autem facientes non deficiamus. II Cor. XII, v. 10: cum infirmor, tunc fortior sum et potens. Vitatur etiam in prosperitate, temperate utendo eis quae prospere succedunt, et ideo dicit sed abdicamus occulta dedecoris, id est amovemus a nobis quae hominem turpem et dedecorosum faciunt, scilicet immunda et turpia, et etiam occulta, non solum manifesta. Iac. I, 21: abiiciamus omnem immunditiam. Eph. V, 12: quae in occulto ab eis fiunt, turpe, et cetera. In intentione autem vitatur malum vitae, si est intentio recta, et quantum ad hoc dicit non ambulantes in astutia, id est in astutia et simulatione et hypocrisi, quod faciunt pseudo, qui aliud praetendunt exterius, et aliud gerunt interius in corde. Iob XXXVI, 13: simulatores et callidi provocant iram Dei. In doctrina autem vitatur malum quando verbum domini debito modo proponitur, et quantum ad hoc dicit non adulterantes verbum. Quod dupliciter exponitur, ut patet supra. Et primo non permiscentes doctrinae Christi falsam doctrinam, quod faciebant pseudo dicentes legalia debere servari cum Evangelio. Secundo non praedicantes propter lucrum, vel gloriam propriam. Et istorum primus est lupus, secundus mercenarius. Sed qui vera praedicat, et propter gloriam Dei, est pastor. Unde Augustinus: pastor est amandus, lupus vitandus, sed mercenarius ad tempus tolerandus. Sed quia non sufficit ad perfectam iustitiam solum vitare mala, sed requiritur operatio bona, ideo consequenter subiungit de operatione bonorum in ipso usu huius ministerii. Et ponitur triplex bonum, quod facit contra triplex malum. Primum bonum contra malum doctrinae; secundum contra malum operationis; tertium contra malum intentionis. Contra malum doctrinae, quod debet vitari, facit bonum manifestae veritatis. Et quantum ad hoc dicit in manifestatione veritatis, quasi dicat: non deficimus sed, vitantes mala, ambulamus et proficimus in manifestatione veritatis, id est veritatem puram manifestamus. Io. XVIII, 37: ad hoc natus sum, ut testimonium perhibeam veritati. Eccli. XXIV, v. 31: qui elucidant me, vitam aeternam habebunt. Contra malum operationis faciunt bona opera, et quantum ad hoc dicit commendantes nosmetipsos, et cetera. Et hoc non facimus dicendo de nobis bona, quia non de facili creditur ei qui seipsum commendat, sed operando bona, quia talia opera facimus, ut ex ipsis operibus reddamus nosmetipsos commendabiles, ad omnem conscientiam hominum. I Petr. II, 12: conversationem vestram inter gentes, et cetera. Contra malum intentionis facimus bonum reddendo nos commendabiles, non solum ad omnem conscientiam hominum, sed etiam coram Deo, qui intuetur corda. Infra X, 18: non enim qui seipsum commendat, ille probatus est, et cetera. Rom. XII, 17: providentes bona, non solum coram, et cetera. Et, secundum Augustinum in Glossa, apostolus implet in hoc mandatum domini, Matth. V, 16: sic luceat, etc., item c. VI, 1: attendite ne iustitiam, etc., primum in hoc quod dicit commendantes nos, etc.; secundum vero in hoc quod dicit coram Deo, Rom. II, 28: non enim, qui in manifesto, et cetera. Vel potest totum hoc magis secundum continuationem litterae, legi sic, ut dicatur: ideo habentes hanc administrationem, iuxta quod, etc., non deficimus, supple a bene operando, sed abdicamus, etc., et iterum, in manifestatione veritatis; servato tamen eodem modo exponendi, sicut in prima lectura.

 

116. Ayant montré la dignité du ministère de la Nouvelle Alliance, (n° 78), l’Apôtre définit la fonction de ministère.

A. Il montre ce que doit être la fonction du ministère dans la pratique du bien.

B. Il montre ce qu’elle doit être dans les épreuves qu'il faut supporter avec patience (n° 131) : "Mais nous portons ce trésor"...

Divisions de A :

Il expose la fonction de ce ministère.

Il écarte une objection (n° 122) : "Si notre Évangile est voilé".

117. Un ministère de cette nature étant d’une grande dignité, en soi et dans ses ministres, "nous en sommes investis", nous avons cette dignité de gouverner les choses spirituelles. I Corinthiens IV, 1 – Qu’on nous regarde comme des ministres du Christ.., Romains XI, 13 – Tant que je suis apôtre des gentils, je rendrai mon ministère glorieux.

Nous le tenons, non de nous ni de nos mérites, mais "de la miséricorde de Dieu", c’est-à-dire de la miséricorde que nous avons obtenue de Dieu en vue de cela : 1 Tim. I, 13 – J’ai obtenu miséricorde..."

118. Ainsi lorsqu’il dit : "nous ne nous lassons pas", il dépeint quelle doit être la fonction de ce ministère dans la pratique du bien, et cela sous deux rapports :

le mal à éviter.

le bien à accomplir (n° 120) : "Dans la manifestation de la vérité"...

119. Il enseigne à éviter le mal dans la fonction de ce ministère et quant à la vie et quant à la doctrine. Pour ce qui regarde la vie, il faut considérer deux choses : l’action et l’intention.

Car quiconque évite d’accomplir le mal et a son intention tournée vers le bien évite le mal parfaitement. Dans l’action le mal s’évite en supportant les maux de l’adversité avec patience; aussi dit-il : "Nous ne nous lassons pas", par impatience. Galates VI, 9 – Ne nous relâchons pas de faire le bien. Leçon 1 : 2 Co XII, 10 – Quand je suis faible, c’est alors que je suis fort et puissant. Le mal s’évite aussi dans la prospérité en usant avec mesure des circonstances heureuses, aussi il dit : "nous rejetons les choses honteuses et secrètes", c’est-à-dire nous écartons de nous ce qui peut couvrir l’homme de honte et de déshonneur, les actions impures et infâmes, même celles qui sont cachées et non seulement celles qui sont manifestes.

Jacques I, 21 – Rejetons toute souillure, Ephésiens V, 12 – Ce qu’ils font en secret, on a honte de le dire...

Par l’intention on évite le mal dans la vie, si l’intention est droite, et c’est là-dessus qu’il dit : "nous ne nous conduisons pas avec fourberie", c’est-à-dire dans le mensonge et l’hypocrisie, ce que font les faux apôtres, qui affichent au dehors autre chose que ce qu’ils portent dans le coeur. Job XXXVI, 13 – Les menteurs et les trompeurs provoquent la colère de Dieu.

Dans la doctrine d’autre part le mal s’évite quand la parole de Dieu est proposée avec le caractère qui lui est dû, et c’est à ce propos qu’il dit : "nous ne falsifions pas la parole". Cela s’entend de deux manières, comme nous avons vu plus haut (n° 76). D’abord nous ne mêlons pas une fausse doctrine à la doctrine du Christ, ce que font les faux apôtres, quand ils disent qu’il faut conserver les observances avec l’Evangile. Ensuite nous ne prêchons pas pour le gain ou pour notre propre gloire. Dans le premier ces le prédicateur est un loup, dans le second un mercenaire. Le pasteur est celui qui prêche la vérité pour la gloire de Dieu.

Comme dit saint Augustin : Il faut aimer le pasteur et éviter le loup, mais le mercenaire est supportable selon la circons­tance.

120. Mais il ne suffit pas à la perfection de la justice d’éviter le mal, elle exige de bonnes oeuvres; aussi l’Apôtre ajoute l’obligation des bonnes oeuvres dans la fonction même du ministère. Il voit le bien sous trois aspects qui l’opposent au mal. Le bien s’oppose au mal dans la doctrine, dans les oeuvres, et dans l’intention.

Contre le mal dans la doctrine, qui doit être évité, le bien agit par la manifestation de la vérité; d’où les paroles de l’Apôtre : "dans la manifestation de la vérité". Nous ne faiblissons pas, dit-il, mais nous évitons le mal, nous avançons et progressons dans la manifestation de la vérité, c’est-à-dire que nous dévoilons la vérité toute pure. Jean. XVIII, 37 – Je suis né pour rendre témoignage à la vérité. Ecclésiastique XXIV, 31 – Ceux qui me mettent en lumière auront la vie éternelle.

Aux oeuvres mauvaises, les Apôtres opposent les bonnes, et sur ce point il dit : "Nous nous recommandons à toute conscience humaine." Nous y parvenons, non point en faisant notre propre éloge, parce qu’on ne croit pas facilement celui qui se glorifie lui-même, mais en faisant de bonnes oeuvres, qui sont telles que par elles nous nous rendions estimables "à toute conscience humaine". I Pierre II, 12 – Ayez une conduite honnête au milieu des gentils...

Contre le mal dans l’intention nous faisons le bien en nous rendant estimables non seulement à toute conscience humaine, mais "devant Dieu", qui sonde les coeurs. Infra, X, 18 – Ce n’est pas celui qui se recommande lui-même qui est un homme éprouvé... Romains XII, 17 – Veillez à faire le bien non seulement devant Dieu mais devant tous les hommes.

121. Et, selon saint Augustin dans la Glose, l’Apôtre accomplit en cela le commandement du Seigneur, Matthieu V, 16 – Que votre lumière brille devant les hommes; et : VI, 1 – Prenez garde de ne pas faire vos bonnes oeuvres devant les hommes... "Nous nous recommandons à toute conscience humaine" répond au premier commandement, et "devant Dieu" au second, Romains II, 28 – Le vrai Juif n’est pas celui qui l’est au dehors.

Ou bien on peut lire le texte tout entier sans interruption, en suppléant après "nous ne nous lassons pas" : -de faire le bien-. Il convient de conserver le même mode d’expli­cation que dans la première lecture.

 

Lectio 2

 

Leçon 2 – 2 Co IV, 3-6 – L'aveuglement du cœur face à la Nouvelle Alliance

 

 

3 (n° 122) Mais si notre évangile demeure voilé, il est voilé pour ceux qui se perdent,

4 (n° 124) pour ces infidèles dont le dieu de ce siècle a aveuglé l’esprit, afin qu’ils ne voient pas briller l’évangile de la gloire du Christ, qui est l’image de Dieu.

5 (n° 127) En effet ce n’est pas nous-mêmes que nous prêchons, c’est le Christ Jésus notre Seigneur; pour nous, nous sommes vos serviteurs au nom de Jésus.

6 (n° 129) Car le Dieu qui a dit : que du sein des ténèbres brille la lumière, est aussi celui qui a mis la lumière dans nos coeurs pour y faire resplendir la connaissance de la gloire de Dieu qui est sur la face du Christ.

 

[87705] Super II Cor., cap. 4 l. 2 Hic consequenter apostolus respondet cuidam tacitae obiectioni. Posset enim dici sibi ab aliquo: tu dicis, quod non deficis in manifestatione veritatis Christi, sed hoc non videtur, quia multi contradicunt tibi. Huic ergo quaestioni respondet. Et circa hoc duo facit. Primo enim respondet quaestioni praedictae; secundo excludit quoddam dubium, quod videtur ex responsione sua sequi, ibi non enim nosmetipsos, et cetera. Circa primum tria facit. Primo ostendit quibus occultatur veritas Christi; secundo occultationis causam assignat, ibi in quibus Deus huius saeculi; tertio ostendit quod hoc non est ex defectu veritatis Evangelii, ut occultetur, ibi ut non fulgeat, et cetera. Dicit ergo: dixi quod non deficimus in manifestatione, quod, idest sed, si Evangelium nostrum, quod scilicet nos praedicamus, est opertum, id est occultum, non est opertum omnibus, sed illis tantum, qui pereunt, scilicet praebendo impedimentum ne eis manifestetur. I Cor. I, 18: verbum crucis pereuntibus stultitia est, et cetera. Causa ergo huius occultationis est non ex parte Evangelii, sed propter eorum culpam et malitiam. Et hoc est quod subdit in quibus Deus huius saeculi, et cetera. Et hoc potest exponi tribus modis. Primo modo sic: Deus huius saeculi, id est Deus qui est dominus huius saeculi et omnium rerum creatione et natura, iuxta illud Ps. XXIII, 1: domini est terra, et plenitudo eius, orbis terrarum, excaecavit mentes infidelium, non inducendo malitiam, sed merito, imo demerito praecedentium peccatorum subtrahendo gratiam. Is. VI, 10: excaeca cor populi huius, et cetera. Unde et praecedentia peccata insinuat, cum dicit infidelium, quasi infidelitas eorum fuerit causa huius excaecationis. Secundo modo sic: Deus huius saeculi, id est Diabolus, qui dicitur Deus huius saeculi, id est saeculariter viventium, non creatione sed imitatione, qua saeculares eum imitantur. Sap. II, 25: imitantur eum, qui sunt, et cetera. Et hic excaecat suggerendo, trahendo et inclinando ad peccata. Et sic quando iam sunt in peccatis, operiuntur in tenebris peccatorum ne videant. Eph. IV, 18: tenebris obscuratum habentes intellectum, et cetera. Tertio modo sic: Deus habet rationem ultimi finis, et complementum desideriorum totius creaturae. Unde quidquid aliquis sibi pro fine ultimo constituit in quo eius desiderium quiescit, potest dici Deus illius. Unde cum habes pro fine delicias, tunc deliciae dicuntur Deus tuus; similiter etiam si voluptates carnis, vel honores. Et tunc exponitur sic: Deus huius saeculi, id est illud quod homines saeculariter viventes sibi pro fine constituunt, ut puta voluptates, vel divitiae et huiusmodi. Et sic Deus excaecat mentes, inquantum impedit ne homines lumen gratiae hic, et gloriae in futuro, videre possint. Ps. LVII, v. 9: supercecidit ignis, scilicet concupiscentiae, ut non viderent solem. Sic ergo excaecatio infidelium non est ex parte Evangelii, sed ex culpa infidelium. Et ideo subdit ut non fulgeat, et cetera. Ubi sciendum est, quod Deus pater est fons totius luminis. I Io. I, 5: Deus lux est, et tenebrae in eo non sunt, et cetera. Ex hoc autem fontanoso lumine derivatur imago huius luminis, scilicet filius verbum Dei. Hebr. c. I, 3: qui cum sit splendor, et cetera. Hic ergo splendor gloriae, imago fontanosae lucis, carnem nostram accepit et multa gloriosa et divina in hoc mundo opera fecit. Declaratio igitur huius lucis est Evangelium, unde et Evangelium dicitur notitia claritatis Christi, quae quidem notitia virtutem habet illuminativam. Sap. VI, 13: clara est et quae numquam marcescit sapientia, et cetera. Et quidem, quantum est de se, in omnibus refulget et omnes illuminat, sed illi qui praebent impedimentum, non illuminantur. Et hoc est quod dicit: ideo excaecavit mentes infidelium, ut scilicet non effulgeat in eis, scilicet in mentibus infidelium, licet in se effulgens sit, illuminatio Evangelii illuminantis. Quod quidem est illuminans, quia est gloria Christi, id est claritas. Io. I, 14: vidimus gloriam, et cetera. Quae quidem gloria provenit Christo ex eo quod est imago Dei. Col. I, 15: qui est imago invisibilis Dei. Nota, secundum Glossam, quod Christus perfectissima imago Dei est. Nam ad hoc quod aliquid perfecte sit imago alicuius, tria requiruntur, et haec tria perfecte sunt in Christo. Primum est similitudo, secundum est origo, tertium est perfecta aequalitas. Si enim inter imaginem et eum, cuius est imago, esset dissimilitudo, et unum non oriretur ex alio, similiter etiam si non sit aequalitas perfecta, quae est secundum eamdem naturam, non esset ibi perfecta ratio imaginis. Nam similitudo regis in denario, non perfecte dicitur imago regis, quia deest ibi aequalitas secundum eamdem naturam; sed similitudo regis in filio dicitur perfecta imago regis, quia sunt ibi illa tria quae dicta sunt. Cum ergo ista tria sint in Christo filio Dei, quia scilicet est similis patri, oritur a patre, et aequalis est patri, maxime et perfecte dicitur imago Dei. Consequenter cum dicit non enim nosmetipsos, etc., removet apostolus quoddam dubium. Posset enim aliquis, contra praedicta, dicere apostolo: supra dixisti Evangelium vestrum esse opertum, modo dicis Evangelium Christi illuminare; si ergo detur quod Evangelium Christi sit illuminans, non potest hinc sequi quod opertum sit Evangelium vestrum. Et ideo ad hoc removendum, duo facit. Primo, ostendit quod idem est Evangelium suum et Christi; secundo, ostendit unde sit quod Evangelium suum sit illuminativum, ibi quoniam Deus qui dixit, et cetera. Dicit ergo primo: dico quod manifestatio claritatis Christi est Evangelium Christi et nostrum. Nostrum quidem tamquam per nos praedicatum; Christi vero, tamquam in ipso Evangelio praedicati. Et hoc est quod non praedicamus nosmetipsos, id est non commendamus nos, nec ad nos, id est ad laudem, vel lucrum nostrum convertimus praedicationem nostram, sed ad Christum totum referimus et laudem eius. I Cor. c. I, 23: nos autem praedicamus Christum, et cetera. Ps. LXXII, 28: ut annuntiem omnes praedicationes tuas, non meas, in portis, et cetera. Sed Iesum dominum nostrum, nos autem servos vestros per Iesum. Quasi dicat: Iesum praedicamus ut dominum, nos autem servos. Et huius ratio est quia principaliter quaerimus laudem Christi et non nostram. Nam servus est, qui est propter utilitatem domini. Et inde est, quod minister Ecclesiae, qui non quaerit honorem Dei et utilitatem subditorum, non dicitur verus rector, sed tyrannus. Nam quicumque bene regit, debet esse sicut servus, quaerens honorem et utilitatem subditorum. Gen. XXV, 23: maior serviet minori. I Cor. IX, 19: cum essem liber, omnium vestrum me servum feci. Consequenter cum dicit quoniam Deus qui dixit, etc., ostendit unde Evangelium suum habet virtutem illuminativam. Ubi nota ordinem procedendi servatum ab apostolo, qui talis est: nos aliquando, scilicet antequam conversi essemus ad Christum, eramus tenebrosi sicut et vos et alii in quibus non fulget claritas gloriae Christi. Nunc vero, postquam Christus vocavit nos per gratiam suam ad se, tenebrae istae remotae sunt a nobis, et iam fulget in nobis virtus gloriae claritatis Christi; et intantum refulget in nobis, quod non solum illuminamur ad hoc quod videre possimus, sed etiam quod alios illuminemus. Ex spirituali ergo gratia et abundanti refulgentia claritatis gloriae Christi in nos, habet Evangelium nostrum virtutem illuminativam. Et hoc est quod dicit: dico quod ideo illuminat Evangelium nostrum, quoniam Deus, qui dixit, id est praecepto solo fecit, lucem splendescere, quod fuit in separatione elementorum, quando chaos tenebrosum illuminavit per lucem quam fecit. Gen. I, 3: dixit, fiat lux. Eccli. XXIV, 6: ego feci, ut in caelis oriretur lux, et cetera. Iste, inquam, Deus, illuxit in cordibus, id est in mentibus, nostris, prius tenebrosis per absentiam luminis gratiae et obscuritatem peccati. Lc. I, 79: illuminare his qui in tenebris, et cetera. Illuxit, inquam, non solum ut nos illuminaremur, sed ad illuminationem, id est ut et alios illuminemus. Eph. III, 8: mihi omnium sanctorum minimo data est, et cetera. Matth. V, v. 14: vos estis lux, et cetera. Ad illuminationem dico, scientiae, id est ut faciamus alios scire. Dico, claritatis Dei, id est clarae divinae visionis, in facie Iesu Christi. Glossa: id est per Iesum Christum, qui est facies patris, quia sine ipso non cognoscitur pater. Sed melius dicitur sic: ad illuminationem sanctae claritatis Dei, quae quidem claritas fulget in facie Christi Iesu, id est ut per ipsam gloriam et claritatem, cognoscatur Christus Iesus. Quasi dicat: in summa, ad hoc Deus illuxit nobis ad illuminationem, ut ex hoc Iesus Christus cognoscatur et praedicetur in gentibus.

 

122. Ici l’Apôtre répond à une objection tacite (n° 116). On pourrait en effet lui objecter : Tu dis que tu ne te lasses pas de manifester la vérité du Christ, mais cela ne paraît pas, car tu as beaucoup de contradicteurs.

A. D’abord il répond sur le problème soulevé.

B. Ensuite il élimine un point douteux qui semble résulter de sa réponse (n° 127) : "Ce n’est pas nous-mêmes que nous prêchons".

Divisions de A :

Il montre à qui la vérité du Christ demeure cachée.

Il dégage la cause de cet aveuglement (n° 124) : "Pour ces incrédules dont le dieu du siècle aveugle l’esprit".

Il montre que cet aveuglement ne résulte pas d’une déficience de la vérité de l’Evangile (n° 125) : "Afin qu’ils ne voient pas briller l’Évangile".

123. Voici la pensée de l’Apôtre. J’ai dit que nous ne nous lassons pas de manifester la vérité, mais que, "notre évangile" -celui que nous prêchons- "est voilé" c’est-à-dire caché, il n’est pas voilé pour tous, mais seulement pour ceux "qui se perdent", c’est-à-dire opposant un obstacle qui empêche que l’évangile leur soit manifesté. I Corinthiens I, 18 – Le langage de la croix est folie pour ceux qui se perdent...

124. On ne peut donc attribuer à l’Évangile la cause de cet aveuglement, mais à leur péché et à leur malice. C’est ce qu’il fait entendre en parlant "des infidèles dont le dieu du siècle a aveuglé l’esprit". Ceci peut s’interpréter de trois manières.

Le "dieu de ce siècle" est ce Dieu qui est le Seigneur de ce siècle et de tous les êtres par la création et par la nature, selon le Psaume XXIII – Au Seigneur appartient la terre et se plénitude, le monde... Il a aveuglé l’esprit des infidèles, non pas en leur inspirant leur malice, mais comme salaire, ou plutôt comme punition de leurs péchés antérieurs en leur retirant la grâce. Isaïe VI, 10 – Aveugle le coeur de ce peuple... Il laisse entendre qu’il y a punition des péchés antérieurs lorsqu’il parle des infidèles, comme si leur infidélité était la cause de leur aveuglement.

Dans une seconde interprétation, le "dieu de ce siècle", c’est le diable, qui est dit "dieu de ce siècle", c’est-à-dire de ceux qui vivent dans le siècle, non en tant que créateur, mais parce que les esprits du siècle l’imitent. Sagesse 11, 25 – Ceux qui sont de son parti l’imitent... Et il les aveugle en leur suggérant le péché, en les attirant et en les inclinant vers le péché. Et quand ils y sont plongés, ils sont enfouis dans les ténèbres de leurs péchés au point de ne plus rien voir. Ephésiens IV, 18 – Ils ont l’intelligence obscurcie par les ténèbres...

Il y a une troisième interprétation. Dieu a raison de fin dernière et il comble les désirs de toute créature. Aussi tout ce qu’un homme choisit pour sa fin dernière, où son désir trouve son accomplissement, peut être dit son dieu. Si tu te proposes le plaisir comme fin dernière, on dira que le plaisir est ton dieu. Et de même si tu choisis les voluptés de la chair ou les honneurs. Dans cette explication, "le dieu de ce siècle", c’est ce que les hommes qui vivent dans le siècle se proposent comme fin : voluptés, richesses et biens de même nature. Et ce dieu aveugle les esprits dans la mesure où il empêche les hommes de discerner la lumière de la grâce d'ici-bas et celle de la gloire dans la vie future. Psaume LVII, 9 – Le feu est tombé sur eux d’en haut -c’est celui de la concupiscence- pour qu’ils ne voient plus le soleil. Ainsi l’aveuglement des infidèles est dû, non à l’évangile, mais au péché des infidèles.

125. Il ajoute donc : "afin qu’ils ne voient pas briller l’Evangile"... Il faut savoir ici que Dieu le Père est source de toute lumière. 1 Jean. 1, 5 – Dieu est lumière et il n a pas de ténèbres en lui... De cette source de lumière dérive qui en est l’image, le Fils verbe de Dieu. Hébreux 1, 3 – Le Fils qui est la splendeur de se gloire... Le Verbe, splendeur la gloire du Père, image de sa lumière, a pris une chair humaine et a accompli en ce monde beaucoup d’œuvres glorieuses et divines.

L’expression de cette lumière est l’Évangile, et c’est pourquoi on dit que l’Evangile est la connaissance de lumière du Christ et cette connaissance a une vertu illuminative. Sagesse VI, 13 – La sagesse est lumineuse et elle ne se flétrit pas. Autant qu’il est en elle, elle brille pour tous les hommes, et elle les illumine tous, mais ceux qui lui font obstacle ne sont pas illuminés. Tel est le sens de ces paroles : "Le Dieu de ce siècle a aveuglé l’esprit des infidèles, pour qu’ils ne voient pas briller en eux", -dans leurs esprits, quoiqu’elle soit brillante par elle-même,- "l’illumination de l’Evangile de lumière". L’Evangile est lumineux parce qu’il est la gloire du Christ, c’est-à-dire son éclat. Tobie I, 14 – Nous avons vu sa gloire... Et cette gloire vient au Christ de ce qu’il est l’image de Dieu. Colossiens 1, 15 – Il est l’image du Dieu invisible.

126. Notons d’après la Glose que le Christ est l’image très parfaite de Dieu. Car pour qu’un être soit parfaitement l’image d’un autre être, trois choses sont requises, et elles sont toutes trois réalisées parfaitement dans le Christ. La première est la similitude, la seconde l’origine, la troisième l’égalité parfaite. Si en effet entre l’image et celui dont elle est l’image il y avait dissemblance, si l’un ne naissait pas de l’autre, s’il n’y avait pas entre les deux une égalité parfaite selon la même nature, il n’y aurait pas une espèce parfaite d’image. Car la similitude du roi sur une pièce de monnaie ne peut être dite parfaite, parce qu’il lui manque l’égalité selon une même nature. Mais la similitude du roi dans son fils est parfaite parce que les trois conditions nécessaires sont réunies.

Comme elles sont réunies dans le Christ Fils de Dieu, puisqu’il est semblable au Père, qu’il naît du Père et qu’il est égal au Père, il est au suprême degré de perfection l’image de Dieu.

127. Quand l’Apôtre dit : "Ca n’est pas nous-mêmes que nous prêchons". Il écarte un doute. On pourrait en effet, contre les affirmations précédentes, dire à l’Apôtre : Tu as dit plus haut que votre évangile était voilé; maintenant tu dis que l’évangile du Christ est une illumination. Si donc on admet que l’évangile du Christ est une illumination, il ne peut s’ensuivre que votre évangile soit voilé.

Pour répondre à cela l’Apôtre montre que son évangile est la même que celui du Christ; d’où vient que son évangile est une illumination (n° 129) : "Car le Dieu qui a dit".

128. Il déclara d’abord : Je dis que la manifestation de la gloire du Christ est l’évangile du Christ et la nôtre. Le nôtre en tant qu’il est prêché par nous; celui du Christ en tant que le Christ est prêché dans l’évangile lui-même. De là vient que "ce n’est pas nous-mêmes que nous prêchons", c’est-à-dire que nous ne nous faisons pas valoir, nous ne cherchons pas notre propre gloire, nous ne faisons pas de la prédication une source de gain, mais nous rapportons tout au Christ et à sa gloire. I Corinthiens 1, 23 – Nous prêchons, nous, un Christ crucifié... Psaume LXXII, 28 – Que j’annonce vos louanges -non les miennes- aux portes de la fille de Sion...

"Mais nous prêchons Jésus Notre Seigneur;" quant à nous, "nous sommes vos serviteurs au nom de Jésus", c’est-à-dire : nous prêchons Jésus comme Seigneur, nous ne sommes que des serviteurs. La raison en est que nous cherchons avant tout la gloire du Christ, et non la nôtre. Car le serviteur est celui qui sert l’intérêt de son maître. De là vient que le ministre de l’Eglise qui ne cherche pas l’honneur de Dieu et l’intérêt des fidèles n’est pas un vrai guide mais un tyran. Car quiconque est un bon guide doit être comme un serviteur, recherchant l’honneur et l’intérêt de ceux qui lui sont soumis. Genèse XXV, 23 – Le supérieur servira l’inférieur. I Corinthiens IX, 19 – Alors que l’étais libre, je me suis fait le serviteur de vous tous.

129. – Les paroles de l’Apôtre : "Car le Dieu qui a dit"... montrent d’où son évangile tient sa vertu illuminative.

Remarquons ici comment procède l’Apôtre. Jadis avant que nous fussions convertis au Christ, nous étions ténèbres tout comme vous et ceux en qui ne brille pas l’éclat de la gloire du Christ. Mais depuis que le Christ nous a appelés à Lui par sa grâce, ces ténèbres ont été écartées de nous, et maintenant brille en nous la vertu de la gloire du Christ, et elle brille si bien en nous que non seulement nous sommes illuminés pour que nous puissions voir, mais pour illuminer les autres. C’est donc d’une grâce spirituelle et de l’éclat surabondant de la gloire du Christ en nous que notre évangile tient sa vertu illuminative.

130. Je dis que notre évangile illumina, parce que "c'est Dieu qui a dit", c’est-à-dire qui, par son seul comman­dement, a dit "à la lumière de resplendir", lorsque les éléments furent séparés et qu’il illumina les ténèbres du chaos par la lumière qu’il créa -Genèse 1, 3- : Il dit : que la lumière soit. Eccles. XXIV, 6 – c’est moi qui ai fait lever la lumière dans le ciel- c’est ce Dieu, dis-je, "qui a fait laver la lumière dans nos cœurs", c’est-à-dire dans nos âmes, aupa­ravant ténébreuses par l’absence de la lumière de la grâce et par l’obscurité du péché. Luc I, 79 – Pour éclairer ceux qui sont assis dans les ténèbres...

"Il a mis la lumière dans nos coeurs", non pas seulement pour que nous fussions illuminés, mais pour que les autres le fussent par nous. Ephésiens III, 8 c’est à moi le moindre de tous les saints qu’a été donnée la grâce d’annoncer parmi les gentils la richesse incompréhensible du Christ. Matthieu V, 14 – Vous êtes la lumière du monde.

"Pour y faire resplendir la connaissance" -c’est-à-dire pour que nous fassions passer cette connaissance dans les autres- "de la gloire de Dieu", c’est-à-dire de la vision de la gloire de Dieu, "qui est sur la face du Christ". La Glose explique : par Jésus-Christ, qui est la face du Père, parce que sans Lui on ne peut connaître le Père. Mais il vaut mieux comprendre ainsi : pour faire resplendir la sainte gloire de Dieu, qui brille sur la face du Christ Jésus, c’est-à-dire afin que par cette gloire et cet éclat le Christ Jésus soit connu. En résumé Dieu nous a éclairés de cette lumière pour que Jésus-Christ soit connu et prêché aux nations.

 

Lectio 3

 

Leçon 3 – 2 Co IV, 7-10 – Dieu ne délaisse pas les Apôtres dans leurs tribulations

 

 

7 (n° 131) Mais nous portons ce trésor dans des vases d’argile, pour qu’il paraisse que cette beauté est bien de la puissance de Dieu et non pas de nous.

8 (n° 133) De toutes parts nous souffrons des tribulations, mais nous ne sommes pas étouffés, (n° 135) sans ressources mais non désespérés,

9 persécutés mais non abandonnés, humiliés mais non confondus, abattus mais non anéantis.

10 (n° 136) Nous portons toujours dans notre corps les souffrances de la mort de Jésus, afin que la vie aussi de Jésus soit manifestée dans nos corps.

 

[87706] Super II Cor., cap. 4 l. 3 Supra tractavit de usu ministerii novi testamenti quantum ad bona agenda, hic consequenter tractat de usu eius quantum ad tolerantiam malorum. Et circa hoc duo facit. Primo enim ostendit tolerantiam malorum, quae patiebantur; secundo vero hoc manifestat, ibi semper enim nos, qui vivimus, et cetera. Circa primum tria facit. Primo ponit causam quare tribulationibus exponantur a Deo; secundo ostendit, quod in istis tribulationibus patienter se habeant, ibi in omnibus tribulationem patimur, etc.; tertio vero rationem huius patientiae assignat, ibi semper mortificationem Iesu, et cetera. Dicit ergo, Deus illuxit mentibus nostris ad illuminationem aliorum, quae quidem lux est maximus thesaurus. Sap. VII, 14: infinitus enim thesaurus, et cetera. Is. XXXIII, 6: divitiae salutis sapientia, et cetera. Istum autem maximum thesaurum non habemus in pretioso loco, sed in re vili et fictili: et ratio huius est, ut scilicet Deo efficacia eius tribuatur. Et hoc est quod dicit habemus thesaurum istum, id est lucem illam qua alios illuminamus, in vasis fictilibus, id est in corpore fragili et vili. Ps. CII, 14: ipse cognovit figmentum nostrum. Ier. XVIII, 6: sicut lutum in manu figuli, sic et vos in manu, et cetera. Is. LXIV, 8: et nunc, domine, pater noster es tu, nos vero lutum. Ideo habemus in vasis fictilibus, ut sublimitas, istius lucis, sit virtutis Dei, id est Deo attribuatur, et non ex nobis credatur esse. Nam si essemus divites, si potentes, si nobiles secundum carnem, quidquid magnum faceremus, non Deo, sed nobis ipsis attribueretur. Nunc vero, quia pauperes et contemptibiles sumus, huiusmodi sublimitas Deo, et non nobis, attribuitur. Et ideo vult nos Deus contemptui haberi, et tribulationibus exponi. Deut. XXXII, 27: ne dicerent: manus nostra excelsa, et cetera. Et I Cor. I, 29: ut non glorietur omnis caro, et cetera. Sap. XII, 8: misisti antecessores tuos ne dicerent, et cetera. Consequenter cum dicit in omnibus tribulationem patimur, etc., ostendit eorum patientiam in iis, quae patiuntur. Et circa hoc duo facit. Primo ostendit mala, quae patiuntur in generali; secundo enumerat ea in speciali, ibi aporiamur, sed non destituimur, et cetera. Dicit ergo. Vere habemus hunc thesaurum in vasis fictilibus, quia in omnibus tribulationem patimur; quasi dicat: nullus modus tribulandi deest nobis. Act. XIV, v. 21: per multas tribulationes, et cetera. Nec mirum, quia, ut dicitur Lc. ult.: oportuit Christum pati, et sic intrare, et cetera. Et licet sic tribulemur, non tamen angustiamur. Et loquitur ad similitudinem viatoris, qui quando non patet ei via, qua exeat de aliquo arcto loco, angustiatur. Quasi dicat: homines, qui solum in mundo confidunt, angustiantur, si undique a mundo tribulantur, quia non patet eis via remedii, cum non sperent nisi de mundo. Sed nos, licet tribulemur in mundo, quia tamen confidimus de Deo et speramus in Christo, patet nobis via evasionis et auxilii a Deo, et ideo non angustiamur. Consequenter cum dicit aporiamur, etc., enumerat tribulationes in speciali. Sunt autem quatuor in quibus homines consueverunt tribulari, et in istis tribulati sunt apostoli, scilicet in rebus exterioribus, in inquietudine status, in laesione famae, et in afflictione proprii corporis. Quantum ergo ad primum dicit aporiamur, id est depauperamur. Aporos enim Graece, Latine dicitur pauper; quasi dicat: adeo pauperes sumus, ut necessaria desint. I Cor. IV, v. 11: usque in hanc horam esurimus, et cetera. Sed non destituimur a Deo, qui est thesaurus noster. Divitiae enim non quaeruntur propter se, sed propter sufficientiam vitae. Unde homines, qui sine Dei auxilio et spe sunt, si careant divitiis, destituuntur; sed qui solum de Deo confidunt et sperant, quantumcumque aporiantur, non destituuntur. Infra VI, 10: tamquam nihil habentes, et omnia possidentes. Sed nec sufficit, imo cum hoc inquietamur, persecutionem patimur, scilicet de loco ad locum. Matth. X, 23: persequentur vos. Sed non derelinquimur a Deo, quin praebeat auxilium. Hebr. ult.: non te deseram, et cetera. Ps. IX, 11: sperent in te, qui noverunt te, et cetera. Sed et cum hoc laedimur in fama, quia humiliamur, id est contemnimur et pro nihilo reputamur. Io. XVI, 2: venit hora, ut omnis qui interficit vos, et cetera. Matth. V: beati eritis cum vos oderint, et cetera. Sed quia quando quis contemnitur, et causa contemptus subest, ille qui contemnitur, consuevit confundi; quando vero causa non subest, non confunditur, et istis non suberat causa contemptus, ideo dicit non confundimur. Quasi dicat: quia non subest causa, non curamus. Ps. XXX, 2: in te, domine, speravi, non confundar, et cetera. Sed quasi haec pauca sint, addit ad tribulationis exaggerationem, dicens deiicimur ad mortis pericula, sed non perimus, id est a bono non cessamus, vel non perimus quia Deus sustentat nos. Iob XI, 17: cum te consumptum putaveris, et cetera. I Cor. IV, 13: tamquam purgamenta huius mundi, et cetera. Ps. XLIII, v. 22: aestimati sumus sicut oves, et cetera. Consequenter cum dicit semper mortificationem, etc., subdit rationem huius patientiae. Circa quod sciendum est quod in Christo talis fuit processus. Nam a principio suae conceptionis carnem habens passibilem, et passus mortuus fuit, sed tamen interius vivebat spirituali vita. Post resurrectionem vero, illa spiritualis et gloriosa vita usque ad corpus derivata est, et factum est ipsum corpus gloriosum et immortale, quia: Christus resurgens ex mortuis, iam non moritur, et cetera. Unde ex hoc accipitur duplex status in corpore Christi, scilicet mortis et gloriae. Et ideo dicit: quod ideo pericula mortis et passiones patienter sustinemus, ut perveniamus ad gloriosam vitam. Et hoc est quod dicit: ita sustinemus semper, id est in omnibus et ubique, mortificationem Iesu, id est propter Iesum, vel ad similitudinem mortis Iesu, Gal. ult.: stigmata domini Iesu, et cetera. Quia propter veritatem passi sumus, sicut et Iesus. In corpore nostro, non solum in mente, Ps. XLIII, 22: propter te mortificamur tota die. Ut vita Iesu, id est vita gratiae quam Iesus dat; vel vita gloriae ad quam Iesus per passiones pervenit, Lc. XXIV, 26: nonne oportuit Christum pati, et ita intrare in gloriam, id est manifeste appareat etiam inimicis. Dicit ergo in futura, scilicet resurrectione, vel etiam nunc vita gloriae, in corporibus nostris, non solum in animabus, Iudic. VII: fractis lagunculis apparuerunt lucernae. Et idcirco dicit Ambrosius: non timebat mori propter resurrectionem promissam. Circumferentes, id est ubique portantes et sustinentes, quia quocumque eamus patimur et non caedimus. Et hoc ideo ut vita Iesu, quae latet nunc in corde nostro, in corporibus nostris manifestetur, quando scilicet reformabit corpus humilitatis nostrae, etc., Phil. c. III, 21. Col. III, 3: mortui estis, et vita vestra, et cetera. II Tim. II, 11: si commortui sumus, et convivemus.

131. L’Apôtre a traité précédemment de la fonction du ministère de la Nouvelle Alliance quant à la pratique du bien (n° 116); il en traite maintenant quant à la patience dans les épreuves.

A. Il montre la patience des Apôtres dans les épreuves qu’ils avaient à souffrir.

B. Il décrit ces épreuves (n° 138) : "Quoique vivants, nous sommes livrés à la mort"...

Divisions de A :

Il expose la raison pour laquelle Dieu les soumet aux tribulations.

Il montre que dans ces tribulations ils se comportent avec patience (n° 133) : "De toutes parts nous souffrons"

Il explique la raison de cette patience (n° 136) : "Nous portons toujours dans notre corps".

132. Dieu, dit l’Apôtre, a illuminé nos âmes pour l’illumination des autres, cette lumière étant le plus grand des trésors. Sagesse VII, 14 – Elle est pour les hommes un trésor infini... Isaïe XXXIII, 6 – Les richesses du salut sont la sagesse et la science... Ce grand trésor, nous le gardons, non dans un meuble précieux, mais dans un objet d’argile sans valeur, et la raison en est qu’il faut qu’on reconnaisse la puissance de Dieu. "Nous portons ce trésor", c’est-à-dire cette lumière dont nous illuminons les autres, "dans des vases d’argile", c’est-à-dire dans un corps fragile et vil. Psaume CII, 14 – Il sait de quelle pâte nous sommes pétris. Jérémie XVIII, 6 – Comme l’argile dans la main du potier, ainsi êtes-vous dans ma main... Isaïe LXIV, 8 – Et maintenant, Seigneur, tu es notre Père et nous sommes l’argile.

Ainsi "nous portons ce trésor dans des vases d’argile", pour que la "beauté" -de cette lumière- soit bien de la puissance de Dieu, c’est-à-dire soit attribuée à Dieu, et qu on ne croie pas qu’elle vient de nous. Car si nous étions riches, puissants et nobles selon la chair, tout ce que nous ferions de grand serait attribué, non pas à Dieu, mais à nous-mêmes. Mais comme nous sommes pauvres et méprisables, la beauté de notre trésor est attribuée à Dieu et non à nous. C’est pour cela que Dieu fait de nous un objet de mépris et nous expose aux tribulations. Deut. XXXII, 27 – Qu’ils ne disent pas : c’est notre main qui triomphe... I Corinthiens 1, 29 Que nulle chair ne se glorifie... Sagesse XII, 8 – Tu as envoyé des guêpes en avant-garde pour les exterminer...

133. Lorsqu’il dit : "De toutes parts nous souffrons des tribulations", il montre la patience des Apôtres dans leurs épreuves. Tout d’abord, il parle des épreuves en général, puis il énumère en particulier celles qui affligeaient les Apôtres (n° 135) : "sans ressources mais non désespérés".

134. Vraiment, dit-il, nous portons ce trésor dans des vases d’argile, parce que, "de toutes parts nous souffrons".

Autrement dit : aucun genre d’épreuve ne nous est épargné. Actes XIV, 21 – c’est par de nombreuses tribulations qu’il nous faut entrer dans le royaume de Dieu. Luc XXIV, 26 – Ne fallait-il pas que le Christ souffrît pour entrer dans sa gloire...

Et malgré ces tribulations "nous ne sommes pas étouffés". Il parle par comparaison avec un voyageur qui, lorsqu’il n’y a pas de chemin pour sortir d’un lieu étroit, s’y trouva comme étouffé. Autrement dit : les hommes qui mettant leur confiance dans le monde sont étouffés, s’ils sont pressés de toutes parts par les épreuves du monde; car ils ne voient s’ouvrir aucun chemin pour en sortir, puisqu’ils n’ont d’espérance que dans le monde. Mais nous, bien qu’éprouvés par le monde, nous mettons notre confiance en Dieu et notre espérance dans le Christ : aussi Dieu nous ouvre toujours une voie vers l’évasion où il nous procurera du secours, et nous ne sommes pas étouffés.

135. Ensuite l’Apôtre énumère les tribulations particulières. Il y en a quatre sortes qui d’ordinaire mettent les hommes à l’épreuve, et les Apôtres en furent éprouvés : elles nous atteignent par les biens extérieurs, par l’insécurité, par les atteintes à notre réputation, par les souffrances infligées à notre propre corps.

Nous sommes "sans ressources", dit l’Apôtre, c’est-à-dire réduits à la pauvreté. Aporos en grec signifie "pauvre". Nous sommes si pauvres que le nécessaire nous manque. I Corinthiens IV, 11 – A cette heure nous souffrons la faim, la soif. Mais "nous ne sommes pas abandonnés par Dieu", qui est notre trésor. On ne doit pas rechercher la richesse pour elle­-même mais pour les besoins de la vie. Aussi les hommes qui ne placent pas leur secours et leur espoir en Dieu sont-ils abandonnés si la richesse leur manque. Mais ceux dont le secours et l’espoir sont placés en Dieu seul ne sont pas abandonnés, s’ils viennent à tomber dans le dénuement. Infra VI, 10 – Nous sommes comme n’ayant rien, et nous possédons tout.

Ce n’est pas tout, nous sommes dans l’insécurité, "nous souffrons persécution", fuyant de lieu en lieu. Matthieu X, 23 – Ils vous persécuteront. Mais nous ne sommes pas abandonnés de Dieu, dont le secours nous est assuré. Hébreux XIII, 5 – Je ne te délaisserai pas... Psaume IX, 11 – Qu’ils espèrent en toi, ceux qui te connaissent...

Il arrive aussi que nous soyons attaqués dans notre réputation, que nous soyons "humiliés", c’est-à-dire méprisés et comptés pour rien. Jean. XVI, 2 – L’heure vient où quiconque vous tuera... Matthieu V (Luc VI, 22) : Heureux serez-vous quand on vous haïra... Lorsque quelqu’un est méprisé et que ce mépris a une raison, celui qui est méprisé est d’ordinaire confondu; mais quand ce mépris est sans raison, il n’est pas confondu, ce qui est le cas des Apôtres, aussi dit-il : "Nous ne sommes pas confondus", autrement dit : puisque nous sommes méprisés sans raison, nous ne nous en soucions pas. Psaume XXX, 2 – J’ai espéré en toi, Seigneur, je ne serai pas confondu...

Mais comme si c’était encore peu de chose, il ajoute à ce comble d’épreuves : "nous sommes abattus", jetés dans des périls mortels, "mais non anéantis"; c’est-à-dire : nous ne cessons pas de faire la bien, ou bien nous ne périssons pas, parce que Dieu nous soutient. Job XI, 17 – Lorsque tu te croiras perdu... I Corinthiens IV, 13 – Nous sommes devenus comme l’ordure du monde... Psaume XLIII, 22 – On nous a traités comme des moutons à l’abattoir...

136. Lorsqu’il dit : "Nous portons toujours dans notre corps". Il donne la raison de cette patience.

Il y a dans le Christ un développement semblable. Car dès le principe de sa conception. Il eut une chair capable de souffrir et sa passion. Il la soumit à la mort, et pourtant en lui-­même, Il vivait d’une vie spirituelle. Après sa résurrection, cette vie spirituelle et glorieuse s’est étendue au corps, lequel est devenu lui-même glorieux et immortel, parce que (Romains VI, 9) le Christ ressuscitant des morts ne meurt plus... Il y a donc un double état dans le corps du Christ, à la fois de mort et de gloire. Si donc, dit l’Apôtre, nous supportons avec patience des périls mortels et des passions, c’est afin de parvenir à une vie glorieuse.

137. Tel est la sans de ces mots : "Nous portons toujours les souffrances de la mort de Jésus", en toute circonstance et partout, à cause de Jésus et à la ressemblance de sa mort, - Galates VI, 17 – Je porte sur mon corps les stigmates du Seigneur Jésus, car nous avons souffert pour la vérité de même que Jésus. "Dans notre corps", et non seulement dans notre âme. Psaume XLIII, 22 – A cause de toi nous sommes livrés à la mort tous les jours... "Afin que la vie aussi de Jésus", la vie de grâce que Jésus donne, ou la vie de gloire à laquelle Jésus est parvenu par sa passion, -Luc XXIV, 26 – Ne fallait-il pas que le Christ souffrît et entrât dans la gloire..., afin que la vie de Jésus apparaisse manifestement même à ses ennemis.

C’est donc à la fois dans la résurrection future et maintenant dans la vie de grâce que nous portons la mort du Christ "dans nos corps", et non seulement dans nos âmes : Judith VII – Les flacons étant brisés, des lumières apparurent. C’est pourquoi saint Ambroise écrit : Il ne craignait pas de mourir à cause de la récompense promise. "Nous portons le mort du Christ", nous la portons et nous la subissons, parce que, où que nous allions, nous souffrons passion et nous ne frappons pas. Et cela, "pour que la vie de Jésus", qui maintenant est cachée dans notre coeur, "soit manifestée dans nos corps", puisqu’Il transforme le corps de notre bassesse... (Phil. III, 21)- Colossiens III, 3 – Vous êtes morts, et votre vie est cachée avec le Christ en Dieu. II Tim. II, il : Si nous mourons avec Lui, nous vivions aussi avec Lui.

 

Lectio 4

 

Leçon 4 – 2 Co IV, 11-15 – Notre espérance

 

 

11 (n° 138) En effet nous qui vivons, sans cesse nous sommes livrés à la mort à cause de Jésus, afin que la vie de Jésus soit manifestée dans notre chair mor­telle.

12 Donc la mort fait son oeuvre en nous, et la vie en vous.

13 (n° 140) Mais nous avons le même esprit de foi dont il est écrit : "J’ai cru, et c’est pourquoi j’ai parlé "; nous aussi nous croyons et c’est pourquoi nous parlons.

14 (n° 142) Car nous savons que Celui qui a ressuscité Jésus nous ressuscitera avec Jésus, et nous présentera à Lui avec vous.

15 (n° 143) Tout cela à cause de vous, afin qu’une grâce abondante fasse abonder l’action de grâces d’un grand nombre pour la gloire de Dieu.

[87707] Super II Cor., cap. 4 l. 4 Posita patientia apostolorum in malis, et causa patientiae ostensa, hic apostolus consequenter manifestat ea; et primo manifestat id quod dixit de spe gloriae; secundo vero id quod dixit de sua patientia, ibi propter quod non deficimus, et cetera. Circa primum duo facit. Primo manifestat spem gloriae quam habet; secundo ostendit unde haec spes sibi proveniat, ibi habentes autem eundem, et cetera. Circa primum tria facit. Primo ostendit quomodo mortificationem Iesu in corpore suo portet; secundo vero manifestat quomodo portet vitam Iesu, ibi ut et vita, etc.; tertio manifestat quid ex hoc sibi et aliis proveniat, ibi ergo mors, et cetera. Dicit ergo primo: dico quod portamus mortificationem in corporibus nostris, non quod moriamur, sed quia nos qui vivimus, corporali vita vel virtutibus, semper tradimur in mortem, vel in pericula mortis. Et hoc quidem, propter Iesum. Ps. XLIII, 22: aestimati sumus sicut oves, et cetera. Qualiter autem vitam Iesu portemus in corpore exponit subdens: ita, scilicet ut vita Iesu immortalis et impassibilis, manifestetur in carne nostra nunc mortali, ita ut caro nostra mortalis recipiat immortalitatem in resurrectione. I Cor. XV, 53: oportet autem mortale hoc induere, et cetera. Sed ex hoc quid proveniat, subdit, dicens ergo mors operatur, id est exercet dominium suum in nos, vita autem, scilicet praesens, operatur in vobis, quia estis in prosperitate, iuxta illud I Cor. IV, 10: nos stulti, et cetera. Ut mors operetur in nobis magnum bonum, scilicet consecutionem vitae spiritualis. Ps. CXV, v. 15: pretiosa est in conspectu domini mors sanctorum eius, et cetera. Sed vita terrena quam amatis, operatur in vobis magnum malum, scilicet mortem aeternam. Prov. X, 16: opus iusti ad vitam, et cetera. Io. XII, 25: qui amat animam suam in hoc mundo, et cetera. Vel aliter: duo fuerunt in Christo, mors corporalis et vita spiritualis. Dicit itaque ergo mors, etc., quasi dicat: in nobis non solum vita spiritualis operatur, inquantum imitamur spiritualiter, sed etiam mors operatur, id est propter spem resurrectionis, et propter amorem Christi, vestigia mortis Christi in nobis apparent, inquantum passionibus mortis exponimur, Ps. XLIII, 22: propter te mortificamur tota die; sed in vobis operatur solum vita Christi, per quam vitam fides plantatur in vobis et vita spiritualis. Unde autem proveniat apostolo haec spes certitudinis, subdit, dicens habentes autem, et cetera. Et circa hoc duo facit. Primo ponit causam certitudinis; secundo concludit ipsam certitudinem, ibi scientes quoniam qui, et cetera. Causa autem huius certitudinis est spiritus, infundens fidem in cordibus eorum. Unde primo ponit causam hanc; secundo vero manifestat eam per exemplum, ibi sicut scriptum est, et cetera. Dicit ergo: ex hoc speramus et non deficimus, quia sumus habentes eumdem spiritum fidei, quem antiqui habuerunt, quia, licet tempora mutata sint, spiritus tamen et fides non est mutata, nisi quod illi credebant Christum venturum et passurum, nos autem credimus ipsum venisse et passum fuisse. Et hic spiritus est spiritus sanctus, qui est spiritus fidei. I Cor. XII, 11: haec autem omnia operatur unus atque idem spiritus, et cetera. Et ibidem: alteri fides in eodem spiritu. Hunc ergo spiritum habentes, quem antiqui habuerunt, facimus eadem quae illi, et credimus. Illi autem quid fecerint, dicit Ps. CXV, 10: credidi, scilicet Deo et perfecte. Et hoc omnes antiqui fecerunt. Hebr. XI, 39: hi omnes testimonio fidei, et cetera. Propter quod, scilicet credidi, locutus sum, id est confessus sum fidem. Rom. X, 10: corde creditur ad iustitiam, et cetera. Quod etiam nos facimus, quia propter hoc quod credimus, loquimur et confitemur fidem et praedicamus. Act. IV, 20: non enim possumus quae vidimus et audivimus non loqui. Spiritus ergo sanctus est causa huius certitudinis. Ultimo ergo concludit conclusionem intentam, scilicet ipsam certitudinem. Et primo de salute propria; secundo de salute aliorum, ibi et constituet vobiscum, et cetera. Dicit ergo scientes, id est certam scientiam habentes, quoniam qui suscitavit Iesum, id est Deus pater, vel tota Trinitas, et nos cum Iesu suscitabit, ut scilicet sumamus eamdem gloriam cum Iesu, quia cum simus membra eius, debemus esse cum capite. Io. XII, 26: volo, pater, ut ubi ego sum, illic sit et minister meus, et cetera. Rom. VIII, v. 11: qui suscitavit dominum Iesum a mortuis, suscitabit, et cetera. Et non solum sum certus de salute nostra, sed etiam de vestra, quia constituet nos vobiscum, id est simul erimus; quia sicut nos sumus membra Christi, ita et vos per nos. I Thess. IV, 16: et sic semper cum domino erimus. Matth. XXIV, 28: ubicumque fuerit corpus, et cetera. Et ideo dicit vobiscum, ut animet eos ad bonum, inquantum ostendit eos non esse inferiores, sed pares. Et bene hoc possum certe dicere, quia omnia sunt propter utilitatem vestram. Nam omnia, quae sustinemus, omnes gratiae quas recipimus a Deo, sunt propter vos, scilicet instruendos nostro exemplo. Et hoc ideo ut gratia abundans a nobis, in vos abundet per multos in gloriam Dei, id est multi agant gratias Deo super beneficio tanto. Eph. V, v. 20: gratias agentes Deo et patri, et cetera.

 

138. Après avoir exposé la patience des Apôtres dans les épreuves et la raison de cette patience (n° 131), l’Apôtre explique :

ce qu’il a dit de l’espérance de la gloire.

ce qu’il a dit de sa propre patience (n° 144) : "pourquoi nous ne nous lassons pas"...

Divisions de 1 –

a) Il explique l’espérance de gloire qui l'anime.

b) Il montre d’où lui vient cette espérance (n° 140 "Nous avons le même esprit de foi"...

139. Sur son espérance de gloire, il montre comment il porte dans son corps les souffrances de la mort Jésus, il explique comment il porte la vie de Jésus : "afin que la vie de Jésus aile aussi soit manifestée"... explique ce qui en résulte et pour lui et pour les autres "Donc la mort fait son oeuvre en nous et la vie en vous."

Il déclare donc d’abord : Je dis que nous portons dans nos corps les souffrances de la mort du Christ, non que nous mourions, mais parce que "nous qui vivons" de la vie corporelle et de la pratique des vertus, nous sommes sans cesse "livrés à la mort", ou à des dangers mortels. Et cela "à cause de Jésus". Psaume XLIII, 22 – On nous a traités comme des moutons d’abattoir...

Il explique ensuite comment nous portons dans notre corps la vie de Jésus : nous faisons en sorte que "la vie de Jésus", immortelle et impassible, "soit manifestée dans notre chair" maintenant "mortelle", afin que notre chair mortelle reçoive l’immortalité dans la résurrection. I Corinthiens XV, 53 – Il faut que ce corps mortel revête l’incorruptibilité...

Enfin voici ce qui en résulte. "Donc la mort fait son oeuvre en nous", c’est-à-dire exerce son empire sur nous, "mais la vie" -la vie présente- "fait son oeuvre en vous", parce que vous êtes dans le bonheur selon I Corinthiens IV, 10 – Nous sommes insensés à cause du Christ. La mort opère en nous un grand bien, car elle nous fait acquérir la vie spirituelle. Psaume CXV, 15 – Précieuse est la mort des saints aux yeux de Dieu... Mais la vie de la terre que vous aimez opère en vous un grand mal, qui est la mort éternelle. Prov. X, 16 – L’oeuvre du juste va vers la vie. Jean. XII, 25 – Celui qui aime se vie la perdra...

On peut interpréter autrement. Il y eut deux éléments dans le Christ : une mort corporelle et une vie spirituelle. L’Apôtre semble vouloir dire : en nous, non seulement la vie spirituelle opère dans la mesure où nous imitons spirituel­lement le Christ, mais la mort opère aussi, en ce sens qu’à cause de l’espérance de la résurrection et à cause de l’amour du Christ, les marques de la mort du Christ apparaissent en nous, dans la mesure où nous sommes exposés aux souffrances de la mort. Psaume XLIII, 22 – A cause de Toi nous sommes livrés à la mort tous les jours. Mais en vous opère seulement la vie du Christ, et par cette vie la foi germe en vous ainsi que la vie spirituelle.

140. D’où provient chez l’Apôtre cette espérance d’une certitude, il l’explique en disant : "Mais nous avons le même esprit de foi..."

Il explique la cause de sa certitude.

Il résume sa certitude en disant (n° 142) : "Car nous savons".

141. La cause de cette certitude est le Saint Esprit, qui répand la foi dans le coeur des Apôtres. Et il illustre l’effet de cette cause en citant le psaume : "J’ai cru, et c’est pourquoi j’ai parlé".

Nous espérons, dit-il, et nous ne nous lassons pas, parce que "nous avons le même esprit de foi" qu’eurent nos ancêtres; quoique les temps aient changé, l’esprit ni la foi n'ont changé, si ce n’est qu’ils croyaient que le Christ viendrait et qu’Il souffrirait, tandis que nous croyons qu’Il est venu et qu’Il a souffert. Et cet esprit est le Saint Esprit, qui est l’Esprit de foi. I Corinthiens XII, 11 – Mais c’est le même et unique Esprit qui opère tout cela... et au même chapitre : A un autre Il donne la foi dans le même esprit.

Parce que nous avons le même esprit que nos ancêtres, nous faisons les mêmes choses qu’eux, et nous croyons. Le Psaume dit ce qu’ils firent : (CXV, 10) "J’ai cru" en Dieu, d’une foi parfaite. Ainsi firent tous nos ancêtres. Hébreux XI, 39 – Tous ceux qui ont été éprouvés par le témoignage de leur foi n’ont pas reçu cependant ce qui leur avait été promis. "C’est pourquoi j’ai parlé" c’est-à-dire j’ai confessé la foi. Romains X, 10 – En croyant de coeur, on parvient à la justice... C’est ce que nous faisons : parce que nous croyons, nous parlons, nous confessons la foi et nous prêchons. Actes IV, 20 – Nous ne pouvons pas ne pas dire ce que nous avons vu et entendu. C’est donc le Saint Esprit qui est la cause de cette certitude.

142. Enfin la conclusion qu’il propose, c’est cette certitude elle-même : certitude du salut personnel, puis du salut des autres : "Il nous présentera à Lui avec vous."

Il dit : "Nous savons" -d’une science certaine- "que Celui qui a ressuscité Jésus"- c’est Dieu le Père ou la Trinité tout entière- "nous ressuscitera avec Jésus", afin que nous partagions la même gloire; puisque nous sommes les membres du Christ, nous devons être avec Lui qui est notre tête. Jean XII, 26 – (XVII, 24) : Je veux, Père, que là où je suis, soit aussi mon serviteur... Romains VIII, 11 – Celui qui a ressuscité le Seigneur Jésus ressuscitera aussi nos corps mortels...

Et je suis certain non seulement de notre salut mais aussi du vôtre, parce que "Il nous présentera à Lui avec vous", et que nous serons ensemble : car nous sommes les membres du Christ et ainsi en est-il de vous par nous. I Thess. IV, 17 – Et ainsi nous serons toujours avec le Seigneur. Matthieu XXIV, 28 – Partout où sera le cadavre, là s’assembleront les aigles.

Il dit donc : "avec vous", afin de les inciter au bien, en leur montrant qu’ils sont, non des inférieurs, mais des égaux.

143. — Et je puis bien dire avec certitude que toutes choses tendent à votre intérêt. Car "tout cela", toutes ces épreuves que nous supportons, sont toutes des grâces que nous recevons de Dieu "à cause de vous", pour vous instruire par notre exemple. Et cela, "afin qu’une grâce abondante" —émanant de nous— fasse abonder l’action de grâces d’un grand nombre d’entre vous "pour la gloire de Dieu", c’est-à-dire pour que beaucoup rendent grâces à Dieu pour un si grand bienfait. Eph. V, 20 – Rendez toujours grâces pour toutes choses à Dieu le Père...

 

Lectio 5

 

Leçon 5 – 2 Co IV, 16-18 – La récompense de la patience

 

 

16 (n° 144) C’est pourquoi nous ne faiblissons pas; mais quoique l’homme extérieur en nous se dissolve, l’homme intérieur se renouvelle de jour en jour.

17 (n° 148) Car cela, qui dans le moment présent est une épreuve légère et passagère, produit en nous au-delà de toute mesure, dans une élévation sublime, un poids éternel de gloire.

18 (n° 151) Nous contemplons, non les choses visibles, mais les invisibles. Les visibles sont du temps, les invisibles de l’éternité.

[87708] Super II Cor., cap. 4 l. 5 Posita patientia quam apostoli habebant in tribulationibus, et praemio quod expectabant manifestato, hic consequenter agit de patientiae causa et patientiae modo, seu ratione. Et circa hoc tria facit. Primo enim insinuat sanctorum patientiam; secundo patientiae causam, ibi non contemplantibus nobis, etc.; tertio patientiae remunerationem, ibi id enim, et cetera. Circa primum intendit ostendere, quod sanctorum patientia est invincibilis. Et hoc est quod dicit propter quod, scilicet quia sumus scientes quod qui suscitavit Iesum a mortuis, suscitabit nos et constituet vobiscum, ideo non deficimus, scilicet in tribulationibus, id est non deducimur ad hoc quod non possimus propter Christum amplius ferre et sustinere. Nam deficere idem est quod ferre non posse. Ier. XX, 9: defeci, ferre non sustinui. Causa autem quare non deficimus est quia licet quantum ad aliquid deficiamus, scilicet quantum ad exteriorem hominem, tamen quantum ad aliquid semper renovamur, scilicet quantum ad interiorem hominem. Et hoc est quod dicit sed licet is qui foris est, et cetera. Ubi sciendum est, quod occasione istorum verborum haereticus, Tertullianus nomine, dixit quod anima rationalis, quae est in hominis corpore, habet corpoream figuram et membra corporea, sicut et corpus habet: et hoc dicitur homo interior; corpus vero, cum sensibus suis, dicitur homo exterior. Quod quidem falsum est. Unde, ad intellectum huius verbi, sciendum est quod etiam secundum philosophum in Ethic., et secundum consuetudinem loquendi, unumquodque dicitur esse illud quod est principalius in ipso, puta, quia in civitate principalius est potestas et Concilium, id quod facit potestas et Concilium, dicitur tota civitas facere. Principalius autem in homine potest aliquid iudicari et secundum veritatem et secundum apparentiam. Secundum veritatem quidem principalius in homine est ipsa mens, unde secundum iudicium spiritualium virorum mens dicitur homo interior. Secundum apparentiam vero principalius in homine est corpus exterius cum sensibus suis; unde secundum iudicium illorum, qui tantum corporalia et sensibilia considerant et terrena sapiunt, quorum Deus venter est, corpus cum sensibus dicitur homo exterior. Et ideo, secundum hunc modum, loquitur hic apostolus, dicens licet homo noster, scilicet corpus cum natura sensitiva, corrumpatur, in tribulationibus, ieiuniis et abstinentiis et vigiliis, Rom. VI, 6: vetus homo noster simul, et cetera. Habac. III, 16: ingrediatur putredo, etc., tamen is homo, qui intus est, scilicet mens, seu ratio munita spe futuri praemii et firmata munimine fidei, renovatur. Quod sic intelligendum est: vetustas enim est via ad corruptionem. Hebr. VIII, v. 13: quod antiquatur et senescit, et cetera. Natura autem humana fuit in integritate condita et, si in illa integritate permansisset, semper esset nova: sed per peccatum incepit corrumpi; quo fit, quod quidquid consecutum est, sicut ignorantia, difficultas ad bonum, et pronitas ad malum, poenalitas et alia huiusmodi, totum pertinet ad vetustatem. Cum ergo natura humana huiusmodi peccatum sequentia deponit, tunc dicitur renovari. Quae quidem depositio hic incipit in sanctis, sed perfecte consummabitur in patria. Hic enim deponitur vetustas culpae: nam spiritus deponit vetustatem peccati et subiicitur novitati iustitiae. Hic intellectus deponit errores et assumit novitatem veritatis; et, secundum hoc, is, qui intus est homo, scilicet anima, renovatur. Eph. IV, 23: renovamini spiritu mentis vestrae. Sed in patria tolletur etiam vetustas poenae. Unde ibi erit consummata renovatio. Ps. CII, 5: renovabitur ut aquilae, et cetera. Sed quia sancti quotidie proficiunt in puritate conscientiae et in cognitione divinorum, ideo dicit de die in diem. Ps. LXXXIII, 6: ascensiones in corde suo. Sic ergo patientia est invincibilis, quia renovatur de die in diem. Tertium principale, scilicet huius patientiae causa, est recogitatio praemii, quae est efficacissima, quia, secundum Gregorium, recogitatio praemii, diminuit vim flagelli. Et hoc est quod dicit id enim quod, etc., quasi dicat: nihil sunt tribulationes quas hic patimur, si respiciatur ad gloriam, quam ex eis consequimur. Unde comparat statum sanctorum, qui sunt in vita ista, ad statum eorum, qui sunt in patria, et ponit quinque in utroque statu correspondentia sibi invicem. Nam primo status istius vitae in sanctis est status, quantum in se est, parvus et quasi imperceptibilis. Unde dicit id, id est minimum. Is. LIV, 7: ad punctum, in modico dereliqui te. Item transitorium. Unde dicit in praesenti, id est in vita ista, quae est in afflictionibus et aerumnis. Iob VII, 1: militia est vita hominis, et cetera. Item temporis brevitas. Unde dicit momentaneum. Is. LIV, 8: in momento indignationis abscondi faciem meam parumper a te, et cetera. Nam totum tempus huius vitae comparatum ad aeternitatem, non est nisi momentaneum. Item est levis. Unde dicit leve. Nam licet supra I, 8 dicatur: gravati sumus supra modum, quia scilicet grave est corpori, tamen spiritui charitate ferventi levissimum est. Augustinus: omnia gravia et immania facilia et prope nulla facit amor. Item est poenosus. Et ideo dicit tribulationis. Mich. VII, 9: iram domini portabo, et cetera. Sed quantum ad statum beatitudinis ponit quinque, quia contra hoc, quod dicit, id, ponit supra modum, id est supra mensuram. Rom. VIII, 18: existimo quod non sunt condignae passiones, et cetera. Sed contra Matth. XVI, 27: reddet unicuique iuxta opera sua. Non ergo supra mensuram. Respondeo. Dicendum est, quod ly sed, non designat aequalitatem quantitatis, ut scilicet quantum quis meruit, tantum praemietur, sed designat aequalitatem proportionis, ut scilicet qui plus meruit, plus praemii accipiat. Item contra id quod dicit in praesenti, ponit in sublimitate, id est in statu sublimi absque perturbatione. Is. LVIII, 14: sustollam te super altitudinem nubium, et cetera. Contra id quod dicit momentaneum, ponit aeternum, Is. XXXV, 10: laetitia sempiterna super capita eorum, et cetera. Contra id quod dicit leve, ponit pondus. Et dicit pondus, propter duo. Pondus enim inclinat et trahit ad motum suum quae subsunt sibi. Sic gloria aeterna erit tanta, quod totum hominem faciet gloriosum, et in anima et in corpore; nihil erit in homine, quod non sequatur impetum gloriae. Vel dicitur pondus, propter pretiositatem. Nam pretiosa solum ponderari consueverunt. Contra hoc, quod dicit tribulationis, ponit gloriae. Vel hoc quod dicit gloriae, potest esse commune ad alia quatuor, quae de statu patriae dicuntur; hoc vero quod dicit tribulationis, ad quatuor quae de statu praesentis vitae dicta sunt. Operatur supra id, scilicet quod tribulationes patimur, nam haec sunt causa et meritum, quare Deus istam gloriam nobis conferat. Est ergo sanctorum patientia invincibilis, eorum remuneratio ineffabilis, sed, remunerationis eorum recompensatio, recta et delectabilis. Unde dicit non contemplantibus nobis, etc., quasi dicat: licet haec, quae speramus, sint futura, et interim corpus nostrum corrumpatur, nihilominus tamen renovamur, quia non attendimus ad ista temporalia, sed ad caelestia. Et hoc est quod dicit: operatur in nobis pondus gloriae, nobis dico, non contemplantibus, id est non attendentibus ad ea quae videntur, id est ad terrena, sed ad ea quae non videntur, scilicet caelestia. Phil. III, 13: quae retro sunt obliviscens, et cetera. I Cor. II, 9: oculus non vidit, et cetera. Et quare caelestia contemplamur? Quia ea quae videntur, id est terrena, sunt temporalia, et transitoria, ea autem quae non videntur, scilicet caelestia, sunt aeterna. Is. LI, v. 8: salus autem mea in sempiternum erit.

 

144. — Après avoir exposé la patience dont les Apôtres faisaient preuve dans leurs tribulations et montré la récom­pense qu’ils en attendaient (n° 138), il traite de la cause de la patience des saints et du caractère de cette patience.

Il montre ce qu’est la patience des saints.

Il dégage la cause de cette patience (n° 146) : "Nous contemplons"…

Il dit quelle en est la récompense (n° 148) : "Car ce qui est une épreuve légère"

145. — La patience des saints est invincible, et "c’est pourquoi" — c’est-à-dire parce que nous savons que Celui qui a ressuscité Jésus nous ressuscitera et nous présentera à lui avec vous- "nous ne faiblissons pas" : nous ne sommes pas réduits au point de ne plus pouvoir rien supporter et soutenir à cause du Christ; car faiblir est la même chose que ne pouvoir supporter. Jérémie XX, 9 – J’ai faibli, je n’ai rien pu supporter...

146. La cause pour laquelle nous ne faiblissons pas est que, quoique l’homme extérieur en nous faiblisse, nous sommes sans cesse renouvelés quant à l’homme intérieur. C’est à l’occasion de ces paroles qu’un hérétique, Tertul­lien[10], a dit que l’âme raisonnable, qui est dans le corps de l’homme, a une figure et des membres corporels, comme le corps : c’est ce qu’on appelle l’homme intérieur; quant au corps avec ses sens, il constitue l’homme extérieur. Et cela est faux. Pour comprendre cette parole il faut savoir que, selon Aristote dans son Ethique (livre IX, leçon 9, (n° 1869), et selon la coutume du langage, chaque être est dit être ce qu’est l’élément premier qui se trouve en lui : dans une cité, l’élément premier est le gouvernement et l’assemblée; ce que font le gouvernement et l’assemblée, on dit que la cité entière le fait.

Quel est l’élément premier dans l’homme? On peut en juger selon la vérité et selon l’apparence. Selon la vérité, l’élément premier est l’âme même, et selon le jugement des hommes spirituels, on dit que l’âme est l’homme intérieur. Mais selon l’apparence l’élément premier dans l’homme est le corps extérieur avec ses sans; et selon le jugement de ceux qui considèrent seulement les choses corporelles et sensibles, qui n’ont de goût que pour la terre, qui font leur dieu de leur ventre, on dit que le corps avec ses sans est l’homme extérieur.

147. C’est dans ce sens que parle ici l’Apôtre : "quoique l’homme extérieur en nous" -c’est-à-dire le corps avec sa nature sensible- "se dissolve", dans les tribulations, le jeûne, l’abstinence et les veilles, -Romains VI- : Notre vieil homme a été crucifié avec lui... Habac. III, 16 – Que la pourriture pénètre dans mes os..., cependant l’homme intérieur, c’est-à-dire l’âme, ou la raison fortifiée par l’espérance de la récompense future et soutenue par la foi, "est renouvelé". Cela doit se comprendre ainsi : le vieillis­sement est le chemin de la corruption, Hébreux VIII, 13 – Ce qui est vieilli est près de disparaître... La nature humaine a été créée dans son intégrité, et si elle était demeurée dans cette intégrité, elle serait toujours nouvelle; mais par le péché elle a commencé à se corrompre. Tout ce qui en est résulté, comme l’ignorance, la difficulté à faire le bien, l’inclination au mal, la faculté de pécher, tout cela caractérise le vieillis­sement.

Donc lorsque la nature humaine se dépouille des suites d’un péché de cette nature, on dit qu’elle se renouvelle. Ce dépouillement commence ici-bas chez les saints, mais il ne se consommera parfaitement que dans la Patrie. Ici-bas on dépouille le vieillissement de la faute, car l’âme dépouille le vieillissement du péché et se soumet au renouvellement de la justice. Ici l’intelligence dépouille ses erreurs et assume le renouvellement de la vérité; et c’est ainsi que l’homme intérieur, c’est-à-dire l’âme, est renouvelé. Ephésiens IV, 23 – Renouvelez-vous dans l’intime de votre âme. Mais dans la Patrie, même le vieillissement du châtiment disparaîtra. C’est là que le renouvellement sera consommé. Psaume CII, 5 – Ta jeunesse sera renouvelée comme celle de l’aigle...

Mais parce que les saints font chaque jour des progrès dans la pureté de la conscience et dans la connaissance des choses divines, il dit : "de jour en jour". Psaume LXXXIII, 6 – Il a disposé des degrés dans son coeur... Donc la patience est invincible, parce qu’elle se renouvelle de jour en jour.

148. Le troisième point est la méditation de la récompense, qui est très efficace, car selon saint Grégoire la méditation de la récompense diminue la violence du supplice. C’est pourquoi il parle de "cette épreuve légère et passagère", ce qui veut dire : les épreuves que nous souffrons ne sont rien, si nous considérons la gloire qu’elles nous obtiendront. Aussi il compare l’état des saints qui sont dans cette vie avec l’état de ceux qui sont dans la Patrie, et il dégage cinq points de correspondance entre ces deux états.

149. L’état de cette vie dans les saints est en lui-même un état de petitesse telle qu’on n’y saurait rien distinguer. C’est pourquoi il dit : "cela", voulant dire ce qu’il y a de plus petit. Isaïe LIV, 7 – Pour un peu de temps je t’ai abandonné.

Le second caractère est d’être transitoire. "Dans le moment présent", c’est-à-dire dans cette vie qui se passe en peines et en chagrins. Job VII, 1 – La vie de l’homme est un service...

La troisième est la courte durée; d’où "épreuve passagère". Isaïe LIV, 8 – Dans un moment de colère je t’ai caché me face un instant. Car tout le temps de cette vie, comparé à l’éternité, n’est qu’un instant.

La quatrième est l’inconsistance. Voilà pourquoi il parle "d’épreuve légère", quoiqu’il ait dit plus haut -1, 8- Nous avons été accablés au-delà de toute mesure, parce que le corps la supporta avec peine; cependant elle est très légère pour une âme brûlante de charité. Saint Augustin dit : Toutes les épreuves pénibles et atroces sont rendues faciles et presque nulles par l’amour.

La cinquième est la douleur. C’est donc une "épreuve". Mich. VII, 9 – Je porterai la colère du Seigneur...

150. Il donne aussi cinq caractères de l’état de béatitude.

En face de "cela" il place "au-delà de toute mesure". Romains VIII, 18 – J’estime que les épreuves du temps présent sont sans proportion avec la gloire à venir...

On alléguera Matthieu XVI, 27 – Il rendra à chacun selon ses oeuvres. Cela contredit "au-delà de toute masure".

A quoi je réponds que le texte invoqué indique non une égalité de quantité -autant on a mérité, autant on sera récompensé- mais une égalité de proportion -plus on a mérité, plus on sera récompensé-.

En parallèle avec "du moment présent", il place "dans une élévation sublima", c’est-à-dire dans un état sublime et sans trouble, Isaïe LVIII, 14 – Je t’élèverai au-dessus des nuages les plus élevés.

A "épreuve passagère" il oppose "éternel". Isaïe XXXV, 10 – Une joie éternelle sera sur leurs visages...

En face d’épreuve "légère", il place un "poids" et cela pour deux raisons. Le poids en effet incline et entraîne à son mouvement ce qui l’accompagne. Ainsi la gloire éternelle sera si grande qu’elle rendra glorieux l’homme tout entier, âme et corps; il n’y aura rien dans l’homme qui ne suive l’élan de 1a gloire.

Ou bien il parle de "poids", à cause de son caractère précieux. On a coutume de peser seulement les objets précieux.

À cette "épreuve" il opposa la "gloire". Cette gloire peut être un trait commun aux quatre autres caractères de la béatitude, comme l’épreuve est un trait commun aux quatre caractères de la vie présente.

Le fait que nous subissons des épreuves "produit" en nous cette gloire, car elles sont cause par notre mérite que Dieu nous accorde cette gloire. Donc la patience des saints est invincible, leur récompense est ineffable, mais la compensation que constitue cette récompense est juste et délectable.

151. "Nous contemplons", dit l’Apôtre : quoiqu les biens que nous espérons soient futurs et que notre corps en attendant se dissolve, pourtant nous sommes renouvelés parce que nous sommes tournés, non vers les bien temporels, mais vers les biens célestes. L’épreuve produit et nous un poids éternel de gloire, parce que "nous ne contemplons pas les choses visibles", - nous ne sommes pas tournés vers les choses de la terre, "mais les invisibles" c’est-à-dire les choses du ciel. Phil. III, 13 – J’oublie ce qui est derrière moi... I Corinthiens II, 9 – des choses que l’oeil n’a pas vues...

Et pourquoi contemplons-nous les choses du ciel? Parce que les choses visibles et terrestres sont temporelles et passagères, tandis que les choses invisibles et célestes sont éternelles. Isaïe LI, 8 – Mon salut sera éternel.

 

 

 

Caput 5

 

CHAPITRE V – La récompense de notre ministère

 

Lectio 1

 

Leçon 1 – 2 Co V, 1-4 – Le désir de cette récompense éternelle

 

 

1 (n° 152) Nous savons en effet que, si la demeure terrestre de notre habitation est détruite, nous avons une maison qui est l’oeuvre de Dieu, une demeure éternelle, qui n’est pas faite de main d’homme, dans le ciel.

2 (n° 155) Voilà pourquoi nous gémissons, désirant violemment revêtir par dessus l’autre notre demeure qui est du ciel,

3 (n° 157) si pourtant nous sommes trouvés vêtus et non pas nus.

4 (n° 158) En effet tant que nous sommes dans cette tente, nous gémissons accablés, parce que nous voulons, non pas nous dépouiller, mais revêtir par dessus l’autre ce second vêtement, afin que ce qui est mortel soit absorbé par la vie.

 

[87709] Super II Cor., cap. 5 l. 1 Postquam apostolus commendavit ministerium novi testamenti, et quantum ad dignitatem, et quantum ad usum, consequenter hic commendat illud quantum ad praemium, licet de praemio, quantum ad aliquid aliqualiter et incomplete supra tractavit, hic tamen de hoc complete tractat. Circa quod tria facit. Primo enim agit de praemio; secundo vero de praeparatione et praemii susceptione, ibi et ideo contendimus sive, etc.; tertio vero de causa utriusque, scilicet praeparationis et praemii quod expectatur, ibi omnia autem ex Deo, qui reconciliavit, et cetera. Circa primum duo facit. Primo ponit praemium, quod expectatur; secundo exprimit desiderium praemii expectati, ibi nam in hoc ingemiscimus, et cetera. Sed quia praemium quod expectatur est inaestimabile, scilicet gloriae caelestis, et ideo dicit scimus quoniam, etc., quasi dicat secundum Glossam vere operatur in nobis pondus gloriae, quia in corporibus erit haec gloria, non tantum in animabus. Enim, id est quia, scimus, id est certi sumus, quia iam habemus in spe, quoniam si terrestris domus nostra, id est, corpus. Homo enim, ut dictum est, dicitur mens, cum sit principalius in homine; quae quidem mens se habet ad corpus, sicut homo ad domum. Sicut enim destructa domo, non destruitur homo eam inhabitans sed manet, sic, destructo corpore, non destruitur mens seu anima rationalis, sed manet. Corpus ergo terrestre dicitur domus habitationis, id est, in qua habitamus. Iob IV, 19: qui habitant domos luteas, et cetera. Dissolvatur, id est destruatur. Scimus, inquam, quod habemus aedificationem, id est aedificium, ex Deo, id est paratum a Deo. Aedificium, dico, domum non manufactam, id est non opere hominis, nec opere naturae, sed corpus incorruptibile, quod assumemus; quod quidem non est manufactum, quia incorruptibilitas in corporibus nostris provenit solum ex operatione divina. Phil. III, 21: reformabit corpus humilitatis nostrae, et cetera. Domum aeternam, id est domum ab aeterno praeparatam. Is. XXXIII, v. 20: tabernaculum quod nequaquam destruetur in caelis. Matth. V, 12: merces vestra copiosa est in caelis. Hanc autem commutationem, ut scilicet pro terrestri domo habeant caelestem, desiderabat Iob, dicens c. XIV, 14: cunctis diebus quibus nunc milito. Expositio est secundum Glossam. Sed tamen non est secundum intellectum apostolicum, nec praecedentibus, nec sequentibus concordat. Nam ipse cum habeat unam materiam continuam de qua loquitur, non interponit aliam. Et ideo videamus quid intendat apostolus dicere. Sciendum est autem, quod apostolus vult hic ostendere quod sancti rationabiliter sustinent tribulationes, ex quibus vita praesens corrumpitur, quia ex hoc statim perveniunt ad gloriam, non ad gloriosum corpus, ut dicitur in Glossa. Et ideo dicit: ideo sustinuimus enim, id est quia, scimus, id est, pro certo habemus, quoniam si terrestris domus nostra huius habitationis, id est, corpus, dissolvatur, id est, corrumpatur per mortem, habemus, statim, non in spe sed in re, meliorem domum, scilicet aedificationem, domum non manufactam, id est, gloriam caelestem, non corpus gloriosum. De hac autem domo dicitur Io. XIV, 2: in domo patris mei mansiones multae, et cetera. Quae quidem est ex Deo non manufacta, quia gloria aeterna est ipse Deus. Ps. XXX, 3: esto mihi in Deum protectorem et in domum, et cetera. Et aeternam, ad litteram, quia ipse Deus est aeternus. In caelis, id est, in excelsis, quia statim corrupto corpore, anima sancta consequitur hanc gloriam non in spe, sed in re. Nam et antequam corpus dissolvatur, habemus hanc domum in spe. Sic ergo praemium sanctorum est admirabile et desiderabile, quia gloria caelestis est. Ideo consequenter subiungit desiderium sanctorum ad ipsum praemium, dicens nam in hoc ingemiscimus, et cetera. Ubi tria facit. Primo exprimit desiderium gratiae ad praemium ipsum; secundo ostendit quod desiderium gratiae retardatur ex desiderio naturae, ibi nam et qui sumus in hoc tabernaculo, etc.; tertio ostendit quomodo desiderium gratiae vincit desiderium naturae, ibi audentes igitur, et cetera. Sed desiderium gratiae est cum fervore. Nam in hoc ingemiscimus, etc., quasi dicat: haec est vera probatio, quod habemus domum non manufactam, quia si desiderium naturae non est frustra, multo minus desiderium gratiae frustra est. Cum igitur nos habeamus ferventissimum desiderium gratiae de gloria caelesti, impossibile est, quod sit frustra. Et hoc est, quod dicit ingemiscimus, id est, ingemendo desideramus, in hoc, scilicet animae desiderio retardati. Ps. CXIX, 5: heu mihi, quia incolatus meus, et cetera. In hoc enim quod cupientes sumus, id est cupimus, superindui habitationem nostram, id est fruitionem gloriae, quae de caelo est, id est caelestis; quae dicitur habitatio, quia in ipsa gloria sancti habitant sicut in suo consolatorio. Matth. XXV, 21-23: intra in gaudium domini tui. Per hoc autem quod dicit superindui, dat intelligere quod illa domus caelestis, de qua supra dixerat, non est aliquid ab homine separatum, sed aliquid homini inhaerens. Non enim dicitur homo induere domum sed vestimentum, domum autem dicitur aliquis inhabitare. Haec ergo duo coniungit, dicens superindui habitationem, per quod ostendit, quod illud desiderium est aliquid inhaerens, quia induitur, et aliquid continens et excedens, quia inhabitatur. Sed quia non simpliciter dixit: indui, sed superindui, rationem sui dicti subdit, dicens si tamen vestiti, et non nudi inveniamur. Quasi dicat: si anima indueretur habitatione caelesti, quod non exueretur habitatione terrena, id est non corrumperetur corpus nostrum per mortem, sed caelestis adeptio illius habitationis esset superinduitio. Sed quia oportet quod evacuetur habitatione terrena, ad hoc quod induatur caelesti, non potest dici superinduitio, sed induitio simplex. Et ideo dicit si tamen vestiti et non nudi inveniamur, quasi dicat: superindueremur quidem, si inveniremur induti, et non nudi. Nudus enim non dicitur superindui, sed indui tantum. Glossa vero aliter exponit de vestimento spirituali, dicens: cupimus superindui, quod utique fiet, tamen hac conditione, si nos inveniamur vestiti, scilicet virtutibus, et non nudi, scilicet virtutibus. De istis vestibus dicitur Col. III, 12: induite vos sicut electi Dei, et cetera. Quasi dicat: nullus ad illam gloriam perveniet, nisi habeat virtutes. Quae quidem expositio non videtur concordare intentioni apostoli. Sic ergo desiderium gratiae fervet ad praemium, sed tamen retardatur a desiderio naturae, quod ostendit cum dicit nam dum sumus in tabernaculo isto, et cetera. Ubi primo ponit conditionem desiderii naturalis; secundo ostendit, quod etiam hic status desiderii naturalis est a Deo, ibi qui autem efficit nos, et cetera. Conditio autem desiderii est naturalis retardans desiderium gratiae, quia vellemus inveniri vestiti et non nudi, id est ita vellemus quod anima perveniret ad gloriam, quod corpus non corrumperetur per mortem. Cuius ratio est quia naturale desiderium inest animae esse unitam corpori, alias mors non esset poenalis. Et hoc est quod dicit nam, nos, qui sumus in hoc tabernaculo, id est, qui habitamus in isto mortali corpore, II Petr. c. I, 14. Scio quod velox sit depositio tabernaculi mei, ingemiscimus, id est intus in corde, non solum extra in voce, gemimus, Is. LIX, 11: ut columbae meditantes gememus, quia durum est cogitare mortem. Et tamen gravati, quasi aliquo existente contra desiderium nostrum, eo quod non possumus pervenire ad gloriam, nisi deponamus corpus, quod est ita contra naturale desiderium, ut dicit Augustinus, quod nec ipsa senectus a Petro timorem mortis auferre potuit. Et ideo dicit eo quod nolumus spoliari, scilicet tabernaculo terreno, sed supervestiri, gloria supercaelesti, vel, secundum Glossam, corpore glorioso. Sed quia posset videri indecens, quod corpus ex una parte esset corruptibile ex sui natura, si non fuisset ante dissolutum, et ex parte gloriae esset gloriosum, subdit modum quomodo fieri vellet, dicens ut absorbeatur quod mortale est, etc., quasi dicat: non sic supervestiri volumus, quod corpus remaneat mortale, sed ita quod gloria auferat ex toto corruptionem corporis, absque corporali dissolutione. Et ideo dicit absorbeatur quod mortale est, id est ipsa corruptio corporis, a vita, scilicet gloriae. I Cor. XV, 54: absorpta est mors in victoria, et cetera.

 

152. Après avoir glorifié le ministère de la Nouvelle Alliance dans se dignité (n° 78) et dans se fonction (n° 116), l’Apôtre le glorifie dans sa récompense. Quoiqu’il ait traité plus haut de cette récompense sous un certain rapport, il le fait maintenant d’une manière plus complète. Et il traite :

A. de cette récompense même.

B. de la préparation qui la précède et de la réception de cette récompense (n° 168) : "Aussi nous nous efforçons de lui plaire" de la cause de cette préparation et de la récompense attendue (n° 194) : "Et tout vient de Dieu"

Divisions de A :

Il expose d’abord la récompense attendue.

Il exprime le désir de cette récompense (n° 155) : "Voilà pourquoi nous gémissons"...

153. Parce que cette récompense attendue est inesti­mable, étant celle de la gloire céleste, il déclare : "Nous savons en effet que ...", autrement dit, selon la Glose (Lomb., I, CXCII, col. 35), le poids de la gloire agit vraiment en nous, parce que cette gloire sera dans nos corps, et non seulement dans nos âmes. "En effet" exprime la cause; "nous savons", nous sommes certains, car nous possédons déjà cette certitude en espérance, que "notre demeura terrestre", c’est-à-dire notre corps, sera ressuscitée.

Car l’homme, comme nous l’avons dit, est une âme (n° 146), puisque c’est l’élément principal dans l’homme, et le rapport de cette âme au corps est celui de l’homme à sa maison. De même que, si la maison est détruite, l’homme qui l’habite n’est pas détruit mais subsiste, de même, si le corps est détruit, l’âme, principe raisonnable, n’est pas détruite mais demeure. Donc notre corps de terre est dit la "demeure de notre habitation". Job IV, 19 – Ceux qui habitent des demeures de boue... "S’il est détruit", nous savons que nous avons une maison, un édifice qui nous est préparé par Dieu; une demeure qui n’est pas faite de main d’homme, qui n’est pas non plus l’oeuvre de la nature, mais un corps incorrup­tible que nous revêtirons. Il n’est pas fait de main d’homme, parce que l’incorruptibilité dans nos corps provient seulement d’une opération divine. Phil. III, 21 – Il transformera le corps de notre humilité... C’est une "demeure éternelle", parce qu’elle nous est préparée de toute éternité, Isaïe XXXIII, 20 – c’est une tente qui ne sera pas transportée ailleurs. Matthieu V, 12 – Votre récompense est grande dans le ciel. C’est cette transformation, faisant échanger une demeure terrestre pour une céleste, que désirait Job lorsqu’il disait XIV, 14 – Tous les jours que je passe à combattre, j’attends que mon changement arrive.

154. Cette explication est selon la Glose. Mais ce n’est pas le sens de la pensée de l’Apôtre, et ne concorde ni avec ce qui précède ni avec ce qui suit. Lui-même s’est proposé un sujet dont il traite sens interruption : il n’introduit aucune digression. Cherchons donc ce qu’il veut dire.

L’Apôtre veut ici montrer que les saints supportent des épreuves dont le résultat est de détruire la vie présente : cela est conforme à la raison, car ils parviennent aussitôt à la gloire, mais ils ne parviennent pas au corps glorieux, comme dit la Glose. Nous avons, dit-il, supporté ces épreuves, parce que "nous savons", nous tenons pour certain que, "si la demeure terrestre de notre habitation", c’est-à-dire de notre corps, "est détruite", se corrompt par la mort, "nous avons" aussitôt, non pas en espérance mais en réalité, une demeure meilleure, un édifice, "une maison qui n’est pas faite de main d’homme", c’est la gloire céleste et non le corps glorieux. Sur cette demeure, on lit dans Jean XIV, 2 – Dans la maison de mon Père il y a beaucoup de demeures. Elle est l’oeuvre de Dieu, n’étant pas faite de main d’homme, parce que c’est Dieu même qui est la gloire éternelle. Psaume XXX, 3 – Sois pour moi un Dieu protecteur et un lieu de refuge... Demeure "éternelle", à la lettre, parce que Dieu est éternel. "Dans le ciel", parce que, aussitôt que le corps s’est défait, l’âme sainte obtient cette gloire, non en espérance mais en réalité. Car avant que le corps ne se dissolve, nous avons cette demeure en espérance.

Ainsi la récompense des saints est admirable et désirable, parce qu’elle est la gloire du ciel.

155. Il complète sa pensée (cf. n° 152) en exprimant le désir des saints tendus vers la récompense : "Voilà pourquoi nous gémissons".

Il exprime le désir de la grâce qui conduit à la récompense.

Il montre que le désir de la grâce est retardé par le désir de la nature (n° 158) : "En effet, tant que nous sommes dans cette tente"

Il montre comment le désir de la grâce l’emporte sur le désir de la nature (n° 162) : "Donc toujours pleins d’assurance".

156. Mais le désir de la grâce est accompagné d’ardeur. "Voilà pourquoi nous gémissons"... C’est la vraie preuve que nous avons une demeure qui n’est pas faite de main d’homme, car, si le désir de la nature n’est pas vain, le désir de la grâce l’est beaucoup moins encore.

Puisque nous éprouvons un désir très ardent de la grâce qui nous procure la gloire céleste, il est impossible que ce soit en vain. Voilà pourquoi il dit : "Nous gémissons", c’est-à-dire notre gémissement est celui d’une âme retardée dans son désir. Psaume CXIX, 5 – Hélas, mon séjour en pays étranger s'est prolongé... En effet "nous désirons violemment être revêtus de notre demeure", c’est-à-dire jouir de la gloire, qui est "du ciel"; elle est dite une demeure parce que les saints habitent dans la gloire comme dans le séjour de leur consolation. Matthieu XXV, 21-23 – Entre dans la joie de ton maître.

Par cette expression "être revêtu", il fait comprendre que cette demeure céleste dont il a parlé n’est pas quelque chose qui soit séparé de l’homme : elle fait corps avec lui. On ne dit pas en effet d’un homme qu’il revêt une demeure, mais un vêtement; on habite une maison. En réunissant ces deux mots : "revêtir une demeure", il montre que ce désir est quelque chose qui tient à nous puisqu’on s’en revêt, quelque chose qui nous contient et qui nous dépasse, puisqu’on l’habite.

157. Mais il ne dit pas simplement "revêtir", mais "revêtir par dessus l’autre", et il en donne la raison en disant : "pourtant nous sommes trouvés vêtus et non pas nus". Cela revient à dire : si l’âme était revêtue de demeure céleste sans avoir dépouillé sa demeure terrestre -c’est-à-dire sans que notre corps soit détruit par la mort,- revêtirait cette demeure par dessus l’autre. Mais parce qu’il faut qu’elle soit dépouillée de sa demeure terrestre pour revêtir la céleste, on doit dire simplement qu’elle en revêtue. L’expression de l’Apôtre ne pourrait s’employer "nous étions trouvés vêtus et non pas nus". On dit effet d’un homme nu qu’il se (re)vêt.

La Glose (Lomb. I. CXCII, col. 36) donne une autre explication du vêtement spirituel. Nous désirons revêtir notre demeure céleste par dessus l’autre, ce qui arrivera à condition : c’est que nous soyons trouvés revêtus de vertus et non pas nus. Cela revient à dire : personne ne parviendra à la gloire à moins d’avoir des vertus. Cette explication ne semble pas concorder avec la pensée de l’Apôtre.

158. Ainsi le désir de la grâce brûle de parvenir à récompense, mais il est retardé par le désir de la nature, que saint Paul montre en disant : "Tant que nous sommes dans cette tente.

Il expose quel est le caractère du désir naturel.

il montre que même cet état du désir naturel vient de Dieu (n° 160) : "Celui qui nous a faits pour ce destin, c’est Dieu".

159. Le caractère du désir naturel est de retarder le désir de la grâce, parce que nous voudrions être trouvés vêtus et non pas nus; nous voudrions que notre âme parvînt à la gloire sans que le corps passât par la corruption de la mort. La raison en est qu’il y a dans l’âme un désir naturel d’être unie au corps, autrement la mort ne serait pas un châtiment. C’est pourquoi il dit : "Tant que nous sommes dans cette tente", c’est-à-dire tant que nous habitons dans ce corps mortel, II Pierre 1, 14 – Je sais que je quitterai bientôt cette tente. "Nous gémissons"- notre coeur gémit et non seulement notre voix, Isaïe LIX, 11 – Comme des colombes nous gémissons, parce qu’il est dur de penser à la mort. Et nous sommes "accablés", comme si notre désir se heurtait à un obstacle, en ce que nous ne pouvons parvenir à la gloire sans déposer notre corps, ce qui va contre le désir naturel. Saint Augustin dit que la vieillesse elle-même n’a pu enlever à Pierre la crainte de la mort. Voilà pourquoi "nous ne voulons pas nous dépouiller" de notre tente terrestre, mais "nous revêtir par dessus" de la gloire céleste, ou, selon la Glose, d’un corps glorieux.

Mais parce qu’il pourrait sembler choquant que le corps fût d’un côté corruptible de se nature, à moins d’être détruit auparavant, et d’un autre côté glorieux, il indique de quelle manière il voudrait que cela se fît : "afin que ce qui est mortel soit absorbé par la vie"... Nous ne voulons pas revêtir ce second vêtement de telle sorte que le corps restât mortel, mais que la gloire enlevât totalement au corps la corruption, sans dissolution corporelle. Voilà pourquoi il dit : "afin que ce qui est mortel" -c’est-à-dire la corruption du corps- "soit absorbé par la vie", c’est-à-dire celle de la gloire. I Corinthiens XV, 54 – La mort a été engloutie dans la victoire...

 

Lectio 2

 

Leçon 2 – 2 Co V, 5-10 – Dieu est cause du désir surnaturel

 

 

5 (n° 160) Et Celui qui nous a faits pour cette destinée, c’est Dieu, qui nous a donné le gage de l’Esprit.

6 (n° 162) Nous sommes donc toujours plaine d’audace, sachant que, tant que nous habitons dans ce corps, nous sommes en exil loin du Seigneur.

7 (n° 164) Car c’est dans la foi que nous chemi­nons et non dans la claire vision.

8 (n° 165) Nous sommes donc plains d’audace, et nous avons une volonté forte de sortir de ce corps pour habiter avec le Seigneur.

9 (n° 169) C’est pourquoi, soit que nous soyons loin du Seigneur, soit que nous soyons près de Lui, nous nous efforçons de Lui plaira.

10 (n° 170) Car tous tant que nous sommes, il nous faudra être manifestés devant le tribunal du Christ, afin que chacun reçoive ce qu’il a mérité pour ce qu’il aura fait étant dans son corps, soit en bien, soit en mal.

 

[87710] Super II Cor., cap. 5 l. 2 Hic ostendit auctorem supernaturalis desiderii de habitatione caelesti. Causa enim naturalis desiderii quod nolumus expoliari est quia scilicet anima naturaliter unitur corpori, et e converso. Sed hoc, quod caelestem inhabitationem superindui cupiamus, non est ex natura, sed ex Deo. Et ideo dicit qui autem efficit nos in hoc, etc., quasi dicat: volumus superinduere caelestem habitationem, ita tamen quod non spoliemur terrena, et tamen, hoc ipsum quod volumus sic supervestiri, efficit in nobis Deus. Phil. II, 13: Deus est qui operatur in nobis, et cetera. Cuius ratio est, quia quamlibet naturam consequitur appetitus conveniens fini suae naturae, sicut grave naturaliter tendit deorsum, et appetit ibi quiescere. Si autem sit appetitus alicuius rei supra naturam suam, illa res non movetur ad illum finem naturaliter, sed ab alio quod est supra naturam suam. Constat autem quod perfrui caelesti gloria et videre Deum per essentiam, licet sit rationalis creaturae, est tamen supra naturam ipsius, non ergo movetur rationalis creatura ad hoc desiderandum a natura, sed ab ipso Deo, qui in hoc ipsum efficit nos, et cetera. Sed quomodo hoc efficit subdit, dicens qui dedit pignus, et cetera. Circa quod sciendum est, quod Deus efficit in nobis naturalia desideria et supernaturalia. Naturalia quidem quando dat nobis spiritum naturalem convenientem naturae humanae. Gen. II, 7: inspiravit in faciem eius, et cetera. Supernaturalia vero dat quando infundit in nobis supernaturalem spiritum, scilicet spiritum sanctum. Et ideo dicit dedit nobis pignus spiritus, id est spiritum sanctum causantem in nobis certitudinem huius rei, qua desideramus impleri. Eph. I, 13: signati estis spiritu promissionis sancto, et cetera. Dicit autem pignus, quia pignus debet tantum valere, quantum valet res pro qua ponitur. Sed in hoc differt a re pro qua ponitur, quia pleniori iure possidetur res, quando iam habetur, quam pignus, quia res possidetur ut quid suum, pignus vero servatur et tenetur quasi pro certitudine rei habendae. Ita est de spiritu sancto, quia spiritus sanctus tantum valet quantum gloria caelestis, sed differt in modo habendi, quia nunc habemus eum quasi ad certitudinem consequendi illam gloriam; in patria vero habebimus, ut rem iam nostram, et a nobis possessam. Tunc enim habebimus perfecte, modo imperfecte. Sic ergo retardatur desiderium gratiae a desiderio naturae. Sed numquid impeditur? Non, sed desiderium gratiae vincit. Et hoc est quod dicit audentes igitur, etc., quasi dicat: duo desideria sunt in sanctis: unum quo desiderant caelestem habitationem, aliud quo nolunt expoliari. Et si haec duo essent compossibilia, non essent contraria et unum non retardaretur ab alio. Sed apostolus ostendit ea esse incompossibilia et quod oportet quod unum vincat alterum. Unde circa hoc tria facit. Primo enim ostendit incompossibilitatem dictorum desideriorum; secundo interponit quamdam probationem, ibi per fidem enim, etc.; tertio ostendit quod horum vincat, ibi audemus autem, et cetera. Incompossibilitatem ostendit cum dicit audentes igitur, et cetera. Audere, proprie est immiscere se in pericula mortis, et non cedere propter timorem. Licet autem sancti naturaliter timeant mortem, tamen audent ad pericula mortis et non cedunt timore mortis. Prov. XXVIII, 1: iustus quasi leo confidens. Eccli. XLVIII, 13: in diebus suis non pertimuit principem. Et scientes, scilicet sumus hoc quod confirmat in nobis audaciam, ut pro Christo mori non timeamus, quoniam dum sumus in hoc corpore mortali, peregrinamur, id est elongamur, a Deo. Ps. CXIX, 5: heu mihi, quia incolatus meus, et cetera. Peregrinamur, inquam, quia sumus extra patriam nostram, qui Deus est, alias non diceremur peregrinari ab eo. Et hoc non est ex natura nostra, sed ex eius gratia. Quod autem peregrinamur a domino, probat cum dicit per fidem enim ambulamus, id est procedimus in vita ista per fidem, et non per speciem, id est non per perfectam visionem. Fidei enim verbum est sicut lucerna a qua illuminamur ad ambulandum in vita ista. Ps. CXVIII, 105: lucerna pedibus meis verbum, et cetera. In patria autem non erit huiusmodi lucerna, quia ipsa claritas Dei, id est ipse Deus, illuminabit illam. Et ideo tunc per speciem, id est per essentiam, videbimus eum. Dicit autem per fidem ambulamus, quia fides est de non visis. Est enim fides substantia sperandarum rerum, argumentum non apparentium, Hebr. XI, 1 s. Quamdiu autem anima corpori mortali unitur, non videt Deum per essentiam. Ex. XXXIII, 20: non videbit me homo, et cetera. Unde inquantum assentimus, credendo his, quae non videmus, dicimur ambulare per fidem et non per speciem. Sic ergo patet duorum desideriorum incompossibilitas, quia non possumus cum hoc corpore superindui caelestem habitationem: et probatio huius, quia per fidem ambulamus. Sequitur consequenter victoria unius desiderii de duobus, scilicet desiderium gratiae, cum dicit audemus, et cetera. Et debet resumi scientes supra positum, quia littera suspensiva est, ut dicatur sic: hoc, inquam, scientes, quia dum sumus in hoc corpore, etc., audemus et bonam voluntatem habemus, et cetera. Duo dicit, quorum unum importat repugnantiam, quam habet in volendo, quae fit per timorem mortis. Ubi enim est timor, non est audacia. Nam ex appetitu naturae surgit timor mortis, ex appetitu gratiae surgit audacia. Ideo dicit audemus. Aliud importat imperfectionem animi in desiderando, quia nisi bene desideraretur, non vinceretur timor mortis, cum sit valde naturalis. Et ideo, non solum oportet audere, sed bonam voluntatem habere, id est cum gaudio velle. Licet enim, secundum philosophum in actu fortitudinis non requiratur gaudium ad perfectionem virtutis, sicut in aliis virtutibus, sed solum non tristari, tamen quia fortitudo sanctorum perfectior est, non solum non tristantur in periculis mortis, sed etiam gaudent. Phil. I, 23: habens desiderium dissolvi, et cetera. Sed quid audemus? Magis peregrinari a corpore, id est removeri a corpore, per corporis dissolutionem, quod est contra desiderium naturae, et praesentes esse ad dominum, id est ambulare per speciem, quod est desiderium gratiae. Hoc desiderabat Psalmista XLI, 3, qui dicebat: sitivit anima mea ad Deum, et cetera. Et nota, quod hic concludit eadem duo, quae proposuit in principio, supra secundo, scilicet quod si terrestris domus nostra huius habitationis dissolvatur, quod idem est, quod hic dicit peregrinari a corpore, et quod habemus habitationem in caelis non manufactam, et hoc quod idem est praesentes esse ad Deum. Confutatur per haec verba error dicentium animas sanctorum decedentium non statim post mortem deduci ad visionem Dei et eius praesentiam, sed morari in quibusdam mansionibus usque ad diem iudicii. Nam frustra sancti auderent et desiderarent peregrinari a corpore, si separati a corpore non essent praesentes ad Deum. Et ideo dicendum est quod sancti statim post mortem vident Deum per essentiam, et sunt in caelesti mansione. Sic ergo patet quod praemium, quod sancti expectant, est inaestimabile. Sequitur de praeparatione ad praemium, quae fit per pugnam contra tentationes et per exercitium bonorum operum, et hoc est quod dicit ideo contendimus, et cetera. Praeparantur autem sancti ad hoc praemium tripliciter, scilicet primo placendo Deo; secundo proficiendo proximo, ibi scientes autem timorem Dei; tertio abdicando a se carnales affectus, ibi itaque nos, et cetera. Deo autem placent resistendo malis, et ideo dicit ideo, quia scilicet totum desiderium nostrum est quod simus praesentes Deo, contendimus, id est cum conatu nitimur, seu studemus cum pugna et lucta, contra tentationes Diaboli, carnis et mundi. Lc. XIII, 24: contendite intrare per angustam portam, et cetera. Placere illi, scilicet Deo ad quem desideramus esse praesentes; et hoc sive absentes, sive praesentes illi sumus: quia nisi studeamus ei placere in vita ista dum sumus absentes, non poterimus ei placere, nec esse ei praesentes in alia vita. Sap. c. IV, 10: placens Deo factus dilectus, et cetera. Consequenter cum dicit omnes enim nos manifestari, etc., subdit causam quare sancti contendunt placere Deo, quae quidem causa sumitur ex consideratione futuri iudicii, ubi nos omnes manifestari oportet. Ponit autem apostolus quinque conditiones futuri iudicii. Primo enim ponit ipsius universalitatem, quia nullus excipietur ab illo iudicio. Et ideo dicit omnes nos, id est omnes homines, bonos et malos, magnos et parvos. Rom. XIV, 10: omnes stabimus ante tribunal Christi. Apoc. XX, 12: vidi mortuos pusillos et magnos stantes in conspectu agni, et cetera. Sed contra hoc obiicitur dupliciter. Primo quia videtur quod infideles non venient ad iudicium, nam qui non credit iam iudicatus est, ut dicitur Io. III, 18. Secundo quia quidam erunt ibi ut iudices, Matth. XIX, 28: sedebitis super sedes, et cetera. Non ergo omnes erunt ante tribunal, ut iudicentur. Responsio. Dicendum quod in iudicio duo erunt, scilicet prolatio sententiae, et discussio meritorum, et quantum ad hoc non omnes iudicabuntur, quia illi qui totaliter abrenuntiaverunt Satanae et pompis eius, et per omnia adhaeserunt Christo, non discutientur, quia iam dii sunt. Illi vero, qui in nullo adhaeserunt Christo, nec per fidem, nec per opera, similiter non indigent discussione, quia nihil habent cum Christo; sed illi qui cum Christo aliquid habent, scilicet fidem, et in aliquo recesserunt a Christo, scilicet per mala opera et prava desideria, discutientur de his quae contra Christum commiserunt. Unde quantum ad hoc, soli Christiani peccatores manifestabuntur ante tribunal Christi. Item, erit in iudicio prolatio sententiae, et quantum ad hoc omnes manifestabuntur. Sed de pueris non videtur, quia dicitur ut referat unusquisque propria corporis prout gessit; sed pueri nihil gesserunt in corpore, ergo, et cetera. Sed hoc solvit Glossa, quia non iudicabuntur pro his, quae ipsi gesserunt per se, sed de his quae gesserunt per alios, dum per eos crediderunt vel non crediderunt, baptizati vel non baptizati fuerunt. Vel damnabuntur pro peccato primi parentis. Secundo vero ponit iudicii certitudinem. In iudicio hominum multi decipi possunt, dum quidam iudicantur mali, qui tamen sunt boni, et e converso. Et huius ratio est, quia non manifestantur corda, sed in illo iudicio perfectissima certitudo erit, quia erit ibi manifestatio cordium. Unde dicit manifestari. I Cor. IV, 5: nolite ante tempus iudicare, et cetera. Tertio ponit iudicii necessitatem, quia nec per interpositam personam, nec per contumaciam poterit quis effugere iudicium illud. Unde dicit oportet, id est necessarium est. Iob XIX, 29: scitote esse iudicium. Eccle. ult.: cuncta quae fiunt adducet Deus, et cetera. Quarto ponit iudicis auctoritatem. Unde dicit ante tribunal Christi, ut scilicet veniat ad iudicandum homines in eadem forma, in qua iudicatus est ab hominibus, ut existens in forma humana videatur a bonis et malis. Mali enim non possunt videre gloriam Dei. Io. V, 27: potestatem dedit ei iudicium facere, et cetera. Tribunal autem dicit iudiciariam potestatem, et sumptum est ab antiqua consuetudine Romanorum, qui elegerunt tres tribunos plebis, ad quorum officium pertinebat diiudicare excessus consulum et senatorum, et loca istorum vocabantur tribunalia. Quinto ponit iudicis aequitatem, quia secundum merita propria erunt praemia vel poenae. Unde dicit ut referat unusquisque, et cetera. Rom. II, 6: reddet unicuique secundum opera sua. Et dicit corporis, non solum pro his quae fecit motu corporis, sed pro his quae mente gessit, alias infideles non punirentur. Et ideo cum dicit corporis, intelligendum est, id est pro his quae gessit dum vixit in corpore.

 

160. Ici l’Apôtre nous montre quel est l’auteur de ce désir surnaturel d’une habitation céleste (n° 158). En effet la cause du désir naturel qui nous fait repousser la mort est que l’âme est par nature unie au corps et inversement. Mais le fait que nous désirons ardemment revêtir notre habitation céleste par dessus la terrestre n’est pas de la nature mais de Dieu... Voilà pourquoi il déclare : "Celui qui nous a faits pour cette destinée, c’est Dieu"... Nous voulons revêtir cette habitation céleste sans pourtant être dépouillés de la terrestre : ce désir-là, c’est Dieu qui le produit en nous. Phil. II, 13 – c’est Dieu qui opère en nous le vouloir et le faire.

La raison en est qu’une nature quelconque est douée d’un appétit qui est selon se nature, comme ce qui est lourd tend naturellement vers la bas pour y trouver son repos. Mais si l’appétit d’un être quelconque dépasse se nature, cet être n’est pas mû naturellement vers cette fin, mais par quelque chose qui est au dessus de se nature. Or il est certain que jouir de la gloire céleste et voir Dieu dans son essence, quoique cela convienne à une créature raisonnable, est cependant au dessus de se nature : donc une créature raisonnable n’est pas portée vers un tel désir par se nature, mais par Dieu lui-même, "qui nous a faits pour cette destinée"...

161. Comment Dieu réalise cela, l’Apôtre l’explique en ajoutant : "Lui qui nous a donné le gage de l’Esprit".

Dieu produit en nous les désirs naturels et les désirs surnaturels; les désirs naturels quand il produit en nous un principe naturel convenant à la nature humaine, Genèse II, 7 – Il insuffle dans se face un souffle de vie... les désirs surnaturels quand Il fait pénétrer en nous un principe surnaturel qui est le Saint Esprit. "Il nous a donné le gage de l’Esprit", c’est-à-dire le Saint Esprit, qui cause en nous la certitude de cet objet dont nous désirons être comblés. Ephésiens 1, 13 – Vous êtes marqués du sceau de l’Esprit Saint qui vous a été promis...

Il parle du "gage de l’Esprit", parce que le gage doit valoir autant que l’objet pour lequel il est déposé. Mais il en diffère parce que l’objet est possédé avec plus de plénitude, quand il est conquis. Dans le gage, l’objet n'est pas possédé comme un bien définitif, mais conservé à titre de garantie certaine de l’objet qui doit être possédé. Il en est ainsi du Saint Esprit, parce que le Saint Esprit a autant de valeur que la gloire céleste, mais en diffère par la mode de possession; car maintenant l’Esprit Saint est en nous pour nous assurer que nous obtiendrons cette gloire : dans la Patrie il sera notre bien propre et notre possession. Cette possession sera alors parfaite : elle est imparfaite ici-bas.

C’est ainsi que le désir de la grâce est retardé par le désir de la nature.

162. Mais est-il empêché? Non pas, c’est le désir de la grâce qui est vainqueur (cf. n° 155). "Nous sommes donc plains d’audace"... dit l’Apôtre; autrement dit : il y a deux désirs dans les saints, le premier qui est celui de la demeure céleste; un second qui refuse la séparation d’avec le corps. Si ces deux désirs étaient possibles ensemble, ils ne seraient pas contraires et le premier ne serait pas retardé par le second. Mais l’Apôtre montre qu’ils sont incompatibles et que l’un doit être vaincu par l’autre.

Il montre cette incompatibilité.

Il intercale une preuve (n° 164) : "c’est dans la foi que nous cheminons"...

Il montre lequel des deux désirs l’emporte (n° 165) : "Nous sommes pleins d’audace".

163. Il révèle cette incompatibilité en disant : "Nous sommes pleins d’audace..." L’audace consiste proprement à se jeter dans des périls mortels et à ne pas reculer par crainte. Quoique les saints craignent naturellement la mort, pourtant ils sont pleins d’audace devant ces périls et la crainte de la mort ne les fait pas reculer. Prov. XXVIII, 1 – Le juste est confiant comme un lion. Ecclésiastique XLVIII, 13 – Pendant sa vie il n’eut peur d’aucun chef. "Sachant" d’une connaissance que fortifie notre audace au point que nous ne craignons pas de mourir pour le Christ- "que tant que nous habitons dans ce corps, nous sommes en exil loin du Seigneur", Psaume CXIX, 5 – Hélas, mon séjour en pays étranger s’est prolongé... Nous sommes en exil, dis-je, parce que nous sommes hors de notre patrie qui est Dieu; autrement nous ne dirions pas que nous sommes en exil loin de Lui. Et cela n’est point dans notre nature, mais c’est un effet de la grâce.

164. Et il prouve cet exil en disant : "c’est dans foi que nous cheminons" à travers cette vie, "et non da la vision parfaite". En effet la parole est pour la foi comme une lumière qui nous éclaire dans notre marche à travers cette vie. Psaume CXVIII, 105 – Ta parole est une lumière pour mes pas... Dans la Patrie il n’y aura pas de lumière de genre parce que c’est la clarté même de Dieu, ou plutôt De lui-même, qui l’illuminera. Et nous le verrons dans la vision parfaite, c’est-à-dire dans son essence.

Il dit : "c’est dans la foi que nous cheminons", parce que la foi est de ce qu’on ne voit pas. En effet la foi est substance des choses espérées, une conviction de celles qui ne se voient pas (Hébreux XI, 1). Aussi longtemps que l’âme est unie a un corps mortel, elle ne voit pas Dieu dans son essence. Ex. XXXIII, 20 – L’homme ne me verra pas... Par conséquent dans la mesure où nous adhérons par la foi aux choses que nous ne voyons pas, on peut dire que nous cheminons dans la foi et non dans la vision.

Donc l’incompatibilité de ces deux désirs est évidente nous ne pouvons pas dans un corps mortel revêtir notre demeura céleste; et la preuve en est que "nous cheminons dans la foi".

165. On voit la conséquence : c’est la victoire d’un des deux désirs, celui de la grâce, lorsque l’Apôtre dit : "Nous sommes pleins d’audace"... Il convient ici de reprendre le "sachant" du verset 6, parce que le texte est interrompu, ce qui donne : "sachant que, tant que nous habitons dans ce corps, etc. nous sommes pleins d’audace et nous avons une volonté forte de "sortir de ce corps".

Il y a là deux éléments, dont l’un introduit dans la volonté une répugnance qui provient de la crainte de la mort. En effet où il y a crainte, il ne peut y avoir d’audace. La nature fait surgir la crainte de la mort, et la grâce fait naître l’audace. Voilà pourquoi il dit : "Nous sommes pleins d’audace"...

Un autre élément introduit l’imperfection dans le désir; c’est que, si le désir n’était pas absolu, la crainte de la mort ne serait pas vaincue, puisqu’elle est tout à fait naturelle. Il faut donc avoir, non seulement de l’audace, mais une volonté forte, c’est-à-dire qu’il faut vouloir avec joie. Quoique selon Aristote (III Ethic. cap. XII, lac. 18, Thom.), dans l’acte de courage la joie n’est pas nécessaire à la perfection de la vertu, comme dans les autres vertus, mais seulement l’absence de tristesse; cependant, parce que le courage des saints est plus parfait, non seulement ils ne s’attristant pas dans les dangers mortels, mais ils se réjouissant. Phil. 1, 23 – J’ai le désir de me dissoudre...

Mais pourquoi cette audace? Pour "sortir de ce corps", m’arracher à lui par la dissolution du corps, ce qui va contre le désir de la nature, "et habiter avec le Seigneur", c’est-à-dire entrer dans la claire vision, ce qui est le désir de la grâce. C’est ce que désirait le Psalmiste lorsqu’il disait : Mon âme a soif du Seigneur... (XLI, 3).

166. Remarquons qu’il réunit ici les deux mêmes termes qu’il a posés dès le début (verset 1), car "voir détruire notre demeure terrestre", c’est la même chose que "sortir de ce corps", et "avoir une habitation dans le ciel qui n’est pas faite de main d’homme", est la même chose qu’"habiter avec le Seigneur".

167. Par ces mots se voit réfutée l’erreur de ceux qui disent que les âmes des saints ne sont pas conduites aussitôt après la mort à la vision de Dieu et à se présence, mais attendent dans certaines demeures jusqu’au jour du jugement. Car c’est vainement que les saints seraient pleins d’audace et désireraient sortir de ce corps si, séparés de leur corps, ils n’étaient pas en présence de Dieu.

Par conséquent il faut dire que les saints, aussitôt après la mort, voient Dieu dans son essence et habitent la demeure céleste. Il est donc clair que la récompense à laquelle aspirent les saints est inestimable.

168. Il s’agit ensuite (n° 152) de la préparation à cette récompense, qui se fait par le combat contre les tentations et par l’exercice des bonnes oeuvres. Aussi l’Apôtre nous dit : "Nous nous efforçons"... Or les saints se préparent à cette récompense de trois façons :

en plaisant à Dieu.

en faisant du bien au prochain (n° 173) : "Pénétrés de la crainte de Dieu".

en renonçant aux affections charnelles (n° 187) : "Aussi nous ne connaissons plus personne selon la chair".

169. Les saints plaisant à Dieu en résistant au mal. Aussi il dit : "c’est pourquoi", tout notre désir étant d’habiter avec la Seigneur, "nous nous efforçons", de tout notre effort, au prix de combats et de luttes, de résister aux tentations du diable, de la chair et du monde. Luc XIII, 24 – Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite... Nous nous efforçons "de plaire à Dieu", avec qui notre désir est d’habiter, "que nous soyons dans notre corps ou hors de notre corps", car si "nous ne cherchons pas à Lui plaire dans cette vie, tant que nous sommes loin de Lui, nous ne pourrons Lui plaire ni habiter avec Lui dans la vie éternelle." Sagesse IV, 10 – Le juste a plu à Dieu et il en a été aimé...

170. Lorsqu’il dit : "Tous tant que nous sommes, il nous faudra être manifestés"..., il indique la cause pour laquelle les saints s’efforcent de plaire à Dieu : cette cause réside dans la considération du jugement futur où nous aurons tous à comparaître.

L’Apôtre énonce cinq (n° 172) conditions du jugement dernier.

Et d’abord son universalité, car nul n’en sera exempt.

Voilà pourquoi il dit : "Tous tant que nous sommes", les bons et les méchants, les grands et les petits. Romains XIV, 10 – Tous nous paraîtrons devant le tribunal du Christ. Apoc. XX, 12 – J’ai vu les morts, grands et petits, debout sous les yeux de l’agneau...

171. A cela on oppose une double objection. D’abord il semble que les infidèles n’auront pas à paraître au jugement, car celui qui ne croit pas est déjà jugé, comme on lit dans Jean III, 18.

En outre certains seront là comme juges. Matthieu XIX, 28 – Vous siégerez sur douze trônes... Par conséquent tous n’auront pas à comparaître devant le tribunal pour être jugés.

Réponse. Il y a deux choses à considérer dans le jugement : la proclamation de la sentence et la discussion des mérites. Sur ce dernier point tous n’auront pas à être jugés : ceux qui ont renoncé totalement à Satan et à ses séductions, et ont adhéré au Christ en toutes choses, ne donneront pas lieu à discussion, car déjà ils sont des dieux. Par contre ceux qui n’ont en rien adhéré au Christ, ni par la foi ni par les oeuvres, n’ont pas non plus besoin de discussion, parce qu’ils n’ont aucune part au Christ. Mais ceux qui ont la foi dans le Christ et se sont écartés de Lui en quelque chose, par des oeuvres mauvaises et des désirs pervers, seront soumis à discussion sur les points où ils ont été coupables envers le Christ. Aussi sous ce rapport seul, les Chrétiens pécheurs comparaîtront devant le tribunal du Christ.

D’autre part le jugement comporte la proclamation d’une sentence, et pour l’entendre tous devront comparaître.

Mais il semble que ce ne soit pas le cas des enfants, puisqu’il est écrit que chacun doit rapporter les fautes propres de son corps selon qu’il les a commises. Or les enfants n’ont rien commis dans leur corps. Mais la Glose résout cette difficulté (Lomb. I. CXCII, col. 40). Selon elle, ils ne seront pas juges pour les fautes qu’ils ont commises par eux-mêmes, mais pour celles qu’ils ont commises par d’autres, selon que par eux ils ont cru ou n’ont pas cru, ils ont été baptisés ou ne l’ont pas été. Ou bien ils seront condamnés pour le péché de leur premier père.

172.     La seconde (n° 170) condition est la certitude du jugement. Dans le jugement humain beaucoup peuvent être déçus, car certains peuvent être condamnés alors qu’ils sont déçus, car certains peuvent être condamnés alors qu’ils sont honnêtes et inversement. Et la raison en est que les coeurs n’y sont pas manifestés; tandis que dans le jugement divin il y a une certitude absolue parce qu’il se fonde sur la manifes­tation des coeurs. C’est pourquoi il dit : "il nous faudra être manifestés ..." I Cor. IV, 5 – Ne jugez pas avant le temps...

La troisième condition est la nécessité du jugement, parce que personne ne peut y échapper, soit par une personne interposée soit par contumace. D’où : "il nous faudra être manifestés" c’est-à-dire que ce jugement est nécessaire. Job XIX, 29 – Sachez qu’il y a un jugement. Eccle. XII, 14 – Dieu amènera en jugement toutes les actions.

La quatrième est l’autorité du juge. Il dit donc : "devant le tribunal du Christ". Car le Christ viendra juger les hommes sous la même forme qu’Il avait quand Il fut jugé par les hommes : c’est sous la forme humaine qu’Il apparaîtra aux bons et aux méchants. Les méchants en effet ne peuvent voir la gloire de Dieu. Jean V, 27 – Le Père a donné au Fils le pouvoir de juger. Il donne le nom de "tribunal" à cette puissance judiciaire, empruntant ce terme à la tradition antique des Romains, qui choisirent trois tribuns de la plèbe, dont la fonction était de juger les abus de pouvoir des consuls et des sénateurs, et on appelait tribunaux les lieux où ils se tenaient.

La cinquième condition est l’équité du juge, parce que les récompenses et les peines seront proportionnées aux mérites de chacun. D’où le mot de l’Apôtre : "afin que chacun reçoive ce qu’il a mérité". Rom. II, 6 – Il rendra à chacun selon ses oeuvres. Quand il dit : "pour ce qu’il aura fait dans son corps", cela doit s’entendre non seulement des actes accomplis par le mouvement du corps, mais de ceux qui procèdent de l’âme, autrement les infidèles ne seraient pas punis. Il faut donc comprendre : "pour ce qu’il aura fait étant dans son corps".

 

Lectio 3

 

Leçon 3 – 2 Co V, 11-15 – Charité de l'Apôtre et désir du salut des hommes

 

 

11 (n° 173) Étant donc pénétrés de la crainte du Seigneur, nous cherchons à convaincre les hommes; quant à Dieu, nous Lui sommes parfaitement connus, et j’espère que dans vos consciences aussi nous vous sommes bien connus.

12 (n° 176) Nous ne nous faisons pas valoir à nouveau devant vous, mais nous vous donnons l’occa­sion de vous glorifier à notre sujet, afin que vous ayez de quoi répondre à ceux qui se glorifiant de l’apparence et non de ce qui est dans le coeur.

13 (n° 178) En effet si nous sommes hors de sens, c’est pour Dieu; si nous sommes raisonnables, c’est pour vous.

14 (n° 180) Car l’amour du Christ nous presse, persuadés que, si un seul est mort pour tous, tous aussi sont morts.

15 (n° 185) Et le Christ est mort pour tous, afin que les vivants ne vivent plus pour eux-mêmes mais pour Celui qui est mort et ressuscité pour eux.

 

[87711] Super II Cor., cap. 5 l. 3 Ostenso qualiter sancti se praeparant ad praemium aeternae gloriae placendo Deo, hic ostendit consequenter quomodo praeparant se ad hoc proficiendo proximo. Et circa hoc duo facit. Primo ostendit sollicitudinem suam, quam habet de salute proximorum; secundo vero huius sollicitudinis causam assignat, ibi charitas Christi, et cetera. Circa primum tria facit. Primo ponit curam quam habet de salute proximorum persuadendo eis; secundo excludit quamdam falsam suspicionem, ibi non iterum nos, etc.; tertio ostendit quod etiam in modo docendi proximorum utilitatem intendat, ibi sive enim mente, et cetera. Circa primum duo facit. Primo, ponit studium suum de utilitate proximorum; secundo, manifestat hoc, ibi Deo autem, et cetera. Dicit ergo: dico quod oportet nos manifestari ante tribunal, etc., et haec consideratio inducit homines ad timendum iudicium. Et ideo dicit scientes ergo timorem domini, id est quam pure et caste timendus sit dominus Iesus Christus, suademus hominibus, ut timeant et credant. Iob XXIII, 15: considerans eum timore sollicitor. Ier. X, 7: quis non timebit te, o rex gentium? Is. VIII, v. 13: dominum exercituum, ipsum sanctificate, et cetera. Sed quia aliquis posset dicere quod non ex conscientia bona, sed ex commodo suo suadebat hominibus, et ideo manifestat hoc esse falsum duplici testimonio, scilicet Dei, unde dicit Deo autem manifesti sumus, quod scilicet ex timore Dei loquimur. Deus enim videt intentionem cordis nostri. Ier. c. XVII, 9: pravum est cor hominis et inscrutabile, et quis cognoscet illud? Ego dominus, et cetera. Io. II, 25: ipse sciebat, et cetera. Item testimonio conscientiarum ipsorum, unde dicit spero autem in conscientiis vestris, et cetera. Et vere spero, quia sic me exhibui ut vos scire possitis nos esse probatos, et firmiter hoc tenere etsi non confiteamini ore. Supra IV, 2: commendantes nosmetipsos ad omnem conscientiam, et cetera. Consequenter, quia possent credere quod hoc dixerit apostolus ad commendationem propriam, removet hanc suspicionem falsam dicens non iterum nos commendamus vobis, id est non dicimus hoc ad commendationem nostram ut quasi iterum velimus nos commendare: supra enim, III, et etiam I Cor. III, aliqua dixerat ad commendationem suam. Et ideo dicit iterum. Infra X, 18: non enim qui seipsum commendat, et cetera. Sed hoc dicimus propter utilitatem vestram, quasi dicat damus vobis occasionem gloriandi, id est materiam gloriandi. Pseudo-Apostoli enim per elationem gloriabantur, dicentes se fuisse doctos ab apostolis, qui fuerunt a domino, scilicet a Petro et Iacobo, qui erant columnae fidei, detrahentes in hoc apostolo, quasi non fuerit cum domino Iesu, et volentes eius doctrinam destruere. Ut ergo et Corinthii haberent in quo gloriarentur contra ipsos pseudo-apostolos, scilicet de gratia apostolo data, ut eos et refellant et non seducantur ab eis, ideo dicit hoc. Unde subdit ut habeatis ad eos, id est contra eos, vel ad eos reprimendos, quid possitis dicere. Ad eos, dico, qui in facie gloriantur, et non in corde. Quod tripliciter exponitur sic: in facie gloriantur, id est exterioribus observantiis legalibus, quia ad litteram docebant servare legalia. Et non in corde, id est in virtute Christi, quae est in corde, quia in spiritualibus, sicut apostolus, qui in virtute crucis Christi dicebat: mihi autem absit gloriari, et cetera. Item in facie gloriantur, id est in conspectu hominum, sicut hypocritae faciunt, et non in corde, id est in testimonio conscientiae, sicut apostolus. Unde dicit: gloria nostra haec est, et cetera. Vel in facie gloriantur, quia aliqua praetendebant exterius, quae tamen non ita sentiebant interius in corde, scilicet quod dicebant se doctos ab apostolis, et quod sequerentur eorum doctrinam, quam tamen nitebantur destruere. Patet ergo qualiter apostolus in docendo proximorum salutem procurabat. Sequitur videre quomodo ipsorum salutem procurabat etiam in modo docendi. Unde dicit sive enim mente, etc., quod exponitur dupliciter. Uno modo sic, ut apostolus dicat se excedere, quando loquitur eis, commendando se sobrium esse; quando non loquitur de commendatione propria. Secundum hoc dicit: quocumque modo doceamus, vel est honor Dei vel utilitas proximi, quia si excedimus mente, id est commendamus nos, Deo, scilicet est, id est ad honorem Dei, vel de servando iudicio Dei: sive sobrii sumus, id est non alta dicamus de nobis, hoc est vobis, id est, ad utilitatem vestram. Sed aliter, et est magis litteralis sensus. Dico quod damus vobis occasionem gloriandi pro nobis, quia nos, in omnibus quae facimus et etiam in modo faciendi, intendimus bonum vestrum. Unde sciendum quod apostoli sunt medii inter Deum et populum. Deut. V, 5: ego sequester et medius fui, et cetera. Oportebat ergo quod haurirent a Deo quod effunderent populo. Et ideo necessarium erat quod quandoque elevarent se per contemplationem in Deum ad percipiendum caelestia, quandoque conformarent se populo ad tradendum quae a Deo perceperant, et hoc totum in eorum utilitatem cedebat. Et ideo dicit sive enim excedimus mente, id est elevamur ad hoc quod percipiamus dona gratiarum, et hoc ut Deo scilicet uniamur, quod fit per excessum rerum temporalium. Ps. CXV, 11: ego dixi in excessu meo. Dionysius: est enim extasim faciens divinus amor, et cetera. Sive sobrii simus, id est commensuremus nos vobis, tradendo divina praecepta, hoc est vobis, id est ad utilitatem vestram. Sobrietas enim idem est, quod commensuratio. Bria enim in Graeco idem est quod mensura. Haec sobrietas non opponitur ebrietati, quae est de vino, quae ad bella trahit in terra, sed opponitur ebrietati quae est a spiritu sancto, quae rapit hominem ad divina, de qua dicitur Cant. V, 1: bibite, amici, et inebriamini, charissimi. Nam illa scilicet sobrietas est propter utilitatem proximi, sed haec ebrietas est propter amorem Dei. Huiusmodi autem descensus, signatus est per descensum Angelorum per scalam quam vidit Iacob Gen. XXVIII, 12, et Io. I, 51: videbitis caelum apertum, et cetera. Consequenter cum dicit charitas autem Christi, etc., subiungit apostolus causam praemissae sollicitudinis, quae quidem est charitas Christi. Circa hoc autem duo facit. Primo ostendit se urgeri a charitate Christi ad procurandam salutem proximorum; secundo ostendit unde provocetur charitas Christi in ipso, ibi aestimantes hoc, et cetera. Dicit ergo: dico quod sive excedimus Deo sive sobrii sumus vobis, est ad utilitatem vestram. Et huius causa est quia charitas Christi urget nos ad hoc. Et dicit urget, quia urgere idem est quod stimulare; quasi dicat: charitas Christi, quasi stimulus, stimulat nos ad faciendum ea, quae charitas imperat, ut scilicet procuremus salutem proximorum. Hic est effectus charitatis. Rom. c. VIII, 14: qui spiritu Dei aguntur, id est agitantur, et cetera. Cant. VIII, 6: lampades eius, ut lampades ignis, et cetera. Unde autem proveniat iste stimulus charitatis, ostendit consequenter, subdens aestimantes hoc, quoniam si unus, etc., et primo assignat rationem huius; secundo exponit, ibi et pro omnibus mortuus est, et cetera. Dicit ergo: dico quod omnia pro vobis facimus, quia urget nos charitas Christi, quia aestimamus, quod si unus, scilicet Christus, pro omnibus mortuus est, quod etiam nos ita vivamus, id est ad utilitatem vestram, quod etiam nobis mortui simus, id est nihil curemus de nobis, sed de Christo et de his quae Christi sunt. Et hoc est quod dicit si unus. Rom. V, 8: commendat Deus suam charitatem in nobis, et cetera. I Petr. c. II, 21: Christus passus est pro nobis, et cetera. Quod ergo infertur ergo omnes mortui sunt, exponitur tribus modis. Primo ut dicatur omnes mortui sunt, morte peccati in Adam. Non enim esset necessarium quod Christus pro omnibus moreretur, nisi omnes mortui fuissent morte peccati in Adam. I Cor. XV, 22: sicut in Adam omnes, et cetera. Secundo ut dicatur omnes mortui sunt, scilicet veteri vitae. Christus enim mortuus est ad delenda peccata, ergo omnes debent mori veteri vitae, scilicet peccati, et vivere vita iustitiae, Rom. VI, 10: quod enim mortuus est peccato, etc., ita et vos aestimate vos mortuos esse, et cetera. Tertio, et magis litteraliter, ergo mortui sunt omnes, id est ita debet se quilibet reputare ac si esset mortuus sibi ipsi. Col. III, 3: mortui estis, et cetera. Et hunc modum exponit consequenter cum dicit et pro omnibus mortuus est Christus, I Io. II: mortuus est ut vivamus Christo. Unde subdit ut et qui vivit, scilicet vita naturali, iam non sibi vivat, id est non propter seipsum et propter bonum suum tantum, sed ei qui pro ipsis mortuus est et resurrexit, scilicet Christo, id est totam vitam suam ordinet ad servitium et honorem Christi. Gal. II, 20: vivo ego, iam non ego, et cetera. Eccli. XXIX, 20: gratiam fideiussoris tui ne obliviscaris, et cetera. Et horum ratio est quia unusquisque operans sumit regulam operis sui a fine. Unde si Christus est finis vitae nostrae, vitam nostram debemus regulare non secundum voluntatem nostram, sed secundum voluntatem Christi. Sic enim et Christus dicebat Io. VI, v. 38: descendi de caelo, non ut facerem voluntatem meam, et cetera. Nota autem quod duo dicit, scilicet quod mortuus est Christus et quod resurrexit pro nobis; ubi duo exiguntur a nobis. Quia enim mortuus est pro nobis et nos debemus mori nobis ipsis, id est pro ipso abnegare nos ipsos. Unde dicebat Lc. IX, 23: qui vult venire post me, abneget semetipsum, et cetera. Quod idem est ac si diceret: moriantur sibi ipsis. Quia vero Christus resurrexit pro nobis, et nos debemus ita mori peccato et veteri vitae et nobis ipsis, quod tamen resurgamus ad novam vitam Christi. Rom. VI, 4: quomodo Christus surrexit a mortuis per gloriam patris, ita et nos in novitate, et cetera. Et propter hoc dominus non dixit solum: abneget semetipsum et tollat crucem suam, sed addidit et sequatur me, scilicet in novitate vitae, proficiendo in virtutibus. Ps. LXXXIII, 8: ibunt de virtute in virtutem, et cetera.

 

173. Après avoir montré comment les saints se préparent à la récompense de la vie éternelle en s’efforçant de plaire à Dieu (n° 168), il montre ici comment ils s’y préparent en venant en aide au prochain.

A. Il expose quel souci l’anime, du salut de son prochain.

B. Il révèle la cause de ce souci par ces mots (n° 180) : "L’amour du Christ me presse"...

Divisions de A :

I. Ce souci du salut de son prochain se manifeste en l’effort qu’il fait pour le convaincre.

II. Il écarte un soupçon mal fondé (n° 176) : "Nous ne nous faisons pas valoir à nouveau"...

III. Il montre que même dans le mode d’enseignement se propose l’utilité de son prochain (n° 178) : "Si nous sommes hors de sens"

Divisions de 1 –

a)         Il expose son zèle pour l’utilité du prochain.

b)         Il manifeste ce zèle par ces mots (n° 175) : "Nous sommes connus de Dieu".

174. L’Apôtre déclare : Je dis qu’il nous faut être manifestés devant le tribunal du Christ, et cette considération incline les hommes à craindre le jugement.

D’où ces paroles : "Etant pénétrés de la crainte du Seigneur"... c’est-à-dire persuadés de la pureté et de la piété qu’il faut mettre dans cette crainte, "nous cherchons à convaincre les hommes", afin qu’ils craignent et croient. Job XXIII, 15 – En Le considérant, la crainte me trouble. Jérémie X, 7 – Qui ne Te craindra, Roi des nations? Isaïe VIII, 13 – c’est le Dieu des armées qu’il faut regarder comme saint...

175. Mais quelqu’un pourrait dire que ce n’est pas avec une intention pure mais par intérêt personnel qu’il cherche à persuader : pour montrer la fausseté de cette insinuation, il fait appel à un double témoignage, celui de Dieu d’abord : "nous Lui sommes parfaitement connus". C’est avec la crainte de Dieu que nous parlons, ce Dieu qui voit l’intention de notre coeur. Jérémie XVII, 9 – Le coeur de l’homme est pervers et insondable, qui peut le connaître? C’est moi, le Seigneur... Jean. II, 25 – Il savait ce qu’il y a dans l’homme...

Puis il fait appel à la conscience des Corinthiens eux-mêmes : "J’espère que dans vos consciences aussi nous vous sommes parfaitement connus"... Et j’espère vivement que je me suis montré à vous de telle manière que vous puissiez savoir que nous avons été mis à l’épreuve, et conserver fermement cette assurance, même si vous ne le confessez pas de bouche. Supra, IV, 2 – Nous nous recommandons à toute conscience humaine devant Dieu.

176. Et parce qu’ils pourraient croire que l’Apôtre dit cela pour sa propre gloire, il écarte ce soupçon en disant "Nous ne nous faisons pas valoir à nouveau", c’est-à-dire "nous ne cherchons pas à nous vanter, et il dit "à nouveau", parce que plus haut, (chap. III (n° 78) et aussi I Corinthiens III (chap. IV, n° 203) il avait prononcé quelques paroles qui semblaient une glorification personnelle. Infra, X, 18 – Ce n’est pas celui qui se recommande lui-même qui est un homme éprouvé.

Mais nous parlons pour votre utilité, autrement dit "nous vous donnons l’occasion de vous glorifier", nous vous en fournissons la matière. Les faux apôtres en effet se glori­fiaient par orgueil, prétendant avoir reçu l’enseignement des Apôtres qui avaient été instruits par le Seigneur, c’est-à-dire Pierre et Jacques, les colonnes de la foi, dénigrant par là l’Apôtre Paul, parce qu’il n’avait pas accompagné le Seigneur Jésus, et cherchant à détruire sa doctrine. C’est afin que les Corinthiens eussent de quoi se glorifier, vis-à-vis de ces faux apôtres, de la grâce accordée à l’Apôtre Paul, qu’il s’exprime de la sorte; il leur donne le moyen de les confondre et les met en garde contre leur séduction. Il ajoute donc : "afin que vous ayez de quoi leur répondre", pour les contredire ou repousser leurs attaques.

177. "A ceux qui se glorifient de l’apparence et non de ce qui est dans le coeur".

Ici, une triple explication. Ils se glorifient de l’apparence, c’est-à-dire des observances extérieures de la loi, parce qu’ils enseignaient qu’il faut observer la loi à la lettre. Ce qui est dans le coeur, c’est la vertu du Christ qui anime les vrais spirituels, comme l’Apôtre qui disait (Galates VI, 14) : Dieu me garde de me glorifier sinon dans la croix de Notre Seigneur.

Ou encore ils se glorifient de l’apparence, c’est-à-dire de ce qui frappe la vue des hommes, comme font les hypocrites, et non de ce qui est dans le coeur, c’est-à-dire du témoignage de la conscience, comme fait l’Apôtre. D’où cette parole (1I Corinthiens 1, 12) : Ce qui fait notre gloire, c’est le témoignage de notre conscience.

Enfin il peut vouloir dire que les marques qu’ils affichent extérieurement ne correspondent pas à ce qu’ils éprouvent dans le coeur, puisqu’ils disent avoir reçu l’enseignement des Apôtres et suivre leur doctrine, alors qu’ils s’efforcent de la ruiner.

On voit donc de quelle manière l’Apôtre travaillait au salut du prochain par l’enseignement.

178. Il reste à voir comment il travaillait au salut des autres par son mode d’enseignement. Cette parole : "Si nous sommes hors de sens, c’est pour Dieu; si nous somme raisonnables, c’est pour vous", peut avoir deux explications.

Dans la première, l’Apôtre dit qu’il est hors de sens lorsqu’il parle aux Corinthiens, en prétendant être raisonnable, pour se faire valoir. Mais quel que soit mon enseignement, dit-il, c’est l’honneur de Dieu ou l’utilité du prochain que je cherche, car si nous sommes hors de sens. Nous nous faisons valoir, c’est pour Dieu, pour l’honneur de Dieu, ou le respect du jugement de Dieu; si nous sommes raisonnables, c’est-à-dire si nous parlons modestement de nous, c’est pour vous et pour votre utilité.

179. Il y a une autre explication plus littérale. Je dis que nous vous donnons une occasion de vous glorifier à notre sujet, parce que dans toutes les choses que nous faisons et dans la manière même de les faire, nous ne cherchons que votre bien.

Les Apôtres sont intermédiaires entre Dieu et le peuple. Deut. V, 5 – Je fus médiateur entre le Seigneur et vous. Il leur fallait donc puiser en Dieu ce qu’ils devaient ensuite répandre sur le peuple. Il leur était donc nécessaire, tantôt de s’élever en Dieu par la contemplation pour saisir les choses célestes, tantôt de se conformer à l’esprit du peuple pour lui transmettre ce qu’ils avaient saisi de Dieu, et tout cela tendait à l’utilité du peuple. Aussi il dit : "si nous sommes hors de sens", c’est-à-dire si nous nous élevons jusqu’à saisir les dons des grâces supérieures, "c’est pour Dieu", c’est pour nous unir à Dieu, ce qui se fait par un transport qui nous arrache aux choses temporelles. Psaume CXV, 11 – J’ai dit dans mon transport : tout homme est menteur. Denys : L’émoi divin en effet produit une extase... "Si nous sommes raisonnables", c’est-à-dire si nous nous rajustons à votre mesure en vous livrant les préceptes divins, c’est "pour vous", pour votre utilité. Le latin sobrietas signifie la même chose que "mesure", et de même le grec Bria. Cette sobriété n’oppose pas à l’ébriété qu’entraîne l’usage du vin, et d’où naissent les guerres sur la terre; mais elle s’oppose à cette ébriété que produit le Saint Esprit, qui entraîne vers les choses divines, et dont parle le Cantique V, 1 – Buvez mes amis, enivrez-vous, mes très chers. Ainsi cette sobriété tend l’utilité du prochain, mais cette ébriété tend à l’amour d Dieu.

Cette descente des hauteurs divines est figurée par la descente des anges le long de l’échelle dont Jacob eut la vision. Genèse XXVIII, 12 et Jean. 1, 51 – Vous verrez le ciel ouvert...

180. Lorsqu’il dit : "L’amour du Christ nous presse"... l’Apôtre indique la raison du souci qu’il éprouve du salut des hommes, et c’est l’amour du Christ.

Il montre que l’amour du Christ le presse de travailler au salut du prochain.

Il montre ce qui provoque en lui cet amour (n° 182) : "persuadés que"...

181. Il poursuit : que nous soyons hors de sens ou raisonnables, je dis que c’est pour votre utilité. Et la cause en est que "l’amour du Christ nous presse" d’y travailler. "Presser" est la même chose que stimuler. L’amour du Christ est une sorte d’aiguillon, il nous stimule à faire ce que l’amour commande, c’est-à-dire à apporter la salut à notre prochain. Tel est l’effort de l’amour. Romains VIII, 14 – Ceux qui sont conduits par l’esprit de Dieu sont fils de Dieu. Cant. VIII, 6 – Ses traits sont des traits de feu et de flamme...

182. D’où vient cet aiguillon de l’amour, il le montre en ajoutant : "persuadés que si un seul est mort pour tous".

Il en découvre la raison.

Il l’explique (n° 185) : "Et le Christ est mort pour tous"...

183. Il déclare : Je dis que nous faisons tout pour vous parce que l’amour du Christ nous presse : c’est que nous estimons que, si un seul être, le Christ, est mort pour tous, nous aussi nous devons vivre de telle manière, pour votre utilité, que nous soyons morts à nous-mêmes, c’est-à-dire que nous n’ayons nul souci de nous mais du Christ et de ceux qui sont du Christ. C’est ce que contient cette parole "si un seul est mort pour tous"... Romains V, 8 – Dieu montre son amour envers nous... 1 Pierre 1, 21 – Le Christ a souffert pour nous...

184. Sa conclusion "tous aussi sont morts" s’explique de trois manières.

Il veut dire que tous sont morts de la mort du péché en Adam. En effet il n’eût pas été nécessaire que le Christ mourût pour tous, si tous n’étaient pas morts de la mort du péché en Adam. I Corinthiens XV, 22 – Il même que tous meurent en Adam...

Cette phrase peut signifier qu’ils sont morts à la vie ancienne. En effet le Christ est mort pour effacer les péchés, donc tous doivent mourir à la vie ancienne, à celle du péché, et vivre de la vie de la justice. Romains VI, 10 – Il est mort au péché une fois pour toutes... de même regardez-vous comme morts au péché...

D’une façon plus littérale, "donc tous sont morts" signifie qu’un homme quelconque doit se considérer comme mort à lui-même. Colossiens III, 3 – Vous êtes morts et votre vie est cachée en Dieu...

185. Et voici l’explication attendue : "Et le Christ est mort pour tous", 1 Jean. 11 – Il est mort pour que nous vivions dans le Christ.

Et il ajoute : "afin que ceux qui vivent -d’une vie naturelle- ne vivent plus pour eux-mêmes", c’est-à-dire pour leur intérêt propre, "mais pour Celui qui est mort et ressuscité pour eux", c’est-à-dire pour le Christ; que toute leur vie soit ordonnée au service et à l’honneur du Christ. Galates N° 20 – Je vis, mais ce n’est plus moi qui vis... Ecclésiastique XXIX, 20 – N’oublie pas la grâce que te fait Celui qui répond pour toi...

Et la raison en est que tout être qui agit emprunte la règle de son action à la fin qu’il poursuit. Si le Christ est la fin de notre vie, nous devons régler notre vie, non selon notre volonté, mais selon la volonté du Christ. C’est ce que le Christ lui-même disait, Jean. VI, 38 – Je suis descendu du ciel, non pour faire ma volonté…

186. Notons que l’Apôtre dit deux choses : que le Christ est mort et qu’Il est ressuscité pour nous : d’où deux exigences pour nous. Parce qu’Il est mort pour nous, nous devons mourir à nous-mêmes, c’est-à-dire renoncer à nous-mêmes pour Lui. Ainsi le Christ disait, Luc IX, 23 – Celui qui veut venir après moi, qu’il renonce à soi-même... Ce qui revient à dire : qu’ils meurent à eux-mêmes.

Parce que le Christ est ressuscité pour nous, nous aussi nous devons mourir au péché, à la vie ancienne et à nous-mêmes, de telle sorte que nous ressuscitions pour la vie nouvelle du Christ. Romains VI, 4 – Comme le Christ est ressus­cité des morts pour la gloire du Père, de même nous marchons dans une vie nouvelle... C’est pourquoi le Seigneur n’a pas dit seulement (Matthieu XVI, 24) : Qu’il renonce à soi-même et prenne sa croix, mais Il a ajouté : et qu’il me suive, dans une vie nouvelle, en faisant des progrès dans la pratique des vertus. Psaume LXXXIII, 8 – ils iront de vertu en vertu...

 

Lectio 4

 

Leçon 4 – 2 Co V, 16-17 – Se séparer des affections de la chair à cause de la gloire future

 

 

16 (n° 187) Aussi désormais nous ne connaissons plus personne selon la chair. (n° 189) Et si nous avons connu le Christ selon la chair, maintenant nous ne Le connaissons plus ainsi.

17 (n° 192) Si quelqu’un est dans le Christ, il est une nouvelle créature, les choses anciennes sont passées, voici que tout est nouveau.

 

[87712] Super II Cor., cap. 5 l. 4 Posito quomodo sancti praeparant se ad susceptionem gloriae caelestis, placendo Deo et proficiendo proximo, hic consequenter ostendit quomodo praeparant se ad hoc idem, abdicando a se carnalem affectum. Et circa hoc tria facit. Primo ponit abdicationem carnalis affectus; secundo excludit instantiam, ibi et si cognovimus, etc.; tertio concludit intentum, ibi si qua ergo in Christo, et cetera. Dicit ergo primo: ex quo ergo adeo certi sumus de gloria aeterna, ita quod nos ex hoc neminem secundum carnem novimus. Ubi nota, quod secundum carnem est quaedam determinatio, et potest dupliciter exponi, secundum quod dupliciter constructio fieri potest. Uno modo, ut ly secundum carnem, construatur cum hoc accusativo neminem, et sic exponit Glossa: neminem secundum carnem, id est carnaliter viventem, approbamus. Ex quo enim quilibet debet mori, non approbamus eum, qui carnaliter vivit. Et hoc modo accipitur caro Rom. VIII, 9: vos autem in carne non estis, et cetera. Alio modo: neminem secundum carnem, id est secundum carnales legis observantias viventem, novimus, id est approbamus. Et hoc modo accipitur caro Phil. III, 4: qui confidunt in carne, id est, in carnalibus legis observantiis, et cetera. Tertio: neminem secundum carnem, id est secundum carnis corruptionem, novimus, id est reputamus. Licet enim fideles adhuc carnem corruptibilem gerant, tamen in spe iam habent corpus incorruptibile. Unde non reputant se secundum quod modo carnem corruptibilem habent, sed secundum quod habituri sunt corpus incorruptibile. Hoc modo accipitur caro I Cor. XV, 50: caro et sanguis regnum Dei non possidebunt. Alio modo potest construi, ut ly secundum carnem, construatur cum hoc verbo novimus. Et sic est sensus: dico quod ex quo non debemus nobis vivere, sed ei qui pro nobis mortuus est, itaque nos ex hoc neminem secundum carnem novimus, id est non sequimur in aliquo carnalem affectum, nec aliquem hoc modo reputamus. Et hoc modo accipitur illud Deut. XXXIII, 9: qui dixerit patri suo et matri: nescio vos, et cetera. Et sic ly secundum carnem, refertur ad cognoscentem; sed in prima expositione referebatur ad cognitum. Quia vero aliquis posset dare instantiam de Christo, quod saltem cognovisset eum secundum carnem, ideo consequenter hoc removet dicens quod si cognovimus, et cetera. Circa hoc sciendum est quod Manichaeus adducebat verba ista pro se in fulcimentum sui erroris. Ipse enim dicebat Christum non habuisse verum corpus, nec fuisse ex semine David natum. Et sic Augustinus dicit in libro contra Faustum: si quis contra eum allegaret verbum apostoli ad Rom. I, 3: qui factus est ei ex semine David secundum carnem, et illud I Tim. III, 16: et manifeste magnum est pietatis sacramentum, quod manifestatum est in carne, etc., et II Tim. II, 8: memor esto dominum Iesum Christum resurrexisse a mortuis ex semine David, etc., respondebat, quod apostolus aliquando fuerat huius opinionis, scilicet quod fuisset ex semine David et quod verum corpus habuisset, sed postea hanc opinionem mutavit et correxit se hic. Unde dicebat et si cognovimus secundum carnem Christum, id est si fuerimus aliquando huius opinionis, quod Christus habuisset veram carnem, sed nunc iam non novimus, id est modo mutavimus illam opinionem et non credimus ita. Quod quidem dupliciter improbat Augustinus. Primo quia de eo, quod falso putamus, nullus dicit novimus, sed opinamur. Cum ergo apostolus utatur hic hoc verbo cognovimus, videtur quod non aliquando falso putaverit. Secundo quia supra apostolus dicit neminem novimus secundum carnem. Si ergo verum esset quod dicit Manichaeus, apostolus nullum cognosceret habere verum corpus, quod est falsum. Est ergo falsum quod Manichaeus dicit. Et ideo aliter exponendum secundum veritatem, et dupliciter. Uno modo, ut sumatur hic caro pro corruptione carnis, I Cor. XV, 50: caro et sanguis, etc., et tunc est sensus: et si cognovimus aliquando Christum secundum carnem, id est habere eum carnem corruptibilem ante passionem, sed nunc iam non novimus, scilicet eum habere carnem incorruptibilem, quia Rom. VI, 9 dicitur: Christus resurgens ex mortuis iam non moritur, et cetera. Alio modo secundum Glossam, ut ly si aliquando secundum carnem Christum cognovimus, referatur ad statum Pauli ante conversionem ad Christum; quod vero sequitur sed nunc iam non novimus, referatur ad statum eius post conversionem. Et sic est sensus: et ego et alii Iudaei infideles aliquando, id est ante conversionem meam, cognovimus Christum secundum carnem, id est secundum quod carnaliter opinati sumus de Christo, scilicet eum esse tantum hominem et quod venit tantum ad carnales observantias legis; sed iam, id est postquam conversus sum, non novimus, id est haec opinio cessavit, immo credo quod sit verus Deus et quod non sit colendus per carnales observantias. Unde dicebat Gal. V, v. 2: si circumcidimini, Christus nihil vobis proderit. Potest et aliter exponi, ut hoc quod dicit et si cognovimus, etc., dicat apostolus in persona omnium apostolorum Christi; et sic videtur respondere ultimae expositioni huius, quod dicitur neminem cognovimus. Unde sciendum est quod Augustinus, exponens illud Io. XVI, 7: expedit vobis, ut ego vadam, ubi ratio domini ad hoc subditur: si enim non abiero, Paracletus non veniet ad vos, dicit, quod hoc ideo erat, quia discipuli carnaliter amantes Christum afficiebantur ad ipsum, sicut carnalis homo ad carnalem amicum, et sic non poterant elevari ad spiritualem dilectionem, quae etiam pro absente multa facit pati. Ut ergo radicaretur in eis affectus spiritualis, qui est a spiritu sancto, et cessaret carnalis, dixit eis dominus: pax vobis, et cetera. Hoc ergo apostolus, in persona omnium discipulorum, commemorans dixit et si cognovimus, id est si adhaesimus Christo aliquando, scilicet quando nobiscum erat praesentia corporali, secundum carnem, id est secundum carnalem affectum, sed iam non novimus, id est iam iste affectus cessavit a nobis per spiritum sanctum, qui datus est nobis. Consequenter cum dicit si qua igitur in Christo, etc., ex praemissis concludit quemdam effectum esse consecutum, scilicet novitatis in mundo. Et ideo dicit si qua igitur, id est si aliqua, in Christo, id est in fide Christi, vel per Christum, nova creatura est facta. Gal. V, 6: in Christo Iesu neque praeputium, neque circumcisio, et cetera. Ubi notandum quod innovatio per gratiam dicitur creatura. Creatio enim est motus ex nihilo ad esse. Est autem duplex esse, scilicet esse naturae et esse gratiae. Prima creatio facta fuit quando creaturae ex nihilo productae sunt a Deo in esse naturae, et tunc creatura erat nova, sed tamen per peccatum inveterata est. Thren. III, 4: vetustam fecit pellem meam, et cetera. Oportuit ergo esse novam creationem, per quam producerentur in esse gratiae, quae quidem creatio est ex nihilo, quia qui gratia carent, nihil sunt. I Cor. XIII, v. 2: si noverim mysteria omnia, etc., charitatem autem non habeam, et cetera. Iob XVIII, v. 15: habitent in tabernaculo illius socii eius, qui non est, id est peccati. Augustinus dicit: peccatum enim nihil est, et nihili fiunt homines cum peccant. Et sic patet, quod infusio gratiae est quaedam creatio. Si ergo aliqua creatura facta est nova per ipsum, vetera transierunt ei. Hoc quidem sumptum est Lev. XXVI, 10, ubi dicitur: novis supervenientibus vetera proiicietis. Ex quo sic argumentatur: si omnia nova facta sunt et secundum legem novis supervenientibus vetera sunt proiicienda, ergo si qua creatura est, vetera transierunt ei, id est transire debent ab eo. Vetera autem quae transire debent sunt legalia. Rom. VII, 6: serviamus in novitate spiritus, et non in vetustate litterae. Item errores gentilium. Is. c. XXVI, 3: vetus error abiit. Item corruptiones peccati. Rom. VI, 6: vetus homo noster, et cetera. Quibus quidem in nobis transeuntibus, virtutes contrariae his vitiis debent in nobis innovari. Apoc. XXI, 5: et dixit qui sedebat in throno: ecce nova facio omnia.

 

187. Après avoir montré comment les saints se préparent à conquérir la gloire céleste en cherchant à plaire à Dieu (n° 168) et en venant en aide au prochain (n° 173), il nous montre comment ils s’y préparant en rejetant les affections de la chair.

Il expose ce qu’est le renoncement aux affections charnelles.

il écarte une objection (n° 189) "Et si nous avons connu le Christ".

Il conclut en précisant le but à atteindre (n° 192) "Si quelqu’un est dans le Christ"...

188. De ce que nous sommes assurés de la vie éternelle, dit-il, "nous ne connaissons plus personne selon chair"...

Notez que "selon la chair" est une détermination grammaticale et peut s’expliquer de deux façons selon la construction. Dans un premier sans on peut construire secundum carnem avec l’accusatif neminem, et c’est ainsi que l’explique la Glose : "Nous n’approuvons personne qui vit selon la chair." En effet l’homme étant soumis à la mort, nous n’approuvons pas celui qui vit charnellement. C’est ainsi que se comprend caro dans Romains VIII, 9 – Pour vous, vous ne vivez pas dans la chair... Ou encore : "Nous connaissons", c’est-à-dire nous n’approuvons personne qui vive "selon la chair", c’est-à-dire selon les observant chamelles de la loi. Tel est le sens de caro dans Phil. III, Quant à moi, j’aurais sujet de mettre aussi me confiance de la chair... c’est-à-dire dans les observances charnelles de la loi.

Il y a une troisième nuance : "Nous ne connaissons personne", nous ne tenons compte de personne, "selon la chair", c’est-à-dire selon la corruption de la chair. En effet quoique les fidèles portent encore une chair corruptible, cependant en espérance ils ont déjà un corps incorruptible. Par conséquent ils ne se considèrent pas selon qu’ils ont une chair corruptible, mais selon qu’ils sont destinés à avoir un corps incorruptible. C’est le sens de caro dans I Corinthiens XV, 50 – La chair et le sang ne posséderont pas le royaume de Dieu.

Il y a une seconde construction possible, qui est de rattacher secundum carnem au verbe novimus. Et voici le sens : du fait que nous ne devons pas vivre pour nous mais pour Celui qui est mort pour nous, nous ne connaissons plus personne selon la chair, c’est-à-dire que nous ne suivons pas à l’égard de personne un sentiment charnel, nous ne consi­dérons personne de cette manière. C’est le sens du texte de Deut. XXXIII, 9 – Celui qui a dit à son père et à sa mère : Je ne vous connais pas... Ainsi l’expression "selon la chair" se rapporte à celui qui connaît, alors que dans la première explication elle se rapportait à l’objet connu.

189. Mais parce qu’on pourrait faire une objection : au sujet du Christ, en prétendant que du moins Paul l’avait connu selon la chair, il écarte cette objection en disant : "nous avons connu le Christ selon la chair".

N’oublions pas que les Manichéens s’emparaient de ces mots pour étayer leurs erreurs. Ils prétendaient en effet que le Christ n’avait pas un vrai corps et qu’Il n’était pas né de la race de David. Saint Augustin s’exprime ainsi dans son livre Contre Faustus. Si on alléguait contre le Manichéisme la parole de l’Apôtre aux Romains, 1, 3 – Son fils, né de la postérité de David selon la chair..., et cette autre de 1 Tim. III 16 – Et assurément c’est un grand mystère de piété qui a été manifesté dans la chair, et encore celle-ci de II Tim. II, 8 – Souviens-toi que Notre Seigneur Jésus-Christ, né de la race de David, est ressuscité des morts.., le Manichéisme répondait que l’Apôtre avait été autrefois de cet avis, à savoir que le Christ était de la race de David et avait eu un vrai corps mais que dans la suite il avait changé d’opinion et s’était corrigé. Il disait donc : "Et si nous avons connu le Christ selon la chair", c’est-à-dire si nous avons été jadis de cette opinion que le Christ a eu une vraie chair, maintenant nous ne le connaissons plus ainsi, nous avons changé d’opinion et nous ne le croyons plus.

Saint Augustin prononce une double condamnation contre cette interprétation. D’abord quand nous avons une opinion erronée, personne ne dit : "nous connaissons", mais "nous estimons". Donc quand l’Apôtre dit : nous avons connu, il est clair qu’il ne s’agit pas d’une ancienne opinion erronée. Deuxièmement l’Apôtre dit plus haut : Nous ne connaissons personne selon la chair. Si donc ce que prétend le Manichéisme était vrai, l’Apôtre connaîtrait que nul homme n’a un corps véritable, ce qui est faux. Donc le Manichéisme est dans l’erreur.

190. Il faut donc donner une autre explication pour être dans la vérité. Il y en a deux. Dans la première, "chair" est interprété comme la corruption de la chair, I Corinthiens XV, 50 – La chair ni le sang ne posséderont le royaume de Dieu, et alors le sens est : "Si nous avons connu le Christ selon la chair", c’est-à-dire si nous avons connu qu’il avait une chair corruptible avant sa passion, "maintenant nous ne le connaissons plus ainsi", c’est-à-dire nous savons qu’il a une chair incorruptible; car on lit dans Romains VI, 9 – Le Christ ressuscité des morts ne meurt plus...

Il y a une seconde explication, qui est celle de la Glose (Lomb. I. CXCII, col. 44). "Si nous avons connu le Christ selon la chair" se rapporterait à l’état de Paul avant sa conversion au Christ, ce qui suit se rapporterait à son état depuis sa conversion. Alors le sens est : et moi et les autres Juifs infidèles, autrefois, c’est-à-dire avant ma conversion, nous avons connu le Christ selon la chair, selon l’opinion que la chair nous inspirait sur le Christ, à savoir qu’il était seulement un homme et qu’il devait se soumettre aux obser­vances charnelles de la loi, mais maintenant, depuis que je suis converti, j’ai abandonné cette opinion, je crois au contraire qu’Il est le vrai Dieu et qu’Il ne peut être honoré par les observances charnelles. Aussi Paul disait-il, Galates V, 2 – Si vous vous faites circoncire, le Christ ne vous servira de rien.

191. On peut encore donner une autre explication, c’est que l’Apôtre parle ici au nom de tous les Apôtres du Christ, et ses paroles semblent répondre à sa dernière proposition : "nous ne connaissons plus personne selon la chair".

Saint Augustin, explique ce passage de Jean XVI, 7 – Il vous est bon que je m’en aille- affirmation dont le Seigneur donne la raison : Si je ne m’en vais pas, le Paraclet ne viendra pas en vous-, dit que les disciples, aimant charnel­lement le Christ, lui étaient attachés comme un homme charnel est attaché à un ami charnel, et ainsi ne pouvaient s’élever à un amour spirituel, qui fait qu’on supporte maintes épreuves même pour un absent. Donc pour que cet amour spirituel qui vient du Saint Esprit prit racine en eux et que l’amour charnel cassât, la Seigneur leur dit : La paix soit avec vous... Donc l’Apôtre, au nom de tous les disciples, rappelle ce souvenir et dit : "Si nous avons connu le Christ", si nous avons jadis adhéré au Christ quand il était avec nous dans sa présence corporelle, "selon la chair", c’est-à-dire selon une affection charnelle, "maintenant nous ne le connaissons plus ainsi", cette sorte d’affection a passé de nous par Saint Esprit qui nous a été donné.

192. Donc lorsqu’il dit : "Si quelqu’un est dans le Christ", il conclut du développement précédant qu’un certain effet de renouvellement s’est produit dans le monde. Si quelqu’un est dans le Christ, il en résulte que dans Christ, ou par le Christ, il est devenu une nouvelle créature. Galates XC, 6 – Dans le Christ Jésus il n'a ni prépuce ni circoncision...

On doit noter ici que le renouvellement par la grâce est nommé "créature"; la création en effet est un mouvement qui fait passer du rien à l’Etre. Or il y a deux sortes d’être, l’être de nature et l’être de grâce. Il y eut une création, lorsque des créatures furent produites passant du rien à l’être de nature, et c’était la nouvelle créature, mais elle tomba dans le vieillissement par l’effet du péché. Thran III, 4 – Il a fait vieillir ma peau… Une nouvelle création était donc nécessaire par laquelle les créatures seraient portées à l’état de grâce, ce qui est en vérité une création à partir de rien, car ceux qui n’ont pas la grâce ne sont rien. I Corinthiens XIII, 2 – Si je connaissais tous les mystères etc., et que je n’eusse pas la charité etc. Job XVIII, 15 – Ils habiteront dans sa tente, compagnons de celui qui n’est plus, c’est-à-dire du péché. Saint Augustin dit : Le péché est néant, et les hommes s’anéantisse lorsqu’ils pèchent.

Ainsi il est clair que l’infusion de la grâce est une sorte de création.

193. Si donc une créature a été faite nouvelle par le Christ, pour elle, "les choses anciennes sont passées". Cette idée est prise dans Lev. XXVI, 10 – Les fruits nouveaux étant en abondance, vous rejetterez les vieux.

D’où le raisonnement suivant : Si toutes choses sont devenues nouvelles et si selon la loi devant les fruits nouveaux les vieux doivent être rejetés, donc, si quelqu’un est une nouvelle créature, "les choses anciennes sont passées pour elle", et ces choses anciennes qui doivent être rejetées sont les préceptes de la loi. Romains VII, 6 – Servons Dieu dans la nouveauté de l’esprit, et non dans le vieillissement de lettre. Il en est de même des erreurs des Gentils. Isaïe XXVI, 3 La vieille erreur s’en est allée. De même de la corruption du péché. Romains VI, 6 – Notre vieil homme a été crucifié avec lui...

Toutes ces vieilleries étant passées de nous, les vertus contraires à nos vices doivent fleurir dans leur nouveauté Apoc. XXI, 5 – Ainsi parle celui qui était assis sur le trône : voici que je fais toutes choses nouvelles.

 

Lectio 5

 

Leçon 5 – 2 Co V, 18-21 – La réconciliation avec Dieu par le Christ

 

 

18 (n° 194) Tout cela vient de Dieu, qui nous réconciliés avec Lui par le Christ et nous a confié le ministère de la réconciliation.

19 (n° 198) Car Dieu réconciliait la monde avec Lui-même dans le Christ, ne tenant plus compte des fautes des hommes, et Il a placé sur nos lèvres la parole de réconciliation.

20 (n° 199) Nous nous acquittons donc d’une ambassade pour le Christ, comme si Dieu vous exhortait par nous. Nous vous en conjurons au nom du Christ : réconciliez-vous avec Dieu.

21 (n° 201) Celui qui ne connaissait pas le péché, Il l’a fait péché pour nous, afin que nous devenions en Lui justice de Dieu.

 

[87713] Super II Cor., cap. 5 l. 5 Postquam apostolus in superioribus tractavit de praemio sanctorum et de praeparatione ad susceptionem eius, hic consequenter agit de causa utriusque. Et circa hoc tria facit, quia primo, ostendit auctorem omnium praedictorum esse Deum; secundo, commemorat beneficium a Christo collatum, ibi qui reconciliavit, etc.; tertio, beneficii usum, ibi pro Christo ergo legatione, et cetera. Dicit ergo: dixi quod intendimus salutem proximorum, et vetera transierunt, sed haec omnia sunt nobis ex Deo patre, vel ex Deo auctore. Rom. XI, 36: ex ipso, et in ipso, et per ipsum sunt omnia. Iac. I, v. 17: omne datum optimum, et cetera. Sequitur beneficium susceptum a Deo, ibi qui reconciliavit, etc., ubi primo, ponit ipsum beneficium collatum; secundo exponit, ibi quoniam quidem Deus, et cetera. Commemorat autem duplex beneficium per Christum collatum: unum commune, aliud speciale. Commune quidem toti mundo, scilicet reconciliationis ad Deum, et hoc est quod dicit: qui, scilicet Deus pater, reconciliavit, id est pacificavit, nos sibi, et hoc per Christum, id est per incarnatum verbum. Homines enim erant inimici Dei propter peccatum, Christus autem hanc inimicitiam abstulit de medio, satisfaciens pro peccato. Et fecit concordiam. Col. I, 20: pacificans per sanguinem crucis eius, sive quae in terris, sive quae in caelis, et cetera. Et ideo dicit per Christum. Rom. V, 10: reconciliati sumus Deo per mortem, et cetera. Speciale autem beneficium est apostolis collatum, scilicet quod ipsi sint ministri huius reconciliationis. Unde dicit et dedit nobis, apostolis, vicariis Christi, ministerium huius reconciliationis. Supra III, 6: ministros nos elegit, et cetera. Ps. LXXI, 3: suscipiant montes, id est apostoli, pacem populo, scilicet a domino. Consequenter cum dicit quoniam, etc., exponit quae dixit: primo, primum; secundo, secundum, ibi posuit in nobis, et cetera. Dicit ergo. Dico quod Deus reconciliavit nos sibi, hoc modo: inimicitiae enim inter Deum et hominem erant propter peccatum, ut dictum est, secundum illud Is. LIX, 2: peccata vestra diviserunt, et cetera. Destructo ergo peccato per mortem Christi, inimicitiae iam solutae sunt. Et hoc est quod dicit quoniam quidem Deus erat in Christo, per unitatem essentiae, Io. XIV, 10, 11: ego in patre, et pater in me est. Vel Deus erat in Christo per Christum mundum sibi reconcilians, Rom. c. V, 10: reconciliati sumus Deo, et cetera. Et hoc non reputans illis delicta ipsorum, id est non habens in memoria illorum delicta, tam actualia quam originalia, ad puniendum, pro quibus Christus plene satisfecit. Et secundum hoc dicitur nos reconciliasse sibi, inquantum non imputat delicta nostra nobis. Ps. XXXI, v. 2: beatus vir cui non imputavit dominus peccatum. Consequenter cum dicit et posuit in nobis, etc., exponit secundum, scilicet de beneficio apostolis collato. Quasi dicat: hoc modo dedit nobis ministerium reconciliationis, quia posuit in nobis verbum reconciliationis, id est dedit virtutem et inspiravit in cordibus nostris, ut annuntiemus mundo hanc reconciliationem esse factam per Christum. Et hoc faciendo inducimus homines, ut conforment se Christo per Baptismum. Ier. I, 9: ecce dedi verba mea, et cetera. Consequenter cum dicit pro Christo ergo legatione, etc., ostendit usum beneficii. Et primo quantum ad secundum beneficium collatum apostolis; secundo, quantum ad primum collatum omnibus, ibi obsecramus pro Christo, et cetera. Dicit ergo: ex quo Deus posuit verbum reconciliationis, debemus eo uti. Et hoc est ergo quod fungimur legatione pro Christo, id est sumus legati Christi. Eph. VI, 20: pro quo legatione fungimur in catena ista, et cetera. Et idoneitas ad hanc legationem est nobis ex virtute Dei, quae est in me. Et ideo dicit tamquam Deo exhortante per nos, quia Deus, qui in nobis loquitur, dat nobis idoneitatem ad hanc legationem. Matth. X, 20: non vos estis qui loquimini, et cetera. Infra XIII, v. 3: an experimentum quaeritis eius, qui in me, et cetera. Consequenter cum dicit obsecramus, etc., subdit quantum ad usum primi beneficii. Et primo inducit ad usum; secundo ostendit unde adsit nobis facultas ad ipsum usum, ibi eum qui non, et cetera. Dicit ergo: ex quo Deus fecit reconciliationem, et nos sumus legati Dei in hoc, obsecramus, et cetera. Blande alloquitur, cum posset imperare. II Tim. ult.: argue, obsecra, increpa, et cetera. Ad Philem. 8: potestatem habens imperandi, et cetera. Obsecramus, inquam, pro Christo, id est propter amorem Christi, reconciliamini Deo. Videtur autem hoc esse contrarium ei quod dicit, quod Deus reconciliavit nos sibi. Si ergo ipse reconciliavit, quid necesse est ut nos reconciliemur? Iam enim reconciliati sumus. Ad hoc dicendum quod Deus reconciliavit nos sibi, ut causa efficiens, scilicet ex parte sua, sed, ut sit nobis meritoria, oportet etiam quod fiat reconciliatio ex parte nostra. Et hoc quidem in Baptismo et in poenitentia, et tunc cessamus a peccatis. Unde autem adsit nobis huiusmodi facultas reconciliandi Deo, ostendit ex hoc scilicet quod dedit nobis potestatem iuste vivendi, qua possumus abstinere a peccatis, et, hoc faciendo, reconciliamur Deo. Et ideo dicit eum qui non, et cetera. Quasi dicat: bene potestis reconciliari, quia Deus, scilicet pater, eum, scilicet Christum, qui non noverat peccatum, I Petr. II, 22: qui peccatum non fecit, etc.; Io. VIII, 46: quis ex vobis arguet me, etc., pro nobis fecit peccatum. Quod tripliciter exponitur. Uno modo, quia consuetudo veteris legis est ut sacrificium pro peccato, peccatum nominetur. Os. c. IV, 8: peccata populi mei comedent, id est oblata pro peccato. Tunc est sensus fecit peccatum, id est hostiam, vel sacrificium pro peccato. Alio modo, quia peccatum aliquando sumitur pro similitudine peccati, vel pro poena peccati. Rom. VIII, 3: misit Deus filium suum in similitudinem peccati, etc., id est de similitudine peccati damnavit peccatum. Et tunc est sensus fecit peccatum, id est fecit eum assumere carnem mortalem et passibilem. Tertio modo, quia aliquando dicitur hoc esse hoc vel illud, non quia sit, sed quia opinantur homines ita esse. Et tunc est sensus fecit peccatum, id est fecit eum reputari peccatorem. Is. LIII, 12: cum iniquis reputatus est. Et hoc quidem fecit, ut nos efficeremur iustitia, id est ut nos, qui peccatores sumus, efficeremur non solum iusti, imo ipsa iustitia, id est iustificaremur a Deo; vel iustitia, quia non solum nos iustificavit, sed etiam voluit quod per nos alii iustificarentur. Iustitia, dico, Dei, non nostra. Et in Christo, id est per Christum. Vel, aliter, ut ipse Christus dicatur iustitia. Et tunc est sensus ut nos efficeremur iustitia, id est ut inhaereremus Christo per amorem et fidem, quia Christus est ipsa iustitia. Dicit autem, Dei, ut excludat iustitiam hominis, quae est qua homo confidit de propriis meritis. Rom. X, 3: ignorantes Dei iustitiam, etc. in ipso, scilicet Christo, id est per Christum, quia ipse factus est nobis iustitia, I Cor. I, 30.

 

194. Après avoir traité dans les versets précédents de la récompense des saints (n° 152) et de la préparation à la réception de cette récompense (n° 168), il recherche la cause de l’une et de l’autre.

Il montre que l’auteur de toutes les grâces dont il a parlé, c’est Dieu.

Il rappelle le bienfait que nous devons au Christ             (n° 196) : "Dieu qui nous a réconciliés avec Lui par le Christ"...

Il rappelle l’usage qu’il fait de ce bienfait (n° 199) "Nous nous acquittons donc d’une ambassade pour le Christ".

195. Voici la pensée de l’Apôtre : J’ai dit que ne nous proposions la salut de notre prochain et que les choses anciennes étaient passées, mais tout cela nous vient "de Dieu le Père", c’est Dieu qui est l’auteur de ce renouvellement Romains XI, 36 – De Lui, et en Lui et par Lui sont toutes choses Jacques 1, 17 – Tout don excellent descend d’en haut.

196. Il exprime ensuite le bienfait reçu de Dieu "qui nous a réconciliés avec Lui"...

il expose d’abord ce bienfait.

il l’explique (n° 198) : "Car Dieu réconciliait le monde avec Lui-même dans le Christ"...

197. Il rappelle le double bienfait reçu par l’intermédiaire du Christ, un bienfait commun et un bienfait spécifique.

D’abord un bienfait commun au monde tout entier, celui de la réconciliation avec Dieu. C’est Dieu le Père "qui nous a réconciliés", rétablis dans la paix, "avec Lui-même", cela par le Christ, par le Verbe incarné les hommes étaient ennemis de Dieu à cause du péché; le Christ a fait disparaître cette inimitié, offrant satisfaction pour le péché. Et il a rétabli la concorde. Colossiens 1, 20 – Faisant la paix par le sang de se croix, Il a voulu réconcilier avec Lui-même les choses qui sont sur la terre et celles qui sont dans le ciel... "Dieu a fait cela par le Christ". Romains V, 10 – Nous avons été réconciliés avec Dieu par la mort de son Fils...

Un bienfait spécial est accordé aux Apôtres en ce qu’ils sont les ministres de la réconciliation; c’est pourquoi il ajoute : "et Il nous a confié le ministère de la réconciliation", à nous les Apôtres, les vicaires du Christ. Supra, III, 6 – Il nous a rendus capables d’être les ministres de la Nouvelle Alliance. Psaume LXXI, 3 – Que les montagnes, c’est-à-dire les Apôtres, apportent la paix pour le peuple, la paix de Dieu.

198. En conséquence lorsqu’il dit : "Car Dieu réconciliait le monde avec Lui-même", il explique ses paroles; d’abord le premier bienfait, puis le second en ces termes : "Il a placé sur nos lèvres la parole de réconci­liation".

Voici comment Dieu nous a réconciliés avec Lui. Il y avait inimitié entre Dieu et l’homme à cause du péché, comme on l’a dit, selon Isaïe LIX, 2 – Vos iniquités ont mis une barrière entre Dieu et nous. Le péché étant détruit par la mort du Christ, l’inimitié a pris fin. Tel est le sens de ces paroles : "Car Dieu était dans le Christ", par l’unité de l’essence, Jean XIV, 10-11 – Je suis dans le Père et le Père est en moi. Ou encore : "Dieu réconciliait le monde avec Lui dans le Christ" -par le Christ- Romains V, 10 – Nous avons été réconciliés avec Dieu... Et cela "sans plus tenir compte des fautes des hommes", c’est-à-dire ne gardant plus le souvenir de leurs fautes, tant des péchés actuels que du péché originel, pour les punir, le Christ ayant pleinement satisfait pour eux. On dit dans ce sens que Dieu nous a réconciliés avec Lui dans la mesure où Il ne nous impute plus nos péchés. Psaume XXXI, 2 – Bienheureux l’homme à qui le Seigneur n’a pas imputé son péché.

Lorsqu’il dit : "il a placé sur nos lèvres la parole de réconciliation", il explique le second bienfait, celui qui fut accordé aux Apôtres. Autrement dit : par là, il nous a conféré un ministère de réconciliation, c’est-à-dire qu’il nous a donné une grâce, Il a inspiré nos coeurs, pour que nous annoncions au monde que notre réconciliation est faite par le Christ. Et par là nous inclinons les hommes à se conformer au Christ par le baptême. Jérémie 1, 9 – Voici que j’ai mis mes paroles en ta bouche...

199. Lorsqu’il dit "Nous nous acquittons d’une ambassade pour le Christ", il montre l’usage de ce bienfait, d’abord de celui dont les Apôtres ont été gratifiés, puis de celui qui a été accordé à tous les hommes (n° 202) : "Nous vous en conjurons au nom du Christ".

Du fait que Dieu, dit-il, a mis sur nos lèvres la parole de réconciliation, nous devons en user. Voilà pourquoi "nous nous acquittons d’une ambassade pour le Christ", nous sommes les ambassadeurs du Christ. Ephésiens VI, 20 – Je m’acquitte d’une ambassade dans les chaînes...

Et l’aptitude à cette ambassade nous vient de la grâce de Dieu qui est en nous. De là cette parole : "comme si Dieu vous exhortait par nous", parce que c’est Dieu qui parle par notre bouche et qui nous donne l’aptitude à cette ambassade. Matthieu X, 20 – Ce n’est pas vous qui parlez... Infra XIII, 3 – Cherchez-vous une preuve que c’est le Christ qui parle en moi?

200. Ses paroles : "Nous vous en conjurons"... sont une considération sur l’usage du bienfait universel. D’abord il nous invite à en user; puis il nous montre d’où nous vient la faculté que nous avons d’en user (n° 201) : "Celui qui ne connaissait pas le péché"...

Du fait que Dieu nous a réconciliés avec Lui, dit-il, et que nous sommes les ambassadeurs de Dieu pour cette réconciliation, "nous vous en conjurons"... Il s’exprime avec douceur, alors qu’il pourrait commander. II Tim. IV, 2 Reprends, supplie, menace... Ad Philem. 8 – Bien que j’aie le pouvoir de commander... "Nous vous en conjurons, dis-je, au nom du Christ", c’est-à-dire pour l’amour du Christ, "réconciliez-vous avec Dieu".

Cette parole semble contradictoire à la parole précédente d’après laquelle Dieu nous a réconciliés avec Lui. S’Il nous a réconciliés, quelle nécessité y a-t-il que nous fassions de même, puisque la chose est faite?

A cela on doit répondre que Dieu nous a réconciliés avec Lui en tant que cause efficiente, pour sa part, mais que, pour que la réconciliation soit méritoire, il faut qu’elle se fasse aussi de notre côté. Les moyens en sont : le baptême, la pénitence et l’éloignement du péché.

201. D’où nous vient une telle faculté de nous réconcilier avec Dieu? Il montre que c’est Dieu qui nous a donné le pouvoir de vivre selon la justice, que c’est par là que nous pouvons nous abstenir du péché et ce faisant, nous réconcilier avec Dieu. Il nous assure que nous le pouvons, puisque "Celui qui ne connaissait pas le péché", c’est-à-dire le Christ, - (1 Pierre II, 22 – Lui qui n’a pas commis de péché... Jean. VIII, 46 – Qui de vous me convaincra de péché?..., Dieu le Père "L’a fait péché pour nous". Ceci s’explique de trois façons. D’abord la coutume de l’ancienne loi est que le sacrifice pour le péché soit nommé "péché".

Osée IV, 8 – Ils mangeront les péchés de mon peuple, c’est-à-dire les offrandes pour le péché. Dans ce sens, "il L’a fait péché pour nous" veut dire qu’Il L’a fait victime ou sacrifice pour le péché. Dans un second sens "péché" est quelquefois mis pour "la ressemblance du péché" ou "le châtiment du péché". Romains VIII, 3 – Dieu envoya son propre Fils dans une chair semblable à celle du péché... c’est-à-dire que dans la ressemblance du péché c’est le péché qu’il a condamné. Et ici le sans est qu’il Lui a fait prendre une chair mortelle et capable de souffrir. Enfin il arrive parfois qu’on dise que ceci ou cela est, non qu’il en soit vraiment ainsi, mais parce que les hommes en jugent de la sorte. Dans ce sens "Il L’a fait péché pour nous" signifie qu’Il a permis qu’Il fût considéré comme pécheur. Isaïe LIII, 12 – Il a été mis au nombre des pécheurs.

202. Et Il a fait cela "pour que nous devenions justice de Dieu", c’est-à-dire pour que nous, qui sommes pécheurs, devenions non seulement justes, mais la justice-même, pour que nous soyons justifiés par Dieu; ou bien parce que non seulement Il nous a justifiés, mais parce qu’Il a voulu aussi que, par nous, les autres fussent justifiés, - justice qui est "de Dieu" et non pas de nous. Et dans le Christ, c’est-à-dire par le Christ. On peut comprendre encore que c’est le Christ lui-même qui est dit la justice. Le sens est alors : "pour que nous soyons faits justice", c’est-à-dire pour que nous nous atta­chions au Christ par l’amour et la foi, parce que le Christ est la justice même. Il ajoute "de Dieu", pour écarter la justice de l’homme, celle par laquelle l’homme se fie à ses propres mérites. Romains X, 3 – Ils ne connaissent pas la justice de Dieu... "En Lui", c’est-à-dire dans le Christ et par le Christ, parce que Lui-même est devenu justice pour nous. I Corinthiens 1, 30.

 

 

 

Caput 6

 

CHAPITRE VI – Les exhortations personnelles de Paul

 

Lectio 1

 

Leçon 1 – 2 Co VI, 1-5 – Pourquoi les ministres de Dieu doivent être vertueux

 

 

1 (n° 203) Or étant ses collaborateurs, nous vous exhortons à ne pas recevoir la grâce de Dieu en vain.

2 (n° 205) Car il est dit : "Au temps favorable je t’ai exaucé, et au jour du salut je t’ai secouru." Voici maintenant le temps favorable, voici le jour du salut.

3 (n° 209) Nous ne donnons à personne aucun sujet de scandale, afin que notre ministère ne soit pas blâmé.

4 (n° 210) En toute chose comportons-nous comme les ministres de Dieu (n° 211), par une grande patience dans les tribulations, dans les nécessités, dans les angoisses,

5 sous les coups, dans les prisons, dans les émeutes, dans les travaux, dans les veilles, dans les jeûnes.

 

[87714] Super II Cor., cap. 6 l. 1 Supra apostolus commendavit ministerium apostolatus, hic consequenter ipsum ministerium, sibi commissum ad utilitatem subditorum, exequitur. Et circa hoc duo facit. Primo hortatur eos in generali ad omnia, quae communiter sunt necessaria ad bonam vitam; secundo hortatur eos de quodam speciali suffragio fiendo sanctis in Ierusalem, et hoc VIII cap., ibi notum autem vobis facimus, fratres, et cetera. Circa primum autem duo facit. Primo hortatur eos ad bona praesentia; secundo commendat eos de bonis in praeterito factis, et hoc VII cap., ibi has igitur habentes promissiones, et cetera. Circa primum tria facit. Primo hortatur in generali, quod gratia Dei non utantur in vanum; secundo ostendit gratiam Dei eis esse collatam, ibi ait enim: tempore accepto, etc.; tertio docet eos in speciali modum utendi dicta gratia, ibi nemini dantes ullam offensionem, et cetera. Dicit ergo primo: ex quo facultas adest nobis ad bene operandum, et haec est gratia Dei, nos autem ad hoc pro Christo legatione fungimur; ideo, adiuvantes, nos, scilicet praedicationibus, exemplis et exhortationibus. Prov. XVIII, 19: frater qui adiuvatur a fratre, et cetera. Vel, adiuvantes, scilicet Deum. I Cor. III, 9: adiutores Dei sumus. Sed contra Is. XL, 13: quis adiuvit spiritum domini, et cetera. Non ergo bene dicitur, adiuvantes Deum. Responsio: quod iuvare Deum potest intelligi, vel ei vires ministrare ad aliquid agendum, et sic nullus iuvat Deum, nec iuvare potest; vel eius mandatum exequi, et sic sancti homines Deum iuvare dicuntur, exequendo eius mandata. Nos, inquam, sic iuvantes, hortamur vos, Rom. XII, 8: qui exhortatur, et cetera. Hoc scilicet exhortamur, ne in vacuum gratiam Dei recipiatis, quasi dicat: ne receptio gratiae sit vobis inutilis et vacua, quod tunc contingit, quando ex perceptione gratiae quis non sentit fructum. Qui quidem duplex est, scilicet remissio peccatorum. Is. XXVII, 9: hic est omnis fructus, et cetera. Et ut homo iuste vivendo perveniat ad gloriam caelestem. Rom. c. VI, 21: habetis fructum vestrum. Quicumque ergo gratia percepta non utitur ad vitandum peccata, et consequendum vitam aeternam, hic gratiam Dei in vanum recipit. Phil. II, 16: non in vacuum cucurri, et cetera. Et ne aliquis dubitaret de perceptione huius gratiae a Deo, ideo consequenter apostolus probat eos iam recepisse gratiam hanc, vel paratam habere ad recipiendum, dicens ait enim: tempore, et cetera. Et circa hoc duo facit. Primo inducit auctoritatem prophetae; secundo inductam adaptat ad propositum, ibi ecce nunc tempus, et cetera. Dicit ergo primo: dico quod paretis vos ad fructuose percipiendum gratiam, quae vobis est collata, vel parata. Ait enim, dominus per Isaiam XLIX, 8: tempore accepto, et cetera. Circa quod sciendum est quod dominus dicitur facere nobis gratiam, vel exaudiendo nos in petitionibus nostris, vel iuvando in operationibus nostris; sed exaudit, ut percipiamus quod petimus. Iac. I, 5: si quis indiget sapientia, postulet, et cetera. Adiuvat, ut perficiamus quod operamur. Ps. XCIII, 17: nisi quia dominus adiuvit me, et cetera. Et haec duplex est gratia, praeveniens scilicet et cooperans, vel subsequens, quae quidem necessaria est nobis ad obtinendum. Et primo gratiam praevenientem quam optare debemus, ut simus accepti a Deo. Ps. XXXI, 6: pro hac orabit ad te omnis sanctus. Et quantum ad hoc dicit in tempore accepto, id est acceptionis et gratificationis; hoc enim tempore accepto fit, quod gratis fit. Rom. IV, 6: beatitudinem hominis cui Deus accepto fert iustitiam, et cetera. Exaudivi te, id est acceptavi te. Vel tempore accepto, id est in tempore gratiae. Et hoc modo gratia praeveniens dicitur illa, per quam liberamur a peccatis. Gratia vero subsequens dicitur per quam virtutes nobis ex perseverantia in bono conferuntur. Secundo necessaria est nobis gratia cooperans; et hanc petebat Ps. XXII, 6: et misericordia eius subsequatur me, et cetera. Et quantum ad hoc dicit in die salutis adiuvi te. Tempus enim ante Christum non fuit dies, sed nox. Rom. XIII, 12: nox praecessit, et cetera. Sed tempus Christi dicitur dies, et non solum dies, sed dies salutis. Ante enim non erat salus, quia nullus ad finem salutis perveniebat, scilicet ad visionem Dei, sed modo, quando iam nata est salus in mundo, homines salutem sequuntur. Matth. I, 21: vocabis nomen eius Iesum. Ipse enim salvum faciet populum, et cetera. I Petr. IV: operamini vestram salutem. Et hoc fit auxilio gratiae cooperantis, qua per nostra opera pervenimus ad vitam aeternam. Phil. II, 13: Deus est qui operatur, et cetera. Consequenter auctoritatem inductam adaptat ad propositum, dicens ecce nunc, etc., quasi dicat: haec quae dixit dominus de tempore gratiae per prophetam, implentur modo, quia ecce nunc tempus acceptabile, id est gratificationis, per quam exaudimur a Deo, quia iam venit plenitudo temporis, scilicet incarnationis Christi, Gal. c. IV, 4. Et hoc quantum ad primam partem auctoritatis Ps. LXVIII, 14: tempus beneplaciti Deus. Ecce nunc dies salutis, in quo scilicet, adiuti gratia cooperante, possumus operari ad consequendum salutem aeternam. Io. IX, 4: me oportet operari, et cetera. Gal. VI, v. 10: dum tempus habemus, et cetera. Consequenter cum dicit nemini dantes, etc., docet modum utendi gratia eis collata. Et primo in generali, qualiter scilicet in vacuum non recipiatur; secundo in speciali, ibi in multa patientia, et cetera. Dicit ergo: sic utendum est gratia, ut dantes nemini ullam offensionem. Nam gratia ad duo datur, scilicet ad vitandum mala, et ad operandum bona. Et ideo duo docet, ut scilicet vitemus mala, et quantum ad hoc dicit nemini dantes, et cetera. Quod potest dupliciter exponi. Uno modo, ut referatur ad apostolos, quasi dicat: nos adiuvantes vos exhortamur; nos, dico, nemini ullam dantes offensionem, quia si per malam vitam aliquos offenderemus, vituperaretur ministerium nostrum, et contemneretur praedicatio nostra. Rom. II, 24: nomen Dei per vos blasphematur. Gregorius: cuius vita despicitur, restat ut eius praedicatio contemnatur. Unde publicus et famosus peccator cavere debet sibi ne praedicet, alias peccat. Ps. XLIX, 16: peccatori autem dixit Deus, et cetera. Alio modo, ut referatur ad subditos, quasi dicat hortamur vos ne in vacuum, etc.; vos, dico, nemini dantes ullam, etc.; id est, non facientes aliquid unde alii scandalizentur. I Cor. X, 32: sine offensione estote, et cetera. Rom. XIV, 13: non ponatis offendiculum, et cetera. Et ratio huius est ut non vituperetur, et cetera. Id est ita irreprehensibiliter vos habeatis, ut ministerium nostrum, id est apostolatus noster, non vituperetur. Quando enim subditi male se habent, vituperium est praelatis. I Petr. II, 12: conversationem vestram inter gentes, et cetera. Vel ut non vituperetur commune ministerium, quo ad vos et nos, qui sumus ministri Dei. Nos, dico, sumus ministri Dei ad exequendum voluntatem eius in nobis, et in aliis. Sed vos ad exequendum voluntatem eius in vobis tantum. Is. LXI, 6: vos sacerdotes domini vocabimini, et cetera. Consequenter cum dicit sed in omnibus exhibeamus, etc., docet eos modum utendi percepta gratia quantum ad bona operanda. Dicit ergo: nemini demus ullam offensionem, sed exhibeamus nos, et vos, opere et sermone, in omnibus quae ad virtutes pertinent, tales, quales debent esse ministri Dei, ut scilicet conformemur nos Deo faciendo eius voluntatem. Eccli. X, 2: secundum iudicem populi, sic et ministri eius. I Cor. IV, v. 1: sic nos existimet homo, ut ministros, et cetera. Consequenter cum dicit in multa patientia, etc., ostendit in speciali quomodo nos debemus exhibere sicut Dei ministros in usu gratiae collatae. Et hoc quantum ad tria. Primo, quantum ad exteriorem operationem; secundo quantum ad maiorem devotionem, ibi os nostrum patet, etc.; tertio quantum ad infidelium vitationem, ibi nolite iugum ducere, et cetera. Circa primum tria facit, secundum tria in quibus consistit operatio exterior. Primo enim consistit in sufferentia malorum; et quantum ad hoc dicit in multa patientia, et cetera. Secundo in operatione bonorum, et quantum ad hoc dicit in castitate, et cetera. Tertio in mutua cooperatione bonorum ad mala, et quantum ad hoc dicit per arma iustitiae, et cetera. Est ergo necessaria in malis sustinendis virtus patientiae. Unde dicit in multa patientia, et cetera. Ubi tria facit. Primo inducit ad patientiam. Et hoc quia in Ps. XCI, 15 s. legitur: bene patientes erunt, ut annuntient. Et quantum ad hoc dicit in multa patientia. Prov. XIX, 11: doctrina viri per patientiam noscitur. Lc. XXI, 19: in patientia vestra possidebitis animas vestras. Dicit in multa, id est propter multas tribulationes quae occurrunt. Secundo ostendit materiam patientiae in generali, et hoc dupliciter, scilicet in superventione malorum; unde dicit in tribulationibus, Rom. XII, 12: in tribulatione patientes; Act. XIV, 12: per multas tribulationes, et cetera. Et in defectu necessariorum; unde dicit in necessitatibus, scilicet eorum quae sunt necessaria ad vitam. Ps. XXIV, 17: de necessitatibus, et cetera. Tertio ostendit materiam patientiae in speciali. Et primo in his, quae pertinent ad tribulationes, quae sunt voluntariae, et hoc quantum ad tribulationes, quae pertinent ad animam, et sic dicit in angustiis, scilicet cordis, quando scilicet sic arctatur adversis, ut non pateat via evadendi. Hebr. c. XI, 37: angustiati, afflicti, et cetera. Item inquantum ad tribulationes, quae sunt in corpore, et sic dicit in plagis, scilicet illatis ab aliis, et carceribus, Act. XVI, 23: cum multas plagas ei intulissent, et cetera. Infra XI, 23: in carceribus abundantius, in plagis supra modum, et cetera. In seditionibus, scilicet totius populi commoti. Act. XIX, 40: periclitamur argui seditionis hodiernae, et cetera. Secundo in his, quae pertinent ad necessitates. Necessitas autem aliquando est voluntaria. Et sic dicit in laboribus, propria manu operando apud Corinthios, quia avari erant, ne eos gravaret sumptibus; et apud Thessalonicenses, quia erant otiosi, ut daret exemplum exercitii. Act. XI: ad ea quae mihi opus erant, et cetera. In vigiliis, propter praedicationes. Infra XI, 27: in vigiliis. In ieiuniis, aliquando voluntariis aliquando involuntariis propter penuriam. I Cor. IX, 27: castigo corpus meum, et cetera. Sed contra est quod dicitur Matth. c. XI, 30: iugum meum suave est. Hic vero dicitur in tribulationibus multis, et cetera. Non ergo suave, sed gravissimum. Respondeo. Haec sunt in seipsis aspera, sed propter amorem et interiorem fervorem spiritus dulcorantur. Unde Augustinus: omnia grandia et immania, facilia et prope nulla facit amor.

 

203. L’Apôtre a glorifié plus haut le ministère des Apôtres (n° 78); ici il s’acquitte de ce ministère même, qui lui a été confié peur l’intérêt des fidèles.

A. Il exhorte les Corinthiens en général à toutes les bonnes oeuvres qui sont nécessaires pour mener une vie droite.

B. Il les exhorte particulièrement à participer à la collecte faite pour les saints de Jérusalem. C’est le chap. VIII (n° 280) : "Nous vous faisons connaître, frères".

Divisions de A :

I. Il les exhorte au bien pour l’heure présente.

II. Il fait leur éloge pour le bien qu’ils ont fait dans le passé. C’est le chapitre VII (n° 245). "Donc possédant de tallas promesses".

Divisions de 1.

a) Il les exhorte en général à ne pas user en vain de la grâce de Dieu.

b) Il leur montre la grâce que Dieu leur a accordée (n° 205) : "Car il est dit : Au temps favorable"...

c) Il leur enseigne sur des points particuliers comment user de la grâce (n° 208) : "Nous ne donnons à personne".

204. Tout d’abord, dit-il, du fait que nous avons la faculté d’agir bien, ce qui est une grâce de Dieu, nous nous acquittons pour cela d’une ambassade pour le Christ : aussi nous sommes "ses collaborateurs" par les prédications, par les exemples et les exhortations. Prov. XVIII, 19 – Le frère qui est aidé par son frère est une place forte. I Corinthiens III, 9 – Nous sommes les collaborateurs de Dieu.

On objectera Isaïe XL, 13 – Qui donc a l’Esprit du Seigneur? C’est donc s’exprimer mal que- dire qu’on aide Dieu.

Réponse : aider Dieu peut signifier Lui apporter le concours de nos forces pour faire quelque chose, et dans ce sens en effet personne n’aide Dieu et ne peut L’aider, ou bien exécuter ses commandements, et alors on peut dire que les saints, ce faisant, aident Dieu.

Ainsi, dis-je, "nous vous exhortons"- Romains XII, 8 – Celui qui a le don d’exhorter, qu’il exhorte... "À ne pas recevoir la grâce de Dieu en vain"; ce qui revient à dire que la réception de la grâce ne soit pas pour vous inutile et vaine, ce qui arrive lorsqu’on ne retire aucun fruit de la réception de la grâce. Ce fruit est double. D’abord le pardon des péchés. Isaïe XXVII, 9 – Et voici la rançon de son péché... Ensuite la faculté pour l’homme, en vivant dans la justice, de parvenir à la gloire célesta. Romains VI, 21 – Quel fruit avez-vous eu de ces choses dont vous rougissez aujourd’hui? Quiconque n’use pas de la grâce reçue pour éviter le péché et conquérir la vie éternelle, celui-là reçoit la grâce de Dieu en vain. Phil. II, 16 – Je n’ai pas couru en vain...

205. Et pour que personne ne doute de recevoir cette grâce de Dieu, l’Apôtre assure aux Corinthiens qu’ils l’ont déjà reçue, ou qu’elle se tient prête s’ils veulent la recevoir "Car il est dit : Au temps favorable, je t’ai exaucé"

Il fait appel à l’autorité du prophète.

Il l’adapte au sujet qu’il traite (n° 207) : "Voici maintenant le temps favorable".

206. Je vous invite, dit-il d’abord, à vous préparer à recevoir avec fruit la grâce qui vous a été accordée ou qui vous est préparée. Dieu vous le dit par Isaïe XLIX, 8 – "Au temps favorable, je t’ai exaucé".

On dit que Dieu nous fait grâce quand Il nous exauce dans nos demandes et quand Il nous aide dans nos oeuvres; mais Il nous exauce pour que nous recevions ce que nous demandons. Jacques 1, 5 – Si la sagesse fait défaut à que quelqu’un, qu’il la demande... Il nous aide pour que nous portions à la perfection l’oeuvre que nous faisons. Psaume XCII1, 17 – Si le Seigneur n’était venu à mon aide... Et cette grâce est double, à la fois prévenante et coopérante, ou subséquente; et elle est nécessaire pour que nous obtenions l’objet de notre demande.

Il y a une grâce que nous devons désirer pour être acceptés de Dieu. Psaume XXXI, 6 – Pour cela tout fidèle priera vers Toi... A ce propos il dit : "Au temps favorable," c’est-à-dire au temps où Dieu nous accueille et nous fait grâce : c’est en effet à ce moment que survient ce qui est gratuit. Romains IV, 6 – La béatitude de l’homme à qui Dieu, après l’avoir accueilli, porte la justice. "Je t’ai exaucé", c’est-à-dire je t’ai accepté. Ou bien le temps favorable est le temps de la grâce. Et cette grâce est dite prévenante quand elle nous libère du péché. La grâce est dite subséquente, par laquelle les vertus se développent en nous grâce à notre persé­vérance dans le bien.

Ensuite la grâce coopérante nous est nécessaire : c’est elle que demandait le Psaume XXII, 6 – Et que ta miséricorde m'accompagne... C’est à ce propos qu’il dit : "Au jour du salut je t’ai exaucé". En effet le temps qui précède le Christ n’était pas le jour, mais la nuit. Romains XIII, 12 – La nuit est avancée et le jour approche... Mais le temps du Christ est dit le jour, et non seulement le jour, mais le jour du salut. Auparavant il n’y avait pas de salut, parce que personne ne parvenait à la fin du salut, c’est-à-dire à la vision de Dieu mais maintenant que le salut est apparu dans le monde, les hommes y parviennent. Matthieu 1, 21 – Tu lui donneras le nom de Jésus : c’est Lui en effet qui sauvera son peuple... 1 Pierre IV (Phil. II, 12) : Travaillez à votre salut. Et cela se fait par le secours de la grâce coopérante; par elle, nos oeuvres nous obtiennent de parvenir à la vie éternelle. Phil. II, 13 c’est Dieu qui opère en nous le vouloir et le faire.

207. Il applique maintenant l’autorité du prophète à son objet, disant : "Voici le temps favorable "... Ce que le Seigneur a dit du temps de la grâce par son prophète est maintenant accompli, parce que nous sommes au "temps favorable", celui où Dieu fait grâce et par grâce nous exauce, parce que la plénitude du temps est venue, c’est-à-dire le temps de l’incarnation du Christ, Galates IV, 4. Le Psaume LXVIII, 14 – J’attends le temps de ton bon plaisir, ô Dieu, se rapporte à la première partie du texte : "Voici le jour du salut", où, aidés par la grâce coopérante, nous pouvons travailler pour notre salut éternel. Jean. IX, 4 – Il me faut faire les oeuvres de celui qui m’a envoyé. Galates VI, 10 – Pendant que nous en avons le temps, faisons le bien.

208. Lorsque ensuite il dit : "Nous ne donnons à personne aucun sujet de scandale", il enseigne aux Corinthiens comment user de la grâce qui leur a été faite :

d’abord en général, de façon qu’elle ne soit pas reçue en vain.

ensuite il entrera dans le détail (n° 211) : "par une grande patience".

209. Il faut user de la grâce, dit-il, de sorte que "nous ne donnions à personne aucun sujet de scandale". Car la grâce est donnée pour deux choses : éviter le mal et faire le bien.

L’Apôtre nous donne donc deux enseignements, dont le premier tend à éviter le mal; c’est à ce propos qu’il dit "nous ne donnons à personne aucun sujet de scandale".

Ceci peut recevoir deux explications. D’abord par rapport aux Apôtres : si par une mauvaise vie nous venions à offenser quelqu’un, notre ministère serait blâmé et notre prédication méprisée. Romains II, 24 – Le nom de Dieu à cause de vous est blasphémé. Saint Grégoire : Celui dont la vie est décriée doit s’attendre à ce que sa prédication soit méprisée. Donc un pécheur public renommé doit se garder de prêcher, autrement il pèche. Psaume XLIX, 16 – Dieu dit au pécheur : pourquoi racontes-tu mes justices?

Ensuite par rapport aux fidèles. Il leur dit : ne faites rien dont les autres puissent être scandalisés. I Corinthiens X, 32 – Ne soyez en scandale ni aux Juifs ni aux Grecs. Romains XIV, 13 – Vous ne devez pas être pour votre frère une occasion de chute. Et la raison en est "qu’il ne faut pas que notre ministère soit blâmé." Ainsi comportez-vous d’une façon irréprochable afin que notre ministère, c’est-à-dire notre apostolat, ne soit pas blâmé. En effet quand les fidèles se conduisent mal, le blâme tombe sur les chefs religieux. 1 Pierre II, 12 – Ayez une conduite honnête au milieu des gentils. Ou encore qu’il ne faille pas que soit blâmé ce ministère qui est commun à vous et à nous, qui sommes ministres de Dieu. Nous sommes ministres de Dieu pour accomplir sa volonté en nous-mêmes et dans les autres. Mais vous l’êtes aussi, pour accomplir sa volonté en vous-mêmes seulement. Isaïe LXI, 6 Vous serez appelés prêtres du Seigneur...

210. Lorsqu’il nous dit : "Comportons-nous comme les ministres de Dieu", il nous enseigne la manière d’user de la grâce pour faire le bien.

Ne donnons à personne, dit-il, aucune occasion de scandale, mais comportons-nous, vous et nous, dans nos actes et notre langage, en tout ce qui touche aux vertus, montrons-nous tels que doivent être des ministres de Dieu, de sorte que nous nous conformions à Lui en faisant sa volonté. Ecclésiastique X, 2 – Tel est le juge du peuple et tels sont ses ministres. I Corinthiens IV, 1 – Qu’on nous considère donc comme des ministres du Christ.

211. Quand il parle "d’une grande patience", il montre dans le détail comment nous devons nous conduire en ministres du Christ, dans l’usage de la grâce. Et cela sous trois rapports.